Page:Lazare - Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844.djvu/72

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les constructions du côté des numéros impairs de la rue de Bercy ne sont pas soumises à retranchement. — Éclairage au gaz (compe Lacarrière).


Bercy-Faubourg-Saint-Antoine (rue de).

Commence à la rue de la Contrescarpe, nos 32 et 34 ; finit aux chemins de ronde des barrières de Bercy et de la Rapée. Le dernier impair est 59 ; le dernier pair, 72. Sa longueur est de 1,195 m. — 8e arrondissement, quartier des Quinze-Vingts.

Elle doit son nom au village de Bercy, auquel elle conduit. Ce n’était encore qu’un chemin sous le règne de Louis XIII. Quelques plans du siècle dernier la désignent sous la dénomination de rue de la Râpée, parce qu’elle est voisine du quai de la Rapée, qui lui est parallèle. — Une décision ministérielle, du 16 ventôse an XII signée Chaptal, ainsi qu’une ordonnance royale du 1er juin 1828, ont fixé la moindre largeur de cette voie publique à 14 m. Les propriétés portant les numéros ci-après sont alignées : 17, 19, 21, 23, 29, 31, 33, 35, 37, 39, 41, 43, 45, 47, 49, 51, 53, 55, 57, 59, et le grand mur de clôture situé à l’encoignure droite de la rue de Rambouillet : 8, 10, 12, 14, 16, 18, 20, 22, 24, 26, 28, 30, 32, 34, 36, 38, 40, 42, 44, 46, 50, 50 bis, le magasin à fourrages et la propriété no 72. Les maisons nos 1, 2, 4, et partie de celle no 6, devront être réunies à la voie publique pour faciliter l’exécution de l’alignement de la rue de la Contrescarpe. — Égout entre les rues Lacuée et des Charbonniers. — Conduite d’eau depuis la rue des Charbonniers jusqu’à la barrière.

À l’extrémité de cette rue, en sortant de Paris, était la Grange aux Merciers, fameuse par les assemblées qui eurent lieu sous le règne de Louis XI. Les princes révoltés, que l’ambition seule avait armés, donnèrent à leur association, pour en colorer la perfidie, le nom de Ligue du bien public.


Bergère (cité).

Commence à la rue du Faubourg-Montmartre, no 6 ; finit à la rue Bergère, no 15. — 2e arrondissement, quartier du Faubourg-Montmartre.

Elle a été construite en 1825.


Bergère (galerie).

Commence à la rue de la Boule-Rouge, no 7 ; finit à la rue Geoffroy-Marie, no 10 bis. — 2e arrondissement, quartier du Faubourg-Montmartre.

Elle a été construite en 1842.


Bergère (rue).

Commence à la rue du Faubourg-Poissonnière, nos 9 et 11 ; finit à la rue du Faubourg-Montmartre, nos 12 et 14. Le dernier impair est 29 ; le dernier pair, 28. Sa longueur est de 342 m. — 2e arrondissement, quartier du Faubourg-Montmartre.

Elle a été tracée sur le clos aux Halliers. En 1734, on ne comptait que trois maisons dans cette rue, dont l’étymologie nous est inconnue. — Une décision ministérielle du 29 nivôse an XIII, signée Champagny, et une ordonnance royale du 23 août 1833, ont fixé la largeur de cette voie publique à 10 m. Les propriétés nos 7 bis, 7 ter, 9, 11, 11 bis, 13, 15, 17, 21, 23, 25, 27 et 29, et toutes celles du côté des numéros pairs sont alignées. Les maisons de 1 à 7 devront reculer de 1 m. 70 c. à 2 m. 30 c. Celle qui porte le no 19 est soumise à un retranchement de 2 m. 20 c. — Portions d’égout du côté des rues du Faubourg-Montmartre et du Faubourg-Poissonnière. — Conduite d’eau du côté de cette dernière rue. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).


Berlin (rue de).

Commence à la rue de Clichy, nos 37 et 39 ; finit à la place d’Europe. Le dernier impair est 15 ; le dernier pair, 10. Sa longueur est de 362 m. — 1er arrondissement, quartier du Roule.

Cette voie publique, dans la partie qui débouche sur la place d’Europe, a été tracée en 1826, sur les terrains appartenant à MM. Hagerman et Mignon. — L’ordonnance royale d’autorisation est à la date du 2 février de la même année (voyez Amsterdam, rue d’). Vers 1830, cette partie qui formait impasse a été prolongée jusqu’à la rue d’Amsterdam, sur les terrains appartenant aux sieurs Mallet, Guichard et Mellier. Ces deux parties sont exécutées sur une largeur de 15 m.

La partie comprise entre les rues d’Amsterdam et de Clichy dépendait du passage Grammont. En vertu d’une ordonnance royale du 21 septembre 1841, MM. Mallet frères et Mme veuve Debelle ont été autorisés à convertir ce passage, qui était leur propriété, en une rue de douze mètres de largeur et aux conditions suivantes : de céder gratuitement à la ville de Paris le sol de la nouvelle voie publique ; de démolir dans un délai de quatre années, à partir de la promulgation de l’ordonnance royale, les bâtiments situés sur le côté droit, à l’encoignure de la rue de Clichy, sans que sous aucun prétexte ce délai puisse être prolongé (ces bâtiments sont en avant de l’alignement arrêté et réduisent à 9 m. 40 c. la largeur de la rue eu cet endroit) ; de supporter, conformément aux prescriptions de l’administration, les frais de nivellement, ceux du pavage en chaussée bombée en pavé dur d’échantillon avec sous-pavage sous les ruisseaux, ceux d’établissement des bornes-fontaines et du matériel pour l’éclairage au gaz ; de supporter également la dépense des trottoirs en granit, dont le montant sera versé à la caisse municipale et dont la construction sera ensuite exécutée par les soins de l’administration. — Portion d’égout du côté de la rue de Clichy. — Conduite d’eau entre les rues de Clichy et d’Amsterdam.– — Éclairage au gaz (compe Anglaise).


Bernard (impasse Saint-).

Située dans la rue Saint-Bernard, entre les nos 10 et 12.