Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t2.djvu/600

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


fondante en larmes, lui reproche son repentir. 101
Let. XXXII. Réponse. Julie regrette moins d’avoir donné trop à l’amour que de l’avoir privé de son plus grand charme. Elle conseille à son amant, à qui elle apprend les soupçons de sa mere, de feindre des affaires qui l’empêchent de continner à l’instruire, & l’informera des moyens qu’elle imagine d’avoir d’antres occasions de se voir tous denx. 104
Let. XXXIIl, de Julie. Peu satisfaite de la conduite des rendez-vous publics, dont elle cfaint d’aillenrs que la dissipation u’affoiblisse les."enx de son amant, elle l’invite à reprendre avec elle la vie solitaire & paisible dont elle l’a tiré. Projet qu’elle lui cache, & sur lequel elle lut défend de l’interroger. 107
Let. XXXIV. Réponse. L’amant de Juhe, pour la rassurer sur la diversion dont elle lui a parlé, lui détaille tout ce qui sVst fait antour d’elle dans l’assemblée où il l’a vue, & promet de garder le silence qu’elle lui a imposé. 11 refuse le grade de capitaine au service du roi de Sardaigne, & par quels motifs. 110
Let. XXXV, de Julie. De la justification de son amant Julie prend occasion de traiter de la jalousie. Fût-il amant volage, elle ne le croira jamais ami trompeur. Elle doit souper avec lui chez le pere de Claire. Ce qui se passera après le souper. 114
Let. XXXVI, de Julie. Les parents de Julie obligés de s’absenter. Elle sera déposée chez le pere de sa cousine. Arrangements qu’elle prend pour voir son amant en liberté. 118
Let. XXXVII, de Julie. Départ des parents de Julie. Etat de son cœur dans cette circonstance. 121
Let. XXXVIII, à Julie. Témoin de la tendre amitié des deux cousines, l’amant de Julie sent redoubler son amour. Son impatience de se trouver au chalet, rendez-vous champêtre que Julie lui a assigné. 123
Let. XXXIX, de Julie. Elle dit à son amaut de partir sur l’heure, pour aller demander le congé de Claude Anet, jeune garçon qui s’est engagé pour payer les loyers de sa maîtresse, qu’elle protégeoit auprès de sa mere. 126
Let. XL, de Fanchon Regard à Julie.