Page:Lazare - Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


est 19 ; le dernier pair, 12. Sa longueur est de 97 m. — 2e arrondissement, quartier du Palais-Royal.

En 1638, elle portait le nom de rue des Boucheries, et les registres des ensaisinements de l’archevêché l’indiquent comme étant nouvellement construite. Cette dénomination lui avait été donnée parce qu’elle aboutissait en face des boucheries des Quinze-Vingts, situées dans la rue Saint-Honoré. — Une décision ministérielle du 3 frimaire an X, signée Chaptal, fixa la largeur de cette voie publique à 7 m. En vertu d’une ordonnance royale du 4 octobre 1826, cette largeur est portée à 10 m. Conformément à une décision rendue par le ministre de l’intérieur le 12 février 1831, la rue qui nous occupe a pris le nom de Jeannisson, en mémoire de l’un des combattants de Juillet 1830. Après avoir lutté bravement contre les troupes royales, Jeannisson, propriétaire dans le passage Saint-Guillaume, fut blessé mortellement dans la rue de Richelieu, au coin de celle des Boucheries.

La maison no 5 est alignée. Les autres constructions de ce côté sont soumises à un retranchement qui varie de 1 m. 70 c. à 3 m. ; les maisons du côté des numéros pairs devront reculer de 1 m. 70 c. à 2 m. 80 c. — Conduite d’eau depuis la rue de Richelieu jusqu’à la borne-fontaine. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).

Jemmapes (quai de).

Commence à la place de la Bastille ; finit à la barrière de Pantin. Pas de numéro impair ; ce côté est bordé par le canal Saint-Martin ; le dernier pair est 254. Sa longueur est de 3,454 m. — De 2 à 84, 8e arrondissement, quartier Popincourt ; de 86 à 142, 6e arrondissement, quartier du Temple ; de 144 à la fin, 5e arrondissement, quartier de la Porte-Saint-Martin.

Il a été formé vers 1822, lors de la construction du canal Saint-Martin. — Une lettre ministérielle du 31 décembre 1824 porte ce qui suit : « Le Roi a daigné consentir à ce que la grande rue ouverte sur les terrains des sieurs André et Cottier, pour communiquer du faubourg Saint-Martin au faubourg Poissonnière, reçut le nom de rue Charles X ; que le même nom fût donné au quai de l’est du canal Saint-Martin, et enfin que le quai de l’ouest du même canal fût nommé quai Louis XVIII. » En 1830, le quai Louis XVIII prit la dénomination de quai de Jemmapes, en mémoire de la bataille de Jemmapes, gagnée le 6 novembre 1792, par les Français sur les Autrichiens. — L’alignement du quai de Jemmapes est déterminé ainsi qu’il suit, savoir : de la place de la Bastille à la rue de la Butte-Chaumont, par une parallèle à l’axe du canal, et à 30 m. de distance ; de la rue de la Butte-Chaumont à la fin, par une parallèle audit axe et à 56 m. 15 c. Les propriétés ci-après ne sont pas soumises à retranchement : de 2 à 28 inclusivement, 34, de 38 à 56 inclus., de 62 à 72 inclus., 84, de 88 à 126 inclus., de 130 à 160 inclus., de 168 à 228 inclus., et de 232 à la fin (voyez l’article du Canal Saint-Martin) — Égout et conduite d’eau depuis la place de la Bastille jusqu’à la rue des Récollets.

Jérôme (rue Saint-).

Commence au quai de Gesvres, nos 24 et 26 ; finit à la rue de la Vieille-Lanterne. Un seul impair qui est 1 ; le dernier pair, 4. Sa longueur est de 22 m. — 7e arrondissement, quartier des Arcis.

Nous avons dit à l’article du quai de Gesvres que toute cette partie de terrain portait le nom de l’Écorcherie, et que M. de Gesvres obtint la permission d’y bâtir. Une de ces voies publiques fut désignée sous le nom de rue ou ruelle de Gesvres. La malpropreté qui régnait la fit appeler par le peuple rue Merderet. Plus tard une statue de Saint-Jérôme, placée à un des angles de l’ancienne rue de Gesvres, lui fit donner le nom qu’elle porte aujourd’hui. — Une décision ministérielle du 11 octobre 1806, signé Champagny, et une ordonnance royale du 9 décembre 1838, ont fixé la largeur de la rue Saint-Jérôme à 6 m. Les maisons riveraines sont bâties d’après cette dimension.

Jérusalem (rue de).

Commence au quai des Orfèvres, nos 24 et 26 ; finit à la rue de Nazareth. Le dernier impair est 7 ; pas de numéro pair. Sa longueur est de 58 m. — 11e arrondissement, quartier du Palais-de-Justice.

Elle tire sa dénomination des pèlerins qui, à leur retour de Jérusalem étaient logés dans cette rue. — « Séance du 22 mai 1793. — Sur le rapport des administrateurs des travaux publics et vu le plan de l’intérieur du Palais-de-Justice, le bureau national arrête que la rue de Jérusalem ne sera dorénavant considérée que comme un passage public et non comme une rue, et que les propriétaires riverains de cette rue pourront y disposer de leurs terrains comme bon leur semblera, pourvu qu’ils n’anticipent pas sur le terrain dudit passage et se conforment aux lois des bâtiments. » (Registre du bureau municipal, tome 51, page 76.) — Une décision ministérielle du 31 août 1819 fixa la largeur de cette rue à 10 m. En vertu d’une ordonnance royale du 26 mai 1840, elle doit être supprimée pour faciliter l’agrandissement du Palais-de-Justice et de ses abords. — Égout. — Éclairage au gaz (compe Française).

Jeûneurs (rue des).

Commence aux rues du Gros-Chenet, no 23, et du Sentier, no 1 ; finit à la rue Montmartre, nos 158 et 160. Le dernier impair est 21 ; le dernier pair, 20. Sa longueur est de 227 m. — 3e arrondissement, quartier Montmartre.

Son véritable nom est celui de rue des Jeux-Neufs, qu’elle porta dès 1643. Elle fut construite sur l’emplacement de deux jeux de boules. C’est par altération qu’on dit aujourd’hui rue des Jeûneurs. Par décision ministérielle du 18 vendémiaire an VI, signée