Page:Lazare - Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844.djvu/479

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


se dirige sur une hauteur où l’on voyait encore des moulins au milieu du XVIIe siècle. De la rue Neuve-des-Petits-Champs à la rue Thérèse on l’appela d’abord rue Neuve-de-Richelieu, ensuite rue Royale. En 1793 le nom des Moulins lui fut assigné dans toute sa longueur. — Une décision ministérielle à la date du 3 frimaire an X, signée Chaptal, et une ordonnance royale du 4 octobre 1826, ont fixé la largeur de cette voie publique à 9 m. 74 c. Les propriétés du côté des numéros impairs et celles de 2 à 18 inclus sont alignées. Les autres constructions ne devront subir qu’un léger redressement. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).

La maison qui porte le no 14 fut quelque temps habitée par le vénérable abbé de l’Épée.

En parcourant aujourd’hui nos rues nouvelles, on cherche en vain le nom de l’instituteur des sourds-muets. C’est un oubli fâcheux que l’administration municipale s’empressera sans doute de réparer.

Moussy (rue de).

Commence à la rue de la Verrerie, nos 8 et 10 ; finit à la rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, nos 21 et 23. Le dernier impair est 7 ; le dernier pair, 8. Sa longueur est de 137 m. — 7e arrondissement, quartier du Marché-Saint-Jean.

Sous le règne de Philippe-Auguste cette voie publique était presqu’entièrement bâtie. Au XIIIe siècle on la nommait rue du Franc-Mourier, Morier et Meurier. Le libraire Corrozet la désigne ainsi ruelle descendant à la Verrerie. Elle doit sa dénomination actuelle, qu’elle porte depuis le commencement du XVIe siècle, à Jean de Moussy, échevin en 1530, sous la prévôté de maître Jean Luillier. — Une décision ministérielle du 28 brumaire an VI, signée Letourneux, fixa la largeur de cette voie publique à 6 m. Par arrêté du préfet de police, du 17 juillet 1819, on a établi des grilles qui interceptent la circulation dans cette rue. En vertu d’une ordonnance royale du 6 décembre 1827, sa largeur est fixée à 10 m. La maison no 5 est alignée. Toutes les autres constructions devront subir un fort retranchement. — Conduite d’eau depuis la rue de la Verrerie jusqu’à la borne-fontaine.

Mouton (rue du).

Commence à la place de l’Hôtel-de-Ville, no 39 ; finit à la rue de la Tixéranderie, no 22. Le dernier impair est 13. Pas de numéro pair. Sa longueur est de 59 m. — 7e arrondissement, quartier des Arcis.

Dès 1263 une propriété de cette rue était indiquée sous le nom de la Maison du Mouton. Un arrêt du conseil du 24 mars 1679, ordonna l’élargissement de cette voie publique. Par décision ministérielle, en date du 20 septembre 1817, la largeur de cette rue devait être de 7 m. 50 c. En vertu d’une ordonnance royale du 6 mai 1836, cette largeur fut fixée à 10 m. Au mois de mai 1844, on a démoli les bâtiments qui bordaient le côté droit, en sorte que la rue du Mouton est confondue aujourd’hui avec la place de l’Hôtel-de-Ville. Les constructions du côté des numéros impairs devront reculer de 2 m. 60 c. environ. — Égout. — Éclairage au gaz, (compe Lacarrière).

Muette (rue de la).

Commence à la rue de Charonne, nos 133 et 135 ; finit à la rue de la Roquette, nos 104 et 106. Le dernier impair est 35 ; le dernier pair, 26. Sa longueur est de 443 m. — 8e arrondissement, quartier Popincourt.

Elle doit cette dénomination au territoire sur lequel elle fut construite. Le lieu dit la Muette est indiqué dans la déclaration des censitaires du grand chambrier de France, en 1540. Une ordonnance royale du 6 mai 1827 a fixé la largeur de cette voie publique à 13 m. Maison à l’encoignure de la rue de Charonne, retranch. réduit 50 c. ; 1, alignée ; 3, ret. réduit 1 m. 50 c. ; de 5 à 11, ret. 1 m. 90 c à 2 m. 30 c. ; 13, en partie alignée, surplus ret. 1 m. 80 c. ; de 17 à 27, ret. 2 m. 30 c. à 2 m. 60 c. ; 29, alignée ; 31, ret. réduit 2 m. ; encoignure gauche de la rue des murs de la Roquette, alignée ; 33, ret. réduit 50 c. ; 35, pas de ret. ; encoignure de la rue de la Roquette, ret. 1 m 10 c. à 2 m. 50 c. ; de 2 à 22, ret. 2 m. 80 c. à 4. m. ; 24, alignée ; 26, ret. 3 m. 70 c. à 5 m. 40 c. ; terrain à la suite, ret. 1 m. 60 c. — Conduite d’eau.

La communauté des Filles-de-Sainte-Marthe était située dans cette rue, au no 10. Elle fut instituée en 1713, par madame veuve Théodon, dans le but de procurer une instruction convenable aux jeunes filles du faubourg Saint-Antoine. Le siège de cet établissement fut d’abord placé dans la grande rue de ce faubourg. En 1719 il fut transféré dans la rue de la Muette. Cette communauté a été supprimée en 1790.

Mulets (rue des).

Commence à la rue d’Argenteuil, nos 32 et 34 ; finit à la rue des Moineaux, nos 23 et 25. Pas de numéro. Sa longueur est de 22 m. — 2e arrondissement, quartier du Palais-Royal.

Le premier acte qui la mentionne est de l’année 1663. Elle doit sa dénomination aux mulets qui transportaient les sacs de blé aux moulins situés dans le voisinage. — Une décision ministérielle, à la date du 18 fructidor, an IX, signée Chaptal fixa la largeur de cette voie publique à 6 m. En vertu d’une ordonnance royale du 4 octobre 1826, cette dimension est portée à 8 m. La largeur actuelle est de 1 m. 10 c. à 1 m. 30. Cette voie publique est depuis longtemps fermée à ses deux extrémités. Les constructions du côté gauche, en entrant par la rue d’Argenteuil, sont alignées. Celles du côté opposé devront reculer de 6 m. 70 c. à 6 m. 90 c.

Mulhouse (rue de).

Commence à la rue de Cléry, nos 27 et 29 ; finit à la Petite-rue-Saint-Roch, nos 5 et 9. Le dernier impair est 13 ; le dernier pair, 8. Sa longueur est de 78 m. — 3e arrondissement, quartier Montmartre.

Une ordonnance royale du 24 janvier 1843, porte « Article 1er. Les sieurs Périer frères sont autorisés à