Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


TIERS LIVRE, T. II, P. 63-66. 233

prise par les Précieuses, et Climène dit dans La Critique (s. m) : « l’ay peiifé vomir au potage. »

L. 5 : Cor^ ie dii Bordelier. Panurge va d’abord pour dire cordeliery mais il s’arrête et se reprend.

L. 8 : Si Agdthocles Babylonien ne ment. Voyez Athénée, ix, 5.

L. 27 : Mdgiftronoftralement. Voyez ci-dessus, p. 183- 184, la note sur la 1. 31 de la p. 248.

L. dernière : Tefiiculos non hahet. « Il n’a point de testicules. »

Page 64, 1. 3 -.Membru quatit…y\rg. .^Enéide, 111,30.

L. 9 : Mur un bajîon.

Si elle te triche, voicy Martin bâton qui en fera La rai ion. (Farce du badin. Ane. Théât. Franc., t. i, p. 278)

. . . Holâ, Martin bâton ! Martin bâton accourt.

(La Fontaine, L’A/ne & le petit Chien)

L. 15" : Le lan en vault deux. Jeu de mots. Jean se disait d’un mari trompé, et est encore un terme de jeu. « Au jeu de l’ourche et du trictrac, le grand Jan ou le petit Jan, qui aujourd’hui valent quatre points, n’en valaient probablement que deux du temps de Ra- belais. » (Burgaud des Marets)

L. 20 : Fiemineo… — Virgile, Enéide^ xr, 782.

L. 28 : Le Satyricqiie.

Ardeat ipsa licet, tormentis gaudet amantis, Et spoliis.

(Juvénal, Sat. vi, 210)

Page 65, 1. 11 : L. vit. C. de leg. Il y a une petite confusion : ce n’est pas au titre De legibus^ mais dans celui qui précède. De episc. audien.. qu’il est question de cas où l’on ne peut appeler. Quant à la loi Ait prcvtor (1. 15), elle est citée ù propos.

Page 66, 1. 12 : -epî évutt^îwv. « Sur les Songes. »