Discussion Livre:Proust - Du côté de chez Swann.djvu/Diff

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Livre:Proust - Du côté de chez Swann.djvu

-A LA
+MARCEL PROUST À LA
-DU COT[ DE
+DU CÔTÉ DE
-SWANN (PREAfI\177RE PARTIE) G AI\177 I\177 i M A!\177D
+SWANN (PREMIÈRE PARTIE) nrf GALLIMARD
-IIa dtd tird de la prdsente ddition deux mille de\177x cents exemplaires rdits d’aprJs la
+Il a été tiré de la présente édition deux mille deux cents exemplaires reliés d’après la
-Prassinos, done deux
+Prassinos, dont deux
-exemplaires numdrotds de x tl exoo et
+exemplaires numérotés de 1 à 2100 et
-exemplaires bors commerce de 2IOI \177 2200.
+exemplaires hors commerce de 2101 à 2200.
-et d’ adaptation rdservds pour
+et d’adaptation réservés pour
-Paris x9x 9.
+Paris 1919.
-DE DU C C)T t\177 CHEZ
+DU CÔTÉ DE CHEZ
-(EUVRES DE
+ŒUVRES DE
-PROUST A LA
+PROUST NRF À LA
-PERDU \177)u c0\177]\177 \177)\177 cm\177z SWASS (z rot.). A L’OMBRE
+PERDU DU CÔTÉ DE CHEZ SWANN (2 vol.). À L’OMBRE
-vol.). \177E cOz\177 v\177 aU\177a\177ASZ\177S (3 vol.). SOVO\177 \177Z \177o\177o\177aa\177 (z vol.). \177A Pmso\177 (z vol.).
+vol.). LE CÔTÉ DE GUERMANTES (3 vol.). SODOME ET GOMORRHE (2 vol.). LA PRISONNIÈRE (2 vol.).
-DISPARUE. \177 T\177PS a\177TaOUV\177 (Z VOl.). PASTICHES ET Mi\177LANGES. LES
+DISPARUE. LE TEMPS RETROUVÉ (2 vol.). PASTICHES ET MÉLANGES. LES
-JOURS. CHRONIOUES. LETTRES A LA
+JOURS. CHRONIQUES. LETTRES À LA
-SWANN ( dditio\177 illustrde par Lapfade ). Collection in-8 \177 A la Gerbe \177 muva\177s co\177ae\177.kTEs (\1778 vol.).
+SWANN (édition illustrée par Laprade). Collection in-8 « À la Gerbe » ŒUVRES COMPLÈTES (18 vol.).
-CALMETTE Cornme un tdmoignage de. pro/onde et al\177ectueuse reconnaissance. MARCEL PROUST
+CALMETTE Comme un témoignage de profonde et affectueuse reconnaissance. Marcel Proust
-PREMII\177RE PARTIE COMBI\177AY
+PREMIÈRE PARTIE COMBRAY
-ONGTEMPS, je
+I lignes=3ongtemps, je
-suis couch\177 de
+suis couché de
-heure. Parlois, \177 peine
+heure. Parfois, à peine
-bougie \177teinte, mes
+bougie éteinte, mes
-me dire: \177 Je m’endors. \177 Et,
+me dire : « Je m’endors. » Et,
-demi-heure apres, la penske qu’il \177tait temps
+demi-heure après, la pensée qu’il était temps
-sommeil m’\177veillait; je
+sommeil m’éveillait ; je
-et soufiler ma lumi\177re; je
+et souffler ma lumière ; je
-pas cess\177 en
+pas cessé en
-des r\177flexions sur
+des réflexions sur
-ces rMtexions avaient
+ces réflexions avaient
-peu particulier; il me seroblair que j’\177tais moi-m\177me ce dont parlair l’ouvrage: une \177glise, un
+peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une église, un
-la rivalit\177 de Francois Ier
+la rivalité de François Ier
-de Charles-\177uint. Cette’croyance survivait
+de Charles-Quint. Cette croyance survivait
-secondes \177 mon r\177veil; elle
+secondes à mon réveil ; elle
-pesait cornroe des \177cailles sur
+pesait comme des écailles sur
-les empachair de
+les empêchait de
-bougeoir n’\177tait pas allum\177. Puis elle commen\177ait \177 me
+bougeoir n’était pas allumé. Puis elle commençait à me
-inintelligible, cornroe apres la m\177tempsycose les pensdes d’une existence ant\177rieure; le
+inintelligible, comme après la métempsycose les pensées d’une existence antérieure ; le
-se d\177tachait de moi0
+se détachait de moi,
-ie A LA REGHERGHE DU TEMPS PERDU j’6tais libre
+j’étais libre
-ou non; aussit6t je
+ou non ; aussitôt je
-et j’6tais’ bien 6tonn6 de
+et j’étais bien étonné de
-une obscurit6, douce
+une obscurité, douce
-mais peut-\177tre plus
+mais peut-être plus
-esprit, \177t qui die apparaissait
+esprit, à qui elle apparaissait
-cause, incompr6hensible, comme
+cause, incompréhensible, comme
-vraiment obs6ure. Je
+vraiment obscure. Je
-pouvait 6tre; j’entendais le siffiement des
+pouvait être ; j’entendais le sifflement des
-moins 61oign6, comme
+moins éloigné, comme
-une ’ for\177t, relevant
+une forêt, relevant
-me d6crivait l’6tendue de
+me décrivait l’étendue de
-campagne d6serte oh le
+campagne déserte où le
-se hate vers
+se hâte vers
-station prochaine; et
+station prochaine ; et
-va \177tre gray6 dans
+va être gravé dans
-doit \177 des
+doit à des
-nouveaux, \177 des actes inaccoutum6s, \177 la causerie r\177cente et
+nouveaux, à des actes inaccoutumés, à la causerie récente et
-lampe \177trang\177re qui
+lampe étrangère qui
-nuit, \177 la
+nuit, à la
-l’oreiller qui; pleines et fralches, sont
+l’oreiller qui, pleines et fraîches, sont
-montre. Bient6t minuit.
+montre. Bientôt minuit.
-l’instant oh le
+l’instant où le
-a 6t\177 oblig\177 de parfir en voyage eta d5 coucher
+a été obligé de partir en voyage et a dû coucher
-un h6tel inconnu, r\177veill\177 par
+un hôtel inconnu, réveillé par
-se r6jouit en
+se réjouit en
-c’est d6j\177 le marin ! Dans’ un moment. les
+c’est déjà le matin ! Dans un moment les
-seront levis, il
+seront levés, il
-secours. L’esp\177rance d’\177tre soulag\177 lui
+secours. L’espérance d’être soulagé lui
-des pas; les passe rapprochent, puis s’\1771oignent. Et
+des pas ; les pas se rapprochent, puis s’éloignent. Et
-qui 6tait sous sa porte"a disparu. C’est minuit; on vient d’\177teindre le gaz; le
+qui était sous sa porte a disparu. C’est minuit ; on vient d’éteindre le gaz ; le
-est partiet il
+est parti et il
-rester route la nuit & souffrir sans remade. ’ Je
+rester toute la nuit à souffrir sans remède. Je
-et parlois ie n’avais
+et parfois je n’avais
-courts r6veils d’un
+courts réveils d’un
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN \1773 les
+les
-le kaldidoscope de l’obscurit\177, de gofiter grStce \177 une lueur momentan\177e de
+le kaléidoscope de l’obscurité, de goûter grâce à une lueur momentanée de
-sommeil oh \177taient plong\177s les
+sommeil où étaient plongés les
-je n’\177tais qu’une
+je n’étais qu’une
-partie et/t l’insensibilit\177 duquel
+partie et à l’insensibilité duquel
-j’avais reioint sans
+j’avais rejoint sans
-un f\177ge \177 jamais r\177volu de
+un âge à jamais révolu de
-primitive, retrouv\177 telle
+primitive, retrouvé telle
-me tir,\177t par
+me tirât par
-qu’avait dissip\177e le jour m date
+qu’avait dissipée le jour — date
-d’une \177re nou~ velle -- o/\177 on
+d’une ère nouvelle — où on
-avait couples. J’avais oubli\177 cet \177v\177nement pendant
+avait coupées. J’avais oublié cet événement pendant
-souvenir aussit6t que j’avais r\177ussi \177 m’dveiller pour \177chapper aux
+souvenir aussitôt que j’avais réussi à m’éveiller pour échapper aux
-de precaution i’entourais compl\177tement ma t\177te de
+de précaution j’entourais complètement ma tête de
-dans !e monde des r\177ves. Quelquefois, comme Eve naquit d’une c6te d’Adam,
+dans le monde des rêves. Quelquefois, comme Ève naquit d’une côte d’Adam,
-cuisse. Fortune du
+cuisse. Formée du
-que i’\177tais sur
+que j’étais sur
-de gofiter, je
+de goûter, je
-que c’\177tait elle
+que c’était elle
-qui senfait dans
+qui sentait dans
-je m’\177veillais. Le
+je m’éveillais. Le
-bien loinrain aupr\177s de
+bien lointain auprès de
-que i’avais quitt\177e, il
+que j’avais quittée, il
-moments \177 peine; ma joue \177tait chaude
+moments à peine ; ma joue était chaude
-corps courbatur\177 par
+corps courbaturé par
-que ]’avais connue
+que j’avais connue
-tout \177 ce but: la re.trouver, comme
+tout à ce but : la retrouver, comme
-une cit\177 d\177sir\177e et
+une cité désirée et
-peut gofiter dans une r\177alit\177 le
+peut goûter dans une réalité le
-Peu \177 peu
+Peu à peu
-souvenir s’\177vanouissait, i’avais oubli\177 la
+souvenir s’évanouissait, j’avais oublié la
-de mon’rgve. Un
+de mon rêve. Un
-des ann\177es et
+des années et
-x4 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU les
+les
-en s’\177veillant, et
+en s’éveillant, et
-s’est \177coul\177 jusqu’& son r\177veil; mais
+s’est écoulé jusqu’à son réveil ; mais
-se m\177ler, se
+se mêler, se
-le marin, apres quelque
+le matin, après quelque
-trop diff\177rente de celle oh il
+trop différente de celle où il
-bras soulev\177 pour arrgter et
+bras soulevé pour arrêter et
-et \177 la premiere minute
+et à la première minute
-son r\177veil, il
+son réveil, il
-vient \177t peine
+vient à peine
-plus d\177plac\177e et
+plus déplacée et
-exemple apres diner assis
+exemple après dîner assis
-mondes d\177sorbit\177s, le
+mondes désorbités, le
-voyager \177 route vitesse
+voyager à toute vitesse
-les paupi\177res, il
+les paupières, il
-croira couch\177 quelques
+croira couché quelques
-autre contr\177e. Mais
+autre contrée. Mais
-lit mgme, mon sommeil fft profond et d\177tendit enti\177rement mon esprit; alors celui-ci l\177chait le
+lit même, mon sommeil fût profond et détendît entièrement mon esprit ; alors celui-ci lâchait le
-lieu off je m’\177tais endormi,
+lieu où je m’étais endormi,
-je m’\177veillais au
+je m’éveillais au
-comme ]’ignorais oh je
+comme j’ignorais où je
-savais m\177me pas
+savais même pas
-qui j’\177tais; j’avais
+qui j’étais ; j’avais
-sa simplicit\177 premiere le
+sa simplicité première le
-peut fr\177mir au
+peut frémir au
-d’un animal; j’\177tais plus d\177nu\177 que
+d’un animal ; j’étais plus dénué que
-des cavernes; mais
+des cavernes ; mais
-souvenir -- non
+souvenir — non
-lieu oh j’\177tais, mais
+lieu où j’étais, mais
-j’avais habit\177s et oh j’aurais pu gtre m venait \177 moi
+j’avais habités et où j’aurais pu être — venait à moi
-du n\177ant d’o\177 je
+du néant d’où je
-tout seul; je passMs en
+tout seul ; je passais en
-des si\177cles de
+des siècles de
-l’image confus\177ment entrevue
+l’image confusément entrevue
-lampes \177 p\177trole, puis
+lampes à pétrole, puis
-chemises \177 col
+chemises à col
-peu \177 peu
+peu à peu
-moi. Peut-\177tre l’immobilit\177 des
+moi. Peut-être l’immobilité des
-est-elle impos\177e par
+est-elle imposée par
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN x5 elles
+elles
-par l’immobilit\177 de notre penske en
+par l’immobilité de notre pensée en
-que, quarid je me r\177veillais ainsi,
+que, quand je me réveillais ainsi,
-y r\177ussir, \177 savoir o/\177 j’\177tais, tout
+y réussir, à savoir où j’étais, tout
-dans l’obscurit\177, les
+dans l’obscurité, les
-les ann\177es. Mon
+les années. Mon
-cherchait, d’apr\177s la
+cherchait, d’après la
-fatigue, i rep\177rer la
+fatigue, à repérer la
-demeure oi\177 il
+demeure où il
-Sa m\177moire, la m\177moire de ses c6tes, de
+Sa mémoire, la mémoire de ses côtes, de
-ses \177paules, lui presentair successivement
+ses épaules, lui présentait successivement
-chambres oh il
+chambres où il
-la piece imagin\177e, tourbillonnaient
+la pièce imaginée, tourbillonnaient
-les t\177n\177bres. Et avant m\177me que ma penske, qui h\177sitait au
+les ténèbres. Et avant même que ma pensée, qui hésitait au
-formes, efit identifi\177 le
+formes, eût identifié le
-lui, --mon corps, mse rappelait
+lui, — mon corps, — se rappelait
-des fengtres, l’existence d’un codok, avec la penske que
+des fenêtres, l’existence d’un couloir, avec la pensée que
-au r\177veil. Mon c6t\177 ankylos\177, cherchant /[ deviner
+au réveil. Mon côté ankylosé, cherchant à deviner
-exemple, allong\177 face
+exemple, allongé face
-lit \177 baldaquin, et aussit6t je me disais: {{ Tiens,
+lit à baldaquin, et aussitôt je me disais : « Tiens,
-bonsoir , ]’\177tais \177 la
+bonsoir », j’étais à la
-mon grandp\177re, mort
+mon grand-père, mort
-des ann\177es; et
+des années ; et
-le c6t\177 sur
+le côté sur
-je me reposais, gardiens fid\177les d’un pass\177 que
+je reposais, gardiens fidèles d’un passé que
-jamais dfi oublier,
+jamais dû oublier,
-la fiamme de
+la flamme de
-de Boh\177me, en
+de Bohême, en
-des chainettes, la chemin\177e en
+des chaînettes, la cheminée en
-chambre i coucher
+chambre à coucher
-chez roes grands-parents,
+chez mes grands-parents,
-jours Iointains qu’en
+jours lointains qu’en
-les repri-
+les repré-
-16 A LA RECHERCt!E DU TEMPS PERDU senter
+senter
-tout \177 l’heure
+tout à l’heure
-tout \177 fait \177veill\177. Puis
+tout à fait éveillé. Puis
-nouvelle attitude; lemur filait
+nouvelle attitude ; le mur filait
-autre direction: j’\177tais dans
+autre direction : j’étais dans
-chez M TM de Saint-Loup, \177 la campagne. Mort Dieu[ II est
+chez Mme de Saint-Loup, à la campagne. Mon Dieu ! Il est
-de diner 1 J’aurai trop prolong\177 la
+de dîner ! J’aurai trop prolongé la
-fais tousles soirs
+fais tous les soirs
-avec M TM de
+avec Mme de
-bien ’des ann\177es ont pass\177 depuis Combray, oh, dans
+bien des années ont passé depuis Combray, où, dans
-tardifs, c’\177taient les refiets rouges
+tardifs, c’étaient les reflets rouges
-ma fengtre. C’est
+ma fenêtre. C’est
-qu’on m\177ne \177 Tansonville, chez M TM de
+qu’on mène à Tansonville, chez Mme de
-trouve \177 ne sortir qu’\177 la nuit, \177 suivre
+trouve à ne sortir qu’à la nuit, à suivre
-chemins oh je
+chemins où je
-au soleil; et
+au soleil ; et
-chambre o/i je
+chambre où je
-le diner, de
+le dîner, de
-je l’aperqois, quand
+je l’aperçois, quand
-rentrons, travers\177e par
+rentrons, traversée par
-Ces \177vocations tournoyantes
+Ces évocations tournoyantes
-quelques secondes; souvent ma brave incertitude
+quelques secondes ; souvent ma brève incertitude
-lieu oh je
+lieu où je
-dont die \177tait faite,
+dont elle était faite,
-en royant un
+en voyant un
-le kin\177toscope. Mais
+le kinétoscope. Mais
-revu tant6t l’une, tant6t l’autre,
+revu tantôt l’une, tantôt l’autre,
-j’avais habitues dans
+j’avais habitées dans
-longues r\177veries qui
+longues rêveries qui
-mon r\177veil; chambres d’hiver o/i quand
+mon réveil ; chambres d’hiver où quand
-est couch\177, on
+est couché, on
-la tgte dans
+la tête dans
-plus disparates: un
+plus disparates : un
-de chile, le
+de châle, le
-un num\177ro des Dt\177bats roses,
+un numéro des Débats roses,
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN t7 la
+la
-appuyant ind\177finiment; o0, par
+appuyant indéfiniment ; où, par
-qu’on gofite est
+qu’on goûte est
-se sen fir s\177par\177 du
+se sentir séparé du
-de la. terre), et o’.u, le feu \177tant entrerenu route la
+de la terre), et où, le feu étant entretenu toute la
-la chemin\177e, on
+la cheminée, on
-fumeux, travers\177 des
+fumeux, traversé des
-d’impalpable alc6ve, de
+d’impalpable alcôve, de
-caverne creus\177e au
+caverne creusée au
-chambre m\177me, zone
+chambre même, zone
-thermiques, a\177r\177e de
+thermiques, aérée de
-nous rafralchissent la
+nous rafraîchissent la
-la fen\177tre ou \1771oign\177es du
+la fenêtre ou éloignées du
-sont refroidies; -- chambres d’\177tg ou l’on aime \177tre uni i la nuit ti\177de, o0 le
+sont refroidies ; — chambres d’été où l’on aime être uni à la nuit tiède, où le
-lune appuy\177 aux
+lune appuyé aux
-son \177chelle enchant\177e, o0 on
+son échelle enchantée, où on
-en piein air,
+en plein air,
-la m\177sange balanc\177e par
+la mésange balancée par
-brise i la
+brise à la
-d’un rayon; -- parfois
+d’un rayon ; — parfois
-que m\177me le
+que même le
-pas \177t\177 trop
+pas été trop
-soutenaient l\177g\177rement le plafond s’\177cartaient avec
+soutenaient légèrement le plafond s’écartaient avec
-de grace pour montrer. et r\177server la
+de grâce pour montrer et réserver la
-du lit; parfois
+du lit ; parfois
-si \177lev\177e de plafond, creus\177e en
+si élevée de plafond, creusée en
-deux \177tages et partiellement rev\177tue d’acajou, 00, d\177s la premiere seconde, j’avais \177t\177 intoxiqu\177 moralement
+deux étages et partiellement revêtue d’acajou, où, dès la première seconde, j’avais été intoxiqué moralement
-du v\177tiver, convaincu de l’hostilit\177 des
+du vétiver, convaincu de l’hostilité des
-l’insolente indifference de
+l’insolente indifférence de
-haut cornroe si
+haut comme si
-pas \177t\177 1\177; -- o0 une \177trange et
+pas été là ; — où une étrange et
-glace i pieds
+glace à pieds
-la piece se creusait \177 vif
+la pièce se creusait à vif
-douce plenitude de
+douce plénitude de
-visuel accoutum\177 un eraplacement qui n’\177tait pas pr\177vu; -- o0 ma penske, s’effor\177ant pendant des heure\177 de \177e disloquer, de \177’\177tirer en VoL I. s
+visuel accoutumé un emplacement qui n’y était pas prévu ; — où ma pensée, s’efforçant pendant des heures de se disloquer, de s’étirer en
-18 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU hauteur
+hauteur
-la �_hambre et arriver \177t remplir
+la chambre et arriver à remplir
-que j’\177tais 6tendu dans
+que j’étais étendu dans
-yeux levis, l’oreille
+yeux levés, l’oreille
-narine r\177tive, le cmur battant; jusqu’/\177 ce
+narine rétive, le cœur battant ; jusqu’à ce
-l’habitude efit chang\177 la
+l’habitude eût changé la
-pendule, enseign\177 la piti\177 \177 la
+pendule, enseigné la pitié à la
-cruelle, dissimuld, sinon chass\177 compl\177tement, l’odeur du v\177tiver, et notablement diminu\177 la
+cruelle, dissimulé, sinon chassé complètement, l’odeur du vétiver, et notablement diminué la
-! am\177nageuse habile
+! aménageuse habile
-installation provisoire; mais que malgr\177 tout
+installation provisoire ; mais que malgré tout
-et r6duit \177t ses
+et réduit à ses
-impuissant \177 nous
+impuissant à nous
-Certes, j’6tais bien \177veill\177 maintenant: mon
+Certes, j’étais bien éveillé maintenant : mon
-avait vir\177 une dernitre fois
+avait viré une dernière fois
-tout arr\177t\177 autour
+tout arrêté autour
-m’avait couch\177 sous
+m’avait couché sous
-approximativement \177 leur
+approximativement à leur
-dans l’obscurit\177 ma
+dans l’obscurité ma
-ma chemin\177e, la fen\177tre sur
+ma cheminée, la fenêtre sur
-je n’\177tais pas
+je n’étais pas
-du r\177veil m’avait
+du réveil m’avait
-sinon pr\177sent\177 l’image
+sinon présenté l’image
-la presence possible,
+la présence possible,
-branle \177tait donn\177 /t ma m\177mo\177re; g6n\177ralement je
+branle était donné à ma mémoire ; généralement je
-pas \177 me
+pas à me
-de suite; je
+de suite ; je
-la nuit/\177 me
+la nuit à me
-d’autrefois \177 Combray
+d’autrefois à Combray
-grand’tante, \177 Balbec, \177 Paris, \177 Donci\177res, \177t Venise,
+grand’tante, à Balbec, à Paris, à Doncières, à Venise,
-encore, \177t me
+encore, à me
-d’elles, c\177 qu’on
+d’elles, ce qu’on
-avait racont& A Combray, tousles jours d\177s la
+avait raconté. À Combray, tous les jours dès la
-de l’apr\177smidi, longtemps
+de l’après-midi, longtemps
-moment off il
+moment où il
-DU �OTI\177 DE �HEZ SWANN 19 mettre
+mettre
-ma m\177re et
+ma mère et
-ma grand’m\177re, ma chambre & coucher
+ma grand’mère, ma chambre à coucher
-mes preoccupations. On
+mes préoccupations. On
-bien inventS, pour
+bien inventé, pour
-soirs oh on
+soirs où on
-du diner, on
+du dîner, on
-ma lampe; et, g Finstar des
+ma lampe ; et, à l’instar des
-et maltres verriers de l’age gothique,
+et maîtres verriers de l’âge gothique,
-substituait \177t l’opacit\177 des
+substituait à l’opacité des
-multicolores, oh des l\177gendes \177taient d\177peintes comme
+multicolores, où des légendes étaient dépeintes comme
-et momentan& Mais
+et momentané. Mais
-n’en \177tait qu’accrue,
+n’en était qu’accrue,
-que � rien
+que rien
-changement d’\177clairage d\177truisait l’habitude
+changement d’éclairage détruisait l’habitude
-et grace /\177 quoi, saul le
+et grâce à quoi, sauf le
-elle m’\177tait devenue
+elle m’était devenue
-j’y \177tais inquiet,
+j’y étais inquiet,
-chambre d’h6tel ou de \177 chalet, oh je fusse arriv\177 pour la premiere lois en
+chambre d’hôtel ou de « chalet » où je fusse arrivé pour la première fois en
-pas saccad\177 de
+pas saccadé de
-dessein, sortair de
+dessein, sortait de
-petite for\177t triangulaire
+petite forêt triangulaire
-et s’avan\177ait en
+et s’avançait en
-le chateau de
+le château de
-pauvre Genevieve de
+pauvre Geneviève de
-Ce chateau \177tait coup\177 selon
+Ce château était coupé selon
-qui n’\177tait gu\177re que
+qui n’était guère que
-verre m\177nag\177s dans le chassis qu’on
+verre ménagés dans le châssis qu’on
-Ce n’\177tait qu’un
+Ce n’était qu’un
-de chateau, et
+de château, et
-lande oh rgvait Genevieve, qui
+lande où rêvait Geneviève, qui
-Le chateau et
+Le château et
-lande \177taient jaunes,
+lande étaient jaunes,
-pour connaitre leur
+pour connaître leur
-du chassis, la sonorit\177 mordor\177e du
+du châssis, la sonorité mordorée du
-l’avait montr\177e avec \177vidence. Golo s’arr\177tait un
+l’avait montrée avec évidence. Golo s’arrêtait un
-pour &outer avec
+pour écouter avec
-boniment lug haute
+boniment lu à haute
-20 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU qu’il
+qu’il
-une docilit\177 qui
+une docilité qui
-certaine majestY, aux
+certaine majesté, aux
-du texte; puis il s’\1771oignaii du m\177me pas saccad\177. Et
+du texte ; puis il s’éloignait du même pas saccadé. Et
-pouvait arr\177ter sa lente chevauch\177e. Si
+pouvait arrêter sa lente chevauchée. Si
-continuait it s’avancer
+continuait à s’avancer
-la fen\177tre, se
+la fenêtre, se
-leurs fenres. Le
+leurs fentes. Le
-Golo lui-m\177me, d’une
+Golo lui-même, d’une
-obstacle mat\177riel, de
+obstacle matériel, de
-objet g\177nant qu’il
+objet gênant qu’il
-rendant int\177rieur, f\177t-ce le
+rendant intérieur, fût-ce le
-s’adaptait aussit6t et surnagealt invinciblement
+s’adaptait aussitôt et surnageait invinciblement
-figure pile toujours
+figure pâle toujours
-aussi m\177lancolique, mais
+aussi mélancolique, mais
-laissait para\177tre aucun
+laissait paraître aucun
-cette transvert\177bration. Certes
+cette transvertébration. Certes
-charme it ces
+charme à ces
-semblaient \177maner d’un pass\177 m\177rovingien et
+semblaient émaner d’un passé mérovingien et
-causait pourrant cette
+causait pourtant cette
-du raystire et
+du mystère et
-la beaut\177 dans
+la beauté dans
-attention it elle qu’it lui-m\177me. L’influence anesth\177siante de
+attention à elle qu’à lui-même. L’influence anesthésiante de
-ayant cess\177, je
+ayant cessé, je
-mettais it penser, it senfir, choses
+mettais à penser, à sentir, choses
-qui dif[\177rait pour
+qui différait pour
-de tousles autres
+de tous les autres
-tourner, rant le
+tourner, tant le
-m’en \177tait devenu
+m’en était devenu
-le voili\177 qui
+le voilà qui
-astral it Golo. Et d\177s qu’on
+astral à Golo. Et dès qu’on
-le diner, j’avais hire de courir i la salle \177t manger\177 oi\177 la
+le dîner, j’avais hâte de courir à la salle à manger, où la
-DU COT\177 DE �HEZ SWANN 2I connaissait
+connaissait
-le bceuf A 1\177/casserole, donnait sa lumi\177re de tousles soirs,
+le bœuf à la casserole, donnait sa lumière de tous les soirs,
-de tombet dans
+de tomber dans
-de Genevieve de
+de Geneviève de
-plus chore, tandis
+plus chère, tandis
-scrupules. Apres le diner, h\177las, j’\177tais bient6t oblig\177 de quitter mareart qui restair A causer
+scrupules. Après le dîner, hélas, j’étais bientôt obligé de quitter maman qui restait à causer
-salon off tout
+salon où tout
-monde, saul ma grand’m\177re qui
+monde, sauf ma grand’mère qui
-que que (( c’est une piti\177 de rester enferm\177 A la campagne, et
+que « c’est une pitié de rester enfermé à la campagne » et
-avec mort p\177re, les
+avec mon père, les
-dehors. (( Ce
+dehors. « Ce
-et \177nergique, disait-elle tristement, surfout ce
+et énergique, disait-elle tristement, surtout ce
-la volont\177., Mon p\177re haussait les 6paules et
+la volonté. » Mon père haussait les épaules et
-le baiom\177tre, car il’ aimair la m\177t\177orologie, pendant
+le baromètre, car il aimait la météorologie, pendant
-ma m\177re, 6vitant de
+ma mère, évitant de
-le regardair avec
+le regardait avec
-chercher \177 percer le myst\177re de ses sup\177riorit6s. Mais ma grand’m\177re, elle, par tousles temps, m\177me quand
+chercher à percer le mystère de ses supériorités. Mais ma grand’mère, elle, par tous les temps, même quand
-que Fran9oise avait pr\177cipitamment rentr6 les pr\177cieux fauteuils
+que Françoise avait précipitamment rentré les précieux fauteuils
-fussent mouill\177s, on
+fussent mouillés, on
-et fouett\177 par
+et fouetté par
-ses m\177ches d\177sor~ donn\177es et
+ses mèches désordonnées et
-front s’imbibf\177t mieux
+front s’imbibât mieux
-la salubrit\177 du
+la salubrité du
-Elle disait: \177 Enfin,
+Elle disait : « Enfin,
-! \177 et
+! » et
-les all\177es d6tremp\177es -- trop sym\177triquement align\177es /\177 son gr\177 par
+les allées détrempées — trop symétriquement alignées à son gré par
-nouveau j ardinier d\177pourvu du
+nouveau jardinier dépourvu du
-mon p\177re avait demand\177 depuis le marin si
+mon père avait demandé depuis le matin si
-s’arrangerait --
+s’arrangerait —
-22 .4 LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU de
+de
-et saccad\177, r\177gl\177 sur
+et saccadé, réglé sur
-son &me l’ivresse
+son âme l’ivresse
-de l’hygi\177ne, la stupidit6 de mon 6ducation et la sym\177trie des jardins, plut6t que
+de l’hygiène, la stupidité de mon éducation et la symétrie des jardins, plutôt que
-le d\177sir inconnu d’elle d’\177viter \177. sa
+le désir inconnu d’elle d’éviter à sa
-disparaissait jusqu’\177. une
+disparaissait jusqu’à une
-qui \177tait toujours
+qui était toujours
-un d\177sespoir et un probl\177me. Quand
+un désespoir et un problème. Quand
-ma grand’m\177re avaient lieu apres diner, une
+ma grand’mère avaient lieu après dîner, une
-faire rentrer: c’\177tait, /\177 un
+faire rentrer : c’était, à un
-moments oh la r\177volution de
+moments où la révolution de
-ramenait p\177riodiquement, comme
+ramenait périodiquement, comme
-des lumi\177res du
+des lumières du
-salon oh les liqueurs \177taient servies
+salon où les liqueurs étaient servies
-table /\177 jeu -- si
+table à jeu — si
-lui criait: (\177Bathilde !
+lui criait : « Bathilde !
-donc empacher ton
+donc empêcher ton
-du cognac!, Pour
+du cognac ! » Pour
-avait apport\177 dans
+avait apporté dans
-mon p\177re un
+mon père un
-si different que
+si différent que
-liqueurs \177taient d\177fendues \177 mon grand-p\177re, ma
+liqueurs étaient défendues à mon grand-père, ma
-pauvre grand’m\177re entrait,
+pauvre grand’mère entrait,
-pas go6ter au cognac; il se f\177chait, buvait
+pas goûter au cognac ; il se fâchait, buvait
-de mgme sa gorg6e, et ma grand’m\177re repartait, triste, d\177courag\177e, souriante
+de même sa gorgée, et ma grand’mère repartait, triste, découragée, souriante
-elle \177tait si
+elle était si
-de coeur et
+de cœur et
-sourire 00, contrairement /\177 ce
+sourire où, contrairement à ce
-pour elle-m\177me, et
+pour elle-même, et
-qu’elle ch\177rissait sans
+qu’elle chérissait sans
-caresser passionn\177ment du
+caresser passionnément du
-lui inttigeait ma
+lui infligeait ma
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN \1773 pri\177res de ma grand’m\177re et
+prières de ma grand’mère et
-inutilement d’6ter \177 mon grandp\177re le verre \177 liqueur, c’\177tait de
+inutilement d’ôter à mon grand-père le verre à liqueur, c’était de
-choses \177 la
+choses à la
-tard jusqu’\177 les consid6rer en
+tard jusqu’à les considérer en
-et \177 prendre
+et à prendre
-du pers\177cuteur assez r\177solument et
+du persécuteur assez résolument et
-persuader \177 soi-mgme qu’il
+persuader à soi-même qu’il
-de pers6cution; elles
+de persécution ; elles
-j’aurais aim\177 battre
+j’aurais aimé battre
-Mais d\177s que j’entendais: \177{ Bathilde,
+Mais dès que j’entendais : « Bathilde,
-donc empScher ton
+donc empêcher ton
-du cognac!, d6j\177 homme
+du cognac ! » déjà homme
-la l&chet\177, je
+la lâcheté, je
-nous raisons tous, une lois que nous soreroes grands,
+nous faisons tous, une fois que nous sommes grands,
-des injustices: je
+des injustices : je
-les voir; je .montais sangloter
+les voir ; je montais sangloter
-maison \177 c6t\177 de
+maison à côté de
-salle d’\177tudes, sous
+salle d’études, sous
-petite piece sentant
+petite pièce sentant
-sauvage pouss\177 au
+sauvage poussé au
-qui passair une
+qui passait une
-la fen\177tre entr’ouverte. Destinge \177 un
+la fenêtre entr’ouverte. Destinée à un
-plus special et
+plus spécial et
-cette piece, d’o/a l’on
+cette pièce, d’où l’on
-qu’elle \177tait la
+qu’elle était la
-me ffit permis
+me fût permis
-fermer \177 clef, /\177 toutes
+fermer à clef, à toutes
-de roes occupations qui r\177clamaient une inviolable solitude: la
+de mes occupations qui réclamaient une inviolable solitude : la
-la r\177verie, les
+la rêverie, les
-la volupt\177. H\177las! je
+la volupté. Hélas ! je
-petits \177carts de r\177gime de
+petits écarts de régime de
-de volont\177, ma sant\177 d\177licate, Fincertitude qu’ils
+de volonté, ma santé délicate, l’incertitude qu’ils
-avenir, pr\177occupaient ma grand’m\177re au
+avenir, préoccupaient ma grand’mère au
-ces d\177ambulations incessantes, de l’apr\177s-midi et
+ces déambulations incessantes, de l’après-midi et
-soir, oh on royair passer
+soir, où on voyait passer
-obliquement lev\177 vers
+obliquement levé vers
-et sillonn\177es, devenues
+et sillonnées, devenues
-de l’&ge presque mauves cornroes les labours \177 l’automne, barr\177es,
+de l’âge presque mauves comme les labours à l’automne, barrées,
-:\1774 A LA RECHERCHE D U TEMPS 1�ERD U si elle .sortait, par
+si elle sortait, par
-voilette /t demi relev\177e, et
+voilette à demi relevée, et
-lesquelles, amen\177 l\177t par
+lesquelles, amené là par
-triste penske, \177tait toujours
+triste pensée, était toujours
-de s\177cher un
+de sécher un
-coucher, \177tait que
+coucher, était que
-moment oh je
+moment où je
-puis oh passait
+puis où passait
-couloir \177t double
+couloir à double
-bruit ldger de sa .robe de
+bruit léger de sa robe de
-bleue, i laquelle
+bleue, à laquelle
-paille tress\177e, \177tait pour
+paille tressée, était pour
-douloureux. II annon\177ait celui qui allair le suivre, oh elle m’aurait quirtS, oh elle
+douloureux. Il annonçait celui qui allait le suivre, où elle m’aurait quitté, où elle
-j’aimais rant, j’en arrivais i souhaiter qu’il vlnt le
+j’aimais tant, j’en arrivais à souhaiter qu’il vînt le
-possible, ice que se prolonge&t le
+possible, à ce que se prolongeât le
-de r\177pit oh maman n’\177tait pas
+de répit où maman n’était pas
-quand, apres m’avoir embrass\177, elle ouvrait ma porte
+quand, après m’avoir embrassé, elle ouvrait la porte
-dire (\177embrasse-moi une lois encore\177, mais
+dire « embrasse-moi une fois encore », mais
-savais qu’aussit6t elle
+savais qu’aussitôt elle
-visage flch\177, car
+visage fâché, car
-faisait i ma
+faisait à ma
-et i mon
+et à mon
-paix, aga\177ait mon p\177re qui
+paix, agaçait mon père qui
-elle eftt voulu ticher de
+elle eût voulu tâcher de
-elle \177tait d\177j\177 sur le pa s de
+elle était déjà sur le pas de
-voir fich\177e d\177truisait tout
+voir fâchée détruisait tout
-m’avait apport\177 un
+m’avait apporté un
-avait pench\177 vers
+avait penché vers
-paix oh mes l\177vres puiseraient sa presence r\177elle et
+paix où mes lèvres puiseraient sa présence réelle et
-ces soirs-l\177t, oh maman
+ces soirs-là, où maman
-somme restair si
+somme restait si
-ma chambre; \177taient doux
+ma chambre, étaient doux
-DU �OT;\177 DE �H�Z $W.dNN \1775 comparaison
+comparaison
-ceux oh il
+ceux où il
-monde \177 diner et oil, \177t cause
+monde à dîner et où, à cause
-se bornair habituellement/\177 M.
+se bornait habituellement à M.
-quelques \177trangers de passage, \177tait /\177 peu pros la
+quelques étrangers de passage, était à peu près la
-qui vint chez nous /\177 Combray,
+qui vînt chez nous à Combray,
-pour diner en
+pour dîner en
-mauvais marlage, parce
+mauvais mariage, parce
-quelquefois apres le diner, \177 l’improviste.
+quelquefois après le dîner, à l’improviste.
-soirs off, assis
+soirs où, assis
-qui \177tourdissait au
+qui étourdissait au
-et glac\177, route personne
+et glacé, toute personne
-le d\177clenchait en entrant {( sans sonner \177, mais
+le déclenchait en entrant « sans sonner », mais
-et dor\177 de
+et doré de
-les \177trangers, tout
+les étrangers, tout
-monde aussit6t se demandair: \177{ Une
+monde aussitôt se demandait : « Une
-peut-il \177tre ? \177 mais
+peut-il être ? » mais
-pouvait \177tre que M. Swann; ma grand’tante padant/\177 haute
+pouvait être que M. Swann ; ma grand’tante parlant à haute
-pour pr&cher d’exemple,
+pour prêcher d’exemple,
-qu’elle s’effor9air de
+qu’elle s’efforçait de
-naturel, disair de
+naturel, disait de
-chuchoter ainsi; que
+chuchoter ainsi ; que
-plus d\177sobligeant pour
+plus désobligeant pour
-et /t’ qui
+et à qui
-pas entendre; et on envoyair en \177claireur ma grand’m\177re, toujours he.ureuse d’avoir un pr\177texte pour
+pas entendre ; et on envoyait en éclaireur ma grand’mère, toujours heureuse d’avoir un prétexte pour
-en profitair pour
+en profitait pour
-tuteurs des rosiers
+tuteurs de rosiers
-une m\177re qui,
+une mère qui,
-son ills que
+son fils que
-ma grand’m\177re allair nous
+ma grand’mère allait nous
-l’ennemi, cornme si on efit pu hdsiter entre
+l’ennemi, comme si on eût pu hésiter entre
-:26 A L./I RECH.ERCH.E DU T.EMPS P.ERDU possible
+possible
-et bient6t apres mon grandp\177re disait: {\177 Je
+et bientôt après mon grand-père disait : « Je
-Swann. \177) On
+Swann. » On
-en effet. qu’ii la
+en effet qu’à la
-nez busqud, aux
+nez busqué, aux
-front en{ourd de
+front entouré de
-roux, coiffds i la
+roux, coiffés à la
-de lumi\177re possible
+de lumière possible
-les mo. ustiques, et
+les moustiques et
-qu’on apportf\177t les sirops; ma grand’m\177re attachait
+qu’on apportât les sirops ; ma grand’mère attachait
-aimable, ice qu’ils
+aimable, à ce qu’ils
-d’une fa9on exceptionnelle,
+d’une façon exceptionnelle,
-lui, dtait tr\177s lib avec mon grandp\177re, qui avait dtd un des meilleu. rs amis
+lui, était très lié avec mon grand-père, qui avait été un des meilleurs amis
-son p\177re, homme
+son père, homme
-qui, parait-il, un
+qui, paraît-il, un
-les klans du cceur, changer le tours de la penske. J’entendais plusieurs lois par
+les élans du cœur, changer le cours de la pensée. J’entendais plusieurs fois par
-mon grand-p\177re raconter i table
+mon grand-père raconter à table
-les m\177mes sur
+les mêmes sur
-le pire, /\177 la
+le père, à la
-avait veillde jour
+avait veillée jour
-Mon grand-p\177re qui
+Mon grand-père qui
-longtemps dtait accouru aupr\177s de
+longtemps était accouru auprès de
-la propridtd que’ les Swann possddaient aux
+la propriété que les Swann possédaient aux
-avait rdussi, pour qu’il n’assistit pas /\177 la
+avait réussi, pour qu’il n’assistât pas à la
-en hi,re, ii lui
+en bière, à lui
-parc oh il
+parc où il
-mon grandp\177re par le bras s’dtait dcrid: \177{ Ah
+mon grand-père par le bras, s’était écrié : « Ah
-ces aubdpines et mon dtang dont
+ces aubépines et mon étang dont
-jamais fdlicitd ?
+jamais félicité ?
-de m\177me, mon chef
+de même, mon cher
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN 2 7 Am\177d\177e !\177 Brusquemint le
+Amédée ! » Brusquement le
-trop compliqu\177 de
+trop compliqué de
-avait pu/k un
+avait pu à un
-aller /tun mouvement
+aller à un mouvement
-lui \177tait familier
+lui était familier
-se presentair & son
+se présentait à son
-pourtant passe consoler
+pourtant pas se consoler
-deux ann\177es qu’il lui surv\177cut, il disair g mon grand-p\177re: {\177 C’est dr61e, je pense tr\177s souvent /t ma
+deux années qu’il lui survécut, il disait à mon grand-père : « C’est drôle, je pense très souvent à ma
-beaucoup & la fois.. {\177 Souvent
+beaucoup à la fois. » « Souvent
-peu & la
+peu à la
-pauvre p\177re Swann \177, \177tait devenu
+pauvre père Swann », était devenu
-mon grand-p\177re qui la prononsair /\177 propos
+mon grand-père qui la prononçait à propos
-plus diff\177rentes. I1 m’aurait
+plus différentes. Il m’aurait
-ce p\177re de Swann \177tait un monstre, simon grand-p\177re que je consid\177rais cornroe meilleur
+ce père de Swann était un monstre, si mon grand-père que je considérais comme meilleur
-suite & absoudre
+suite à absoudre
-j’aurais \177td enclin & condamner, ne s’dtait rdcri\177: (\177 Mais
+j’aurais été enclin à condamner, ne s’était récrié : « Mais
-? c’dtait un cceur d’or !, Pendant
+? c’était un cœur d’or ! » Pendant
-des armies, oh pourrant, surtout
+des années, où pourtant, surtout
-M. Swann,.le ills, vint
+M. Swann, le fils, vint
-voir \177 Combray,
+voir à Combray,
-mes grandsparents ne soup5onn\177rent pas
+mes grands-parents ne soupçonnèrent pas
-la socidt\177 qu’avait frdquentde sa
+la société qu’avait fréquentée sa
-sous l’esp\177ce d’incognito
+sous l’espèce d’incognito
-ce nora de
+ce nom de
-ils hdbergeaient -- avec la parfaire innocence d’honn\177tes h6teliers qui
+ils hébergeaient — avec la parfaite innocence d’honnêtes hôteliers qui
-un c\177l\177bre brigand -- un
+un célèbre brigand — un
-plus dldgants du JockeyClub, ami prdfdrd du
+plus élégants du Jockey-Club, ami préféré du
-plus choyds de
+plus choyés de
-haute soci\177t\177 du
+haute société du
-L’ignorance o/\177 nous dtions de
+L’ignorance où nous étions de
-Swann tenair dvidemment en
+Swann tenait évidemment en
-28 A LA R.ECH.ERCH.E DU T.EMPS P.ERDU partie it la r\177serve et it la discretion de son caract\177re, mais aussi it ce
+partie à la réserve et à la discrétion de son caractère, mais aussi à ce
-la soci\177t\177 une idle un
+la société une idée un
-la consid\177raient comme cornposSe de castes ferm\177es off chacun, d\177s sa
+la considéraient comme composée de castes fermées où chacun, dès sa
-trouvait plac\177 dans
+trouvait placé dans
-et d’ola rien, it moins
+et d’où rien, à moins
-d’une carri\177re exceptionnelle
+d’une carrière exceptionnelle
-mariage inesp\177rd, ne
+mariage inespéré, ne
-faire p\177n\177trer dans
+faire pénétrer dans
-caste sup\177rieure. M.
+caste supérieure. M.
-le p\177re, \177tait agent de change; le \177 ills Swann, se
+le père, était agent de change ; le « fils Swann » se
-caste off les
+caste où les
-une cat\177gorie de
+une catégorie de
-avaient \177t\177 les fr\177quentations du pire, on
+avaient été les fréquentations du père, on
-quelles \177taient les
+quelles étaient les
-il \177tait {\177 en situation, de
+il était « en situation » de
-d’autres, c’\177talent relations
+d’autres, c’étaient relations
-comme \177taient mes
+comme étaient mes
-qu’il dtait orphelin, it venir tr\177s fid\177lement nous voir; mais
+qu’il était orphelin, à venir très fidèlement nous voir ; mais
-fort it parier
+fort à parier
-voyait \177taient de
+voyait étaient de
-pas os\177 saluer si, \177tant avec
+pas osé saluer si, étant avec
-avait rencontr\177s. Si
+avait rencontrés. Si
-voulu i toute
+voulu à toute
-appliquer it Swann
+appliquer à Swann
-lui ffit personnel,
+lui fût personnel,
-autres ills d’agents
+autres fils d’agents
-situation \177gale i celle
+situation égale à celle
-coefficient efit dt\177 pour
+coefficient eût été pour
-peu inf\177rieur parce que, tr\177s simple de fa\177ons et
+peu inférieur parce que, très simple de façon et
-une \177( toquade, d’objets
+une « toquade » d’objets
-vieil h6tel oh il
+vieil hôtel où il
-ma grand’m\177re r\177vait de
+ma grand’mère rêvait de
-qui \177tait situ\177 quai d’Orl\177ans, quartier
+qui était situé quai d’Orléans, quartier
-d’habiter. \177 l\177tes-vous seulement
+d’habiter. « Êtes-vous seulement
-votre int\177r\177t,
+votre intérêt,
-DU COTi\177 DE CHEZ’ SWANN 29 parce
+parce
-des croftres par
+des croûtes par
-marchands \177, lui disaft ma grand’tante; elle
+marchands », lui disait ma grand’tante ; elle
-aucune competence, et
+aucune compétence, et
-haute idle, m\177me au
+haute idée, même au
-de rue intellectuel,
+de vue intellectuel,
-conversation, \177vitait les su]ets s\177rieux et
+conversation, évitait les sujets sérieux et
-une precision fort prosaique, non
+une précision fort prosaïque, non
-moindres d\177tails, des
+moindres détails, des
-mais m\177me quand les sceurs de ma grand’m\177re parlaient
+mais même quand les sœurs de ma grand’mère parlaient
-artistiques. Provoqu\177 par elles /k donner
+artistiques. Provoqué par elles à donner
-avis, /k exprimer
+avis, à exprimer
-presque d\177sobligeant, et
+presque désobligeant, et
-s’il pouraft fournir \177ur le mus\177e oh il
+s’il pouvait fournir sur le musée où il
-date oh il avait \177t\177 peint,
+date où il avait été peint,
-renseignement mat\177riel. Mais
+renseignement matériel. Mais
-se contentaft de chercher & nous
+se contentait de chercher à nous
-qui yenaft de
+qui venait de
-notre cuisini\177re, avec
+notre cuisinière, avec
-ces r\177cits faisaient
+ces récits faisaient
-qu’elle dis~ tingu&t bien si c’\177tait /t cause du r61e ridicule
+qu’elle distinguât bien si c’était à cause du rôle ridicule
-mettait \177t les conter: {\177 On
+mettait à les conter : « On
-vous \177tes un
+vous êtes un
-monsieur Swann! \177 Comme elle \177tait la
+monsieur Swann ! » Comme elle était la
-famille, � elle
+famille, elle
-aux \177trangers, quand on parlair de
+aux étrangers, quand on parlait de
-de l’Op\177ra, qu’il \177tait le ills de 3l. Swann
+de l’Opéra, qu’il était le fils de M. Swann
-avait dfi lui
+avait dû lui
-que c’\177tait sa fantaisle. Fantaisle qu’elle jugeait au reste devoir \177tre si
+que c’était sa fantaisie. Fantaisie qu’elle jugeait du reste devoir être si
-autres, qu’/t Paris, quand 31. Swann yenair le I e\177 janvier
+autres, qu’à Paris, quand M. Swann venait le 1er janvier
-marrons glacis, elle
+marrons glacés, elle
-30 A LA RECH.ERCH.E DU T.EMPS P.ERDU dire: (\177 Eh bien! M. Swam), vous
+dire : « Eh bien ! M. Swann, vous
-toujours pros de l’Entrep6t des
+toujours près de l’Entrepôt des
-pour \177tre sir de
+pour être sûr de
-Lyon ?, Et
+Lyon ? » Et
-de l’ceil, pardessus son
+de l’œil, par-dessus son
-dit it ma grand’m\177re que
+dit à ma grand’mère que
-Swann qui en rant que ills Swann \177tait parfaitement {{ qualifi\177, pour \177tre renu par route la \177 belle bourgeoisie ,, par
+Swann qui, en tant que fils Swann était parfaitement « qualifié » pour être reçu par toute la « belle bourgeoisie », par
-les avou\177s les plus estim\177s de Paris (privilege qu’il
+les avoués les plus estimés de Paris (privilège qu’il
-toute diff\177rente; qu’en
+toute différente ; qu’en
-nous, \177t Paris, apres nous
+nous, à Paris, après nous
-chemin it peine
+chemin à peine
-rue tourn\177e et
+rue tournée et
-jamais l’ceil d’aucun
+jamais l’œil d’aucun
-ou associ\177 d’agent
+ou associé d’agent
-cela eat paru
+cela eût paru
-extraordinaire it ma tante qu’aur.ait pu l’\177tre pour
+extraordinaire à ma tante qu’aurait pu l’être pour
-plus lettrde la penske d’\177tre personnellement li\177e avec Aristde dont
+plus lettrée la pensée d’être personnellement liée avec Aristée dont
-qu’il aliait, apres avoir caus\177 avec
+qu’il allait, après avoir causé avec
-de Thetis, dans
+de Thétis, dans
-et oi\177 Virgile
+et où Virgile
-montre recu it bras ourerrs; ou,
+montre reçu à bras ouverts ; ou,
-tenir it une
+tenir à une
-venir it l’esprit,
+venir à l’esprit,
-l’avait rue peinte
+l’avait vue peinte
-assiettes it petits
+assiettes à petits
-eu it diner Ali-Baba,
+eu à dîner Ali-Baba,
-seul, pdn\177trera dans
+seul, pénétrera dans
-caverne dblouissante de tr\177sors insoup\177onn\177s. Un
+caverne éblouissante de trésors insoupçonnés. Un
-qu’il \177tait renu nous voir it Paris, apres diner, en s’excusant d’\177tre en habit, Fran�oise ayant, apres son d\177part, dit
+qu’il était venu nous voir à Paris, après dîner, en s’excusant d’être en habit, Françoise ayant, après son départ, dit
-avait dln\177 \177 chez
+avait dîné « chez
-princesse \177, -- (\177 Oui,
+princesse », — « Oui,
-du demi-monde!, avait r\177pondu ma
+du demi-monde ! » avait répondu ma
-en hau. ssant les \177paules sans
+en haussant les épaules sans
-usait-elle cavali\177rement avec
+usait-elle cavalièrement avec
-qu’il derair \177tre flatt\177
+qu’il devait être flatté
-DU COTi\177 DE �HEZ SWANN 3 x par
+par
-ne vlnt pas
+ne vînt pas
-voir l’dt\177 sans avoir & la
+voir l’été sans avoir à la
-de pgches ou
+de pêches ou
-il m’efit rapportal des
+il m’eût rapporté des
-de chefs-d’ceuvre. On
+de chefs-d’œuvre. On
-se g\177nait gu\177re pour l’envoyer qudrir d\177s qu’on
+se gênait guère pour l’envoyer quérir dès qu’on
-salade \177t l’ananas
+salade à l’ananas
-grands diners oh on
+grands dîners où on
-qu’on pfit le servir & des \177trangers qui
+qu’on pût le servir à des étrangers qui
-la premiere fois.
+la première fois.
-de France: {{ des
+de France : « des
-ne connaitrons jamais ni v\177)us ni
+ne connaîtrons jamais ni vous ni
-pas ,, disait
+pas », disait
-grand’tante \177t Swann
+grand’tante à Swann
-avait peut-\177tre dans
+avait peut-être dans
-de T\177vickenham; elle
+de Twickenham ; elle
-faisait pous\177er le
+faisait pousser le
-soirs oh la sceur de ma grand’m\177re chantair, ayant,
+soirs où la sœur de ma grand’mère chantait, ayant,
-cet \177tre ailleurs si recherch\177, la naive brusquerie
+cet être ailleurs si recherché, la naïve brusquerie
-de prdcautions qu’avec
+de précautions qu’avec
-bon march& Sans
+bon marché. Sans
-connurent \177t la m\177me \177poque tant
+connurent à la même époque tant
-clubmen \177tait bien diffdrent de
+clubmen était bien différent de
-que crYair ma
+que créait ma
-Combray, apres qu’avaient
+Combray, après qu’avaient
-coups h\177sitants de
+coups hésitants de
-elle injectair et
+elle injectait et
-qu’elle sayair sur
+qu’elle savait sur
-se d\177tachait, suivi
+se détachait, suivi
-ma grand’m\177re, sur
+ma grand’mère, sur
-de t\177n\177bres, et
+de ténèbres, et
-reconnaissait \177t la
+reconnaissait à la
-Mais m\177me au
+Mais même au
-de rue des
+de vue des
-tout mat\177riell-ement constituS, identique
+tout matériellement constitué, identique
-n’a qu’& aller
+n’a qu’à aller
-d’un testament; notre personnalit\177 sociale
+d’un testament ; notre personnalité sociale
-une creation de la penske des
+une création de la pensée des
-32 .4 LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU Mgme l’acte
+Même l’acte
-appelons ({ voir
+appelons « voir
-connaissons \177 est
+connaissons » est
-un acre intellectuel.
+un acte intellectuel.
-de l’\177tre que
+de l’être que
-nous repr\177sentons, ces
+nous représentons, ces
-une adherence si
+une adhérence si
-se rnglent si
+se mêlent si
-la sonorit\177 de
+la sonorité de
-celle-ci n’\177tait qu’une
+celle-ci n’était qu’une
-nous \177cot/tons. Sans
+nous écoutons. Sans
-qu’ils s’dtaient constituS, mes
+qu’ils s’étaient constitué, mes
-de particularit,s de
+de particularités de
-qui \177taient cause
+qui étaient cause
-elles dtaient en sa presence, voyaient- les dl\177gances r\177gner dans
+elles étaient en sa présence, voyaient les élégances régner dans
-et s’arr\177ter /t son nez busqu\177 comme \177 leur fronti\177re naturelle; mais
+et s’arrêter à son nez busqué comme à leur frontière naturelle ; mais
-visage d\177saffect\177 de
+visage désaffecté de
-yeux d\177pr\177ci\177s, le
+yeux dépréciés, le
-doux r\177sidu -- mimdmoire, mi-oubli -- des
+doux résidu — mi-mémoire, mi-oubli — des
-oisives pass\177es ensemble apres nos diners hebdc\177madaires, autour
+oisives passées ensemble après nos dîners hebdomadaires, autour
-L’enveloppe corporelie de
+L’enveloppe corporelle de
-avait \177td si bien bourr\177e, ainsi
+avait été si bien bourrée, ainsi
-souvenirs relatifs/i ses
+souvenirs relatifs à ses
-ce Swann-1/t \177tait devenu un gtre completet vivant,
+ce Swann-là était devenu un être complet et vivant,
-que i’ai l’impression
+que j’ai l’impression
-ma m\177moire, du
+ma mémoire, du
-passe /tce premier Swann -- \177t ce premier $wann dans lequel ie retrouve
+passe à ce premier Swann — à ce premier Swann dans lequel je retrouve
-ma ]eunesse et
+ma jeunesse et
-DU COTi\177 DE CHEZ SWANN 33 qui
+qui
-moins /\177 l’a’utre qu’aux
+moins à l’autre qu’aux
-connues /t la m\177me \177poque, comme
+connues à la même époque, comme
-en \177tait de
+en était de
-d’un mus\177e off tousles portraits d’un mgme. temps
+d’un musée où tous les portraits d’un même temps
-une m\177me tonalit\177 --/t ce
+une même tonalité — à ce
-de Ioisir, parfum\177 par
+de loisir, parfumé par
-ma grand’m\177re dtait allbe demander un service/t une
+ma grand’mère était allée demander un service à une
-au Sacrd-Cceur (et
+au Sacré-Cœur (et
-laquelle, /i cause
+laquelle, à cause
-en relations, malgr\177 une sympathie r\177ciproque), la
+en relations malgré une sympathie réciproque), la
-la c\177l\177bre famille
+la célèbre famille
-avait dit: c{ Je
+avait dit : « Je
-des Laumes., Ma grand’m\177re \177tait revenue
+des Laumes. » Ma grand’mère était revenue
-visite enthousiasm\177e par
+visite enthousiasmée par
-et off Mine de
+et où Mme de
-giletier etsa fille,
+giletier et sa fille,
-elle \177tait entree demander qu’on fit un point \177t sa
+elle était entrée demander qu’on fît un point à sa
-avait d\177chir\177e dans
+avait déchirée dans
-Ma grand’m\177re avait trouv\177 ces
+Ma grand’mère avait trouvé ces
-elle d\177clarait que
+elle déclarait que
-petite \177tait une
+petite était une
-giletier \177tait l’homme
+giletier était l’homme
-plus distingu\177, le
+plus distingué, le
-qu’elle efit jamais
+qu’elle eût jamais
-distinction \177tait quelque
+distinction était quelque
-d’absolument ind\177pendant du
+d’absolument indépendant du
-une r\177ponse que
+une réponse que
-disant \177t maman: \177 S\177vign\177 n’aurait
+disant à maman : « Sévigné n’aurait
-dit !, et,
+dit ! » et,
-de Mmo de
+de Mme de
-avait rencontr\177 chez elle: {c Ah 1 ma
+avait rencontré chez elle : « Ah ! ma
-commun !, Or
+commun ! » Or
-relatif \177 Swann
+relatif à Swann
-d’y abalsser M \177e de Villeparisis. I1 VoL L 3
+d’y abaisser Mme de Villeparisis. Il
-34 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU semblait que ]a consideration que,
+semblait que la considération que,
-ma grand’m\177re, nous accordions k Mine de
+ma grand’mère, nous accordions à Mme de
-lui cr\177t un
+lui créât un
-l’en rendit moins
+l’en rendît moins
-avait manqud en
+avait manqué en
-permettant \177 des parents /\177 elle
+permettant à des parents à elle
-le fr&tuenter. (( Comment! elle connalt Swann? Pour
+le fréquenter. « Comment ! elle connaît Swann ? Pour
-tu pr\177tendais parente du mar\177chal de Mac-Mahon !, Cette
+tu prétendais parente du maréchal de Mac-Mahon ! » Cette
-ensuite confirm\177e par
+ensuite confirmée par
-pire societY, presque
+pire société, presque
-jamais \177 prdsenter, continuant k venir seut chez
+jamais à présenter, continuant à venir seul chez
-en tooins, mais d’apr(\177s laquelle
+en moins, mais d’après laquelle
-juger -- supposant que c’dtait 1\177 qu’il
+juger — supposant que c’était là qu’il
-prise -- le
+prise — le
-qu’il frequentair habituellement.
+qu’il fréquentait habituellement.
-une lois, mon grand-p\177re lut
+une fois, mon grand-père lut
-Swann \177tait un
+Swann était un
-plus fid\177les habitues des d\177jeuners du
+plus fidèles habitués des déjeuners du
-de X .... dont le p\177re et
+de X..., dont le père et
-avaient dt\177 les hommes diP-tat les
+avaient été les hommes d’État les
-du r\177gne de
+du règne de
-mon grand-p\177re dtait curieux de tousles petits
+mon grand-père était curieux de tous les petits
-l’aider \177 cntrer par la penske dans
+l’aider à entrer par la pensée dans
-vie priv\177e d’hommes comme Mold, comme
+vie privée d’hommes comme Molé, comme
-Broglie. I1 fut enchant\177 d’apprendre que $w;mn fr\177quentait des
+Broglie. Il fut enchanté d’apprendre que Swann fréquentait des
-connus. Ma’grand’tante au contraire interpr6ta cette
+connus. Ma grand’tante au contraire interpréta cette
-sens d6favorable k Swann: quelqu’un
+sens défavorable à Swann : quelqu’un
-ses fr\177quentations en dehors dc la caste ot\177 il dtait n6, en
+ses fréquentations en dehors de la caste où il était né, en
-sa \177 classe \177 sociale, subissait/t ses
+sa « classe » sociale, subissait à ses
-un f&cheux d6classement. [1 lui seroblair qu’on renon9&t d’un
+un fâcheux déclassement. Il lui semblait qu’on renonçât d’un
-bien pos\177s, qu’avaient
+bien posés, qu’avaient
-et engrang6es pour
+et engrangées pour
-les families pr6voyantes (ma
+les familles prévoyantes (ma
-DU COT\177 DE CHEZ SWANN 35 avait m\177me cessd de
+avait même cessé de
-le ills d’un
+le fils d’un
-avait \177pous\177 une
+avait épousé une
-et \177tait par l& descendu
+et était par là descendu
-rang respectd de ills de noraire & celui
+rang respecté de fils de notaire à celui
-ces aventuriers. anciens
+ces aventuriers anciens
-ou gar\177ons d’&urie, pour
+ou garçons d’écurie, pour
-des bont\177s). Elle bl\177.ma le
+des bontés). Elle blâma le
-mon grand-p\177re d’interroger
+mon grand-père d’interroger
-prochain oh il
+prochain où il
-venir diner, sur
+venir dîner, sur
-lui d&ouvrions. D’autre
+lui découvrions. D’autre
-deux sceurs de ma grand’m\177re, vieilles rilles qui
+deux sœurs de ma grand’mère, vieilles filles qui
-esprit, d&lar\177rent ne
+esprit, déclarèrent ne
-leur beau-fr\177re pouvait trouver h parler
+leur beau-frère pouvait trouver à parler
-pareilles. C’\177taient des
+pareilles. C’étaient des
-d’aspirations dlev\177es et qui & cause
+d’aspirations élevées et qui à cause
-cela m\177me \177taient incapables de s’int\177resser & ce
+cela même étaient incapables de s’intéresser à ce
-potin, efit-il m\177me un int\177r\177t historique,
+potin, eût-il même un intérêt historique,
-d’une fa9on g\177n\177rale & tout
+d’une façon générale à tout
-se rattachait-pas directement \177. un objet esthdtique ou
+se rattachait pas directement à un objet esthétique ou
-Le ddsintdressement de leur pensde \177tait tel, & l’\177gard de
+Le désintéressement de leur pensée était tel, à l’égard de
-de pros ou
+de près ou
-rattacher & la
+rattacher à la
-auditif -- ayant
+auditif — ayant
-son inutilitd momentande d\177s qu’& diner la
+son inutilité momentanée dès qu’à dîner la
-terre & terre
+terre à terre
-leur \177taient chers, -- mettait
+leur étaient chers, — mettait
-organes r\177cepteurs et
+organes récepteurs et
-un v\177ritable commencement
+un véritable commencement
-mon grand-p\177re avait
+mon grand-père avait
-deux sceurs, il
+deux sœurs, il
-qu’il efit recours & ces
+qu’il eût recours à ces
-les m\177decins alidnistes & l’\177gard de
+les médecins aliénistes à l’égard de
-la distraction: coups frapp\177s & plu, sieurs reprises
+la distraction : coups frappés à plusieurs reprises
-couteau, coincidant avec
+couteau, coïncidant avec
-36 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU psychiatres
+psychiatres
-plus int\177ress\177es quand
+plus intéressées quand
-jour oh Swann
+jour où Swann
-venir diner, et
+venir dîner, et
-personnellement envoy\177 une
+personnellement envoyé une
-un numdro du Figaro oh & c6t\177 du
+un numéro du Figaro où à côté du
-qui \177tait /tune Exposition
+qui était à une Exposition
-ces mots: (( de
+ces mots : « de
-Swann ,, nous dit: {{ Vous
+Swann », nous dit : « Vous
-a it les honneurs \177 du Figaro ?, -- it Mais
+a « les honneurs » du Figaro ? » — « Mais
-de gofit., dit ma grand’m\177re. -- \177 Naturellement
+de goût », dit ma grand’mère. — « Naturellement
-s’agit d’\177tre d’un
+s’agit d’être d’un
-nous ,, r\177pondit ma
+nous », répondit ma
-ma grand’m\177re n’\177tait jamais du m\177me avis
+ma grand’mère n’était jamais du même avis
-et n’\177tant pas blen sfire que ce fat & elle-m\177me que
+et n’étant bien sûre que ce fût à elle-même que
-ma grand’m\177re contre
+ma grand’mère contre
-elle tachair de
+elle tâchait de
-nous restames silencieux. Les sceurs de ma grand’m\177re ayant manifest\177 l’intention
+nous restâmes silencieux. Les sœurs de ma grand’mère ayant manifesté l’intention
-parler /t Swann
+parler à Swann
-leur d&onseilla. Chaque
+leur déconseilla. Chaque
-qu’elle yoyait aux
+qu’elle voyait aux
-petit ffit-il qu’elle
+petit fût-il qu’elle
-que c’\177tait non
+que c’était non
-avoir /t les envier. \177 Je
+avoir à les envier. « Je
-pas plaisir; moi j e sais
+pas plaisir ; moi je sais
-serait tr\177s d\177sagr\177able de
+serait très désagréable de
-nom imprim\177 tout
+nom imprimé tout
-pas flatt\177e du
+pas flattée du
-m’en parlat., Elle ne s’ent\177ta pas d’ailleurs & persuader les sceurs de ma grand’m\177re; car
+m’en parlât. » Elle ne s’entêta pas d’ailleurs à persuader les sœurs de ma grand’mère ; car
-la vulgarit\177 poussaient
+la vulgarité poussaient
-des p\177riphrases ingdnieuses une
+des périphrases ingénieuses une
-DU COTE DE CHEZ SWANN 37 allusion
+allusion
-souvent inaperdue de celui m\177me \177 qui
+souvent inaperçue de celui même à qui
-s’adressait. Quant/\177 ma m\177re, elle
+s’adressait. Quant à ma mère, elle
-pensait qu’a t\177cher d’obtenir
+pensait qu’à tâcher d’obtenir
-mon p\177re. qu’il consentlt \177 parler \177 Swann
+mon père qu’il consentît à parler à Swann
-adorait eta cause
+adorait et à cause
-mariage. {( Tu
+mariage. « Tu
-dire qu’i\177n mot,
+dire qu’un mot,
-doit \177tre si
+doit être si
-lui. \177) Mais mon p\177re se f\177chait: {( Mais
+lui. » Mais mon père se fâchait : « Mais
-des iddes absurdes.
+des idées absurdes.
-ridicule. \177 Mais
+ridicule. » Mais
-devint Fobjet d’une preoccupation douloureuse, ce fur moi.
+devint l’objet d’une préoccupation douloureuse, ce fut moi.
-soirs off des \177trangers, ou
+soirs où des étrangers, ou
-Swann, \177taient 1/\177, maman
+Swann, étaient là, maman
-Je dinais avant
+Je dînais avant
-m’asseoir /\177 table, jusqu’a huit heures oh il \177tait convenu
+m’asseoir à table, jusqu’à huit heures où il était convenu
-devais monter; ce baiser pr\177cieux et
+devais monter ; ce baiser précieux et
-me fallair le
+me fallait le
-salle /\177 manger
+salle à manger
-me ddshabillais, sans
+me déshabillais, sans
-se bris&t sa
+se brisât sa
-se r\177pandlt et s’\177vapor&t sa
+se répandît et s’évaporât sa
-et, j ustement ces soirs-l\177 off j’aurais
+et, justement ces soirs-là où j’aurais
-de pr\177caution, il
+de précaution, il
-je d\177robasse brusquement,
+je le dérobasse brusquement,
-sans m\177me avoir
+sans même avoir
-la libert\177 d’esprit n\177cessaires pour porter/\177 ce
+la liberté d’esprit nécessaires pour porter à ce
-penser \177 autre
+penser à autre
-ferment u, ne porte,
+ferment une porte,
-moment oh ils l’ont ferm\177e. Nou\177 \177tions tous
+moment où ils l’ont fermée. Nous étions tous
-coups h\177sitants de
+coups hésitants de
-On sayair que c’\177tait Swann; ndanmoins tout
+On savait que c’était Swann ; néanmoins tout
-ma grand’m\177re
+ma grand’mère
-38 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU en reconnaissance. (e Pensez i le
+en reconnaissance. « Pensez à le
-est ddlicieux et
+est délicieux et
-est dnorme \177, recommanda mon grandp\177re /k ses deux belles-sceurs. ,{ Ne
+est énorme », recommanda mon grand-père à ses deux belles-sœurs. « Ne
-pas & chuchoter,
+pas à chuchoter,
-maison o/\177 tout
+maison où tout
-bas !\177 -- \177(Ah ! voil& M.
+bas ! » — « Ah ! voilà M.
-demain ,, dit mon pbre. Ma m\177re pensair qu’un
+demain », dit mon père. Ma mère pensait qu’un
-faire &Swann depuis
+faire à Swann depuis
-peu & I’dcart. 31ais je la suivis; je
+peu à l’écart. Mais je la suivis ; je
-me d&ider & la
+me décider à la
-que tout/t l’heure
+que tout à l’heure
-salle /\177 manger
+salle à manger
-qu’elle vlnt m’embrasser. \177 Voyons,
+qu’elle vînt m’embrasser. « Voyons,
-votre fille; je suis sfire qu’elle a ddj& le gofit des belles ceuvres comme
+votre fille ; je suis sûre qu’elle a déjà le goût des belles œuvres comme
-papa. \177 -- re 31ais venez
+papa. » — « Mais venez
-la v\177randa ,, dit mon grand-p\177re en s’approchant. 3/la m\177re fut obligde de
+la véranda », dit mon grand-père en s’approchant. Ma mère fut obligée de
-contrainte m\177me une pensde ddlicate de
+contrainte même une pensée délicate de
-bons pontes que
+bons poètes que
-force & trouver
+force à trouver
-grandes beautds: ,\177 Nous
+grandes beautés : « Nous
-serons tousles deux, dit-elle & mi-voix & Swann. I1 n’y
+serons tous les deux, dit-elle à mi-voix à Swann. Il n’y
-suis sfire que
+suis sûre que
-avis. \177 Nous nous asslmes tous
+avis. » Nous nous assîmes tous
-seul ’dans ma
+seul dans ma
-pouvoir m’endormir; je t&chais de
+pouvoir m’endormir ; je tâchais de
-aurais oubli&s demain
+aurais oubliées demain
-m’attacher \177 des iddes d’avenir
+m’attacher à des idées d’avenir
-auraient dfi
+auraient dû
-DU COTI\177 DE CHEZ $WANN ’ 39 me
+me
-au del\177 de l’abime prochain
+au delà de l’abîme prochain
-ma preoccupation, rendu
+ma préoccupation, rendu
-ma m\177re, ne
+ma mère, ne
-laissait pgn\177trer par
+laissait pénétrer par
-impression gtrang\177re. Les pens\177es entraient
+impression étrangère. Les pensées entraient
-mais \177 condition
+mais à condition
-tout \177l\177ment de beaut\177 ou
+tout élément de beauté ou
-de dr61erie qui m’efit touch\177 ou
+de drôlerie qui m’eût touché ou
-malade grace tun anesth\177sique assiste
+malade grâce à un anesthésique assiste
-pleine lucidit\177 \177 l’op\177ration qu’on
+pleine lucidité à l’opération qu’on
-me r\177citer des
+me réciter des
-mon grand-p\177re faisait
+mon grand-père faisait
-parler \177 Swann
+parler à Swann
-me ilssent \177prouver aucune \177motion, les
+me fissent éprouver aucune émotion, les
-aucune galt\177. Ces
+aucune gaîté. Ces
-infructueux. A peine mon grand-p\177re eut-il pos\177 \177 Swann
+infructueux. À peine mon grand-père eut-il posé à Swann
-relative acet orateur
+relative à cet orateur
-des sceurs de ma grand’m\177re aux
+des sœurs de ma grand’mère aux
-question r\177sonna comme
+question résonna comme
-qu’il \177tait poli
+qu’il était poli
-interpella l’autre: ((Imagine-toi, C\177line, que
+interpella l’autre : « Imagine-toi, Céline, que
-institutrice su\177doise qui m’a donn\177 sur les cooperatives dans
+institutrice suédoise qui m’a donné sur les coopératives dans
-des d\177tails tout
+des détails tout
-plus int\177ressants. II faudra
+plus intéressants. Il faudra
-vienne diner ici
+vienne dîner ici
-soir. \177 -- \177 Je crois bien! r\177pondit sa sceur Flora,
+soir. » — « Je crois bien ! répondit sa sœur Flora,
-J’ai rencontr\177 M.
+J’ai rencontré M.
-qui connalt beaucoup
+qui connaît beaucoup
-et i qui
+et à qui
-a expliqu\177 dans
+a expliqué dans
-grand d\177tail comment
+grand détail comment
-un r61e. C’est
+un rôle. C’est
-plus int\177ressant. C’est
+plus intéressant. C’est
-savais rien; et
+savais rien ; et
-est tr\177s aimable. \177 -- \177 I1 n’y
+est très aimable. » — « Il n’y
-qui air des
+qui ait des
-aimables )\177, s’\177cria ma tante C\177line d’une
+aimables », s’écria ma tante Céline d’une
-que � la timidit\177 rendair forte
+que la timidité rendait forte
-la premeditation factice,
+la préméditation factice,
-40 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU regard
+regard
-En m\177me temps
+En même temps
-phrase \177tait le
+phrase était le
-de C\177line pour levin d’Asti, regardait \177galement Swann
+de Céline pour le vin d’Asti, regardait également Swann
-air m\177l\177 de
+air mêlé de
-sa sceur, soit qu’elle envi\177t Swann
+sa sœur, soit qu’elle enviât Swann
-l’avoir inspire, soit
+l’avoir inspiré, soit
-ne pfit s’emp\177cher de
+ne pût s’empêcher de
-sellette. c(Je crois
+sellette. « Je crois
-pourra r\177ussir \177 avoir ce monsieur/\177 diner, continua Flora; quand
+pourra réussir à avoir ce monsieur à dîner, continua Flora ; quand
-sur Mine Materna,
+sur Mme Materna,
-sans s’arr\177ter., -- (\177 Ce doit \177tre d\177licieux \177, soupira mon grand-p\177re dans
+sans s’arrêter. » — « Ce doit être délicieux », soupira mon grand-père dans
-aussi compl\177tement omis
+aussi complètement omis
-la possibilit\177 de s’int\177resser passionn\177ment aux cooperatives su\177doises ou /\177 la
+la possibilité de s’intéresser passionnément aux coopératives suédoises ou à la
-des r61es de
+des rôles de
-avait oubli\177 de
+avait oublié de
-des sceurs de ma grand’m\177re du
+des sœurs de ma grand’mère du
-ajouter soi-m\177me, pour
+ajouter soi-même, pour
-saveur, \177t un r\177cit sur
+saveur, à un récit sur
-de Mol\177 ou
+de Molé ou
-Paris. , Tenez,
+Paris. « Tenez,
-Swann \177t mort grand\177p\177re, ce
+Swann à mon grand-père, ce
-dire \177 plus plus
+dire a plus
-me demand. iez, car
+me demandiez, car
-pas \177norm\177ment chang& Je
+pas énormément changé. Je
-ce marin dans
+ce matin dans
-aurait amus& C’est
+aurait amusé. C’est
-ambassade d’Espagne; ce
+ambassade d’Espagne ; ce
-n’est gu\177re qu’un
+n’est guère qu’un
-merveilleusement \177crit, ce
+merveilleusement écrit, ce
-fait d\177j\177 une premiere difference avec
+fait déjà une première différence avec
-croyons obligds de
+croyons obligés de
-et soir., -- {{ Je
+et soir. » — « Je
-jours oh la
+jours où la
-fort agrdable... \177, interrompit
+fort agréable... », interrompit
-Figaro. \177 Quand
+Figaro. « Quand
-DU �0T1\177 DE �HEZ SW,4NN 4I int\177ressent !, ench\177rit ma tante C\177line. \177 Je
+intéressent ! » enchérit ma tante Céline. « Je
-non, \177pondit Swann \177tonn\177. Ce
+non, répondit Swann étonné. Ce
-attention tousles jours/i des
+attention tous les jours à des
-livres oK il
+livres où il
-nous ddchirons fi\177vreusement chaque
+nous déchirons fiévreusement chaque
-les... Pens\177es de
+les... Pensées de
-(il d\177tacha ce
+(il détacha ce
-l’air pddant). Et
+l’air pédant). Et
-volume dor\177 sur
+volume doré sur
-fois tousles dix
+fois tous les dix
-en t\177moignant pour
+en témoignant pour
-ce d\177dain qu’affectent
+ce dédain qu’affectent
-que ’nous lirions
+que nous lirions
-de Grace est all\177e /t Cannes
+de Grèce est allée à Cannes
-de L\177on a donn\177 un bal costume. Comme
+de Léon a donné un bal costumé. Comme
-serait r\177tablie. \177 31ais regretrant de s’\177tre laiss\177 aller /t parler m\177me ldg\177rement de choses s\177rieuses: . Nous
+serait rétablie. » Mais regrettant de s’être laissé aller à parler même légèrement de choses sérieuses : « Nous
-ces , sommers,,, et
+ces « sommets », et
-mon grand� p\177re: \177 Donc
+mon grand-père : « Donc
-raconte que. Maulevrier
+raconte que Maulevrier
-main \177 ses ills. Vous
+main à ses fils. Vous
-ce 31aulevrier dont il dit: {\177 Jamais ]e ne
+ce Maulevrier dont il dit : « Jamais je ne
-cette \177paisse bouteille
+cette épaisse bouteille
-la grossi\177ret\177 et des sottises., -- \177 l\177paisses ou
+la grossièreté et des sottises. » — « Épaisses ou
-bouteilles oK il
+bouteilles où il
-chose ,, dit
+chose », dit
-qui tenair /t avoir remerci\177 Swann
+qui tenait à avoir remercié Swann
-le present de
+le présent de
-deux. Cdline se mir \177 rire. Swann interloqud reprit: \177Je ne
+deux. Céline se mit à rire. Swann interloqué reprit : « Je ne
-panneau, \177crit Saint-Simon,
+panneau, écrit Saint-Simon,
-main \177 mes
+main à mes
-m’en apersus assez t6t pour l’en empacher.. 31on grand-p\177re s’extasiait d\177j/l sur \177 ignorance
+m’en aperçus assez tôt pour l’en empêcher. » Mon grand-père s’extasiait déjà sur « ignorance
-panneau \177, mais
+panneau », mais
-4 \177 A LA RECHERCHE DU TEMPS .PERDU M ne Cdline, chez
+Mlle Céline, chez
-Saint-Simon -- un litt\177rateur -- avait emp\177chd l’anesth\177sie complate des facult\177s auditives, s’indignait d\177i/k: \177 Comment? vous
+Saint-Simon — un littérateur — avait empêché l’anesthésie complète des facultés auditives, s’indignait déjà : « Comment ? vous
-Eh bien! c’est du joli! Mais
+Eh bien ! c’est du joli ! Mais
-vouloir dire; est-ce
+vouloir dire ; est-ce
-homme West pas
+homme n’est pas
-du cceur? I1 avait
+du cœur ? Il avait
-belle maniare d’dlever ses
+belle manière d’élever ses
-leur disair pas
+leur disait pas
-main /l tousles honn\177tes gens.
+main à tous les honnêtes gens.
-cela ?. Et mon grand-pare navr\177, sentant l’impossibilitd, derant cette
+cela ? » Et mon grand-père navré, sentant l’impossibilité, devant cette
-chercher \177 faire raconter i Swann
+chercher à faire raconter à Swann
-l’eussent amusd, disair i voix basse /t maman: ,< Rappelle-moi donc levers que
+l’eussent amusé, disait à voix basse à maman : « Rappelle-moi donc le vers que
-soulage rant dans ces moments-ll. Ah! oui: {{ Seigneur,
+soulage tant dans ces moments-là. Ah ! oui : « Seigneur,
-faites hair !. Ah
+faites haïr ! » Ah
-bien !, Je
+bien ! » Je
-ma mare des
+ma mère des
-serait /\177 table,
+serait à table,
-la durde du diner et
+la durée du dîner et
-mon pare, maman
+mon père, maman
-l’embrasser /l plusieurs
+l’embrasser à plusieurs
-si 9’avait dt6 dans
+si ç’avait été dans
-salle /l manger,
+salle à manger,
-commencerait a diner et
+commencerait à dîner et
-de pr6parer ma pensde pour pouvoir grace /k ce
+de préparer ma pensée pour pouvoir grâce à ce
-maman /t sentir
+maman à sentir
-mes lavres, comme
+mes lèvres, comme
-courtes s\177ances de pose, prdpare sa palette, eta fait
+courtes séances de pose, prépare sa palette, et a fait
-souvenir, d’apras ses
+souvenir, d’après ses
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN 43 notes,
+notes,
-pouvait & la
+pouvait à la
-la presence du module. Mais
+la présence du modèle. Mais
-le diner ffit sonn\177 mon grand-p\177re eut la f\177rocit\177 inconsciente de dire: (t Le
+le dîner fût sonné mon grand-père eut la férocité inconsciente de dire : « Le
-l’air fatigue, il
+l’air fatigué, il
-On d\177ne tard
+On dîne tard
-ce soir., Et mon p\177re, qui
+ce soir. » Et mon père, qui
-aussi s{.rupuleusement que ma grand’m\177re et
+aussi scrupuleusement que ma grand’mère et
-ma m\177re la
+ma mère la
-des trait\177s, dit: \177t Oui, allons, va te coucher., Je
+des traités, dit : « Oui, allons, vas te coucher. » Je
-maman, \177cet instant
+maman, à cet instant
-du diner. (\177 Mais
+du dîner. « Mais
-ta m\177re, vous vous \177tes assez
+ta mère, vous vous êtes assez
-ces manisfestations sont
+ces manifestations sont
-! \177 Et
+! » Et
-sans viatique; il
+sans viatique ; il
-populaire, & (( contre-cceur ,, montant
+populaire, à « contre-cœur », montant
-mon coeur qui youlair retourner pros de ma m\177re parce
+mon cœur qui voulait retourner près de ma mère parce
-en � m’embrassant, donn6 licence
+en m’embrassant, donné licence
-escalier d\177test\177 oh je
+escalier détesté où je
-sorte absorbg, fix\177, cette sorte particuli\177re de
+sorte absorbé, fixé, cette sorte particulière de
-que je,ressentais chaque
+que je ressentais chaque
-la rendair peut-\177tre plus
+la rendait peut-être plus
-ma sensibilit\177 parce
+ma sensibilité parce
-forme otfactive, mon
+forme olfactive, mon
-encore pergue par
+encore perçue par
-nous eftorions deux
+nous efforçons deux
-de Moli\177re que
+de Molière que
-nous r\177p\177tons sans arr\177ter, c’est
+nous répétons sans arrêter, c’est
-nous r\177veiller et
+nous réveiller et
-puisse d\177barrasser l’id\177e de
+puisse débarrasser l’idée de
-tout d\177guisement h\177roique ou cadenc& C’est
+tout déguisement héroïque ou cadencé. C’est
-que j’\177prouvais quand
+que j’éprouvais quand
-d’une fa\177on infiniment
+d’une façon infiniment
-presque instantan\177e, ’k la
+presque instantanée, à la
-44 A L’A RECHERCHE DU TEMPS PERDU par l’inhalation -- beaucoup
+par l’inhalation — beaucoup
-la panatration morale -- de
+la pénétration morale — de
-vernis particuliare acet escalier.
+vernis particulière à cet escalier.
-en dafaisant mes couvertures, revatir le
+en défaisant mes couvertures, revêtir le
-avait ajoutd dans
+avait ajouté dans
-chaud l’dtd sous
+chaud l’été sous
-de r\177volte, je
+de révolte, je
-de condamn& J’\177crivis a ma mare en
+de condamné. J’écrivis à ma mère en
-effroi dtait que Fran9oise, la cuisiniare de
+effroi était que Françoise, la cuisinière de
-qui \177tait charg& de
+qui était chargée de
-quand j’dtais & Combray, refus\177t de
+quand j’étais à Combray, refusât de
-pour die, faire
+pour elle, faire
-commission & ma mare quand
+commission à ma mère quand
-lui paraltrait aussi
+lui paraîtrait aussi
-le portlet d’un theatre de
+le portier d’un théâtre de
-lettre & un
+lettre à un
-en scane. Elle possddait & l’\177gard des
+en scène. Elle possédait à l’égard des
-peuvent passe faire
+peuvent pas se faire
-code imp\177rieux, abondant,
+code impérieux, abondant,
-qui, & c6td de prescriptions f\177roces comme
+qui, à côté de prescriptions féroces comme
-enfants & la mamelle, d\177fendent avec une ddlicatesse exag\177r\177e de
+enfants à la mamelle, défendent avec une délicatesse exagérée de
-le hit de sa mare, ou
+le lait de sa mère, ou
-le neff de
+le nerf de
-par l’ent\177tement soudain
+par l’entêtement soudain
-mettait & ne
+mettait à ne
-avoir pr\177vu des complexit,s sociales
+avoir prévu des complexités sociales
-de Fran9oise et
+de Françoise et
-n’avait pules lui suggdrer; et l’on \177tait oblig\177 de
+n’avait pu les lui suggérer ; et l’on était obligé de
-DU COTt\177 DE CHEZ’SWANN 45 pass\177 fran\177ais tr\177s ancien,
+passé français très ancien,
-compris, tomroe dans ces cites manufacturi\177res o/\177 de vieux h6tels t\177moignent qu’il
+compris, comme dans ces cités manufacturières où de vieux hôtels témoignent qu’il
-et o/t les
+et où les
-de d\177licates sculptures qui repr\177sentent le
+de délicates sculptures qui représentent le
-saint Th\177ophile ou
+saint Théophile ou
-quatre ills Aymon.
+quatre fils Aymon.
-code /\177 cause
+code à cause
-il \177tait peu
+il était peu
-que saul le
+que sauf le
-d’incendie Fran9oise allat d\177ranger maman en presence de M. Swarm pour
+d’incendie Françoise allât déranger maman en présence de M. Swann pour
-qu’elle professair non
+qu’elle professait non
-parents -- comme
+parents — comme
-les pratres et les ’ rois -- mais
+les prêtres et les rois — mais
-pour l’\177tranger/i qui
+pour l’étranger à qui
-donne l’hospitalit\177, respect
+donne l’hospitalité, respect
-m’aurait peut-\177tre touch6 dans
+m’aurait peut-être touché dans
-bouche, /t cause
+bouche, à cause
-soir oh le caract\177re sacr\177 qu’elle conferair au diner avait
+soir où le caractère sacré qu’elle conférait au dîner avait
-la c\177r\177monie. Mais
+la cérémonie. Mais
-mon c6t6, ie n’h\177sitai pas’/i mentir et/\177 lui
+mon côté, je n’hésitai pas à mentir et à lui
-ce n’\177tait ’ pas
+ce n’était pas
-voulu \177crire /i maman,
+voulu écrire à maman,
-que c’\177tait maman
+que c’était maman
-me quitrant, m’avait recommand\177 de
+me quittant, m’avait recommandé de
-une r\177ponse relativemerit/i un
+une réponse relativement à un
-m’avait pri\177 de chercher; et
+m’avait prié de chercher ; et
-certainement tr\177s f\177ch\177e si
+certainement très fâchée si
-ne tui remettait
+ne lui remettait
-que Fran5oise ne
+que Françoise ne
-dont lessens \177taient plus puissants que’les n6tres, die discernait imm\177diatement, /\177 des
+dont les sens étaient plus puissants que les nôtres, elle discernait immédiatement, à des
-toute v\177rit\177 que nous youlions lt/i cacher; elle
+toute vérité que nous voulions lui cacher ; elle
-de l’\177criture allaient la renseign er sur
+de l’écriture allaient la renseigner sur
-apprendre /i quel
+apprendre à quel
-se r\177f\177rer. Puis
+se référer. Puis
-4 6 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU sortit
+sortit
-air r\177sign\177 qui semblait signifier: {( C’est-il
+air résigné qui semblait signifier : « C’est-il
-! \177 Elle
+! » Elle
-n’en \177tait encore qu’/\177 la
+n’en était encore qu’à la
-qu’il \177tait impossible au maitre d’h6tel de
+qu’il était impossible au maître d’hôtel de
-moment .devant tout
+moment devant tout
-passer & maman. Aussit6t mon anxi\177t\177 tomba; maintenant ce n’\177tait plui comme tout & l’heure pour jusqu’& demain
+passer à maman. Aussitôt mon anxiété tomba ; maintenant ce n’était plus comme tout à l’heure pour jusqu’à demain
-j’avais quitt\177 ma m\177re, puisque
+j’avais quitté ma mère, puisque
-mot aliait, la ff\177chant sans
+mot allait, la fâchant sans
-ce manage me
+ce manège me
-la m\177me pi&e qu’elle, aliait lui
+la même pièce qu’elle, allait lui
-moi & l’oreille; puiSque cette salle & manger
+moi à l’oreille ; puisque cette salle à manger
-hostile, oh, il
+hostile, où, il
-glace elle-mgme -- le ((granit\177 ,) -- et
+glace elle-même — le « granité » — et
-et morteliement tristes
+et mortellement tristes
-les gofit\177it loin
+les goûtait loin
-s’ouvrait & moi
+s’ouvrait à moi
-enveloppe, aliait faire jaillit, projeter jusqu’& mon cceur enivr\177 l’attention
+enveloppe, allait faire jaillir, projeter jusqu’à mon cœur enivré l’attention
-tandis qu’elie lirait
+tandis qu’elle lirait
-je n’\177tais plus s\177par\177 d’elle; les barri\177res \177taient tomb&s, un fil d\177licieux nous r\177unissait. Et
+je n’étais plus séparé d’elle ; les barrières étaient tombées, un fil délicieux nous réunissait. Et
-ce n%tait pas tout: maman aliait sans
+ce n’était pas tout : maman allait sans
-venais d’\177prouver, je
+venais d’éprouver, je
-bien moqu\177 s’il
+bien moqué s’il
-avait devin\177 le but; or,
+avait deviné le but ; or,
-comme ie l’ai
+comme je l’ai
-longues ann&s de
+longues années de
-lui peut4tre n’aurait
+lui peut-être n’aurait
-me comprendre; lui,
+me comprendre ; lui,
-a /t sentir l’\177tre qu’on
+a à sentir l’être qu’on
-plaisir oh l’on
+plaisir où l’on
-pas, oh l’on
+pas, où l’on
-DU �OTI\177 DE �HEZ SWANN 47 c’est
+c’est
-la tui a fait connaitre, l’amour
+la lui a fait connaître, l’amour
-sorte pr\177destin\177e, par
+sorte prédestinée, par
-sera accapar\177e, sp&ialis\177e; mais
+sera accaparée, spécialisée ; mais
-est entree en
+est entrée en
-affectation d\177termin\177e, au
+affectation déterminée, au
-autre, tant6t de la ten~ dresse filiale
+autre, tantôt de la tendresse filiale
-de l’amiti\177 pour
+de l’amitié pour
-camarade. -Et la
+camarade. ─ Et la
-premier apptentissage quand Fran\177oise revint
+premier apprentissage quand Françoise revint
-arrivant & l’h6tel ou au th\177f\177tre oh elle
+arrivant à l’hôtel ou au théâtre où elle
-ou premiere oh il
+ou première où il
-nous aper\177oit errant
+nous aperçoit errant
-attendant d\177sesp\177r\177ment quelque
+attendant désespérément quelque
-elle. I1 nous reconnait, nous aborde famili\177rement, nous
+elle. Il nous reconnaît, nous aborde familièrement, nous
-faisons l&. Et
+faisons là. Et
-d’urgent & dire & sa
+d’urgent à dire à sa
-l’aimons -- comme
+l’aimons — comme
-j’aimais Fran\177oise -- l’intermddiaire bien intentionn\177 qui d’un’ mot.vient de
+j’aimais Françoise — l’intermédiaire bien intentionné qui d’un mot vient de
-la f\177te inconcevable,
+la fête inconcevable,
-et d\177licieux entrainaient loin
+et délicieux entraînaient loin
-nous aimohs. Si
+nous aimons. Si
-en iugeons par
+en jugeons par
-a accost\177 et
+a accosté et
-des initi\177s des cruels myst\177res, les autres invites de la f\177te ne
+des initiés des cruels mystères, les autres invités de la fête ne
-bien d\177moniaque. Ces
+bien démoniaque. Ces
-suppliciantes oh elle aliait gofiter des plaisirs incon-
+suppliciantes où elle allait goûter des plaisirs inconnus,
-4 8 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU nus, voici
+voici
-une br&he inesp\177r\177e nous y pgngtrons; voici qu’une des
+une brèche inespérée nous y pénétrons ; voici qu’un des
-aurait compos\177es, un
+aurait composées, un
-aussi r\177el que
+aussi réel que
-autres, m\177me peut4tre plus
+autres, même peut-être plus
-notre mMtresse y
+notre maîtresse y
-plus m\177l\177e, nous
+plus mêlée, nous
-le repr\177sentons, nous le possddons, nous
+le représentons, nous le possédons, nous
-l’avons cr\177 presque: le moment oh on
+l’avons créé presque : le moment où on
-sommes l&, en
+sommes là, en
-la f\177te ne
+la fête ne
-pas \177tre d’une
+pas être d’une
-bien diff\177rente de celui-l&, ne
+bien différente de celui-là, ne
-plus d\177licieux et qui dfit tant
+plus délicieux et qui dût tant
-a dit: {{ Mais
+a dit : « Mais
-de descendrel Cela
+de descendre ! Cela
-s’ennuyer ll-haut. \177 H\177las !Swann en
+s’ennuyer là-haut. » Hélas ! Swann en
-fait l’exp\177rience, les
+fait l’expérience, les
-une fdte par
+une fête par
-Ma m\177re ne
+Ma mère ne
-sans m\177nagements pour
+sans ménagements pour
-amour-propre (engag\177 & ce
+amour-propre (engagé à ce
-elle \177tait cens\177e m’avoir prig de
+elle était censée m’avoir prié de
-le r\177sultat ne ffit pas d\177mentie) me
+le résultat ne fût pas démentie) me
-par Fran\177oise ces mots: ({ I1 n’y
+par Françoise ces mots : « Il n’y
-de r\177ponse, que
+de réponse » que
-souvent entendus des
+souvent entendu des
-de \177 palaces, ou
+de « palaces » ou
-qui s’\177tonne: (\177 Comment,
+qui s’étonne : « Comment,
-c’est impossible! Vous avez pourrant bien
+c’est impossible ! Vous avez pourtant bien
-encore. \177) Et -- de m\177me qu’elle
+encore. » Et — de même qu’elle
-bec suppl\177mentaire que
+bec supplémentaire que
-reste 1/\177, n’entendant
+reste là, n’entendant
-fait &hang\177s entre
+fait échangés entre
-faire rafralchir
+faire rafraîchir
-DU COTi\177 DE CHEZ $WANN . 49 dans
+dans
-client -- ayant d\177clind ’l’offre de Franqoise de
+client — ayant décliné l’offre de Françoise de
-rester aupr\177s de
+rester auprès de
-retourner \177 l’ofrice, je
+retourner à l’office, je
-en t&chant de
+en tâchant de
-le caf\177 au
+le café au
-qu’en &rivant ce mot i maman,
+qu’en écrivant ce mot à maman,
-la f&cher, si pros d’elle
+la fâcher, si près d’elle
-je m’\177tais barr\177 la possibilit\177 de
+je m’étais barré la possibilité de
-mon coeur de
+mon cœur de
-me pr\177chant un
+me prêchant un
-qui \177tait l’acceptation
+qui était l’acceptation
-Tout & coup mon anxi\177t\177 tomba, une f\177licit\177 m’envahit
+Tout à coup mon anxiété tomba, une félicité m’envahit
-un m\177dicament puissant commence & agir
+un médicament puissant commence à agir
-nous enl\177ve une douleur .’ je
+nous enlève une douleur : je
-la r\177solution de
+la résolution de
-l’embrasser cbfite que cofite, bien
+l’embrasser coûte que coûte, bien
-ce ffit avec
+ce fût avec
-certitude d’\177tre ensuite fttch\177 pour
+certitude d’être ensuite fâché pour
-qui r\177sultait de roes angoisses
+qui résultait de mes angoisses
-dans une all\177gresse extraordinaire,
+dans un allégresse extraordinaire,
-la fen\177tre sans
+la fenêtre sans
-mon lit; je
+mon lit ; je
-ne m’entendlt pas
+ne m’entendît pas
-aussi, fig\177es en
+aussi, figées en
-attention & ne
+attention à ne
-concret qu’elle-m\177me, avait \177 la
+concret qu’elle-même, avait à la
-plan repli\177 jusque-l&, qu’on d\177veloppe. Ce
+plan replié jusque-là, qu’on développe. Ce
-total, ex&ut\177 jusque
+total, exécuté jusque
-ses Vol. I. 4
+ses
-5 � A LA RECt[ERCHE DU TEMPS PERDU moindres
+moindres
-ses dernitres d\177licatesses, ne
+ses dernières délicatesses, ne
-circonscrit. Exposes sur
+circonscrit. Exposés sur
-plus \1771oign\177s, ceux
+plus éloignés, ceux
-jardins situ\177s & l’autre
+jardins situés à l’autre
-percevaient d\177taill\177s avec
+percevaient détaillés avec
-tel (( fini, qu’ils
+tel « fini » qu’ils
-lointain qu’& leur
+lointain qu’à leur
-bien executes par
+bien exécutés par
-que, ,quoiqu’on n’en
+que, quoiqu’on n’en
-que tousles vieux abonn\177s -- les sceurs de ma grand’m\177re aussi
+que tous les vieux abonnés — les sœurs de ma grand’mère aussi
-avait donn\177 ses places -- tendaient
+avait donné ses places — tendaient
-avaient \177cout\177 les progr\177s lointains d’une arm\177e en \177narche qui
+avaient écouté les progrès lointains d’une armée en marche qui
-encore tourn\177 la
+encore tourné la
-de TrYvise. Je
+de Trévise. Je
-lequel ie me mettais \177tait de
+lequel je me mettais était de
-les consequences les
+les conséquences les
-en v\177rit\177 qu’un \177tranger n’aurait pule supposer,
+en vérité qu’un étranger n’aurait pu le supposer,
-dans l’\177ducation qu’on
+dans l’éducation qu’on
-fautes n’\177tait pas le m\177me que dans l’\177ducation des
+fautes n’était pas le même que dans l’éducation des
-m’avait habitu\177 & placer
+m’avait habitué à placer
-en awdt pas
+en avait pas
-besoin d’\177tre plus soigneusement gard\177) celles
+besoin d’être plus soigneusement gardé) celles
-leur caract\177re commun
+leur caractère commun
-en c\177dant /\177 une
+en cédant à une
-ne pronon\177ait pas
+ne prononçait pas
-ne d\177clarait pas
+ne déclarait pas
-que j’\177tais excusable
+que j’étais excusable
-ou m\177me peut-\177tre incapable d’y r\177sister. blais je
+ou même peut-être incapable d’y résister. Mais je
-bien /\177 l’angoisse
+bien à l’angoisse
-les pric\177dait comme & la
+les précédait comme à la
-du ch&timent qui les suivait; et
+du châtiment qui les suivait ; et
-DU COTJ\177 DE CHEZ SWANN 51 \177tait de la m\177me famille
+était de la même famille
-j’avais \177t\177 s\177varement puni,
+j’avais été sévèrement puni,
-ma mare au moment off elle
+ma mère au moment où elle
-que i’\177tais rest\177 lev\177 pour
+que j’étais resté levé pour
-rester & la
+rester à la
-au collage le lendemain, c’\177tait certain.
+au collège le lendemain, c’était certain.
-! duss\177..je me
+! dussé-je me
-la fen\177tre cinq minutes apras, j’aimerais
+la fenêtre cinq minutes après, j’aimerais
-maintenant c’&ait maman, c’\177tait lui
+maintenant c’était maman, c’était lui
-bonsoir, j’\177tais all\177 trop
+bonsoir, j’étais allé trop
-la voi\177 qui menait & la r\177alisation de ce d\177sir pour
+la voie qui menait à la réalisation de ce désir pour
-chemin. J’eniendis les
+chemin. J’entendis les
-accompagnaient Swann; et
+accompagnaient Swann ; et
-j’allai & la fenatre. Maman demandait \177 mon pare s’il avait trouv\177 la
+j’allai à la fenêtre. Maman demandait à mon père s’il avait trouvé la
-au cafa et \177. la pistache. (\177 Je l’ai trouv\177e bien
+au café et à la pistache. « Je l’ai trouvée bien
-ma mare; je
+ma mère ; je
-d’un aufre parfum. \177) -- \177 Je
+d’un autre parfum. » — « Je
-! \177) Ma
+! » Ma
-un m\177me adolescent, qu’elle s’atonnait de
+un même adolescent, qu’elle s’étonnait de
-que l’ftge qu’elle continuait \177 lui
+que l’âge qu’elle continuait à lui
-reste commen\177aient /k lui
+reste commençaient à lui
-et mdrit& des calibataires, de
+et méritée des célibataires, de
-le marin sans
+le matin sans
-enfants. (( Je
+enfants. « Je
-de souci avec
+de soucis avec
-5 2 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU de
+de
-ville. )) Ma m\177re fit
+ville. » Ma mère fit
-pourtant Fair bien
+pourtant l’air bien
-temps. \177 I1 fait
+temps. « Il fait
-tout & fait
+tout à fait
-son p\177re de
+son père de
-front. bloi je
+front. Moi je
-femme. )) -- ({ blais naturellement
+femme. » ─ « Mais naturellement
-plus, r\177pondit mon grandp\177re. J’ai recu de
+plus, répondit mon grand-père. J’ai reçu de
-a d\177j/i longtemps
+a déjà longtemps
-lettre /\177 ce sujet, \177 laquelle
+lettre à ce sujet, à laquelle
-suis empress\177 de
+suis empressé de
-au tooins d’amour,
+au moins d’amour,
-femme. H\177 bien! vous
+femme. Hé bien ! vous
-pas remerci\177 pour l’asti,, ajou. ta mon grand-p\177re en
+pas remercié pour l’asti », ajouta mon grand-père en
-deux belles-smurs. {( Comment,
+deux belles-sœurs. « Comment,
-ne l’avon\177 pas remerci\177 ? ie crois,
+ne l’avons pas remercié ? je crois,
-ai m\177me tourn\177 cela assez d\177licatement \177, r\177pondit ma
+ai même tourné cela assez délicatement », répondit ma
-Flora. ((Oui, tu as tr\177s bien arrang\177 cela: je t’ai admir\177e , dit
+Flora. « Oui, tu as très bien arrangé cela : je t’ai admirée », dit
-tante C\177line. -- {{ Mais
+tante Céline. ─ « Mais
-as \177t\177 tr\177s bien aussi., -- ({ Oui, j’\177tais assez fi\177re de
+as été très bien aussi. » ─ « Oui, j’étais assez fière de
-voisins airnables., -- ((Comment, c’est
+voisins aimables. » ─ « Comment, c’est
-appelez remercier! s’&ria mon grand-p\177re. J’ai
+appelez remercier ! s’écria mon grand-père. J’ai
-que c’\177tait pour
+que c’était pour
-pouvez \177tre stires qu’il
+pouvez être sûres qu’il
-compris. )\177 -- (\177 Mais
+compris. » ─ « Mais
-pas b\177te, je
+pas bête, je
-a appr&i& Je
+a apprécié. Je
-du vin!, Mon p\177re et ma m\177re rest\177rent seuls,
+du vin ! » Mon père et ma mère restèrent seuls,
-un instant; puis rnon p\177re dit: {( H\177 bien
+un instant ; puis mon père dit : « Hé bien
-coucher. \177 \177 {\177 Si
+coucher. » ─ « Si
-veux, rnon ami,
+veux, mon ami,
-de sommeil; ce
+de sommeil ; ce
-au caf\177 si
+au café si
-si \177veill\177e; mais j’aper\177ois de la lumi\177re dans
+si éveillée ; mais j’aperçois de la lumière dans
-pauvre Fran\177oise m’a attendue, ie vais
+pauvre Françoise m’a attendue, je vais
-de d\177grafer mort corsage
+de dégrafer mon corsage
-te ddshabiller., Et rna m\177re ouvrit
+te déshabiller. » Et ma mère ouvrit
-DU COT.I\177 DE CHEZ SWANN 53 porte treillag\177e du
+porte treillagée du
-l’escalier. Bient6t, je
+l’escalier. Bientôt, je
-sa fen\177tre. J’allai
+sa fenêtre. J’allai
-le couloir; mon cceur battait
+le couloir ; mon cœur battait
-peine & avancer,
+peine à avancer,
-plus d’anxi\177t\177, mais d’\177pouvante et
+plus d’anxiété, mais d’épouvante et
-la lumi\177re projet6e par
+la lumière projetée par
-vis elle-m\177me, je m’\177lancai. A la premiere seconde,
+vis elle-même, je m’élançai. À la première seconde,
-avec \177tonnement, ne comprenant pasce qui \177tait arriv& Puis
+avec étonnement, ne comprenant pas ce qui était arrivé. Puis
-de col\177re, elle
+de colère, elle
-me dit m\177me pas un. mot,
+me disait même pas un mot,
-mot, 5’aurait \177t\177 admettre
+mot, ç’aurait été admettre
-reparler &t d’ailleurs cela peut4tre m’efit paru
+reparler et d’ailleurs cela peut-être m’eût paru
-la gravit\177 du ch&timent qui aliait se preparer, le
+la gravité du châtiment qui allait se préparer, le
-eussent \177t\177 purrils. Une parole, c’efit \177t\177 le
+eussent été puérils. Une parole, c’eût été le
-on r\177pond & un
+on répond à un
-de d&ider de le renvoyer; le
+de décider de le renvoyer ; le
-donne & un ills qu’on
+donne à un fils qu’on
-aurait refus\177 si
+aurait refusé si
-contenter d’\177tre f\177ch\177 deux
+contenter d’être fâché deux
-lui. blais elle
+lui. Mais elle
-mon p\177re qui
+mon père qui
-toilette oh il \177tait all\177 se d\177shabiller, et, pour \177viter la sc\177ne qu’il
+toilette où il était allé se déshabiller, et, pour éviter la scène qu’il
-voix entrecouple par la col\177re: (\177 Sauve-toi,
+voix entrecoupée par la colère : « Sauve-toi,
-ton p\177re ne
+ton père ne
-un foul, Mais
+un fou ! » Mais
-lui r\177p\177tais: (\177 Viens
+lui répétais : « Viens
-bonsoir , terrifi\177 en
+bonsoir », terrifié en
-mon p\177re s’\177levait d\177j/\177 sur lemur, mais
+mon père s’élevait déjà sur le mur, mais
-de ’son approche
+de son approche
-et esp\177rant que
+et espérant que
-pour \177viter que mon p\177re me trouv&t encore l& si
+pour éviter que mon père me trouvât encore là si
-continuait & refuser, aliait me dire: (\177 Rentre
+continuait à refuser, allait me dire : « Rentre
-venir. \177 I1 \177tait trop
+venir. » Il était trop
-mon p\177re \177tait
+mon père était
-54 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU devant
+devant
-personne n’entendit: \177 Je suis perdu!\177 I1 n’en
+personne n’entendit : « Je suis perdu ! » Il n’en
-Mon p\177re me
+Mon père me
-larges octroy,s par ma m\177re et ma grand’m\177re, parce
+larges octroyés par ma mère et ma grand’mère, parce
-des \177{ principes \177 et
+des « principes » et
-lui de, Droit
+lui de « Droit
-gens \177). Pour
+gens ». Pour
-ou m\177me sans
+ou même sans
-si consacr6e, qu’on ne pourair m’en
+si consacrée, qu’on ne pouvait m’en
-bien, cornroe il
+bien, comme il
-me disait: \177(Allons, monte
+me disait : « Allons, monte
-pas d’explication!\177 blais aussi,
+pas d’explication ! » Mais aussi,
-ma grand’m\177re), il
+ma grand’mère), il
-pas /t p.roprement parler d’intransigeance. I1 me
+pas à proprement parler d’intransigeance. Il me
-air \177tonn\177 et f&ch\177, puis d\177s que
+air étonné et fâché, puis dès que
-eut expliqu\177 en
+eut expliqué en
-mots embarrassgs ce qui \177tait arrivg, il lui dit: (( Mais
+mots embarrassés ce qui était arrivé, il lui dit : « Mais
-rien. )\177 -- .(t blais, mon ami, r\177pondit timidement ma m\177re, que
+rien. » — « Mais, mon ami, répondit timidement ma mère, que
-rien /t la
+rien à la
-enfant... \177)’-- (\177 Mais
+enfant... » — « Mais
-ne s’.agit pas
+ne s’agit pas
-dit m9n p\177re en
+dit mon père en
-les \177paules, tu
+les épaules, tu
-du chagrin,. il a Fair d\177sol\177, cet enfant; voyons,
+du chagrin, il a l’air désolé, cet enfant ; voyons,
-bien avanc\177e !
+bien avancée !
-donc /l Fran5oise de te preparer le
+donc à Françoise de te préparer le
-nuit aupr\177s de
+nuit auprès de
-coucher. \177 On
+coucher. » On
-mon p\177re; on l’efit agac\177 par
+mon père ; on l’eût agacé par
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN 55 sans
+sans
-un mouvement; il \177tait encore
+un mouvement ; il était encore
-de Finde violet
+de l’Inde violet
-sa t\177te depuis
+sa tête depuis
-des ngvralgies, avec
+des névralgies, avec
-gravure d’apr\177s Benozzo
+gravure d’après Benozzo
-m’avait donnge M.
+m’avait donnée M.
-disant & Sarah
+disant à Sarah
-a & se d\177partir du c6tg d’Isaac. I1 y
+a à se départir du côté d’Ïsaac. Il y
-des ann&s de
+des années de
-l’escalier off je vis \177nonter le
+l’escalier où je vis monter le
-ont \177t\177 d\177truites que
+ont été détruites que
-sont \177difi\177es, donnant naissance /\177 des
+sont édifiées, donnant naissance à des
-et & des
+et à des
-pu prgvoir alors, de m\177me que
+pu prévoir alors, de même que
-mon p\177re a cessg de
+mon père a cessé de
-dire & maman: re Va
+dire à maman : « Va
-le petit., La possibilit\177 de
+le petit. » La possibilité de
-ne renaltra jamais
+ne renaîtra jamais
-moi. blais depuis
+moi. Mais depuis
-recommence \177 tras bien
+recommence à très bien
-je prate l’oreille,
+je prête l’oreille,
-mon p\177re et qui n’dclatarent que
+mon père et qui n’éclatèrent que
-En rgalitg ils
+En réalité ils
-jamais cess6; et
+jamais cessé ; et
-que la’vie se
+que la vie se
-croirait arr\177t\177es mais
+croirait arrêtées mais
-remettent & sonner
+remettent à sonner
-cette nuit-l\177. dans ma chambre; au moment oh je
+cette nuit-là dans ma chambre ; au moment où je
-m’attendais /\177 \177tre obliga de
+m’attendais à être obligé de
-comme r&ompense d’une
+comme récompense d’une
-action. Mame /\177 l’heure oh elle
+action. Même à l’heure où elle
-cette grace, la
+cette grâce, la
-mon pare & mon agard gardait
+mon père à mon égard gardait
-5 6 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU d’imm\177rit\177 qui la caract\177risait, et
+d’immérité qui la caractérisait, et
-tenait gce que g\177n\177ralement elle r\177sultait plut6t de
+tenait à ce que généralement elle résultait plutôt de
-plan pr\177m\177dit\177. Peut\177tre m\177me que
+plan prémédité. Peut-être même que
-sa s\177v\177rit\177, quand
+sa sévérité, quand
-coucher, m\177ritait moins ce nora que
+coucher, méritait moins ce nom que
-ma m\177re ou de ma grand’m\177re, car
+ma mère ou ma grand’mère, car
-plus diff\177rente en
+plus différente en
-que n’\177tait la
+que n’était la
-pas devin\177 jusqu’ici combien j’\177tais malheureux
+pas deviné jusqu’ici combien j’étais malheureux
-ma m\177re et ma grand’m\177re savaient bien; mais
+ma mère et ma grand’mère savaient bien ; mais
-consentir g m’\177pargner de
+consentir à m’épargner de
-m’apprendre & la
+m’apprendre à la
-ma sensibilit\177 nerveuse
+ma sensibilité nerveuse
-ma volont\177. Pour mon p\177re, dont
+ma volonté. Pour mon père, dont
-moi \177tait d’une
+moi était d’une
-ce courage: pour
+ce courage : pour
-fois o/\177 il
+fois où il
-dit & ma m\177re: \177 Va
+dit à ma mère : « Va
-consoler. \177 Maman
+consoler. » Maman
-cette nuit-l& dans
+cette nuit-là dans
-ne grater d’aucun
+ne gâter d’aucun
-si diff\177rentes de
+si différentes de
-droit d’esp\177rer, quand Fran\177oise, comprenant
+droit d’espérer, quand Françoise, comprenant
-assise pros de
+assise près de
-lui demanda: ({ Mais
+lui demanda : « Mais
-Monsieur g pleurer ainsi ?,maman lui r\177pondit: \177 Mais
+Monsieur à pleurer ainsi ? » maman lui répondit : « Mais
-pas lui-m\177me, Fran\177oise, il est \177nerv\177; pr\177parez-moi vite
+pas lui-même, Françoise, il est énervé ; préparez-moi vite
-coucher. \177 Ainsi,
+coucher. » Ainsi,
-la premiere fois,
+la première fois,
-tristesse n’\177tait plus consid\177r\177e comme
+tristesse n’était plus considérée comme
-de reconnaltre officiellement,
+de reconnaître officiellement,
-un \177tat nerveux
+un état nerveux
-je n’\177tais pas responsable; j’avais
+je n’étais pas responsable ; j’avais
-plus i m\177ler de scrupules & l’amertume
+plus à mêler de scrupules à l’amertume
-sans p\177ch& Je n’\177tais pas
+sans péché. Je n’étais pas
-plus m\177diocrement tier vis-&-vis de
+plus médiocrement fier vis-à-vis de
-DU COTi\177 DE CHEZ SWANN 57 Fran9oise de
+Françoise de
-qui, une.heure apres que
+qui, une heure après que
-avait refus\177 de
+avait refusé de
-fait d\177daigneusement r\177pondre que ]e devrais dormir, m’\177levait \177t la dignit\177 de
+fait dédaigneusement répondre que je devrais dormir, m’élevait à la dignité de
-coup \177t une
+coup à une
-de pubert\177 du chagrin, d’\177mancipation des
+de puberté du chagrin, d’émancipation des
-J’aurais dfi \177tre heureux: ie ne l’\177tais pas. I1 me
+J’aurais dû être heureux : je ne l’étais pas. Il me
-ma m\177re yenaft de
+ma mère venait de
-une premiere concession
+une première concession
-lui \177tre douloureuse, que c’\177tait une premiere abdication
+lui être douloureuse, que c’était une première abdication
-devant l’id\177al qu’elle avait con9u pour
+devant l’idéal qu’elle avait conçu pour
-la premiere lois, elle,
+la première fois, elle,
-si ]e v\177nais de reinporter une victoire c’\177tait contre
+si je venais de remporter une victoire c’était contre
-que i’avais r\177ussi comme
+que j’avais réussi comme
-ou l’f\177ge, \177t d\177tendre sa volont\177, /t faire fl\177chir sa
+ou l’âge, à détendre sa volonté, à faire fléchir sa
-cette soiree commen9ait une \177re, resteraft comme
+cette soirée commençait une ère, resterait comme
-j’avais os\177 maintenant,
+j’avais osé maintenant,
-dit /\177 maman: \177Non ]e ne
+dit à maman : « Non je ne
-ici. \177 blais je
+ici. » Mais je
-pratique, r\177aliste comme
+pratique, réaliste comme
-qui temp\177rait en
+qui tempérait en
-ardemment id\177aliste de ma grand’m\177re, et ]e savais
+ardemment idéaliste de ma grand’mère, et je savais
-mal \177tait fait,
+mal était fait,
-moins gofiter le
+moins goûter le
-pas d\177ranger mon p\177re. Certes,
+pas déranger mon père. Certes,
-ma m\177re brillaft encore
+ma mère brillait encore
-ce soir-1/i o0 elle me tenaft si
+ce soir-là où elle me tenait si
-cherchait /i arr\177ter mes larmes; mais
+cherchait à arrêter mes larmes ; mais
-pas dfi \177tre, sa col\177re efit \177t\177 moins
+pas dû être, sa colère eût été moins
-mon enfance; fl me
+mon enfance ; il me
-et secrete de
+et secrète de
-son ftme une premiere ride
+son âme une première ride
-faire apparaitre un
+faire apparaître un
-Cette penske redoubla
+Cette pensée redoubla
-58 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU laissait aller & aucun
+laissait aller à aucun
-moi, \177tre tout
+moi, être tout
-coup gagn& par
+coup gagnée par
-m’en \177tais aperqu, elle
+m’en étais aperçu, elle
-en riant: \177 Voil\177 mon
+en riant : « Voilà mon
-aussi b\177tasse que
+aussi bêtasse que
-tu Was pas
+tu n’as pas
-pas & nous \177nerver, faisons qu.elque chose,
+pas à nous énerver, faisons quelque chose,
-tes livres., Mais
+tes livres. » Mais
-pas l&. (( Est-ce
+pas là. « Est-ce
-sortais d\177j& les
+sortais déjà les
-ta grand’m\177re doit
+ta grand’mère doit
-ta f\177te ? Pense bien: tune seras pas d\177�u de
+ta fête ? Pense bien : tu ne seras pas déçu de
-avoir apr\177s-demain ? )\177 J’\177tais au contraire enchant\177 et maman alia chercher
+avoir après-demain ? » J’étais au contraire enchanté et maman alla chercher
-deviner, & travers
+deviner, à travers
-aspect, pourrant sommaire et voil\177, &lipsaient d\177j& la boite \177 couleurs
+aspect, pourtant sommaire et voilé, éclipsaient déjà la boîte à couleurs
-vers & soie de Fan dernier. C’\177tait la
+vers à soie de l’an dernier. C’était la
-Diable, Fran;ois le .Champi, la
+Diable, François le Champi, la
-les Maitres S. onneurs. Ma grand’m\177re, ai-je
+les Maîtres Sonneurs. Ma grand’mère, ai-je
-les poesies de
+les poésies de
-et Indiana; car
+et Indiana ; car
-elle iugeait les
+elle jugeait les
-les p&tisseries, die ne
+les pâtisseries, elles ne
-du g\177nie eussent sur. l’esprit m\177me d’un
+du génie eussent sur l’esprit même d’un
-une influence. plus
+une influence plus
-mon p\177re l’-ayant presque trait& de
+mon père l’ayant presque traitée de
-elle \177tait retourn\177e elle-m\177me & Jouy-leVicomte chez
+elle était retournée elle-même à Jouy-le-Vicomte chez
-cadeau (c’\177tait un jour brillant et elle dtait rentr& si souffrante que.le m\177decin avait
+cadeau (c’était un jour brûlant et elle était rentrée si souffrante que le médecin avait
-ma m\177re de ne pa s la
+ma mère de ne pas la
-elle s’\177tait rabattue
+elle s’était rabattue
-DU COT2\177 DE CHEZ SWANN 59 champ\177tres de
+champêtres de
-Sand. tc Ma
+Sand. « Ma
-disait-elle & maman,
+disait-elle à maman,
-me d\177cider & donner h cet
+me décider à donner à cet
-mal \177crit. \177 En r\177alit\177, elle
+mal écrit. » En réalité, elle
-se r\177signait jamais &rien acheter
+se résignait jamais à rien acheter
-ne pfit tirer
+ne pût tirer
-apprenant & chercher
+apprenant à chercher
-du bien-\177tre et
+du bien-être et
-la vanit& M\177me quand die avait & faire & quelqu’un
+la vanité. Même quand elle avait à faire à quelqu’un
-avait /\177 donner
+avait à donner
-cherchait , ancie’ns \177, comme
+cherchait « anciens », comme
-longue d\177su\177tude ayant effac\177 leur caract\177re d’utilit\177,, ils paraissaient plut6t disposes pour
+longue désuétude ayant effacé leur caractère d’utilité, ils paraissaient plutôt disposés pour
-la n6tre. Elle efit aim\177 que
+la nôtre. Elle eût aimé que
-beaux. blais au
+beaux. Mais au
-chose repr\177sent\177e efit une valeur esth\177tique, elle
+chose représentée eût une valeur esthétique, elle
-la vulgaritY, l’utilit\177 reprenaient
+la vulgarité, l’utilité reprenaient
-mode m&anique de representation, la
+mode mécanique de représentation, la
-Elle essa. yait de
+Elle essayait de
-sinon d’\177liminer enti\177rement la banalit\177 commerciale,
+sinon d’éliminer entièrement la banalité commerciale,
-la r\177duire, d’y
+la réduire, d’y
-de Fart encore,
+de l’art encore,
-plusieurs \177( \177paisseurs, d’art: au
+plusieurs « épaisseurs » d’art : au
-la Cath\177drale ’de Chartres, des Grand.es Eaux de Saint-Cloud,-du V\177suve, elle
+la Cathédrale de Chartres, des Grandes Eaux de Saint-Cloud, du Vésuve, elle
-renseignait at\177pr\177.s de
+renseignait auprès de
-pas reprisentis, et prdf\177rait me
+pas représentés, et préférait me
-la Cath\177drale de
+la Cathédrale de
-du V\177suve par
+du Vésuve par
-un degr\177 d’art
+un degré d’art
-avait \177t\177 &art\177 de la representation du chef-d’ceuvre ou
+avait été écarté de la représentation du chef-d’œuvre ou
-et remplac\177 par
+et remplacé par
-60 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU pour
+pour
-cette interpretation m\177me. Arriv\177e /\177 1%ch\177ance de la vulgaritY, ma grand’m\177re t,\177chait de
+cette interprétation même. Arrivée à l’échéance de la vulgarité, ma grand’mère tâchait de
-demandait /\177 Swann si l’ceuvre n’avait pas \177t\177 gray&, pr\177f\177rant, quand c’\177tait possible,
+demandait à Swann si l’œuvre n’avait pas été gravée, préférant, quand c’était possible,
-un int\177r\177t au del/\177 d’elles-m\177mes, par
+un intérêt au delà d’elles-mêmes, par
-qui repr\177sentent un chef-d’ceuvre dans un \177tat oh nous
+qui représentent un chef-d’œuvre dans un état où nous
-la C\177ne de Lgonard avant sa d\177gradation, par Morgan). I1 faut
+la Cène de Léonard avant sa dégradation, par Morgan). Il faut
-les r\177sultats de cette mani\177re de cornprendre Fart de
+les résultats de cette manière de comprendre l’art de
-toujours tr\177s brillants. L’id& que
+toujours très brillants. L’idée que
-Venise d’apr\177s un
+Venise d’après un
-est cens\177 avoir
+est censé avoir
-lagune, \177tait certainement beaucoup rnoins exacte
+lagune, était certainement beaucoup moins exacte
-que rn’eussent donn& de
+que m’eussent donnée de
-compte /\177 la
+compte à la
-grand’tante youlair dresser un r\177quisitoire contre ma grand’m\177re, des fauteuils, offerrs par elle /\177 de jeunes fianc\177s ou & de vieux \177poux, qui, & la premiere tentative
+grand’tante voulait dresser un réquisitoire contre ma grand’mère, des fauteuils, offerts par elle à de jeunes fiancés ou à de vieux époux, qui, à la première tentative
-servir, s’\177taient imm\177diatement effondr\177s sous
+servir, s’étaient immédiatement effondrés sous
-ma grand’m\177re aurait
+ma grand’mère aurait
-la solidit\177 d’une boisefie oh se distinguait encore
+la solidité d’une boiserie où se distinguaient encore
-du pass& M\177me ce
+du passé. Même ce
-meubles r\177pondait & un
+meubles répondait à un
-comme c’\177tait d’une fa5on & laquelle
+comme c’était d’une façon à laquelle
-plus habitues, la charmair comme
+plus habitués, la charmait comme
-vieilles mani\177res de dire oh nous
+vieilles manières de dire où nous
-une m\177taphore, effac\177e, dans
+une métaphore, effacée, dans
-de 1’habitude. Or,
+de l’habitude. Or,
-romans champ\177tres de
+romans champêtres de
-ma f\177te, \177taient pleins,
+ma fête, étaient pleins,
-d’expressions tomb&s en d\177su\177tude et rede~ venues imag&s, comme
+d’expressions tombées en désuétude et redevenues imagées, comme
-plus qu’/\177 la
+plus qu’à la
-ma grand’m\177re les avait achet\177s
+ma grand’mère les avait achetés
-DU COTi\177 DE CHEZ SWANN 6\177 de preference & d’autres,
+de préférence à d’autres,
-elle efit lou\177 plus
+elle eût loué plus
-une propri\177t\177 oh il
+une propriété où il
-s’assit & c6t\177 de mon lit; elle
+s’assit à côté de mon lit ; elle
-pris Francois le Champi & qui
+pris François le Champi à qui
-couverture rouge\177tre et
+couverture rougeâtre et
-titre incomprehensible donnaient
+titre incompréhensible donnaient
-une personnalit\177 distincte
+une personnalité distincte
-attrait myst\177rieux. Je
+attrait mystérieux. Je
-Sand \177tait le
+Sand était le
-disposait d\177j\177 \177 imaginer dans Francois le
+disposait déjà à imaginer dans François le
-chose d’ind\177finissable et de d\177licieux. Les proc\177d\177s de narration destines & exciter la curiosit\177 ou
+chose d’indéfinissable et de délicieux. Les procédés de narration destinés à exciter la curiosité ou
-certaines fa\177ons de
+certaines façons de
-qui \177veillent l’inqui\177tude et la m\177lancolie, et
+qui éveillent l’inquiétude et la mélancolie, et
-instruit reconnait pour communs & beaucoup
+instruit reconnaît pour communs à beaucoup
-simples -- & moi qui consid\177rais un
+simples — à moi qui considérais un
-unique, Wayant de
+unique, n’ayant de
-soi -- une \177manation troublante
+soi — une émanation troublante
-l’essence partisuli\177re & Francois le
+l’essence particulière à François le
-ces \177v\177nements si
+ces événements si
-accentuation \177trange. L’action s’engagea; die me
+accentuation étrange. L’action s’engagea ; elle me
-ce temps-l&, quand je ]isMs, je r\177vassais souvent,
+ce temps-là, quand je lisais, je rêvassais souvent,
-pages enti\177res, & tout
+pages entières, à tout
-le r&it, s’ajoutait, quand c’\177tait maman
+le récit, s’ajoutait, quand c’était maman
-lisait \177 haute
+lisait à haute
-les sc\177nes .d’amour. Aussi tousles changements
+les scènes d’amour. Aussi tous les changements
-la meuni\177re et
+la meunière et
-les progr\177s d’un
+les progrès d’un
-62 A LA RECHERCHE DU TEA\177IPS PERDU amour
+amour
-profond myst\177re dont
+profond mystère dont
-devait \177tre dans
+devait être dans
-de \177 Champi, qui
+de « Champi » qui
-vive, empourpr\177e et
+vive, empourprée et
-ma m\177re \177tait une lectrice infid\177le, c’\177tait aussi,
+ma mère était une lectrice infidèle, c’était aussi,
-ouvrages oh elle trouvait. l’accent
+ouvrages où elle trouvait l’accent
-la simplicit\177 de l’interpr\177tation, par la beaut\177 et
+la simplicité de l’interprétation, par la beauté et
-son. M\177me dans
+son. Même dans
-quand c’\177taient des \177tres et
+quand c’étaient des êtres et
-des ceuvres d’art
+des œuvres d’art
-admiration, c’\177tait touchant
+admiration, c’était touchant
-quelle d\177f\177rence elle \177cartait de
+quelle déférence elle écartait de
-tel 6clat de gait6 qui efit pu
+tel éclat de gaîté qui eût pu
-mal & cette m\177re qui
+mal à cette mère qui
-de f\177te, d’anniversaire,
+de fête, d’anniversaire,
-vieillard & son grand age, tel
+vieillard à son grand âge, tel
-de m\177nage qui
+de ménage qui
-fastidieux & ce
+fastidieux à ce
-De m\177me, quand
+De même, quand
-cette bont\177, cette
+cette bonté, cette
-ma grand’m\177ro & tenir pour supgrieures & tout
+ma grand’mère à tenir pour supérieures à tout
-tard & ne
+tard à ne
-tenir \177galement pour sup6rieures & tout
+tenir également pour supérieures à tout
-attentive & bannir
+attentive à bannir
-petitesse, route affectation qui efit pu empacher le flor puissant d’y \177tre re9u, elle fournissait route la tendresse naturelie, route l’ample
+petitesse, toute affectation qui eût pu empêcher le flot puissant d’y être reçu, elle fournissait toute la tendresse naturelle, toute l’ample
-qu’elles r\177clamaient & ces
+qu’elles réclamaient à ces
-semblaient \177crites pour
+semblaient écrites pour
-tout enti\177res dans
+tout entières dans
-sa sensibilitY. Elle
+sa sensibilité. Elle
-leur pr\177existe et
+leur préexiste et
-n’indiquent pas; grace & lui
+n’indiquent pas ; grâce à lui
-toute crudit\177 dans
+toute crudité dans
-donnait /\177 l’imparfait
+donnait à l’imparfait
-DU COTE DE CHEZ SWANN 63 et au pass\177 d\177fini la
+et au passé défini la
-la bont\177, la m\177lancolie qu’il
+la bonté, la mélancolie qu’il
-qui aliait commen- cer, tant6t pressant, tant6t ralentissant
+qui allait commencer, tantôt pressant, tantôt ralentissant
-leurs quantit,s fussent diff\177rentes, dans
+leurs quantités fussent différentes, dans
-insufflait & cette
+insufflait à cette
-remords \177taient calm\177s, je
+remords étaient calmés, je
-aller & la
+aller à la
-nuit oh j’avais ma m\177re aupr\177s de
+nuit où j’avais ma mère auprès de
-se renouveler; que
+se renouveler ; que
-grand d\177sir que
+grand désir que
-ma m\177re dans
+ma mère dans
-nocturnes, \177tait trop
+nocturnes, était trop
-les n\177cessit\177s de
+les nécessités de
-le vceu de
+le vœu de
-avait accord\177 ce soir pfit \177tre autre
+avait accordé ce soir pût être autre
-pas l&. Mais
+pas là. Mais
-angoisses \177ta. ient calm\177es, je
+angoisses étaient calmées, je
-comprenais plus; puis
+comprenais plus ; puis
-soir \177tait encore Iointain; je
+soir était encore lointain ; je
-ce temps-l& ne pfit m’apporter
+ce temps-là ne pût m’apporter
-plus, puisqu’il g’agissait de
+plus, qu’il s’agissait de
-ne d\177pendaient pas
+ne dépendaient pas
-ma volont\177 et
+ma volonté et
-faisait paraitre plus \177vitables l’intervalle
+faisait paraître plus évitables l’intervalle
-les s\177parait encore
+les séparait encore
-quand, r\177veill\177 la
+quand, réveillé la
-lumineux, d\177coup\177 au
+lumineux, découpé au
-d’indistinctes t\177n\177bres, pareil /i ceux
+d’indistinctes ténèbres, pareil à ceux
-projection \177lectrique \177clairent et
+projection électrique éclairent et
-un \177difice dont
+un édifice dont
-restent plong\177es dans la nuit: \177t la
+restent plongées dans la nuit : à la
-6 4 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU petit
+petit
-salle g manger,
+salle à manger,
-de Fall& obscure par oh arriverait
+de l’allée obscure par où arriverait
-vestibule oh je
+vestibule où je
-la premiere marche
+la première marche
-cruel \177 monter,
+cruel à monter,
-constituait & lui
+constituait à lui
-fort \177troit de
+fort étroit de
-pyramide irr\177guli\177re; et, au falte, ma chambre & coucher
+pyramide irrégulière ; et, au faîte, ma chambre à coucher
-couloir & porte vitr& pour l’entr& de maman; en
+couloir à porte vitrée pour l’entrée de maman ; en
-vu & la m\177me heure, isol\177 de
+vu à la même heure, isolé de
-se d\177tachant seul sur l’obscurit\177, le d&or strictement n&essaire (cornme celui
+se détachant seul sur l’obscurité, le décor strictement nécessaire (comme celui
-voit indiqu\177 en t\177te des vieilles pi&es pour les representations en
+voit indiqué en tête des vieilles pièces pour les représentations en
-mon d\177shabillage; comme
+mon déshabillage ; comme
-n’avait consist\177 qu’en deux \177tages reli\177s par
+n’avait consisté qu’en deux étages reliés par
-et cornme s’il
+et comme s’il
-jamais \177t\177 que
+jamais été que
-pu r\177pondre & qui m’efit interrog\177 que
+pu répondre à qui m’eût interrogé que
-existait & d’autres
+existait à d’autres
-serais rappel\177 m’efit \177t\177 fourni
+serais rappelé m’eût été fourni
-la mdmoire volontaire, la mdmoire de
+la mémoire volontaire, la mémoire de
-le pass\177 ne
+le passé ne
-songer \177 ce
+songer à ce
-cela \177tait en r\177alit\177 mort
+cela était en réalité mort
-Mort \177 jamMs ? C’\177tait possible. I1 y
+Mort à jamais ? C’était possible. Il y
-trouve tr\177s raisonnable
+trouve très raisonnable
-les &mes de
+les âmes de
-quelque \177tre inf\177rieur, dans une bgte, un v\177g\177tal, une chose inanirn\177e, perdues
+quelque être inférieur, dans une bête, un végétal, une chose inanimée, perdues
-jamais, oh nous
+jamais, où nous
-passer pros de
+passer près de
-DU COTt\177 DE CHEZ $WANN 65 l’arbre,
+l’arbre,
-et sit6t que
+et sitôt que
-est brisk. D\177livr\177es par
+est brisé. Délivrées par
-notre passe. C’est
+notre passé. C’est
-cherchions \177t l’\177voquer, tousles efforts
+cherchions à l’évoquer, tous les efforts
-inutiles. I1 est cach\177 hors
+inutiles. Il est caché hors
-sa port,e, en
+sa portée, en
-objet mat\177riel (en
+objet matériel (en
-objet mat\177riel) qu.e nous ne soup5onnons pas.
+objet matériel) que nous ne soupçonnons pas.
-il d\177pend du
+il dépend du
-pas. I1 y avait d\177j\177t bien des ann\177es que,
+pas. Il y avait déjà bien des années que,
-qui n’\177tait pas le th\177&tre et
+qui n’était pas le théâtre et
-rentrais \177t la
+rentrais à la
-ma m\177re, voyant
+ma mère, voyant
-de the. Je
+de thé. Je
-ces g&teau.x courts
+ces gâteaux courts
-dodus appel\177s Petites
+dodus appelés Petites
-qui semblent avoir \177t\177 moul\177s dans
+qui semblaient avoir été moulés dans
-valve rainurge d’une
+valve rainurée d’une
-Et bient6t, machinalement, accabl\177 par
+Et bientôt, machinalement, accablé par
-morne journ\177e et
+morne journée et
-portai \177t mes l\177vres une cuiller\177e du th\177 oh j’avais laiss\177 s’amollir
+portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir
-madeleine. Mais/i l’instant m\177me oh la gorg\177e m\177l\177e deg miettes du g,\177teau toucha
+madeleine. Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha
-attentif \177 ce
+attentif à ce
-plaisir d\177licieux m’avait envahi, isol\177, sans
+plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans
-cause. I1 m’avait aussit6t rendu
+cause. Il m’avait aussitôt rendu
-vie indiff\177rentes, ses d\177sastres inoffensifs, sa bri\177vet\177 illusoire,
+vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire,
-la m\177me fa5on qu’op\177re l’amour,
+la même façon qu’opère l’amour,
-essence pr\177cieuse: ou plut6t cette essence Vol. I. \177
+essence précieuse : ou plutôt cette essence
-66 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU’ n’\177tait pas
+n’était pas
-elle \177tait moi. J’avais cess\177 de
+elle était moi. J’avais cessé de
-sentir m\177diocre, contingent, mortel. D’oh avait
+sentir médiocre, contingent, mortel. D’où avait
-qu’elle \177tait li\177e au gofit du th\177 et du gateau, mais
+qu’elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais
-le d\177passait infiniment,
+le dépassait infiniment,
-pas \177tre de m\177me nature. D’oh venait-elle
+pas être de même nature. D’où venait-elle
-? Oh l’appr\177hender ?
+? Où l’appréhender ?
-seconde gorg\177e oh je
+seconde gorgée où je
-la premiere, une troisi\177me qui
+la première, une troisième qui
-je m’arr\177te, la
+je m’arrête, la
-la v\177rit\177 que
+la vérité que
-moi. I1 l’y a \177veill\177e, mais
+moi. Il l’y a éveillée, mais
-la connait pas,
+la connaît pas,
-que r\177p\177ter ind\177finiment, avec
+que répéter indéfiniment, avec
-ce m\177me t\177moignage que
+ce même témoignage que
-pas interprater et
+pas interpréter et
-intact g ma
+intact à ma
-tout g l’heure,
+tout à l’heure,
-un \177claircissement d\177cisif. Je
+un éclaircissement décisif. Je
-esprit. C’est/t lui
+esprit. C’est à lui
-la v\177rit\177. Mais
+la vérité. Mais
-sent d\177pass\177 par lui-m\177me; quand
+sent dépassé par lui-même ; quand
-obscur oh il
+obscur où il
-et oh tout
+et où tout
-pas seulement: crier. I1 est
+pas seulement : créer. Il est
-peut r\177aliser, puis
+peut réaliser, puis
-sa lumi\177re. Et
+sa lumière. Et
-recommence g me
+recommence à me
-pouvait \177tre cet dtat inconnu,
+pouvait être cet état inconnu,
-mais l’\177vidence de sa f\177licit\177, de sa r\177alit\177 devant
+mais l’évidence de sa félicité, de sa réalité devant
-autres s’\177vanouissaient. Je
+autres s’évanouissaient. Je
-faire r\177apparaitre. Je r\177trograde par la penske au moment oh je
+faire réapparaître. Je rétrograde par la pensée au moment où je
-la premiere cuiller\177e de the. Je
+la première cuillerée de thé. Je
-le m\177me \177tat, sans une clart\177 nouvelle.
+le même état, sans une clarté nouvelle.
-demande /tmon esprit
+demande à mon esprit
-pour que. rien. ne brise l’\177lan dont
+pour que rien ne brise l’élan dont
-DU �OTI\177 DE �HEZ SWANN 67 va t\177cher de
+va tâcher de
-ressaisir, j’\177carte tout
+ressaisir, j’écarte tout
-toute idle \177trang\177re, j’abrite
+toute idée étrangère, j’abrite
-sans r\177ussir, je
+sans réussir, je
-contraire \177 prendre
+contraire à prendre
-refusais, \177 penser /\177 autre chose, \177 se
+refusais, à penser à autre chose, à se
-tentative supreme. Puis une deuxi\177me fois,
+tentative suprême. Puis une deuxième fois,
-encore r\177cente de cette premiere gorg\177e et
+encore récente de cette première gorgée et
-se d\177place, voudrait s’\177lever, quelque
+se déplace, voudrait s’élever, quelque
-aurait d\177sancr\177, /tune grande profondeur; je
+aurait désancré, à une grande profondeur ; je
-monte lentement; j’\177prouve la r\177sistance et
+monte lentement ; j’éprouve la résistance et
-distances travers\177es. Certes,
+distances traversées. Certes,
-qui palpire ainsi
+qui palpite ainsi
-doit \177tre l’image,
+doit être l’image,
-qui, li\177 \177 cette
+qui, lié à cette
-suivre jusqu’/t moi.
+suivre jusqu’à moi.
-se d\177bat trop
+se débat trop
-trop confus\177ment; /\177 peine
+trop confusément ; à peine
-je per\177ois le
+je perçois le
-neutre oh se
+neutre où se
-couleurs remu\177ei; mais
+couleurs remuées ; mais
-seul interprate possible,
+seul interprète possible,
-le t\177moignage de
+le témoignage de
-son inseparable compagne,
+son inséparable compagne,
-circonstance particuli\177re, de quelle \177poque du pass\177 il
+circonstance particulière, de quelle époque du passé il
-Arrivera-t-il jusqu’\177 la
+Arrivera-t-il jusqu’à la
-que Fattraction d’un
+que l’attraction d’un
-solliciter, \177mouvoir, soulever
+solliciter, émouvoir, soulever
-est arr\177t\177, redescendu peut-\177tre; qui
+est arrêté, redescendu peut-être ; qui
-remontera jamMs de
+remontera jamais de
-la l\177chet\177 qui nous d\177tourne de toute t\177che difficile,
+la lâcheté qui nous détourne de toute tâche difficile,
-toute (euvre importante, m’a conseill\177 de
+toute œuvre importante, m’a conseillé de
-68 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU mon the en
+mon thé en
-simplement i mes
+simplement à mes
-d’aujourd’hui, i mes d\177sirs de
+d’aujourd’hui, à mes désirs de
-laissent remicher sans
+laissent remâcher sans
-Ce gofit, c’\177tait celui
+Ce goût, c’était celui
-matin \177 Combray
+matin à Combray
-ce iour-l\177 ie ne
+ce jour-là je ne
-tante L\177onie m’offrait apres l’avoir tremp\177 dans
+tante Léonie m’offrait après l’avoir trempé dans
-de the ou
+de thé ou
-La rue de
+La vue de
-rien rappel\177 avant
+rien rappelé avant
-eusse gofit\177; peut-\177tre parce
+eusse goûté ; peut-être parce
-souvent apersu depuis,
+souvent aperçu depuis,
-des p&tissiers, leur
+des pâtissiers, leur
-avait quitt\177 ces
+avait quitté ces
-lier i d’autres plus r\177cents; peut-gtre parce
+lier à d’autres plus récents ; peut-être parce
-souvenirs abandonn\177s si
+souvenirs abandonnés si
-la m\177moire, rien
+la mémoire, rien
-tout s’\177tait d\177sagr\177g\177; les formes -- et
+tout s’était désagrégé ; les formes — et
-de p\177tisserie, si
+de pâtisserie, si
-plissage s\177v\177re et d\177vot -- s’\177taient abolies, ou, ensommeill\177es, avaient
+plissage sévère et dévot — s’étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient
-leur efit permis
+leur eût permis
-d’un pass\177 ancien
+d’un passé ancien
-subsiste, apres la
+subsiste, après la
-des \177tres, apres la
+des êtres, après la
-plus fr\177les mais
+plus frêles mais
-plus immat\177rielles, plus
+plus immatérielles, plus
-plus fid\177les, l’odeur
+plus fidèles, l’odeur
-la saycur restent
+la saveur restent
-des ames,/t se rappeler, \177 attendre,/t esp\177rer,. sur
+des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur
-reste, \177 porter sans fl\177chir, sur lenr gouttelette
+reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette
-impalpable, l’\177difice immense
+impalpable, l’édifice immense
-Et d\177s que
+Et dès que
-le gofit du
+le goût du
-madeleine tremp\177 dans
+madeleine trempé dans
-remettre \177 bien
+remettre à bien
-de d\177couvrir pourquoi
+de découvrir pourquoi
-heureux), aussit6t la
+heureux), aussitôt la
-rue, oh \177tait sa
+rue, où était sa
-DU COTlP DE CHEZ SWANN 69 vint
+vint
-un d\177cor de th\177/itre s’appliquer
+un décor de théâtre s’appliquer
-pavillon dormant sur
+pavillon donnant sur
-avait consfruit pour
+avait construit pour
-ses derri\177res (ce pan tronqu\177 que
+ses derrières (ce pan tronqué que
-revu jusque-la); et
+revu jusque-là) ; et
-Place o/t on
+Place où on
-avant d\177jeuner, 1es rues oh j’allais
+avant déjeuner, les rues où j’allais
-matin ]usqu’ad soir
+matin jusqu’au soir
-temps \177tait beau. Et cornroe dans
+temps était beau. Et comme dans
-jeu oh 1es Japonais s’amusent /t tremper
+jeu où les Japonais s’amusent à tremper
-papier jusque-la indistincts qui,/i peine
+papier jusque-là indistincts qui, à peine
-sont-ils plong\177s s’\177tirent, se
+sont-ils plongés s’étirent, se
-se diff\177rencient, deviennent
+se différencient, deviennent
-et reconnaissables,. de m\177me maintenant
+et reconnaissables, de même maintenant
-les nymphbas de
+les nymphéas de
-et l’\177glise et
+et l’église et
-et soliditY, est
+et solidité, est
-de the.
+de thé.
-II C OMB\177,\177�, de loin, \177 dix lieues \177 la
+II lignes=3ombray, de loin, à dix lieues à la
-la dernitre semaine avant P\177ques, ce n’\177tait qu’une \177glise r\177sumant la
+la dernière semaine avant Pâques, ce n’était qu’une église résumant la
-la representant, parlant
+la représentant, parlant
-aux loinrains, et,
+aux lointains, et,
-tenant serr\177s autour
+tenant serrés autour
-en piein champ,
+en plein champ,
-une pas.toure ses
+une pastoure ses
-maisons rassemblues qu’un
+maisons rassemblées qu’un
-moyen age cernait 9\177 et 1\177 d’un
+moyen âge cernait çà et là d’un
-primitif. A l’habiter, Combray \177tait un
+primitif. À l’habiter, Combray était un
-pierres noir\177tres du pays, pr\177c\177d\177es de degr\177s ext\177rieurs, coiff\177es de
+pierres noirâtres du pays, précédées de degrés extérieurs, coiffées de
-l’ombre derant elles, \177taient assez
+l’ombre devant elles, étaient assez
-qu’il fallat d\177s que
+qu’il fallût dès que
-jour commen\177ait \177 tomber telever les
+jour commençait à tomber relever les
-les ({sailes \177; des
+les « salles » ; des
-rattachaient \177 l’histoire
+rattachaient à l’histoire
-de Combray): rue
+de Combray) : rue
-7\177 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU Saint-Hilaire,
+Saint-Hilaire,
-Saint-Jacques oh etait la
+Saint-Jacques où était la
-Sainte-Hildegarde, oh donnait
+Sainte-Hildegarde, où donnait
-sur laqueile s’ouvrait
+sur laquelle s’ouvrait
-porte laterale de son jardin; et
+porte latérale de son jardin ; et
-ma memoire si reculee, peintes
+ma mémoire si reculée, peintes
-si diffdrentes de
+si différentes de
-maintenant rev\177tent pour
+maintenant revêtent pour
-qu’en v\177rit\177 elles
+qu’en vérité elles
-et l’\177glise qui
+et l’église qui
-plus irreeiles encore
+plus irréelles encore
-lanterne magique; et qu’& certains
+lanterne magique ; et qu’à certains
-l’Oiseau -- \177 la vie/lie h6tellerie de l’Oiseau Flesche, des
+l’Oiseau — à la vieille hôtellerie de l’Oiseau Flesché, des
-de laqueile montait
+de laquelle montait
-cuisine qui s’\177l\177ve encore
+cuisine que s’élève encore
-chaude -- serait une entree en
+chaude — serait une entrée en
-avec l’Au-del\177 plus merveilleusement surnatureile que
+avec l’Au-delà plus merveilleusement surnaturelle que
-avec Genevieve de
+avec Geneviève de
-mon grand-p\177re -- ma grand’tante -- chez
+mon grand-père — ma grand’tante — chez
-habitions, etait la m\177re de
+habitions, était la mère de
-tante L\177onie qui,
+tante Léonie qui,
-puis & Combray
+puis à Combray
-puis sa’ chambre,
+puis sa chambre,
-ne c{ descendait \177 plus, toujours couch\177e dans un \177tat incertain de chagrin,\177 de d\177bilit\177 physique,
+ne « descendait » plus, toujours couchée dans un état incertain de chagrin, de débilité physique,
-maladie, d’id& fixe
+maladie, d’idée fixe
-de d\177votion. Son
+de dévotion. Son
-au Grand-Pr\177 (par
+au Grand-Pré (par
-au Petit-Pre, verdoyant
+au Petit-Pré, verdoyant
-unie, gris\177tre, avec
+unie, grisâtre, avec
-de gr\177s presque derant chaque
+de grès presque devant chaque
-un defile pratiqu\177 par
+un défilé pratiqué par
-gothiques \177 m\177me la pierre oh il efit sculpte une cr\177che ou
+gothiques à même la pierre où il eût sculpté une crèche ou
-chambres contigu\177s, restant
+chambres contiguës, restant
-DU �0T1\177 D.E �HEZ SWANN 73 l’apr\177s-midi dans
+l’après-midi dans
-qu’on abrait l’autre. C’\177taient de
+qu’on aérait l’autre. C’étaient de
-qui -- de m\177me qu’en
+qui — de même qu’en
-parties enti\177res de
+parties entières de
-sont iliumin,es ou parfum\177es par
+sont illuminées ou parfumées par
-pas -- nous
+pas — nous
-qu’y d\177gagent les
+qu’y dégagent les
-vie secrete, invisible,
+vie secrète, invisible,
-que l’atmosph\177re y
+que l’atmosphère y
-en suspens; odeurs naturelies encore,
+en suspens ; odeurs naturelles encore,
-la \177ampagne voisine, mais d\177j\177t casanitres, humaines et renferm\177es, gel\177e exquise,
+la campagne voisine, mais déjà casanières, humaines et renfermées, gelée exquise,
-de tousles fruits de l’ann\177e. qui ont quitt\177 le
+de tous les fruits de l’année qui ont quitté le
-pour l’armoire; saisonni\177res, mais mobiliSres et
+pour l’armoire ; saisonnières, mais mobilières et
-la gel\177e blanche
+la gelée blanche
-village, flf\177neuses et rang\177es, insoucieuses et pr\177voyantes, ling\177res, marinales, d\177votes, heureuses
+village, flâneuses et rangées, insoucieuses et prévoyantes, lingères, matinales, dévotes, heureuses
-qu’un surcrolt d’anxi\177t\177 et d’un prosaisme qui
+qu’un surcroît d’anxiété et d’un prosaïsme qui
-grand r\177servoit de po\177sie a celui
+grand réservoir de poésie à celui
-avoir vdcu. L’air y \177tait satur\177 de
+avoir vécu. L’air y était saturé de
-m’y avan\177ais qu’avec
+m’y avançais qu’avec
-surtout p. ar ces
+surtout par ces
-de P\177tques off je le gofitais mieux
+de Pâques où je le goûtais mieux
-d’arriver \177 Combray: avant
+d’arriver à Combray : avant
-j’entrasse souhalter le bonjour \177 ma tante, on
+j’entrasse souhaiter le bonjour à ma tante on
-un instant dans la premiere piece off le
+un instant, dans la première pièce où le
-encore, \177tait venu
+encore, était venu
-feu, d\177j\177 allum\177 entre
+feu, déjà allumé entre
-badigeonnait route la
+badigeonnait toute la
-grands \177 devants
+grands « devants
-four \177 de
+four » de
-de chemin\177e de chMeaux, sous
+de cheminée de châteaux, sous
-se d\177clarent dehors
+se déclarent dehors
-74 A LA R\177�HERCHE DU TEMPS PERDU m\177me quelque
+même quelque
-la r\177clusion la po\177sie de l’hivernage; je
+la réclusion la poésie de l’hivernage ; je
-velours frapp\177, toujours rev\177tus d’un appuit\177te au crochet; et
+velours frappé, toujours revêtus d’un appui-tête au crochet ; et
-une p&te les app\177tissantes odeurs
+une pâte les appétissantes odeurs
-chambre \177tait tout grumuleux et qu’avait d\177jit fait
+chambre était tout grumeleux et qu’avait déjà fait
-et (( lever \177 la fralcheur humide et ensoleill\177e du
+et « lever » la fraîcheur humide et ensoleillée du
-palpable giteau provincial,
+palpable gâteau provincial,
-immense (( chausson )\177 oil, it peine gofit\177s les
+immense « chausson » où, à peine goûtés les
-plus r\177put\177s, mais
+plus réputés, mais
-papier it ramages,
+papier à ramages,
-convoitise inavou\177e m’engluer
+convoitise inavouée m’engluer
-l’odeur m\177diane, poisseuse,
+l’odeur médiane, poisseuse,
-et fruit\177e du couvre-lit it fleurs.
+et fruitée du couvre-lit à fleurs.
-causait route seule it mi-voix.
+causait toute seule à mi-voix.
-la t\177te quelque
+la tête quelque
-de cass\177 et
+de cassé et
-qu’elle efit d\177plac\177 en
+qu’elle eût déplacé en
-ne rest air jamais longtemps, m\177me seule,
+ne restait jamais longtemps, même seule,
-que c’\177tait salutaire
+que c’était salutaire
-qu’en emp\177chant le
+qu’en empêchant le
-s’y arr\177te}, cela
+s’y arrêter, cela
-moins frequents les \177touffements et
+moins fréquents les étouffements et
-elle souffrait; puis,
+elle souffrait ; puis,
-absolue oi\177 elle
+absolue où elle
-elle pratair it ses
+elle prêtait à ses
-importance extraordinaire; elle
+importance extraordinaire ; elle
-d’une motilit\177 qui
+d’une motilité qui
-et it d\177faut de confident it qui
+et à défaut de confident à qui
-les annon\177ait i elle-m\177me, en un perp\177tuel monologue qui etait sa .seule forme d’activit\177. Malheureusement,
+les annonçait à elle-même, en un perpétuel monologue qui était sa seule forme d’activité. Malheureusement,
-attention it ce
+attention à ce
-n’y efit personne
+n’y eût personne
-DU COT2\177 DE CH.EZ SWANN 75 se dire k elle-m\177me: (\177 I1 faut
+se dire à elle-même : « Il faut
-pas dormi, (car
+pas dormi » (car
-dormir \177tait sa grande pr\177tention dont
+dormir était sa grande prétention dont
-langage k tous
+langage à tous
-la trace: le marin Fran\177oise ne
+la trace : le matin Françoise ne
-pas \177 l’\177veiller \177), mais \177{ entrait \177 chez elle; quand
+pas « l’éveiller », mais « entrait » chez elle ; quand
-tante youlair faire
+tante voulait faire
-la journ\177e, on
+la journée, on
-voulait (\177 r\177fl\177chir, ou \177(reposer .; et
+voulait « réfléchir » ou « reposer » ; et
-causant jusqu’/\177 dire: \177(ce qui m’a r\177veill\177e, ou \177 j’ai r\177v\177 que ,, elle
+causant jusqu’à dire : « Ce qui m’a réveillée » ou « j’ai rêvé que », elle
-j’entrais l’embrasser; Fran\177c;ise faisait
+j’entrais l’embrasser ; Françoise faisait
-son th\177; ou,
+son thé ; ou,
-se sentair agit\177e, elle demandair /t la
+se sentait agitée, elle demandait à la
-sa tisane, et c’\177tait moi qui \177tais charg\177 de
+sa tisane et c’était moi qui étais chargé de
-la quantit\177 de
+la quantité de
-Le dess\177chement des
+Le desséchement des
-avait incurv\177es en
+avait incurvées en
-fleurs pales, comme
+fleurs pâles, comme
-les efit arrang\177es. les efit fait
+les eût arrangées, les eût fait
-la fa\177on la
+la façon la
-ou chang\177 leur
+ou changé leur
-de Fenvers blanc d’une \177tiquette, d’un p\177tale de
+de l’envers blanc d’une étiquette, d’un pétale de
-eussent \177t\177 empil\177es. concass\177es ou tress\177es comme
+eussent été empilées, concassées ou tressées comme
-petits d\177tails inutiles -- charmante prodigalit\177 du phar� macien -- qu’on efit supprimes dans une preparation factice,
+petits détails inutiles — charmante prodigalité du pharmacien — qu’on eût supprimés dans une préparation factice,
-livre off on s’\177me’rveille de
+livre où on s’émerveille de
-que c’\177tait bien
+que c’était bien
-vrais tilleuls. comme
+vrais tilleuls, comme
-Gare, modifi\177es, justement
+Gare, modifiées, justement
-que c’\177taient non
+que c’étaient non
-mais elles-m\177mes et
+mais elles-mêmes et
-chaque caract\177re nouveau n’y \177tant que la m\177tamorphose
+chaque caractère nouveau n’y étant que la métamorphose
-76 ,4 LA REGH�RGHE DU TEMPS PERDU d’un caract\177re ancien,
+d’un caractère ancien,
-venus a terme; mais surtout l’\177clat rose,
+venus à terme ; mais surtout l’éclat rose,
-se d\177tacher les
+se détacher les
-la for\177t fragile
+la forêt fragile
-tiges o/a elles \177taient suspendues
+tiges où elles étaient suspendues
-d’or -- signe,
+d’or — signe,
-qui r\177v\177le encore
+qui révèle encore
-fresque effac\177e, de la difference entre
+fresque effacée, de la différence entre
-avaient \177t\177 \177( en couleur \177 et
+avaient été « en couleur » et
-pas \177t\177 -- me
+pas été — me
-ces p\177tales \177taient bien
+ces pétales étaient bien
-avaient embaum\177 les
+avaient embaumé les
-cierge, c’\177tait leur
+cierge, c’était leur
-mais \177 demi \177teinte et
+mais à demi éteinte et
-vie diminure qu’\177tait la
+vie diminuée qu’était la
-le cr\177puscule des fleurs. Bient6t ma
+le crépuscule des fleurs. Bientôt ma
-le gofit de
+le goût de
-fleur fan\177e une
+fleur fanée une
-me tendair un
+me tendait un
-il \177tait suffisamment
+il était suffisamment
-D’un c6t\177 de
+D’un côté de
-lit \177tait une
+lit était une
-en bols de
+en bois de
-tenait \177 la lois de
+tenait à la fois de
-du maitre-autel, off, au-dessus
+du maître-autel, où, au-dessus
-de Vichy-C\177lestins, on
+de Vichy-Célestins, on
-de m\177dicaments, tout
+de médicaments, tout
-qu’il fallair pour
+qu’il fallait pour
-son r\177gime, pour
+son régime, pour
-manquer l’heure’ ni
+manquer l’heure ni
-des V\177pres. De �autre c6t\177, son
+des Vêpres. De l’autre côté, son
-la fen\177tre, elle
+la fenêtre, elle
-se d\177sennuyer, \177 la fa\177on des
+se désennuyer, à la façon des
-mais imm\177moriale de
+mais immémoriale de
-qu’elle commentair ensuite avec Fran\177oise. Je n’\177tais pas
+qu’elle commentait ensuite avec Françoise. Je n’étais pas
-Elle tendair \177 mes l\177vres son
+Elle tendait à mes lèvres son
-front pale et
+front pâle et
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN 77 fade
+fade
-lequel, & cette
+lequel, à cette
-encore arrang\177 ses
+encore arrangé ses
-cheveux, et’ oh les vert\177bres transparaissaient
+cheveux, et où les vertèbres transparaissaient
-couronne d’\177pines ou
+couronne d’épines ou
-et elle’ me disair: (c Allohs, mon
+et elle me disait : « Allons, mon
-va-t’en, vate preparer pour la messe; et
+va-t’en, va te préparer pour la messe ; et
-rencontres Fran9oise, dis-lui
+rencontres Françoise, dis-lui
-monte bient6t voir
+monte bientôt voir
-de rien.. Fran\177oise, en
+de rien. » Françoise, en
-qui \177tait depuis des ann6es \177 son
+qui était depuis des années à son
-se dourair pas
+se doutait pas
-tout \177 fait au n6tre, d\177laissait un
+tout à fait au nôtre, délaissait un
-mois oh nous \177tions 1\177. I1 y
+mois où nous étions là. Il y
-allions /i Combray,
+allions à Combray,
-tante L\177onie passait
+tante Léonie passait
-l’hiver /\177 Paris
+l’hiver à Paris
-sa m\177re, un temps o\177x je
+sa mère, un temps où je
-peu Fran9oise que, le x e\177 ianvier, avant
+peu Françoise que, le 1er janvier, avant
-ma m\177re me
+ma mère me
-une piece de
+une pièce de
-me disair: c( Surtout
+me disait : « Surtout
-m’entendes dire: \177 Bonjour Fran\177oise,; en m\177me temps
+m’entendes dire : « Bonjour Françoise » ; en même temps
-toucherai l\177g\177rement le bras., A peine
+toucherai légèrement le bras. » À peine
-dans Fobscure antichambre
+dans l’obscure antichambre
-bonnet \177blouissant, raide
+bonnet éblouissant, raide
-avait \177t\177 de sucre fil\177, les
+avait été de sucre filé, les
-reconnaissance anticip& C’\177tait Fran\177oise, immobile
+reconnaissance anticipé. C’était Françoise, immobile
-on \177tait un peu habitu\177 & ces t\177n\177bres de
+on était un peu habitué à ces ténèbres de
-l’amour d\177sint\177ress\177 de l’humanit\177, le
+l’amour désintéressé de l’humanité, le
-meilleures r\177gions de son coeur l’espoir des \177trennes. Maman me pin9ait le
+meilleures régions de son cœur l’espoir des étrennes. Maman me pinçait le
-avec ’violence et disair d’une voix forte: ({ Bonjour Fran\177oise.,Ace signal
+avec violence et disait d’une voix forte : « Bonjour Françoise. » À ce signal
-7 8 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU mes
+mes
-je lgchais la piece qui
+je lâchais la pièce qui
-allions g Combray
+allions à Combray
-que Fran\177oise; nous \177tions ses pr\177f\177r\177s, elle
+que Françoise ; nous étions ses préférés, elle
-les premieres ann\177es, avec
+les premières années, avec
-de consideration que
+de considération que
-un goat plus
+un goût plus
-que nou\177 ajoutions,
+que nous ajoutions,
-d’un m\177me sang,
+d’un même sang,
-de n’gtre passes maltres habituels.
+de n’être pas ses maîtres habituels.
-notre arriv&, la
+notre arrivée, la
-de P&ques, oh souvent
+de Pâques, où souvent
-son petit-ills \177tait gentil,
+son petit-fils était gentil,
-ressemblait & sa grand’m\177re. Et
+ressemblait à sa grand’mère. Et
-monde l&, maman
+monde là, maman
-que Fran\177oise pleurait
+que Françoise pleurait
-des ann&s, lui
+des années, lui
-lui demandair mille d\177tails sur
+lui demandait mille détails sur
-qu’avait \177t\177 leur
+qu’avait été leur
-avait devin\177 que Fran\177oise n’aimait
+avait deviné que Françoise n’aimait
-lui ggtait le
+lui gâtait le
-avait g \177tre avec
+avait à être avec
-il \177tait 1/i. Aussi, quand Fran\177oise aliait les voir, & quelques
+il était là. Aussi, quand Françoise allait les voir, à quelques
-lui disair en souriant: re N’est-ce pas Fran\177oise, si
+lui disait en souriant : « N’est-ce pas Françoise, si
-a \177t\177 oblig\177 de
+a été obligé de
-Marguerite g vous toute settle pour
+Marguerite à vous toute seule pour
-la journ\177e, vous serez d\177sol\177e, mais
+la journée, vous serez désolée, mais
-? )\177 Et Fran\177oise disait en riant: \177 Madame sait tout; madame
+? » Et Françoise disait en riant : « Madame sait tout ; madame
-une difficult\177 affect\177e et
+une difficulté affectée et
-railler elle-m\177me, ignorante,
+railler elle-même, ignorante,
-DU COTIP DE CHEZ SWANN 79 d’employer
+d’employer
-pour M me Octave
+pour Mme Octave
-le coeur \177, et
+le cœur », et
-qu’on s’occupat d’elle, peut-\177tre pour
+qu’on s’occupât d’elle, peut-être pour
-la vit pas pleurer; maman \177tait la premiere personne
+la vît pas pleurer ; maman était la première personne
-lui donnftt cette douce \177motion de
+lui donnât cette douce émotion de
-pouvaient presenter de l’int\177rgt, \177tre un
+pouvaient présenter de l’intérêt, être un
-autre qu’elle-m\177me. Ma
+autre qu’elle-même. Ma
-se resignait \177 se
+se résignait à se
-notre s\177jour, sachant
+notre séjour, sachant
-ma m\177re appr\177ciait le
+ma mère appréciait le
-qui etait aussi belle d\177s cinq
+qui était aussi belle dès cinq
-tuyautage eclatant et
+tuyautage éclatant et
-l’air d’\177tre en
+l’air d’être en
-aller \177 la grand’messe; qui
+aller à la grand’messe ; qui
-qu’elle ffit bien
+qu’elle fût bien
-du caf\177 noir, les apportait. vraiment bouillants; elle \177tait un
+du café noir, les apportait vraiment bouillants ; elle était un
-sont \177 la lois ceux qui deplaisent le
+sont à la fois ceux qui déplaisent le
-abord \177 un etranger, peut-\177tre parce
+abord à un étranger, peut-être parce
-sa conqu\177te et
+sa conquête et
-de prevenance, sachant tr\177s bien
+de prévenance, sachant très bien
-recevoir plut6t que
+recevoir plutôt que
-les renvoyer; et
+les renvoyer ; et
-ceux \177 qui
+ceux à qui
-les maltres qui ont eprouv\177 leurs capacit\177s r\177elles, et
+les maîtres qui ont éprouvé leurs capacités réelles, et
-cet agrement superficiel,
+cet agrément superficiel,
-ce bayardage servile
+ce bavardage servile
-impression \177 un
+impression à un
-une ineducable nullitC. Quand Fran9oise, apres avoir veill\177 \177 ce
+une inéducable nullité. Quand Françoise, après avoir veillé à ce
-leur fallair, remontait une premiere fois
+leur fallait, remontait une première fois
-80 A �A RECHERCH� DU TEMPS PERDU dejeuner, il etait bien
+déjeuner, il était bien
-ne fallfit pas donner de]\177 son
+ne fallût pas donner déjà son
-quelque \177venement d’importance: m Fran5oise, imaginez-vous que M me Goupil est passee plus
+quelque événement d’importance : — Françoise, imaginez-vous que Mme Goupil est passée plus
-sa sceur; pour
+sa sœur ; pour
-arrive apres l’elevation. -- He! il
+arrive après l’élévation. — Hé ! il
-rien d’\177tonnant, repond\177it Fran9oise. --Fran5oise, vous
+rien d’étonnant, répondait Françoise. — Françoise, vous
-plus t6t, vous
+plus tôt, vous
-passer M me Imbert
+passer Mme Imbert
-la m\177re Callot; t\177chez donc
+la mère Callot ; tâchez donc
-cette annie, nous
+cette année, nous
-asperges \177 toutes
+asperges à toutes
-voyageurs. -- I1 n’y
+voyageurs. — Il n’y
-rien d’\177tonnant qu’elles
+rien d’étonnant qu’elles
-le Cur\177, disait Fran5oise. -- Ah ! ie vous
+le Curé, disait Françoise. — Ah ! je vous
-pauvre Fran9oise, repondait ma
+pauvre Françoise, répondait ma
-les epaules. Chez
+les épaules. Chez
-le Cur\177! Vous
+le Curé ! Vous
-petites m\177chantes asperges
+petites méchantes asperges
-que celles-lk etaient grosses
+que celles-là étaient grosses
-le v6tre, bien stir, mais
+le vôtre, bien sûr, mais
-encore rant maigri cette annie. -- Fran5oise, vous n’av&z pas
+encore tant maigri cette année. — Françoise, vous n’avez pas
-m’a cass\177 la t\177te ? -- Non,
+m’a cassé la tête ? — Non,
-Octave. -- Ah! ma
+Octave. — Ah ! ma
-votre t\177te, vous
+votre tête, vous
-Dieu. C’\177tait la
+Dieu. C’était la
-qui \177tait venue
+qui était venue
-Piperaud. I1 e.st ressorti
+Piperaud. Il est ressorti
-ont tourne par
+ont tourné par
-malade. -- Ehl 1\177, mon
+malade. — Eh ! là, mon
-soupirait Fran5oise, qui
+soupirait Françoise, qui
-malheur arriv\177
+malheur arrivé
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN 8I \177 un inconnu, m\177me dans
+à un inconnu, même dans
-monde \1771oign\177e, sans commencer \177 g\177mir. -- Fran9oise, mais
+monde éloignée, sans commencer à gémir. — Françoise, mais
-a-t-on sonn\177 la
+a-t-on sonné la
-Ah !mon Dieu,
+Ah ! mon Dieu,
-pour M me Rousseau. Voil&-t-il pas
+pour Mme Rousseau. Voilà-t-il pas
-j’avais oubli\177 qu’elle a pass\177 l’autre
+j’avais oublié qu’elle a passé l’autre
-que i’ai fait
+que j’ai fait
-ma t\177te depuis
+ma tête depuis
-fille. -- Mais
+fille. — Mais
-si cher; celui
+si cher ; celui
-voir simon feu ne s’\177teint pas. Ainsi Fran�oise et
+voir si mon feu ne s’éteint pas. Ainsi Françoise et
-tante appr\177ciaient-elles ensemble
+tante appréciaient-elles ensemble
-cette s\177ance marinale, les premiers \177v\177nements du
+cette séance matinale, les premiers événements du
-ces \177v\177nements rev\177taient un caract\177re si myst\177rieux et
+ces événements revêtaient un caractère si mystérieux et
-tante sentair qu’elle
+tante sentait qu’elle
-moment oit Fran9oise monterait,
+moment où Françoise monterait,
-maison. --Mais, madame
+maison. — Mais, madame
-disait Fran�oise. Est-ce
+disait Françoise. Est-ce
-vous \177tes senti
+vous êtes senti
-? -- Mais non, Fran\177oise, disait ma.tante, c’est&-dire, si,
+? — Mais non, Françoise, disait ma tante, c’est-à-dire, si,
-moments oh je
+moments où je
-bien rares; un
+bien rares ; un
-comme M me Rousseau
+comme Mme Rousseau
-me reconnaltre; mais
+me reconnaître ; mais
-vois M me Goupil
+vois Mme Goupil
-ne c0nnais point
+ne connais point
-si Theodore ne
+si Théodore ne
-qui c’est-. --Mais \177a sera
+qui c’est. — Mais ça sera
-disait Fran\177oise qui pr\177f\177rait s’en tenir i une explication Vol. I.
+disait Françoise qui préférait s’en tenir à une explication
-82 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU immediate, ayant \177t\177 d\177jl deux
+immédiate, ayant été déjà deux
-Camus. -- La fille de M.
+Camus. — La fille à M.
-pauvre Fran\177oise !
+pauvre Françoise !
-? -- Mais
+? — Mais
-dire la. gamine,
+dire la gamine,
-l’avoir d\177jl vue ce marin. -- Ah ! i moins de \177a, disair ma tante. I1 faudrait
+l’avoir déjà vue ce matin. — Ah ! à moins de ça, disait ma tante. Il faudrait
-les f\177tes. C’est cela! I1 n’y a ’pas besoin
+les fêtes. C’est cela ! Il n’y a pas besoin
-les fgtes. Mais
+les fêtes. Mais
-tout i l’heure M TM Sazerat
+tout à l’heure Mme Sazerat
-sa soeur pour le d\177jeuner. Ce sera \177a ! J’ai. vule petit
+sa sœur pour le déjeuner. Ce sera ça ! J’ai vu le petit
-tarte allair chez M me Goupil. -- D\177s l’instant que M me Goupil
+tarte allait chez Mme Goupil. — Dès l’instant que Mme Goupil
-tarder t voir
+tarder à voir
-le d\177jeuner, car
+le déjeuner, car
-commence i ne plus \177tre de
+commence à ne plus être de
-disait Fran9oise qui, press\177e de
+disait Françoise qui, pressé de
-du d\177jeuner, n’\177tait pas f\177ch\177e de laisser /\177 ma
+du déjeuner, n’était pas fâchée de laisser à ma
-perspective. -- Oh
+perspective. — Oh
-midi, r\177pondait ma
+midi, répondait ma
-ton r\177sign\177, tout
+ton résigné, tout
-coup d’ceil inquiet,
+coup d’œil inquiet,
-voir � qu’elle,
+voir qu’elle,
-avait renonc\177/\177 tout, trouvait pourrant, \177 apprendre que M me Goupil avait \177 d\177jeuner, un
+avait renoncé à tout, trouvait pourtant, à apprendre que Mme Goupil avait à déjeuner, un
-mon d\177jeuner ! ajoutait-elle \177 mi-voix pour elle-m\177me. Son d\177jeuner lui \177tait une
+mon déjeuner ! ajoutait-elle à mi-voix pour elle-même. Son déjeuner lui était une
-n’en souhalter pas
+n’en souhaitât pas
-en m\177me temps. \177 Vous
+en même temps. « Vous
-mes oeufs \177 la cr\177me dans
+mes œufs à la crème dans
-plate ?,C’\177taient les
+plate ? » C’étaient les
-DU COTIP DE CHEZ $WANN 8 3 fussent orn\177es de
+fussent ornées de
-s’amusait /t chaque repas \177 lire la l\177gende de
+s’amusait à chaque repas à lire la légende de
-ce jour-1/\177. Elle
+ce jour-là. Elle
-lunettes, d\177chiffrait: Alibaba et les quarante
+lunettes, déchiffrait : Alibaba et quarante
-en souriant: Tr\177s bien, tr\177s bien. -- Je
+en souriant : Très bien, très bien. — Je
-bien all\177e chez
+bien allée chez
-disait Fran9oise en royant que
+disait Françoise en voyant que
-plus. -- Mais
+plus. — Mais
-c’est sfirement M ne Pupin.
+c’est sûrement Mlle Pupin.
-pauvre Fran5oise, je
+pauvre Françoise, je
-tante sayair bien
+tante savait bien
-ce n’\177tait pas
+ce n’était pas
-avait sonn\177 Fran5oise, car, /i Combray,
+avait sonné Françoise, car, à Combray,
-personne {( qu’on
+personne « qu’on
-connaissait point,\177tait un gtre aussi
+connaissait point » était un être aussi
-que s’\177tait produite,
+que s’était produite,
-rue du Saint-Esprit
+rue de Saint-Esprit
-apparitions stup\177fiantes, des
+apparitions stupéfiantes, des
-par r6duire le
+par réduire le
-proportions d’un\177 ((personne qu’on connaissait \177, soit
+proportions d’une « personne qu’on connaissait », soit
-son \177tat civil, en rant qu’ayant tel degr\177 de parent\177 avec
+son état civil, en tant qu’ayant tel degré de parenté avec
-Combray. C’\177tait le ills de M me Sauton
+Combray. C’était le fils de Mme Sauton
-la niece de l’abb\177 Perdreau
+la nièce de l’abbé Perdreau
-le fr\177re du cur\177, percepteur /i Chateaudun qui
+le frère du curé, percepteur à Châteaudun qui
-qui \177tait venu
+qui était venu
-les f\177tes. on avait
+les fêtes. On avait
-apercevant l’\177motion de
+apercevant l’émotion de
-avait \177 Combray
+avait à Combray
-ou identifi\177s tout
+ou identifiés tout
-longtemps \177 l’avance, M \177o Sauton
+longtemps à l’avance, Mme Sauton
-le cur\177 avaient pr\177venu qu’ils
+le curé avaient prévenu qu’ils
-leurs \177 voyageurs \177. Quand
+leurs « voyageurs ». Quand
-promenade \177 ma
+promenade à ma
-avions rencontr\177 pros du
+avions rencontré près du
-8 4 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU un
+un
-mon grand-p\177re ne connaissait pas: \177(Un homme que grand-p\177re ne
+mon grand-père ne connaissait pas : « Un homme que grand-père ne
-point, s’\177criait-elle. Ah
+point, s’écriait elle. Ah
-! \177 N\177anmoins un peu \177mue de
+! » Néanmoins un peu émue de
-le coeur net, mon grand-p\177re \177tait mand& \177 Qui
+le cœur net, mon grand-père était mandé. « Qui
-avez rencontr\177 pros du
+avez rencontré près du
-? \177 -- (( Mais si, r\177pondait mon grand-p\177re, c’\177tait Prosper, le fr\177re du
+? » — « Mais si, répondait mon grand-père, c’était Prosper, le frère du
-de M me Bouillebceuf. \177 -- (( Ah
+de Mme Bouillebœuf. » — « Ah
-bien \177, disair ma tante, tranquillis\177e et
+bien », disait ma tante, tranquillisée et
-peu rouge; haussant les \177paules avec
+peu rouge ; haussant les épaules avec
-elle ajoutait: t(Aussi il me disair que
+elle ajoutait : « Aussi il me disait que
-aviez rencontr\177 un
+aviez rencontré un
-point !\177) Et
+point ! » Et
-recommandait d’\177tre plus
+recommandait d’être plus
-autre lois et
+autre fois et
-paroles irr\177fl\177chies. On
+paroles irréfléchies. On
-monde, \177 Combray, b\177tes et
+monde, à Combray, bêtes et
-chien (( qu’elle
+chien « qu’elle
-point \177, elle
+point », elle
-consacrer & ce fait incomprehensible ses
+consacrer à ce fait incompréhensible ses
-de liberr& -- Ce
+de liberté. — Ce
-de Mine Sazerat, disair Fram \177oise, sans
+de Mme Sazerat, disait Françoise, sans
-ne set( fende
+ne se « fende
-la t\177te \177). -- Comme
+la tête ». — Comme
-de M me Sazerat! r\177pondait ma
+de Mme Sazerat ! répondait ma
-fait. -- Ah
+fait. — Ah
-a rapport\177 de Lisieux. -- Ah! i moins de \177a. --I1 parMt que
+a rapporté de Lisieux. — Ah ! à moins de ça. — Il paraît que
-une b\177te bien
+une bête bien
-ajoutait Fran\177oise qui tenair le
+ajoutait Françoise qui tenait le
-de Theodore, spirituelle
+de Théodore, spirituelle
-qu’une b\177te
+qu’une bête
-DU �OTt\177 DE �H�Z SWANN 85 qui
+qui
-cet ,\177ge-la soit d\177j/\177 si
+cet âge-là soit déjà si
-de re’amuser, voila bient6t dix
+de m’amuser, voilà bientôt dix
-pas tclair\177, et
+pas éclairé, et
-encore \177 plumer
+encore à plumer
-asperges. --Comment, Fran5oise, encore des asperges! mais
+asperges. — Comment, Françoise, encore des asperges ! mais
-vraie ’maladie d’asperges. que
+vraie maladie d’asperges que
-cette annie, vous
+cette année, vous
-! -- Mais
+! — Mais
-de l’\177glise avec de l’appitit et
+de l’église avec de l’appétit et
-cuiller. -- Mais /\177 l’iglise, ils
+cuiller. — Mais à l’église, ils
-y atre dij\177t; vous
+y être déjà ; vous
-votre dijeuner. Pendant
+votre déjeuner. Pendant
-avec Fran5oise, j’accompagnais
+avec Françoise, j’accompagnais
-parents \177t la
+parents à la
-notre Eglise! Son
+notre Église ! Son
-noir, gr\177li comme une icumoire, itait d\177vii et profondiment creusi aux
+noir, grêlé comme une écumoire, était dévié et profondément creusé aux
-(de marne que le blnitier o/1 il
+(de même que le bénitier où il
-doux effieurement des
+doux effleurement des
-entrant \177 l’iglise et
+entrant à l’église et
-l’eau binite, pouvait, r\177.p6ti pendant des sitcles, acquirir une
+l’eau bénite, pouvait, répété pendant des siècles, acquérir une
-destructive, inflichir la
+destructive, infléchir la
-bute tousles jours.
+bute tous les jours.
-noble poussi\177re des abbas de Combray, enterr\177s 1\177, faisait au chceur comme
+noble poussière des abbés de Combray, enterrés là, faisait au chœur comme
-spirituel, n’itaient plus ellesmgmes de la matitre inerte
+spirituel, n’étaient plus elles-mêmes de la matière inerte
-propre iquarrissure qu’ici
+propre équarrissure qu’ici
-avaient dipassies cYun flot blond, entrainant \177t la d\177rive une
+avaient dépassées d’un flot blond, entraînant à la dérive une
-86 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU noyant
+noyant
-du marbro; et en des/t desquelles,
+du marbre ; et en deçà desquelles,
-elles s’\177taient r\177sorb\177es, contractant
+elles s’étaient résorbées, contractant
-ces caract\177res abr\177g\177s, rapprochant
+ces caractères abrégés, rapprochant
-avaient 6t\177 d\177mesur\177ment distendues.
+avaient été démesurément distendues.
-jours o/\177 le
+jours où le
-sorte que, flt-il gris
+sorte que fît-il gris
-on \177tait stir qu’il
+on était sûr qu’il
-dans l’\177ghse; l’un \177tait rempli
+dans l’église ; l’un était rempli
-personnage parell /tun Roi
+personnage pareil à un Roi
-vivait l&-haut, sous
+vivait là-haut, sous
-et terre; (et
+et terre ; (et
-duquel, parlois les
+duquel, parfois les
-semaine, & midi,
+semaine, à midi,
-d’office -- \177 l’un
+d’office — à l’un
-moments o/1 l’\177glise a\177r\177e, vacante,
+moments où l’église aérée, vacante,
-pierre sculpt\177e et
+pierre sculptée et
-d’un h6tel de
+d’un hôtel de
-moyen age -- on
+moyen âge — on
-instant M =o Sazerat,
+instant Mme Sazerat,
-tout ficel\177 de
+tout ficelé de
-le p&tissier d’en
+le pâtissier d’en
-le d\177jeuner); dans
+le déjeuner) ; dans
-avoir givr\177 & m\177me la verri\177re qu’elle
+avoir givré à même la verrière qu’elle
-trouble grdsil comme
+trouble grésil comme
-vitre k laquelle
+vitre à laquelle
-serait rest\177 des riocons \177clair\177s par
+serait resté des flocons éclairés par
-la m\177me sans
+la même sans
-empourprait te retable
+empourprait le retable
-semblaient plut6t pos\177s 1/i momentan\177ment par
+semblaient plutôt posés là momentanément par
-dehors pr6te \177 s’\177vanouir que
+dehors prête à s’évanouir que
-couleurs attach6es \177 jamais & la pierre); et tous \177taient si
+couleurs attachées à jamais à la pierre) ; et tous étaient si
-voyait 9& et lk leur vieillesse argent6e 6tinceler de la poussi\177re des si\177cles et
+voyait çà et là leur vieillesse argentée étinceler de la poussière des siècles et
-et us\177e jusqu’/t la
+et usée jusqu’à la
-verre. I1 yen
+verre. Il y en
-DU GOTt\177 DE GHEZ SWANN 8 7 avait
+avait
-qui \177tait un
+qui était un
-compartiment divis\177 en
+compartiment divisé en
-rectangulaires dominait
+rectangulaires où dominait
-grand ieu de
+grand jeu de
-pareil \177t ceux
+pareil à ceux
-Charles VI; mais
+Charles VI ; mais
-rayon efit brillO, soit
+rayon eût brillé, soit
-bougeant eat promen\177 /\177 travers la verri\177re tour \177 tour \177teinte et rallum\177e un
+bougeant eût promené à travers la verrière tour à tour éteinte et rallumée un
-et pr\177cieux incendie, l’instant d’apr\177s elle
+et précieux incendie, l’instant d’après elle
-pris l’\177clat changeant d’une tratne de
+pris l’éclat changeant d’une traîne de
-qui d\177gouttait du
+qui dégouttait du
-la vofite sombre et rocheuse,. le
+la voûte sombre et rocheuse, le
-humides, cornroe si c’\177tait dans
+humides, comme si c’était dans
-grotte iris\177e de
+grotte irisée de
-suivais roes parents,
+suivais mes parents,
-leur paroissien; un instant apres les
+leur paroissien ; un instant après les
-l’infrangible duret\177 de
+l’infrangible dureté de
-eussent \177t\177 juxtaposes sur
+eussent été juxtaposés sur
-mais derri\177re lesquels
+mais derrière lesquels
-plus aim\177 que
+plus aimé que
-sourire momentan\177 de soleil; il \177tait aussi
+sourire momentané de soleil ; il était aussi
-le pav\177 de
+le pavé de
-du march\177; et, m\177me /\177 nos
+du marché ; et, même à nos
-nous \177tions arrives avant P\177ques, il
+nous étions arrivés avant Pâques, il
-terre ffit encore
+terre fût encore
-faisant \177panouir, comme
+faisant épanouir, comme
-tapis \177blouissant et dor\177 de
+tapis éblouissant et doré de
-lice repr\177sentaient le
+lice représentaient le
-qu’on eat donn\177/\177 Assu\177rus les
+qu’on eût donné à Assuérus les
-et \177t Esther
+et à Esther
-il \177tait amoureux)
+il était amoureux)
-avaient aiout\177 une
+avaient ajouté une
-un \177clairage: un
+un éclairage : un
-aux l\177vres d’Esther au del/i du
+aux lèvres d’Esther au delà du
-leur contour; le
+leur contour ; le
-88 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU ]aune de
+jaune de
-robe s’\177talait si
+robe s’étalait si
-de consisrance et
+de consistance et
-sur l’atmosph\177re refoul\177e; et
+sur l’atmosphère refoulée ; et
-arbres rest\177e vive
+arbres restée vive
-ayant (\177 pass\177 \177 dans
+ayant « passé » dans
-se d\177tacher en plus p/ile, au-dessus
+se détacher en plus pâle, au-dessus
-troncs fonc\177s, les
+troncs foncés, les
-jaunissantes, dories et comme /i demi effacdes par
+jaunissantes, dorées et comme à demi effacées par
-objets pr\177cieux venus /i l’dglise de
+objets précieux venus à l’église de
-qui \177taient pour
+qui étaient pour
-de l\177gende (la
+de légende (la
-d’or travaill\177e, disait-on,
+d’or travaillée, disait-on,
-saint Elo.i et donnde par
+saint Éloi et donnée par
-des ills de
+des fils de
-cuivre dmailld), /i cause
+cuivre émaillé), à cause
-je m’avansais dans !’\177glise, quand
+je m’avançais dans l’église, quand
-une vailde visit\177e des f\177es, oh le paysan s’\177merveille de
+une vallée visitée des fées, où le paysan s’émerveille de
-passage surnaturel; tout
+passage surnaturel ; tout
-chose d’enti\177rement different du
+chose d’entièrement différent du
-la ville: un \177difice occupant,
+la ville : un édifice occupant,
-espace /\177 quatre dimensions -- la quatri\177me dtant celle
+espace à quatre dimensions — la quatrième étant celle
-Temps -- d\177ployant /i travers les si\177cles son
+Temps — déployant à travers les siècles son
-de trav\177e en trayde, de
+de travée en travée, de
-quelques m\177tres, mais des dpoques successives d’ofi il sortair victorieux; d\177robant le
+quelques mètres, mais des époques successives d’où il sortait victorieux ; dérobant le
-farouche XI e si\177cle dans l’\177paisseur de
+farouche XIe siècle dans l’épaisseur de
-murs, d’ofi il
+murs, d’où il
-cintres bouchds et aveuglds de
+cintres bouchés et aveuglés de
-creusait pros du
+creusait près du
-et, m\177me l/i, dissimuld par
+et, même là, dissimulé par
-coquettement derant lui cornroe de
+coquettement devant lui comme de
-grandes sceurs, pour
+grandes sœurs, pour
-aux \177trangers, se
+aux étrangers, se
-souriant derant
+souriant devant
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN 89 un jeune fr\177re rustre,
+un jeune frère rustre,
-mal v\177tu; \177levant dans
+mal vêtu ; élevant dans
-avait contempl\177 saint
+avait contemplé saint
-et seroblair le voir encore; et s’enfonsant avec
+et semblait le voir encore ; et s’enfonçant avec
-nuit m\177rovingienne off, nous guidant \177t t\177tons sous la vofite obscure
+nuit mérovingienne où, nous guidant à tâtons sous la voûte obscure
-puissamment nervur\177e comme
+puissamment nervurée comme
-pierre, Theodore etsa sceur nous \177clairaient d’une
+pierre, Théodore et sa sœur nous éclairaient d’une
-valve -- comme
+valve — comme
-fossile -- avait \177t\177 creus\177e, disait-on, (\177 par
+fossile — avait été creusée, disait-on, « par
-soir ’du meurtre
+soir du meurtre
-franque, s’\177tait d\177tach\177e d’elle-mgme des chaines d’or oh elle \177tait suspendue & la place de. l’actuelle
+franque, s’était détachée d’elle-même des chaînes d’or où elle était suspendue à la place de l’actuelle
-se bris,\177t, sahs que
+se brisât, sans que
-flamme s’\177teignit, s’\177tait enfonc\177e dans
+flamme s’éteignît, s’était enfoncée dans
-mollement c\177der sous elle L’abside de l’\177glise de
+mollement céder sous elle ». L’abside de l’église de
-Elle \177tait si grossi\177re, si d\177nu\177e de beaut\177 artistique et m\177me d’\177lan religieux.
+Elle était si grossière, si dénuée de beauté artistique et même d’élan religieux.
-donnait \177tait en
+donnait était en
-sa grossi\177re muraille
+sa grossière muraille
-polis, h\177riss\177s de
+polis, hérissés de
-de particuli\177rement eccl\177siastique, les verri\177res semblaient perches & une
+de particulièrement ecclésiastique, les verrières semblaient percées à une
-que d’\177glise. Et
+que d’église. Et
-jamais renu & la penske de
+jamais venu à la pensée de
-au d\177tour d’une
+au détour d’une
-provinciale, j’apercus, en
+provinciale, j’aperçus, en
-et sur\177lev\177e, avec des verri\177res perches en
+et surélevée, avec des verrières percées en
-le mgme aspect asym\177trique que
+le même aspect asymétrique que
-pas demand\177 cornroe & Chartres ou & Reims
+pas demandé comme à Chartres ou à Reims
-90 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU \177tait exprim\177 le
+était exprimé le
-involontairement \177cri\177: \177 L’Eglise !, L’\177glise ! Famili\177re; mitoyenne,
+involontairement écrié : « L’Église ! » L’église ! Familière ; mitoyenne,
-Saint-Hilaire, otx \177tait sa
+Saint-Hilaire, où était sa
-de blme Loiseau, qu’elle touchair sans aucune s\177paration; simple
+de Mme Loiseau, qu’elle touchait sans aucune séparation ; simple
-son num6ro dans
+son numéro dans
-des num\177ros, et off il
+des numéros, et où il
-aurait dfi s’arrgter le
+aurait dû s’arrêter le
-chez M mo Loiseau
+chez Mme Loiseau
-chez hi. Rapin; il
+chez M. Rapin ; il
-avait pourrant entre
+avait pourtant entre
-qui n’\177tait pas
+qui n’était pas
-une demarcation que
+une démarcation que
-arriver \177 franchir. M m� Loiseau
+arriver à franchir. Mme Loiseau
-avoir \177 sa fen\177tre des
+avoir à sa fenêtre des
-partout t\177te baiss\177e, et
+partout tête baissée, et
-plus press\177, quand elles \177taient assez
+plus pressé, quand elles étaient assez
-d’aller rafralchir leurs
+d’aller rafraîchir leurs
-et congestionn\177es contre
+et congestionnées contre
-sombre facade de l’\177glise, les
+sombre façade de l’église, les
-pas sacr\177s pour
+pas sacrés pour
-pour moi; entre
+pour moi ; entre
-esprit r6servait un abime. On
+esprit réservait un abîme. On
-de Saint-Hitaire de
+de Saint-Hilaire de
-inoubliable \177 l’horizon off Combray
+inoubliable à l’horizon où Combray
-pas encore; quand
+pas encore ; quand
-de P\177ques, nous
+de Pâques, nous
-mon p\177re l’apercevait
+mon père l’apercevait
-tour \177t tour sur tousles sillons
+tour à tour sur tous les sillons
-nous disait: {\177 Allons,
+nous disait : « Allons,
-est arriv\177 , Et
+est arrivé. » Et
-endroit off la route resserr\177e d\177bouchait tout \177t coup
+endroit où la route resserrée débouchait tout à coup
-plateau ferm\177 \177 l’horizon
+plateau fermé à l’horizon
-des for\177ts d\177chiquet\177es que
+des forêts déchiquetées que
-DU �OTI\177 DE �HEZ SWANN 9 t d\177passait seule
+dépassait seule
-du cIocher de SaintHilaire, mais
+du clocher de Saint-Hilaire, mais
-seulement rayne sur
+seulement rayée sur
-donner & ce paysage, & ce
+donner à ce paysage, à ce
-tour carr\177e et /\177 demi d\177truite qui, tooins haute, subsistair & c6t\177 de
+tour carrée et à demi détruite qui, moins haute, subsistait à côté de
-on \177tait frapp\177 surtout
+on était frappé surtout
-ton rouge&tre et
+ton rougeâtre et
-des pierres; et,
+des pierres ; et,
-un marin brumeux
+un matin brumeux
-dit, s’\177levant au-dessus
+dit, s’élevant au-dessus
-sur ta place,
+sur la place,
-ma grand’m\177re me faisait arr\177ter pour
+ma grand’mère me faisait arrêter pour
-Des fen\177tres de
+Des fenêtres de
-tour, plac\177es.deux par
+tour, placées deux par
-la beaut\177 et
+la beauté et
-la dignit\177 qu’aux
+la dignité qu’aux
-il Ifschair, laissait tomber & intervalles r\177guliers des vo1\177es de
+il lâchait, laissait tomber à intervalles réguliers des volées de
-laissaient s’\177battre sans paraltre 1es voir,
+laissaient s’ébattre sans paraître les voir,
-et d\177gageant. un
+et dégageant un
-avait frapp\177s et repouss\177s. Puis, apres avoir. ray\177 en
+avait frappés et repoussés. Puis, après avoir rayé en
-du soir,. brusquement calm\177s ils
+du soir, brusquement calmés ils
-dans � la
+dans la
-de n\177faste redevenue propice, quelquesuns pos\177s 9& et l&, ne
+de néfaste redevenue propice, quelques-uns posés çà et là, ne
-happant peut-\177tre quelque
+happant peut-être quelque
-pointe d’un-clocheton, cornroe une mouette arr\177t\177e avec l’immobilit\177 d’un p\177cheur \177 la cr\177te d’une
+pointe d’un clocheton, comme une mouette arrêtée avec l’immobilité d’un pêcheur à la crête d’une
-ma grand’m\177re trouvait
+ma grand’mère trouvait
-de vulgaritY, de pr6tention, de
+de vulgarité, de prétention, de
-92 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU la
+la
-le jardiner de
+le jardinier de
-grand’tante, rapetissUe, et les ceuvres de g\177nie. Et
+grand’tante, rapetissée, et les œuvres de génie. Et
-de l’\177glise qu’on
+de l’église qu’on
-autre \177difice par
+autre édifice par
-de penske qui lui \177tait infuse, mais c’\177tait dans
+de pensée qui lui était infuse, mais c’était dans
-conscience d’elle-m\177me, affirmer
+conscience d’elle-même, affirmer
-responsable. C’\177tait lui
+responsable. C’était lui
-que, confus\177ment, ma grand’mire trouvait
+que, confusément, ma grand’mère trouvait
-l’air distingu\177. Ignorante en archite.cture, elle disait: (t Mes
+l’air distingué. Ignorante en architecture, elle disait : « Mes
-n’est peut-\177tre pas
+n’est peut-être pas
-les rigles, mais
+les règles, mais
-me plait. Je suis sfire que
+me plaît. Je suis sûre que
-ne j ouerait pas sec., Et
+ne jouerait pas sec. » Et
-en s’\177levant comme
+en s’élevant comme
-bien i l’effusion
+bien à l’effusion
-la fl\177che, que
+la flèche, que
-semblait s’\177lancer avec elle; et en m\177me temps
+semblait s’élancer avec elle ; et en même temps
-pierres us\177es dont
+pierres usées dont
-couchant n’\177clairait plus
+couchant n’éclairait plus
-le faite et qui, \177 partir
+le faîte et qui, à partir
-moment oi\177 elles
+moment où elles
-zone ensoleill\177e, adoucies
+zone ensoleillée, adoucies
-la lumi\177re, paraissaient
+la lumière, paraissaient
-coup mont\177es bien
+coup montées bien
-lointaines, cornroe un
+lointaines, comme un
-repris ({ en
+repris « en
-de t\177te \177 une
+de tête » une
-au-dessus. C’\177tait le
+au-dessus. C’était le
-donnait \177 toutes
+donnait à toutes
-occupations, /\177 toutes
+occupations, à toutes
-heures, \177t tous
+heures, à tous
-de rue de
+de vue de
-leur consecration. De
+leur consécration. De
-avait \177t\177 recouverte d’ardoises; mais
+avait été recouverte d’ardoises ; mais
-chaude matinee d’\177t\177, flamboyer
+chaude matinée d’été, flamboyer
-me disais: \177( Mon
+me disais : « Mon
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN 93 Dieu! neuf
+Dieu ! neuf
-se preparer pour aller & la
+se préparer pour aller à la
-tante L\177onie avant ,, et
+tante Léonie avant », et
-la poussi\177re du march,, l’ombre
+la poussière du marché, l’ombre
-magasin oh maman entrerait peut4tre avant
+magasin où maman entrerait peut-être avant
-toile &rue, faire
+toile écrue, faire
-se pr\177parant & fermer,
+se préparant à fermer,
-dans l’arri\177re-boutique passer
+dans l’arrière-boutique passer
-minutes, mgme dans
+minutes, même dans
-plus m\177lancoliques, de
+plus mélancoliques, de
-de r\177ussite. Quand apres la
+de réussite. Quand après la
-dire & Theodore d’apporter
+dire à Théodore d’apporter
-que d’h\177bitude parce
+que d’habitude parce
-avaient profit\177 du
+avaient profité du
-venir d\177 Thiberzy d\177jeuner avec
+venir de Thiberzy déjeuner avec
-qui, dor\177 et cuit luim\177me comme
+qui, doré et cuit lui-même comme
-brioche b\177nie, avec des \177cailles et des \177gouttements gommeux
+brioche bénie, avec des écailles et des égouttements gommeux
-pointe aigu\177 dans le cid bleu.
+pointe aiguë dans le ciel bleu.
-moment oh il
+moment où il
-tout \177 l’heure
+tout à l’heure
-bonsoir \177 ma m\177re et
+bonsoir à ma mère et
-il \177tait au
+il était au
-la journ\177e finissante,
+la journée finissante,
-l’air d’\177tre pos\177 et enfonc\177 comme
+l’air d’être posé et enfoncé comme
-ciel p/ili qui avait c\177d\177 sous
+ciel pâli qui avait cédé sous
-pression, s’\177tait creus\177 l\177g\177rement pour
+pression, s’était creusé légèrement pour
-ses bords; et
+ses bords ; et
-semblaient accroltre son silence, \177lancer encore sa fl&he et
+semblaient accroître son silence, élancer encore sa flèche et
-d’ineffable. M\177me dans
+d’ineffable. Même dans
-avait \177 faire derri\177re l’\177glise, 1\177 oh on
+avait à faire derrière l’église, là où on
-94 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU ordonn\177 par
+ordonné par
-ou l& entre
+ou là entre
-maisons, peut-\177tre plus \177mouvant encore
+maisons, peut-être plus émouvant encore
-sans l’\177glise. Et
+sans l’église. Et
-cette fa5on, et
+cette façon, et
-clochers d\177passant les
+clochers dépassant les
-qui ont_ un autre caract\177re d’art
+qui ont un autre caractère d’art
-que compomient les
+que composaient les
-n’oublierai jamais dans
+n’oublierai jamais, dans
-charmants h6tels du xwn e si\177cle, qui
+charmants hôtels du XVIIIe siècle, qui
-sont & beaucoup d’\177gards chers et v\177n\177rables et
+sont à beaucoup d’égards chers et vénérables et
-la rivi\177re, la fl\177che gothique d’une \177glise qu’ils cachent s’\177lance, ayant
+la rivière, la flèche gothique d’une église qu’ils cachent s’élance, ayant
-leurs fasades, mais d’une mani\177re si diff\177rente, si pr\177cieuse, si annel\177e, si
+leurs façades, mais d’une manière si différente, si précieuse, si annelée, si
-la fl\177che purpurine et cr\177nel\177e de
+la flèche purpurine et crénelée de
-coquillage fusel\177 en
+coquillage fuselé en
-et glac\177 d’\177mail. M\177me \177 Paris,
+et glacé d’émail. Même à Paris,
-une fenatre off on voit apres un
+une fenêtre où on voit après un
-et m\177me un troisi\177me plan
+et même un troisième plan
-toits amoncel\177s de
+toits amoncelés de
-parfois rougeStre, parfois
+parfois rougeâtre, parfois
-nobles (( \177preuves \177) qu’en tire l’atmosph\177re, d’un noir d\177cant\177 de
+nobles « épreuves » qu’en tire l’atmosphère, d’un noir décanté de
-le d6me Saint-Augustin
+le dôme Saint-Augustin
-donne \177 cette rue de
+donne à cette vue de
-le caract\177re de
+le caractère de
-Mais cornroe dans
+Mais comme dans
-quelque gofit que ma m\177moire ait pules ex\177cuter, elle
+quelque goût que ma mémoire ait pu les exécuter, elle
-que ]’avais perdu
+que j’avais perdu
-pas consid\177rer une
+pas considérer une
-un \177tre sans \177quivalent, aucune
+un être sans équivalent, aucune
-sa d\177pendance route une
+sa dépendance toute une
-DU COTI\177 DE CH;EZ SWANN 95 ma vie, cornroe fait
+ma vie, comme fait
-sont derri\177re l’\177glise. Qu’on ]e vtt /\177 cinq
+sont derrière l’église. Qu’on le vît à cinq
-on aliait chercher les leftres /\177 la poste, \177 quelques
+on allait chercher les lettres à la poste, à quelques
-soi, \177 gauche, sur\177levant brusquement
+soi, à gauche, surélevant brusquement
-cime isolde la
+cime isolée la
-de falte des toits; que
+de faîte des toits ; que
-de t\177I me Sazerat, on suivlt des
+de Mme Sazerat, on suivît des
-basse apres la
+basse après la
-tourner \177 la deuxi\177me rue apres le clocher; soit
+tourner à la deuxième rue après le clocher ; soit
-on aliait \177 la
+on allait à la
-le vlt obliquement,
+le vît obliquement,
-de proill des ar\177tes et
+de profil des arêtes et
-surfaces nouveiles cornroe un solide surpris/i un
+surfaces nouvelles comme un solide surpris à un
-sa r\177volution; ou
+sa révolution ; ou
-de ta Vivonne,
+de la Vivonne,
-musculeusement ramass\177e et remont\177e par
+musculeusement ramassée et remontée par
-perspective semblf\177t jaillir de l’ef/ort que
+perspective semblât jaillir de l’effort que
-sa fl\177che au cceur du ciel; c’\177tait touiours \177 lui
+sa flèche au cœur du ciel : c’était toujours à lui
-les realsons d’un
+les maisons d’un
-inattendu, lev\177 devant
+inattendu, levé devant
-corps eat \177t\177 cach\177 dans
+corps eût été caché dans
-que ie le
+que je le
-avec etle. Et auiourd’hui encore
+avec elle. Et aujourd’hui encore
-que ie connais real, un
+que je connais mal, un
-m’a \177rnis dans
+m’a « mis dans
-chemin \177 me
+chemin » me
-loin, cornroe un
+loin, comme un
-de rep\177re, tel beffroi d’h6pital, tel
+de repère, tel beffroi d’hôpital, tel
-bonnet eccl\177siastique au
+bonnet ecclésiastique au
-que ie dois
+que je dois
-ma m\177moire puisse obscur\177ment lui
+ma mémoire puisse obscurément lui
-figure chore et
+figure chère et
-ne m’\177gare pas, peut, \177 son \177tonnement, m’apercevoir
+ne m’égare pas, peut, à son étonnement, m’apercevoir
-la promera de entreprise
+la promenade entreprise
-course oblig\177., reste 1\177, devant
+course obligée, reste là, devant
-96 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU me
+me
-qui s’ass\177chent et se reb\177tissent; et
+qui s’assèchent et se rebâtissent ; et
-tout \177 l’heure
+tout à l’heure
-mon cceur... En
+mon cœur... En
-retenu \177 Paris
+retenu à Paris
-profession d’ing\177nieur, ne
+profession d’ingénieur, ne
-venir \177 sa propri\177t\177 de
+venir à sa propriété de
-matin. C’\177tait un
+matin. C’était un
-d’une carri\177re scientifique o0 ils
+d’une carrière scientifique où ils
-brillamment r\177ussi, possedent une
+brillamment réussi, possèdent une
-toute diff\177rente, litt\177raire, artistique,
+toute différente, littéraire, artistique,
-leur sp\177cialisation professionnelle
+leur spécialisation professionnelle
-dont prorite leur
+dont profite leur
-Plus lettr\177s que
+Plus lettrés que
-des litt\177rateurs (nous
+des littérateurs (nous
-pas \177 cette \177poque que
+pas à cette époque que
-Legrandin efit une certaine r6putation comme \177crivain et nous ffimes tr\177s gtonn6s de
+Legrandin eût une certaine réputation comme écrivain et nous fûmes très étonnés de
-musicien cgl\177bre avait compos\177 une m\177lodie sur
+musicien célèbre avait composé une mélodie sur
-lui), dou\177s de
+lui), doués de
-de <\177 facilit\177 \177 que
+de « facilité » que
-qu’ils m\177nent n’est
+qu’ils mènent n’est
-apportent \177 leurs
+apportent à leurs
-insouciance m\177l\177e de
+insouciance mêlée de
-hautaine, m\177prisante, amore et
+hautaine, méprisante, amère et
-et d\177senchant\177, d’une politesse raftin,e, causeur
+et désenchanté, d’une politesse raffinée, causeur
-il \177tait aux
+il était aux
-ma famille, qui
+ma famille qui
-l’homme d’\177lite, prenant
+l’homme d’élite, prenant
-la fa\177on la
+la façon la
-plus d61icate. Ma grand’m\177re lui
+plus délicate. Ma grand’mère lui
-trop cornroe un
+trop comme un
-’DU COTi\177 DE CHEZ SWANN 97 lavaill,re toujours
+lavallière toujours
-presque d’\177colier. Elle s’\177tonnait aussi
+presque d’écolier. Elle s’étonnait aussi
-tirades enflamm\177es qu’il
+tirades enflammées qu’il
-snobisme, e certainement le p\177ch\177 auquet pense
+snobisme, « certainement le péché auquel pense
-Paul .quand il
+Paul quand il
-du p\177ch\177 pour
+du péché pour
-de r\177mission. \177) L’ambition mondaine \177tait un
+de rémission. » L’ambition mondaine était un
-ma grand’m\177re \177tait si
+ma grand’mère était si
-de comprendre, qu’il
+de comprendre qu’il
-mettre rant d’ardeur \177 la fl6trir. De plus, elle
+mettre tant d’ardeur à la flétrir. De plus elle
-de tr\177s bon gofit que M. Legradin, dont la sceur \177tait marine pros de
+de très bon goût que M. Legrandin, dont la sœur était mariée près de
-se livr\177t \177 des
+se livrât à des
-allant jusqu’\177 reprocher \177 la R\177volution de
+allant jusqu’à reprocher à la Révolution de
-tous guillotines. -- SMut, amis
+tous guillotinés. — Salut, amis
-en yenant \177i notre
+en venant à notre
-Vous \177tes heureux
+Vous êtes heureux
-beaucoup ici; demain
+beaucoup ici ; demain
-rentre \177 Paris,
+rentre à Paris,
-niche. --Oh! ajoutait-il,
+niche. — Oh ! ajoutait-il,
-et dg\177u, un
+et déçu, un
-lui \177tait particulier,
+lui était particulier,
-inutiles. I1 n’y manque ’que le n\177cessaire, un
+inutiles. Il n’y manque que le nécessaire, un
-ici. T\177chez de
+ici. Tâchez de
-petit gar\177on, ajoutait-il en se. tournant
+petit garçon, ajoutait-il en se tournant
-jolie &me, d’une qualit\177 rare,
+jolie âme, d’une qualité rare,
-faut. Quand, \177 notre
+faut. » Quand, à notre
-si M me Goupil \177tait arriv\177e en retard \177 la
+si Mme Goupil était arrivée en retard à la
-nous \177tions incapables
+nous étions incapables
-la renseigner.En revanche
+la renseigner. En revanche
-ajoutions t\177 son
+ajoutions à son
-dans l’\177glise /\177 copier
+dans l’église à copier
-Mauvais. Fran�oise, Vol.
+Mauvais. Françoise,
-98 A LA RECH�RCHE DU TEMPS PERDU envoy\177e aussit6t chez l’\177picier, \177tait revenue
+envoyée aussitôt chez l’épicier, était revenue
-de Theodore /i qui
+de Théodore à qui
-de l’\177glise, et de gar5on \177picier donnait,
+de l’église, et de garçon épicier donnait,
-dans tousles mondes,
+dans tous les mondes,
-universel. m Ah! soupirait
+universel. — Ah ! soupirait
-soit d\177j\177 l’heure d’Eulalie. I1 n’y
+soit déjà l’heure d’Eulalie. Il n’y
-Eulalie \177tait une
+Eulalie était une
-qui s’\177tait \177{ retiree \177) apres la
+qui s’était « retirée » après la
-de M me de
+de Mme de
-Bretonnerie, off elle avait \177t\177 en
+Bretonnerie, où elle avait été en
-pris \177 c6t\177 de l’\177glise une chambre, d’ofi elle
+pris à côté de l’église une chambre, d’où elle
-petite pri\177re ou
+petite prière ou
-main \177 Th\177odore; le
+main à Théodore ; le
-elle allair voir
+elle allait voir
-tante L\177onie \177 qui
+tante Léonie à qui
-qui s’\177tait pass\177 \177 la
+qui s’était passé à la
-aux v\177pres. Elle ne d\177daignait pas d’aiouter quelque casuel \177 la
+aux vêpres. Elle ne dédaignait pas d’ajouter quelque casuel à la
-anciens maltres en
+anciens maîtres en
-du cur\177 ou
+du curé ou
-autre personnalit\177 marquante
+autre personnalité marquante
-monde clerical de
+monde clérical de
-petit b\177guin blanc,
+petit béguin blanc,
-donnait \177 une
+donnait à une
-et \177 son nez recourb\177 les
+et à son nez recourbé les
-visites \177taient la
+visites étaient la
-tante L\177onie qui
+tante Léonie qui
-plus gu\177re personne
+plus guère personne
-le Cur\177. Ma
+le Curé. Ma
-peu \177 peu \177vinc\177 tousles autres
+peu à peu évincé tous les autres
-tort \177 ses
+tort à ses
-dans l\177une ou
+dans l’une ou
-deux categories de
+deux catégories de
-qu’elle d\177testait. Les
+qu’elle détestait. Les
-elle s’\177tait d\177barrass\177e les premiers, \177tMent ceux
+elle s’était débarrassée les premiers, étaient ceux
-pas (\177 s’\177couter \177 et
+pas « s’écouter » et
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN 99 ftit-ce n\177gativement et
+fût-ce négativement et
-de d\177sapprobation ou
+de désapprobation ou
-deux m\177chantes gorg\177es d’eau de �ichy !) lui
+deux méchantes gorgées d’eau de Vichy ! ) lui
-ses m\177decines. L’autre cat\177gorie se
+ses médecines. L’autre catégorie se
-qui qui avaient
+qui avaient
-qu’elle \177tait plus
+qu’elle était plus
-qu’elle \177tait aussi
+qu’elle était aussi
-avait laisi\177 monter apres quelques h\177sitations et
+avait laissé monter après quelques hésitations et
-de Fran5oise et
+de Françoise et
-avaient montr\177 combien ils \177taient indignes
+avaient montré combien ils étaient indignes
-timidement un: \177{Ne croyez-vous
+timidement un : « Ne croyez-vous
-temps ,, ou
+temps », ou
-avait dit: {\177 Je
+avait dit : « Je
-amis ,, lui avaient r\177pondu: \177 Ah
+amis », lui avaient répondu : « Ah
-la sant\177 !
+la santé !
-encore cornroe \177a \177, ceuxol&, les
+encore comme ça », ceux-là, les
-autres, \177taient stirs de
+autres, étaient sûrs de
-jamais \177tre resus. Et si Fran9oise s’amusait
+jamais être reçus. Et si Françoise s’amusait
-l’air \177pouvant\177 de
+l’air épouvanté de
-avait apergu dans
+avait aperçu dans
-arriver /\177 les faire cong\177dier et
+arriver à les faire congédier et
-mine d\177confite en
+mine déconfite en
-au fond, admirait sa mattresse qu’elle jugeait sup\177rieure \177 tous
+au fond admirait sa maîtresse qu’elle jugeait supérieure à tous
-ne youlair pas
+ne voulait pas
-exigeait \177 la lois qu’on l’approuv,\177t dans son r\177gime, qu’on la plaignlt pour ses. souffrances
+exigeait à la fois qu’on l’approuvât dans son régime, qu’on la plaignît pour ses souffrances
-la rassur\177t sur
+la rassurât sur
-\177oo A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU’ C’est \177 quoi
+C’est à quoi
-une minute: \177 C’est
+une minute : « C’est
-Eulalie , vingt
+Eulalie », vingt
-Eulalie r\177pondait: {{ Connaissant
+Eulalie répondait : « Connaissant
-irez /\177 cent
+irez à cent
-encore M me Sazerin., (Une
+encore Mme Sazerin. » (Une
-des d\177mentis apport\177s par l’exp\177rience n’avait
+des démentis apportés par l’expérience n’avait
-suffi /\177 entamer, \177tait que M me Sazerat s’appelait M me Sazerin.) -- Je
+suffi à entamer, était que Mme Sazerat s’appelait Mme Sazerin.) — Je
-pas \177 aller \177 cent ans, r\177pondait ma
+pas à aller à cent ans, répondait ma
-qui pr\177f\177rait ne
+qui préférait ne
-assigner \177t ses iours un terme pr\177cis. Et cornroe Eulalie sayair avec
+assigner à ses jours un terme précis. Et comme Eulalie savait avec
-lieu r\177guli\177rement tousles dimanches saul emp\177chement inopin\177, \177taient pour
+lieu régulièrement tous les dimanches sauf empêchement inopiné, étaient pour
-ces jours-l\177 dans un \177tat agraable d’abord,
+ces jours-là dans un état agréable d’abord,
-bien rite douloureux
+bien vite douloureux
-une faire excessive,
+une faim excessive,
-qu’Eulalie ffit en
+qu’Eulalie fût en
-Trop prolong\177e, cette volupt\177 d’attendre
+Trop prolongée, cette volupté d’attendre
-l’heure, b/iillait, se
+l’heure, bâillait, se
-tout \177 la
+tout à la
-la iourn\177e, quand
+la journée, quand
-ne l’esp\177rait plus,
+ne l’espérait plus,
-En r\177alit\177, le
+En réalité, le
-ne pensair qu’\177 cette
+ne pensait qu’à cette
-et sit6t le d\177jeuner fini, Fran9oise avait hate que
+et sitôt le déjeuner fini, Françoise avait hâte que
-salle \177 manger
+salle à manger
-qu’elle p6t monter (( occuper \177 ma
+qu’elle pût monter « occuper » ma
-(surtout \177 partir
+(surtout à partir
-moment o/\177 les
+moment où les
-s’installaient \177 Combray)
+s’installaient à Combray)
-l’heure alti\177re de
+l’heure altière de
-de SaintHilaire qu’elle
+de Saint-Hilaire qu’elle
-fleurons momentan\177s de
+fleurons momentanés de
-table, aupr\177s du pain b\177,nit renu lui aussi famili\177rement en
+table, auprès du pain bénit venu lui aussi familièrement en
-de l’\177glise, quand
+de l’église, quand
-DU COTi\177 DE �HEZ SWANN \177o\177 \177tions encore
+étions encore
-et surfout par
+et surtout par
-permanent d’ceufs, de c6telettes, de
+permanent d’œufs, de côtelettes, de
-nous annonsait m\177me plus, Fran5oise aioutait -- selon
+nous annonçait même plus, Françoise ajoutait — selon
-la mar\177e, les
+la marée, les
-propre g\177nie, et
+propre génie, et
-ces quatrefeuilles qu’on
+ces quatre-feuilles qu’on
-au xm e si\177cle au portall des cath\177drales, refl\177tait un
+au XIIIe siècle au portail des cathédrales, reflétait un
-et des \177pisodes de
+et les épisodes de
-vie --: une
+vie — : une
-la fralcheur, une
+la fraîcheur, une
-au march\177 de
+au marché de
-cardons ’& la
+cardons à la
-cette mani\177re-l\177, un gigot r6ti parce
+cette manière-là, un gigot rôti parce
-des \177pinards pour
+des épinards pour
-que c’\177tait encore une raret\177, des
+que c’était encore une rareté, des
-avait apport\177es expr\177s, des
+avait apportées exprès, des
-les premieres qui vinssent. du
+les premières qui vinssent du
-jardin apres deux
+jardin après deux
-du fromage/\177 la cr\177me que i’aimais bien
+du fromage à la crème que j’aimais bien
-un gateau aux
+un gâteau aux
-l’avait command\177 la
+l’avait commandé la
-que c’\177tait notre
+que c’était notre
-cela \177tait fini, compos\177e express\177ment pour
+cela était fini, composée expressément pour
-mais d\177di\177e plus sp\177cialement /l mon p\177re qui \177tait amateur, une cr\177me au
+mais dédiée plus spécialement à mon père qui était amateur, une crème au
-de Fran5oise, nous \177tait offerte,
+de Françoise, nous était offerte,
-et l\177g\177re comme une ceuvre de circonstance off elle
+et légère comme une œuvre de circonstance où elle
-qui efit refus\177 d’en gofiter en disant: \177 J’ai
+qui eût refusé d’en goûter en disant : « J’ai
-faim \177, se serait imm\177diatement raval\177 au
+faim », se serait immédiatement ravalé au
-ces gouiats qui, m\177me dans le present qu’un
+ces goujats qui, même dans le présent qu’un
-\177o2 A LA RECHERCHE DU TE3\177I.PS P. ERDU leur
+leur
-ses ceuvres, regardent
+ses œuvres, regardent
-et & la mati\177re alors
+et à la matière alors
-signature. M\177me en
+signature. Même en
-plat efit t\177moign\177 de la m\177me impolitesse
+plat eût témoigné de la même impolitesse
-ma m\177re me disait: (\177 Voyons,
+ma mère me disait : « Voyons,
-ici ind\177finiment, monte
+ici indéfiniment, monte
-table. \177) J’allais m’asseoir pros de
+table. » J’allais m’asseoir près de
-souvent orn\177e, comme
+souvent ornée, comme
-corps all\177gorique et fusel& sur
+corps allégorique et fuselé, sur
-dossier ombrag\177 d’un
+dossier ombragé d’un
-peu soign\177e duquel s’\177levait par deux degr\177s, en
+peu soignée duquel s’élevait par deux degrés, en
-et cornroe une construction ind\177pendante, l’arri\177re-cuisine. On
+et comme une construction indépendante, l’arrière-cuisine. On
-de Fran\177oise que
+de Françoise que
-temple de V\177nus. Elle
+temple à Vénus. Elle
-du cr\177mier, du
+du crémier, du
-de l\177gumes, venus parlois de
+de légumes, venus parfois de
-lui d\177dier les pr\177mices de
+lui dédier les prémices de
-son faite \177tait toujours couronn\177 du
+son faîte était toujours couronné du
-bois consacr\177 qui
+bois consacré qui
-un fr\177re de mon grand-p\177re, ancien
+un frère de mon grand-père, ancien
-au rez-de-chauss\177e, et qui, m\177me quand les fen\177tre ouvertes
+au rez-de-chaussée, et qui, même quand les fenêtres ouvertes
-rarement jusque-l&, d\177gageait in\177puisablement cett�
+rarement jusque-là, dégageait inépuisablement cette
-DU �OT.\177 DE CHEZ SWANN \177o$ odeur
+odeur
-et fraiche, /\177 la lois forestigre et ancien regime, qui fait r\177ver longuement
+et fraîche, à la fois forestière et ancien régime, qui fait rêver longuement
-on pen\177tre dans certains pavilions de chasse abandonnes. Mais
+on pénètre dans certains pavillons de chasse abandonnés. Mais
-nombre d’annees je
+nombre d’années je
-ne yenant plus \177 Combray \177t cause
+ne venant plus à Combray à cause
-qui \177tait survenue
+qui était survenue
-circonstances suivantes: Une
+circonstances suivantes : Une
-deux lois par mois,/i Paris,
+deux fois par mois, à Paris,
-de d\177jeuner, en
+de déjeuner, en
-coutil raye violet
+coutil rayé violet
-que ie n’etais pas
+que je n’étais pas
-qu’on l’abandonnait; il
+qu’on l’abandonnait ; il
-un massepa\177n ou
+un massepain ou
-ne s’arr\177tait jamais, off on
+ne s’arrêtait jamais, où on
-les tours etalent ornes de moulures dories, les
+les murs étaient ornés de moulures dorées, les
-qui pretendait imiter
+qui prétendait imiter
-meubles capitonnes en
+meubles capitonnés en
-chez roes grands-parents, mais ]aune; puis
+chez mes grands-parents, mais jaune ; puis
-de {{ travail \177 aux
+de « travail » aux
-duquel \177taient accroch\177es de
+duquel étaient accrochées de
-gravures represent-ant sur
+gravures représentant sur
-une d\177esse charnue
+une déesse charnue
-char, monroe sur
+char, montée sur
-une etoile au
+une étoile au
-air pompeien, puis qu’on detesta, et
+air pompéien, puis qu’on détesta, et
-recommence \177 aimer
+recommence à aimer
-et m\177me raison, malgre les
+et même raison, malgré les
-oncle jusqu’\177t ce
+oncle jusqu’à ce
-chambre vlnt lui
+chambre vînt lui
-une meditation qu’aurait
+une méditation qu’aurait
-chambre \177merveille, et
+chambre émerveillé, et
-avec curiosit\177 le r\177sultat, toujours
+avec curiosité le résultat, toujours
-Enfin, apres une
+Enfin, après une
-I0 4 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU h\177sitation supreme, mon oncle pronon\177ait infailliblement ces mots: \177(Deux heures
+hésitation suprême, mon oncle prononçait infailliblement ces mots : « Deux heures
-quart ,, que
+quart », que
-chambre r\177p\177tait avec \177tonnement, mais sans discuter: \177 Deux
+chambre répétait avec étonnement, mais sans discuter : « Deux
-? bien.. je
+? bien... je
-le dire..., A cette \177poque ’j’avais l’amour du th\177&tre, amour
+le dire... » À cette époque j’avais l’amour du théâtre, amour
-me repr\177sentais d’une fa\177on si
+me représentais d’une façon si
-qu’on 5’ gofitait que je n’\177tais pas \1771oign\177 de
+qu’on y goûtait que je n’étais pas éloigné de
-un stereoscope un d&or qui n’\177tait que
+un stéréoscope un décor qui n’était que
-spectateurs. Tousles matins
+spectateurs. Tous les matins
-courais jusqu’/t la
+courais jusqu’à la
-qu’elle annon\177ait. Rien n’\177tait plus d\177sint\177ress\177 et
+qu’elle annonçait. Rien n’était plus désintéressé et
-les raves offerrs \177 mon
+les rêves offerts à mon
-chaque piece annonc\177e, et qui \177taient conditionn\177s \177t la
+chaque pièce annoncée, et qui étaient conditionnés à la
-images inseparables des
+images inséparables des
-et boursoufl\177es de
+et boursouflées de
-se d\177tachait. Sice West une
+se détachait. Si ce n’est une
-ces ceuvres \177tranges comme
+ces œuvres étranges comme
-de Cgsar Girodot et (Edipe-Roi lesquelles
+de César Girodot et Œdipe-Roi lesquelles
-de l’Op\177ra-Comique, mais
+de l’Opéra-Comique, mais
-la Com\177die-Fran\177aise, rien
+la Comédie-Française, rien
-plus different de l’aigrette \177tincelante et
+plus différent de l’aigrette étincelante et
-et myst\177rieux du
+et mystérieux du
-la premiere fois au theatre i’aurais \177 choisir
+la première fois au théâtre j’aurais à choisir
-deux pi\177ces, cherchant & appro�ondir successivement
+deux pièces, cherchant à approfondir successivement
-puisque c’\177tait tout
+puisque c’était tout
-pour t\177cher de
+pour tâcher de
-comparer \177 celui que recelait l’autre,
+comparer à celui que recélait l’autre,
-DU COTt\177 DE CHEZ SW4tNN Io5 /t me repr\177senter avec
+à me représenter avec
-une piece \177blouissante et fi\177re, de
+une pièce éblouissante et fière, de
-une pi&e douce et velout\177e, que j’\177tais aussi
+une pièce douce et veloutée, que j’étais aussi
-de d&ider laquelle
+de décider laquelle
-ma preference, que
+ma préférence, que
-m’avait donn\177 \177 opter
+m’avait donné à opter
-riz \177 l’Impdratrice et
+riz à l’Impératrice et
-la cr\177me au
+la crème au
-dont Fart, blen qu’il me fdt encore inconnu, dtait la premiere forme,
+dont l’art, bien qu’il me fût encore inconnu, était la première forme,
-qu’il rev\177t, sous
+qu’il revêt, sous
-la mani\177re que l’un ’ou l’autre avait de’ ddbiter, de
+la manière que l’un ou l’autre avait de débiter, de
-les diffdrences les
+les différences les
-Et, d’apr\177s ce
+Et, d’après ce
-me r&itais toute la journde, et
+me récitais toute la journée, et
-dans mort cerveau
+dans mon cerveau
-le g\177ner de leur inamovibilit& Plus
+le gêner de leur inamovibilité. Plus
-au coll\177ge, chaque
+au collège, chaque
-correspondais, aussit6t que
+correspondais, aussitôt que
-professeur ayait la t\177te tourn\177e, avec
+professeur avait la tête tournée, avec
-ma premiere question dtait toujours
+ma première question était toujours
-s’il \177tait d\177j\177 all\177 au theatre et
+s’il était déjà allé au théâtre et
-acteur \177tait bien
+acteur était bien
-si, /t son
+si, à son
-venait qu’apr\177s Thiron,
+venait qu’après Thiron,
-Delaunay qu’apr\177s Coquelin,
+Delaunay qu’après Coquelin,
-soudaine motilit\177 que
+soudaine motilité que
-la rigidit\177 de
+la rigidité de
-au deuxi\177me rang, et l’agilit6 miraculeuse, la f&onde animation
+au deuxième rang, et l’agilité miraculeuse, la féconde animation
-voyait dou\177 Delaunay
+voyait doué Delaunay
-au quatri\177me, rendair la
+au quatrième, rendait la
-vie \177t mon
+vie à mon
-et fertilis& Mais
+et fertilisé. Mais
-me pr\177occupaient ainsi,
+me préoccupaient ainsi,
-un apres-midi du Th\177fitreFranqais m’avait caus\177 le
+un après-midi du Théâtre-Français m’avait causé le
-de Yamour, combien
+de l’amour, combien
-d’une \177toile
+d’une étoile
-\177o6 A LA R�CH�RCH� DU TEMPS P\177RDU flamboyant h la
+flamboyant à la
-d’un thdlitre, combien, /t la
+d’un théâtre, combien, à la
-d’un coupd qui
+d’un coupé qui
-la rue du
+la vue du
-pensais \177tre peut-\177tre une
+pensais être peut-être une
-plus prolongd, un
+plus prolongé, un
-me reprdsenter sa
+me représenter sa
-plus illustres: Sarah
+plus illustres : Sarah
-toutes m’intdressaient. Or
+toutes m’intéressaient. Or
-voir qu’\177 certains
+voir qu’à certains
-avec ’lesquelles sa
+avec lesquelles sa
-moins \177t son avis \177 elle,
+moins à son avis a elle,
-grande facilitd /t faire \177t de
+grande facilité à faire à de
-n’avaient peut-\177tre jamais dtd marides, /\177 des
+n’avaient peut-être jamais été mariées, à des
-qui n’\177tait sans
+qui n’était sans
-les prdsenter /\177 ma grand’m\177re ou m\177me /t leur
+les présenter à ma grand’mère ou même à leur
-l’avait ddj\177t brouilld plus
+l’avait déjà brouillé plus
-mon grand-p\177re. Souvent, \177 un
+mon grand-père. Souvent, à un
-mon p\177re dire /\177 ma m\177re, en souriant: \177Une amie
+mon père dire à ma mère, en souriant : « Une amie
-oncle ,; et
+oncle » ; et
-que peut-\177tre pendant des anndes des
+que peut-être pendant des années des
-inutilement /t la
+inutilement à la
-ne rdpondait pas \177t leurs
+ne répondait pas à leurs
-son h6tel, mon
+son hôtel, mon
-le prdsentant chez lui \177t l’actrice, inapprochable /\177 tant
+le présentant chez lui à l’actrice, inapprochable à tant
-qui dtait pour
+qui était pour
-Aussi -- sous le prdtexte qu’une lemon qui avait dtd d\177placde tombait
+Aussi — sous le prétexte qu’une leçon qui avait été déplacée tombait
-m’avait emp\177chd plusieurs lois et m’emp\177cherait
+m’avait empêché plusieurs fois et m’empêcherait
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN to 7 encore de voi\177 mort oncle-- un
+encore de voir mon oncle — un
-qui \177tait r\177servg aux
+qui était réservé aux
-avaient d\177jeun\177 de
+avaient déjeuné de
-heure, ]e sortis
+heure, je sortis
-d’affiches, pourquoi on
+d’affiches, pour quoi on
-courus jusqu’\177t lui.
+courus jusqu’à lui.
-voiture attel\177e de
+voiture attelée de
-aux ceill\177res un \177illet rouge
+aux œillères un œillet rouge
-cocher /t sa boutonni\177re. De
+cocher à sa boutonnière. De
-un fire et
+un rire et
-et d\177s que j’eus sonnY, un sil.ence, puis
+et dès que j’eus sonné, un silence, puis
-parut embarrass\177, me
+parut embarrassé, me
-oncle \177tait tr\177s occupY, ne
+oncle était très occupé, ne
-recevoir, et\177 tandis qu’il aliait pourrant le prdvenir, la m\177me voix que i’avais entendue disair: \177 Oh, sil laisse-le entrer; rien
+recevoir, et, tandis qu’il allait pourtant le prévenir, la même voix que j’avais entendue disait : « Oh, si ! Laisse-le entrer ; rien
-m’amuserait rant. Sur
+m’amuserait tant. Sur
-ressemble rant \177t sa
+ressemble tant à sa
-ta niece, dont
+ta nièce, dont
-photographie est/l c6t\177 de
+photographie est à côté de
-gosse. \177 J’entendis
+gosse. » J’entendis
-se facher; finalement
+se fâcher ; finalement
-la m\177me assiette
+la même assiette
-que d’habitude; mon
+que d’habitude ; mon
-de tousles jours,
+de tous les jours,
-de peries au cou, \177tait assise
+de perles au cou, était assise
-L’incertitude o\177 j’\177tais s’il fallait dire
+L’incertitude où j’étais s’il fallait lui dire
-son c6t\177 de
+son côté de
-d’avoir /t lui
+d’avoir à lui
-lui dit: (\177 Mon neveu ,, sans
+lui dit : « Mon neveu », sans
-mon nora, ni
+mon nom, ni
-les difficult\177s qu’il
+les difficultés qu’il
-mon grand-p\177re, il
+mon grand-père, il
-io8 A LA RECHERGHE DU TEMPS PERDU t&chait autant
+tâchait autant
-possible d’\177viter tout
+possible d’éviter tout
-relations. -- Comme
+relations. — Comme
-ressemble \177t sa m\177re, dit-elle. -- Mais
+ressemble à sa mère, dit-elle. — Mais
-n’avez ]amais vuma niece qu’en
+n’avez jamais vu ma nièce qu’en
-bourru. -- Je
+bourru. — Je
-ami, ]e l’ai crois\177e dans l’escalier l’ann\177e dernitre quand
+ami, je l’ai croisée dans l’escalier l’année dernière quand
-avez \177t\177 si malade. I1 est
+avez été si malade. Il est
-que ]e ne
+que je ne
-d’un \177.clair et
+d’un éclair et
-petit homme
+petit jeune homme
-ses beau\177( yeux
+ses beaux yeux
-aussi fa, dit~ elle, en trasant avec
+aussi ça, dit-elle, en traçant avec
-votre niece porte le m\177me nom
+votre nièce porte le même nom
-demanda-t-elle /t mon oncle. \177 I1 ressemble surtout /t son p\177re, grogna
+demanda-t-elle à mon oncle. — Il ressemble surtout à son père, grogna
-des presentations /t distance
+des présentations à distance
-de pr\177s. C’est tout \177t fait son p\177r: et
+de près. C’est tout à fait son père et
-pauvre m\177re. -- Je
+pauvre mère. — Je
-son p\177re, dit
+son père, dit
-une l\177g\177re inclinaison de t\177te, et]e n’ai
+une légère inclinaison de la tête, et je n’ai
-pauvre m\177re, mort ami.
+pauvre mère, mon ami.
-peu apres votre
+peu après votre
-connus. J’\177prouvais une petite d\177ception, car
+connus. J’éprouvais une petite déception, car
-ne differair pas
+ne différait pas
-autres ]olies femmes que i’avais rues quelquefois
+autres jolies femmes que j’avais vues quelquefois
-lequel ]’allais tousles ans
+lequel j’allais tous les ans
-Mieux habill\177e seulement,
+Mieux habillée seulement,
-le m\177me regard
+le même regard
-l’aspect th\177/itral que
+l’aspect théâtral que
-qui efit \177t\177 en
+qui eût été en
-peine g
+peine à
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN Io9 croire
+croire
-ce ffit une
+ce fût une
-ce ffit une
+ce fût une
-voiture /\177 deux
+voiture à deux
-haute voice. Mais
+haute volée. Mais
-son h6tel et
+son hôtel et
-plaisir \177 manger
+plaisir à manger
-Et pourtant, en pensant \177ce que devait \177tre sa vie, l’immoralite m’en troublait peut-\177tre plus
+Et pourtant en pensant à ce que devait être sa vie, l’immoralité m’en troublait peut-être plus
-avait ete concretisee devant
+avait été concrétisée devant
-apparence speciale -- d’\177tre ainsi
+apparence spéciale — d’être ainsi
-et voue.\177 tout
+et voué à tout
-fait epanouir en beaute et hausse jusqu’au
+fait épanouir en beauté et haussé jusqu’au
-et & ta notorietY, celle
+et à la notoriété celle
-pareils \177 rant d’autres
+pareils à tant d’autres
-connaissais dej/L me faisaient malgr\177 moi considerer comme
+connaissais déjà, me faisaient malgré moi considérer comme
-qui n’\177tait plus
+qui n’était plus
-On etait pass\177 dans le \177 cabinet
+On était passé dans le « cabinet
-travail ,, et
+travail », et
-peu g\177ne par ma presence, lui
+peu gêné par ma présence, lui
-cigarettes. --Non, dit-elle,
+cigarettes. — Non, dit-elle,
-suis habituee h celles
+suis habituée à celles
-en etiez jaloux.
+en étiez jaloux.
-d’un \177tui des
+d’un étui des
-d’inscriptions \177trang\177res et dorees. {\177 Mais
+d’inscriptions étrangères et dorées. « Mais
-tout d’un’coup, je
+tout d’un coup, je
-avoir rencontre chez
+avoir rencontré chez
-le p\177re de ce ieune homme. N’est~ce pas
+le père de ce jeune homme. N’est-ce pas
-? I1 a \177t\177 tellement
+? Il a été tellement
-moi \177, dit-elle
+moi », dit-elle
-pensant /tce qu’avait pu \177tre l’accueil
+pensant à ce qu’avait pu être l’accueil
-avoir trouv\177 exquis,
+avoir trouvé exquis,
-mon p\177re, moi
+mon père, moi
-sa r\177serve et
+sa réserve et
-Ixo A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU froideur, j’\177tais g\177nd, comme
+froideur, j’étais gêné, comme
-une ind\177licatesse qu’il
+une indélicatesse qu’il
-cette in\177galitd entre
+cette inégalité entre
-lui dtait accordde et son amabilitd insuffisante. I1 m’a sembld plus
+lui était accordée et son amabilité insuffisante. Il m’a semblé plus
-que c’dtait un des c6tds touchants du r61e de
+que c’était un des côtés touchants du rôle de
-et studieuses, qu’elles
+et studieuses qu’elles
-leur gdndrositd, leur
+leur générosité, leur
-un r\177ve disponible de beaut\177 sentimentale w car,
+un rêve disponible de beauté sentimentale — car,
-le rdalisent pas,
+le réalisent pas,
-dans le cadre de
+dans les cadres de
-commune -- et
+commune — et
-leur cofite peu, & enrichir
+leur coûte peu, à enrichir
-sertissage pr&ieux et
+sertissage précieux et
-mal ddgrossie des
+mal dégrossie des
-fumoir oh mon oncle dtait en
+fumoir où mon oncle était en
-recevoir, rdpandait son
+recevoir, répandait son
-perles, l’dl\177gance qui dmane de l’amitid d’un
+perles, l’élégance qui émane de l’amitié d’un
-de m\177me elle
+de même elle
-mon p\177re, elle l’avait travaill\177 avec d\177licatesse, lui avait donn\177 un
+mon père, elle l’avait travaillé avec délicatesse, lui avait donné un
-appellation pr&ieuse, et y ench\177sant un
+appellation précieuse et y enchâssant un
-eau, nuancd d’humilitd et
+eau, nuancé d’humilité et
-rendait changd en
+rendait changé en
-de \177 tout & fait exquis \177. --Allons, voyons,
+de « tout à fait exquis ». — Allons, voyons,
-envie irrdsistible de
+envie irrésistible de
-que c’efit dtd quelque
+que c’eût été quelque
-un enl\177vement. Mon cceur batfait tandis
+un enlèvement. Mon cœur battait tandis
-me disais:, Faut-il
+me disais : « Faut-il
-faire \177, puis
+faire », puis
-qu’il fallair faire
+qu’il fallait faire
-et insens& ddpouilld de
+et insensé, dépouillé de
-moment ensa faveur,
+moment en sa faveur,
-portai & mes l\177vres la
+portai à mes lèvres la
-tendait. -- Comme
+tendait. — Comme
-est d\177ji galant,
+est déjà galant,
-petit ceil pour les femmes: il
+petit œil pour les femmes : il
-DU COTI\177 DE CHEZ $WANN x\177t Ce
+Ce
-donner & la
+donner à la
-accent l\177g\177rement britannique.
+accent légèrement britannique.
-cup o[ tea, cornroe disent
+cup of tea, comme disent
-les Anglais; il n’aurait qu’& m’envoyer un (\177 bleu, le marin. Je
+les Anglais ; il n’aurait qu’à m’envoyer un « bleu » le matin. Je
-que c’\177tait qu’un \177{ bleu ,. Je
+que c’était qu’un « bleu ». Je
-la moiti\177 des
+la moitié des
-que disair la
+que disait la
-n’y ffit cach\177e quelque question & laquelle il eat \177t\177 impoli
+n’y fut cachée quelque question à laquelle il eût été impoli
-pas r\177pondre, m’emp&hait de
+pas répondre, m’empêchait de
-les &outer avec
+les écouter avec
-j’en dprouvais une
+j’en éprouvais une
-fatigue. --Mais non,
+fatigue. — Mais non,
-les \177paules, il est tr\177s tenu,
+les épaules, il est très tenu,
-beaucoup. I1 a tousles prix \177t son
+beaucoup. Il a tous les prix à son
-ajouta-t-il, & voix
+ajouta-t-il, à voix
-n’entende pasce mensonge
+n’entende pas ce mensonge
-que ie n’y
+que je n’y
-sera peut\177tre un
+sera peut-être un
-une esp&e de
+une espèce de
-savez. -- J’adore
+savez. — J’adore
-artistes, r\177pondit la
+artistes, répondit la
-les \177tres d’\177lite comme
+les êtres d’élite comme
-volumes doris qu’il
+volumes dorés qu’il
-petite biblioth\177que vitr\177e de
+petite bibliothèque vitrée de
-Vous savez. que
+Vous savez que
-les prater, j’en
+les prêter, j’en
-qui d\177testait prater ses
+qui détestait prêter ses
-ne r\177pondit rien
+ne répondit rien
-conduisit jusqu’g l’antichambre. Eperdu d’amour
+conduisit jusqu’à l’antichambre. Éperdu d’amour
-visite g mes
+visite à mes
-le souvenir’ de sa bont\177 \177tait en
+le souvenir de sa bonté était en
-\1772 2t LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU moi
+moi
-lui t\177moigner ma reconnaissance. I1 \177tait si
+lui témoigner ma reconnaissance. Il était si
-tard, apres quelques phrases myst\177rieuses et
+tard, après quelques phrases mystérieuses et
-donner & mes
+donner à mes
-une idle assez
+une idée assez
-dont j’\177tais dour, je
+dont j’étais doué, je
-moindres d\177tails la
+moindres détails la
-le d\177sirais pas.
+le désirais pas.
-visite oh’je n’en
+visite où je n’en
-pas tousles jours
+pas tous les jours
-l’excuser aupr\177s d’une femme \177 quiil a \177td emp\177ch\177 d’\177crire, et
+l’excuser auprès d’une femme à qui il a été empêché d’écrire, et
-nous n\177gligions de le faire, jugeant
+nous négligions de le faire jugeant
-d’importance & un
+d’importance à un
-autres \177tait un r\177ceptacle inerte
+autres était un réceptacle inerte
-de r\177action sp\177cifique sur
+de réaction spécifique sur
-y introduisait; et je ne-doutais pas qu’en d\177posant dans
+y introduisait ; et je ne doutais pas qu’en déposant dans
-en m\177me temps
+en même temps
-le souhaitais le
+le souhaitais, le
-cette presentation. Mes
+cette présentation. Mes
-remirent /t des principes enti\177rement diff\177rents de
+remirent à des principes entièrement différents de
-leur sugg\177rais d’adopter,
+leur suggérais d’adopter,
-voulurent appr\177cier l’action
+voulurent apprécier l’action
-Mon p\177re et mon grandp\177re eurent
+Mon père et mon grand-père eurent
-explications violentes; i’en fus indirectement inform& Quelques jours apres, croisant
+explications violentes ; j’en fus indirectement informé. Quelques jours après, croisant
-qui passair en voiture d\177couverte, je
+qui passait en voiture découverte, je
-exprimer. A c6t\177 de leur immensitY, je
+exprimer. À côté de leur immensité, je
-DU COTI\177 DE CH�Z SWANN faire supposer \177 mon
+faire supposer à mon
-croyais pus tenu envers lui/t plus qu’\177 une
+croyais pas tenu envers lui à plus qu’à une
-Je r\177solus de
+Je résolus de
-je d\177tournai la t\177te. Mon
+je détournai la tête. Mon
-je suivai$ en cela des ordres
+je suivais en cela les ordres
-pardonna pus, et
+pardonna pas, et
-des ann\177es apres sans
+des années après sans
-nous Fait jamais
+nous l’ait jamais
-maintenant ferm\177 de
+maintenant fermé, de
-Adolphe, et, apres m’gtre attard\177 aux
+Adolphe, et après m’être attardé aux
-de l’arri\177re-cuisine, quand Franqoise, apparaissant
+de l’arrière-cuisine, quand Françoise, apparaissant
-me disait: \177 Je
+me disait : « Je
-le caf\177 et
+le café et
-que ie me
+que je me
-chez M me Octave., je me d\177cidais \177 rentrer
+chez Mme Octave », je me décidais à rentrer
-cuisine \177tait une
+cuisine était une
-institution permanente/t qui
+institution permanente à qui
-de continuit\177 et d’identit\177, \177t travers
+de continuité et d’identité, à travers
-formes passageres en
+formes passagères en
-elle s’incarnait, car nous n’efimes jamais la m\177me deux
+elle s’incarnait : car nous n’eûmes jamais la même deux
-suite. L’ann\177e o/\177 nous mange\177mes tant
+suite. L’année où nous mangeâmes tant
-habituellement charg\177e de les {{ plumer. \177tait une pauvre creature maladive,
+habituellement chargée de les « plumer » était une pauvre créature maladive,
-un \177tat de grossesse d\177j/t assez avanc\177 quand nous arriv&mes \177 P&ques, et on s’\177tonnait m\177me que Fran9oise lui laiss&t faire
+un état de grossesse déjà assez avancé quand nous arrivâmes à Pâques, et on s’étonnait même que Françoise lui laissât faire
-et de. besogne,
+et de besogne,
-elle commensair \177 porter difficilement derant elle la mystdrieuse corbeille,
+elle commençait à porter difficilement devant elle la mystérieuse corbeille,
-remplie, dont. on
+remplie, dont on
-ses ampies sarraux
+ses amples sarraux
-qui rev\177tent certaines
+qui revêtent certaines
-m’avait donn\177 des
+m’avait donné des
-C’est lui-m\177me qui
+C’est lui-même qui
-fait remar~ quer et
+fait remarquer et
-nous disait: {{Comment va la Charit\177 de
+nous disait : « Comment va la Charité de
-? , D’ailleurs elle-m\177me, la Vol. I. 8
+? » D’ailleurs elle-même, la
-x\177 4 A LA RECHERCHE DU TE3IP$ PERDU pauvre fille, engraiss\177e par
+pauvre fille, engraissée par
-grossesse, jusqu’& la figure, jusqu’aux.joues qui
+grossesse, jusqu’à la figure, jusqu’aux joues qui
-et carr&s, ressemblait
+et carrées, ressemblait
-assez & ces
+assez à ces
-matrones plut6t, dans
+matrones plutôt, dans
-sont personnifi&s /\177 l’Arena.
+sont personnifiées à l’Arena.
-autre mani\177re. De m\177me que
+autre manière. De même que
-fille \177tait accrue
+fille était accrue
-symbole ajout\177 qu’elle portair derant son
+symbole ajouté qu’elle portait devant son
-en traduislt la beaut\177 et
+en traduisît la beauté et
-de m\177me c’est sans paraltre s’en
+de même c’est sans paraître s’en
-puissante m\177nag\177re qui est repr\177sentde & l’Arena
+puissante ménagère qui est représentée à l’Arena
-du nora (\177 Caritas\177 et
+du nom « Caritas » et
-reproduction \177tait accroch& au
+reproduction était accrochée au
-salle d’\177tudes, & Combray,
+salle d’études, à Combray,
-qu’aucune pens& de charitd semble
+qu’aucune pensée de charité semble
-pu \177tre exprim& par
+pu être exprimée par
-visage \177nergique et
+visage énergique et
-les tr\177sors de
+les trésors de
-absolument cornroe si elle pi\177tinait des
+absolument comme si elle piétinait des
-ou plut6t comme
+ou plutôt comme
-aurait mont\177 sur
+aurait monté sur
-se hausser; et
+se hausser ; et
-tend \177t Dieu son cceur enfiamm\177, disons
+tend à Dieu son cœur enflammé, disons
-lui (( passe \177, comme une cuisini\177re passe
+lui « passe », comme une cuisinière passe
-sous-sol & quelqu’un
+sous-sol à quelqu’un
-demande /t la fen\177tre du rez-de-chauss&. L’Envie,
+demande à la fenêtre du rez-de-chaussée. L’Envie,
-cette fresque-l& encore,
+cette fresque-là encore,
-tient rant de place etest reprdsent\177 comme si r&l, le
+tient tant de place et est représenté comme si réel, le
-aux l\177vres de FEnvie est
+aux lèvres de l’Envie est
-si compl\177tement sa
+si complètement sa
-qui gonfie un
+qui gonfle un
-l’Envie -- et la n6tre du m\177me
+l’Envie — et la nôtre du même
-DU COT\177 DE CHEZ $WANN tt 5 coup -- tout enti\177re concentrde sur
+coup — tout entière concentrée sur
-ses l\177vres, n’a gu\177re de temps \177 donner & d’envieuses pensdes. Malgr\177 toute
+ses lèvres, n’a guère de temps à donner à d’envieuses pensées. Malgré toute
-plaisir h considdrer dans
+plaisir à considérer dans
-salle d’dtudes, oh on avait accrochd les
+salle d’études, où on avait accroché les
-avait rapportdes, cette Charitd sans charitd, cette
+avait rapportées, cette Charité sans charité, cette
-de m\177decine la
+de médecine la
-de l’opdrateur, une
+de l’opérateur, une
-visage grisfitre et mesquinement rdgulier \177tait celui-1/\177 m\177me qui, /t Combray, caract\177risait certaines
+visage grisâtre et mesquinement régulier était celui-là même qui, à Combray, caractérisait certaines
-et s&hes que
+et sèches que
-voyais & la
+voyais à la
-plusieurs \177taient enr61\177es d’avance
+plusieurs étaient enrôlées d’avance
-de r\177serve de
+de réserve de
-tard i’ai compris que l’\177tranget\177 saisissante, la beaut\177 sp&iale de
+tard j’ai compris que l’étrangeté saisissante, la beauté spéciale de
-fresques tenair & la
+fresques tenait à la
-qu’il ffit prdsent\177, non
+qu’il fût présenté, non
-la penske symbolis& n’\177tait pas exprimde, mais comme r\177el, comme
+la pensée symbolisée n’était pas exprimée, mais comme réel, comme
-ou mat\177riellement manid, donnait & la
+ou matériellement manié, donnait à la
-de t’ceuvre quelque
+de l’œuvre quelque
-plus littoral et
+plus littéral et
-plus pr&is, & son
+plus précis, à son
-l’attention n’\177tait-elle pas
+l’attention n’était-elle pas
-cesse ramen\177e \177 son
+cesse ramenée à son
-le firair; et de m\177me encore,
+le tirait ; et de même encore,
-la pens& des
+la pensée des
-est tournde vers le c6t\177 effectif,
+est tournée vers le côté effectif,
-obscur, viscdral, vers
+obscur, viscéral, vers
-est pr&is\177ment le c6t\177 qu’elle leur prdsente, qu’elle
+est précisément le côté qu’elle leur présente, qu’elle
-rudement senfir et
+rudement sentir et
-plus /tun fardeau
+plus à un fardeau
-les &rase, & une difficultd de respirer, \177 un
+les écrase, à une difficulté de respirer, à un
-boire, qu’\177 ce
+boire, qu’à ce
-appelons l’id\177e de
+appelons l’idée de
-116 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU I1 fallait
+Il fallait
-la r\177alit\177 puisqu’ils
+la réalité puisqu’ils
-la serrarite enceinte, et qu’elle-m\177me ne
+la servante enceinte, et qu’elle-même ne
-moins all\177gorique. Et peut-&tre cette
+moins allégorique. Et peut-être cette
-de l’f\177me d’un \177tre \177 la
+de l’âme d’un être à la
-valeur esth\177tique une r\177alit\177 sinon
+valeur esthétique une réalité sinon
-la charit\177 active,
+la charité active,
-avaient g\177n\177ralement un air all\177gre, positif, indifferent et
+avaient généralement un air allègre, positif, indifférent et
-chirurgien press\177, ce visage o/x ne
+chirurgien pressé, ce visage où ne
-aucune commiseration, aucun attendrissement derant la
+aucune commisération, aucun attendrissement devant la
-vraie bont\177. Pendant
+vraie bonté. Pendant
-cuisine -- faisant
+cuisine — faisant
-la sup\177riorit\177 de Fran5oise, comme
+la supériorité de Françoise, comme
-plus \177clatant le
+plus éclatant le
-la V\177rit\177 -- servait du caf\177 qui,
+la Vérité — servait du café qui,
-maman, n’\177tait que de i’eau chaude,
+maman, n’était que de l’eau chaude,
-qui \177tait /t peine ti\177de, ie m’\177tais \177tendu sur
+qui était à peine tiède, je m’étais étendu sur
-livre \177 la
+livre à la
-qui protdgeait en
+qui protégeait en
-sa fraicheur transparente
+sa fraîcheur transparente
-de l’apr\177s-midi derri\177re ses
+de l’après-midi derrière ses
-clos o/x un
+clos où un
-avait pourrant trouv\177 moyen
+avait pourtant trouvé moyen
-ailes iaunes, et restair immobile
+ailes jaunes, et restait immobile
-coin, cornroe un papillon pos& I1 faisait /t peine
+coin, comme un papillon posé. Il faisait à peine
-la lumi\177re ne m’\177tait donn\177e que
+la lumière ne m’était donnée que
-coups frapp\177s dans
+coups frappés dans
-par Fran5oise que
+par Françoise que
-ne {c reposait pas,
+ne « reposait pas »
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN \177x 7 et
+et
-caisses poussigreuses, mais
+caisses poussiéreuses, mais
-dans l’atmosph\177re sonore, sp\177ciale aux
+dans l’atmosphère sonore, spéciale aux
-chauds, semblaier\177t faire
+chauds, semblaient faire
-astres \177carlates; et
+astres écarlates ; et
-qui ex\177cutaient devant
+qui exécutaient devant
-de l’\177t\177: elle ne l’\177voque pas \177 la faqon d’un
+de l’été : elle ne l’évoque pas à la façon d’un
-hasard \177 la
+hasard à la
-rappelle ensuite; elle
+rappelle ensuite ; elle
-unie \177 l’\177t\177 par
+unie à l’été par
-plus n6cessaire: n\177e des
+plus nécessaire : née des
-de .leur essence,
+de leur essence,
-n’en r\177veille pas
+n’en réveille pas
-notre mgmoire, elleen certifie
+notre mémoire, elle en certifie
-la presence effective, ambiante, imm\177diatement accessible.
+la présence effective, ambiante, immédiatement accessible.
-obscure fra\177cheur de
+obscure fraîcheur de
-chambre \177tait au piein soleil
+chambre était au plein soleil
-rayon, c’est-\177t-dire aussi
+rayon, c’est-à-dire aussi
-offrait \177t mon
+offrait à mon
-de l’\177t\177 dont
+de l’été dont
-j’avais \177td en
+j’avais été en
-par morceaux; et
+par morceaux ; et
-bien \177 mon
+bien à mon
-qui (grace aux aventures racont\177es par
+qui (grâce aux aventures racontées par
-venaient l’6mouvoir) supporfait, pareil
+venaient l’émouvoir) supportait, pareil
-torrent d’activit\177. Mais ’ma gran.d’m\177re, m\177me si
+torrent d’activité. Mais ma grand’mère, même si
-chaud s’\177tait g\177it\177, si
+chaud s’était gâté, si
-grain \177tait survenu,
+grain était survenu,
-renoncer \177 ma
+renoncer à ma
-petite gu6rite en
+petite guérite en
-laquelle j’\177tais assis
+laquelle j’étais assis
-croyais cach\177 aux
+croyais caché aux
-venir fairevisite \177 mes
+venir faire visite à mes
-ma penske n’\177tait-elle pas
+ma pensée n’était-elle pas
-autre cr\177che au
+autre crèche au
-\177t8 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU restais enfoncd, m\177me pour
+restais enfoncé, même pour
-un obiet extdrieur, la
+un objet extérieur, la
-mince lisdrd spirituel qui m’empgchait de
+mince liséré spirituel qui m’empêchait de
-sa mati\177re; elle
+sa matière ; elle
-que ]e prisse
+que je prisse
-objet mouilld ne
+objet mouillé ne
-son humiditd parce
+son humidité parce
-toujours prdcdder d’une zone d’6vaporation. Dans l’esp\177ce d’dcran diaprd d’dtats diffdrents que,
+toujours précéder d’une zone d’évaporation. Dans l’espèce d’écran diapré d’états différents que,
-lisais, d\177ployait simultandment ma
+lisais, déployait simultanément ma
-plus profonddment cachdes en moi-m\177me jusqu’& la
+plus profondément cachées en moi-même jusqu’à la
-tout extdrieure de
+tout extérieure de
-la poignde sans
+la poignée sans
-reste, c’dtait ma
+reste, c’était ma
-la beautd du
+la beauté du
-mon ddsir de
+mon désir de
-que fat ce
+que fût ce
-Car, m\177me si
+Car, même si
-l’avais achetd \177t Combray,
+l’avais acheté à Combray,
-devant l’dpicerie Borange,
+devant l’épicerie Borange,
-que Fran5oise pat s’y
+que Françoise pût s’y
-mieux achaiandale comme papererie et
+mieux achalandée comme papeterie et
-des ricelies dans la mosaique des
+des ficelles dans la mosaïque des
-qui rev\177taient les
+qui revêtaient les
-plus mystdrieuse, plus semde de pensdes qu’une
+plus mystérieuse, plus semée de pensées qu’une
-de cathddrale, c’est
+de cathédrale, c’est
-m’avoir dtd citd comme
+m’avoir été cité comme
-le cama~ rade qui
+le camarade qui
-paraissait \177 cette dpoque ddtenir le
+paraissait à cette époque détenir le
-la vdrit\177 et
+la vérité et
-la beautd/\177 demi pressenties, /l demi incomprdhensibles, dont
+la beauté à demi pressenties, à demi incompréhensibles, dont
-connaissance dtait le
+connaissance était le
-ma pensde. Apres cette
+ma pensée. Après cette
-ecture, exdcutait d’incessants
+ecture, exécutait d’incessants
-DU. COTI\177 DE CHEZ SWANN \1779 dedans
+dedans
-la d\177couverte de la v\177rit\177, venaient les \177motions que
+la découverte de la vérité, venaient les émotions que
-donnait Faction \177 laquelle ]e prenais
+donnait l’action à laquelle je prenais
-ces apr\177s-midi-l\177 \177taient plus remplis d’\177v\177nements dramatiques
+ces après-midi-là étaient plus remplis d’événements dramatiques
-souvent route une vie. C’\177tait les \177v\177nements . qui
+souvent toute une vie. C’était les événements qui
-que ie lisais; il
+que je lisais ; il
-affectaient n’\177taient pas \177 r\177els ,, comme disait Fran\177oise. Mais
+affectaient n’étaient pas « réels », comme disait Françoise. Mais
-font \177prouver la
+font éprouver la
-personnage r\177el ne
+personnage réel ne
-par l’interm\177diaire d’une
+par l’intermédiaire d’une
-cette infortune; l’ing\177niosit\177 du
+cette infortune ; l’ingéniosité du
-consista \177 comprendre
+consista à comprendre
-nos \177motions, l’image \177tant le seul \177l\177ment essentiel,
+nos émotions, l’image étant le seul élément essentiel,
-consisterait & supprimer
+consisterait à supprimer
-et simplementles personnages r\177els serait
+et simplement les personnages réels serait
-perfectionnement d&isif. Un \177tre r\177el, si profond\177ment que
+perfectionnement décisif. Un être réel, si profondément que
-est percu par
+est perçu par
-sens, c’est-\177-dire nous
+sens, c’est-à-dire nous
-notre sensibilit\177 ne
+notre sensibilité ne
-en \177tre \177mus; bien
+en être émus ; bien
-de sol qu’il pourra l’\177tre lui-m\177me. La
+de soi qu’il pourra l’être lui-même. La
-a \177t\177 d’avoir l’id\177e de
+a été d’avoir l’idée de
-parties imp\177n\177trables \177 l’\177me par une quantit\177 \177gale de parties immat\177rielles, c’est-&-dire que notre time pedg s’assimiler. Qu’importe d\177s lors
+parties impénétrables à l’âme par une quantité égale de parties immatérielles, c’est-à-dire que notre âme peut s’assimiler. Qu’importe dès lors
-les \177motions de ces \177tres d’un
+les émotions de ces êtres d’un
-faites n6tres, puisque
+faites nôtres, puisque
-leur d\177pendance, tandis
+leur dépendance, tandis
-tournons fi\177vreusement les
+tournons fiévreusement les
-la rapidit\177 de
+la rapidité de
-et Fintensit\177 de
+et l’intensité de
-I\177O A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU nous
+nous
-cet 6tat, oll comme dans tousles 6tats purement int\177rieurs toute \177motion est d\177cupl\177e, o/\177 son livre vanous troubler/t la fa9on d’un r\177ve mais d’un r\177ve plus
+cet état, où comme dans tous les états purement intérieurs toute émotion est décuplée, où son livre va nous troubler à la façon d’un rêve mais d’un rêve plus
-durera dayanrage, alors,
+durera davantage, alors,
-qu’il d\177chalne en
+qu’il déchaîne en
-heure tousles bonheurs et tousles malheurs
+heure tous les bonheurs et tous les malheurs
-des ann\177es /\177 connaftre quelques-uns,
+des années à connaître quelques-uns,
-jamais rev\177l\177s parce
+jamais révélés parce
-en 6te la perception; (ainsi notre coeur change,
+en ôte la perception ; (ainsi notre cœur change,
-pire douleur; mais
+pire douleur ; mais
-en imagination: dans la r\177alit\177 il
+en imagination : dans la réalité il
-certains ph\177nom\177nes de
+certains phénomènes de
-ses dtats diff\177rents, en
+ses états différents, en
-sensation m\177me du
+sensation même du
-soit \177pargn\177e.) D\177j\177 moins int\177rieur \177 mon
+soit épargnée.) Déjà moins intérieur à mon
-personnages, yenair ensuite, /\177 demi projet\177 derant moi,
+personnages, venait ensuite, à demi projeté devant moi,
-paysage oil se d\177roulait l’action
+paysage ou se déroulait l’action
-qui exerqait sur ma penske une
+qui exerçait sur ma pensée une
-deux \177t\177s, dans
+deux étés, dans
-eu, /t cause
+eu, à cause
-fluviatile, oil je
+fluviatile, où je
-et oil, au
+et où, au
-de cresson:non loin
+de cresson : non loin
-de tours bas
+de murs bas
-et rouge&tres. Et
+et rougeâtres. Et
-le r\177ve d’une
+le rêve d’une
-m’aurait aim\177 etait toujours present \177 ma penske, ces \177t\177s-l\177 ce r\177ve rut impr\177gn\177 de la fralcheur des eaux courantes; et
+m’aurait aimé était toujours présent à ma pensée, ces étés-là ce rêve fut imprégné de la fraîcheur des eaux courantes ; et
-que f\177t la
+que fût la
-que j’\177voquais, des
+que j’évoquais, des
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN ge&tres s’\177levaient aussit6t de chaque c6t\177 d’elle cornroe des couleurs compldmentaires. Ce n’dtait pas seulernent parce qu’une.image dont nous r\177vons reste toujours marqude, s’embellit et b\177ndficie du
+geâtres s’élevaient aussitôt de chaque côté d’elle comme des couleurs complémentaires. Ce n’était pas seulement parce qu’une image dont nous rêvons reste toujours marquée, s’embellit et bénéficie du
-couleurs \177trang\177res qui
+couleurs étrangères qui
-notre r\177verie; car
+notre rêverie ; car
-lisais n’\177taient pas
+lisais n’étaient pas
-vivement reprdsentgs \177 mon
+vivement représentés à mon
-sous rnes yeux, mais qui eussent \177t\177 analogues.
+sous mes yeux, mais eussent été analogues.
-avec .laquelle ma penske allait
+avec laquelle ma pensée allait
-d’une r\177vdlation, ils
+d’une révélation, ils
-semblaient \177tre -- impression
+semblaient être — impression
-donnait gu\177re le pays oh je
+donnait guère le pays où je
-que m\177prisait ma grand’m\177re -- une part vdritable de
+que méprisait ma grand’mère — une part véritable de
-Nature elle-m\177me, digne d’\177tre \177tudi\177e et
+Nature elle-même, digne d’être étudiée et
-m’avaient perrnis, quand
+m’avaient permis, quand
-la r\177gion qu’il d\177crivait, j’aurais
+la région qu’il décrivait, j’aurais
-la conqu\177te de la v\177ritd. Car
+la conquête de la vérité. Car
-sensation d’gtre toujours entour\177 de son \177me, ce
+sensation d’être toujours entouré de son âme, ce
-pas comrne d’une prison imrnobile: plut6t on est comrne em-. portd avec
+pas comme d’une prison immobile : plutôt on est comme emporté avec
-un perpdtuel \177lan pour la d\177passer, pour atteindre \177 l’extdrieur, avec
+un perpétuel élan pour la dépasser, pour atteindre à l’extérieur, avec
-de ddcouragement, entendant
+de découragement, entendant
-cette sonorit\177 identique
+cette sonorité identique
-pas dcho du
+pas écho du
-cherche /t retrouver
+cherche à retrouver
-par 1\177 prdcieuses, le
+par là précieuses, le
-notre ame a projet\177 sur elles; on est dd\177u en
+notre âme a projeté sur elles ; on est déçu en
-semblent ddpourvues dans
+semblent dépourvues dans
-notre pensde, au
+notre pensée, au
-certaines iddes; patrols on
+certaines idées ; parfois on
-cette \177me en habilet\177, en
+cette âme en habileté, en
-x22 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU deur
+deur
-des \177tres dont
+des êtres dont
-sont situ\177s en
+sont situés en
-si i’imaginais touiours autour
+si j’imaginais toujours autour
-que i’aimais les
+que j’aimais les
-je d\177sirais le
+je désirais le
-si i’eusse voulu
+si j’eusse voulu
-ce ffit elle
+ce fût elle
-les fit visiter, qui m’ouvrlt l’acc\177s d’un
+les fît visiter, qui m’ouvrît l’accès d’un
-ce n’\177tait pas
+ce n’était pas
-de penske; non,
+de pensée ; non,
-que roes r\177ves de
+que mes rêves de
-d’amour n%taient que
+d’amour n’étaient que
-moments -- que ie s\177pare artificiellement auiourd’hui cornroe si ie pratiquais
+moments — que je sépare artificiellement aujourd’hui comme si je pratiquais
-sections & des hauteurs diff\177rentes d’un
+sections à des hauteurs différentes d’un
-d’eau iris\177 et
+d’eau irisé et
-immobile -- dans un m\177me et infl\177chissable jaillissement
+immobile — dans un même et infléchissable jaillissement
-continuant & suivre
+continuant à suivre
-les \177tats simultan\177ment juxtaposes dans
+les états simultanément juxtaposés dans
-d’arriver jusqu’& l’horizon r\177el qui les enveloppair, je
+d’arriver jusqu’à l’horizon réel qui les enveloppait, je
-celui d’\177tre bien
+celui d’être bien
-pas \177tre d\177rang\177 par une visite: et,
+pas être dérangé par une visite : et,
-de l’apr\177s-midi \177tait d\177 i& consomme, jusqu’g ce
+de l’après-midi était déjà consommé, jusqu’à ce
-et apres lequel
+et après lequel
-suivait seroblair faire
+suivait semblait faire
-bleu, route la
+bleu, toute la
-qui m’\177tait encore conc\177d\177e pour
+qui m’était encore concédée pour
-bon diner qu’appr\177tait Fran�oise et
+bon dîner qu’apprêtait Françoise et
-me r\177conforterait des
+me réconforterait des
-livre, & la
+livre, à la
-son h\177ros. Et & chaque
+son héros. Et à chaque
-que c’\177taient quelques
+que c’étaient quelques
-la pr\177c\177dente avait sonnY; la plus r\177cente venait
+la précédente avait sonné ; la plus récente venait
-tout pros de
+tout près de
-eussent renu dans
+eussent tenu dans
-qui \177tait compris
+qui était compris
-Quelquefois m\177me cette
+Quelquefois même cette
-DU COTt\177 DE \177CHEZ SWANN \1773 heure pr\177matur\177e sonnait
+heure prématurée sonnait
-la dernitre; il yen avait
+la dernière ; il y en avait
-pour moi; l’int\177r\177t de
+pour moi ; l’intérêt de
-avait donn\177 le change \177t mes oreilles hallucin&s et effac\177 la
+avait donné le change à mes oreilles hallucinées et effacé la
-surface azur& du
+surface azurée du
-Beaux apres-midi du
+Beaux après-midi du
-soigneusement rides par
+soigneusement vidés par
-incidents m\177diocres de
+incidents médiocres de
-avais remplacds par
+avais remplacés par
-d’aspirations \177tranges au
+d’aspirations étranges au
-pays arros\177 d’eaux rives, vous m’dvoquez encore
+pays arrosé d’eaux vives, vous m’évoquez encore
-quand ]e pense & vous
+quand je pense à vous
-peu \177 peu contourn\177e et enclose -- tandis
+peu à peu contournée et enclose — tandis
-du ]our -- dans
+du jour — dans
-et travers\177 de
+et traversé de
-Quelquefois ]’\177tais tir\177 de
+Quelquefois j’étais tiré de
-lecture, d\177s le
+lecture, dès le
-de l’apr\177s-midi, par
+de l’après-midi, par
-du ]ardinier, qui
+du jardinier, qui
-et criant: \177 Les voil&, 1es voil/tl\177 pour que Fran9oise et
+et criant : « Les voilà, les voilà ! » pour que Françoise et
-spectacle. C’\177tait les jours o/a, pour des manceuvres de
+spectacle. C’était les jours où, pour des manœuvres de
-prenant g\177n\177ralement la rue SainteHildegarde. Tandis
+prenant généralement la rue Sainte-Hildegarde. Tandis
-maisons loinfairies de
+maisons lointaines de
-avait aperqu l’&lat des
+avait aperçu l’éclat des
-avaient rentr\177 pr\177cipitamment leurs
+avaient rentré précipitamment leurs
-I’, 4 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU ddfilaient rue
+défilaient rue
-trottoirs submerges comme
+trottoirs submergés comme
-trop \177troit/t un torrent d\177chaln\177. --Pauvres enfants, disait Fran5oise & peine arriv\177e /l la
+trop étroit à un torrent déchaîné. — Pauvres enfants, disait Françoise à peine arrivée à la
-et ddj/l en larmes; pauvre jeuhesse qui sera fauch\177e comme un prd; rien
+et déjà en larmes ; pauvre jeunesse qui sera fauchée comme un pré ; rien
-suis choqu\177e, ajoutait-elle
+suis choquée, ajoutait-elle
-son cceur, 1\177 o/\177 elle avait re9u ce choc. -- C’est
+son cœur, là où elle avait reçu ce choc. — C’est
-madame Fran9oise, de
+madame Françoise, de
-pas /t la
+pas à la
-? disair le jardirtier pour
+? disait le jardinier pour
-faire (\177 monter , I1 n’avait pas parl\177 en vain: -- De
+faire « monter ». Il n’avait pas parlé en vain : — De
-tenir \177 la
+tenir à la
-Mais /t quoi
+Mais à quoi
-tenir, sice n’est pas/\177 la
+tenir, si ce n’est pas à la
-fois. Hdlas ! mort Dieu! C’est pourtaut vrai
+fois. Hélas ! mon Dieu ! C’est pourtant vrai
-en 7 �; ils nJont plus peur-de la
+en 70 ; ils n’ont plus peur de la
-ces miserables guerres; c’est
+ces misérables guerres ; c’est
-des fous; et
+des fous ; et
-des hornroes, c’est
+des hommes, c’est
-(Pour Fran5oise la
+(Pour Françoise la
-homme /tun lion, qu’elle prononsait li-on,
+homme à un lion, qu’elle prononçait li-on,
-Sainte-Hildegarde tourhair trop
+Sainte-Hildegarde tournait trop
-qu’on pfit voir
+qu’on pût voir
-et c’\177tait par
+et c’était par
-de �avenue de
+de l’avenue de
-apercevait tou]ours de
+apercevait toujours de
-Le jardirtier aurait
+Le jardinier aurait
-s’il yen avait
+s’il y en avait
-beaucoup & passer,
+beaucoup à passer,
-soleil tapair. Alors
+soleil tapait. Alors
-fille s’\177lansait comme
+fille s’élançait comme
-place assi\177g\177e, faisait
+place assiégée, faisait
-et apres avoir brav\177 cent
+et après avoir bravé cent
-mort, yenair nous
+mort, venait nous
-qu’ils \177taient bien
+qu’ils étaient bien
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN \1775 arrgter du cbt\177 de
+arrêter du côté de
-de M\177s\177glise. Fran\177oise et
+de Méséglise. Françoise et
-jardinier, r\177concili\177s, discutaient
+jardinier, réconciliés, discutaient
-conduite \177t tenir
+conduite à tenir
-de guerre: -- Voyez-vous, Fran\177oise, disair le ]ardinier, la r\177volution vaudrait
+de guerre : — Voyez-vous, Françoise, disait le jardinier, la révolution vaudrait
-la d\177clare il
+la déclare il
-vont. -- Ah! oui,
+vont. — Ah ! oui,
-croyait qu’/\177 la d\177claration de
+croyait qu’à la déclaration de
-on arrgtait tousles chemins
+on arrêtait tous les chemins
-fer. -- Pardi, pour pus qu’on
+fer. — Pardi, pour pas qu’on
-disait Fran\177oise. Et le jardinier: \177 Ah! ils
+disait Françoise. Et le jardinier : « Ah ! ils
-malins ,, car
+malins », car
-n’admettait pus que la ,g,u. erre ne ffit pa’s une esp\177ce de
+n’admettait pas que la guerre ne fût pas une espèce de
-que 1 Etat essayait de ]ouer au
+que l’État essayait de jouer au
-n’est pus une
+n’est pas une
-qui n’efit fil\177. Mais Fran\177oise se h/ktait de
+qui n’eût filé. Mais Françoise se hâtait de
-retournais \177t mon
+retournais à mon
-se r\177installaient derant la porte /t regarder
+se réinstallaient devant la porte à regarder
-la poussi\177re et I’dmotion qu’avaient soulev\177es les
+la poussière et l’émotion qu’avaient soulevées les
-Longtemps apres que l’accalmie \177tait venue,
+Longtemps après que l’accalmie était venue,
-flot inaccoutum\177 de promeneurs noir�issait encore
+flot inaccoutumé de promeneurs noircissait encore
-Et derant chaque maison, mgme celles oh ce n’\177tait pus l’habitude,
+Et devant chaque maison, même celles où ce n’était pas l’habitude,
-ou m6me les maltres, assis
+ou même les maîtres, assis
-d’un lis\177r\177 capricieux
+d’un liséré capricieux
-forte mar\177e laisse le crgpe et
+forte marée laisse le crêpe et
-rivage, apres qu’elle s’est \1771oign\177e. Sauf ces jours-l\177t, je
+rivage, après qu’elle s’est éloignée. Sauf ces jours-là, je
-furent apport\177s une lois par
+furent apportés une fois par
-que ]’\177tais en
+que j’étais en
-cette consequence que,
+cette conséquence que,
-ne fur plus
+ne fut plus
-mur d\177.cor\177
+mur décoré
-X26 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU de fieurs violettes
+de fleurs violettes
-autre, derant le
+autre, devant le
-d’une cath\177drale gothique,
+d’une cathédrale gothique,
-se d\177tacha d\177sormais l’image
+se détacha désormais l’image
-je r\177vais. J’avais entendu par. ler de
+je rêvais. J’avais entendu parler de
-la premiere fois
+la première fois
-plus ig\177 que
+plus âgé que
-fait &later un
+fait éclater un
-m’avait dit: (\177 D\177fie-toi de
+m’avait dit : « Défie-toi de
-et m\177me le nomm\177 Racine,
+et même le nommé Racine,
-bien rythm\177, et
+bien rythmé, et
-le mdrite suprgme, de
+le mérite suprême, de
-rien. C’est: {( La
+rien. C’est : « La
-blanche Camire \177 et \177 La
+blanche Camire » et « La
-de Pasipha\177 ,. Ils m’ont \177t\177 signal\177s \177 la d&harge de
+de Pasiphaé ». Ils m’ont été signalés à la décharge de
-mon tr\177s cher maitre, le P\177re Lecomte, agraable aux
+mon très cher maître, le Père Lecomte, agréable aux
-est recommand\177, parair-i], par
+est recommandé, paraît-il, par
-plus subtils; et
+plus subtils ; et
-de mansu\177tudes assez real explicables,
+de mansuétudes assez mal explicables,
-si le gigantesque
+si gigantesque
-de ryhtmes qui a &rit Baghavat
+de rythmes qui a écrit Baghavat
-tu gofiteras, cher maitre, les joies nectar\177ennes de l’01ympos., C’est
+tu goûteras, cher maître, les joies nectaréennes de l’Olympos. » C’est
-m’avait demand\177 de l’appeler \177( cher maitre, et
+m’avait demandé de l’appeler « cher maître » et
-m’appelait luim\177me ainsi.
+m’appelait lui-même ainsi.
-en r\177alit\177 nous
+en réalité nous
-plaisir & ce jeu, \177tant encore rapproch\177s de l’\177ge oh on
+plaisir à ce jeu, étant encore rapprochés de l’âge où on
-qu’on cr\177e ce
+qu’on crée ce
-DU COT\177 DE �HEZ SWANN x27 Malheureusement,
+Malheureusement,
-trouble ot\177 il m’avait jet\177 quand
+trouble où il m’avait jeté quand
-vers (& moi
+vers (à moi
-la r\177v\177lation de la v\177rit\177) \177taient . d’autant
+la révélation de la vérité) étaient d’autant
-du tout. Bloch
+du tout, Bloch
-ne fur pas r\177invit\177 & la maison. I1 y
+ne fut pas réinvité à la maison. Il y
-d’abord \177t\177 bien
+d’abord été bien
-Mon grandp\177re, il
+Mon grand-père, il
-vrai, pretendair que
+vrai, prétendait que
-nous, c’\177tait touiours un
+nous, c’était toujours un
-lui efit pas d\177plu en principe -- m\177me son
+lui eût pas déplu en principe — même son
-Swann \177tait d’origine juive -- s’il n’avait trouv\177 que ce n’\177tait pas
+Swann était d’origine juive — s’il n’avait trouvé que ce n’était pas
-il \177tait bien
+il était bien
-ne fredonn&t pas: {( 0 Dieu
+ne fredonnât pas : « Ô Dieu
-nos P\177res, de
+nos Pères » de
-bien \177( Isragl romps ta cha\177ne ,, ne
+bien « Israël romps la chaîne », ne
-que Fair naturellement
+que l’air naturellement
-le connfit et ne r\177tablit les
+le connût et ne rétablît les
-de particuli\177rement israelite, il
+de particulièrement israélite, il
-qui l’\177taient en
+qui l’étaient en
-mais mgme ce
+mais même ce
-avait qu.elquefois de f&cheux dans
+avait quelquefois de fâcheux dans
-famille. -- Et
+famille. — Et
-qui 4ient ce
+qui vient ce
-? -- Dumont, grand-p\177re. -- Dumont ! Oh! je me m\177fie. Et il chantair: \177 Archers, [aires bonne garde.t Veillez sans trgve et sans bruit;, Et apres nous avoir pos\177 adroitement
+? — Dumont, grand-père. — Dumont ! Oh ! je me méfie. Et il chantait : « Archers, faites bonne garde ! Veillez sans trêve et sans bruit ; » Et après nous avoir posé adroitement
-plus pr&ises, il s’&riait: ({ A la
+plus précises, il s’écriait : « À la
-I28 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU A la garde I. ou, si c%tait le patient lui-mgme dej& arrive qu’il avait force /t son
+À la garde ! » ou, si c’était le patient lui-même déjà arrivé qu’il avait forcé à son
-interrogatoire dissimule, & confesser
+interrogatoire dissimulé, à confesser
-se contentair de
+se contentait de
-fredonnant imperceptiblement: {\177 De
+fredonnant imperceptiblement : « De
-timide Isradlite Quoi, vous guidex ici les pus ! \177 ou: Champs paternels, Hdbron, douce vallde. \177 ou encore: ,, Oui ie suis
+timide Israélite Quoi, vous guidez ici les pas ! » ou : « Champs paternels, Hébron, douce vallée. » ou encore : « Oui je suis
-race glue. Ces
+race élue. » Ces
-mon grand-p\177re n’impliqualent aucun
+mon grand-père n’impliquaient aucun
-malveillant \177t l’endroit
+malveillant à l’endroit
-avait deplu /t mes
+avait déplu à mes
-raisons. I1 avai. t commence par
+raisons. Il avait commencé par
-mon p\177re qui, le royant mouill& lui
+mon père qui, le voyant mouillé, lui
-avec intgrgt: --Mais, monsieur
+avec intérêt : — Mais, monsieur
-fait-il donc? est~ce qu’il
+fait-il donc ? est-ce qu’il
-le barom\177tre etait excellent. I1 n’en avait tire que cette reponse: -- Monsieur,
+le baromètre était excellent. Il n’en avait tiré que cette réponse : — Monsieur,
-si resolument en
+si résolument en
-prennent pus la
+prennent pas la
-notifier. -- Mais, mort pauvre ills, fl est
+notifier. — Mais, mon pauvre fils, il est
-mon p\177re quand Bloch fur parti.
+mon père quand Bloch fut parti.
-peut mgme pus me
+peut même pas me
-fait l Mais
+fait ! Mais
-plus interessant !
+plus intéressant !
-un imb&ile,
+un imbécile.
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN \1779 Puis
+Puis
-avait ddplu /\177 ma grand’m\177re parce que, apres le d\177jeuner comme
+avait déplu à ma grand’mère parce que, après le déjeuner comme
-qu’elle \177tait un
+qu’elle était un
-avait \177touff\177 un
+avait étouffé un
-et essuy\177 des larmes. --Comment veux-tu que \177a soit sincere, me
+et essuyé des larmes. — Comment veux-tu que ça soit sincère, me
-me connait pas; ou
+me connaît pas ; ou
-il ava{t m\177content\177 tout
+il avait mécontenté tout
-que, \177tant renu d\177jeuner une
+que, étant venu déjeuner une
-avait dit: --Je ne
+avait dit : — Je ne
-laisse jamMs influencer
+laisse jamais influencer
-de l’atmosph\177re ni
+de l’atmosphère ni
-Je r\177habiliterais volontiers
+Je réhabiliterais volontiers
-parapluie. I1 serait malgr\177 tout revenu/\177 Combray. I1 n’\177tait pas pourrant l’ami
+parapluie. Il serait malgré tout revenu à Combray. Il n’était pas pourtant l’ami
-eussent souhait\177 pour moi; ils
+eussent souhaité pour moi ; ils
-ma grand’m\177re n’\177taient pas feintes; mais
+ma grand’mère n’étaient pas feintes ; mais
-par experience que les \177lans de notre sensibilit\177 ont
+par expérience que les élans de notre sensibilité ont
-nos acres et
+nos actes et
-la fid\177litd aux amis, l’ex\177cution d’une ceuvre, l’observance d’un r\177gime, ont
+la fidélité aux amis, l’exécution d’une œuvre, l’observance d’un régime, ont
-plus stir dans
+plus sûr dans
-transports momentan\177s, ardents et stYriles. Ils auraient pr\177f\177r\177 pour moi /\177 Bloch
+transports momentanés, ardents et stériles. Ils auraient préféré pour moi à Bloch
-donneraient p\177s plus
+donneraient pas plus
-est conrenu d’accorder \177 ses amis,
+est convenu d’accorder à des amis,
-les r\177gles de
+les règles de
-morale bourgeoise; qui
+morale bourgeoise ; qui
-pas inopin\177ment une
+pas inopinément une
-ce jour-l\177 pens\177 \177 moi
+ce jour-là pensé à moi
-qui, n’\177tant pas
+qui, n’étant pas
-devoirs Vol. I. 9
+devoirs
-x3o A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU et
+et
-de l’amitie sur
+de l’amitié sur
-simple mouvdment de
+simple mouvement de
-leur sensibitite, ne
+leur sensibilité, ne
-davantage \177 mon prejudice. Nos torts mgme font difficilement departir de
+davantage à mon préjudice. Nos torts même font difficilement départir de
-grand’tante etait le module, elle qui, brouillee depuis des annees avec une niece \177 qui
+grand’tante était le modèle, elle qui, brouillée depuis des années avec une nièce à qui
-ne parlair jamMs, ne
+ne parlait jamais, ne
-testament o/\177 elle
+testament où elle
-laissait route sa
+laissait toute sa
-que c’etait sa
+que c’était sa
-cela ({ se derair ,. Mais
+cela « se devait ». Mais
-les probl\177mes insolubles
+les problèmes insolubles
-posais \177t propos
+posais à propos
-la beaute d\177nuee de
+la beauté dénuée de
-de Pasiphae me
+de Pasiphaé me
-ma m\177re les jugeat pernicieuses.
+ma mère les jugeât pernicieuses.
-encore resu /t Combray si, apres ce diner comme
+encore reçu à Combray si, après ce dîner, comme
-m’apprendre -- nouvelle
+m’apprendre — nouvelle
-malheureuse -- que
+malheureuse — que
-pensaient qu’\177t l’amour
+pensaient qu’à l’amour
-ne pfit vaincre les resistances, il
+ne pût vaincre les résistances, il
-m’avait assure avoir
+m’avait assuré avoir
-la fa5on la
+la façon la
-de repeter ces propos \177 mes
+de répéter ces propos à mes
-le mir /\177 la
+le mit à la
-il fur extrgmement froid
+il fut extrêmement froid
-devais rant aimer
+devais tant aimer
-seulement int\177resse par
+seulement intéressé par
-DU COT\177 DE CHEZ SWANN moments
+moments
-l’amour oh on va tousles jours
+l’amour où on va tous les jours
-une femme/\177 quelque r\177union, i quelque
+une femme à quelque réunion, à quelque
-les agr\177ments desquels
+les agréments desquels
-croit attir& Puis
+croit attiré. Puis
-presque archaiques qu’il aimair employer t certains moments oh un rot cach\177 d’harmonie, un prelude int\177rieur, soulevait son style; et c’\177tait aussi \177ces moments-l/\177 qu’il
+presque archaïques qu’il aimait employer à certains moments où un flot caché d’harmonie, un prélude intérieur, soulevait son style ; et c’était aussi à ces moments-là qu’il
-mettait \177 parler du \177 vain
+mettait à parler du « vain
-vie ,, de {{l’in\177puisable torrent
+vie », de « l’inépuisable torrent
-apparences \177, du {\177 tourment sterile et d\177licieux de
+apparences », du « tourment stérile et délicieux de
-et d’aimer\177. des {{.\177mouvantes effigies qui anoblissent/\177 jamais la fagade v\177n\177rable et
+et d’aimer », des « émouvantes effigies qui anoblissent à jamais la façade vénérable et
-des cath\177drales., qu’il exprimait route une
+des cathédrales », qu’il exprimait toute une
-que c’\177tait elles
+que c’était elles
-avaient \177veill\177 ce
+avaient éveillé ce
-qui s’\177levait alors et /\177 l’accompagnement
+qui s’élevait alors et à l’accompagnement
-le troisi\177me ou le quatri\177me que j’eusse isol\177 du
+le troisième ou le quatrième que j’eusse isolé du
-incomparable \177 celle
+incomparable à celle
-j’avais trouv& au premier. une
+j’avais trouvée au premier, une
-sentis \177prouver en une r\177gion plus
+sentis éprouver en une région plus
-de moi-mgme, plus
+de moi-même, plus
-vaste, d’oh les
+vaste, d’où les
-les s\177parations semblaient avoir \177t\177 enlev\177s. C’est
+les séparations semblaient avoir été enlevés. C’est
-ce mgme gofit pour
+ce même goût pour
-cette mgme effusion
+cette même effusion
-cette m\177me philosophie id\177aliste qui avait d\177j& \177t\177 les
+cette même philosophie idéaliste qui avait déjà été les
-l’impression d’\177tre en presence d’un
+l’impression d’être en présence d’un
-Bergotte, tra9ant /\177 la
+Bergotte, traçant à la
-de .ma pens& une
+de ma pensée une
-purement lindaire, mais plut6t du , morceau idtal. de Bergotte. commun \177t tous
+purement linéaire, mais plutôt du « morceau idéal » de Bergotte, commun à tous
-auquel tousles passages
+auquel tous les passages
-avec lui auraient donnt une.sorte d’\177paisseur, de
+avec lui, auraient donné une sorte d’épaisseur, de
-dont mort esprit
+dont mon esprit
-132 \1771 LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU Je n’etais pus tout \177 fait
+Je n’étais pas tout à fait
-de Bergotte; il etait aussi l’ecrivain prefere d’une
+de Bergotte ; il était aussi l’écrivain préféré d’une
-ma m\177re qui etait tr\177s lettree; enfin
+ma mère qui était très lettrée ; enfin
-ses malades; et ce fur de
+ses malades ; et ce fut de
-que s’envol\177rent quelques-unes des premieres graines
+que s’envolèrent quelques-unes des premières graines
-cette predilection pour Bergotte, esp\177ce si
+cette prédilection pour Bergotte, espèce si
-universellement repandue, et
+universellement répandue, et
-en Ameriq.ue, jusque
+en Amérique, jusque
-fleur ideale et
+fleur idéale et
-ma m\177re et, paralt-il, te docteur
+ma mère et, paraît-il, le docteur
-Bergotte c’etait, comme
+Bergotte c’était comme
-ce mgme flux melodique, ces
+ce même flux mélodique, ces
-autres tr\177s simples
+autres très simples
-place o\177a il les metfait en lumi\177re semblait reveler de
+place où il les mettait en lumière semblait révéler de
-un gofit particulier; enfin,
+un goût particulier ; enfin,
-certaine brusquetie, un
+certaine brusquerie, un
-doute lui-m\177me derair sentir que lh etaient ses
+doute lui-même devait sentir que là étaient ses
-avait rencontre quelque grande vetitC, ou
+avait rencontré quelque grande vérité, ou
-d’une cel\177bre cathedrale, il
+d’une célèbre cathédrale, il
-son recitet dans
+son récit et dans
-longue pri\177re, il
+longue prière, il
-cours \177 ces effiuves qui
+cours à ces effluves qui
-premiers ourrages restaient interieurs \177 sa prose, deceles seulement
+premiers ouvrages restaient intérieurs à sa prose, décelés seulement
-douces peut-\177tre encore,
+douces peut-être encore,
-elles etaient ainsi voilees et
+elles étaient ainsi voilées et
-d’une mani\177re precise oh naissait, off expirait
+d’une manière précise où naissait, où expirait
-complaisait etaient nos morceaux preferes. Pour
+complaisait étaient nos morceaux préférés. Pour
-par coeur. J’etais de9u quand
+par cœur. J’étais déçu quand
-son recit. Chaque lois qu’il
+son récit. Chaque fois qu’il
-la beaute m’etait restee jusque-l\177 cachee,
+la beauté m’était restée jusque-là cachée,
-DU COT\177 r DE CHEZ $WANN des for\177ts de
+des forêts de
-la grgle, de
+la grêle, de
-de Phgdre, il
+de Phèdre, il
-cette beaut\177 jusqu’& mot. Aussi sentant combten il
+cette beauté jusqu’à moi. Aussi sentant combien il
-de mot, j’aurais voulu posseder une
+de moi, j’aurais voulu posséder une
-une m\177taphore de
+une métaphore de
-voir moi-mgme, et entre celles-l&, particuli\177rement sur
+voir moi-même, et entre celles-là, particulièrement sur
-monuments frangais et
+monuments français et
-les tenair pour
+les tenait pour
-de beaut& Malheureusement
+de beauté. Malheureusement
-choses j’ignorats son
+choses j’ignorais son
-ne ffit enti\177rement diffgrente des
+ne fût entièrement différente des
-cherchais a m’glever: persuad\177 que mes pens\177es eussent paru ineptie a cet
+cherchais à m’élever : persuadé que mes pensées eussent paru pure ineptie à cet
-j’avais d\177j& eue moi-mgme, mon coeur se
+j’avais déjà eue moi-même, mon cœur se
-comme siun dieu dans sa bont\177 me
+comme si un Dieu dans sa bonté me
-l’avait d\177clar\177e l\177gitime et belle. I1 arrivait
+l’avait déclarée légitime et belle. Il arrivait
-lui disair les mgmes choses que j’&rivais souvent
+lui disait les mêmes choses que j’écrivais souvent
-nuit & ma grand’* m\177re et g ma m\177re quand
+nuit à ma grand’mère et à ma mère quand
-recueil d’\177pigraphes pour gtre plac\177es en tgte de
+recueil d’épigraphes pour être placées en tête de
-lettres. M\177me plus tard, quarid je commengai de
+lettres. Même plus tard, quand je commençai de
-la quatit\177 ne
+la qualité ne
-pour d&ider ale continuer, j’en retrouvat l’\177quivalent dans Bergotte. Mats ce n’\177tait qu’alors,
+pour me décider à le continuer, j’en retrouvai l’équivalent dans Bergotte. Mais ce n’était qu’alors,
-son ceuvre, que
+son œuvre, que
-en jouir; quand c’gtait mot qui
+en jouir ; quand c’était moi qui
-composais, pr\177occup\177 qu’elles refl\177tassent exactement
+composais, préoccupé qu’elles reflétassent exactement
-j’apercevais de ma penske, craignant
+j’apercevais dans ma pensée, craignant
-I$4 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU pus \177 faire ressemblant , j’avais
+pas « faire ressemblant », j’avais
-que j’\177crivais \177tait agraable! Mais en r\177alit\177 il
+que j’écrivais était agréable ! Mais en réalité il
-genre d’id\177es que
+genre d’idées que
-et m\177contents \177taient eux-mgmes une
+et mécontents étaient eux-mêmes une
-dans l’ceuvre d’un autre, c’est-Mdire sans
+dans l’œuvre d’un autre, c’est-à-dire sans
-de scru’pules, de s\177v\177rit\177, sans avoir \177t me
+de scrupules, de sévérité, sans avoir à me
-avec d\177lices au goft que
+avec délices au goût que
-fois o/\177 il n’a pus /\177 faire
+fois où il n’a pas à faire
-temps d’gtre gourmand.
+temps d’être gourmand.
-ayant rencontr\177 dans
+ayant rencontré dans
-Bergotte, \177t propos
+Bergotte, à propos
-solennel lungage de l’\177crivain rendait
+solennel langage de l’écrivain rendait
-qui \177tait la mgme que j’avais si souvent faite /\177 ma grand’m\177re en purlant de Fran5oise, une
+qui était la même que j’avais souvent faite à ma grand’mère en parlant de Françoise, une
-fois que je
+fois où je
-jugeait pus indigne
+jugeait pas indigne
-la v\177rit\177 qu’\177taient ses ourrages une
+la vérité qu’étaient ses ouvrages, une
-analogue \177t celle
+analogue à celle
-sur Fran9oise et
+sur Françoise et
-qui \177taient certes
+qui étaient certes
-plus d\177lib\177r\177ment sacrifices /\177 Bergotte, persuad\177 qu’il
+plus délibérément sacrifiées à Bergotte, persuadé qu’il
-sans int\177r6t), il
+sans intérêt), il
-vrai n’\177taient pus aussi s\177par\177s que
+vrai n’étaient pas aussi séparés que
-qu’il coincidaient m\177me sur
+qu’il coïncidaient même sur
-de l’\177crivain comme
+de l’écrivain comme
-d’un p\177re retrourn. D’apr\177s ses
+d’un père retrouvé. D’après ses
-et d\1779u qui
+et déçu qui
-ne s’\177tait jamais consol\177. Aussi
+ne s’était jamais consolé. Aussi
-chantais int\177rieurement sa
+chantais intérieurement sa
-plus {c dolce , plus , lento \177 peut-\177tre qu’elle n’\177tait \177crite, et
+plus « dolce », plus « lento » peut-être qu’elle n’était écrite, et
-DU COT\177 DE CHEZ SWANN x35 phrase
+phrase
-s’adressait /\177 moi
+s’adressait à moi
-je m’\177tais donn\177 \177t elle pour touiours. Elle me rendair impatient d’arriver \177t l’/ige oil j’entrerais au coll\177ge, dans
+je m’étais donné à elle pour toujours. Elle me rendait impatient d’arriver à l’âge où j’entrerais au collège, dans
-classe appel\177e Philosophie.
+classe appelée Philosophie.
-voulais pus qu’on y fit autre
+voulais pas qu’on y fît autre
-la penske de
+la pensée de
-les m\177taphysiciens auxquels
+les métaphysiciens auxquels
-le d\177sespoir d’un
+le désespoir d’un
-et \177t qui
+et à qui
-autres maitresses qu’il
+autres maîtresses qu’il
-fus d\177rang\177 par
+fus dérangé par
-parents. -- Qu’est-ce
+parents. — Qu’est-ce
-Qui vous a indiqu\177 ses ourrages ?
+Qui donc vous a indiqué ses ouvrages ?
-que c’\177tait Bloch. -- Ah! oui, ce gar9on que ]’ai vu
+que c’était Bloch. — Ah ! oui, ce garçon que j’ai vu
-Bellini. Oh! c’est
+Bellini. Oh ! c’est
-il ales m\177mes sourcils
+il a les mêmes sourcils
-le mgme nez recourb\177, les m\177mes pommettes
+le même nez recourbé, les mêmes pommettes
-la mgme personne.
+la même personne.
-du gofit, car
+du goût, car
-Et royant combien
+Et voyant combien
-ne parlair jamMs des
+ne parlait jamais des
-qu’il connaissuit fit, par bont\177, une
+qu’il connaissait fit, par bonté, une
-me dit: -- Je
+me dit : — Je
-cela pourair vous
+cela pouvait vous
-qu’il \177crive un
+qu’il écrive un
-en tgte de
+en tête de
-n’osai pus accepter, mais posai \177t Swann
+n’osai pas accepter mais posai à Swann
-Bergotte. \177Est-ce que
+Bergotte. « Est-ce que
-qu’il pr\177f\177re ? \177 -- L’acteur,
+qu’il préfère ? » — L’acteur,
-sais pus. Mais
+sais pas. Mais
-qu’il n’\177gale aucun artiste -homme \177t la
+qu’il n’égale aucun artiste homme à la
-I36 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU m Non
+— Non
-au th\177&tre. m C’est
+au théâtre. — C’est
-leur alemander. La
+leur demander. La
-dans Phgdre, dans
+dans Phèdre, dans
-vous savez, je
+vous savez je
-beaucoup & la \177hidrarchie!\177 des arts. (El je
+beaucoup à la « hiérarchie ! » des arts. (Et je
-cela re’avail souvent frapp\177 dans
+cela m’avait souvent frappé dans
-les sceurs de ma grand’m\177re, que
+les sœurs de ma grand’mère que
-il parlair de choses s\177rieuses, quand
+il parlait de choses sérieuses, quand
-un sujet. important, il avail soin
+un sujet important, il avait soin
-intonation sp&iale, machinale
+intonation spéciale, machinale
-prendre & son
+prendre à son
-et dire: \177 la hidrarchie, vous
+et dire : « la hiérarchie, vous
-ridicules >\177 ?
+ridicules » ?
-si c’\177tait ridicule,
+si c’était ridicule,
-la hi\177rarchie ?) Un instant apres il ajouta: \177 Cela
+la hiérarchie ?). Un instant après il ajouta : « Cela
-quel chef-d’ceuvre, je
+quel chef-d’œuvre, je
-que -- et
+que — et
-se mir &’rire -\177 les
+se mit à rire — « les
-! \177 Jusque-1/\177 cette
+! » Jusque-là cette
-d’exprimer s\177rieusement son
+d’exprimer sérieusement son
-qui derail \177tre \177l\177gant et
+qui devait être élégant et
-des sceurs de ma grand’m\177re; et je soup\177onnais aussi que c’\177tait une
+des sœurs de ma grand’mère ; et je soupçonnais aussi que c’était une
-coterie oh vivait Swannet oh par r\177actiou sur
+coterie où vivait Swann et où par réaction sur
-des g\177n\177rations ant\177rieures on r\177habilitait & l’exc\177s les
+des générations antérieures on réhabilitait à l’excès les
-faits pr&is, r\177put\177s vulgaires
+faits précis, réputés vulgaires
-proscrivait lest( phrases ,. Mais
+proscrivait les « phrases ». Mais
-choses. I1 avail Fair de
+choses. Il avait l’air de
-de n’\177tre tranquille
+de n’être tranquille
-il pourair donner m\177ticuleusement des renseignements pr\177cis. Mais
+il pouvait donner méticuleusement des renseignements précis. Mais
-que c’\177tait professer l’opinion, postuler que
+que c’était professer l’opinion, postuler, que
-ces d\177tails avait
+ces détails avait
-DU COTI\177 DE CttEZ SWANN x37 Je
+Je
-alors \177 ce diner oh j’\177tais si
+alors à ce dîner où j’étais si
-et oi\177 il
+et où il
-bals chez’la p.rincesse de Lgon n’avaient
+bals chez la princesse de Léon n’avaient
-Mais c’\177tait pourrant \177t ce
+Mais c’était pourtant à ce
-qu’il employair sa
+qu’il employait sa
-vie r\177servait-il de
+vie réservait-il de
-enfin s\177rieusement ce qu’il pensair des
+enfin sérieusement ce qu’il pensait des
-qu’il pfit ne
+qu’il pût ne
-pointilleuse \177t des
+pointilleuse à des
-il professair en m\177me temps
+il professait en même temps
-la fa9on dont
+la façon dont
-lui \177tait pas
+lui était pas
-contraire \177tait dans ce temps-l\177t commun \177t tousles admirateurs de l’\177crivain, /t l’amie
+contraire était dans ce temps-là commun à tous les admirateurs de l’écrivain, à l’amie
-ma m\177re, au
+ma mère, au
-de Bergotte: \177{ C’est
+de Bergotte : « C’est
-si par.ticulier, il
+si particulier, il
-une fa5on \177 lui
+une façon à lui
-peu cherch\177e, mais si agrgable. On
+peu cherchée, mais si agréable. On
-on reconnatt tout
+on reconnaît tout
-de lui., Mais
+de lui. » Mais
-n’aurait gt\177 jusqu’\177 dire: ({C’est un grand \177crivain, il
+n’aurait été jusqu’à dire : « C’est un grand écrivain, il
-grand talent., Ils
+grand talent. » Ils
-disaient mgme pas
+disaient même pas
-sommes tr\177s longs/\177 reconnaltre dans
+sommes très longs à reconnaître dans
-physionomie particuli\177re d’un nouvel \177crivain le module qui
+physionomie particulière d’un nouvel écrivain le modèle qui
-de \177(grand talent, dans notre mus\177e des idles g\177ngrales. Justement
+de « grand talent » dans notre musée des idées générales. Justement
-tout ce
+tout à fait ressemblante à ce
-disons plut6t originalitg, charme, d\177licatesse, force; et
+disons plutôt originalité, charme, délicatesse, force ; et
-talent. -- Est-ce
+talent. — Est-ce
-Bergotte il ait parl\177 de
+Bergotte où il ait parlé de
-? demandal-je \177 Swann.
+? demandai-je à Swann.
-1.38 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU -- Je
+— Je
-doit gtre \177puis\177e. I1 y a peut4tre eu
+doit être épuisée. Il y a peut-être eu
-une r\177impression. Je
+une réimpression. Je
-demander /\177 Bergotte
+demander à Bergotte
-dans l’ann\177e oh il ne dine & la
+dans l’année où il ne dîne à la
-vieilles rilles, les cath\177drales, les ch,\177teaux. Comme
+vieilles villes, les cathédrales, les châteaux. Comme
-la hi\177rarchie sociale,
+la hiérarchie sociale,
-longtemps l’impossibilit\177 que mon p\177re trouvait & ce
+longtemps l’impossibilité que mon père trouvait à ce
-nous frequentions M TM et M no Swann
+nous fréquentions Mme et Mlle Swann
-eu plut6t pour
+eu plutôt pour
-leur donner/\177 mes
+leur donner à mes
-ma m\177re ne se teignlt pas
+ma mère ne se teignît pas
-se mir pas
+se mît pas
-aux l\177vres comme
+aux lèvres comme
-voisine 1VIme Sazerat que M mo Swann
+voisine Mme Sazerat que Mme Swann
-non /i son mari, mais/\177 M.
+non à son mari, mais à M.
-nous derions gtre pour
+nous devions être pour
-de m\177pris, ce
+de mépris, ce
-surtout & cause de M TM Swann
+surtout à cause de Mlle Swann
-dit \177tre une
+dit être une
-et & laquelle je rgvais souvent
+et à laquelle je rêvais souvent
-lui prgtant chaque
+lui prêtant chaque
-un mgme visage
+un même visage
-quand ]’eus appris ce jour-l& que M TM Swann \177tait un gtre d’une
+quand j’eus appris ce jour-là que Mlle Swann était un être d’une
-dans un \177l\177ment naturel
+dans son élément naturel
-de rant de privileges, que
+de tant de privilèges, que
-elle demandair & ses
+elle demandait à ses
-quelqu’un & diner, on lui r\177pondait par
+quelqu’un à dîner, on lui répondait par
-de lumi\177re, par
+de lumière, par
-qui n’\177tait pour
+qui n’était pour
-sa famille: Bergotte; que,
+sa famille : Bergotte ; que,
-intime & table,
+intime à table,
-qui correspondair & ce qu’\177tait pour
+qui correspondait à ce qu’était pour
-grand’tante, c’\177taient des
+grand’tante, c’étaient des
-voulu l’&outer rendre ses oracles; et
+voulu l’écouter rendre ses oracles ; et
-elle aliait
+elle allait
-DU COT’t\177 DE CHEZ $WANN 139 visiter
+visiter
-cheminait a c6t6 d’elle,
+cheminait à côté d’elle,
-des mortels; alors
+des mortels ; alors
-en m\177me temps
+en même temps
-d’un \177tre comme M ne Swann,
+d’un être comme Mlle Swann,
-lui paraitrais grossier
+lui paraîtrais grossier
-et i’\177prouvai si
+et j’éprouvai si
-et l’impossibilit\177 qu’il
+et l’impossibilité qu’il
-moi a \177tre son
+moi à être son
-fus rempli/t. la
+fus rempli à la
-de d\177sir et de d\177sespoir. Le
+de désir et de désespoir. Le
-pensais \177 elle,
+pensais à elle,
-la royals derant le
+la voyais devant le
-d’une cath\177drale, m’expliquant
+d’une cathédrale, m’expliquant
-qui disair du
+qui disait du
-me presentant comme
+me présentant comme
-ami, \177 Bergotte.
+ami, à Bergotte.
-les idles que faisaient naltre en
+les idées que faisaient naître en
-les cath\177drales, le
+les cathédrales, le
-de l’Ile-de-France et
+de l’Île-de-France et
-ses refiets sur
+ses reflets sur
-de M ne Swann: c’\177tait \177tre tout prat \177 l’aimer.
+de Mlle Swann : c’était être tout prêt à l’aimer.
-qu’un \177tre participe a une
+qu’un être participe à une
-inconnue oh son
+inconnue où son
-ferait p\177n\177trer, c’est,
+ferait pénétrer, c’est,
-pour naitre, cea quoi
+pour naître, ce à quoi
-bon march\177 du reste. Mgme les
+bon marché du reste. Même les
-qui pr\177tendent ne
+qui prétendent ne
-physique l’\177manation d’une vie sp\177ciale. C’est
+physique l’émanation d’une vie spéciale. C’est
-les pompiers; l’uniforme
+les pompiers ; l’uniforme
-le visage; elles
+le visage ; elles
-un cceur different, aventureux et doux; et
+un cœur différent, aventureux et doux ; et
-prince h\177ritier, pour
+prince héritier, pour
-plus flatreuses conqugtes, dans
+plus flatteuses conquêtes, dans
-pays gtrangers qu’il
+pays étrangers qu’il
-n’a pus besoin du proill r\177gulier qui serait peut-\177tre indispensable \177 un
+n’a pas besoin du profil régulier qui serait peut-être indispensable à un
-n’aurait pus compris
+n’aurait pas compris
-jour oh il est d\177fendu de s’occuper \177 rien de s\177rieux et oh elle
+jour où il est défendu de s’occuper à rien de sérieux et où elle
-cousait pus (un
+cousait pas (un
-:t40 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU semaine,
+semaine,
-dit \177 comment
+dit « comment
-encore \177 lire,
+encore à lire,
-n’est pourrant pas dimanche, en
+n’est pourtant pas dimanche » en
-sens d.’enfantillage et
+sens d’enfantillage et
-tante L\177onie devisait avec Fran9oise en
+tante Léonie devisait avec Françoise en
-lui annon\177ait qu’elle ven\177tit de
+lui annonçait qu’elle venait de
-passer M TM Goupil {{ sans
+passer Mme Goupil « sans
-faire \177t Ch,\177teaudun. Si
+faire à Châteaudun. Si
-loin /\177 aller avant vgpres elle
+loin à aller avant vêpres elle
-faire saucer. \177 --Peut-\177tre, peut-gtre (ce
+faire saucer ». — Peut-être, peut-être (ce
-signifiait peut\177tre non) disair Fran5oise pour
+signifiait peut-être non) disait Françoise pour
-pas \177carter d\177finitivement la possibilit\177 d’une
+pas écarter définitivement la possibilité d’une
-favorable. -- Tiens, digair ma
+favorable. — Tiens, disait ma
-front, � cela
+front, cela
-que ie n’ai
+que je n’ai
-elle \177tait arriv\177e \177t l’\177glise apres l’\177l\177vation. I1 faudra
+elle était arrivée à l’église après l’élévation. Il faudra
-je pense/\177 le demander \177 Eulalie... Fran5oise, regardezmoi ce
+je pense à le demander à Eulalie... Françoise, regardez-moi ce
-noir derri\177re le
+noir derrière le
-bien s6r que la journ\177e ne
+bien sûr que la journée ne
-Ce n’\177tait pas
+Ce n’était pas
-que 5a reste comme 5a, il
+que ça reste comme ça, il
-car rant que
+car tant que
-pas \177clat\177, mon
+pas éclaté, mon
-le d\177sir de hftter la
+le désir de hâter la
-voir M TM Goupil g\177ter sa robe. \177 Peut-\177re, peut-\177tre. -- Et
+voir Mme Goupil gâter sa robe.» — Peut-être, peut-être. — Et
-abri. \177 Comment,
+abri. — Comment,
-? s’\177criait tout \177 coup
+? s’écriait tout à coup
-en pglissant, mais
+en pâlissant, mais
-les vgpres sont commenc\177es, j’ai oubli\177 ma
+les vêpres sont commencées, j’ai oublié ma
-me restaR sur
+me restait sur
-Et Se pr\177cipitant sur
+Et se précipitant sur
-messe reli\177 en
+messe relié en
-violet, mont\177 d’or, et d’ofi, dans sa h&te,
+violet, monté d’or, et d’où, dans sa hâte,
-DU COTi\177 DE CHEZ $WANN x4 x elle laissait s’\177chapper de
+elle laissait s’échapper de
-images, bord\177es d’un
+images, bordées d’un
-des f\177tes, ma
+des fêtes, ma
-ses goutres, commencait \177 lire
+ses gouttes, commençait à lire
-plus rite les textes sacr\177s dont
+plus vite les textes sacrés dont
-lui \177tait l\177g\177rement obscurcie par Fincertitude de
+lui était légèrement obscurcie par l’incertitude de
-longtemps apres l’eau
+longtemps après l’eau
-faire descendre, (\177 Trois
+faire descendre. « Trois
-! \177 Un
+! » Un
-l’avait heurt\177, suivi
+l’avait heurté, suivi
-chute l\177g\177re comme
+chute légère comme
-qu’on efit laissg tomber d’une fen\177tre au-dessus,
+qu’on eût laissé tomber d’une fenêtre au-dessus,
-chute s’gtendant, se r\177glant, adoptant
+chute s’étendant, se réglant, adoptant
-innombrable, universelie: 6’\177tait la pluie. -- Eh
+innombrable, universelle : c’était la pluie. — Eh
-! Fran9oise, qu’est-ce que ie disMs ?
+! Françoise, qu’est-ce que je disais ?
-que i’ai entendu
+que j’ai entendu
-peut gtre dehors
+peut être dehors
-pareil. Fran9oise revenait: -- C’est Mine Am\177d\177e (ma grand’m\177re) qui
+pareil. Françoise revenait : — C’est Mme Amédée (ma grand’mère) qui
-qu’elle aliait faire
+qu’elle allait faire
-tour. Ca pleut pourrant fort. -- Cela
+tour. Ça pleut pourtant fort. — Cela
-point, disair ma
+point, disait ma
-moment. --M TM Am\177d\177e, c’est
+moment. — Mme Amédée, c’est
-tout l’extr\177me des autres, disair Fran9oise avec douceur, r\177servant pour
+tout l’extrême des autres, disait Françoise avec douceur, réservant pour
-autres domestiques de
+autres domestiques, de
-ma grand’m\177re un peu (\177 piqule \177. -- Voila le smut passi ! EulMie ne
+ma grand’mère un peu « piquée ». — Voilà le salut passé ! Eulalie ne
-plus, soupirMt ma tante; ce
+plus, soupirait ma tante ; ce
-qui Iui aura
+qui lui aura
-I42 A LA RECHERCHE DU TEM’PS PERDU -- Mais
+— Mais
-n’est pus cinq
+n’est pas cinq
-demie. --Que quatre
+demie. — Que quatre
-j’ai \177t\177 oblig\177e de
+j’ai été obligée de
-un m\177chant rayon
+un méchant rayon
-les Rogations! Ah! ma pauvre Fran9oise! il
+les Rogations ! Ah ! ma pauvre Françoise ! il
-en col\177re apres nous.
+en colère après nous.
-fait trop! Comme disair mon
+fait trop ! Comme disait mon
-trop oubli\177 le
+trop oublié le
-tante, c’\177tait Eulalie. Malheureusement, g peine venaitelle d’\177tre introduite que Fran9oise rentrait
+tante, c’était Eulalie. Malheureusement, à peine venait-elle d’être introduite que Françoise rentrait
-mettre elle-m\177me g l’unisson
+mettre elle-même à l’unisson
-ne dourair pus que
+ne doutait pas que
-paroles ailment causer g ma
+paroles allaient causer à ma
-que, malgr\177 l’emploi
+que, malgré l’emploi
-elle rapportair, en
+elle rapportait, en
-paroles mgmes dont avait daign\177 se
+paroles mêmes dont avait daigné se
-le visiteur: -- M. le Cur\177 serait enchantS, ravi,
+le visiteur : — M. le Curé serait enchanté, ravi,
-repose pus et
+repose pas et
-le Cur\177 ne veut pus d\177ranger. M. le Cur\177 est
+le Curé ne veut pas déranger. M. le Curé est
-En r\177alit\177, les
+En réalité, les
-du cur\177 ne faisaient pus /t ma
+du curé ne faisaient pas à ma
-supposait Fran9oise et Fair de
+supposait Françoise et l’air de
-avait /t l’annoncer ne r\177pondait pus enti\177rement au
+avait à l’annoncer ne répondait pas entièrement au
-Le cur\177 (excellent
+Le curé (excellent
-ne pus avoir caus\177 davantage,
+ne pas avoir causé davantage,
-beaucoup d’\177tymologies), habitu\177 \177t donner
+beaucoup d’étymologies), habitué à donner
-sur l’\177glise (il avait m\177me l’intention d’&rire un
+sur l’église (il avait même l’intention d’écrire un
-les m\177mes.
+les mêmes.
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN x43 Mais
+Mais
-en m\177me temps
+en même temps
-franchement d\177sagr\177able /\177 ma
+franchement désagréable à ma
-Elle et\177t mieux aim\177 bien
+Elle eût mieux aimé bien
-ne pus avoir
+ne pas avoir
-monde /\177 la lois. Mais elle n’osMt pus ne
+monde à la fois. Mais elle n’osait pas ne
-le cur\177 et
+le curé et
-signe /\177 Eulalie
+signe à Eulalie
-ne pus s’en ailer en m\177me temps
+ne pas s’en aller en même temps
-parti. --Monsieur le Cur\177, qu’est-ce
+parti. — Monsieur le Curé, qu’est-ce
-me disair qu’il
+me disait qu’il
-a instal]\177 son
+a installé son
-votre \177glise pour
+votre église pour
-suis arriv&/\177 mon ,\177ge sans
+suis arrivée à mon âge sans
-dans l’\177glise ! -- Je n’irai pus jusqu’& dire
+dans l’église ! — Je n’irai pas jusqu’à dire
-a /\177 Saint-Hilaire
+a à Saint-Hilaire
-qui m\177ritent d’gtre visit\177es, il yen a
+qui méritent d’être visitées, il y en a
-bien vieiiles dans
+bien vieilles dans
-le diocese qu’on n’ait pus restaur& 1 Mon
+le diocèse qu’on n’ait pas restaurée ! Mon
-d’un caract\177re majestueux; passe m\177me pour
+d’un caractère majestueux ; passe même pour
-dont personneilement je
+dont personnellement je
-donnerais pus deux
+donnerais pas deux
-sont plac\177es par
+sont placées par
-suite apres celles
+suite après celles
-reconnais d’aiileurs, qu’/\177 c6t\177 de certains d\177tails un peu r\177alistes, elles en pr\177sentent d’autres qui t\177moignent d’un v\177ritable esprit
+reconnais d’ailleurs, qu’à côté de certains détails un peu réalistes, elles en présentent d’autres qui témoignent d’un véritable esprit
-vienne pus me
+vienne pas me
-des fengtres qui
+des fenêtres qui
-donnent pus de
+donnent pas de
-trompent m\177me la rue par
+trompent même la vue par
-saurais d\177finir, dans une \177glise oh il
+saurais définir, dans une église où il
-a pus deux
+a pas deux
-au m6me niveau
+au même niveau
-refuse \177 me
+refuse à me
-sous pr\177texte que
+sous prétexte que
-des abbas de
+des abbés de
-Les ancgtres directs
+Les ancêtres directs
-144 A LA RECHERCHE DU TEMPS PEJ?DU la Duchesse, puisqu’elle
+la Duchesse puisqu’elle
-a \177pouse son cousin. )\177 (Ma grand’mere qui /i force
+a épousé son cousin. » (Ma grand’mère qui à force
-se desint\177resser des personnes finissuit par confondre tousles noms, chaque lois qu’on prononsait celui
+se désintéresser des personnes finissait par confondre tous les noms, chaque fois qu’on prononçait celui
-Guermantes pretendair que ce derair \177tre une parerite de 1VIme de
+Guermantes prétendait que ce devait être une parente de Mme de
-monde &latait de rire; die t&chait de se defendre en all\177guant une
+monde éclatait de rire ; elle tâchait de se défendre en alléguant une
-faire part: {( I1 me
+faire part : « Il me
-du Guerraantes l& dedans. \177 Et
+du Guermantes là-dedans. » Et
-une lois j’4tais avec
+une fois j’étais avec
-y efit un
+y eût un
-de Genevieve de Brabant.) -- \177 Voyez
+de Geneviève de Brabant.) — « Voyez
-n’est plu s aujourd’hui
+n’est plus aujourd’hui
-dans l’antiquit\177 cette localit\177 ait dfi un
+dans l’antiquité cette localité ait dû un
-commerce des chapeaux
+commerce de chapeaux
-suis pus certain de l’etymologie de
+suis pas certain de l’étymologie de
-primitif etait Rouville
+primitif était Rouville
-comme Ch\177teauroux (Castrum
+comme Châteauroux (Castrum
-autre lois.) He bien! l’\177glise a
+autre fois.) Hé bien ! l’église a
-imposante Entrde de Louis-Philippe \177 Combray
+imposante Entrée de Louis-Philippe à Combray
-serait mieux/\177 sa place & Combray m\177me, et
+serait mieux à sa place à Combray même, et
-fameuse verriere de
+fameuse verrière de
-Je royals mgme hier le fr\177re du
+Je voyais même hier le frère du
-travail. \177 Mais,
+travail. « Mais,
-disais /l cet
+disais à cet
-reste tr\177s poli,
+reste très poli,
-est, parait-il, un v\177ritable virtuose
+est, paraît-il, un véritable virtuose
-d’extraordinaire gce vitrail,
+d’extraordinaire à ce vitrail,
-? \177 --Je suis sfire que
+? » — Je suis sûre que
-demandiez & Monseigneur,
+demandiez à Monseigneur,
-qui commen�ait \177 penser qu’elle allair \177tre fatigu&, il
+qui commençait à penser qu’elle allait être fatiguée, il
-vous refuserair pus un vitrail neuL
+vous refuserait pas un vitrail neuf.
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN x45 --Comptez-y, madame Octave, r\177pondait le cur& Mais c’est iustement Monseigneur
+— Comptez-y, madame Octave, répondait le curé. Mais c’est justement Monseigneur
-a atta~ ch\177 le grelot & cette malheureuse verri\177re en prourant qu’elle repr\177sente Gilbert
+a attaché le grelot à cette malheureuse verrière en prouvant qu’elle représente Gilbert
-de Genevieve de
+de Geneviève de
-qui \177tait une
+qui était une
-de saint Hilaire. -- Mais
+de Saint-Hilaire. — Mais
-pas oil est saint Hilaire ? -- Mais
+pas où est Saint-Hilaire ? — Mais
-n’avez jamMs remarqu\177 une
+n’avez jamais remarqué une
-? H\177 bien! c’est saint Hilaire qu’on appelle aussi vous
+? Hé bien ! c’est Saint-Hilaire qu’on appelle aussi, vous
-saint H\177lier, et m\177me, dans
+saint Hélier, et même, dans
-se sofit produites
+se sont produites
-tout simplemerit: elle
+tout simplement : elle
-Eulalie, qu’apr\177s votre
+Eulalie, qu’après votre
-? \177 -- (\177 Monsieur le Cur\177 a
+? » — « Monsieur le Curé a
-pour rigoler., -- \177 Le fr\177re de
+pour rigoler. » — « Le frère de
-le B\177gue, prince
+le Bègue, prince
-son p\177re, P\177pin l’Insens& mort
+son père, Pépin l’Insensé, mort
-mentale, exer\177ait le pouvoir supreme avec
+mentale, exerçait le pouvoir suprême avec
-la pr\177somption d’une jeunesse & qui
+la présomption d’une jeunesse à qui
-a manqua, d\177s que
+a manqué, dès que
-fit brfiler l’\177glise de
+fit brûler l’église de
-primitive \177glise alors,
+primitive église alors,
-que Th\177odebert, en
+que Théodebert, en
-avait pros d’ici, & Thiberzy
+avait près d’ici, à Thiberzy
-de b&tir au-dessus
+de bâtir au-dessus
-que Vol. I.
+que
-x46 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU la crypte oh Theodore a dfi vous
+la crypte où Théodore a dû vous
-Gilbert brfila le
+Gilbert brûla le
-il d\177fit l’infortun\177 Charles
+il défit l’infortuné Charles
-le Conquerant (le cur\177 prononfait Gui16me), ce
+le Conquérant (le curé prononçait Guilôme), ce
-se ru\177rent sur lui /\177 la
+se ruèrent sur lui à la
-lui tranch\177rent la t\177te. Du reste Theodore prate un
+lui tranchèrent la tête. Du reste Théodore prête un
-explications. {\177 Mais
+explications. « Mais
-notre \177glise, c’est
+notre église, c’est
-qui n’\177tes pas tr\177s forte,
+qui n’êtes pas très forte,
-la moiti\177 du c\177l\177bre d6me de Milan. I1 y
+la moitié du célèbre dôme de Milan. Il y
-monte pli\177 en
+monte plié en
-veut passe casser la t\177te, et
+veut pas se casser la tête, et
-toiles d’araign\177es de
+toiles d’araignées de
-causait \177 ma tante l’id\177e qu’elle ffit capable
+causait à ma tante l’idée qu’elle fût capable
-fois arriv\177 l\177-haut I Certaines
+fois arrivé là-haut ! Certaines
-des soci\177tgs qui viennent m\177me de tr\177s loin
+des sociétés qui viennent même de très loin
-la beaut\177 du
+la beauté du
-retournent enchant\177es. Tenez,
+retournent enchantées. Tenez,
-de 1\177 d’un coup d’mil f\177erique, avec
+de là d’un coup d’œil féerique, avec
-sortes d’\177chapp\177es sur
+sortes d’échappées sur
-distinguer jusqu’\177 Verneuil.
+distinguer jusqu’à Verneuil.
-embrasse \177 la lois des
+embrasse à la fois des
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN x47 que
+que
-les fosses de Saint-Assise-l\177s-Combray, dont
+les fossés de Saint-Assise-lès-Combray, dont
-est s\177par\177e par
+est séparée par
-les diff\177rents canaux de Jouy-leVicomte (Gaudiacus vice corniris comme
+les différents canaux de Jouy-le-Vicomte (Gaudiacus vice comitis comme
-Chaque lois que
+Chaque fois que
-suis all\177 \177 Jouy-leVicomte, j’ai
+suis allé à Jouy-le-Vicomte, j’ai
-j’avais tourn\177 une
+j’avais tourné une
-le precedent. J’avais
+le précédent. J’avais
-la penske, cela
+la pensée, cela
-Du clother de
+Du clocher de
-un r\177seau oh la localit\177 est
+un réseau où la localité est
-sont d\177j/\177 d\177coup\177s. I1 faudrait
+sont déjà découpés. Il faudrait
-faire \177tre /t la
+faire être à la
-et /i Jouyle-Vicomte. Le cur\177 avait tellement fatigu\177 ma tante qu’/\177 peine \177tait-il parti, elle \177tait oblig\177e de
+et à Jouy-le-Vicomte. Le curé avait tellement fatigué ma tante qu’à peine était-il parti, elle était obligée de
-Eulalie. --Tenez, ma
+Eulalie. — Tenez, ma
-une piece d’une
+une pièce d’une
-avait \177t port\177e de
+avait à portée de
-main, voil\177t pour
+main, voilà pour
-ne m’oublii\177z pas
+ne m’oubliiez pas
-vos pri\177res. -- Ah! mais,
+vos prières. — Ah ! mais,
-si ie dois,
+si je dois,
-la m\177me h\177sitation et le m\177me embarras, chaque lois, que’si c’\177tait la premiere, et
+la même hésitation et le même embarras, chaque fois, que si c’était la première, et
-de m\177contentement qui \177gayait ma
+de mécontentement qui égayait ma
-lui d\177plaisait pas,
+lui déplaisait pas,
-un iour Eulalie,
+un jour Eulalie,
-la piece, avait
+la pièce, avait
-moins contrari\177 que
+moins contrarié que
-tante disair: -- Je
+tante disait : — Je
-qu’avait Eulalie; je
+qu’avait Eulalie ; je
-pourtant donn\177 la mgme chose
+pourtant donné la même chose
-d’habitude, die n’avait
+d’habitude, elle n’avait
-I48 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU m Je
+— Je
-pas & se
+pas à se
-soupirait Fran9oise, qui
+soupirait Françoise, qui
-tendance & consid\177rer comme
+tendance à considérer comme
-des tr\177sors follement gaspill\177s pour
+des trésors follement gaspillés pour
-ingrate leg pi\177cettes mises
+ingrate les piécettes mises
-si discr\177tement que Fran9oise n’arrivait jamais \177t les
+si discrètement que Françoise n’arrivait jamais à les
-que Fargent que
+que l’argent que
-donnait \177t Eulalie, Fran5oise l’efit voulu pour elie. Elle
+donnait à Eulalie, Françoise l’eût voulu pour elle. Elle
-tante poss\177dait, sachant
+tante possédait, sachant
-la maltresse du mgme coup \177l\177vent et
+la maîtresse du même coup élèvent et
-qu’elle, Fran5oise, \177tait insigne et glorifi\177e dans Combray, Jouy-!e-Vicomte et
+qu’elle, Françoise, était insigne et glorifiée dans Combray, Jouy-le-Vicomte et
-visites fr\177quentes et prolong&s du cur\177, le
+visites fréquentes et prolongées du curé, le
-Vichy consomm\177es. Elle n’\177tait avare
+Vichy consommées. Elle n’était avare
-ma tante; si
+ma tante ; si
-avait g\177r\177 sa
+avait géré sa
-qui efit \177t\177 son r\177ve, elle l’aurait pr\177serv\177e des entreprises d’autmi avec une f\177rocit\177 maternelle.
+qui eût été son rêve, elle l’aurait préservée des entreprises d’autrui avec une férocité maternelle.
-pas trouv\177 grand mal/\177 ce
+pas trouvé grand mal à ce
-incurablement g\177n\177reuse, se ffit laiss\177e aller & donner,
+incurablement généreuse, se fût laissée aller à donner,
-moins 5’avait \177t\177 /\177 des riches. Peut4tre pensait-elle que ceux-l&, n’ayant
+moins ç’avait été à des riches. Peut-être pensait-elle que ceux-là, n’ayant
-pouvaient \177tre soup9onn\177s de l’aimer & cause
+pouvaient être soupçonnés de l’aimer à cause
-offerts \177t des
+offerts à des
-fortune, & M me Sazerat, & M. Swann, /\177 M. Legrandin, \177t M me Goupil, & des personnes ({de mfime rang\177) que
+fortune, à Mme Sazerat, à M. Swann, à M. Legrandin, à Mme Goupil, à des personnes « de même rang » que
-qui � ,\177allaient bien ensemble , ils
+qui « allaient bien ensemble », ils
-vie \177trange et
+vie étrange et
-et qu’elie admirait
+et qu’elle admirait
-n’en aliait plus de mgme si les b\177n\177ficiaires de la g\177n\177rosit\177 de
+n’en allait plus de même si les bénéficiaires de la générosité de
-tante \177taient
+tante étaient
-DU GOTI\177 DE GHEZ SWANN \17749 de
+de
-que Fran9oise appelait \177 des
+que Françoise appelait « des
-moi \177 et qui \177taient ceux qu’\177lle m\177prisait le plus /\177 moins
+moi » et qui étaient ceux qu’elle méprisait le plus à moins
-l’appelassent \177 Madame Fran9oise \177 et
+l’appelassent « Madame Françoise » et
-se considerassent comme \177tant {\177moins qu’elle\177. Et
+se considérassent comme étant « moins qu’elle ». Et
-que, malgr\177 ses
+que, malgré ses
-faisait qu’\177 sa t\177te et jetair Fargent -- Fran5oise le
+faisait qu’à sa tête et jetait l’argent — Françoise le
-du tooins -- pour des creatures indignes, elle commenga /\177 trouver
+du moins — pour des créatures indignes, elle commença à trouver
-imaginaires prodigu\177es \177 Eulalie. II n’y
+imaginaires prodiguées à Eulalie. Il n’y
-si cons\177quente que Fran9oise ne suppos&t qu’Eulalie eat pu
+si conséquente que Françoise ne supposât qu’Eulalie eût pu
-la mgme estimation
+la même estimation
-et cach\177es de Fran5oise. Habituellement, .quand Eulalie \177tait partie, Fran5oise proph\177tisait sans
+et cachées de Françoise. Habituellement, quand Eulalie était partie, Françoise prophétisait sans
-la haissait, mais
+la haïssait, mais
-elle \177tait 1/\177, /t lui faire \177{ bon visage \177. Elle
+elle était là, à lui faire « bon visage ». Elle
-rattrapait apres son d\177part, sans la riotamer jamais /t vrai
+rattrapait après son départ, sans la nommer jamais à vrai
-en profSrant, en
+en proférant, en
-d’un caract\177re g\177n\177ral telles
+d’un caractère général telles
-celles de. l’Eccl\177siaste, mais
+celles de l’Ecclésiaste, mais
-pouvait \177chapper \177 ma tante. Apres avoir regard\177 par
+pouvait échapper à ma tante. Après avoir regardé par
-avait referm\177 la porte: \177 Les personnes flatreuses savent
+avait refermé la porte : « Les personnes flatteuses savent
-les p\177pettes; mais
+les pépettes ; mais
-beau iour, disait-elle,
+beau jour », disait-elle,
-regard lateral et
+regard latéral et
-exclusivement \177 Athalie
+exclusivement à Athalie
-il dit: Le
+il dit : Le
-des rodchants cornroe un torrent s’dcoule. Mais
+des méchants comme un torrent s’écoule. Mais
-le cur\177 \177tait venu
+le curé était venu
-avait \177puis\177 les
+avait épuisé les
-\1775o \177’1 LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU tante, Fran9oise sortait
+tante, Françoise sortait
-chambre derri\177re Eulalie et disair: w Madame
+chambre derrière Eulalie et disait : — Madame
-beaucoup fatigu\177e. \177 Et
+beaucoup fatiguée. Et
-ne r\177pondait m\177me pas, exh\177lant un
+ne répondait même pas, exhalant un
-devoir \177tre le
+devoir être le
-Mais /\177 peine Fran9oise \177tait-elle descendue
+Mais à peine Françoise était-elle descendue
-coups donnas avec
+coups donnés avec
-tante, dress\177e sur
+tante, dressée sur
-lit, criait: � -- Est-ce
+lit, criait : — Est-ce
-est d\177j\177 partie
+est déjà partie
-j’ai oubli\177 de
+j’ai oublié de
-si M me Goupil \177tait arriv\177e /t la
+si Mme Goupil était arrivée à la
-avant l’\177l\177vation! Courez vite apres elle ! ’Mais Fran5oise revenait
+avant l’élévation ! Courez vite après elle ! Mais Françoise revenait
-Eulalie. m C’est contrariant disair ma
+Eulalie. — C’est contrariant disait ma
-la t\177te. La
+la tête. La
-j’avais \177 lui
+j’avais à lui
-tante L\177onie, toujours
+tante Léonie, toujours
-douce uniformit\177 de
+douce uniformité de
-qu’elle appelait, avec un d\177dain affect\177 et
+qu’elle appelait avec un dédain affecté et
-son \177{ petit traintrain \177. Pr\177serv\177 par
+son « petit traintrain ». Préservé par
-seulement \177 la maison, off chacun ayant \177prouv\177 l’inutilit\177 de
+seulement à la maison, où chacun ayant éprouvé l’inutilité de
-meilleure hygiene, s’\177tait peu \177 peu r\177sign\177 \177 le
+meilleure hygiène, s’était peu à peu résigné à le
-mais mgme dans
+mais même dans
-village off, \177 trois
+village où, à trois
-demander \177 Fran5oise si
+demander à Françoise si
-ne a reposait pas \177 wce traintrain fur pourtant troubl\177 une
+ne « reposait pas » — ce traintrain fut pourtant troublé une
-cette ann\177e-l\177t. Comme
+cette année-là. Comme
-fruit cach\177 qui
+fruit caché qui
-parvenu \177 maturit\177 sans
+parvenu à maturité sans
-s’en apergat et se d\177tacherait spontan\177ment, survint
+s’en aperçût et se détacherait spontanément, survint
-la d\177livrance de
+la délivrance de
-douleurs \177taient intol\177rables, et
+douleurs étaient intolérables, et
-sage-femme & Combray, Fran5oise dut
+sage-femme à Combray, Françoise dut
-DU COT\177: DE �HEZ SWAN. N x5x le
+le
-une & Thiberzy.
+une à Thiberzy.
-tante, & cause
+tante, à cause
-et Fran9oise, malgr\177 la
+et Françoise, malgré la
-distance, n’\177tant revenue que tr\177s tard,
+distance, n’étant revenue que très tard,
-ma m\177re me
+ma mère me
-la matinee: {\177 Monte
+la matinée : « Monte
-rien. \177 J’entrai
+rien. » J’entrai
-la premiere pi&ce et,
+la première pièce et,
-tante, couchbe sur le c6t\177, qui dormait; je
+tante, couchée sur le côté, qui dormait ; je
-ronfler l\177g\177rement. J’allais
+ronfler légèrement. J’allais
-le brm*t que
+le bruit que
-fait \177tait interrenu dans
+fait était intervenu dans
-avait {{ chang\177 la vitesse., comme
+avait « changé la vitesse », comme
-elle s’\177veilla et tourna & demi son v!sage que
+elle s’éveilla et tourna à demi son visage que
-voir alors; il
+voir alors ; il
-de terreur; elle venait \177videmment d’avoir un r\177ve affreux; elle
+de terreur ; elle venait évidemment d’avoir un rêve affreux ; elle
-la fa9on dont elle \177tait plac\177e, et je restMs lg ne
+la façon dont elle était placée, et je restais là ne
-ou ’me retirer; mais d\177j& elle
+ou me retirer ; mais déjà elle
-la r\177alit\177 et
+la réalité et
-l’avaient eftray,e; un
+l’avaient effrayée ; un
-les r\177ves, &laira faiblement
+les rêves, éclaira faiblement
-parler \177t mi-voix & ellemgme quand
+parler à mi-voix à elle-même quand
-elle murmura: ({ Dieu soit lou\177! nous
+elle murmura : « Dieu soit loué ! nous
-accouche. Voil/\177-t41 pas
+accouche. Voilà-t-il pas
-je r\177vais que
+je rêvais que
-Octave \177tait ressuscit\177 et
+Octave était ressuscité et
-les jours!, Sa
+les jours ! » Sa
-qui \177tait sur
+qui était sur
-sommeil recommensant ne
+sommeil recommençant ne
-de l’atteindre: elle
+de l’atteindre : elle
-rendormit, tranquillis\177e, et ie sortis & pas
+rendormit, tranquillisée, et je sortis à pas
-personne eat jamais
+personne eût jamais
-x52 .,’1 LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU Quand
+Quand
-dehors d’ev\177nements tr\177s rares,
+dehors d’événements très rares,
-subissait jamMs aucune variation, ie ne
+subissait jamais aucune variation, je ne
-se repetant toujours identiques \177 des intervalles reguliers, n’introduisaient
+se répétant toujours identiques à des intervalles réguliers, n’introduisaient
-de l’uniformite qu’une sorte d’uniformit\177 secondaire. �’est ainsi que tousles samedis, comme Fran9oise aliait dans l’apr\177s-midi au marche de
+de l’uniformité qu’une sorte d’uniformité secondaire. C’est ainsi que tous les samedis, comme Françoise allait dans l’après-midi au marché de
-le dejeuner \177tait, pour
+le déjeuner était, pour
-monde, un*e heure plus t6t. Et
+monde, une heure plus tôt. Et
-cette derogation hebdomadaire /\177 ses
+cette dérogation hebdomadaire à ses
-tenait \177 cette habitude-1/\177 autant
+tenait à cette habitude-là autant
-y etait si bien {\177 routinee \177, comme disait Fran9oise, que
+y était si bien « routinée », comme disait Françoise, que
-pour deieuner l’heure
+pour déjeuner l’heure
-cela l’efit autant, derang\177e, que
+cela l’eût autant « dérangée » que
-son dejeuner /\177 l’heure
+son déjeuner à l’heure
-samedi. �ette avance du d\177jeuner donnait
+samedi. Cette avance du déjeuner donnait
-figure particuli\177r4, indulgente,
+figure particulière, indulgente,
-moment oh d’habitude
+moment où d’habitude
-heure & vivre
+heure à vivre
-la d\177tente du
+la détente du
-endives precoces, une
+endives précoces, une
-bifteck imm\177rit\177. Le
+bifteck immérité. Le
-samedi asymetrique \177tait un
+samedi asymétrique était un
-petits evenements interieurs, locaux,
+petits événements intérieurs, locaux,
-les vies-tranquilles et les societes fermes, creent une
+les vies tranquilles et les sociétés fermes, créent une
-le th\177me favori
+le thème favori
-des recits exag\177res \177 plaisir: il e6t ere le
+des récits exagérés à plaisir : il eût été le
-tout prat pour
+tout prêt pour
-cycle legendaire si
+cycle légendaire si
-la t\177te epique. D\177s le
+la tête épique. Dès le
-avant d’\177tre habill\177s, sans
+avant d’être habillés, sans
-plaisir d’eprouver la
+plaisir d’éprouver la
-la solidarite, on
+la solidarité, on
-avec cordialitY, avec patriotisme: \177I1 n’y
+avec cordialité, avec patriotisme : « Il n’y
-temps \177 perdre,
+temps à perdre,
-! \177 cependant
+! » cependant
-DU �OT\177: DE CHEZ SWANN x53 que
+que
-tante, conferant avec Fran9oise et songcant que la journ\177e serait
+tante, conférant avec Françoise et songeant que la journée serait
-d’habitude, disait: c(Si vous
+d’habitude, disait : « Si vous
-c’est samedi., Si \177t dix
+c’est samedi. » Si à dix
-en disant: (( Allons,
+en disant : « Allons,
-avant de d\177ieuner \177, chacun \177tait enchant\177 d’avoir \177t lui dire: c\177 Mais voyons, /\177 quoi
+avant le déjeuner », chacun était enchanté d’avoir à lui dire : « Mais voyons, à quoi
-c’est samedi!.; on
+c’est samedi ! » ; on
-d’heure apres et
+d’heure après et
-monter racontercet oubli a ma
+monter raconter cet oubli à ma
-ciel m\177me semblait change. Apres le d\177jeuner, le
+ciel même semblait changé. Après le déjeuner, le
-que c’\177tait samedi, flftnait une
+que c’était samedi, flânait une
-qu’on \177tait en
+qu’on était en
-promenade, disair: {{ Comment,
+promenade, disait : « Comment,
-? \177 en royant passer
+? » en voyant passer
-de SaintHilaire (qu i ont
+de Saint-Hilaire (qui ont
-chemins d6sert\177s a cause
+chemins désertés à cause
-la rivi\177re vive
+la rivière vive
-le p\177cheur m\177me a abandonn\177e, et
+le pêcheur même a abandonnée, et
-vacant oh ne
+vacant où ne
-en chceur lui r\177pondait: (r Mais
+en chœur lui répondait : « Mais
-a d\177jeun\177 une
+a déjeuné une
-plus t6t, vous
+plus tôt, vous
-c’est samedi!. La
+c’est samedi ! » La
-barbare {nous appelions ainsi tousles gens
+barbare (nous appelions ainsi tous les gens
-qui, \177tant venu /\177 onze
+qui, étant venu à onze
-parler \177t mon p\177re, nous avait trouv\177s \177t table, \177tait une
+parler à mon père, nous avait trouvés à table, était une
-sa vie avaient
+sa vie, avaient
-plus \177gay\177 Fran9oise. Mais
+plus égayé Françoise. Mais
-visiteur interloqu\177 ne silt pas
+visiteur interloqué ne sût pas
-nous d\177jeunions plus t6t le
+nous déjeunions plus tôt le
-encore { tout en
+encore (tout en
-du coeur avec
+du cœur avec
-chauvinisme dtroit) que mon p\177re, lui, n’e6t pas eu l’id\177e-que ce
+chauvinisme étroit) que mon père, lui, n’eût pas eu l’idée que ce
-et efit r\177pondu sans
+et eût répondu sans
-154 A LA RECHERCHE DU T.E&IPS PER. DU tion a son \177tonnement de
+tion à son étonnement de
-voir d\177ja dans
+voir déjà dans
-salle \177 manger: ((Mais voyons, c’est samedi!, Parvenue ace point
+salle à manger : « Mais voyons, c’est samedi ! » Parvenue à ce point
-son r\177cit, elle
+son récit, elle
-larmes d’hilarit\177 et pour accroitre le
+larmes d’hilarité et pour accroître le
-qu’elle \177prouvait, elle
+qu’elle éprouvait, elle
-qu’avait r\177pondu le visiteur a qui ce \177( samedi \177 n’expliquait
+qu’avait répondu le visiteur à qui ce « samedi » n’expliquait
-nous disions: {( Mais
+nous disions : « Mais
-chose. C’\177tait plus
+chose. C’était plus
-la premiere lois quand
+la première fois quand
-l’avez racont&, Ma grand’tante elle-m\177me laissait
+l’avez raconté. » Ma grand’tante elle-même laissait
-la t\177te et regardait p. ar-dessus son
+la tête et regardait par-dessus son
-ce jour-la, pendant
+ce jour-là, pendant
-sortions apres le diner pour
+sortions après le dîner pour
-au (( mois
+au « mois
-Marie \177. Comme
+Marie ». Comme
-Vinteuil, tr\177s s\177v\177re pour le \177 genre d\177plorable des
+Vinteuil, très sévère pour « le genre déplorable des
-gens n\177glig\177s, dans les idles de l’\177poque actuelle , ma m\177re prenait
+gens négligés, dans les idées de l’époque actuelle », ma mère prenait
-ne clochat dans
+ne clochât dans
-on partair pour l’\177glise. C’est
+on partait pour l’église. C’est
-d’avoir commenc\177 \177 aimer les aub\177pines. N’\177tant pas
+d’avoir commencé à aimer les aubépines. N’étant pas
-dans l’\177glise, si
+dans l’église, si
-mais oh nous
+mais où nous
-d’entrer, pos\177es sur l’autel m\177me, inseparables des myst\177res a la c\177l\177bration desquels
+d’entrer, posées sur l’autel même, inséparables des mystères à la célébration desquels
-vases sacr\177s leurs branches attach\177es horizontalement
+vases sacrés leurs branches attachées horizontalement
-un appr\177t de f\177te, et
+un apprêt de fête, et
-les restons de
+les festons de
-lequel \177taient sem\177s a profusion,
+lequel étaient semés à profusion,
-une traine de marine, de
+une traîne de mariée, de
-blancheur \177clatante. Mais,
+blancheur éclatante. Mais,
-regarder qu’a la d\177rob\177e, je
+regarder qu’à la dérobée, je
-ces apprgts pompeux \177taient vivants
+ces apprêts pompeux étaient vivants
-que c’\177tait la nature elle-m\177me qui,
+que c’était la nature elle-même qui,
-ces d\177coupures dans
+ces découpures dans
-l’ornement suprgme de
+l’ornement suprême de
-DU �0T1\177 DE CHEZ SWANN \17755 blancs
+blancs
-cette d\177coration digne
+cette décoration digne
-qui \177tait \177 la lois une r\177jouissance populaire
+qui était à la fois une réjouissance populaire
-une solennit\177 mystique.
+une solennité mystique.
-corolles 9/\177 et 1\177 avec une grace insouciante,
+corolles çà et là avec une grâce insouciante,
-si n\177gligemment comme
+si négligemment comme
-bouquet d’\177tamines, fines
+bouquet d’étamines, fines
-des ills de
+des fils de
-tout enti\177res, qu’en
+tout entières, qu’en
-si 9’avait \177t\177 le
+si ç’avait été le
-de t\177te \177tourdi et
+de tête étourdi et
-pupilles diminures, d’une
+pupilles diminuées, d’une
-M. Vino teufl \177tait venu
+M. Vinteuil était venu
-placer \177 c6t\177 de
+placer à côté de
-avait \177t\177 le
+avait été le
-piano des. s\177eurs de ma grand’m\177re et quand, apres la
+piano des sœurs de ma grand’mère et quand, après la
-un h\177ritage qu’il
+un héritage qu’il
-il s’\177tait retir\177 aupr\177s de
+il s’était retiré auprès de
-souvent \177 la
+souvent à la
-appelait \177{ un mariage d\177plac\177, dans le gofit du jour \177. Ma m\177re, ayant
+appelait « un mariage déplacé, dans le goût du jour ». Ma mère, ayant
-par amabilit\177 que,
+par amabilité que,
-lui fit entendre
+lui fît entendre
-la bont\177 jusqu’/t de
+la bonté jusqu’à de
-se metrant toujours \177 la
+se mettant toujours à la
-leur paraitre \177goiste. s’il
+leur paraître égoïste s’il
-son d\177sir. Le jour o6 mes parents \177taient allis chez
+son désir. Le jour où mes parents étaient allés chez
-avais accompagn\177s, mais
+avais accompagnés, mais
-m’avaient permis.de rester
+m’avaient permis de rester
-Vinteuil, Montiouvain, \177tait en
+Vinteuil, Montjouvain, était en
-buissonneux, o6 je m’\177tais cache, je m’\177tais trouv\177 de
+buissonneux, où je m’étais caché, je m’étais trouvé de
-second \177tage, \177t cinquante centim\177tres de la fen\177tre. Quand on \177tait venu
+second étage, à cinquante centimètres de la fenêtre. Quand on était venu
-156 _/1 LA R.ECHERCHE DU TEMPS PERDU i’avais vu
+j’avais vu
-se hater de
+se hâter de
-en \177vidence sur
+en évidence sur
-une lois mes parents entr\177s, il l’avait retir\177 et
+une fois mes parents entrés, il l’avait retiré et
-qu’il n’\177tait heureux
+qu’il n’était heureux
-ma m\177re \177tait revenue \177 la
+ma mère était revenue à la
-avait r\177p\177t\177 plusieurs lois: \177( Mais
+avait répété plusieurs fois : « Mais
-n’est pus sa place \177, et avait d\177tourn\177 la
+n’est pas sa place », et avait détourné la
-que ceux-1/t l’int\177ressaient moins.
+que ceux-là l’intéressaient moins.
-passion \177tait pour
+passion était pour
-avait Fair d’un gar9on, paraissuit si
+avait l’air d’un garçon, paraissait si
-pouvait s’empgcher de
+pouvait s’empêcher de
-les precautions que son p\177re prenait
+les précautions que son père prenait
-ayant touiours des chiles suppl\177mentaires/\177 lui
+ayant toujours des châles supplémentaires à lui
-les \177paules. Ma grand’m\177re faisait
+les épaules. Ma grand’mère faisait
-douce, d\177licate, presque
+douce, délicate, presque
-visage \177tait sem\177 de
+visage était semé de
-elle t’entendait avec
+elle l’entendait avec
-ceux \177t qui
+ceux à qui
-voyait s’\177clairer, se d\177couper comme
+voyait s’éclairer, se découper comme
-du (( bon diable \177, les
+du « bon diable », les
-d’une ]eune fille \177plor\177e. Quand,
+d’une jeune fille éplorée. Quand,
-quitter l’\177glise, je m’agenouillai derant l’autel,
+quitter l’église, je m’agenouillai devant l’autel,
-relevant, s’\177chapper des aub\177pines une odeur amore et
+relevant, s’échapper des aubépines une odeur amère et
-devait \177tre cach\177e cette
+devait être cachée cette
-parties gratin\177es le gofit d’une
+parties gratinées le goût d’une
-taches de. rousseur
+taches de rousseur
-de M TM Vinteuil. Malgr\177 la silencieuse immobilit\177 des aub\177pines, cette
+de Mlle Vinteuil. Malgré la silencieuse immobilité des aubépines, cette
-DU COTi\177 DE CHEZ SWANN I57 intermittente ardeur \177tait comme
+intermittente ardeur était comme
-qu’une hale agr. este visit& par
+qu’une haie agreste visitée par
-on pensair en
+on pensait en
-certaines \177tamines presque
+certaines étamines presque
-avoir gard\177 la viru4 lence printani\177re, le
+avoir gardé la virulence printanière, le
-aujourd’hui m\177tarmorphos\177s en
+aujourd’hui métamorphosés en
-Nous carlsions un
+Nous causions un
-Vinteuil derant le
+Vinteuil devant le
-de l’\177glise. I1 intervenait
+de l’église. Il intervenait
-la d\177fense des
+la défense des
-nous disair de
+nous disait de
-avait \177t\177 contente
+avait été contente
-voir, aussit6t il
+voir, aussitôt il
-qu’en elle-m\177me une soeur plus
+qu’en elle-même une sœur plus
-bon gar9on \177tourdi qui
+bon garçon étourdi qui
-sollicitait d’gtre invit\177e chez
+sollicitait d’être invitée chez
-Son p\177re lui
+Son père lui
-les \177paules, ils
+les épaules, ils
-conduisait elle-m\177me et
+conduisait elle-même et
-retournaient \177 Montjouvain. Quant \177 nous, comme c’\177tait le
+retournaient à Montjouvain. Quant à nous, comme c’était le
-se l\177verait que
+se lèverait que
-l’air ffit chaud,
+l’air fût chaud,
-mon p\177re, par
+mon père, par
-une 1ongue promenade,
+une longue promenade,
-ma m\177re \177t s’orienter et \177 se reconnaltre dans
+ma mère à s’orienter et à se reconnaître dans
-faisait consid\177rer comme
+faisait considérer comme
-d’un g\177nie strat\177gique. Parfois
+d’un génie stratégique. Parfois
-les enjamb&s de pierre commencaient \177 la
+les enjambées de pierre commençaient à la
-me repr\177sentaient l’exil
+me représentaient l’exil
-la d\177tresse hors
+la détresse hors
-monde civilism, parce
+monde civilisé, parce
-chaque annie en yenant de
+chaque année en venant de
-station, d’\177tre prgts d’avance,
+station, d’être prêts d’avance,
-au delft des pays chr\177tiens
+au delà des pays chrétiens
-I58 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU dont
+dont
-moi l’extr\177me limite.
+moi l’extrême limite.
-gare, oil \177taient les plus agr\177ables villas
+gare, où étaient les plus agréables villas
-ses degr\177s rompus
+ses degrés rompus
-Sa lumi\177re avait d\177truit le
+Sa lumière avait détruit le
-du t\177l\177graphe. I1 n’en
+du télégraphe. Il n’en
-colonne /t demi bris\177e, mais
+colonne à demi brisée, mais
-la beaut\177 d’une
+la beauté d’une
-Je trainais la
+Je traînais la
-je tombMs de
+je tombais de
-une r\177compense qu’on
+une récompense qu’on
-fort \1771oign\177es les
+fort éloignées les
-chiens r\177veill\177s par
+chiens réveillés par
-on cr\177a le
+on créa le
-se r\177fugier le
+se réfugier le
-car, oh que ]e me trouve, d\177s qu’ils commencent /\177 retentir et \177t se r\177pondre, je l’aper5ois, avec
+car, où que je me trouve, dès qu’ils commencent à retentir et à se répondre, je l’aperçois, avec
-trottoir \177clair\177 par
+trottoir éclairé par
-mon pire nous arr\177tait et demandait \177 ma m\177re: \177 Oil sommes-nous ?, Epuis\177e par
+mon père nous arrêtait et demandait à ma mère : « Où sommes-nous ? » Épuisée par
-mais fi\177re de
+mais fière de
-rien. I1 haussait les \177paules et
+rien. Il haussait les épaules et
-de derritre de
+de derrière de
-qui \177tait venue
+qui était venue
-Ma mire lui disair avec admiration: {{Tu es
+Ma mère lui disait avec admiration : « Tu es
-! ,. Et /\177 partir
+! » Et à partir
-sol marchalt pour
+sol marchait pour
-jardin oil depuis
+jardin où depuis
-avaient cess\177
+avaient cessé
-DU COTi\177 DE CHEZ SWANN x59 d’gtre accompagn\177s d’attention volontaire: l’Habitude
+d’être accompagnés d’attention volontaire : l’Habitude
-portait jusqu’it mon
+portait jusqu’à mon
-la journ\177e du
+la journée du
-qui commen\177ait une
+qui commençait une
-plus t6t, et oh elle \177tait priv\177e de Fran\177oise, passair plus
+plus tôt, et où elle était privée de Françoise, passait plus
-tante, elleen attendair pourrant le
+tante, elle en attendait pourtant le
-la nouveaut\177 et
+la nouveauté et
-que ffit encore
+que fût encore
-qu’elle n’aspir\177t parlois it quelque grand
+qu’elle n’aspirât parfois à quelque plus grand
-qu’elle n’eftt de
+qu’elle n’eût de
-d’exception oh l’on a soil de
+d’exception où l’on a soif de
-et oh ceux
+et où ceux
-manque d’\177nergie ou d’imagination emp\177che de tirer d’eux-m\177mes un
+manque d’énergie ou d’imagination empêche de tirer d’eux-mêmes un
-de r\177novation demandent it la
+de rénovation demandent à la
-nouveau, ffit-ce du
+nouveau, fût-ce du
-une \177motion, une douleur; oh la sensibilitY, que
+une émotion, une douleur ; où la sensibilité, que
-veut r\177sonner sous
+veut résonner sous
-main, m\177me brutale, et dfit-elle en \177tre bris\177e; o/\177 la volont\177, qui
+main, même brutale, et dût-elle en être brisée ; où la volonté, qui
-droit d’\177tre livr\177e sans obstacle it ses d\177sirs, it ses
+droit d’être livrée sans obstacle à ses désirs, à ses
-les r\177nes entre
+les rênes entre
-mains d’\177v\177nements imp\177rieux, fusserit-ils cruels.
+mains d’événements impérieux, fussent-ils cruels.
-taries it la
+taries à la
-goutte /t goutte
+goutte à goutte
-le r\177servoir \177tait tr\177s long it remplir,
+le réservoir était très long à remplir,
-qu’elle efit ce l\177ger tropplein que d’autres d\177rivent dans l’activit\177 et
+qu’elle eût ce léger trop-plein que d’autres dérivent dans l’activité et
-elle \177tait incapable
+elle était incapable
-de d\177cider comment
+de décider comment
-qu’alors -- comme le d\177sir de
+qu’alors — comme le désir de
-terre b\177chamel finissait
+terre béchamel finissait
-par naitre du plaisir mgme que
+par naître du plaisir même que
-la pur\177e dont
+la purée dont
-se (( fatiguait,
+se « fatiguait »
-x6o \1774 LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU pas -- die ne tirftt de
+pas — elle ne tirât de
-domestique, limit\177 \177t la dur\177e d’un
+domestique, limité à la durée d’un
-dont elle. reconnaissait
+dont elle reconnaissait
-seraient sMutaires et
+seraient salutaires et
-pouvait d’elle-m\177me se d\177cider. Elle
+pouvait d’elle-même se décider. Elle
-aimait v\177ritablement, elle
+aimait véritablement, elle
-plaisir \177t nous pleurer; survenant \177t un moment o6 elle
+plaisir à nous pleurer ; survenant à un moment où elle
-et n’\177tait pas
+et n’était pas
-maison \177tait la
+maison était la
-incendie o6 nous avions d\177j/\177 tous pdri et
+incendie où nous avions déjà tous péri et
-plus bient6t laisser
+plus bientôt laisser
-temps d’\177chapper sans
+temps d’échapper sans
-a d/i souvent
+a dû souvent
-ses esp\177rances comme
+ses espérances comme
-et d’\177tre la stupefaction du
+et d’être la stupéfaction du
-et accabl\177e, moribonde
+et accablée, moribonde
-plus pr\177cieux de la for. cer au
+plus précieux de la forcer au
-temps \177t perdre, sans possibilit\177 d’h\177sitation \177nervante, /taller passer l’\177t\177 dans
+temps à perdre, sans possibilité d’hésitation énervante, à aller passer l’été dans
-Comme n’\177tait jamais
+Comme n’était jamais
-aucun \177v\177nement de
+aucun événement de
-elle m\177ditait cer{ainement la r\177ussite quand elle \177tait seule absorb\177e dans
+elle méditait certainement la réussite quand elle était seule absorbée dans
-qui l’e6t d\177sesp\177r\177e au
+qui l’eût désespérée au
-de r\177alisation, au
+de réalisation, au
-faits impr\177vus, de
+faits imprévus, de
-parole annongant une
+parole annonçant une
-mort r\177elle, bien diff\177rente de sa possibilit6 logique
+mort réelle, bien différente de sa possibilité logique
-plus int\177ressante, & y
+plus intéressante, à y
-des p\177rip\177ties imaginaires
+des péripéties imaginaires
-DU �OTI\177 DE CHEZ SWANN /t supposer
+à supposer
-que Fran5oise la
+que Françoise la
-recourait \177t la
+recourait à la
-le fait; habitude, quand
+le fait ; habituée, quand
-cartes, /t jouer \177t la lois son
+cartes, à jouer à la fois son
-se prononsait/t elle-mgme les excuses embarrass\177es de Fran9oise et y r\177pondait avec rant de
+se prononçait à elle-même les excuses embarrassées de Françoise et y répondait avec tant de
-entrant \177t ces moments-l\177t, la
+entrant à ces moments-là, la
-yeux \177tincelants, ses
+yeux étincelants, ses
-cheveux d\177plac\177s laissant
+cheveux déplacés laissant
-chauve. Fran5oise entendit peut-gtre parfois
+chauve. Françoise entendit peut-être parfois
-s’adressaient \177 elte et
+s’adressaient à elle et
-l’invention n’eat pas soulag\177 suffisamment
+l’invention n’eût pas soulagé suffisamment
-s’ils \177taient rest\177s /\177 l’\177tat purement immat\177riel, et
+s’ils étaient restés à l’état purement immatériel, et
-murmurant /\177 mi-voix
+murmurant à mi-voix
-leur eat donn\177 plus de r\177alit\177. Quelquefois, ce \177 spectacle
+leur eût donné plus de réalité. Quelquefois, ce « spectacle
-un lit,ne suffisait mgme pas \177t ma
+un lit » ne suffisait même pas à ma
-elle youlair faire
+elle voulait faire
-ses pi\177ces. Alors,
+ses pièces. Alors,
-portes myst\177rieusement ferm\177es, elle confiait \177 Eulalie
+portes mystérieusement fermées, elle confiait à Eulalie
-la probit\177 de Fran9oise, son
+la probité de Françoise, son
-se d\177faire d’elle,
+se défaire d’elle,
-autre lois, /t Fran9oise ses soup9ons de l’infid\177lit\177 d’Eulalie, \177 qui
+autre fois, à Françoise ses soupçons de l’infidélité d’Eulalie, à qui
-serait bient6t ferm\177e; quelques jours apres elle \177tait d\177go6t\177e de
+serait bientôt fermée ; quelques jours après elle était dégoûtée de
-et racoquin\177e avec le traitre, lesquels
+et racoquinée avec le traître, lesquels
-prochaine representation, \177changeraient leurs
+prochaine représentation, échangeraient leurs
-les soupsons que pou~ vait parlois lui
+les soupçons que pouvait parfois lui
-Eulalie n’\177taient qu’un
+Eulalie n’étaient qu’un
-maison. I1 n’en \177tait pas de mgme de
+maison. Il n’en était pas de même de
-concernaient Fran9oise, que
+concernaient Françoise, que
-tante sentaR perp\177tuellement sous le m\177me toit
+tante sentait perpétuellement sous le même toit
-elle os[t descendre \177t la
+elle osât descendre à la
-s’ils \177taient fond\177s. Peu \177 peu
+s’ils étaient fondés. Peu à peu
-chercher \177 deviner ce qu’\177t chaque
+chercher à deviner ce qu’à chaque
-pouvait Vol. I. x x
+pouvait
-I62 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU faire,
+faire,
-chercher /\177 lui cacher, Fran\177oise. Elle
+chercher à lui cacher, Françoise. Elle
-un d\177sir qu’elle
+un désir qu’elle
-l’avait d\177masqu\177e, d’un
+l’avait démasquée, d’un
-faisait p\177lir Franqoise et
+faisait pâlir Françoise et
-trouver, & enfoncer au coeur de
+trouver, à enfoncer au cœur de
-une r\177v\177lation d’Eulalie -- comme ces d&ouvertes qui
+une révélation d’Eulalie — comme ces découvertes qui
-champ insoupqonn\177 & une
+champ insoupçonné à une
-se trainait dans l’orni\177re -- prouvait /t ma
+se traînait dans l’ornière — prouvait à ma
-qu’elle \177tait dans
+qu’elle était dans
-la v\177rit& \177{ Mais Fran9oise doit
+la vérité. « Mais Françoise doit
-avez donn\177 une voiture., -\177t Que
+avez donné une voiture. » — « Que
-ai donn\177 une voiture!, s’&riait ma tante. -- \177 Ah
+ai donné une voiture ! » s’écriait ma tante. — « Ah
-l’avais rue qui
+l’avais vue qui
-en cal\177che, fi\177re comme
+en calèche, fière comme
-au march\177 de
+au marché de
-que c’\177tait Mine Octave
+que c’était Mme Octave
-avait donn& \177 Peu & peu Fran9oise et
+avait donné. » Peu à peu Françoise et
-la bgte et
+la bête et
-de t\177cher de pr\177venir les
+de tâcher de prévenir les
-Ma m\177re craignait
+Ma mère craignait
-se d\177veloppftt chez Fran9oise une v\177ritable haine
+se développât chez Françoise une véritable haine
-En tout cas Fran9oise attachait
+En tous cas Françoise attachait
-chose \177 lui
+chose à lui
-elle h\177sitait longtemps
+elle hésitait longtemps
-la mani\177re dont
+la manière dont
-avait prof\177r\177 sa requite, elle
+avait proféré sa requête, elle
-tante g la d\177rob\177e, fitchant de
+tante à la dérobée, tâchant de
-avait pens\177 et d\177ciderait. Et ainsi -- tandis
+avait pensé et déciderait. Et ainsi — tandis
-les Mfimoires du xvHe si&le, et d\177sirant de
+les Mémoires du XVIIe siècle, et désirant de
-DU COT2\177 DE CHEZ SWANN x63 cette
+cette
-une gbn\177alogie qui
+une généalogie qui
-tourne prbcis\177ment. le dos \177 ce qu’il ale tort
+tourne précisément le dos à ce qu’il a le tort
-par consequent mortes -- une
+par conséquent mortes — une
-faisait qu’o.b\177ir sinc\177r\177ment \177 d’irr\177sistibles manies et /\177 une m&hancet\177 n\177e de l’oisivetb, voyait
+faisait qu’obéir sincèrement à d’irrésistibles manies et à une méchanceté née de l’oisiveté, voyait
-jamais pensb /t Louis
+jamais pensé à Louis
-sa journ\177e, concernant
+sa journée, concernant
-son d\177ieuner, son
+son déjeuner, son
-leur singularit\177 despotique
+leur singularité despotique
-de l’int\177r\177t de
+de l’intérêt de
-la (( m&anique )) de
+la « mécanique » de
-vie & Versailles,
+vie à Versailles,
-physionomie, btaient de
+physionomie, étaient de
-de Fran9oise l’objet
+de Françoise l’objet
-aussi passionn\177, aussi
+aussi passionné, aussi
-que l’\177taient le
+que l’étaient le
-ou mgme les
+ou même les
-au d\177tour d’une allbe, /t Versailles. Un dimanche oh ma
+au détour d’une allée, à Versailles. Un dimanche, où ma
-visite simultanbe du curb et
+visite simultanée du curé et
-et s’\177tait ensuite reposbe, nous btions tous months lui
+et s’était ensuite reposée, nous étions tous montés lui
-ses condol\177ances sur
+ses condoléances sur
-visiteurs \177 la m\177me heure: --Je sais
+visiteurs à la même heure : — Je sais
-mal arrang\177es tant6t, L\177onie, lui
+mal arrangées tantôt, Léonie, lui
-monde /\177 la
+monde à la
-interrompit par: ((Abondance de biens..., car
+interrompit par : « Abondance de biens... » car
-fille \177tait malade
+fille était malade
-lui presentant toujours
+lui présentant toujours
-bon c6t& Mais mon p\177re prenant la parole: -- Je
+bon côté. Mais mon père prenant la parole : — Je
-est r\177unie pour
+est réunie pour
-un r\177cit sans
+un récit sans
-\17764 \1771 L\177I RECHERCH� DU TEMPS PERDU avoir
+avoir
-le recommencer/\177 chacun.
+le recommencer à chacun.
-soyons f&ches avec Legrandin: il m’a /\177 peine
+soyons fâchés avec Legrandin : il m’a à peine
-ce marin. Je
+ce matin. Je
-le recit de mon p\177re, car j’\177tais justement
+le récit de mon père, car j’étais justement
-lui apres la
+lui après la
-avions rencontre M.
+avions rencontré M.
-descendis /\177 la
+descendis à la
-du diner qui tousles jours
+du dîner qui tous les jours
-m’excitait \177t la fa5on d’un
+m’excitait à la façon d’un
-de f\177te. Comme
+de fête. Comme
-avait passe pros de
+avait passé près de
-de l’eglise, marchant/\177 c6t\177 d’une ch/itelaine du
+de l’église, marchant à côté d’une châtelaine du
-mon p\177re avait
+mon père avait
-un smut \177 la lois amical et reserve, sans
+un salut à la fois amical et réservé, sans
-nous arr\177tions; M.
+nous arrêtions ; M.
-avait \177 peine r\177pondu, d’un air etonne, cornroe s’il
+avait à peine répondu, d’un air étonné, comme s’il
-regard particuli\177re aux
+regard particulière aux
-pas \177tre aimables
+pas être aimables
-subitement prolong\177 de
+subitement prolongé de
-et /\177 une
+et à une
-distance qu’elles. se
+distance qu’elles se
-de t\177te minuscule
+de tête minuscule
-le proportionnet \177 vos
+le proportionner à vos
-Legrandin etait une
+Legrandin était une
-et consideree; il
+et considérée ; il
-pouvait \177tre question qu’il \177t en
+pouvait être question qu’il fût en
-et g\177ne d’\177tre surpris,
+et gêné d’être surpris,
-mon p\177re se demandair comment
+mon père se demandait comment
-pu m\177contenter Legrandin. {\177 Je
+pu mécontenter Legrandin. « Je
-savoir f&che, dit mon p\177re, qu’au
+savoir fâché, dit mon père, qu’au
-gens endimanch\177s il
+gens endimanchés il
-peu appr\177te, de
+peu apprêté, de
-presque ingenu qui est tout/\177 fait sympathique. \177 Mais
+presque ingénu qui est tout à fait sympathique. » Mais
-famille fur unanimement
+famille fut unanimement
-mon p\177re s’etait fait une idee ou. que Legrandin, /\177 ce moment-l/L \177tait absorb\177
+mon père s’était fait une idée, ou que Legrandin, à ce moment-là, était absorbé
-DU COTI\177 DE CHEZ $WANN x6 5 par quelque penske. D’ailleurs
+par quelque pensée. D’ailleurs
-mon p\177re rut dissip\177e d\177s le
+mon père fut dissipée dès le
-nous aperqfimes pros du
+nous aperçûmes près du
-qui \177 cause des f\177tes restait
+qui à cause des fêtes restait
-jours \177t Combray. I1 vint a nous
+jours à Combray. Il vint à nous
-main tendue: t\177 Connaissez-vous,
+main tendue : « Connaissez-vous,
-Paul Desjardins: Les
+Paul Desjardins : Les
-sont d\177’\177 noirs, le cid est
+sont déjà noirs, le ciel est
-n’avez peut-gtre jamais
+n’avez peut-être jamais
-mon enfant; aujourd’hui
+mon enfant ; aujourd’hui
-en fr\177re pr\177cheur, mais
+en frère prêcheur, mais
-Les bols sont ddid noirs, le �iel est
+Les bois sont déjà noirs, le ciel est
-jeune ami; et m\177me \177 l’heure,
+jeune ami ; et même à l’heure,
-maintenant, oil les
+maintenant, où les
-sont d\177j\177 noirs, o/a la
+sont déjà noirs, où la
-tombe rite, vous vous consoterez comme
+tombe vite, vous vous consolerez comme
-du c6t\177 du ciel., I1 sortit
+du côté du ciel. » Il sortit
-les yeux/l l’horizon. {{ Adieu, les tamarades \177, nous
+les yeux à l’horizon, « Adieu, les camarades », nous
-quitta. A cette heure oil je
+quitta. À cette heure où je
-le diner \177tait d\177j\177 commence, et Fran\177oise, ..commandant aux
+le dîner était déjà commencé, et Françoise, commandant aux
-nature alevenues ses
+nature devenues ses
-les f\177eries oil les g\177ants se
+les féeries où les géants se
-donnait /l la
+donnait à la
-terre \177 \177tuver et
+terre à étuver et
-finir \177 point
+finir à point
-les chefs-d’ceuvre culinaires d’abord prepares dans des r\177cipients de c\177ramistes qui
+les chefs-d’œuvre culinaires d’abord préparés dans des récipients de céramistes qui
-grandes cures, marmites,
+grandes cuves, marmites,
-et poissonni\177res, aux
+et poissonnières, aux
-le glbier, mottles \177 p\177tisserie et
+le gibier, moules à pâtisserie et
-de cr\177me,
+de crème,
-166 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU en
+en
-collection compl&te de
+collection complète de
-Je m’arr\177tais \177 voir
+Je m’arrêtais à voir
-table, oi\177 la
+table, où la
-cuisine yenair de les \177cosser, les
+cuisine venait de les écosser, les
-pois align\177s et nombr\177s comme
+pois alignés et nombrés comme
-un jeu; mais
+un jeu ; mais
-ravissement \177tait derant les asperges, tremp\177es d’outre-mer
+ravissement était devant les asperges, trempées d’outre-mer
-dont l’\177pi, finement pignoch\177 de
+dont l’épi, finement pignoché de
-se d\177grade insensiblement
+se dégrade insensiblement
-pied -- encore souill\177 pourrant du
+pied — encore souillé pourtant du
-plant -- par
+plant — par
-nuances c\177lestes trahissaient les d\177licieuses creatures qui s’\177taient amus\177es & se m\177tamorphoser en l\177gumes et qui, \177 travers le d\177guisement de
+nuances célestes trahissaient les délicieuses créatures qui s’étaient amusées à se métamorphoser en légumes et qui, à travers le déguisement de
-ces \177bauches d’arc-en~ciel, en
+ces ébauches d’arc-en-ciel, en
-essence pr\177cieuse que
+essence précieuse que
-un diner oh j’en avais mang\177, elles
+un dîner où j’en avais mangé, elles
-dans leurs farces po\177tiques et grossi&res comme une f\177erie de Shakespeare, \177 changer
+dans leur farces poétiques et grossières comme une féerie de Shakespeare, à changer
-pauvre CharitY-de Giotto,
+pauvre Charité de Giotto,
-Swann, charg\177e par Fran9oise de les \177 plumer ,, les avait pros d’elle
+Swann, chargée par Françoise de les « plumer », les avait près d’elle
-air \177tait douloureux,
+air était douloureux,
-ressentait tousles malheurs
+ressentait tous les malheurs
-la terre; et les l\177g&res couronnes
+la terre ; et les légères couronnes
-rose \177taient finement dessinges, \177toile par \177toile, comme
+rose étaient finement dessinées, étoile par étoile, comme
-fleurs band\177es autour
+fleurs bandées autour
-ou piqu\177es dans
+ou piquées dans
-cependant, Fran9oise tournait i la
+cependant, Françoise tournait à la
-en r6tir, qui avaient port\177 loin
+en rôtir, qui avaient porté loin
-ses m\177rites, et
+ses mérites, et
-servait i table, faisaient prgdominer la
+servait à table, faisaient prédominer la
-conception spgciale de
+conception spéciale de
-DU COTt\177 DE CHEZ $WANN I6 7 caract\177re, l’arome de
+caractère, l’arôme de
-tendre n’\177tant pour
+tendre n’étant pour
-jour oR, pendant
+jour où, pendant
-mon p\177re consultair le
+mon père consultait le
-descendis i la cuisine, \177tait un
+descendis à la cuisine, était un
-ceux o(t la Charit\177 de Giotto, tr\177s malade
+ceux où la Charité de Giotto, très malade
-accouchement r\177cent, ne
+accouchement récent, ne
-se lever; Fran9oise, n’\177tant’ plus aidbe, \177tait en
+se lever ; Françoise, n’étant plus aidée, était en
-elle \177tait en
+elle était en
-dans l’arri\177re-cuisine qui
+dans l’arrière-cuisine qui
-sa r\177sistance d\177sesp\177r\177e et bien naturelie, mais accompagn\177e par Fran9oise hors
+sa résistance désespérée et bien naturelle, mais accompagnée par Françoise hors
-cherchait \177 lui
+cherchait à lui
-de \177 sale b\177te ! sale b\177te ! ,, mettait
+de « sale bête ! sale bête ! », mettait
-en lumi\177re qu’il n’efit fait, au diner du
+en lumière qu’il n’eût fait, au dîner du
-peau brod\177e d’or
+peau brodée d’or
-jus pr\177cieux \177goutt\177 d’un
+jus précieux égoutté d’un
-mort, Franqoise recueillit
+mort, Françoise recueillit
-de col\177re, et
+de colère, et
-une dernitre fois: (\177 Sale b\177te !, Je
+une dernière fois : « Sale bête ! » Je
-tout tremblant; j’aurais
+tout tremblant ; j’aurais
-qu’on mit Fran\177oise tout
+qu’on mît Françoise tout
-suite \177 la
+suite à la
-qui m’efit fait
+qui m’eût fait
-du caf\177 aussi parfume, et m\177me... ces
+du café aussi parfumé, et même... ces
-en r\177alit\177, ce lache calcul,
+en réalité, ce lâche calcul,
-eu \177 le
+eu à le
-tante L\177onie savait -- ce
+tante Léonie savait — ce
-encore -- que Franqoise qui,
+encore — que Françoise qui,
-aurait donn\177 sa
+aurait donné sa
-plainte, \177tait pour d’autres \177tres d’une duret\177 singuli\177re. Malgr\177 cela
+plainte, était pour d’autres êtres d’une dureté singulière. Malgré cela
-l’avait gard\177e, car
+l’avait gardée, car
-sa cruaut\177, elle appr\177ciait son
+sa cruauté, elle appréciait son
-Je m’aper9us peu \177 peu
+Je m’aperçus peu à peu
-de Franqoise cachaient des tragedies d’arri\177re-cuisine, comme l’histoire d\177couvre que
+de Françoise cachaient des tragédies d’arrière-cuisine, comme l’histoire découvre que
-168 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU r\177gne des
+règne des
-sont reprisentis les
+sont représentés les
-des \177glises, furent marqu\177s d’incidents sangiants. Je
+des églises, furent marqués d’incidents sanglants. Je
-sa parent\177, les
+sa parenté, les
-sa piti\177 par
+sa pitié par
-plus \1771oign\177s d’elle.
+plus éloignés d’elle.
-tarissaient rite si
+tarissaient vite si
-se repr\177senter la
+se représenter la
-en \177tait Fobjet d’une fa\177on un peu precise. Une
+en était l’objet d’une façon un peu précise. Une
-cuisine, cetle-ci fut
+cuisine, celle-ci fut
-d’atroces coliques: maman
+d’atroces coliques : maman
-et r\177veilla Fran\177oise qui, insensible, d\177clara que
+et réveilla Françoise qui, insensible, déclara que
-cris \177taient une combdie, qu’elle voulait c\177faire la maitresse )\177. Le m\177decin, qui
+cris étaient une comédie, qu’elle voulait « faire la maîtresse ». Le médecin, qui
-de m\177decine que
+de médecine que
-avions, & la page oh elles sont d\177crites et oh il
+avions, à la page où elles sont décrites et où il
-soins /i donner. Ma m\177re envoya Fran9oise chercher
+soins à donner. Ma mère envoya Françoise chercher
-heure Fran9oise n’\177tait pas revenue; ma m\177re indign\177e crut qu’elle s’\177tait recouch\177e et
+heure Françoise n’était pas revenue ; ma mère indignée crut qu’elle s’était recouchée et
-voir moi-m\177me dans la biblioth\177que. J’y trouvai Fran\177oise qui,
+voir moi-même dans la bibliothèque. J’y trouvai Françoise qui,
-pas. A chaque sympt6me douloureux mentionn\177 par
+pas. À chaque symptôme douloureux mentionné par
-du traitS, elle s’&riait: \177 H\177 l/l! Sainte
+du traité, elle s’écriait : « Hé là ! Sainte
-malheureuse creature humaine ? H\177 !
+malheureuse créature humaine ? Hé !
-pauvre !, Mais d\177s que
+pauvre ! » Mais dès que
-l’eus appel\177e et
+l’eus appelée et
-revenue pr&s du tit de la Charit\177 de
+revenue près du lit de la Charité de
-larmes cess\177rent aussit6t de couler; elle
+larmes cessèrent aussitôt de couler ; elle
-put reconna\177tre
+put reconnaître
-DU COT.\177 DE �HEZ $WANN \17769 ni cette agraable sensation de piti\177 et
+ni cette agréable sensation de pitié et
-souvent donn\177e, ni
+souvent donnée, ni
-de m\177me famille; dans
+de même famille ; dans
-de s’\177tre levee au
+de s’être levée au
-et \177 la
+et à la
-des m\177mes ’souffrances dont
+des mêmes souffrances dont
-humeur, mgme d’affreux
+humeur, même d’affreux
-nous \177tions partis
+nous étions partis
-ne pourions plus l’entendre: c\177 Elle n’avait qu’/l ne
+ne pouvions plus l’entendre : « Elle n’avait qu’à ne
-pour \177a t 9a lui
+pour ça ! ça lui
-de mani\177res maintenant
+de manières maintenant
-de m\177me qu’un gar5on ait \177t\177 abandonn\177 du
+de même qu’un garçon ait été abandonné du
-avec fa. Ah I c’est bien cornme on
+avec ça. Ah ! c’est bien comme on
-pauvre m\177re: c( Qui
+pauvre mère : « Qui
-s’amourose II lui parMt une rose. Si,
+s’amourose Il lui paraît une rose. » Si,
-son petit-ills \177tait un peu enrhum\177 du
+son petit-fils était un peu enrhumé du
-nuit, m\177me malade,
+nuit, même malade,
-se toucher, pour
+se coucher, pour
-lieues \177 pied
+lieues à pied
-afin d’\177tre rentr\177e pour
+afin d’être rentrée pour
-ce m\177me amour
+ce même amour
-son d\177sir d’assurer
+son désir d’assurer
-politique \177 l’\177gard des
+politique à l’égard des
-domestiques pai une
+domestiques par une
-qu’elle mettaR d’ailleurs
+qu’elle mettait d’ailleurs
-d’orgueil /lne laisser
+d’orgueil à ne laisser
-personne, pr\177f\177rant, quand elle-m\177me \177tait malade,
+personne, préférant, quand elle-même était malade,
-Vichy plut6t que
+Vichy plutôt que
-permettre l’acc&s de
+permettre l’accès de
-sa maltresse \177 la
+sa maîtresse à la
-cet hym\177nopt&re observ\177 par
+cet hyménoptère observé par
-la gu\177pe fouisseuse,
+la guêpe fouisseuse,
-petits apres sa
+petits après sa
-x7o A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU fraiche g manger,
+fraîche à manger,
-sa cruaut\177 et, ayant captur\177 des charan9ons et des araign\177es, leur
+sa cruauté et, ayant capturé des charançons et des araignées, leur
-nerveux d’o(t d\177pend le
+nerveux d’où dépend le
-des patres, mais
+des pattes, mais
-de fa5on que l’insecte paralys\177 pros duquel elle d\177pose ses ceufs, fournisse
+de façon que l’insecte paralysé près duquel elle dépose ses œufs, fournisse
-elles \177cloront un
+elles écloront un
-de r\177sistance, mais nullement faisand\177, Fran\177oise trouvait
+de résistance, mais nullement faisandé, Françoise trouvait
-sa volont\177 permanente
+sa volonté permanente
-intenable & tout
+intenable à tout
-des ann\177es plus. tard, nous apprlmes que sicet \177td-l& nous avions mang\177 presque tousles jours
+des années plus tard, nous apprîmes que si cet été-là nous avions mangé presque tous les jours
-asperges, c’\177tait parce
+asperges, c’était parce
-donnait & la
+donnait à la
-cuisine charg\177e de les \177plucher des
+cuisine chargée de les éplucher des
-fut oblig\177e de
+fut obligée de
-aller. H\177las! nous devions d\177finitivement changer
+aller. Hélas ! nous devions définitivement changer
-Pont-Vieux apres laquelle mon p\177re avait dfi confesser
+Pont-Vieux après laquelle mon père avait dû confesser
-qu’avec le’ soleil
+qu’avec le soleil
-peu sacr\177 entrait dans l’\177glise que M me Goupil, M me Percepied
+peu sacré entrait dans l’église que Mme Goupil, Mme Percepied
-tout \177 l’heure, \177 mon arriv\177e un
+tout à l’heure, à mon arrivée un
-retard, \177taient rest\177es les yeux absorbks dans leur pri&re et
+retard, étaient restées les yeux absorbés dans leur prière et
-j’aurais m\177me pu
+j’aurais même pu
-en m\177me temps,
+en même temps,
-n’avaient repouss\177 l\177g\177rement le
+n’avaient repoussé légèrement le
-qui m’emp\177chait de
+qui m’empêchait de
-chaise) commengaient \177 s’entretenir
+chaise) commençaient à s’entretenir
-nous \177t haute
+nous à haute
-nous \177tions d\177j\177 sur
+nous étions déjà sur
-nous vlmes sur
+nous vîmes sur
-seuil br\177lant du
+seuil brûlant du
-tumulte bariol\177 du march,, Legrandir;, que
+tumulte bariolé du marché, Legrandin, que
-l’avions derni\177rement rencontr\177 \177tait en
+l’avions dernièrement rencontré était en
-de presenter
+de présenter
-DU �0T1\177 DE CHEZ $WANN /t la
+à la
-autre gros. propri\177taire terrien
+autre gros propriétaire terrien
-un z\177le extraordinaires; il
+un zèle extraordinaires ; il
-en arri\177re, qui
+en arrière, qui
-au del\177 de
+au delà de
-de d\177part et qu’avait d6 lui
+de départ et qu’avait dû lui
-sa sceur, M me de
+sa sœur, Mme de
-et muscl\177e la troupe de
+et musclée la croupe de
-si charnue; et
+si charnue ; et
-pure mati\177re, ce
+pure matière, ce
-de spiritualit\177 et
+de spiritualité et
-en tempgte, \177veill\177rent tout
+en tempête, éveillèrent tout
-la possibilit\177 d’un
+la possibilité d’un
-tout different de
+tout différent de
-chose \177t son
+chose à son
-qu’il aliait iusqu’\177 la
+qu’il allait jusqu’à la
-et d\177vou\177e que la presentation avait marqube sur
+et dévouée que la présentation avait marquée sur
-de r\177ve, il
+de rêve, il
-se hf\177tant et,
+se hâtant et,
-deux \177paules oscillaient
+deux épaules oscillaient
-l’air rant il
+l’air tant il
-abandonnait enti\177rement en
+abandonnait entièrement en
-reste, d’\177tre le iouet inerte et m\177canique du
+reste, d’être le jouet inerte et mécanique du
-Cependant, no.us sortions
+Cependant, nous sortions
-passer \177t c6t\177 de
+passer à côté de
-il \177tait trop bien \177lev\177 pour d\177tourner la tgte, mais
+il était trop bien élevé pour détourner la tête, mais
-soudain charg\177 d’une r\177verie profonde
+soudain chargé d’une rêverie profonde
-si \1771oign\177 de
+si éloigné de
-pas \177 nous
+pas à nous
-restait ing\177nu au-dessus
+restait ingénu au-dessus
-veston soupie et
+veston souple et
-sentir fourvoy\177 malgr\177 lui
+sentir fourvoyé malgré lui
-luxe d\177test\177. Et une lavalli\177re /t pois
+luxe détesté. Et une lavallière à pois
-continuait \177t flotter
+continuait à flotter
-comme l’\177tendard de son tier isolement
+comme l’étendard de son fier isolement
-x7 2 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU noble ind\177pendance. Au moment oh nous arrivions a la
+noble indépendance. Au moment où nous arrivions à la
-maman s’aper\177ut qu’on avait oubli\177 le saint-honor\177 et demanda a mon p\177re de
+maman s’aperçut qu’on avait oublié le saint-honoré et demanda à mon père de
-qu’on l’apportat tout
+qu’on l’apportât tout
-Nous croisames pros de l’\177glise Legrandin
+Nous croisâmes près de l’église Legrandin
-la m\177me dame a sa voiture. I1 passa
+la même dame à sa voiture. Il passa
-parler a sa volsine, et
+parler à sa voisine, et
-son ceil bleu
+son œil bleu
-sorte int\177rieur aux paupi\177res et qui, n’int\177ressant pas
+sorte intérieur aux paupières et qui, n’intéressant pas
-parfaitement inaper\177u de son interlocutrice; mais, cherchant a compenser par l’intensit\177 du
+parfaitement inaperçu de son interlocutrice ; mais, cherchant à compenser par l’intensité du
-peu \177troit oh il
+peu étroit où il
-nous \177tait affect\177 il fit p\177tiller tout Fentrain de
+nous était affecté il fit pétiller tout l’entrain de
-bonne grace qui d\177passa l’enjouement,
+bonne grâce qui dépassa l’enjouement,
-la malice; il
+la malice ; il
-de l’amabilit\177 jusqu’aux
+de l’amabilité jusqu’aux
-aux myst&res de la complicit\177; et
+aux mystères de la complicité ; et
-assurances d’amiti\177 jusqu’aux
+assurances d’amitié jusqu’aux
-tendresse, jusqu’a la d\177claration d’amour,
+tendresse, jusqu’à la déclaration d’amour,
-langueur secrete et invisible a la chatelaine, une prunelle \177namour\177e dans
+langueur secrète et invisible à la châtelaine, une prunelle énamourée dans
-glace. I1 avait pr\177cis\177ment demand\177 la veille ames parents
+glace. Il avait précisément demandé la veille à mes parents
-m’envoyer diner ce soir-la avec lui: (r Venez
+m’envoyer dîner ce soir-là avec lui : « Venez
-ami, m’avaitil dit.
+ami, m’avait-il dit.
-pays oh nous
+pays où nous
-du Iointain de
+du lointain de
-j’ai traverses moi
+j’ai traversés moi
-des ann\177es. Venez
+des années. Venez
-la primev\177re, la
+la primevère, la
-le s\177dum dont. est
+le sédum dont est
-la R\177surrection, la paquerette et
+la Résurrection, la pâquerette et
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN 173 jardins
+jardins
-commence /t embaumer
+commence à embaumer
-les allies de
+les allées de
-les dernitres boules
+les dernières boules
-des giboul\177es de P/lques. Venez
+des giboulées de Pâques. Venez
-glorieuse vgture de soie dulis digne
+glorieuse vêture de soie du lis digne
-et l’\177mail polychrome des pens\177es, mais
+et l’émail polychrome des pensées, mais
-brise fralche encore des dernitres gel\177es et
+brise fraîche encore des dernières gelées et
-ce marin attendent \177 la
+ce matin attendent à la
-la premiere rose de J\177rusalem. \177 On se demandair /l la
+la première rose de Jérusalem. » On se demandait à la
-de m6me diner avec
+de même dîner avec
-ma grand’m\177re refusa
+ma grand’mère refusa
-qu’il efit \177te impoli. , Vous reconnaissez vous-m\177me qu’il vient 1/l avec
+qu’il eût été impoli. « Vous reconnaissez vous-même qu’il vient là avec
-tenue simple
+tenue toute simple
-n’est gu\177re celle
+n’est guère celle
-mondain. \177 Elle d\177clarait qu’en tout cas, et \177 tout
+mondain. » Elle déclarait qu’en tous cas, et à tout
-l’avait eta, mieux
+l’avait été, mieux
-s’en \177tre apercu. A vrai
+s’en être aperçu. À vrai
-mon p\177re lui-mgme, qui \177tait pourrant le plus irrit\177 contre
+mon père lui-même, qui était pourtant le plus irrité contre
-gardait peut-gtre un
+gardait peut-être un
-qu’elle comportair. Elle etait comme route attitude
+qu’elle comportait. Elle était comme toute attitude
-action oh se r\177v\177le le caract\177re profond et cach\177 de quelqu’un: elle
+action où se révèle le caractère profond et caché de quelqu’un : elle
-pas /\177 ses paroles anterieures, nous
+pas à ses paroles antérieures, nous
-le t\177moignage du
+le témoignage du
-n’avouera pas; nous
+n’avouera pas ; nous
-sommes r\177duits /t celui
+sommes réduits à celui
-souvenir isol\177 et incoherent, s’ils
+souvenir isolé et incohérent, s’ils
-pas \177t\177 le
+pas été le
-d’une illusion; de
+d’une illusion ; de
-Je dtnai avec
+Je dînai avec
-sur la terrasse; il
+sur sa terrasse ; il
-de lune: \177( I1 y
+de lune : « Il y
-jolie qualite de
+jolie qualité de
-me dit-il; aux cceurs blessks comme
+me dit-il ; aux cœurs blessés comme
-tard pretend que
+tard prétend que
-vous \177tes bien
+vous êtes bien
-encore oh
+encore où
-x74 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU les
+les
-ne tol\177rent plus qu’une lumi\177re, celle
+ne tolèrent plus qu’une lumière, celle
-celle-ci prbpare et
+celle-ci prépare et
-avec l’obscuritb, o\177 les
+avec l’obscurité, où les
-plus \177couter de
+plus écouter de
-la trite du silence. )\177 J’&outais les
+la flûte du silence. » J’écoutais les
-si agr\177ables; mais troublb par
+si agréables ; mais troublé par
-j’avais aper\177ue derni\177rement pour la premiere fois,
+j’avais aperçue dernièrement pour la première fois,
-Legrandin btait lib avec plusieurs personnalitbs aristocratiques
+Legrandin était lié avec plusieurs personnalités aristocratiques
-que peut~0tre il
+que peut-être il
-lui dis: \177(Est-ce que
+lui dis : « Est-ce que
-les chatelaines de
+les châtelaines de
-? ,, heureux
+? », heureux
-en prononsant ce
+en prononçant ce
-de prendfe sur
+de prendre sur
-mon r\177ve et
+mon rêve et
-Mais \177t ce
+Mais à ce
-se richer une
+se ficher une
-venaient d’0tre perc6s par
+venaient d’être percés par
-la prunelie r\177agissait en sbcr\177tant des riots d’azur.
+la prunelle réagissait en sécrétant des flots d’azur.
-sa paupi&re noircit,
+sa paupière noircit,
-bouche marqube d’un
+bouche marquée d’un
-plus rite sourit,
+plus vite sourit,
-est h\177rissb de fl&ches: \177 Non,
+est hérissé de flèches : « Non,
-pas \177, dit-il,
+pas », dit-il,
-donner gun renseignement
+donner à un renseignement
-simple, g une rbponse aussi
+simple, à une réponse aussi
-le d\177bita en
+le débita en
-la tote, & la
+la tête, à la
-pour 0tre cru, & une
+pour être cru, à une
-invraisemblable -- comme sice fait qu’il.ne connfit pas les Guermanres ne pouvait 0tre l’effet
+invraisemblable — comme si ce fait qu’il ne connût pas les Guermantes ne pouvait être l’effet
-singulier -- et
+singulier — et
-pas faire une
+pas taire une
-DU COTI2 DE CHEZ SI, VANN \17775 p\177nible, pr\177f\177re la
+pénible, préfère la
-autres l’id6e que
+autres l’idée que
-facile, agraable, spontan\177, que
+facile, agréable, spontané, que
-situation elle-m\177me -- l’absence
+situation elle-même — l’absence
-Guermantes -- pourrait
+Guermantes — pourrait
-avoir \177t\177 non
+avoir été non
-lui, r\177sulter de
+lui, résulter de
-ou vceu mystique
+ou vœu mystique
-interdisant nomm\177ment la fr\177quen~ .tation des Guermantes. \177 Non,
+interdisant nommément la fréquentation des Guermantes. « Non,
-n’ai ]amais voulu,
+n’ai jamais voulu,
-tenu \177 sauvegarder
+tenu à sauvegarder
-pleine ind\177pendance; au
+pleine indépendance ; au
-une t\177te iacobine, vous
+une tête jacobine, vous
-venus \177 la
+venus à la
-me � � disait
+me disait
-aller \177 Guermantes,
+aller à Guermantes,
-Mais voil/\177 une r\177putation qui
+Mais voilà une réputation qui
-si vraie! Au
+si vraie ! Au
-quelques \177glises, deux
+quelques églises, deux
-livres, /\177 peine
+livres, à peine
-apporte jusqu’\177 moi
+apporte jusqu’à moi
-vieilles prunelies ne
+vieilles prunelles ne
-plus. \177 Je
+plus. » Je
-ne connalt pas, il \177t n\177cessaire de tenir \177 son ind\177pendance, et
+ne connaît pas, il fût nécessaire de tenir à son indépendance, et
-l’air d’un’ sauvage
+l’air d’un sauvage
-Legrandin n’\177t\177ait pas tout \177 fait v\177ridique quand
+Legrandin n’était pas tout à fait véridique quand
-les \177glises, le
+les églises, le
-la jeunesse; il aimait beaucou p les
+la jeunesse ; il aimait beaucoup les
-des chftteaux et
+des châteaux et
-pris derant eux
+pris devant eux
-leur d\177plaire qu’il
+leur déplaire qu’il
-des ills de
+des fils de
-change, pr\177f\177rant, si la v\177rit\177 devait se d\177couvrir, que ce f6t en
+change, préférant, si la vérité devait se découvrir, que ce fût en
-et \177{ par d\177faut,; il \177tait snob.
+et « par défaut » ; il était snob.
-ne disair jamais
+ne disait jamais
-I7 6 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU rien
+rien
-et moi-m\177me nous
+et moi-même nous
-si ]e demandais: \177 Connaissez-vous
+si je demandais : « Connaissez-vous
-? \177), Legrandin
+? », Legrandin
-causeur r6pondait: e Non
+causeur répondait : « Non
-n’ai ]amais voulu les connaltre. \177 l\177Ialheureusement il
+n’ai jamais voulu les connaître. » Malheureusement il
-le r\177pondait qu’en
+le répondait qu’en
-ce Legrandin-l\177 savait
+ce Legrandin-là savait
-le n6tre, sur
+le nôtre, sur
-avait d\177]/i r\177pondu par la ’ blessure
+avait déjà répondu par la blessure
-la gravit6 excessive
+la gravité excessive
-la r\177ponse, par
+la réponse, par
-mille fl\177ches dont
+mille flèches dont
-Legrandin s’\177tait trouv\177 en
+Legrandin s’était trouvé en
-instant lard\177 et alangui, cornroe un saint S\177bas4 tien du snobisme: \177 H\177las I que
+instant lardé et alangui, comme un saint Sébastien du snobisme : « Hélas ! que
-faites real 1 non ]e ne
+faites mal ! non je ne
-ne r\177veillez pas
+ne réveillez pas
-vie. \177 Et
+vie. » Et
-Legrandin maitre chanteur,
+Legrandin maître chanteur,
-prompt, compos\177 de
+prompt, composé de
-appelle (\177 r\177flexes , quand
+appelle « réflexes », quand
-avait d\177]\177 parl\177 et
+avait déjà parlé et
-se d\177soler de
+se désoler de
-les r\177v\177lations de
+les révélations de
-avaient dfx produire,
+avaient dû produire,
-la pallJer. Et
+la pallier. Et
-que hi. Legrandin ne ffit pas sincere quand
+que M. Legrandin ne fût pas sincère quand
-au tooins par lui-m\177me, qu’il le fat, puisque
+au moins par lui-même, qu’il le fût, puisque
-connaissons ]amais que
+connaissons jamais que
-arrivons \177 savoir des n6tres, ce
+arrivons à savoir des nôtres, ce
-d’une fa9on seconde,
+d’une façon seconde,
-plus d\177cents. Jamais
+plus décents. Jamais
-D[I COTI\177 DE �HEZ SI4/ANN 177 I1 chargeair l’imagination
+Il chargeait l’imagination
-faire apparaitre cette
+faire apparaître cette
-comme par6e de
+comme parée de
-les grftces. Legrandin
+les grâces. Legrandin
-de c\177der \177t cet
+de céder à cet
-les inf/imes snobs.
+les infâmes snobs.
-en \177tait un; car grace/\177 l’incapacit\177 oh ils \177taient de
+en était un ; car grâce à l’incapacité où ils étaient de
-travail interm\177diaire de
+travail intermédiaire de
-l’autre l’activit\177 mondaine
+l’autre l’activité mondaine
-Legrandin etsa cause premiere. Maintenant, \177 la
+Legrandin et sa cause première. Maintenant, à la
-lui s’\177taient fort espac\177es. Maman
+lui s’étaient fort espacées. Maman
-flagrant d\177lit du p\177ch\177 qu’il
+flagrant délit du péché qu’il
-pas, qu’il’continuait \177 appeler le p\177ch\177 sans r\177mission, le
+pas, qu’il continuait à appeler le péché sans rémission, le
-Mon p\177re, lui,
+Mon père, lui,
-peine \177 prendre les d\177dains de
+peine à prendre les dédains de
-de d\177tachement et de ga\177t\177; et
+de détachement et de gaîté ; et
-une annie \177 m’envoyer
+une année à m’envoyer
-vacances /\177 Balbec
+vacances à Balbec
-ma grand’m\177re, il dit: \177 I1 faut
+ma grand’mère, il dit : « Il faut
-que j’amnonce /l Legrandin
+que j’annonce à Legrandin
-irez /\177 Balbec,
+irez à Balbec,
-sa sceur. I1 ne doit passe souvenir
+sa sœur. Il ne doit pas se souvenir
-demeurait /\177 deux kilom\177tres de 1\177. \177 Ma grand’m\177re qui
+demeurait à deux kilomètres de là. » Ma grand’mère qui
-faut \177tre du
+faut être du
-plage /\177 humer
+plage à humer
-doit connaltre personne,
+doit connaître personne,
-marin, demandair au
+marin, demandait au
-ne parlftt pas
+ne parlât pas
-projets \177 Legrandin, voyant d\177j\177t sa sceur, M \177e de Cambremer, d\177barquant \177t l’h6tel au moment oh nous
+projets à Legrandin, voyant déjà sa sœur, Mme de Cambremer, débarquant à l’hôtel au moment où nous
-d’aller /\177 la p\177che’ et nous for\177ant \177 rester enferm\177s pour
+d’aller à la pêche et nous forçant à rester enfermés pour
-pensant /\177 part
+pensant à part
-danger n’\177tait pas si menasant, que
+danger n’était pas si menaçant, que
-si press\177 de
+si pressé de
-mettre Vol. I. x2
+mettre
-178 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU en
+en
-sa seeur. Or,
+sa sœur. Or,
-qu’on efit besoin
+qu’on eût besoin
-ce fur lui-m\177me, Legrandin,
+ce fut lui-même, Legrandin,
-se dourant pas
+se doutant pas
-l’intention d’&ller de ce c6t\177, vint
+l’intention d’aller de ce côté, vint
-le pi\177ge un soir oh nous le rencontr&mes au
+le piège un soir où nous le rencontrâmes au
-Vivonne. -- I1 y
+Vivonne. — Il y
-dit-il \177 mon p\177re, un
+dit-il à mon père, un
-floral qu’a\177~ rien, un
+floral qu’aérien, un
-de cintraire, qui
+de cinéraire, qui
-rose n’a-t~il pas
+rose n’a-t-il pas
-fleur, d’eeillet ou d’hydrang\177a. I1 n’y a gu\177re que
+fleur, d’œillet ou d’hydrangéa. Il n’y a guère que
-de r\177gne v\177g\177tal de l’atmosph\177re. L&-bas pros de Balbec, pros de
+de règne végétal de l’atmosphère. Là-bas près de Balbec, près de
-charmante o\177x le coucher du soleil
+charmante où le coucher de soleil
-de d\177daigner, d’ailleurs,
+de dédaigner, d’ailleurs,
-sans caract\177re, insignifiant; mais
+sans caractère, insignifiant ; mais
-cette atmosphere humide
+cette atmosphère humide
-douce s’\177panouissent le
+douce s’épanouissent le
-bouquets c\177lestes, bleus
+bouquets célestes, bleus
-heures & se
+heures à se
-d’innombrables p\177tales soufr\177s ou
+d’innombrables pétales soufrés ou
-pour \177tre attach\177es comme
+pour être attachées comme
-blondes Androm\177des & ces
+blondes Andromèdes à ces
-des c6tes voisines, & ce rivage fun\177bre, fameux
+des côtes voisines, à ce rivage funèbre, fameux
-naufrages, oh tousles hivers
+naufrages, où tous les hivers
-barques tr\177passent au p\177ril de
+barques trépassent au péril de
-mer. Balbec! la
+mer. Balbec ! la
-ossature g\177ologique de
+ossature géologique de
-la r\177gion maudire qu’Anatole France -- un
+la région maudite qu’Anatole France — un
-ami -- a
+ami — a
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN x79 brouillards \177ternels, comme le v\177ritable pays des Cimm\177riens, dans l’Odyssde. De
+brouillards éternels, comme le véritable pays des Cimmériens, dans l’Odyssée. De
-surtout, oh d\177j\177 des h6tels se construisent, superposes au
+surtout, où déjà des hôtels se construisent, superposés au
-qu’ils n’alt\177rent pas, quel d\177lice d’excursionner /\177 deux
+qu’ils n’altèrent pas, quel délice d’excursionner à deux
-ces r\177gions primitives
+ces régions primitives
-belles. -- Ah! est-ce
+belles. — Ah ! est-ce
-quelqu’un \177 Balbec
+quelqu’un à Balbec
-mon p\177re. Justement ce petit-l\177 doit
+mon père. Justement ce petit-là doit
-sa grand’m\177re et peut-\177tre avec
+sa grand’mère et peut-être avec
-au d\177pourvu par
+au dépourvu par
-question \177 un moment oh ses yeux \177taient fixes sur mon p\177re, ne
+question à un moment où ses yeux étaient fixés sur mon père, ne
-les d\177tourner, mais
+les détourner, mais
-plus d’intensit\177 -- et
+plus d’intensité — et
-tristement -- sur
+tristement — sur
-son interlo~ cuteur, avec
+son interlocuteur, avec
-air d’amiti\177 et
+air d’amitié et
-avoir travers\177 la
+avoir traversé la
-elle flit devenue
+elle fût devenue
-au del\177 derri\177re elle
+au delà derrière elle
-vivement colorb qui lui cr6ait un
+vivement coloré qui lui créait un
-permettrait d’\177tablir qu’au moment oh on
+permettrait d’établir qu’au moment où on
-avait demand\177 s’il
+avait demandé s’il
-quelqu’un \177 Balbec, il pensair \177 autre
+quelqu’un à Balbec, il pensait à autre
-question. Habituel: lement de
+question. Habituellement de
-dire \177 l’interlocu(eur: (\177 A quoi pensez-vous donc? \177 Mais mon p\177re curieux, irrit\177 et cruel, reprit: -- Est-ce
+dire à l’interlocuteur : « À quoi pensez-vous donc ? » Mais mon père curieux, irrité et cruel, reprit : — Est-ce
-ce c6t\177-l\177, que
+ce côté-là, que
-effort d\177sesp\177r\177, le
+effort désespéré, le
-de sinc\177rit\177 et
+de sincérité et
-plus qu’h r\177pondre, il nous dit: -- J’ai
+plus qu’à répondre, il nous dit : — J’ai
-partout o/\177 il
+partout où il
-d’arbres blessks, mais
+d’arbres blessés, mais
-sont rapproch\177s pour
+sont rapprochés pour
-avec und obsti-
+avec une obsti-
-’x8o A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU nation path\177tique un ciel inclement qui
+nation pathétique un ciel inclément qui
-pas piti\177 d’eux. -- Ce
+pas pitié d’eux. — Ce
-mon p\177re, aussi obstin\177 que
+mon père, aussi obstiné que
-pour le.cas o/\177 il
+pour le cas où il
-quoi \177 ma belle-m\177re et oh elle
+quoi à ma belle-mère et où elle
-ne passe sentir lt\177-bas en
+ne pas se sentir là-bas en
-? -- L\177 comme
+? — Là comme
-ne c9nnais personne, r\177pondit Legrandin
+ne connais personne, répondit Legrandin
-si vite; beaucoup les �hoses et
+si vite ; beaucoup les choses et
-choses elles-m\177mes y
+choses elles-mêmes y
-essence d\177licate et
+essence délicate et
-aurait d\177�ues. Parfois
+aurait déçues. Parfois
-chemin oh il s’est arrgt\177 pour
+chemin où il s’est arrêté pour
-rose oh monte
+rose où monte
-l’eau diapr& hissent \177 leurs mt\177ts la
+l’eau diaprée hissent à leurs mâts la
-les couleurs; parfois
+les couleurs ; parfois
-solitaire, plut6t laide,
+solitaire, plutôt laide,
-cache \177 tousles yeux
+cache à tous les yeux
-secret imp\177rissable de
+secret impérissable de
-de d\177senchantement. Ce pays sans. v\177rit\177, ajouta-t-il
+de désenchantement. Ce pays sans vérité, ajouta-t-il
-une d\177licatesse machiav\177lique, ce
+une délicatesse machiavélique, ce
-d’une mauvai\177se lecture
+d’une mauvaise lecture
-que ie choisirais
+que je choisirais
-ami d\177j\177 si enclin t\177 la
+ami déjà si enclin à la
-son cteur pr\177dispos& Les
+son cœur prédisposé. Les
-vieux d\177sabus\177 que
+vieux désabusé que
-un temperament qui
+un tempérament qui
-pas form& Croyez-moi,
+pas formé. Croyez-moi,
-baie, d\177jg & moiti\177 bretonne,
+baie, déjà à moitié bretonne,
-action s6dative, d’ailleurs
+action sédative, d’ailleurs
-un cteur qui
+un cœur qui
-un cteur dont la lbsion n’est plus cornpenske. Elles
+un cœur dont la lésion n’est plus compensée. Elles
-.DU COTI\177 DE CHEZ SWANN i8x sont contre-indiqu\177es i votre &ge, petit gar\177on. \177{Bonne nuit, voisin\177, ajouta-t-il
+sont contre-indiquées à votre âge, petit garçon. « Bonne nuit, voisin », ajouta-t-il
-nous quitrant avec
+nous quittant avec
-brusquerie \177vasive dont
+brusquerie évasive dont
-doigt lev\177 de
+doigt levé de
-il rlsuma sa consultation: {\177 Pas
+il résuma sa consultation : « Pas
-cela d\177pend de l’\177tat du coeur ,, nous
+cela dépend de l’état du cœur », nous
-Mon p\177re lui
+Mon père lui
-rencontres ult\177rieures, le
+rencontres ultérieures, le
-peine inutile: comme
+peine inutile : comme
-escroc \177rudit qui employait i fabriquer
+escroc érudit qui employait à fabriquer
-la centi\177me partie eft suffi/i lui
+la centième partie eût suffi à lui
-avions insist\177 encore,’ aurait
+avions insisté encore, aurait
-par \177difier toute une \177thique de
+par édifier toute une éthique de
-une g\177ographie c\177leste de
+une géographie céleste de
-Normandie, plut6t que
+Normandie, plutôt que
-avouer qu’i deux kilom\177tres de
+avouer qu’à deux kilomètres de
-propre soeur, et d’\177tre oblig\177 /\177 nous
+propre sœur, et d’être obligé à nous
-qui n’efit pas \177t\177 pour
+qui n’eût pas été pour
-tel suiet d’effroi
+tel sujet d’effroi
-avait \177t\177 absolument certain -- comme
+avait été absolument certain — comme
-aurait dfi l’\177tre en
+aurait dû l’être en
-avec l’exp\177rience qu’il
+avec l’expérience qu’il
-du caract\177re de ma grand’m\177re -- que
+du caractère de ma grand’mère — que
-pas profit& Nous
+pas profité. Nous
-promenades p6ur pouvoir
+promenades pour pouvoir
-visite \177 ma tante L\177onie avant le diner. Au
+visite à ma tante Léonie avant le dîner. Au
-saison oh le iour finit t6t, quand nous \177rrivions rue
+saison où le jour finit tôt, quand nous arrivions rue
-du c9uchant sur
+du couchant sur
-se refl\177tait plus
+se reflétait plus
-dans l’\177tang, rougeur qui, accompagn\177e souvent
+dans l’étang, rougeur qui, accompagnée souvent
-esprit, \177 la
+esprit, à la
-duquel r6tissait le
+duquel rôtissait le
-ferait succ\177der pour
+ferait succéder pour
-I82 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU moi
+moi
-plaisir po\177tique donn\177 par
+plaisir poétique donné par
-Dans l’\177t\177 au
+Dans l’été au
-se couchair pas encore; et
+se couchait pas encore ; et
-tante L\177onie, sa lumi\177re qui
+tante Léonie, sa lumière qui
-la fen\177tre \177tait arr\177t\177e entre
+la fenêtre était arrêtée entre
-embrasses, divis\177e, ramifi\177e, filtr\177e, et
+embrasses, divisée, ramifiée, filtrée, et
-la d\177licatesse qu’elle
+la délicatesse qu’elle
-incrustations momentan\177es, il
+incrustations momentanées, il
-couchant \177tendu sur
+couchant étendu sur
-et l’\177tang au
+et l’étang au
-il \177tait d\177j& couleur
+il était déjà couleur
-en s’\177largissant et
+en s’élargissant et
-entier. Alors,’ en arrivant pros de
+entier. Alors, en arrivant près de
-me disair: m Mon Dieu! voila Fran9oise qui
+me disait : — Mon dieu ! voilà Françoise qui
-est inqui\177te; aussi
+est inquiète ; aussi
-montions rite chez
+montions vite chez
-tante L\177onie pour
+tante Léonie pour
-contrairement & ce
+contrairement à ce
-imaginait d\177j/l, il
+imaginait déjà, il
-nous \177tait rien arrive, mais
+nous était rien arrivé, mais
-nous \177tions allks (\177 du c6t\177 de Guermantes, et,
+nous étions allés « du côté de Guermantes » et,
-cette promenade-lg, ma
+cette promenade-là, ma
-jamais \177tre stir de l’heure \177 laquelle
+jamais être sûr de l’heure à laquelle
-serait rentr& -- L\177, Franqoise, disait
+serait rentré. — Là, Françoise, disait
-seraient all\177,s du c6t\177 de
+seraient allés du côté de
-Mon Dieu! ils
+Mon Dieu ! ils
-une faim! et
+une faim ! et
-Dt.l COT.\177 DE CHEZ SWANN x83 gigot
+gigot
-doit gtre tout dess\177ch\177 apres ce
+doit être tout desséché après ce
-pour rentrer! comment, vous \177tes allks du c6t\177 de
+pour rentrer ! comment, vous êtes allés du côté de
-! -- Mais
+! — Mais
-saviez, L\177onie, disait
+saviez, Léonie, disait
-que Fran9oise nous
+que Françoise nous
-deux (( c6t\177s, pour
+deux « côtés » pour
-si opposes qu’on
+si opposés qu’on
-la m\177me porte,
+la même porte,
-on youlair aller d’un c6t\177 ou de l’autre: le c6t\177 de M\177s\177glise-la-Vineuse, qu’on
+on voulait aller d’un côté ou de l’autre : le côté de Méséglise-la-Vineuse, qu’on
-le c6t\177 de
+le côté de
-la propri\177t\177 de
+la propriété de
-par 1/\177, et le c6t\177 de
+par là, et le côté de
-De M\177s\177glise-la-Vineuse, \177 vrai
+De Méséglise-la-Vineuse, à vrai
-le ((c6t\177, et
+le « côté » et
-gens \177trangers qui
+gens étrangers qui
-promener \177 Combray,
+promener à Combray,
-tante ellem\177me et
+tante elle-même et
-ne <( connaissions point \177 et qu’\177 ce
+ne « connaissions point » et qu’à ce
-pour \177< des
+pour « des
-de M\177s\177glise.. Quant \177 Guermantes, ]e devais
+de Méséglise ». Quant à Guermantes, je devais
-en connaltre davantage,
+en connaître davantage,
-tard seulement; et
+tard seulement ; et
-si M\177s\177glise \177tait pour
+si Méséglise était pour
-comme l’horizon,. d\177rob\177 \177 la
+comme l’horizon, dérobé à la
-qu’on allat, par
+qu’on allât, par
-ressemblait d\177j/l plus \177 celui
+ressemblait déjà plus à celui
-Combray, Guermantes; lui,
+Combray, Guermantes, lui,
-terme ’plut6t ideal que r\177el de
+terme plutôt idéal que réel de
-propre \177 c6t\177 ,, une
+propre « côté », une
-d’expression g\177ographique abstraite
+d’expression géographique abstraite
-de l’\177quateur, comme le p61e, comme
+de l’équateur, comme le pôle, comme
-Alors, (( prendre
+Alors, « prendre
-Guermantes \177 pour aller \177 M\177s\177glise, ou
+Guermantes » pour aller à Méséglise, ou
-contraire, m’efit sembl\177 une
+contraire, m’eût semblé une
-aussi d\177nu\177e de
+aussi dénuée de
-aller \177 l’ouest.
+aller à l’ouest.
-mon p&re parlait
+mon père parlait
-du c6t\177 de M\177s\177glise comme
+du côté de Méséglise comme
-plus belie vue de la plaine qu’il connfit et du c6t\177 de
+plus belle vue de plaine qu’il connût et du côté de
-de rivi\177re,
+de rivière,
-I8 4 A LA RECHERCH� DU TEMPS PERDU je
+je
-deux entit\177s, cette cohesion, cette unit\177 qui
+deux entités, cette cohésion, cette unité qui
-qu’aux cr6ations de notre esprit; la
+qu’aux créations de notre esprit ; la
-semblait pr\177cieuse et
+semblait précieuse et
-excellence particuli\177re, tandis qu’/\177 c6t6 d’eux,
+excellence particulière, tandis qu’à côté d’eux,
-qu’on ffit arriv\177 sur
+qu’on fût arrivé sur
-sol sacr\177 de
+sol sacré de
-purement mat\177riels au
+purement matériels au
-ils \177taient pos\177s comme l’id\177al de la rue de
+ils étaient posés comme l’idéal de la vue de
-et l’id\177al du
+et l’idéal du
-de rivi\177re, ne
+de rivière, ne
-peine d’\177tre regard\177s que
+peine d’être regardés que
-spectateur 6pris d’art
+spectateur épris d’art
-un theatre. Mais
+un théâtre. Mais
-distances kilom\177triques, la
+distances kilométriques, la
-cerveau o/\177 je pensais/\177 eux,
+cerveau où je pensais à eux,
-pas qu’\177loigner, qui s\177parent et
+pas qu’éloigner, qui séparent et
-cette d\177marcation \177tait rendue
+cette démarcation était rendue
-deux c6t\177s un m\177me jour,
+deux côtés un même jour,
-du c6t6 de M\177s\177glise, une lois du c6t\177 de
+du côté de Méséglise, une fois du côté de
-l’un /\177 l’autre,
+l’un à l’autre,
-vases closet sans
+vases clos et sans
-eux d’apr\177s-midi diff\177rents. Quand
+eux d’après-midi différents. Quand
-du c6t\177 de M\177s\177glise, on sortair (pas trop t6t et m\177me si
+du côté de Méséglise, on sortait (pas trop tôt et même si
-ciel dtait couvert,
+ciel était couvert,
-promenade n’\177tait pas.bien longue et n’entrainait pas
+promenade n’était pas bien longue et n’entraînait pas
-n’importe oh, par ta grande
+n’importe où, par la grande
-On \177tait salu\177 par
+On était salué par
-lettres \177 la boite, on
+lettres à la boîte, on
-passant \177t Theodore, de
+passant à Théodore, de
-de Fran\177oise, qu’elle
+de Françoise, qu’elle
-de caf\177, et
+de café, et
-la barri\177re blanche
+la barrière blanche
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN \1778 5 arriver,
+arriver,
-des \177trangers, l’odeur
+des étrangers, l’odeur
-lilas. Eux-mgmes, d’entre
+lilas. Eux-mêmes, d’entre
-petits cceurs verts
+petits cœurs verts
-la barri\177re du
+la barrière du
-lustrait, m\177me \177 l’ombre, le. soleil off elles avaient baign\177. Quelques-uns, \177 demi caches par
+lustrait, même à l’ombre, le soleil où elles avaient baigné. Quelques-uns, à demi cachés par
-tuiles appel\177e maison
+tuiles appelée maison
-Archers, o/\177 logeait
+Archers, où logeait
-gardien, d\177passaient son
+gardien, dépassaient son
-eussent sembl\177 vulgaires, aupr\177s de
+eussent semblé vulgaires, auprès de
-jardin fran9ais les
+jardin français les
-Perse. Malgr\177 mon d\177sir d’enlacer
+Perse. Malgré mon désir d’enlacer
-d’attirer \177 moi
+d’attirer à moi
-boucles \177toil\177es de leur t\177te odorante,
+boucles étoilées de leur tête odorante,
-nous arr\177ter, mes
+nous arrêter, mes
-plus \177 Tansonville
+plus à Tansonville
-le ma.riage de
+le mariage de
-sa c16ture et
+sa clôture et
-aux champs,. nous
+aux champs, nous
-faisait d\177boucher trop
+faisait déboucher trop
-mon grand-p\177re dit /tmon p\177re: -- Vous
+mon grand-père dit à mon père : — Vous
-heures /t Paris.
+heures à Paris.
-pas 1\177, cela nous abr\177gerait d’autant.
+pas là, cela nous abrégerait d’autant.
-nous arr\177t/tmes un moment derant la barri\177re. Le
+nous arrêtâmes un moment devant la barrière. Le
-sa fin; quelques-uns
+sa fin ; quelques-uns
-bulles d\177licates de
+bulles délicates de
-mais dang bien
+mais dans bien
-feuillage off d\177ferlait, il
+feuillage où déferlait, il
-mousse embaum\177e, se fl\177trissait, diminure et
+mousse embaumée, se flétrissait, diminuée et
-une \177cume creuse,
+une écume creuse,
-I86 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDLr s\177che et
+sèche et
-Mon grand-p\177re montrait /t mon p\177re en
+Mon grand-père montrait à mon père en
-lieux \177tait rest\177 le mgme, et
+lieux était resté le même, et
-avait change, depuis
+avait changé, depuis
-une lois de
+une fois de
-une all& bord6e de
+une allée bordée de
-en piein vers le ch&teau. A droite,
+en plein soleil vers le château. À droite,
-parc s’6tendait en
+parc s’étendait en
-une pi&e d’eau avait \177t\177 creus\177e par
+une pièce d’eau avait été creusée par
-de Swann; mais
+de Swann ; mais
-ses creations les
+ses créations les
-l’homme travaille; certains
+l’homme travaille ; certains
-toujours r6gner autour
+toujours régner autour
-insignes imm6moriaux au
+insignes immémoriaux au
-des n\177cessit\177s de
+des nécessités de
-et superpos6e i l’ceuvre humaine.
+et superposée à l’œuvre humaine.
-de l’al16e qui dominait l’\177tang artificiel, s%tait cornposSe sur
+de l’allée qui dominait l’étang artificiel, s’était composée sur
-rangs, tresses de
+rangs, tressés de
-couronne naturelie, d\177licate et
+couronne naturelle, délicate et
-le glaieul, laissant fl\177chir ses
+le glaïeul, laissant fléchir ses
-royal, \177tendait sur
+royal, étendait sur
-pied mouill\177 les
+pied mouillé les
-lambeaux, violetres et
+lambeaux, violettes et
-Le d\177part de M ne Swann qui -- en m’6tant la chance terrible.de la voir apparaitre dans une all\177e, d’\177tre connu et m\177pris\177 par
+Le départ de Mlle Swann qui — en m’ôtant la chance terrible de la voir apparaître dans une allée, d’être connu et méprisé par
-fille privil\177gi\177e qui
+fille privilégiée qui
-et aliait avec
+et allait avec
-des cath\177drales -- me
+des cathédrales — me
-Tansonville indiff\177rente la premiere fois o/\177 elle m’\177tait permise,
+Tansonville indifférente la première fois où elle m’était permise,
-ajouter /t cette proprietY, aux
+ajouter à cette propriété, aux
-mon grand-p\177re et
+mon grand-père et
-mon p\177re, des commodit\177s, un agr\177ment passager,
+mon père, des commodités, un agrément passager,
-.DU COTI\177 DE CHEZ SWANN \1778 7 et,
+et,
-cette journee exceptionnellement propice & une
+cette journée exceptionnellement propice à une
-ce c6te; j’aurais
+ce côté ; j’aurais
-fussent dejoues, qu’un miracle fit apparaltre M ne $wann avec son p\177re, si pros de
+fussent déjoués, qu’un miracle fît apparaître Mlle Swann avec son père, si près de
-de l’eviter et serions obliges de
+de l’éviter et serions obligés de
-coup, i’aperqus sur l’herbe, cornroe un
+coup, j’aperçus sur l’herbe, comme un
-sa presence possible,
+sa présence possible,
-koufin oublie g c6te d’une
+koufin oublié à côté d’une
-de detourner d’un autre c6te les
+de détourner d’un autre côté les
-mon p\177re et
+mon père et
-mon grand-p\177re. D’ailleurs
+mon grand-père. D’ailleurs
-que c’etait mal & lui
+que c’était mal à lui
-il avai\177 pour
+il avait pour
-famille & demeure,
+famille à demeure,
-appartenir & quelque invit& On
+appartenir à quelque invité. On
-les allies. Divisant
+les allées. Divisant
-oiseau s’ingeniait & faire
+oiseau s’ingéniait à faire
-la iournee courte,
+la journée courte,
-note prolong\177e la
+note prolongée la
-une replique si
+une réplique si
-si redouble de
+si redoublé de
-et d’immobilite qu’on
+et d’immobilité qu’on
-venait d’arr\177ter pour touiours l’instant qu’il avaii cherche & faire
+venait d’arrêter pour toujours l’instant qu’il avait cherché à faire
-La lumi\177re tombait
+La lumière tombait
-soustraire g son
+soustraire à son
-dormante ellem\177me, dont les insectes irritaient perpetuellement le sommeil, r\177vant sans
+dormante elle-même, dont des insectes irritaient perpétuellement le sommeil, rêvant sans
-quelque Maelstr6m imaginaire, augmentaft le trouble oh m’avait jete la
+quelque Maelstrôm imaginaire, augmentait le trouble où m’avait jeté la
-de liege en semblant l’entralner& toute
+de liège en semblant l’entraîner à toute
-les etendues silencieuses
+les étendues silencieuses
-ciel reftere; presque
+ciel reflété ; presque
-paraissait prat & plonger et d\177j& ie me
+paraissait prêt à plonger et déjà je me
-du d\177sir et
+du désir et
-la connaltre, je
+la connaître, je
-faire prevenir M \177e Swann
+faire prévenir Mlle Swann
-mordait -- quand
+mordait — quand
-I88 A L.4 RECHERCH� DU TEMPS PERDU me
+me
-mon p\177re et mon grand-p\177re qui m’appelaient, \177tonn\177s que
+mon père et mon grand-père qui m’appelaient, étonnés que
-les eusse.pas suivis
+les eusse pas suivis
-monte vers. les
+monte vers les
-et oh ils s’\177taient engages. Je
+et où ils s’étaient engagés. Je
-des aub\177pines. La haie formalt comme
+des aubépines. La haie formait comme
-la ionch\177e de
+la jonchée de
-fleurs amoncel\177es en reposoir; au-dessous
+fleurs amoncelées en reposoir ; au-dessous
-posait \177 terre
+posait à terre
-de clart\177, comme
+de clarté, comme
-une verri\177re; leur parfum s’\177tendait aussi
+une verrière ; leur parfum s’étendait aussi
-aussi d\177limit\177 en
+aussi délimité en
-j’eusse \177t\177 devant
+j’eusse été devant
-aussi par\177es, tenaient
+aussi parées, tenaient
-son \177tincelant bouquet d’\177tamines, fines
+son étincelant bouquet d’étamines, fines
-qui \177 l’\177glise ajouraient la ramp. e du jub\177 ou
+qui à l’église ajouraient la rampe du jubé ou
-qui s’\177panouissaient en
+qui s’épanouissaient en
-Combien naives et
+Combien naïves et
-les \177glantines qui,
+les églantines qui,
-en piein soleil le m\177me chemin
+en plein soleil le même chemin
-souffle d\177fait. Mais
+souffle défait. Mais
-les aub\177pines \177 respirer, \177 porter
+les aubépines à respirer, à porter
-ma penske qui ne sayair ce
+ma pensée qui ne savait ce
-devait .en faire, \177 perdre, \177 retrouver
+devait en faire, à perdre, à retrouver
-odeur, \177 m’unir
+odeur, à m’unir
-et 1\177, avec une alt\177gresse juvenile et \177 des
+et là, avec une allégresse juvénile et à des
-m’offraient ind\177finiment le m\177me charme
+m’offraient indéfiniment le même charme
-profusion in\177puisable, mais
+profusion inépuisable, mais
-me le laisser
+me laisser
-ces m\177lodies qu’on
+ces mélodies qu’on
-me d\177tournais d’elles
+me détournais d’elles
-plus fralches. Je poursuivais j usque sur
+plus fraîches. Je poursuivais jusque sur
-qui, derri\177re la
+qui, derrière la
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN 18 9 haie,
+haie,
-bluets rest\177s paresseusement en arri\177re, qui le d\177coraient 9\177 et 1\177 de
+bluets restés paresseusement en arrière, qui le décoraient çà et là de
-tapisserie oh apparalt clairsem\177 le
+tapisserie où apparaît clairsemé le
-le panneau; rares encore, espac\177s comme
+le panneau ; rares encore, espacés comme
-maisons isol\177es qui annoncent d\177j\177 l’approche
+maisons isolées qui annoncent déjà l’approche
-ils m’ann. onsaient l’immense \177tendue oh d\177ferlent les bl\177s, oh moutonnent les nuages. et la rue d’un
+ils m’annonçaient l’immense étendue où déferlent les blés, où moutonnent les nuages, et la vue d’un
-sa bou\177e graisseuse
+sa bouée graisseuse
-le cceur, comme
+le cœur, comme
-qui aper9oit sur
+qui aperçoit sur
-une premiere barque \177chou\177e que r\177pare un
+une première barque échouée que répare un
-et s’\177crie, avant
+et s’écrie, avant
-encore vue: , La Mer !, Puis
+encore vue : « La Mer ! » Puis
-les aub\177pines comme derant ces chefs-d’ceuvre dont
+les aubépines comme devant ces chefs-d’œuvre dont
-a cessg un
+a cessé un
-un \177cran de
+un écran de
-qu’elles \177veillaient en
+qu’elles éveillaient en
-vain \177 se d\177gager, \177 venir adh\177rer \177 leurs
+vain à se dégager, à venir adhérer à leurs
-pas \177 l’\177claircir, et
+pas à l’éclaircir, et
-demander \177 d’autres
+demander à d’autres
-satisfaire. Ators me
+satisfaire. Alors me
-nous \177prouvons quand
+nous éprouvons quand
-peintre pr\177f\177r\177 une ceuvre qui diff\177re de
+peintre préféré une œuvre qui diffère de
-nous m\177ne derant un
+nous mène devant un
-vu jusque-l\177 qu’une
+vu jusque-là qu’une
-nous apparalt ensuite rev\177tu des
+nous apparaît ensuite revêtu des
-mon grand-p\177re m’appelant
+mon grand-père m’appelant
-me d\177signant la
+me désignant la
-me dit: {\177 Toi
+me dit : « Toi
-les aub\177pines, regarde
+les aubépines, regarde
-cette \177pine rose; est-elle jolie!\177 En effet c’\177tait une \177pine, mais
+cette épine rose ; est-elle jolie ! » En effet c’était une épine, mais
-I9o A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU aussi
+aussi
-de fate, de
+de fête, de
-vraies fates que
+vraies fêtes que
-les fates religieuses,
+les fêtes religieuses,
-pas comme. les fates mondaines \177 un ]our quelconque
+pas comme les fêtes mondaines à un jour quelconque
-pas sp\177cialement destin\177, qui
+pas spécialement destiné, qui
-d’essentiellement feri\177 -- mais
+d’essentiellement férié — mais
-fleurs attachees sur
+fleurs attachées sur
-de mani\177re \177 ne
+de manière à ne
-ne ffit d\177cor\177e, comme
+ne fût décorée, comme
-rococo, etaient \177{ en couleur \177, par consequent d’une qualite superieure selon l’esth\177tique de
+rococo, étaient « en couleur », par conséquent d’une qualité supérieure selon l’esthétique de
-par l’echelle des
+par l’échelle des
-le , magasin, de
+le « magasin » de
-Camus off \177taient plus
+Camus où étaient plus
-qui etaient roses. Moi-m\177me j’appr\177ciais plus
+qui étaient roses. Moi-même j’appréciais plus
-fromage \177 la cr\177me rose, celui o0 l’on
+fromage à la crème rose, celui où l’on
-permis d’\177craser des
+permis d’écraser des
-ces reinres de
+ces teintes de
-embellissement \177t une
+embellissement à une
-grande fate, .qui, parce
+grande fête, qui, parce
-leur pr\177sentent la
+leur présentent la
-leur superioritY, sont
+leur supériorité, sont
-semblent belies avec
+semblent belles avec
-plus d’\177vidence aux
+plus d’évidence aux
-et \177 cause
+et à cause
-gardent touiours pour
+gardent toujours pour
-teintes, m\177me lorsqu’ils
+teintes, même lorsqu’ils
-rien \177 leur
+rien à leur
-pas \177t\177 choisies
+pas été choisies
-la couturi\177re. Et
+la couturière. Et
-les 6pines blanches
+les épines blanches
-plus d’emerveillement, que ce n’\177tait pas
+plus d’émerveillement, que ce n’était pas
-humaine, qu’\177tait traduite
+humaine, qu’était traduite
-de festivit\177 dans
+de festivité dans
-que c’etait la
+que c’était la
-qui, spontan\177ment, l’avait exprim\177e avec la naivet\177 d’une commersante de village travai. llant pour
+qui, spontanément, l’avait exprimée avec la naïveté d’une commerçante de village travaillant pour
-DU COTI\177 DE CHEZ $WANN comme
+comme
-pots caches dans
+pots cachés dans
-grandes fgtes on
+grandes fêtes on
-minces fus\177es, pullulaient
+minces fusées, pullulaient
-plus p&le qui,
+plus pâle qui,
-l’essence particuli\177re, irresistible, de l’\177pine, qui, partout oh elle bourgeonnait, oh elle aliait fleurir,
+l’essence particulière, irrésistible, de l’épine, qui, partout où elle bourgeonnait, où elle allait fleurir,
-rose. Intercal\177 dans
+rose. Intercalé dans
-aussi different d’elle
+aussi différent d’elle
-de f\177te au
+de fête au
-en n\177glig\177 qui resteront & la
+en négligé qui resteront à la
-tout prgt pour
+tout prêt pour
-partie d\177j&, tel
+partie déjà, tel
-sa frMche toilette
+sa fraîche toilette
-et d\177licieux. La
+et délicieux. La
-laissait x\177oir & l’int\177rieur du
+laissait voir à l’intérieur du
-une all\177e bord\177e de
+une allée bordée de
-de pens\177es et
+de pensées et
-des girofl\177es ouvraient
+des giroflées ouvraient
-bourses frMches du
+bourses fraîches du
-et pass\177 d’un
+et passé d’un
-vert, d\177roulant ses
+vert, déroulant ses
-points oh il \177tait perc\177 au-dessus
+points où il était percé au-dessus
-les parf urns, l’\177ventail vertical
+les parfums, l’éventail vertical
-Tout & coup, je m’arrgtai, je
+Tout à coup, je m’arrêtai, je
-seulement & nos
+seulement à nos
-notre \177tre tout
+notre être tout
-et tenair & la
+et tenait à la
-un b&he de
+un bêche de
-visage sem\177 de
+visage semé de
-alors, nine l’ai
+alors, ni ne l’ai
-depuis, r\177duire en ses \177l\177ments objectifs
+depuis, réduire en ses éléments objectifs
-192 \1771 LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU dit, assez , d’esprit d’observation \177 pour d\177gager la
+dit, assez « d’esprit d’observation » pour dégager la
-que ie repensai/\177 elle,
+que je repensai à elle,
-leur \177clat se pr\177sentait aussit6t \177 moi
+leur éclat se présentait aussitôt à moi
-puisqu’elle \177tait blonde: de
+puisqu’elle était blonde : de
-que, peutgtre si
+que, peut-être si
-noirs -- ce
+noirs — ce
-la premiere fois
+la première fois
-voyait -ie n’aurais pas \177t\177, comme
+voyait — je n’aurais pas été, comme
-plus particuli\177rement amoureux,
+plus particulièrement amoureux,
-mais \177 la fen\177tre duquel
+mais à la fenêtre duquel
-penchent tousles sens,
+penchent tous les sens,
-et p\177trifi\177s, le
+et pétrifiés, le
-et l’\177me\177avec lui; puis,
+et l’âme avec lui ; puis,
-seconde \177 l’autre mon grandp\177re et mon p\177re, apercevant
+seconde à l’autre mon grand-père et mon père, apercevant
-me ilssent \1771oigner en
+me fissent éloigner en
-qui t&chait de
+qui tâchait de
-forcer \177 faire attention \177 moi, \177 me connaltre !
+forcer à faire attention à moi, à me connaître !
-de c6t\177 ses
+de côté ses
-mon grandp\177re et
+mon grand-père et
-mon p\177re, et
+mon père, et
-doute l’id\177e qu’elle
+doute l’idée qu’elle
-nous \177tions ridicules, car elte se d\177tourna, et
+nous étions ridicules, car elle se détourna, et
-air indifferent et d\177daigneux, se placa de c6t\177 pour \177pargner \177 son visage d’\177tre dans’ leur champ visuel; et
+air indifférent et dédaigneux, se plaça de côté pour épargner à son visage d’être dans leur champ visuel ; et
-continuant \177 marcher
+continuant à marcher
-pas apercue, ils m’avaient d\177pass\177, elle
+pas aperçue, ils m’avaient dépassé, elle
-de route leur Iongueur dans
+de toute leur longueur dans
-expression particuli\177re, sans avoir Fair de
+expression particulière, sans avoir l’air de
-une fixit\177 et
+une fixité et
-sourire dissimul\177, que
+sourire dissimulé, que
-ne pouvait interpreter d’apr\177s les
+ne pouvais interpréter d’après les
-m’avait donn\177es su.r la bonne \177ducation que
+m’avait données sur la bonne éducation que
-d’outrageant m\177pris ;et sa main esquissalt en m\177me temps
+d’outrageant mépris ; et sa main esquissait en même temps
-geste indecent, auquel
+geste indécent, auquel
-il \177tait adress\177 en public \177 une
+il était adressé en public à une
-dictionnaire de,
+dictionnaire de
-DU COTI\177 DE CHEZ $WANN I93 civilit\177 que
+civilité que
-insolente. -- Allons, Gilberte, viens; qu’est-ce
+insolente. — Allons, Gilberte, viens ; qu’est-ce
-voix per9ante et
+voix perçante et
-et \177 quelque
+et à quelque
-un monsieur habill\177 de
+un Monsieur habillé de
-pas fixair sur
+pas fixait sur
-la tgte; et
+la tête ; et
-sa b\177che et s’\1771oigna sans’ se
+sa bêche et s’éloigna sans se
-mon c6tg, d’un
+mon côté, d’un
-docile, impenetrable et
+docile, impénétrable et
-passa pros de
+passa près de
-Gilberte, donn\177 cornroe un
+Gilberte, donné comme un
-permettrait peutgtre de
+permettrait peut-être de
-d’avant, n’\177tait qu’une
+d’avant, n’était qu’une
-passa-t-il, prof\177r\177 au-dessus
+passa-t-il, proféré au-dessus
-des girofl\177es, aigre
+des giroflées, aigre
-l’arrosoir vert; impr\177gnant, irisant
+l’arrosoir vert ; imprégnant, irisant
-avait travers\177e -- et
+avait traversée — et
-isolait -- du myst\177re de
+isolait — du mystère de
-qu’il d\177signait pour les \177tres heureux
+qu’il désignait pour les êtres heureux
-avec elle; d\177ployant sous r\177pinier rose, \177t hauteur
+avec elle ; déployant sous l’épinier rose, à hauteur
-mon \177paule, la
+mon épaule, la
-leur familiaritY, pour
+leur familiarité, pour
-vie off je
+vie où je
-nous \1771oignions et
+nous éloignions et
-mon grand-p\177re murmurair: e Ce
+mon grand-père murmurait : « Ce
-quel r61e ils
+quel rôle ils
-font jouer: on
+font jouer : on
-petite, mgl\177e \177 toute
+petite, mêlée à toute
-infamie I ,) rimpression laiss\177e en
+infamie ! ») l’impression laissée en
-la m\177re de
+la mère de
-avait parl\177 sans qu’elle r\177pliqu\177t, en
+avait parlé sans qu’elle répliquât, en
-comme forc\177e d’ob\177ir \177 quelqu’un, comme n’\177tant pas sup\177rieure \177 tout,
+comme forcée d’obéir à quelqu’un, comme n’étant pas supérieure à tout,
-bien rite cet amour s’\177leva de
+bien vite cet amour s’éleva de
-moi Vol. I. \177
+moi
-194 A L\177I RECHERCHE DU TEMPS PERDU comme une r\177action par
+comme une réaction par
-mon cceur humili\177 voulait
+mon cœur humilié voulait
-l’abaisser jusqu’i lui.
+l’abaisser jusqu’à lui.
-forcer & se
+forcer à se
-sur roes pas,
+sur mes pas,
-les \177paules: {\177 Comme
+les épaules : « Comme
-me r\177pugnez !, Cependant je m%loignais, emportant
+me répugnez ! » Cependant je m’éloignais, emportant
-mon esp\177ce de
+mon espèce de
-lois naturelies impossibles & transgresser,
+lois naturelles impossibles à transgresser,
-rousse, & la peau sempe de
+rousse, à la peau semée de
-une bgche et
+une bêche et
-Et d\177j& le
+Et déjà le
-son .nom avait encens\177 cette
+son nom avait encensé cette
-les \177pines roses oh il avait \177t\177 entendu
+les épines roses où il avait été entendu
-par elie et
+par elle et
-moi, aliait gagner,
+moi, allait gagner,
-de connaltre, la
+de connaître, la
-des Champs-Elys\177es qu’elle habitait i Paris. (( L\177onie, dit mon grand-p\177re en
+des Champs-Élysées qu’elle habitait à Paris. « Léonie, dit mon grand-père en
-nous tant6t. Tune reconnaltrais pas Tansonvilie. Si j’avais os\177, je t’aurais coup\177 une
+nous tantôt. Tu ne reconnaîtrais pas Tansonville. Si j’avais osé, je t’aurais coupé une
-ces \177pines roses
+ces épines roses
-aimais tant., Mon grand-p\177re racontait
+aimais tant. » Mon grand-père racontait
-promenade & ma tante L\177onie, soit
+promenade à ma tante Léonie, soit
-qu’on n’efit pas
+qu’on n’eût pas
-d’arriver & la
+d’arriver à la
-cette proprintS, et d’ailieurs les
+cette propriété, et d’ailleurs les
-avaient \177t\177 les dernitres qu’elle avait re9ues, alors qu’elie fermait d\177j& sa porte \177 tout
+avaient été les dernières qu’elle avait reçues, alors qu’elle fermait déjà sa porte à tout
-de m\177me que,
+de même que,
-(elle \177tait la setfie personne
+(elle était la seule personne
-qu’il demand\177t encore \177 voir), elie lui faisait r\177pon-
+qu’il demandât encore à voir), elle lui faisait répon-
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN 195 dre qu’elle \177tait fatigude, mais
+dre qu’elle était fatiguée, mais
-de m\177me elle
+de même elle
-ce soirl&: {\177 Oui,
+ce soir-là : « Oui,
-voiture jusqu’& la
+voiture jusqu’à la
-parc. \177 C’est sinc\177rement qu’elle
+parc. » C’est sincèrement qu’elle
-Elle eft aim6 revolt Swannet Tansonville; mais le d{sir qu’elle
+Elle eût aimé revoir Swann et Tansonville ; mais le désir qu’elle
-suffisait ice qui
+suffisait à ce qui
-de forces; sa r\177alisation les eft exc\177d\177es. Quelquefois
+de forces ; sa réalisation les eût excédées. Quelquefois
-levait, s’habillait; la fatigue commencait avant qu’elle ffit pass{e dans
+levait, s’habillait ; la fatigue commençait avant qu’elle fût passée dans
-elle r\177clamait son
+elle réclamait son
-avait commenc{ pour elle -- plus tot seulement qu\177 cela
+avait commencé pour elle — plus tôt seulement que cela
-d’habitude -- c’est
+d’habitude — c’est
-grand tenoncement de
+grand renoncement de
-se pt{pare i la
+se prépare à la
-observer, i la
+observer, à la
-tard, mgme entre
+tard, même entre
-plus aim\177s, entre
+plus aimés, entre
-qui, i partit d’une certaine ann{e cessent
+qui, à partir d’une certaine année cessent
-sortie n{cessaire pour se voit, cessent de s’\177crire et
+sortie nécessaire pour se voir, cessent de s’écrire et
-monde. bla tante
+monde. Ma tante
-ne feverfait pas Swarm, qu’elle ne quitterair plus
+ne reverrait pas Swann, qu’elle ne quitterait plus
-cette r\177clusion d\177finitive devait lui gtre tendue assez aisle pour
+cette réclusion définitive devait lui être rendue assez aisée pour
-raison m\177me qui,
+raison même qui,
-plus douloureuse: c’est
+plus douloureuse : c’est
-cette r{clu-’ sion lui {tait impos{e par
+cette réclusion lui était imposée par
-pouvait constarer chaque
+pouvait constater chaque
-elle & l’inaction, \177 l’isolement,
+elle à l’inaction, à l’isolement,
-douceur r{paratrice et b{nie du repos. bla tante
+douceur réparatrice et bénie du repos. Ma tante
-pas voit la hale d’{pines roses, mais i tous
+pas voir la haie d’épines roses, mais à tous
-demandais \177 mes
+demandais à mes
-souvent i Tansonville, titchant de
+souvent à Tansonville, tâchant de
-faire parlet des
+faire parler des
-I96 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU et
+et
-de l\177Ine Swann
+de Mlle Swann
-Swann, quarid ie causais
+Swann, quand je causais
-prononcer moi-mgme, maks je les entralnais sur
+prononcer moi-même, mais je les entraînais sur
-concernaient, oh je
+concernaient, où je
-pas exil\177 trop loin d’elle; et
+pas exilé trop loin d’elle ; et
-mon p\177re, en
+mon père, en
-mon grand-p\177re avait \177t\177 d\177j& avant
+mon grand-père avait été déjà avant
-notre famiHe, ou
+notre famille, ou
-haie d%pines roses
+haie d’épines roses
-voulait voit ma tante L\177onie se
+voulait voir ma tante Léonie se
-terrain communal,/t rectifier
+terrain communal, à rectifier
-assertion, /\177 me
+assertion, à me
-comme malgr\177. moi,
+comme malgré moi,
-de lui-m\177me: {\177Mais non, cette charge4& \177tait au p\177re de S\177vann, cette
+de lui-même : « Mais non, cette charge-là était au père de Swann, cette
-parc S\177vann. \177Alors j’\177tais oblig\177 de
+parc Swann. » Alors j’étais obligé de
-respiration, rant, en
+respiration, tant, en
-place oh il \177tait toujours &rit en
+place où il était toujours écrit en
-pesait g m’\177touffer ce
+pesait à m’étouffer ce
-moment oh je Fentendais, me
+moment où je l’entendais, me
-plus piein que
+plus plein que
-qu’il \177tait lourd
+qu’il était lourd
-fois oh, d’avance,
+fois où, d’avance,
-mentalement prof\177r& I1 me
+mentalement proféré. Il me
-que j’\177tais confus d’avoir os\177 r\177clamer & mes
+que j’étais confus d’avoir osé réclamer à mes
-plaisir \177tait si
+plaisir était si
-avait dfi exiger
+avait dû exiger
-puisqu’il n%tait pas un plaksir pour
+puisqu’il n’était pas un plaisir pour
-je d\177tournais la
+je détournais la
-par discretion. Par
+par discrétion. Par
-les s\177ductions singuli\177res que
+les séductions singulières que
-ce nora de Swarm, je
+ce nom de Swann, je
-lui d\177s qu’ils le pronon9aient. I1 me
+lui dès qu’ils le prononçaient. Il me
-que roes parents
+que mes parents
-trouvaient places & mort point de rue, qu’ils apercevaient & leur
+trouvaient placés à mon point de vue, qu’ils apercevaient à leur
-absolvaient, \177pousaient roes rgves, et j’6tais malheureux
+absolvaient, épousaient mes rêves, et j’étais malheureux
-et d\177prav\177s.
+et dépravés.
-DU COT]\177 DE CHEZ SWANN \17797 Cette annie-I/t, quand,
+Cette année-là, quand,
-eurent fix\177 le ]our de rentrer \177 Paris,
+eurent fixé le jour de rentrer à Paris,
-du d\177part, comme
+du départ, comme
-pour \177tre photographiC, coiffer avec precaution un
+pour être photographié, coiffer avec précaution un
-encore iamais miset rev\177tir une
+encore jamais mis et revêtir une
-velours, apr4s m’avoir cherch\177 partout, ma m\177re me
+velours, après m’avoir cherché partout, ma mère me
-petit raidilion contigu \177 Tansonville,
+petit raidillon contigu à Tansonville,
-aux aub\177pines, entourant
+aux aubépines, entourant
-de trag\177die \177 qui p\177seraient ces
+de tragédie à qui pèseraient ces
-ces noeuds avait
+ces nœuds avait
-pieds roes papillotes arrach\177es et
+pieds mes papillotes arrachées et
-Ma m\177re ne
+Ma mère ne
-pas touchbe par
+pas touchée par
-cri \177 la
+cri à la
-coiffe d\177fonc\177e et
+coiffe défoncée et
-l’entendis pas: \177 O mes
+l’entendis pas : « Ô mes
-petites aub\177pines, disais-ie en
+petites aubépines, disais-je en
-forcer \177 partir.
+forcer à partir.
-Aussi ie vous aimerai toujours., Et,
+Aussi je vous aimerai toujours. » Et,
-larmes, ]e leur
+larmes, je leur
-vie insens6e des
+vie insensée des
-et, m\177me \177 Paris,
+et, même à Paris,
-et \177couter des
+et écouter des
-les premieres aub\177pines. Une
+les premières aubépines. Une
-reste de’ la
+reste de la
-du c6t\177 de M\177s\177glise. Ils \177taient perp\177tuellement parcourus,
+du côté de Méséglise. Ils étaient perpétuellement parcourus,
-qui \177tait pour
+qui était pour
-le g\177nie particufier de
+le génie particulier de
-Chaque annie, le
+Chaque année, le
-notre arriv\177e, pour
+notre arrivée, pour
-que ]’\177tais bien \177t Combray, ie montais
+que j’étais bien à Combray, je montais
-courir \177 sa
+courir à sa
-le vent/t c6t\177 de
+le vent à côté de
-198 .4 LA RECHERCHE D U TEMPS PERDU soi du c6t\177 de M\177s\177glise, sur
+soi du côté de Méséglise, sur
-plaine bomb\177e o6 pendant
+plaine bombée où pendant
-que M ne Swann aliait souvent \177t Laon
+que Mlle Swann allait souvent à Laon
-ce fat \177t plusieurs
+ce fût à plusieurs
-trouvant compens\177e par
+trouvant compensée par
-chauds apres-midi, je
+chauds après-midi, je
-un mgme souffle,
+un même souffle,
-de l’extr\177me horizon,
+de l’extrême horizon,
-les bl\177s les plus \1771oign\177s, se
+les blés les plus éloignés, se
-l’immense \177tendue et
+l’immense étendue et
-et ti\177de, parmi
+et tiède, parmi
-les trifles, \177 mes
+les trèfles, à mes
-nous \177tait commune \177 tous
+nous était commune à tous
-avait pass\177 aupr\177s d’elle, que c’\177tait quelque
+avait passé auprès d’elle, que c’était quelque
-que ie pusse
+que je pusse
-et ]e l’embrassais
+et je l’embrassais
-passage. A gauche 6tait un
+passage. À gauche était un
-le cur\177). Sur
+le curé). Sur
-par del\177 les b16s les
+par delà les blés les
-clochers cise16s et
+clochers ciselés et
-de Saint-Andre-desChamps, eux-m\177mes effil\177s, \177cailleux, imbriqu\177s d’alv\177oles, guilloch6s, jaunissants
+de Saint-André-des-Champs, eux-mêmes effilés, écailleux, imbriqués d’alvéoles, guillochés, jaunissants
-deux ’\177pis. A intervalles sym\177triques, au
+deux épis. À intervalles symétriques, au
-larges p\177tales de
+larges pétales de
-du c6t\177 de M\177s\177glise que j’ai remarqu\177 pour la premiere fois
+du côté de Méséglise que j’ai remarqué pour la première fois
-terre ensoleill\177e, et
+terre ensoleillée, et
-que ]e voyais mon p\177re interrompre
+que je voyais mon père interrompre
-jamais d\177vier. Parlois dans
+jamais dévier. Parfois dans
-de l’apr\177s-midi passait
+de l’après-midi passait
-une nuke, furtive, sans dclat,
+une nuée, furtive, sans éclat,
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN x99 comme
+comme
-camarades, s’effasant, ne
+camarades, s’effaçant, ne
-attention \177 elle. J’aimais \177 retrouver
+attention à elle. J’aimais à retrouver
-ces ceuvres d’art \177taient bien diff\177rentes- du
+ces œuvres d’art étaient bien différentes — du
-les premieres ann\177es, avant
+les premières années, avant
-Bloch efit accoutum\177 mes
+Bloch eût accoutumé mes
-ma penske \177 des
+ma pensée à des
-subtiles -- de celles off la
+subtiles — de celles où la
-me paraltrait belle auiourd’hui et o/\177 je
+me paraîtrait belle aujourd’hui et où je
-alors. C’gtait, par
+alors. C’était, par
-Gleyre o/\177 elle d\177coupe nettement
+Gleyre où elle découpe nettement
-ces ceuvres naivement incompl\177tes comme \177taient roes propres
+ces œuvres naïvement incomplètes comme étaient mes propres
-les sceurs de ma grand’m\177re s’indignaient
+les sœurs de ma grand’mère s’indignaient
-de gofit en
+de goût en
-les ceuvres que parvenu \177 la maturitY, on admire d\177finitivement. C’est
+les œuvres que parvenu à la maturité, on admire définitivement. C’est
-les m\177rites esth\177tiques comme
+les mérites esthétiques comme
-objets mat\177riels qu’un ceil ouvert
+objets matériels qu’un œil ouvert
-sans avo\177r eu besoin Wen mfirir lentement des \177quivalents dans
+sans avoir eu besoin d’en mûrir lentement des équivalents dans
-propre cceur. C’est du c6t\177 de M\177s\177glise, \177 Montiouvain, maison situ\177e au
+propre cœur. C’est du côté de Méséglise, à Montjouvain, maison située au
-et adoss\177e \177 un
+et adossée à un
-buggy \177 route allure. A partir
+buggy à toute allure. À partir
-certaine annie on
+certaine année on
-avec ’une amie plus ftg\177e, qui
+avec une amie plus âgée, qui
-mauvaise r\177putation dans
+mauvaise réputation dans
-un iour s’installa d\177finitivement \177 Montiouvain. On disair: (( Faut-il
+un jour s’installa définitivement à Montjouvain. On disait : « Faut-il
-soit aveugl\177 par
+soit aveuglé par
-permettre \177 sa
+permettre à sa
-aoo A t.4 RECHE}\177CHE DU TEMPS PERDU parole ddplacde, de
+parole déplacée, de
-femme parefile. II dit
+femme pareille. Il dit
-femme sup6rieure, un grand cceur et
+femme supérieure, un grand cœur et
-avait cultiv6es. I1 peut \177tre stir que
+avait cultivées. Il peut être sûr que
-sa fille.. M.
+sa fille. » M.
-le disair; et fi est
+le disait ; et il est
-ses qualit6s morales
+ses qualités morales
-de route autre
+de toute autre
-injustement d6cri6, force
+injustement décrié, force
-tout \177tre /t manifester
+tout être à manifester
-moindres parcefies qu’il poss\177de de bont\177, d’abandon
+moindres parcelles qu’il possède de bonté, d’abandon
-l’entourage imm6diat. Le
+l’entourage immédiat. Le
-Percepied \177 qui
+Percepied à qui
-tenir rant qu’fi youlair le r61e de
+tenir tant qu’il voulait le rôle de
-sa r\177putation in\177branlable et imm\177rit\177e de
+sa réputation inébranlable et imméritée de
-le cur\177 et
+le curé et
-ton rude: \177 H\177 bien
+ton rude : « Hé bien
-il paralt qu’elle
+il paraît qu’elle
-amie, M lie Vinteuil. Ca a
+amie, Mlle Vinteuil. Ça a
-vous 6tonner. Moi
+vous étonner. Moi
-le p\177re Vinteuil
+le père Vinteuil
-dit ca hier. Apres tout,
+dit ça hier. Après tout,
-plus ice qu’il parait. Et
+plus à ce qu’il paraît. Et
-fille. AhI sapristi,
+fille. Ah ! sapristi,
-c’te bolte-l&. Mais qu’estce que
+c’te boîte-là. Mais qu’est-ce que
-avez i rire ?.mais ils
+avez à rire ? mais ils
-j’ai r[ncontr6 le p\177re Vinteuil pros du cimeti\177re. I1 ne
+j’ai rencontré le père Vinteuil près du cimetière. Il ne
-jambes. \177 Pour
+jambes. » Pour
-virent i cette 6poque M. Vinteuil 6viter les
+virent à cette époque M. Vinteuil éviter les
-se d\177tourner quand
+se détourner quand
-DU COTi\177 DE CHEZ $WANN :zot quelques
+quelques
-des journ\177es enti\177res devant
+des journées entières devant
-femme mil efit \177t\177 diflScile de
+femme — il eût été difficile de
-qu’il \177tait en
+qu’il était en
-couraient. II les con’naissait, peut-\177tre m\177me y
+couraient. Il les connaissait, peut-être même y
-foi. II n’est peut-\177tre pas
+foi. Il n’est peut-être pas
-la complexit\177 des
+la complexité des
-amener \177 vivre
+amener à vivre
-la familiarit\177 du
+la familiarité du
-formellement N sans
+formellement — sans
-le d\177guisement de
+le déguisement de
-qu’il rev\177t pour
+qu’il revêt pour
-faire souffrir: paroles bizarres, attitu. de inexplicable,
+faire souffrir : paroles bizarres, attitude inexplicable,
-tel \177tre qu’elle
+tel être qu’elle
-ailleurs rant de
+ailleurs tant de
-la r\177signation \177 une
+la résignation à une
-croit \177 tort \177tre l’apanage
+croit à tort être l’apanage
-la boh\177me: elles
+la bohême : elles
-chaque lois qu’a
+chaque fois qu’a
-se r\177server la
+se réserver la
-la s\177curit\177 qui
+la sécurité qui
-sont n\177cessaires un
+sont nécessaires un
-nature elle-m\177me fait \177panouir chez
+nature elle-même fait épanouir chez
-enfant, parlois rien qu’en m\177lant les
+enfant, parfois rien qu’en mêlant les
-son p\177re et
+son père et
-sa m\177re, comme
+sa mère, comme
-connaissait peut*\177tre la
+connaissait peut-être la
-pour elleen efit \177t\177 diminu\177. Les
+pour elle en eût été diminué. Les
-ne p\177n\177trent pas
+ne pénètrent pas
-fait naltre cellesoci, ils
+fait naître celles-ci, ils
-les d\177truisent pas; ils
+les détruisent pas ; ils
-constants d\177mentis sans
+constants démentis sans
-se succgdant sans
+se succédant sans
-la bont\177 de
+la bonté de
-son m\177decin. Mais
+son médecin. Mais
-202 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU songeait /t sa
+songeait à sa
-et \177t [ui-m\177me du
+et à lui-même du
-leur r\177putation, quand
+leur réputation, quand
-cherchait \177 se
+cherchait à se
-l’estime g\177n\177rale, alors
+l’estime générale, alors
-social, ille portaft exactement comme l’efit fait
+social, il le portait exactement comme l’eût fait
-lui efit \177t\177 le
+lui eût été le
-ses mani\177res en avaient regu depuis
+ses manières en avaient reçu depuis
-cette humflit6, ce
+cette humilité, ce
-(eussent-ils \177t\177 fort
+(eussent-ils été fort
-lui jusque1\177), cette tendance \177 chercher \177 remonter jusqu’\177 eux,
+lui jusque-là), cette tendance à chercher à remonter jusqu’à eux,
-une r\177sultante presque m\177canique de
+une résultante presque mécanique de
-les d\177ch\177ances. Un
+les déchéances. Un
-qui d\177bouchait d’une autre s’\177tait trouv\177 trop
+qui débouchait d’une autre s’était trouvé trop
-nous \177viter, et
+nous éviter, et
-orgueilleuse charit\177 de
+orgueilleuse charité de
-ses pr\177iug\177s moraux,
+ses préjugés moraux,
-les t\177moignages chatouillent
+les témoignages chatouillent
-plus pr\177cieux \177 celui
+plus précieux à celui
-les re,oft, avait longuement caus\177 avec M. Vinteuil,/\177 qui iusque-l\177 il
+les reçoit, avait longuement causé avec M. Vinteuil, à qui jusque-là il
-avait demand\177 avant
+avait demandé avant
-jouer {\177 Tansonville. C’\177tait une
+jouer à Tansonville. C’était une
-qui, ily a
+qui, il y a
-ans, e\177t indign\177 M.
+ans, eût indigné M.
-croyait oblig\177 par eux {\177 ne
+croyait obligé par eux à ne
-avoir l’indiscr\177tion de l’accepter. L’amabilit\177 de
+avoir l’indiscrétion de l’accepter. L’amabilité de
-semblait \177tre en soi-m\177me un
+semblait être en soi-même un
-si d\177licieux qu’il pensaft qu’il valait peut-\177tre mieux
+si délicieux qu’il pensait qu’il valait peut-être mieux
-douceur route platonique
+douceur toute platonique
-DU COT]\177 DE CHEZ SWANN eo3 -- Quel
+— Quel
-eut quitt\177s, avec la m\177me enthousiaste vgn\177ration qui
+eut quittés, avec la même enthousiaste vénération qui
-duchesse, ffitelle laide
+duchesse, fût-elle laide
-tout {t fait d\177plac\177. Et
+tout à fait déplacé. Et
-plus sinceres sont m\177l\177s d’hypocrisie et d\177pouillent en
+plus sincères sont mêlés d’hypocrisie et dépouillent en
-expriment d\177s qu’elle
+expriment dès qu’elle
-plus l{t, roes parents d\177plor\177rent avec
+plus là, mes parents déplorèrent avec
-cela m\177me qu’ils
+cela même qu’ils
-de mgme acabit)
+de même acabit)
-qu’il n’\177tait pas contrevenu {\177 Montjouvain.
+qu’il n’était pas contrevenu à Montjouvain.
-premier i’ le
+premier à le
-chaque lois qu’il venait de.quitter M.
+chaque fois qu’il venait de quitter M.
-renseignement \177 lui
+renseignement à lui
-le mgme nom
+le même nom
-cette fois-li il s’\177tait bien
+cette fois-là il s’était bien
-avait i lui
+avait à lui
-fille \177 Tansonville.
+fille à Tansonville.
-du c6t\177 de M\177s\177glise \177tait la
+du côté de Méséglise était la
-et qu’i cause
+et qu’à cause
-la r\177servait pour
+la réservait pour
-du c6t\177 de M\177s\177glise \177tait assez
+du côté de Méséglise était assez
-et nou. sne perdions
+et nous ne perdions
-la lisi\177re des
+la lisière des
-dans l’\177paisseur desquels
+dans l’épaisseur desquels
-mettre i couvert.
+mettre à couvert.
-cachait derri\177re une nu\177e qui d\177formait son
+cachait derrière une nuée qui déformait son
-bordure. L’\177clat, mais
+bordure. L’éclat, mais
-la clart\177, \177tait enlev\177 i la campagne oh route vie
+la clarté, était enlevé à la campagne où toute vie
-204 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU le
+le
-ses ar\177tes blanches
+ses arêtes blanches
-une precision et
+une précision et
-un COrbeau qui
+un corbeau qui
-le loinrain et,
+le lointain et,
-ciel blanchi\177sant, le loinrain des
+ciel blanchissant, le lointain des
-ces camaieux qui d\177corent les
+ces camaïeux qui décorent les
-avait menacds le
+avait menacés le
-avait \177 sa devanture; les goutres d’eau,
+avait à sa devanture ; les gouttes d’eau,
-descendaient a rangs presses du
+descendaient à rangs pressés du
-se s\177parent point,
+se séparent point,
-pas /t l’aventure
+pas à l’aventure
-rapide travers\177e, mais
+rapide traversée, mais
-qu’au d\177part des
+qu’au départ des
-nous r\177fugiions dans
+nous réfugiions dans
-plus d\177biles, plus
+plus débiles, plus
-les goutres se
+les gouttes se
-terre \177tait d\177j\177 presque s\177ch\177e que
+terre était déjà presque séchée que
-s’attardait /\177 jouer
+s’attardait à jouer
-suspendue a la pointe, repos\177e, brillant
+suspendue à la pointe, reposée, brillant
-de route la
+de toute la
-le nez.’ Souvent
+le nez. Souvent
-abriter, p\177lem\177le avec
+abriter, pêle-mêle avec
-de Saint-Andre-des-Champs. Que cette \177glise \177tait fransaise !
+de Saint-André-des-Champs. Que cette église était française !
-lys \177 la
+lys à la
-des sc\177nes de
+des scènes de
-de fun\177railles, \177taient reprisentis comme
+de funérailles, étaient représentés comme
-pouvaient l’\177tre dans l’ttme de Fran5oise. Le
+pouvaient l’être dans l’âme de Françoise. Le
-aussi narr\177 certaines anecdotes relatives/t Aristote et \177 Virgile
+aussi narré certaines anecdotes relatives à Aristote et à Virgile
-la m\177me fa5on que Fran5oise /i la
+la même façon que Françoise à la
-et g\177n\177ralement pour
+et généralement pour
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN 205 comparaison /t mes grands-parents moins, justes ,. On
+comparaison à mes grands-parents moins « justes ». On
-l’artiste m\177di\177val et
+l’artiste médiéval et
-paysanne m\177di\177vale (survivant au XIX e si\177cle) avaient
+paysanne médiévale (survivant au XIXe siècle) avaient
-ou chr\177tienne, et
+ou chrétienne, et
-tradition /l la
+tradition à la
-directe, � ininterrompue, orale, d\177form\177e, m\177connaissable et
+directe, ininterrompue, orale, déformée, méconnaissable et
-autre personnalit\177 de
+autre personnalité de
-aussi, virtuelie et prophetisle, dans
+aussi, virtuelle et prophétisée, dans
-de Saint-Andre-des~Champs, c’\177tait le jeune Theodore, le gar5on de
+de Saint-André-des-Champs, c’était le jeune Théodore, le garçon de
-Camus. Franfoise sentair d’ailleurs si bien’en lui
+Camus. Françoise sentait d’ailleurs si bien en lui
-tante L\177onie \177tait trop
+tante Léonie était trop
-que Fran5oise pfit suffire \177 la
+que Françoise pût suffire à la
-lit, & la .porter dans
+lit, à la porter dans
-fauteuil, plut6t que
+fauteuil, plutôt que
-la fille.de cuisine
+la fille de cuisine
-faire \177 bien voir, de
+faire « bien voir » de
-appelait Th\177odore. Or ce gar5on, qui passair et
+appelait Théodore. Or ce garçon, qui passait et
-sujet, \177tait tellement
+sujet, était tellement
-de l’\177tme qui avait d\177cor\177 Saint-Andre-des-Champs et
+de l’âme qui avait décoré Saint-André-des-Champs et
-que Fran9oise trouvait
+que Françoise trouvait
-aux ({ pauvres malades \177, \177 \177{ sa pauvre maitresse \177, qu’il
+aux « pauvres malades », à « sa pauvre maîtresse », qu’il
-la tgte de
+la tête de
-mine naive et z\177l\177e des
+mine naïve et zélée des
-cierge /l la
+cierge à la
-Vierge d\177faillante, comme
+Vierge défaillante, comme
-pierre sculpt\177e, gris\177tres et
+pierre sculptée, grisâtres et
-hiver, n’\177taient qu’un
+hiver, n’étaient qu’un
-qu’une r\177serve, prate \177 refleurir
+qu’une réserve, prête à refleurir
-populaires, r\177v\177rends et fut\177s comme
+populaires, révérends et futés comme
-de Theodore, enlumin\177s de
+de Théodore, enluminés de
-pomme mfire. Non plus appliqu\177e /l la
+pomme mûre. Non plus appliquée à la
-mais d\177tach\177e du
+mais détachée du
-lui \177vit/it de
+lui évitât de
-206 .4 LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU une
+une
-grappe mfire dans
+grappe mûre dans
-front \177troit, le
+front étroit, le
-les prunelies enfonc\177es, Fair valide,
+les prunelles enfoncées, l’air valide,
-la contr&. Cette
+la contrée. Cette
-pas cherch\177e, \177tait souvent certifi\177e par quelque rifle des
+pas cherchée, était souvent certifiée par quelque fille des
-mettre /l couvert,
+mettre à couvert,
-la presence, parefile /i celle
+la présence, pareille à celle
-feuillage pari\177taires qui ont pouss\177/l c6t\177 des feuillages sculpt\177s, semblait destinge /t permettre,
+feuillage pariétaires qui ont poussé à côté des feuillages sculptés, semblait destinée à permettre,
-la v\177rit\177 de l’ceuvre d’art. Derant nous,
+la vérité de l’œuvre d’art. Devant nous,
-le loinrain, terre
+le lointain, terre
-ou maudire, Roussainville,
+ou maudite, Roussainville,
-n’ai jamMs p\177n\177tr\177, Roussainville, tant6t, quand
+n’ai jamais pénétré, Roussainville, tantôt, quand
-avait d\177j/i cess\177 pour
+avait déjà cessé pour
-continuait \177 \177tre ch&ti\177 comme
+continuait à être châtié comme
-de Forage qui
+de l’orage qui
-bien \177tait d\177jh pardonn\177 par
+bien était déjà pardonné par
-le P\177re qui
+le Père qui
-lui, in\177galement longues,
+lui, inégalement longues,
-d’or effrang\177es de
+d’or effrangées de
-temps \177tait tout /i fait g&t\177, il fallair rentrer
+temps était tout à fait gâté, il fallait rentrer
-rester enferm\177 dans
+rester enfermé dans
-maison. \177& et l& au
+maison. Çà et là au
-que l’obscurit\177 et l’humidit\177 faisaient ressembler /l la
+que l’obscurité et l’humidité faisaient ressembler à la
-maisons isol\177es, accroch\177es au
+maisons isolées, accrochées au
-colline plong\177e dans
+colline plongée dans
-ont repli\177 leurs
+ont replié leurs
-pour route la
+pour toute la
-Mais qu’importair la
+Mais qu’importait la
-qu’importait Forage! L%t\177, le
+qu’importait l’orage ! L’été, le
-humeur passag\177re, superficielle,
+humeur passagère, superficielle,
-temps sousojacent et
+temps sous-jacent et
-bien different du
+bien différent du
-contraire, install\177 sur
+contraire, installé sur
-terre off fl s’est
+terre où il s’est
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN \177o 7 solidifi\177 en
+solidifié en
-peut s’\177goutter sans
+peut s’égoutter sans
-la r\177sistance de
+la résistance de
-a hiss\177 pour route la
+a hissé pour toute la
-ses pavilions de
+ses pavillons de
-salon, oh j’attendais
+salon, où j’attendais
-du diner en lisant, i’entendais l’eau d6goutter de
+du dîner en lisant, j’entendais l’eau dégoutter de
-de l’\177t\177, toute
+de l’été, toute
-pluvieuse, /i assurer la continuit\177 du beau temps; qu’il
+pluvieuse, à assurer la continuité du beau temps ; qu’il
-la barri\177re blanche
+la barrière blanche
-de cceur; et
+de cœur ; et
-adresser \177 l’orage
+adresser à l’orage
-salutations d\177ses~ p\177r6es; c’est
+salutations désespérées ; c’est
-temps \177tait mauvais d\177s le marin, mes parents renon\177aient/\177 la
+temps était mauvais dès le matin, mes parents renonçaient à la
-ces jours-1/i, marcher
+ces jours-là, marcher
-du c6t\177 de M\177s\177glise-laVineuse, dins l’automne oh nous dfimes venir \177 Combray
+du côté de Méséglise-la-Vineuse, dans l’automne où nous dûmes venir à Combray
-tante L\177onie, car elle \177tait enfin
+tante Léonie, car elle était enfin
-faisant triompher/\177 la lois ceux qui pr\177tendaient que son r\177gime affaiblissant
+faisant triompher à la fois ceux qui prétendaient que son régime affaiblissant
-non tooins les
+non moins les
-toujours sourenu qu’elle souffrait ’d’une maladie
+toujours soutenu qu’elle souffrait d’une maladie
-organique, \177 l’\177vidence de
+organique, à l’évidence de
-bien obliges de
+bien obligés de
-aurait succomb\177; et
+aurait succombé ; et
-par sa’ mort
+par sa mort
-douleur qu’\177 un seul \177tre, mais /i celui-lA, sauvage.
+douleur qu’à un seul être, mais à celui-là, sauvage.
-la dernitre maladie
+la dernière maladie
-tante, Fran\177oise ne
+tante, Françoise ne
-208 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU d\177shabilla pas,
+déshabilla pas,
-quitta son-corps que
+quitta son corps que
-il rut enterr\177. Alors nous comprlmes que
+il fut enterré. Alors nous comprîmes que
-crainte o/\177 Franfoise avait v\177cu des
+crainte où Françoise avait vécu des
-des soupsons, des col\177res de
+des soupçons, des colères de
-avait d\177velopp\177 chez
+avait développé chez
-qui \177tait de la v\177n\177ration et de l’amour, Sa v\177ritable maitresse aux d\177cisions impossibles \177 pr\177voir, aux
+qui était de la vénération et de l’amour. Sa véritable maîtresse aux décisions impossibles à prévoir, aux
-difficiles /t d\177jouer, au bon coeur facile \177t fl\177chir, sa
+difficiles à déjouer, au bon cœur facile à fléchir, sa
-son myst\177rieux et
+son mystérieux et
-monarque n’\177tait plus. A c6t\177 d’elle
+monarque n’était plus. À côté d’elle
-chose. I1 \177tait loin
+chose. Il était loin
-temps o\177, quand
+temps où, quand
-avions commenc\177 /\177 venir
+avions commencé à venir
-vacances /t Combray, nous poss\177dions autant
+vacances à Combray, nous possédions autant
-de Franfoise. Cet automne-l\177, tout occup\177s des formatit,s /l remplir,
+de Françoise. Cet automne-là, tout occupés des formalités à remplir,
-fermiers, roes parents, n’ayant gu\177re de
+fermiers, mes parents, n’ayant guère de
-du c6t\177 de M\177s\177glise, envelopp\177 dans
+du côté de Méséglise, enveloppé dans
-me protegeair contre
+me protégeait contre
-mes \177paules que je sentMs que
+mes épaules que je sentais que
-rayures \177cossaises scandalisaient Franfoise, dans
+rayures écossaises scandalisaient Françoise, dans
-entrer l’id\177e que
+entrer l’idée que
-des vgtements n’a rien \177 faire
+des vêtements n’a rien à faire
-deuil et/l qui
+deuil et à qui
-ma tanate ptaisait peu,
+ma tante plaisait peu,
-pas donn\177 de
+pas donné de
-repas fun\177bre, que
+repas funèbre, que
-voix special pour
+voix spécial pour
-que m\177me parlois je
+que même parfois je
-suis stir que
+suis sûr que
-livre -- et
+livre — et
-cela j’\177tais bien moi-m\177me comme Fran5oise -cette conception
+cela j’étais bien moi-même comme Françoise — cette conception
-deuil d’apr\177s la chanson de
+deuil d’après la Chanson de
-de Saint~Andre-des-Champs m’efit \177t\177 sympathique. Mais d\177s que Fran5oise
+de Saint-André-des-Champs m’eût été sympathique. Mais dès que Françoise
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN 209 \177tait aupr\177s de
+était auprès de
-un d\177mon me poussait /l souhaiter qu’elle ffit en col\177re, je
+un démon me poussait à souhaiter qu’elle fût en colère, je
-moindre pr\177texte pour
+moindre prétexte pour
-que c%tait une
+que c’était une
-femme, malgr\177 ses
+femme, malgré ses
-que c’&ait ma
+que c’était ma
-qu’elle efit pu’\177tre ma
+qu’elle eût pu être ma
-m’eussent �embl\177 ineptes
+m’eussent semblé ineptes
-alors Fran\177oise, remplie
+alors Françoise, remplie
-un po\177te d’un flor de pens\177es confuses
+un poète d’un flot de pensées confuses
-savoir r\177pondre & mes theories et disair: \177 Je
+savoir répondre à mes théories et disait : « Je
-pas ___m.’exprimer \177, je
+pas m’exprimer », je
-docteur Percepied; et
+docteur Percepied ; et
-elle ajoutait: (\177Elle \177tait tout de mgme de la parent\177se, il
+elle ajoutait : « Elle était tout de même de la parentèse, il
-doit /l la parent\177se ,, je
+doit à la parentèse », je
-les \177paules et
+les épaules et
-me disais: \177{ Je
+me disais : « Je
-une illettr\177e qui
+une illettrée qui
-pareils ,, adoptant
+pareils », adoptant
-juger Fran9oise le
+juger Françoise le
-de rue mesquin
+de vue mesquin
-les m\177prisent le
+les méprisent le
-dans l’impartialit\177 de la m\177ditation sont
+dans l’impartialité de la méditation sont
-le r61e, quand
+le rôle, quand
-des sc\177nes vulgaires
+des scènes vulgaires
-cet automne-l& furent d\177au tant plus agr\177ables que
+cet automne-là furent d’autant plus agréables que
-faisais apres de
+faisais après de
-heures pass&s sur
+heures passées sur
-Quand j’\177tais fatigu\177 d’avoir
+Quand j’étais fatigué d’avoir
-la matinee dans
+la matinée dans
-mes \177paules, je sortais: mon corps oblig\177 depuis
+mes épaules, je sortais : mon corps obligé depuis
-garder l’immobilit& mais qui s%tait charg\177 sur
+garder l’immobilité, mais qui s’était chargé sur
-vitesse accumul\177es, avait
+vitesse accumulées, avait
-qu’on l&che, de les d\177penser dans
+qu’on lâche, de les dépenser dans
-du bols de
+du bois de
-de Vol. I. x4
+de
-2xo A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU canne,
+canne,
-qui n’\177taient, les
+qui n’étaient, les
-des id&s confuses
+des idées confuses
-la lumi\177re, pour avoir prefer& \177 un
+la lumière, pour avoir préféré, à un
-difficile &laircissement, le
+difficile éclaircissement, le
-d’une d\177rivation plus aisde vers
+d’une dérivation plus aisée vers
-issue immediate. La
+issue immédiate. La
-des pratendues traductions
+des prétendues traductions
-en d\177barrasser, en
+en débarrasser, en
-pas & le connaltre. Quand
+pas à le connaître. Quand
-au c6t\177 de M\177sdglise, des humbles d\177couvertes dont il fur le
+au côté de Méséglise, des humbles découvertes dont il fut le
-le n&essaire inspirateur\177j.e\177 me
+le nécessaire inspirateur, je me
-cet automne-1/i, dans
+cet automne-là, dans
-promenades, pros du
+promenades, près du
-qui protege Mont]ouvain, que ]e fus frappd pour la premiere lois de ce d\177saccord entre
+qui protège Montjouvain, que je fus frappé pour la première fois de ce désaccord entre
-habituelle. Apres une
+habituelle. Après une
-j’avais lutt\177 avec alldgresse, cornroe ]’arrivals au
+j’avais lutté avec allégresse, comme j’arrivais au
-Montjouvain, derant une
+Montjouvain, devant une
-tuiles oh le
+tuiles où le
-de ]ardinage, le
+de jardinage, le
-de reparaitre, et
+de reparaître, et
-dorures lav6es par
+dorures lavées par
-reluisaient /k neuf
+reluisaient à neuf
-sur lemur de
+sur le mur de
-encore mouill\177, /\177 la cr\177te duquel
+encore mouillé, à la crête duquel
-qui souffiait tirait
+qui soufflait tirait
-herbes foiles qui avaient pouss\177 dans
+herbes folles qui avaient poussé dans
-au gr\177 de
+au gré de
-souffle \177usqu’/\177 l’extr\177mit\177 de
+souffle jusqu’à l’extrémité de
-et l\177g\177res. Le
+et légères. Le
-de tulle faisait
+de tuile faisait
-soleil rendair de nouveau r\177fl&hissante, une
+soleil rendait de nouveau réfléchissante, une
-rose, & laquelle ie n’avais encore lamais fait
+rose, à laquelle je n’avais encore jamais fait
-Et royant sur
+Et voyant sur
-et \177t la
+et à la
-un pMe sourire r4pondre
+un pâle sourire répondre
-D U CO TI\177. DE CHEZ SIVA NN \177 \177 x au
+au
-je m’\177criai dans tout mon
+je m’écriai dans mon
-parapluie referm\177: \177 Zut,
+parapluie refermé : « Zut,
-zut. \177 Mais en m\177me temps
+zut. » Mais en même temps
-devoir efit \177t\177 de
+devoir eût été de
-tenir \177 ces
+tenir à ces
-de t\177cher de
+de tâcher de
-ce moment-1/\177 encore -- grace \177 un
+ce moment-là encore — grâce à un
-l’air d\177j/i d’\177tre d’assez mau~ raise humeur,
+l’air déjà d’être d’assez mauvaise humeur,
-qui r\177pondit sans chaleur \177 mes \177( beau
+qui répondit sans chaleur à mes « beau
-bon marcher, -- que
+bon marcher » — que
-les m\177mes \177motions ne
+les mêmes émotions ne
-pas simultan\177ment, dans
+pas simultanément, dans
-ordre pr\177dtabli, chez tousles hommes.
+ordre préétabli, chez tous les hommes.
-chaque lois qu’une
+chaque fois qu’une
-camarade \177 qui je br61ais d’adresser
+camarade à qui je brûlais d’adresser
-et d\177sirait maintenant
+et désirait maintenant
-le laiss\177t lire
+le laissât lire
-penser \177 mes
+penser à mes
-les ddcisions les
+les décisions les
-propres /t leur
+propres à leur
-avaient employ\177 le m\177me temps/l apprendre
+avaient employé le même temps à apprendre
-j’avais oubli\177e et
+j’avais oubliée et
-reprochaient sdv\177rement au moment o/\177 je m’\177lan\177ais vers
+reprochaient sévèrement au moment où je m’élançais vers
-embrasser. Parfois/k l’exaltation
+embrasser. Parfois à l’exaltation
-en d\177partager nettement, caus\177e par le d\177sir de. voir surgir derant moi
+en départager nettement, causée par le désir de voir surgir devant moi
-bras. N\177 brusquement,
+bras. Né brusquement,
-exactement & sa
+exactement à sa
-de pens6es tr\177s diff6rentes, le
+de pensées très différentes, le
-il 6tait accompagn6 ne
+il était accompagné ne
-qu’un degr\177 sup\177rieur de
+qu’un degré supérieur de
-un m6rite de plus /l tout
+un mérite de plus à tout
-qui \177tait /lce moment-1/l dans
+qui était à ce moment-là dans
-212 .4 LA RECHERCHE DU TEMPS .PERDU rose
+rose
-herbes foiles, au
+herbes folles, au
-Roussainville oh je d\177sirais depuis
+Roussainville où je désirais depuis
-son bols, au
+son bois, au
-son \177glise, de cet \177moi nouveau
+son église, de cet émoi nouveau
-seulement paraltre plus d\177sirab.les parce
+seulement paraître plus désirables parce
-que c’\177tait eux
+que c’était eux
-ce d\177sir qu’une femme apparfit ajoutait
+ce désir qu’une femme apparût ajoutait
-retour, \177largissaient ce
+retour, élargissaient ce
-la beaut\177 des arbres, c’dtait encore
+la beauté des arbres, c’était encore
-que l’f\177me de
+que l’âme de
-de Roussainviile, des
+de Roussainville, des
-cette ann\177e-lg, son
+cette année-là, son
-la livrerait; et
+la livrerait ; et
-ma sensualitY, ma sensualit\177 se r\177pandant dans tousles domaines
+ma sensualité, ma sensualité se répandant dans tous les domaines
-mon d\177sir n’avait
+mon désir n’avait
-qu’aussi -- comme il’ arrive
+qu’aussi — comme il arrive
-de r\177verie au
+de rêverie au
-nature oh l’action
+nature où l’action
-l’habitude \177tant suspendue,
+l’habitude étant suspendue,
-de c6t\177, nous
+de côté, nous
-profonde & l’originalit\177,/i la
+profonde à l’originalité, à la
-lieu oh nous
+lieu où nous
-trouvons -- la
+trouvons — la
-mon d\177sir me semblait \177tre non
+mon désir me semblait être non
-type g\177n\177ral: la
+type général : la
-produit ndcessaire et
+produit nécessaire et
-ce temps-1/l tout
+ce temps-là tout
-qui n’\177tait pas
+qui n’était pas
-les \177tres, me
+les êtres, me
-plus pr\177cieux, plus important, dou\177 d’une
+plus précieux, plus important, doué d’une
-plus r\177elle que
+plus réelle que
-ne parait aux
+ne paraît aux
-les \177tres, je
+les êtres, je
-les s\177parais pas.
+les séparais pas.
-le d\177sir d’une
+le désir d’une
-de M\177s\177glise ou
+de Méséglise ou
-d’une p&heuse de
+d’une pêcheuse de
-le d\177sir de M\177s\177glise et
+le désir de Méséglise et
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN :zx 3 vaient
+vaient
-avais modifi\177 .& ma
+avais modifié à ma
-conditions. Connaitre/\177 Paris une pgcheuse de
+conditions. Connaître à Paris une pêcheuse de
-de M\177s\177glise, \177’efit \177t\177 recevoir
+de Méséglise, ç’eût été recevoir
-sur 1\177 plage, une foug\177re que
+sur la plage, une fougère que
-pas trouv\177e dans
+pas trouvée dans
-bois, �’efit \177t\177 retrancher
+bois, ç’eût été retrancher
-me donnerair tous
+me donnerait tous
-l’avait envelopp\177e mon
+l’avait enveloppée mon
-paysanne & embrasser, c’\177tait ne pas connaitre de
+paysanne à embrasser, c’était ne pas connaître de
-le tr\177sor cache, la beaut\177 profonde..Cette fille
+le trésor caché, la beauté profonde. Cette fille
-que cribl\177e de feuillages, ’elle \177tait elle-mgme pour
+que criblée de feuillages, elle était elle-même pour
-d’une esp&e plus \177levde s\177ulement que
+d’une espèce plus élevée seulement que
-plus pros qu’en
+plus près qu’en
-la saveu. r profonde
+la saveur profonde
-pouvais d’au� tant plus
+pouvais d’autant plus
-sorte particuli\177re et
+sorte particulière et
-pu connattre le
+pu connaître le
-que j’\177tais pour
+que j’étais pour
-encore pas ericore abstrait
+encore à l’âge où l’on n’a pas encore abstrait
-femmes diff\177rentes avec
+femmes différentes avec
-l’a gofit\177, oh on
+l’a goûté, où on
-pas r\177duit \177 une notion g\177n\177rale qui
+pas réduit à une notion générale qui
-fait consid\177rer d\177s lors comme des instruments
+fait considérer dès lors comme les instruments
-identique. I1 n’existe mgme pas, isol& s\177par\177 et formul\177 dans
+identique. Il n’existe même pas, isolé, séparé et formulé dans
-trouble pr\177alable qu’on ressent. A peine
+trouble préalable qu’on ressent. À peine
-qu’on aura; plut6t, on
+qu’on aura ; plutôt, on
-charme & elle; car
+charme à elle ; car
-pas & soi,
+pas à soi,
-pense qu’& sortir de sol. Obscur\177ment attendu,
+pense qu’à sortir de soi. Obscurément attendu,
-et cache, il
+et caché, il
-seulement & un
+seulement à un
-moment oh il
+moment où il
-nous caus\177nt les
+nous causent les
-2x 4 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU qui est aupr\177s de
+qui est auprès de
-nous apparalt surtout & nous-m\177me comme
+nous apparaît surtout à nous-même comme
-la bont\177 de cceur de
+la bonté de cœur de
-touchante predilection & notre \177gard que
+touchante prédilection à notre égard que
-comble. H\177las, c’\177tait en
+comble. Hélas, c’était en
-venir aupr\177s de
+venir auprès de
-premiers d\177sirs, quand
+premiers désirs, quand
-de Comb. ray, dans
+de Combray, dans
-la fen\177tre entr’ouverte,
+la fenêtre entr’ouverte,
-les h\177sitations h\177roiques du
+les hésitations héroïques du
-du d\177sesp\177r\177 qui
+du désespéré qui
-suicide, d\177faillant, je me fiayais en moi-m\177me une
+suicide, défaillant, je me frayais en moi-même une
-moment oh une trace naturelie comme
+moment où une trace naturelle comme
-d’un colima5on s’aj outair aux
+d’un colimaçon s’ajoutait aux
-se penchai\177nt jusqu’& moi.
+se penchaient jusqu’à moi.
-tenant l’\177tendue dans
+tenant l’étendue dans
-de Saint-Andre-des-Champs; jamais
+de Saint-André-des-Champs ; jamais
-pas manqu\177 d’y
+pas manqué d’y
-j’avais \177t\177 avec mon grand-p\177re et dans l’impossibilit\177 de
+j’avais été avec mon grand-père et dans l’impossibilité de
-fixais ind\177finiment le
+fixais indéfiniment le
-arbre loinrain, de derri\177re lequel elle aliait surgir
+arbre lointain, de derrière lequel elle allait surgir
-venir & moi; l’horizon. scrut\177 restair d\177sert, la
+venir à moi ; l’horizon scruté restait désert, la
-tombait, c’\177tait sans
+tombait, c’était sans
-attention s’attachai.t, comme
+attention s’attachait, comme
-les creatures qu’ils pouvaient receler, \177 ce sol sterile, & cette terre \177puis\177e; et ce n’\177tait plus d’all\177gresse, c’\177tait de
+les créatures qu’ils pouvaient recéler, à ce sol stérile, à cette terre épuisée ; et ce n’était plus d’allégresse, c’était de
-ne sortaient pas plus d’gtres vivants
+ne sortait pas plus d’êtres vivants
-.DU COT\177 DE CHEZ SWANN \177x5 s’ils eussent \177t\177 des
+s’ils eussent été des
-ne pourant me r\177signer/l rentrer /i la
+ne pouvant me résigner à rentrer à la
-d’avoir serr\177 dans
+d’avoir serré dans
-tant d\177sir\177e, j’\177tais pourtant oblig\177 de
+tant désirée, j’étais pourtant obligé de
-m’avouant g moi-mgme qu’\177tait de
+m’avouant à moi-même qu’était de
-moins probabl\177-le hasard qui l’efit mise
+moins probable le hasard qui l’eût mise
-s’y ffit-elle trouv\177e, d’ailleurs, euss\177-je os\177 lui
+s’y fût-elle trouvée, d’ailleurs, eussé-je osé lui
-qu’elle m’efit consid\177r\177 cornroe un fou; je
+qu’elle m’eût considéré comme un fou ; je
-croire partages p. ar d’\177utres gtres, de
+croire partagés par d’autres êtres, de
-les d\177sirs que je formals pendant
+les désirs que je formais pendant
-se rdalisaient pas.
+se réalisaient pas.
-les creations purement
+les créations purement
-mon temperament. Ils
+mon tempérament. Ils
-la r\177alit\177 qui d\177s lors
+la réalité qui dès lors
-et n’\177tait plus & ma
+et n’était plus à ma
-l’est \177t la
+l’est à la
-C’est peut-gtre d’une impression .ressentie aussi aupr\177s de
+C’est peut-être d’une impression ressentie aussi auprès de
-quelques ann\177es plus
+quelques années plus
-impression rest\177e obscure
+impression restée obscure
-bien apres, l’id\177e que
+bien après, l’idée que
-suis faire du
+suis faite du
-un r61e important
+un rôle important
-vie. C’\177tait par
+vie. C’était par
-temps tr\177s chaud; mes
+temps très chaud ; mes
-avaient d\177 s’absenter
+avaient dû s’absenter
-la journ\177e, m’avaient
+la journée, m’avaient
-je voudrais; et \177tant all\177 iusqu’/i la
+je voudrais ; et étant allé jusqu’à la
-Montjouvain oh j’aimais
+Montjouvain où j’aimais
-je m’\177tais \177tendu \177 l’ombre
+je m’étais étendu à l’ombre
-maison, 1\177 oh j’avais
+maison, là où j’avais
-mon p\177re autrefois, un iour qu’il \177tait all\177 voir’ M. Vinteuil. I1 faisait
+mon père autrefois, un jour qu’il était allé voir M. Vinteuil. Il faisait
-je m’\177veillai, je
+je m’éveillai, je
-2\1776 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU lever,
+lever,
-vis Mno Vinteuil
+vis Mlle Vinteuil
-la reconnaltre, car
+la reconnaître, car
-souvent it Combray,
+souvent à Combray,
-elle \177tait encore
+elle était encore
-qu’elle commensait d’\177tre une jeune rifle) qui
+qu’elle commençait d’être une jeune fille) qui
-moi, it quelques centimttres de
+moi, à quelques centimètres de
-chambre off son ptre avait regu le
+chambre où son père avait reçu le
-salon it elle. La fenltre \177tait entr’ouverte,
+salon à elle. La fenêtre était entr’ouverte,
-lampe \177tait allum\177e, je
+lampe était allumée, je
-me vlt, mais
+me vît, mais
-fait craquer. les
+fait craquer les
-m’aurait entendue et
+m’aurait entendu et
-je m’\177tais cach\177 lit pour l’\177pier. Elle \177tait en
+je m’étais caché là pour l’épier. Elle était en
-son ptre \177tait mort
+son père était mort
-Nous n’\177tions pas allis la
+Nous n’étions pas allés la
-ma mire ne
+ma mère ne
-voulu it cause
+voulu à cause
-elle limitair seule
+elle limitait seule
-la bont\177: la pudeur; mais
+la bonté : la pudeur ; mais
-plaignait profond\177ment. Ma mire se
+plaignait profondément. Ma mère se
-tout absorb\177e d’abord
+tout absorbée d’abord
-de mire et
+de mère et
-donnait it sa
+donnait à sa
-avait caus\177es; elle
+avait causées ; elle
-visage tortur\177 qu’avait
+visage torturé qu’avait
-vieillard tousles .derniers temps; elle sayair qu’il avait re nonc\177 it jamais it achever
+vieillard tous les derniers temps ; elle savait qu’il avait renoncé à jamais à achever
-net route son ceuvre des dernitres ann\177es, pauvres
+net toute son œuvre des dernières années, pauvres
-n’avaient gutre de
+n’avaient guère de
-en eux-m\177mes, mais
+en eux-mêmes, mais
-ne m\177prisions pas,
+ne méprisions pas,
-avaient \177t\177 la
+avaient été la
-les sacrifiit it sa
+les sacrifiât à sa
-pas mimes not\177s, conserves seulement
+pas même notés, conservés seulement
-sa m\177moire, quelques-uns
+sa mémoire, quelques-uns
-feuillets dpars, illisibles, resteraient inconnus; ma m\177re pensair it cet
+feuillets épars, illisibles, resteraient inconnus ; ma mère pensait à cet
-avait \177t\177 contraint,
+avait été contraint,
-DU COT.\177 DE CH.EZ SWANN 2x 7 renoncement \177 un
+renoncement à un
-bonheur honngte et respect\177 pour sa fille; quand elle \177voquait toute cette d\177tresse suprgme de l’ancien maitre de
+bonheur honnête et respecté pour sa fille ; quand elle évoquait toute cette détresse suprême de l’ancien maître de
-mes tanres, elle \177prouvait un v\177ritable chagrin
+mes tantes, elle éprouvait un véritable chagrin
-effroi /\177 celui,
+effroi à celui,
-devait \177prouver M TM Vinteuil, tout m\177l\177 du remords d’avoir/\177 peu pros tu\177 son p\177re. \177( Pauvre M. Vinteuil,. disair ma m\177re, il a v\177cu et
+devait éprouver Mlle Vinteuil, tout mêlé du remords d’avoir à peu près tué son père. « Pauvre M. Vinteuil, disait ma mère, il a vécu et
-avoir renu son
+avoir reçu son
-recevra-t-il apres sa
+recevra-t-il après sa
-que d’elle., Au
+que d’elle. » Au
-de Mne Vinteuil,
+de Mlle Vinteuil,
-la chemin\177e, \177tait pos\177 un
+la cheminée, était posé un
-son p\177re que
+son père que
-elle alia chercher
+elle alla chercher
-moment oh retentit
+moment où retentit
-qui yenair de
+qui venait de
-un canap\177, et tira pros d’elle
+un canapé, et tira près d’elle
-elle plasa le
+elle plaça le
-mis /l c6t\177 de
+mis à côté de
-le d\177sir de jouer’/t mes parents. Bient6t son
+le désir de jouer à mes parents. Bientôt son
-entra. M ne Vinteuil
+entra. Mlle Vinteuil
-mains derri\177re la t\177te et
+mains derrière la tête et
-bord oppos\177 du
+bord opposé du
-Mais aussit6t elle
+Mais aussitôt elle
-lui \177tait peut-\177tre importune.
+lui était peut-être importune.
-aimerait peut-\177tre mieux \177tre loin
+aimerait peut-être mieux être loin
-trouva indiscr\177te, la d\177licatesse de son cceur s’en alarma; reprenant route la
+trouva indiscrète, la délicatesse de son cœur s’en alarma ; reprenant toute la
-se mir /t b&iller pour
+se mit à bâiller pour
-dormir \177tait la
+dormir était la
-elle s’\177tait ainsi \177tendue. Malgr\177 la familiarit\177 rude
+elle s’était ainsi étendue. Malgré la familiarité rude
-gestes obs\177quieux et r\177ticents, les
+gestes obséquieux et réticents, les
-son p\177re. Bient6t elle
+son père. Bientôt elle
-leva, .feignit de
+leva, feignit de
-pas r\177ussir. -- Laisse
+pas réussir. — Laisse
-2\1778 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU -- Mais
+— Mais
-verra, r\177pondit M ll� Vinteuil.
+verra, répondit Mlle Vinteuil.
-n’avait ditces mots
+n’avait dit ces mots
-la provoquer/l lui r\177pondre par
+la provoquer à lui répondre par
-le d\177sir d’entendre,
+le désir d’entendre,
-par discretion elle
+par discrétion elle
-plaisait rant /\177 ma grand’mire, quand
+plaisait tant à ma grand’mère, quand
-ajouta vivement: -- Quand
+ajouta vivement : — Quand
-voir lire; c’est
+voir lire ; c’est
-une g\177n\177rosit\177 instinctive .et une
+une générosité instinctive et une
-mots pr\177m\177dit\177s qu’elle avait jug\177s indispensables/i la pleine r\177alisation de son d\177sir. Et /i tous
+mots prémédités qu’elle avait jugés indispensables à la pleine réalisation de son désir. Et à tous
-fond d’elle-mgme une
+fond d’elle-même une
-vainqueur. -- Oui,
+vainqueur. — Oui,
-nous regarde/i cette
+nous regarde à cette
-campagne fr\177quent\177e, dit
+campagne fréquentée, dit
-qu’elle r\177cita par bont\177, comme
+qu’elle récita par bonté, comme
-savait \177tre agraable i M no Vinteuil,
+savait être agréable à Mlle Vinteuil,
-qu’elle s’efforgait de
+qu’elle s’efforçait de
-cynique), quarid m\177me on
+cynique), quand même on
-meilleur. Mno Vinteuil fr\177mit et
+meilleur. Mlle Vinteuil frémit et
-Son coeur scrupuleux
+Son cœur scrupuleux
-devaient spontan\177ment venir s’adapter /l la sc\177ne que sos sens r\177clamaient. Elle
+devaient spontanément venir s’adapter à la scène que ses sens réclamaient. Elle
-morale, i trouver
+morale, à trouver
-propre /t la
+propre à la
-qu’elle d\177sirait d’\177tre, mais
+qu’elle désirait d’être, mais
-qu’elle pensair que celle-ci efit prononces sinc\177rement lui
+qu’elle pensait que celle-ci eût prononcés sincèrement lui
-permettait \177tait
+permettait était
-DU COTI\177 D.E CH.EZ SWANN gt9 � dit
+dit
-un ton’ guind\177 oll ses
+un ton guindé où ses
-de timidit\177 paralysaient ses veilSit,s d’audace, et s’entrem\177lait de: a Tu
+de timidité paralysaient ses velléités d’audace, et s’entremêlait de : « Tu
-envie d’\177tre seule
+envie d’être seule
-de lire?, -- Mademoiselle
+de lire ? » — Mademoiselle
-des pens\177es bien
+des pensées bien
-soir, finit-die par dire, r\177p\177tant sans
+soir, finit-elle par dire, répétant sans
-entendue autrelois dans
+entendue autrefois dans
-Dans l’\177chancrure de
+Dans l’échancrure de
-de cr\177pe, Mno Vinteuil
+de crêpe, Mlle Vinteuil
-que Son amie
+que son amie
-cri, s’\177chappa, et
+cri, s’échappa, et
-Puis M no Vinteuil
+Puis Mlle Vinteuil
-le canap\177, recouverte
+le canapé, recouverte
-dos la
+dos à la
-laquelle \177tait placg le
+laquelle était placé le
-piano. Mno Vinteuil
+piano. Mlle Vinteuil
-si elle.n’attirait pas
+si elle n’attirait pas
-le remarquer: -- Oh
+le remarquer : — Oh
-mon p\177re qui
+mon père qui
-a pule mettre 1\177, j’ai
+a pu le mettre là, j’ai
-vingt lois que ce n’\177tait pas
+vingt fois que ce n’était pas
-que c’\177taient les
+que c’étaient les
-que 1\177I. Vinteuil avait dits/l mon p\177re \177 propos
+que M. Vinteuil avait dits à mon père à propos
-son arhie lui r\177pondit par
+son amie lui répondit par
-ses r\177ponses liturgiques: -- Mais
+ses réponses liturgiques : — Mais
-donc o\177 il
+donc où il
-plus pour nous emb\177ter. Crois-tu
+plus là pour nous embêter. Crois-tu
-voyait l\177i, la fen\177tre ouverte,
+voyait là, la fenêtre ouverte,
-singe. Mno Vinteuil r\177pondit par
+singe. Mlle Vinteuil répondit par
-doux reproche: (\177 Voyons, voyons \177, qui
+doux reproche : « Voyons, voyons », qui
-la bont\177 ’de sa
+la bonté de sa
-fussent dict\177es
+fussent dictées
-220 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU par
+par
-cette fa9on de
+cette façon de
-son pare efit pu
+son père eût pu
-causer (avidemment, c’atait lit un
+causer (évidemment, c’était là un
-qu’elle s’\177tait habituae, i l’aide
+qu’elle s’était habituée, à l’aide
-? it faire
+? à faire
-ces minuteslit), mais
+ces minutes-là), mais
-qu’elles dtaient comme
+qu’elles étaient comme
-ne passe montrer agoiste elle mettait ellemgme au
+ne pas se montrer égoïste elle mettait elle-même au
-cherchait it lui
+cherchait à lui
-cette mod6ration souriante en rapondant it ces blasphames, ce
+cette modération souriante en répondant à ces blasphèmes, ce
-paraissaient peut-atre it sa
+paraissaient peut-être à sa
-forme particuliarement inf&me, une
+forme particulièrement infâme, une
-cette sc\177l\177ratesse qu’elle cherchait it s’assimiler.
+cette scélératesse qu’elle cherchait à s’assimiler.
-put r\177sister it l’attrait
+put résister à l’attrait
-qu’elle dprouverait it atre traitae avec
+qu’elle éprouverait à être traitée avec
-sans ddfense; elle
+sans défense ; elle
-front it baiser
+front à baiser
-avait ata sa
+avait été sa
-avec dalices qu’elles
+avec délices qu’elles
-la cruaut\177 en ravissant it M.
+la cruauté en ravissant à M.
-sa paternita. Son
+sa paternité. Son
-la tate entre
+la tête entre
-lui d\177posa un
+lui déposa un
-cette docilita que lui rendair facile
+cette docilité que lui rendait facile
-pour Mne Vinteuil
+pour Mlle Vinteuil
-le d\177sir de
+le désir de
-l’orpheline. -- Sais-tu
+l’orpheline. — Sais-tu
-faire it cette
+faire à cette
-murmura it l’oreille de Mne Vinteuil
+murmura à l’oreille de Mlle Vinteuil
-entendre. -- Oh! tu
+entendre. — Oh ! tu
-pas. -- Je
+pas. — Je
-sur fa ?
+sur ça ?
-une brutalitd voulue.
+une brutalité voulue.
-car Mne Vinteuil,
+car Mlle Vinteuil,
-gauche, affaird, honn\177te et
+gauche, affairé, honnête et
-la fen\177tre, mais
+la fenêtre, mais
-DU COTI\177 DE cHEz $WANN \177t tenant,
+tenant,
-avait support,es \177 cause
+avait supportées à cause
-ce qu’apr\177s la
+ce qu’après la
-avait renu d’elle
+avait reçu d’elle
-j’ai pensg depuis
+j’ai pensé depuis
-assister /t cette sc\177ne, il n’efit peut-\177tre pas
+assister à cette scène, il n’eût peut-être pas
-bon c\177eur de
+bon cœur de
-et peut-\177tre m\177me n’efit-il pas
+et peut-être même n’eût-il pas
-tout \177 fait
+tout à fait
-de M\177o Vinteuil
+de Mlle Vinteuil
-mal \177tait si enti\177re qu’on
+mal était si entière qu’on
-peine \177 la rencontrer r\177alis\177e \177 ce degr\177 de
+peine à la rencontrer réalisée à ce degré de
-une sadique; c’est \177 la lumi\177re de
+une sadique ; c’est à la lumière de
-des th\177&tres du boulevard plut6t que
+des théâtres du boulevard plutôt que
-campagne v\177ritable qu’on
+campagne véritable qu’on
-d’un p\177re qui n’a v\177cu que pour elle; et
+d’un père qui n’a vécu que pour elle ; et
-a gu\177re que
+a guère que
-vie \177 l’esth\177tique du m\177lodrame. Dans’la r\177alit\177, en
+vie à l’esthétique du mélodrame. Dans la réalité, en
-aurait peut-\177tre des
+aurait peut-être des
-de Mne Vinteuil
+de Mlle Vinteuil
-la m\177moire et les rolontis de son p\177re mort,
+la mémoire et les volontés de son père mort,
-les rdsumerait pas express\177ment en
+les résumerait pas expressément en
-aussi naif; ce
+aussi naïf ; ce
-plus voil\177 aux
+plus voilé aux
-et m\177me \177t ses yeux \177 elle
+et même à ses yeux à elle
-Mais, au del\177 de
+Mais, au-delà de
-le cceur de Mno Vinteuil,
+le cœur de Mlle Vinteuil,
-au d\177but du
+au début du
-sans m\177lange. Une
+sans mélange. Une
-qu’une creature enti\177rement mauvaise
+qu’une créature entièrement mauvaise
-pourrait \177tre, car le real ne
+pourrait être, car le mal ne
-pas ext\177rieur, il
+pas extérieur, il
-distinguerait m\177me pas d’elle; et
+distinguerait même pas d’elle ; et
-la m\177moire des morts, la’tendresse filiale,
+la mémoire des morts, la tendresse filiale,
-plaisir sacrilege \177 les
+plaisir sacrilège à les
-de l’esp\177ce de M TM Vinteuil
+de l’espèce de Mlle Vinteuil
-222 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU sont des \177tres si
+sont des être si
-que m\177me le plaisir sensue2 leur paralt quelque
+que même le plaisir sensuel leur paraît quelque
-le privilege des m\177chants. Et
+le privilège des méchants. Et
-se conchdent \177 euxm\177mes de
+se concèdent à eux-mêmes de
-des m\177chants qu’ils t\177chent d’entrer
+des méchants qu’ils tâchent d’entrer
-de fa5on/t avoir
+de façon à avoir
-de s’\177tre \177vad\177 de leur lme scrupuleuse
+de s’être évadé de leur âme scrupuleuse
-elle l’eft d\177sir\177 en royant combien
+elle l’eût désiré en voyant combien
-lui \177tait impossible d’y r\177ussir. Au moment oh elle se youlair si diffdrente de son.p\177re, ce
+lui était impossible d’y réussir. Au moment où elle se voulait si différente de son père, ce
-rappelait, c’\177taient les fa5ons de
+rappelait, c’étaient les façons de
-servir /l ses
+servir à ses
-qui restair entre
+qui restait entre
-et l’empgchait de les gofter directement, c’\177tait la
+et l’empêchait de les goûter directement, c’était la
-sa m\177re \177 lui
+sa mère à lui
-gestes d’amabilit6 qui
+gestes d’amabilité qui
-de Mne Vinteuil
+de Mlle Vinteuil
-une phras\177ologie, une mentalit\177 qui n’\177tait pas
+une phraséologie, une mentalité qui n’était pas
-et l’emp\177chait de le connaltre, comme
+et l’empêchait de le connaître, comme
-de tr\177s different des
+de très différent des
-donnait l’id\177e du
+donnait l’idée du
-semblait agraable; c’est
+semblait agréable ; c’est
-ces pensdes mauvaises
+ces pensées mauvaises
-temps \177taient absentes
+temps étaient absentes
-son gme vertueuse,
+son âme vertueuse,
-Mal. Peut-gtre Mne Vinteuil
+Mal. Peut-être Mlle Vinteuil
-amie n’\177tait pas fonci\177rement mauvaise,
+amie n’était pas foncièrement mauvaise,
-qu’elle n’\177tait pas sinc\177re au moment off elle lui tenair ses propos blasph\177matoires. Du
+qu’elle n’était pas sincère au moment où elle lui tenait ses propos blasphématoires. Du
-DU COT\177 DE CHEZ SWANN 223 visagel des
+visage, des
-feints peut-\177tre, mair\177 analogues
+feints peut-être, mais analogues
-basse \177 ceux
+basse à ceux
-un gtre de bont\177 et
+un être de bonté et
-un \177tre de cruautd et
+un être de cruauté et
-Elle pourair s’imaginer
+Elle pouvait s’imaginer
-les ]eux qu’efit jou\177s, avec
+les jeux qu’eût joués, avec
-complice ’aussi d\177natur\177e, une
+complice aussi dénaturée, une
-barbares /\177 l’\177gard de la m\177moire de son p\177re. Peut-\177tre n’eft-elle pas pens\177 que
+barbares à l’égard de la mémoire de son père. Peut-être n’eût-elle pas pensé que
-mal fit un 6tat si
+mal fût un état si
-si d\177paysant, of\177 il \177tait si reposant d’\177migrer, si
+si dépaysant, où il était si reposant d’émigrer, si
-le .monde, cette indifference aux
+le monde, cette indifférence aux
-la cruaut\177. S’il \177tait assez
+la cruauté. S’il était assez
-du c6t\177 de M\177s\177glise, c’\177tait une
+du côté de Méséglise, c’était une
-du c6t\177 de Guermanres, car
+du côté de Guermantes, car
-promenade \177tait longue
+promenade était longue
-l’on youlair \177tre stir du
+l’on voulait être sûr du
-une s\177rie de beaux jours; quand Fran5oise d\177sesp\177r\177e qu’il ne tomb,\177t pas
+une série de beaux jours ; quand Françoise désespérée qu’il ne tombât pas
-pour lesc{ pauvres r\177coltes , et
+pour les « pauvres récoltes », et
-nageant /l la
+nageant à la
-ciel s’\177criait en g\177missant : \177Ne dirait-on
+ciel s’écriait en gémissant : « Ne dirait-on
-montrant l\177-haut leurs
+montrant là-haut leurs
-Ah I ils
+Ah ! ils
-bien /l faire
+bien à faire
-pauvres laboureurs! Et
+pauvres laboureurs ! Et
-les bl\177s seront pouss\177s, alors
+les blés seront poussés, alors
-mettra /\177 tomber tout \177 petit
+mettra à tomber tout à petit
-si c’\177tait sur la mer,; quand mon p\177re avait renu invariablement les m\177mes r\177ponses favorables du jardirtier et du barom\177tre, alors on disair au diner: \177 Demain
+si c’était sur la mer » ; quand mon père avait reçu invariablement les mêmes réponses favorables du jardinier et du baromètre, alors on disait au dîner : « Demain
-le mgme temps,
+le même temps,
-du c6t\177 de Guermantes. \177 On partair tout
+du côté de Guermantes. » On partait tout
-suite apres d\177jeuner par
+suite après déjeuner par
-224 .4 LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU tombait
+tombait
-Perchamps, \177troite et
+Perchamps, étroite et
-de gramin,es, au
+de graminées, au
-trois gu\177pes passaient la journ\177e \177. herboriser,
+trois guêpes passaient la journée à herboriser,
-nom d’oh me semblaient d\177river ses particularit,s curieuses
+nom d’où me semblaient dériver ses particularités curieuses
-sa personnalit\177 rev\177che, et
+sa personnalité revêche, et
-chercherait e\177i vain
+chercherait en vain
-d’aujourd’hui off sur son trac\177 ancien s’\177l\177ve l’\177cole. Mais ma r\177verie (semblable & ces architectes \177l\177ves de Viollet-leDuc, qui,
+d’aujourd’hui où sur son tracé ancien s’élève l’école. Mais ma rêverie (semblable à ces architectes élèves de Viollet-le-Duc, qui,
-un jub\177 Renaissance
+un jubé Renaissance
-du XVII o si\177cle les
+du XVIIe siècle les
-d’un chceur roman,
+d’un chœur roman,
-tout l’\177difice dans l’\177tat oh il devait \177tre au VII e si\177cle) ne
+tout l’édifice dans l’état où il devait être au VIIe siècle) ne
-du bgtiment nouveau,
+du bâtiment nouveau,
-et {, restitue, la
+et « restitue » la
-des donn\177es plus pr\177cises que
+des données plus précises que
-ont g\177n\177ralement les
+ont généralement les
-images conserv\177es par ma m\177moire, les derni\177res peut-\177tre qui
+images conservées par ma mémoire, les dernières peut-être qui
-et destinies g \177tre bient6t anSanties, de ce qu’\177tait le
+et destinées à être bientôt anéanties, de ce qu’était le
-mon enfande; et,
+mon enfance ; et,
-c’est lui-m\177me qui
+c’est lui-même qui
-a trac\177es en
+a tracées en
-de disparaltre, \177mouvantes -- si
+de disparaître, émouvantes — si
-portrait \177t ces
+portrait à ces
-ma grand’m\177re aimait & me
+ma grand’mère aimait à me
-reproductions -comme des gravures
+reproductions — comme ces gravures
-la C\177ne ou
+la Cène ou
-un \177tat qui
+un état qui
-le chefd’ceuvre de
+le chef-d’œuvre de
-la viefile h6tellerie de l’Oiseau fiesch\177 dans
+la vieille hôtellerie de l’Oiseau flesché dans
-laquelle entrerent quelquefois au XVII e si\177cle les cartosses des
+laquelle entrèrent quelquefois au XVIIe siècle les carrosses des
-avaient g venir g Combray
+avaient à venir à Combray
-On gaghalt le
+On gagnait le
-DU COTE DE CHEZ SWANN 225 apparaissait
+apparaissait
-m’asseoir l& et
+m’asseoir là et
-la journ\177e /t lire en \177coutant les cloches; car
+la journée à lire en écoutant les cloches ; car
-qu’elle rompair le
+qu’elle rompait le
-le d\177barrassait de
+le débarrassait de
-d’autre /t faire, yenair seulement -- pour
+d’autre à faire, venait seulement — pour
-naturellement amass\177es -de presser,
+naturellement amassées — de presser,
-la plenitude du
+la plénitude du
-du c6t\177 de Guerraantes, c’est
+du côté de Guermantes, c’est
-temps & c6t\177 de
+temps à côté de
-une premiere lois, dix minutes apres avoir quitt\177 la
+une première fois, dix minutes après avoir quitté la
-une passerdie dire le Pont-Vieux. D\177s le
+une passerelle dite le Pont-Vieux. Dès le
-notre arriv\177e, le
+notre arrivée, le
-de P&ques, apres le
+de Pâques, après le
-courais jusque-l&, voir
+courais jusque-là, voir
-ce d\177sordre d’un
+ce désordre d’un
-grande f\177te oil quelques pr\177paratifs somptueux font parattre plus
+grande fête où quelques préparatifs somptueux font paraître plus
-de m\177nage qui trainent encore, la rivi\177re qui
+de ménage qui traînent encore, la rivière qui
-promenait d\177j/t en
+promenait déjà en
-nues, accompagn\177e seulement
+nues, accompagnée seulement
-coucous arrives trop t6t et de primev\177res en
+coucous arrivés trop tôt et de primevères en
-que �& et lg une
+que çà et là une
-laissait fi\177chir sa
+laissait fléchir sa
-qu’elle tenair dans son cornet.. Le Pont-Vieux d\177bouchait dans
+qu’elle tenait dans son cornet. Le Pont-Vieux débouchait dans
-qui & cet
+qui à cet
-tapissait l’\177t\177 du
+tapissait l’été du
-un p\177cheur en
+un pêcheur en
-racine. A Combray oil je
+racine. À Combray où je
-quelle individualit\177 de mar\177chal ferrant
+quelle individualité de maréchal ferrant
-de gar�on \177picier \177tait dissimul\177e sous
+de garçon épicier était dissimulée sous
-de chceur, ce p\177cheur est
+de chœur, ce pêcheur est
-jamais d\177couvert Vol. I. \177$
+jamais découvert
-226 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU l’identit& Ii derair connaltre mes
+l’identité. Il devait connaître mes
-nous passions; je
+nous passions ; je
-plusieurs pieds; de l’autre c6t\177 la rive \177tait basse, dtendue en vastes prds jusqu’au
+plusieurs pieds ; de l’autre côté la rive était basse, étendue en vastes prés jusqu’au
-et jusqu’& la
+et jusqu’à la
-en \177tait distante. Ils dtaient semds des restes, & demi
+en était distante. Ils étaient semés des restes, à demi
-du ch&teau des
+du château des
-au moyen age avait
+au Moyen âge avait
-ce c6t\177 le
+ce côté le
-comme d\177fense contre
+comme défense contre
-des abbds de
+des abbés de
-Ce n’\177taient plus
+Ce n’étaient plus
-prairie, & peine
+prairie, à peine
-quelques crdneaux d’oh jadis Farbaldtrier laneair des pierres, d’oh le guetteur surveillair Novepont,
+quelques créneaux d’où jadis l’arbalétrier lançait des pierres, d’où le guetteur surveillait Novepont,
-de Guermanres entre. lesquels Combray dtait enclave, jourd’hui auras de l’herbe, dominks par
+de Guermantes entre lesquels Combray était enclavé, aujourd’hui au ras de l’herbe, dominés par
-de I’dcole des fr\177res qui venaient l& apprendre leurs lemons ou
+de l’école des frères qui venaient là apprendre leurs leçons ou
-aux r\177cr\177ations- pass\177 presque
+aux récréations — passé presque
-terre, couch\177 au
+terre, couché au
-fort & songer,
+fort à songer,
-Combray & la
+Combray à la
-une cit\177 tr\177s diff\177rente, retenant mes pensdes par
+une cité très différente, retenant mes pensées par
-visage incomprehensible et
+visage incompréhensible et
-cachait demi
+cachait à demi
-Ils \177taient fort nombreux & cet
+Ils étaient fort nombreux à cet
-l’herbe, isol\177s, par
+l’herbe, isolés, par
-jaune d’ceuf, brillant d’autant
+jaune d’œuf, brillants d’autant
-ne pourant d\177river vers aucune vell\177itd de ddgustation le
+ne pouvant dériver vers aucune velléité de dégustation le
-leur rue me
+leur vue me
-surface dor&, jusqu’& ce qu’il devint assez
+surface dorée, jusqu’à ce qu’il devînt assez
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN 227 de l’inutile beaut\177; et cela d\177s ma
+de l’inutile beauté ; et cela dès ma
-pouvoir \177peler compl\177tement leur
+pouvoir épeler complètement leur
-de conres de f\177es fransais, venus peut-\177tre il
+de contes de fées français, venus peut-être il
-des si\177cles d’Asie, mais apatri\177s pour
+des siècles d’Asie, mais apatriés pour
-l’eau, fid\177les /\177 la petite rue de
+l’eau, fidèles à la petite vue de
-encore pourrant comme
+encore pourtant comme
-leur simplicit\177 populaire, un po\177tique \177clat d’orient.
+leur simplicité populaire, un poétique éclat d’orient.
-m’amusais \177 regarder
+m’amusais à regarder
-la rivi\177re, oh elles sont/l leur tour encloses,/l la fois \177 contenant ,\177 aux
+la rivière, où elles sont à leur tour encloses, à la fois « contenant » aux
-et \177 conrenu. plong\177 dans
+et « contenu » plongé dans
-courant, \177voquaient l’image
+courant, évoquaient l’image
-la fralcheur d’une fa�on plus d\177licieuse et
+la fraîcheur d’une façon plus délicieuse et
-la montra\177t qu’en
+la montrant qu’en
-cette alliteration perp\177tuelle entre
+cette allitération perpétuelle entre
-consistance 0/\177 les
+consistance où les
-sans fiuidit\177 0/\177 le
+sans fluidité où le
-des lignes; j’obtenais qu’on tir&t un
+des lignes ; j’obtenais qu’on tirât un
-du gof\177ter; j’en
+du goûter ; j’en
-semblaient surfire pour
+semblaient suffire pour
-un ph\177nom\177ne de
+un phénomène de
-solidifiait aussit6t autour
+solidifiait aussitôt autour
-grappes o,\177o\177des de t\177tards inanities qu’elle tenair sans doute jusque-1/l en
+grappes ovoïdes de têtards inanitiés qu’elle tenait sans doute jusque-là en
-tout pros d’\177tre en vole de cristallisation. Bient6t le
+tout près d’être en voie de cristallisation. Bientôt le
-d’eau. I1 yen a d’abord d’isol\177es cornroe tel n\177nufar/\177 qui
+d’eau. Il y en a d’abord d’isolées comme tel nénufar à qui
-il \177tait plac\177 d’une fa50n malheureuse
+il était placé d’une façon malheureuse
-bac actionn\177 m\177caniquement,
+bac actionné mécaniquement,
-228 \1771 LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU il
+il
-retourner /\177 celle d’oil il \177tait venu, refaisant \177ternellement la double travers\177e. Pouss\177 vers
+retourner à celle d’où il était venu, refaisant éternellement la double traversée. Poussé vers
-son p\177doncule se d\177pliait, s’allongeait, illair, atteignait l’extr\177me limite
+son pédoncule se dépliait, s’allongeait, filait, atteignait l’extrême limite
-bord o/\177 le
+bord où le
-sur lui-m\177me et
+sur lui-même et
-plante /tce qu’on peut d’aurant mieux
+plante à ce qu’on peut d’autant mieux
-de d\177part qu’elle
+de départ qu’elle
-une r\177p\177tition de la m\177me manceuvre. Je
+une répétition de la même manœuvre. Je
-promenade, touiours dans la m\177me situation, faisant penser/\177 certains neurasth\177niques au
+promenade, toujours dans la même situation, faisant penser à certains neurasthéniques au
-mon grahd-p\177re comptait
+mon grand-père comptait
-tante L\177onie, qui
+tante Léonie, qui
-des ann\177es le
+des années le
-fois \177 la veille’ de
+fois à la veille de
-gardent toujours; pris dans Fengrenage de
+gardent toujours ; pris dans l’engrenage de
-se d\177battent inutilement
+se débattent inutilement
-le d\177clic de leur di\177t\177tique \177trange, in\177luctab!e et
+le déclic de leur diététique étrange, inéluctable et
-Tel \177tait ce n\177nufar, pareil aussi \177t quelqu’un
+Tel était ce nénufar, pareil aussi à quelqu’un
-se r\177p\177te ind\177finiment durant l’\177ternit\177, excitait la curiosit\177 de
+se répète indéfiniment durant l’éternité, excitait la curiosité de
-les particularit,s et
+les particularités et
-le supplici\177 lui-m\177me, si Virgile, s’\1771oignant /\177 grands
+le supplicié lui-même, si Virgile, s’éloignant à grands
-l’avait forc\177 /\177 le
+l’avait forcé à le
-plus rite, comme
+plus vite, comme
-traverse t\177ne propri\177t\177 dont l’acc\177s \177tait ouvert
+traverse une propriété dont l’accès était ouvert
-celui \177 qui
+celui à qui
-s’y \177tait complu \177 des
+s’y était complu à des
-petits \177tangs que
+petits étangs que
-de v\177ritables jardins
+de véritables jardins
-rives \177taient \177 cet endroit tr\177s bois\177es, les
+rives étaient à cet endroit très boisées, les
-arbres donnaient/t l’eau
+arbres donnaient à l’eau
-qui \177tait habi-
+qui était habi-
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN 229 tuellement
+tuellement
-que parlois, quand
+que parfois, quand
-soirs rass\177r\177n\177s d’apr\177s-midi orageux,
+soirs rassérénés d’après-midi orageux,
-d’apparence cloisonn\177e et de gofit japonais. \177 et I\177, \177 la
+d’apparence cloisonnée et de goût japonais. Çà et là, à la
-au cceur \177carlate, blanc
+au cœur écarlate, blanc
-nombreuses \177taient plus pales, moins
+nombreuses étaient plus pâles, moins
-plus pliss\177es, et dispos\177es par
+plus plissées, et disposées par
-voir fiotter \177 la d\177rive, comme apres l’effeuillement m\177lancolique d’une f\177te galante,
+voir flotter à la dérive, comme après l’effeuillement mélancolique d’une fête galante,
-guirlandes d\177nou\177es. Ailleurs
+guirlandes dénouées. Ailleurs
-semblait r\177serv\177 aux esp\177ces communes
+semblait réservé aux espèces communes
-julienne, lav\177s comme
+julienne, lavés comme
-porcelaine ave� un
+porcelaine avec un
-loin, press\177es les
+loin, pressées les
-une v\177ritable plate-bande
+une véritable plate-bande
-on efit dit des pens\177es des
+on eût dit des pensées des
-qui \177taient venues
+qui étaient venues
-papillons leurs ailes bleu\177tres et glac\177es sur l’obliquit\177 transparente
+papillons leur ailes bleuâtres et glacées sur l’obliquité transparente
-parterre d’eau; de
+parterre d’eau ; de
-parterre c\177leste aussi: car
+parterre céleste aussi : car
-plus pr\177cieuse, plus \177mouvante que
+plus précieuse, plus émouvante que
-des fieurs elles-m\177mes; et,
+des fleurs elles-mêmes ; et,
-que dans l’apr\177s-midi il fit \177tinceler sous
+que pendant l’après-midi il fît étinceler sous
-le kaleidoscope d’un
+le kaléidoscope d’un
-qu’il s’emplit vets le
+qu’il s’emplît vers le
-de ]a r\177verie du
+de la rêverie du
-plus myst\177rieux -- avec
+plus mystérieux — avec
-d’infini -- dans
+d’infini — dans
-fait fieurir en piein ciel.
+fait fleurir en plein ciel.
-ce par’c, la
+ce parc, la
-j’ai ddsir\177 imiter
+j’ai désiré imiter
-vivre \177 ma
+vivre à ma
-230 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU ayant l\177ch\177 l’aviron, s’\177tait couchd i plat
+ayant lâché l’aviron, s’était couché à plat
-la t\177te en
+la tête en
-laissant fiotter /t la d\177rive, ne pourant voir
+laissant flotter à la dérive, ne pouvant voir
-qui illair lentement
+qui filait lentement
-de lni, portair sur
+de lui, portait sur
-visage l’avant-gofit du
+visage l’avant-goût du
-le Cid f\177ri\177 flinait longuement
+le ciel férié flânait longuement
-moments, oppress\177e par
+moments, oppressée par
-anxieuse. C’\177tait l’heure du gofter. Avant
+anxieuse. C’était l’heure du goûter. Avant
-longtemps /t manger
+longtemps à manger
-l’herbe o/\177 parvenaient. iusqu’/t nous,
+l’herbe où parvenaient jusqu’à nous,
-et m\177talliques encore,
+et métalliques encore,
-ne s’dtaient pas m\177langds /t Fair qu’ils
+ne s’étaient pas mélangés à l’air qu’ils
-et c6tel6s par
+et côtelés par
-les fieurs, /t nos
+les fleurs, à nos
-l’eau entour\177e de
+l’eau entourée de
-maison dire de plaisance, isolde, perdue,
+maison dite de plaisance, isolée, perdue,
-ne royair rien
+ne voyait rien
-la rivi\177re qui
+la rivière qui
-voiles \177l\177gants n’\177taient pas
+voiles élégants n’étaient pas
-doute \177tait venue,
+doute était venue,
-populaire, \177r s’enterrer \177 i/t, go6ter le
+populaire, « s’enterrer » là, goûter le
-le cceur, y \177tait inconnu,
+le cœur, y était inconnu,
-la fen\177tre qui
+la fenêtre qui
-barque amarr\177e pros de
+barque amarrée près de
-entendant derri\177re les
+entendant derrière les
-qu’elle e6t apersu leur
+qu’elle eût aperçu leur
-pouvait \177tre certaine
+pouvait être certaine
-connu, nine connaitraient l’infid\177le, que
+connu, ni ne connaîtraient l’infidèle, que
-leur pass\177 ne
+leur passé ne
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN \1773 x On sentair que,
+On sentait que,
-volontairement quitt\177 des lieux oh elle
+volontairement quitté des lieux où elle
-qu’elle aimair, pour ceuxci qui
+qu’elle aimait, pour ceux-ci qui
-la regardMs, revenant
+la regardais, revenant
-chemin oh elle
+chemin où elle
-ne passerair pas, 6ter de
+ne passerait pas, ôter de
-mains r\177sign\177es de
+mains résignées de
-d’une gr&ce inutile. JamMs dans
+d’une grâce inutile. Jamais dans
-du c6t\177 de
+du côté de
-ne primes remonter
+ne pûmes remonter
-souvent pens\177 et
+souvent pensé et
-si idaale, que j’avais \177t\177 aussi
+si idéale, que j’avais été aussi
-le d\177partement, /i une
+le département, à une
-distance kilom\177trique de
+distance kilométrique de
-jour oh j’avais
+jour où j’avais
-point pr\177cis de
+point précis de
-terre oh s’ouvrait, dans l’antiquit\177, l’entr\177e des
+terre où s’ouvrait, dans l’antiquité, l’entrée des
-ne primes pousser
+ne pûmes pousser
-j’eusse rant souhait\177 d’atteindre, jusqu’& Guermantes.
+j’eusse tant souhaité d’atteindre, jusqu’à Guermantes.
-que 1/i r\177sidaient des ch/itelains, le
+que là résidaient des châtelains, le
-qu’ils \177taient des personnages r\177els et
+qu’ils étaient des personnages réels et
-pensais /i eux,
+pensais à eux,
-les repr\177sentais tant6t en
+les représentais tantôt en
-comme \177tait la
+comme était la
-le {( Couronnement d’Esther \177 de notre \177glise, tant6t de
+le « Couronnement d’Esther » de notre église, tantôt de
-comme \177tait Gilbert
+comme était Gilbert
-vitrail o0 il passair du
+vitrail où il passait du
-que j’\177tais encore /i prendre
+que j’étais encore à prendre
-l’eau b\177nite ou
+l’eau bénite ou
-j’arrivais /i nos chaises, tant6t tout & fait
+j’arrivais à nos chaises, tantôt tout à fait
-de Genevieve de Brabant, ancgtre de
+de Geneviève de Brabant, ancêtre de
-plafond -- enfin toujours envelopp\177s du myst\177re des temps m\177rovingiens et
+plafond — enfin toujours enveloppés du mystère des temps mérovingiens et
-la lumi\177re orangbe qui \177mane de
+la lumière orangée qui émane de
-232 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU syllabe: (\177 antes ,. Mais si malgr\177 cela ils dtaient pour
+syllabe : « antes ». Mais si malgré cela ils étaient pour
-en taut que
+en tant que
-des \177tres r\177els, bien qu’\177tranges,, en
+des êtres réels, bien qu’étranges, en
-se distendair d\177mesurdment, s’immatdrialisait, pour
+se distendait démesurément, s’immatérialisait, pour
-ils \177taient duc
+ils étaient duc
-ce {\177 c6t\177 de Guermantes. ensoleill\177, le
+ce « côté de Guermantes » ensoleillé, le
-ses nymphgas et
+ses nymphéas et
-et taut de beaux apres-midi. Et
+et tant de beaux après-midi. Et
-de Guermanres, mais
+de Guermantes, mais
-XIVe si\177cle oh, apres avoir inutilement essayg de
+XIVe siècle où, après avoir inutilement essayé de
-ils s’\177taient allies/l eux
+ils s’étaient alliés à eux
-ils \177taient comtes
+ils étaient comtes
-par consequent et pourtaut les
+par conséquent et pourtant les
-de Cornbray, possddant Combray
+de Combray, possédant Combray
-ayant effectivemerit en
+ayant effectivement en
-cette \177trange et
+cette étrange et
-qui \177tait sp\177ciale /t Combray; pr’opri\177taires de
+qui était spéciale à Combray ; propriétaires de
-maison particuli\177re, demeurant
+maison particulière, demeurant
-entre cid et
+entre ciel et
-la t\177te quand
+la tête quand
-le c6td de
+le côté de
-parfois derant de
+parfois devant de
-humides o/a montaient
+humides où montaient
-Je m’arr\177tais, croyant acqu\177rir une notion pr\177cieuse, car
+Je m’arrêtais, croyant acquérir une notion précieuse, car
-cette r6gion fluviatile,
+cette région fluviatile,
-je d\177sirais taut connaltre depuis
+je désirais tant connaître depuis
-l’avais rue d6crite par
+l’avais vue décrite par
-mes \177crivains prgf\177r\177s. Et ce fur avec
+mes écrivains préférés. Et ce fut avec
-imaginaire travers\177 de
+imaginaire traversé de
-ma penske, s’identifia,
+ma pensée, s’identifia,
-DU COTI\177 DE �HEZ SWANN z33 Percepied
+Percepied
-avait ’dans le
+avait dans le
-du ch&teau. Je r\177vais que Mine de Guerraantes m’y
+du château. Je rêvais que Mme de Guermantes m’y
-venir, eprise pour moi d’un’soudain Caprice; tout
+venir, éprise pour moi d’un soudain caprice ; tout
-y p\177chait la
+y pêchait la
-passant derant les petits iardins de
+passant devant les petits jardins de
-des tours bas,
+des murs bas,
-fleurs qu.i y
+fleurs qui y
-quenouilles violetres et
+quenouilles violettes et
-des po\177mes que
+des poèmes que
-ces r\177ves m’avertissaient
+ces rêves m’avertissaient
-jour \177tre un ecrivain, il etait temps
+jour être un écrivain, il était temps
-comptais \177crire. Mais d\177s que
+comptais écrire. Mais dès que
-demandais, tachant de
+demandais, tâchant de
-sujet o/\177 je
+sujet où je
-esprit s’arr\177tait de
+esprit s’arrêtait de
-de genie ou peut-\177tre une maladie cerebrale l’emp\177chait de naltre. Parfois
+de génie ou peut-être une maladie cérébrale l’empêchait de naître. Parfois
-mon p\177re pour
+mon père pour
-cela. I1 etait si
+cela. Il était si
-faveur aupr\177s des
+faveur auprès des
-arrivait /t nous
+arrivait à nous
-que Fran5oise m’avait appris/\177 considerer comme plus ineluctables que ceiles de
+que Françoise m’avait appris à considérer comme plus inéluctables que celles de
-mort, \177 faire
+mort, à faire
-de \177 ravalement \177,/l obtenir
+de « ravalement », à obtenir
-le ills de \177I me Sazerat
+le fils de Mme Sazerat
-qu’il passat le baccalaureat deux
+qu’il passât le baccalauréat deux
-la serie des
+la série des
-nom commen9ait par
+nom commençait par
-tour de S. Si j’\177tais tombe gravement
+tour des S. Si j’étais tombé gravement
-j’avais \177t\177 capture par
+j’avais été capturé par
-brigands, persuad\177 que mon p\177re avait
+brigands, persuadé que mon père avait
-puissances supremes, de. trop irresistibles lettres
+puissances suprêmes, de trop irrésistibles lettres
-recommandation aupr\177s du
+recommandation auprès du
-ma captivit\177 pussent \177tre autre
+ma captivité pussent être autre
-234 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU chose
+chose
-de rains simulacres
+de vains simulacres
-l’heure inevitable du retour \177 la bonne r\177alit\177, l’heure
+l’heure inévitable du retour à la bonne réalité, l’heure
-la d\177livrance ou
+la délivrance ou
-la gu\177rison; peut-\177tre cette
+la guérison ; peut-être cette
-de g\177nie, ce
+de génie, ce
-mes \177crits futurs, n’\177tait-il aussi
+mes écrits futurs, n’était-il aussi
-et cesseraitelle par
+et cesserait-elle par
-mon p\177re qui avait dfi convenir
+mon père qui avait dû convenir
-je s’erais le premier \177crivain de l’\177poque. Mais
+je serais le premier écrivain de l’époque. Mais
-en arri\177re et
+en arrière et
-une creation artificielle
+une création artificielle
-mon p\177re et
+mon père et
-modifier \177 son gr\177, m’apparaissait
+modifier à son gré, m’apparaissait
-une r\177alit\177 qui n’\177tait pas faire pour
+une réalité qui n’était pas faite pour
-au cceur de
+au cœur de
-pas d’alli\177, qui
+pas d’allié, qui
-au delft d’elle-m\177me. II me seroblair alors
+au delà d’elle-même. Il me semblait alors
-la m\177me fa5on que
+la même façon que
-autres hornroes, que ie vieillirais,
+autres hommes, que je vieillirais,
-eux j’\177tais seulement
+eux j’étais seulement
-pour \177crire. Aussi, d\177courag\177, ]e renongais /l jamMs /\177 la litt\177rature, malgr\177 les
+pour écrire. Aussi, découragé, je renonçais à jamais à la littérature, malgré les
-m’avait donnas Bloch.
+m’avait donnés Bloch.
-intime, imm\177diat, que
+intime, immédiat, que
-du n\177ant de ma penske, pr\177valait contre
+du néant de ma pensée, prévalait contre
-paroles flatreuses qu’on pourair me
+paroles flatteuses qu’on pouvait me
-un m\177chant dont
+un méchant dont
-ma m\177re me dit: \177 Puisque
+ma mère me dit : « Puisque
-de M TM de
+de Mme de
-l’a tr\177s bien soign\177e il
+l’a très bien soignée il
-doit venir/\177 Combray
+doit venir à Combray
-pourras l’apercevoir/i la c\177r\177monie. \177 C’\177tait du
+pourras l’apercevoir à la cérémonie. » C’était du
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN 235 le
+le
-de Mine de
+de Mme de
-avait m\177me montr\177 le num\177ro d’une revue illustr\177e oil elle \177tait repr\177sent\177e dans
+avait même montré le numéro d’une revue illustrée où elle était représentée dans
-qu’elle portair /\177 un
+qu’elle portait à un
-de L\177on. Tout
+de Léon. Tout
-se d\177plasant me
+se déplaçant me
-et per5ants, une cravate bohffante en
+et perçants, une cravate bouffante en
-elle eat eu tr\177s chaud,
+elle eût eu très chaud,
-distinguais dilutes et /i peine
+distinguais diluées et à peine
-parcelles d’ana1ogie avec
+parcelles d’analogie avec
-m’avait montr\177, parce
+m’avait montré, parce
-les \177noncer, se formulaient pr\177cis\177ment dans les mgmes termes: un
+les énoncer, se formulaient précisément dans les mêmes termes : un
-dont s’\177tait servile docteur
+dont s’était servi le docteur
-avait d\177crit devant
+avait décrit devant
-me dis: cette
+me dis : cette
-ressemble /i M TM de Guermantes; or
+ressemble à Mme de Guermantes ; or
-chapelle oil elle
+chapelle où elle
-messe \177tait celle
+messe était celle
-laquelle, dories et
+laquelle, dorées et
-des alv\177oles de
+des alvéoles de
-rappelais \177tre, /lce qu’on
+rappelais être, à ce qu’on
-dit, r\177serv\177e \177 la
+dit, réservée à la
-membres yenair pour une c\177rgmonie \177 Combray; il
+membres venait pour une cérémonie à Combray ; il
-de i\177I me de
+de Mme de
-qui ffit ce jour-1/l, jour oil elle
+qui fût ce jour-là, jour où elle
-cette chapdie: c’\177tait ellel Ma d\177ception \177tait grande.
+cette chapelle : c’était elle ! Ma déception était grande.
-pensais tt M TM de Guermanres, que
+pensais à Mme de Guermantes, que
-la repr\177sentais avec
+la représentais avec
-:\17736 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU si6cle, d’une autre mati6re que
+siècle, d’une autre matière que
-ne m’6tais avis6 qu’elle pourair avoir
+ne m’étais avisé qu’elle pouvait avoir
-comme M me Sazerat,
+comme Mme Sazerat,
-vues \177 la
+vues à la
-le soupson m’effleura,
+le soupçon m’effleura,
-d’ailleurs aussit6t apr6s, que
+d’ailleurs aussitôt après, que
-principe g6n6rateur, en
+principe générateur, en
-ses mo16cules, n’6tait peut-gtre pas
+ses molécules, n’était peut-être pas
-appartenait /tun certain type f6minin, qui
+appartenait à un certain type féminin, qui
-de m6decins et de commersants. \177 C’est
+de médecins et de commerçants. « C’est
-cela, Mine de
+cela, Mme de
-! ,, disair la
+! » disait la
-et 6tonnbe avee laquelle
+et étonnée avec laquelle
-le m\177me nom de M me de Guermanres 6taient apparues taut de
+le même nom de Mme de Guermantes étaient apparues tant de
-arbitrairement formbe par
+arbitrairement formée par
-m’avait saut6 aux
+m’avait sauté aux
-la premi6re fois,
+la première fois,
-dans l’bglise; qui n’6tait pas
+dans l’église ; qui n’était pas
-la m6me nature, n’6tait pas colorable /l volontb comme
+la même nature, n’était pas colorable à volonté comme
-teinte orangbe d’une
+teinte orangée d’une
-mais 6tait si rbelle que tout, jusqu’\177 ce
+mais était si réelle que tout, jusqu’à ce
-qui s’enfiammait au
+qui s’enflammait au
-une apothbose de thb\177tre, un
+une apothéose de théâtre, un
-la f6e, un
+la fée, un
-doigt, d6noncent la pr6sence matbridle d’une
+doigt, dénoncent la présence matérielle d’une
-vivante, 1/\177 off nous 6tions incertains
+vivante, là où nous étions incertains
-pas derant les
+pas devant les
-en m\177me temps,
+en même temps,
-nez probminent, les yeux persants, 6pinglaient dans
+nez proéminent, les yeux perçants, épinglaient dans
-vision (peut~gtre parce que c’6taient eux
+vision (peut-être parce que c’étaient eux
-la premi6re
+la première
-DU COTI\177 DE �HEZ SWANN ’:’37 encoche,
+encoche,
-moment off ]e n’avais
+moment où je n’avais
-apparaissait derant moi pourair \177tre M mo de
+apparaissait devant moi pouvait être Mme de
-image route r\177cente, inchangeable,
+image toute récente, inchangeable,
-d’appliquer l’id\177e: {\177 C’est M me de Guermantes \177 sans parvenir qu’/\177 la faire maneeuvrer en
+d’appliquer l’idée : « C’est Mme de Guermantes » sans parvenir qu’à la faire manœuvrer en
-disques s\177par\177s par
+disques séparés par
-Mais c6tte Mine de Guermantes \177 laquelle ]’avais si souvent r\177v\177, maintenant
+Mais cette Mme de Guermantes à laquelle j’avais si souvent rêvé, maintenant
-qu’elle existair effectivement
+qu’elle existait effectivement
-moment paralys\177e au
+moment paralysée au
-d’une r\177alit\177 si diff\177rente de
+d’une réalité si différente de
-se mir \177 r\177agir et \177 me dire: t{ Glorieux d\177s avant
+se mit à réagir et à me dire : « Glorieux dès avant
-les Guerraantes avaient
+les Guermantes avaient
-leurs vassaux; la
+leurs vassaux ; la
-de Genevieve de
+de Geneviève de
-ne connait, nine consentirait /\177 connaitre aucune
+ne connaît, ni ne consentirait à connaître aucune
-sont ici., Et -- 6 merveilleuse ind\177pendance des
+sont ici. » Et — ô merveilleuse indépendance des
-si lliche, si
+si lâche, si
-lui -- pendant que M ’\177e de Guerraantes etait assise
+lui — pendant que Mme de Guermantes était assise
-regards fllinaient 5/l et 1\177, montaient
+regards flânaient çà et là, montaient
-piliers, s’arr\177taient m\177me sur
+piliers, s’arrêtaient même sur
-moment off je resus sa
+moment où je reçus sa
-Quant /i M TM de Guerraantes elle-m\177me, comme elle restair immobile,
+Quant à Mme de Guermantes elle-même, comme elle restait immobile,
-une m\177re qui
+une mère qui
-audaces espi\177gles et
+audaces espiègles et
-entreprises indiscr\177tes de
+entreprises indiscrètes de
-ne connalt pas,
+ne connaît pas,
-me fur impossible
+me fut impossible
-ou bllimait, dans le d\177sreuvrement de son lime, le
+ou blâmait, dans le désœuvrement de son âme, le
-238 .4 LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU Je
+Je
-ne partlt pas
+ne partît pas
-des ann\177es je consid\177rais sa
+des années je considérais sa
-comme \177minemment d\177sirable, et
+comme éminemment désirable, et
-ne d\177tachais pas roes yeux
+ne détachais pas mes yeux
-regards efit pu mat\177riellement emporter
+regards eût pu matériellement emporter
-en r\177serve en
+en réserve en
-nez pro\177minent, des
+nez proéminent, des
-ces particularit,s qui
+ces particularités qui
-renseignements pr\177cieux, authentiques
+renseignements précieux, authentiques
-me ]e faisaient
+me le faisaient
-les pens\177es que
+les pensées que
-rapportais -- et peut4tre surtout,
+rapportais — et peut-être surtout,
-de Finstinct de
+de l’instinct de
-de nous-m\177mes, ce d\177sir qu’on
+de nous-mêmes, ce désir qu’on
-avoir \177t\177 d\177gu -- la replacant (puisque c’\177tait une
+avoir été déçu — la replaçant (puisque c’était une
-j’avais \177voqu\177e jusque-l&) hors
+j’avais évoquée jusque-là) hors
-de l’humanit\177 dans
+de l’humanité dans
-la rue pure
+la vue pure
-de moi: (\177 Elle
+de moi : « Elle
-que M me Sazerat, que M TM Vinteuil \177, comme
+que Mme Sazerat, que Mlle Vinteuil », comme
-leur eOt \177t\177 comparable.
+leur eût été comparable.
-regards s’arr\177tant & ses
+regards s’arrêtant à ses
-blonds, \177 ses
+blonds, à ses
-bleus, \177 l’attache
+bleus, à l’attache
-je m’\177criais derant ce
+je m’écriais devant ce
-volontairement incomplet: \177Qu’elle est belle! Quelle noblesse 1 Comme
+volontairement incomplet : « Qu’elle est belle ! Quelle noblesse ! Comme
-une fi\177re Guermanres, la
+une fière Guermantes, la
-de Genevieve de
+de Geneviève de
-j’ai derant moi !,Et l’attention a,\177ec laquelle j’\177clairais son
+j’ai devant moi ! » Et l’attention avec laquelle j’éclairais son
-repense & cette c\177r\177monie, il
+repense à cette cérémonie, il
-assistaient saul elle
+assistaient sauf elle
-qui r\177pondit affirmativement
+qui répondit affirmativement
-dame \177tait bien M me de
+dame était bien Mme de
-Mais die, je
+Mais elle, je
-du d\177fil\177 dans
+du défilé dans
-DU COTt\177 DE CHEZ sWANN 239 qu’\177clairait le
+qu’éclairait le
-d’un ]our de
+d’un jour de
-laquelle M TM de
+laquelle Mme de
-ne sayair m\177me pas
+ne savait même pas
-dont l’inf\177riorit\177 proclamait
+dont l’infériorité proclamait
-sa supramarie pour
+sa suprématie pour
-ne ressentit pas
+ne ressentît pas
-une sincere bienveillance,
+une sincère bienveillance,
-elle esp\177rait imposer
+elle espérait imposer
-encore /l force
+encore à force
-bonne grl\177ce et de simplicitY. Aussi, ne pourant \177mettre ces
+bonne grâce et de simplicité. Aussi, ne pouvant émettre ces
-volontaires, charges d’une signification precise, qu’on adresse \177 quelqu’un qu’on connalt, mais
+volontaires, chargés d’une signification précise, qu’on adresse à quelqu’un qu’on connaît, mais
-ses pens\177es distraites s’\177chapper incessamment derant’ elleen un flor de lumi\177re bleue
+ses pensées distraites s’échapper incessamment devant elle en un flot de lumière bleue
-qu’il pf\177t g\177ner, para\177tre d\177daigner ces
+qu’il pût gêner, paraître dédaigner ces
-atteignait \177 tous
+atteignait à tous
-et gonfl\177e, le doux \177tonnement de
+et gonflée, le doux étonnement de
-avait ajout\177 sans
+avait ajouté sans
-destiner \177 personne,
+destiner à personne,
-s’excuser aupr\177s de
+s’excuser auprès de
-avait laiss\177 s’arr\177ter $ur moi,
+avait laissé s’arrêter sur moi,
-aurait travers\177 le
+aurait traversé le
-me dis: \177 Mais
+me dis : « Mais
-attention \177 moi. ,, Je
+attention à moi. » Je
-encore \177 moi
+encore à moi
-aurait quitt\177 l’\177glise, qu’\177 cause
+aurait quitté l’église, qu’à cause
-serait peut-gtre triste
+serait peut-être triste
-soir /i Guermantes. Et aussit6t je
+soir à Guermantes. Et aussitôt je
-aimions u ne femme
+aimions une femme
-avec m\177pris comme
+avec mépris comme
-cru qu’kvait fait M TM Swann
+cru qu’avait fait Mlle Swann
-240 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU nous
+nous
-avec bonte comme faisait Mine de
+avec bonté comme faisait Mme de
-qu’elle pourra’ nous
+qu’elle pourra nous
-impossible & cueillir
+impossible à cueillir
-elle m’efit d\177di\177e; et
+elle m’eût dédiée ; et
-soleil, menace par
+soleil, menacé par
-de g\177ranium aux
+de géranium aux
-avait \177tendus par
+avait étendus par
-la solennite, et
+la solennité, et
-lesquels s’avansait en souriant M me de
+lesquels s’avançait en souriant Mme de
-ajoutait & leur
+ajoutait à leur
-un veloute rose, un epiderme de lumi\177re, cette
+un velouté rose, un épiderme de lumière, cette
-de serieuse douceur
+de sérieuse douceur
-qui caract\177risent certaines
+qui caractérisent certaines
-Baudelaire air pu
+Baudelaire ait pu
-trompette l’\177pith\177te de d\177licieux. Combien
+trompette l’épithète de délicieux. Combien
-dans roes promenades du c6t\177 de
+dans mes promenades du côté de
-plus affiigeant � encore
+plus affligeant encore
-renoncer & gtre jamais un \177crivain c\177l\177bre. Les
+renoncer à être jamais un écrivain célèbre. Les
-j’en \177prouvais, tandis
+j’en éprouvais, tandis
-seul & r\177ver un peu \177 l’\177cart, me faisaient rant souffrir,
+seul à rêver un peu à l’écart, me faisaient tant souffrir,
-de lui-m\177me par
+de lui-même par
-esprit s’arr\177tait enti\177rement de
+esprit s’arrêtait entièrement de
-romans, & un avenir po\177tique sur
+romans, à un avenir poétique sur
-ces preoccupations litteraires et
+ces préoccupations littéraires et
-faisaient arr\177ter par
+faisaient arrêter par
-au del& de
+au delà de
-je royals, quelque
+je voyais, quelque
-m’invitaient & venir
+m’invitaient à venir
-que matgre mes
+que malgré mes
-pas & decouvrir. Comme
+pas à découvrir. Comme
-DU COTi\177 DE CHEZ $WANN 24x cela
+cela
-restais 1/1, immobile, i regarder, i respirer, /1 t&cher d’aller
+restais là, immobile, à regarder, à respirer, à tâcher d’aller
-ma penske au del\177 de
+ma pensée au delà de
-me fallair rattraper mon grand-p\177re, poursuivre
+me fallait rattraper mon grand-père, poursuivre
-cherchais i les
+cherchais à les
-les yeux; je m’attachais i me
+les yeux ; je m’attachais à me
-m’avaient sembl\177 pleines, prates /1 s’entr’ouvrir, i me
+m’avaient semblé pleines, prêtes à s’entr’ouvrir, à me
-elles n’\177taient qu’un
+elles n’étaient qu’un
-ce n’\177tait pas
+ce n’était pas
-rendre l’esp\177rance que
+rendre l’espérance que
-pouvoir gtre un jour \177crivain et po\177te, car elles \177taient toujours li\177es \177 un
+pouvoir être un jour écrivain et poète, car elles étaient toujours liées à un
-particulier d\177pourvu de
+particulier dépourvu de
-rapportant /i aucune v\177rit\177 abstraite.
+rapportant à aucune vérité abstraite.
-me donnalent un plaisir irraisonn\177, l’illusion
+me donnaient un plaisir irraisonné, l’illusion
-de f\177condit\177 et par 1/1 me
+de fécondité et par là me
-j’avais \177prouv\177s chaque lois que j’avais cherch\177 un
+j’avais éprouvés chaque fois que j’avais cherché un
-grande ceuvre litt\177raire. Idais le
+grande œuvre littéraire. Mais le
-conscience \177tait si ardu -- que m’impo~ saient ces
+conscience était si ardu — que m’imposaient ces
-couleur -- de tlcher d’apercevoir
+couleur — de tâcher d’apercevoir
-qui ae cachait derri\177re elles, que ie ne
+qui se cachait derrière elles, que je ne
-pas /1 me chercher i moi-m\177me des
+pas à me chercher à moi-même des
-me d\177rober ices efforts
+me dérober à ces efforts
-de m’\177pargner cette
+de m’épargner cette
-m’appelaient, ie sentais
+m’appelaient, je sentais
-pas pr\177sentement la tranquillit\177 n\177cessaire pour
+pas présentement la tranquillité nécessaire pour
-penser jusqu’i ce
+penser jusqu’à ce
-fusse rentr\177, et
+fusse rentré, et
-sans rdsultat. Alors
+sans résultat. Alors
-d’un parrum, bien
+d’un parfum, bien
-ramenais \177 la maison, prot\177g\177e par le revgtement d’images
+ramenais à la maison, protégée par le revêtement d’images
-vivante, cornroe des Vol. I. \1776
+vivante, comme des
-242 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDLr poissons
+poissons
-jours oil on m’avait laiss\177 aller \177 la p\177che, je rapportMs dans
+jours où on m’avait laissé aller à la pêche, je rapportais dans
-qui pr\177servait leur fralcheur. Une fois \177 la
+qui préservait leur fraîcheur. Une fois à la
-songeais \177 autre
+songeais à autre
-m’avait donnas) une pierre oil jouait
+m’avait donnés) une pierre où jouait
-images diff\177rentes sous
+images différentes sous
-longtemps qu’es\177 morte la r\177alitg pressentie.que je
+longtemps qu’est morte la réalité pressentie que je
-de volont\177 pour arriver /l d\177couvrir. Une lois pourrant -- oil notre promenade s’\177tant prolong\177e fort au del/l de sa dur\177e habituelle,
+de volonté pour arriver à découvrir. Une fois pourtant — où notre promenade s’étant prolongée fort au delà de sa durée habituelle,
-avions \177t\177 bien
+avions été bien
-rencontrer /l mi-chemin
+rencontrer à mi-chemin
-comme l’apr\177s-midi finissait,
+comme l’après-midi finissait,
-qui passair en voiture /l bride
+qui passait en voiture à bride
-lui -- j’eus
+lui — j’eus
-monter pros du
+monter près du
-rentrer \177. Combray /l s’arr\177ter /l Martinville-le-Sec
+rentrer à Combray à s’arrêter à Martinville-le-Sec
-malade /l la
+malade à la
-avait \177t\177 conrenu que
+avait été convenu que
-chemin j’\177prouvai tout /l coup
+chemin j’éprouvai tout à coup
-plaisir special qui ne’ ressemblait \177 aucun autre, /l apercevoir
+plaisir spécial qui ne ressemblait à aucun autre, à apercevoir
-qui, s\177par\177 d’eux
+qui, séparé d’eux
-une valise, et situ\177 sur
+une vallée, et situé sur
-plus \177lev\177 dans le loinrain, semblait pourrant tout
+plus élevé dans le lointain, semblait pourtant tout
-leur fi\177che, le d\177placement de
+leur flèche, le déplacement de
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN de
+de
-chose etait derri\177re ce mouvement, derri\177re cette clarte, quelque
+chose était derrière ce mouvement, derrière cette clarté, quelque
-et derober \177 la
+et dérober à la
-si eloignes et
+si éloignés et
-fus etonne quand,
+fus étonné quand,
-instants apres, nous nous arr\177t\177mes devant l’eglise de
+instants après, nous nous arrêtâmes devant l’église de
-eu /l les apercevoir \177 l’horizon
+eu à les apercevoir à l’horizon
-chercher \177 decouvrir cette
+chercher à découvrir cette
-bien penible; j’avais
+bien pénible ; j’avais
-en reserve dans ma t\177te ces
+en réserve dans ma tête ces
-seraient alles /l jamais rejoindre rant d’arbres,
+seraient allés à jamais rejoindre tant d’arbres,
-que i’avais distingues des autres \177 cause
+que j’avais distingués des autres à cause
-m’avaient procure et
+m’avaient procuré et
-nous reparfimes, ie repris
+nous repartîmes, je repris
-le si\177ge, je
+le siège, je
-la t\177te pour
+la tête pour
-tard j’apergus une dernitre fois
+tard j’aperçus une dernière fois
-pas dispose /l causer, ayant /l peine repondu /l mes
+pas disposé à causer, ayant à peine répondu à mes
-de moi-m\177me et
+de moi-même et
-clochers. Bient6t, leurs
+clochers. Bientôt, leurs
-surfaces ensoleillees, comme
+surfaces ensoleillées, comme
-avaient ere une sorte d’ecorce, se dechir\177rent, un
+avaient été une sorte d’écorce, se déchirèrent, un
-qui m’etait cach\177 en
+qui m’était caché en
-une pensee qui
+une pensée qui
-ma t\177te, et
+ma tête, et
-tout /l l’heure eprouver leur rue s’en
+tout à l’heure éprouver leur vue s’en
-penser \177 autre chose. Ace moment
+penser à autre chose. À ce moment
-nous etions d\177j/l loin
+nous étions déjà loin
-la tgte je les apercus de
+la tête je les aperçus de
-244 A,LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU tout
+tout
-cette lois, car
+cette fois, car
-soleil \177tait d\177ji couch& Par
+soleil était déjà couché. Par
-les d{robaient, puis
+les dérobaient, puis
-se montr\177rent une dernitre lois et
+se montrèrent une dernière fois et
-qui \177tait cach\177 derri\177re les
+qui était caché derrière les
-devait \177tre quelque
+devait être quelque
-d’analogue i une iolie phrase, puisque c’\177tait sous
+d’analogue à une jolie phrase, puisque c’était sous
-me faisaient. plaisir que cela m’\177tait apparu,
+me faisaient plaisir, que cela m’était apparu,
-composai malgr\177 les
+composai malgré les
-et ob\177ir mon
+et obéir à mon
-j’ai retrouv\177 depuis
+j’ai retrouvé depuis
-eu & faire
+eu à faire
-de changements: \177Seuls, s’\177levant du
+de changements : « Seuls, s’élevant du
-Martinville. Bient6t nous en vlmes trois: yenant se
+Martinville. Bientôt nous en vîmes trois : venant se
-clochers \177taient toujours
+clochers étaient toujours
-loin derant nous, cornroe trois oiseaux pos\177s sur
+loin devant nous, comme trois oiseaux posés sur
-Vieuxvicq s’\177carta, prit
+Vieuxvicq s’écarta, prit
-Martinville restSrent seuls, \177clair\177s par la lumi\177re du
+Martinville restèrent seuls, éclairés par la lumière du
-que m\177me & cette
+que même à cette
-avions \177t\177 si longs & nous
+avions été si longs à nous
-les atteindr\177 quand,
+les atteindre quand,
-ayant tourn\177, elle nous d\177posa \177 leurs pieds; et ils s’\177taient jerks si
+ayant tourné, elle nous déposa à leurs pieds ; et ils s’étaient jetés si
-que le. temps d’arr\177ter pour ne passe heurter
+que le temps d’arrêter pour ne pas se heurter
-Nous poursuivimes notre route; nous avions quitt\177 Martinville
+Nous poursuivîmes notre route ; nous avions déjà quitté Martinville
-village apres nous avoir accompagn.\177s quelques
+village après nous avoir accompagnés quelques
-DU �OTy\177 DE CHEZ SWANN \17745 secondes
+secondes
-que rest\177s seuls & l’horizon & nous
+que restés seuls à l’horizon à nous
-cimes ensoleill\177es. Parfois Fun s’effasait pour
+cimes ensoleillées. Parfois l’un s’effaçait pour
-instant encore; mais
+instant encore ; mais
-ils vir\177rent dans la lumi\177re comme
+ils virèrent dans la lumière comme
-disparurent \177 mes
+disparurent à mes
-nous \177tions d\177j/\177 pros de
+nous étions déjà près de
-soleil \177tant maintenant couch\177, je les apersus une dernitre lois de tr\177s loin, qui n’\177taient plus
+soleil étant maintenant couché, je les aperçus une dernière fois de très loin, qui n’étaient plus
-jeunes rilles d’une l\177gende, abandonn&s dans
+jeunes filles d’une légende, abandonnées dans
-solitude o/\177 tombait d\177j\177 l’obscurit\177; et
+solitude où tombait déjà l’obscurité ; et
-nous \1771oignions au
+nous éloignions au
-et apres quelques gauches tr\177buchements de
+et après quelques gauches trébuchements de
-glisser Fun derri\177re l’autre,
+glisser l’un derrière l’autre,
-et r\177sign&, et
+et résignée, et
-nuit. \177( Je
+nuit. « Je
-jamais \177 cette
+jamais à cette
-mais \177 ce moment-l\177, quand,
+mais à ce moment-là, quand,
-du si\177ge oh le
+du siège où le
-docteur plasait habituellement
+docteur plaçait habituellement
-avait achet&s au march\177 de
+avait achetées au marché de
-de l’&rire, je
+de l’écrire, je
-parfaitement d\177barrass\177 de
+parfaitement débarrassé de
-qu’ils cachaient’ derri\177re eux,
+qu’ils cachaient derrière eux,
-j’avais \177t\177 moi-m\177me une
+j’avais été moi-même une
-un ceuf, je
+un œuf, je
-mis \177 chanter /\177 tue-t\177te. Pendant
+mis à chanter à tue-tête. Pendant
-la journ\177e, dans
+la journée, dans
-pu rgver au
+pu rêver au
-serait d’gtre l’ami
+serait d’être l’ami
-de p&her la
+de pêcher la
-ces moments-l\177 rien d’autre \177 la
+ces moments-là rien d’autre à la
-246 A LA RECHERCHE DU TEM.PS .PERDU d’une
+d’une
-d’heureux apres-midi. Mais
+d’heureux après-midi. Mais
-retour i’avais apersu sur
+retour j’avais aperçu sur
-qui \177taient au contraire tr\177s rapproch\177es, et k parfir de
+qui étaient au contraire très rapprochées, et à partir de
-plus qu’/\177 prendre une all\177e de chgnes bord\177e d’un c6t\177 de pros appartenant chacun \177 un petit closet plant\177s k intervalles \177gaux de porerulers qui
+plus qu’à prendre une allée de chênes bordée d’un côté de prés appartenant chacun à un petit clos et plantés à intervalles égaux de pommiers qui
-ils \177taient \177clair\177s par
+ils étaient éclairés par
-dessin japonais. de
+dessin japonais de
-mon cceur se mettait k battre, ]e savais
+mon cœur se mettait à battre, je savais
-serions rentr\177s, et
+serions rentrés, et
-comme c’\177tait de r\177gle les jours oh nous \177tions allis du c6t\177 de
+comme c’était de règle les jours où nous étions allés du côté de
-et oh le diner \177tait servi
+et où le dîner était servi
-coucher sit6t ma
+coucher sitôt ma
-ma m\177re, retenue k table
+ma mère, retenue à table
-monde k diner, ne
+monde à dîner, ne
-tristesse oh je
+tristesse où je
-d’entrer \177tait aussi
+d’entrer était aussi
-zone oh ie m’\177lansais avec
+zone où je m’élançais avec
-est s\177par\177e cornroe par
+est séparée comme par
-il y’ est entr\177. Les d\177sirs qui tout \177t l’heure
+il y est entré. Les désirs qui tout à l’heure
-d’aller k Guerraantes, de voyager, d’\177tre heureux, j’\177tais maintenant
+d’aller à Guermantes, de voyager, d’être heureux, j’étais maintenant
-leur aecomplissement ne m’e6t fait
+leur accomplissement ne m’eût fait
-plaisir. Cornroe j’aurais donn.\177 tout
+plaisir. Comme j’aurais donné tout
-ne d\177tachais pas roes yeux angoiss\177s du
+ne détachais pas mes yeux angoissés du
-ma m\177re, qui n’apparaltrait pas
+ma mère, qui n’apparaîtrait pas
-chambre oh je
+chambre où je
-voyais d\177j\177 par la penske, j’aurais
+voyais déjà par la pensée, j’aurais
-cet \177tat durerait
+cet état durerait
-appuyant, cornroe le
+appuyant, comme le
-mur revgtu de
+mur revêtu de
-DU COTt\177 DE �HEZ SWANN :147 grimpaient jusqu’\177 ma fen\177tre, je sauterais \177 bas
+grimpaient jusqu’à ma fenêtre, je sauterais à bas
-soir ram\177nerait jamais
+soir ramènerait jamais
-ma m\177re. Et
+ma mère. Et
-du c6t\177 de
+du côté de
-appris \177 distinguer ces \177tats qui se succ\177dent en
+appris à distinguer ces états qui se succèdent en
-certaines p\177riodes, et vont jusqu’\177 se
+certaines périodes, et vont jusqu’à se
-chaque journ\177e, l’un
+chaque journée, l’un
-la ponctualit\177 de la fi\177vre; contigus,
+la ponctualité de la fièvre ; contigus,
-si ext\177rieurs l’un \177 l’autre, si d\177pourvus de
+si extérieurs l’un à l’autre, si dépourvus de
-plus mgme me repr\177senter, dans
+plus même me représenter, dans
-j’ai d\177sir\177, ou redout\177, ou
+j’ai désiré, ou redouté, ou
-le c6t\177 de M\177s\177glise et le c6t\177 de
+le côté de Méséglise et le côté de
-moi li\177s \177 bien
+moi liés à bien
-petits \177v\177nements de
+petits événements de
-menons parall\177lement, qui
+menons parallèlement, qui
-de p\177rip\177ties, la
+de péripéties, la
-en \177pisodes, je’ veux
+en épisodes, je veux
-les v\177rit\177s qui
+les vérités qui
-ont chang\177 pour
+ont changé pour
-en pr\177parions depuis
+en préparions depuis
-la d\177couverte; mais c’\177tait sans le savoir; et
+la découverte ; mais c’était sans le savoir ; et
-du iour, de
+du jour, de
-minute oh elles
+minute où elles
-qui passair au
+qui passait au
-continue \177 accompagner
+continue à accompagner
-ou .distrait; et
+ou distrait ; et
-ils \177taient longuement contemples par
+ils étaient longuement contemplés par
-qui rgvait -- comme
+qui rêvait — comme
-un m\177morialiste perdu
+un mémorialiste perdu
-foule -- ce
+foule — ce
-serait gr/ice \177 lui
+serait grâce à lui
-seraient appel\177s \177 survivre
+seraient appelés à survivre
-leurs particularit,s les plus \177ph\177m\177res; et pourrant ce parrum d’aub\177pine qui
+leurs particularités les plus éphémères ; et pourtant ce parfum d’aubépine qui
-haie o/\177 les \177glantiers
+haie où les églantiers
-:\1774 8 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU le remplaceront bient6t, un
+le remplaceront bientôt, un
-sans bcho sur
+sans écho sur
-d’une allbe, une bulle formbe contre
+d’une allée, une bulle formée contre
-la rivi\177re et qui crave aussit6t, mon
+la rivière et qui crève aussitôt, mon
-a portbs eta rbussi \177 leur
+a portés et a réussi à leur
-tant d’annbes successives,
+tant d’années successives,
-sont effaces et
+sont effacés et
-les foulSrent et
+les foulèrent et
-les foulSrent. Parfois
+les foulèrent. Parfois
-paysage amen\177 ainsi jusqu’\177 aujourd’hui se d\177tache si isol\177 de
+paysage amené ainsi jusqu’à aujourd’hui se détache si isolé de
-ma pensbe comme une D\1771os fieuric, sans
+ma pensée comme une Délos fleurie, sans
-temps -- peutgtre tout
+temps — peut-être tout
-quel r\177ve -- il
+quel rêve — il
-comme \177 des
+comme à des
-terrains r\177sistants sur
+terrains résistants sur
-au c6tb de M\177s\177glise et au c6t\177 de
+au côté de Méséglise et au côté de
-aux \177tres, tandis
+aux êtres, tandis
-choses, les’\177tres qu’ils
+choses, les êtres qu’ils
-fait connaitre sont
+fait connaître sont
-au sbrieux et
+au sérieux et
-qui cr\177e soit
+qui crée soit
-la r\177alit\177 ne
+la réalité ne
-la m\177moire, les
+la mémoire, les
-la premiere fois
+la première fois
-Le c6tb de M\177sbglise avec
+Le côté de Méséglise avec
-ses aub\177pines, ses
+ses aubépines, ses
-le c6t\177 de
+le côté de
-sa rivi\177re \177 t\177tards, ses nymph\177as et
+sa rivière à têtards, ses nymphéas et
-ont constitu\177/\177 tout
+ont constitué à tout
-pays o/\177 j’aimera{s vivre, oil j’exige
+pays où j’aimerais vivre, où j’exige
-aller \177 la p\177che, se
+aller à la pêche, se
-des bibs, ainsi qu’\177tait Saint-Andre-des-Champs, une \177glise monumentale,
+des blés, ainsi qu’était Saint-André-des-Champs, une église monumentale,
-et dor\177e comme une meule; et
+et dorée comme une meule ; et
-les aubbpines, les
+les aubépines, les
-qu’il re’arrive quand
+qu’il m’arrive quand
-DU �0T1\177 DE �HEZ SWANN 249 dans
+dans
-sont situ4s \177. la mgme profondeur,
+sont situés à la même profondeur,
-mon passe, sont imm\177diatement en
+mon passé, sont immédiatement en
-mon coeur. Et
+mon cœur. Et
-le d\177sir de
+le désir de
-le c6t\177 de
+le côté de
-d’une rivi\177re o/\177 il
+d’une rivière où il
-beaux nymph\177as que
+beaux nymphéas que
-rentrant -- /i l’heure o/\177 s’\177veillait en
+rentrant — à l’heure où s’éveillait en
-tard \177migre dans
+tard émigre dans
-devenir \177 jamais inseparable de lui -- je n’aurais souhait\177 que vlnt me
+devenir à jamais inséparable de lui — je n’aurais souhaité que vînt me
-une m\177re plus
+une mère plus
-plus intelligenre que
+plus intelligente que
-mienne. Non; de m\177me que
+mienne. Non ; de même que
-qu’il fallait
+qu’il me fallait
-que ]e pusse
+que je pusse
-qu’aucune maltresse n’a
+qu’aucune maîtresse n’a
-moment o/\177 on
+moment où on
-ne poss\177de jamais leur cceur comme
+ne possède jamais leur cœur comme
-ma m\177re, tout
+ma mère, tout
-la r\177serve d’une arri\177re-pens\177e, sans
+la réserve d’une arrière-pensée, sans
-qui ’ne ffit pas
+qui ne fut pas
-moi -- c’est
+moi — c’est
-ce ffit elle,
+ce fût elle,
-qu’elle inclin&t vers
+qu’elle inclinât vers
-visage oh il
+visage où il
-de l’ceil quelque
+de l’œil quelque
-qui \177tait, paralt-il, un d\177faut, et
+qui était, paraît-il, un défaut, et
-j’aimais & l’\177gal du reste; de mgme ce que ]e veux
+j’aimais à l’égal du reste ; de même ce que je veux
-le c6t\177 de
+le côté de
-peu \1771oign\177e des
+peu éloignée des
-suivantes serr\177es l’une
+suivantes serrées l’une
-l’autre, & l’entr\177e de l’all\177e des chines; ce
+l’autre, à l’entrée de l’allée des chênes ; ce
-prairies oh, quand
+prairies où, quand
-rend r\177fl\177chissantes comme
+rend réfléchissantes comme
-mes r\177ves, l’individualit\177 m’\177treint avec
+mes rêves, l’individualité m’étreint avec
-au r\177veil. Sans
+au réveil. Sans
-avoir & jamais
+avoir à jamais
-impressions diff\177rentes, rien
+impressions différentes, rien
-250 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU les
+les
-fait dprouver en mgme temps, le c6td de Mdsdglise ou le c6t6 de
+fait éprouver en même temps, le côté de Méséglise ou le côté de
-m’ont expos6, pour l’avenir, & bien des d&eptions et m\177me \177t bien
+m’ont exposé, pour l’avenir, à bien des déceptions et même à bien
-que c’dtait simplement
+que c’était simplement
-haie d’aubdpines, et j’ai dtd induit & croire, & fake croire & un
+haie d’aubépines, et j’ai été induit à croire, à faire croire à un
-simple ddsir de
+simple désir de
-par m\177me aussi,
+par là même aussi,
-restant prdsents en
+restant présents en
-soirs le
+soirs d’été le
-gronde cornroe une bgte fauve
+gronde comme une bête fauve
-boude Forage, c’est au c6t\177 de glise que
+boude l’orage, c’est au côté de Méséglise que
-extase & respirer, \177 travers
+extase à respirer, à travers
-que ie restais
+que je restais
-matin k songer
+matin à songer
-Combray, & mes tristes soir&s sans sommeil, \177 tant
+Combray, à mes tristes soirées sans sommeil, à tant
-m’avait dtd plus rdcemment rendue par � la saveur -- ce
+m’avait été plus récemment rendue par la saveur — ce
-aurait appeld \177 Combray le \177 parfum \177 -- d’une
+aurait appelé à Combray le « parfum » — d’une
-de the, et
+de thé, et
-souvenirs \177ce que,
+souvenirs à ce que,
-des anndes apres avoir quittd cette
+des années après avoir quitté cette
-ville, ]’avais appris, au su]et d’un
+ville, j’avais appris, au sujet d’un
-cette pr&ision dans les ddtails plus facile obtenir
+cette précision dans les détails plus facile à obtenir
-des si\177cles que
+des siècles que
-ville & une autre -- tant
+ville à une autre — tant
-cette impossibilitd a dtd tournde. Tous
+cette impossibilité a été tournée. Tous
-souvenirs ajoutds les
+souvenirs ajoutés les
-DU �OTt\177 DE �HEZ SWANN 25x aux
+aux
-ne pfit distinguer
+ne pût distinguer
-eux --entre les
+eux — entre les
-plus r\177cents, n\177s d’un
+plus récents, nés d’un
-qui n’\177taient que
+qui n’étaient que
-appris -sinon des
+appris — sinon des
-failles v\177ritables, du
+failles véritables, du
-marbres, r\177v\177lent des differences d’origine, d’&ge, de t( formation,,. Certes
+marbres, révèlent des différences d’origine, d’âge, de « formation ». Certes
-longtemps qu’\177tait dissip\177e la brave incertitude
+longtemps qu’était dissipée la brève incertitude
-mon r\177veil. Je
+mon réveil. Je
-chambre ]e me
+chambre je me
-dans l’obscurit\177 et -- soit
+dans l’obscurité et — soit
-seule m\177moire, soit
+seule mémoire, soit
-lueur apersue, au
+lueur aperçue, au
-je plasais les
+je plaçais les
-la crois\177e -- je
+la croisée — je
-tout enti\177re et meubl\177e comme
+tout entière et meublée comme
-aux fengtres et
+aux fenêtres et
-j’avais repos\177 les
+j’avais reposé les
-commode \177t sa
+commode à sa
-Mais {t peine
+Mais à peine
-jour -- et
+jour — et
-d’une dernitre braise
+d’une dernière braise
-lui -- trasait-il dans l’obscurit\177, et comme \177 la
+lui — traçait-il dans l’obscurité, et comme à la
-sa premiere raie
+sa première raie
-la fengtre avec
+la fenêtre avec
-porte o/\177 je l’avais situ\177e par
+porte où je l’avais située par
-ma m\177moire avait maladroitement install\177 1\177 se sauvait {t route vitesse, poussant derant lui la chemin\177e et \177cartant lemur mitoyen du couloir; une courette r\177gnait {t l’endroit ot\177 il
+ma mémoire avait maladroitement installé là se sauvait à toute vitesse, poussant devant lui la cheminée et écartant le mur mitoyen du couloir ; une courette régnait à l’endroit où il
-encore s’\177tendait le
+encore s’étendait le
-j’avais rebUttie dans les t\177n\177bres \177tait all\177e rejoindre
+j’avais rebâtie dans les ténèbres était allée rejoindre
-demeures entrerues dans
+demeures entrevues dans
-du r\177veil, mise
+du réveil, mise
-ce p\177de signe qu’avait trac\177 au-dessus
+ce pâle signe qu’avait tracé au-dessus
-doigt lev\177 du
+doigt levé du
-DEUXIt\177ME PARTIE
+DEUXIÈME PARTIE
-DE SWAN N
+DE SWANN
-our faire
+lignes=3our faire
-du \177 petit noyau ,, du (c petit groupe., du \177 petit clan \177 des
+du « petit noyau », du « petit groupe », du « petit clan » des
-condition etait suffisante
+condition était suffisante
-elle etait necessaire: il fallait adherer tacitement \177un Credo
+elle était nécessaire : il fallait adhérer tacitement à un Credo
-articles etait que
+articles était que
-pianiste, protege par M me Verdurin cette ann\177e-1/\177 et dont die disait: . \177a ne derfait pas \177tre permis
+pianiste, protégé par Mme Verdurin cette année-là et dont elle disait : « Ça ne devrait pas être permis
-comme 5a ! \177, , enfonsait \177 /\177 la lois Plante et
+comme ça ! », « enfonçait » à la fois Planté et
-que Potaim Toute (\177 nouvelle recrue \177 \177 qui
+que Potain. Toute « nouvelle recrue » à qui
-les soirees des
+les soirées des
-eux etalent ennuyeuses
+eux étaient ennuyeuses
-se royair imm\177diatement exclue.
+se voyait immédiatement exclue.
-femmes \177tant \177 cet egard plus
+femmes étant à cet égard plus
-hommes \177 d\177poser route curiosite mondaine
+hommes à déposer toute curiosité mondaine
-par soi-mgme sur l’agr\177ment des
+par soi-même sur l’agrément des
-ce demon de frivolit\177 pouvaient
+ce démon de frivolité pouvaient
-fatal \177 l’orthodoxie
+fatal à l’orthodoxie
-petite eglise, ils
+petite église, ils
-:\1775 6 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU J \177t\177 amenks \177 rejeter successivement tousles \177 fid\177les \177 du sexe f\177minin. En
+été amenés à rejeter successivement tous les « fidèles » du sexe féminin. En
-ils \177taient r\177duits presque
+ils étaient réduits presque
-cette ann\177e-l& (bien que Mine Verdurin fat elle-m\177me vertueuse
+cette année-là (bien que Mme Verdurin fût elle-même vertueuse
-et enti\177rement obscure
+et entièrement obscure
-peu ii peu cess\177 toute relation) \177 une
+peu à peu cessé volontairement toute relation) à une
-demi-monde, Mine de Crecy, que Mine Verdurin
+demi-monde, Mme de Crécy, que Mme Verdurin
-et d\177clarait gtre (( un amour , et \177 la
+et déclarait être « un amour », et à la
-avoir tlr\177 le cordon; personnes
+avoir tiré le cordon ; personnes
-et \177 la naivet\177 de
+et à la naïveté de
-avait \177t\177 si
+avait été si
-Guermantes dtaient oblig\177es de
+Guermantes étaient obligées de
-monde \177 leurs diners, que
+monde à leurs dîners, que
-eussent d\177daigneusement refuse. Les
+eussent dédaigneusement refusé. Les
-pas /t diner: on
+pas à dîner : on
-eux ({ son
+eux « son
-mis ,. Pour la soir4e, il
+mis ». Pour la soirée, il
-si (\177 5a lui chantair \177, car
+si « ça lui chantait », car
-ne for9ait personne
+ne forçait personne
-M. Verdurin: \177 Tout
+M. Verdurin : « Tout
-les camarades!\177 Si
+les camarades ! » Si
-voulait ]ouer la chevauch\177e de
+voulait jouer la chevauchée de
-le prelude de Tristan, M me Verdurin
+le prélude de Tristan, Mme Verdurin
-non q,ue cette
+non que cette
-lui d\177plft, mais
+lui déplût, mais
-d’impression. {\177 Alors
+d’impression. « Alors
-tenez hce que
+tenez à ce que
-la mgme chose chaque lois qu’il joue 9a. Je
+la même chose chaque fois qu’il joue ça. Je
-personne !, S’il
+personne ! » S’il
-le plus. souvent
+le plus souvent
-d’alors, , l\177chait \177, comme disair M. Verdurin, {\177 une
+d’alors, « lâchait », comme disait M. Verdurin, « une
-DU �0T1\177 DE �HEZ SWANN 257 qui
+qui
-monde ,\177, Mine Verdurin surtout, \177 qui, -- rant elle
+monde », Mme Verdurin surtout, à qui, — tant elle
-expressions figur\177es des \177motions qu’elle \177prouvait -- le
+expressions figurées des émotions qu’elle éprouvait — le
-jeune d\177butant/t cette \177poque) dut
+jeune débutant à cette époque) dut
-sa machoire qu’elle avait d\177croch\177e pour
+sa mâchoire qu’elle avait décrochée pour
-noir \177tait d\177fendu parce qu’on \177tait entre \177copains. et
+noir était défendu parce qu’on était entre « copains » et
-aux \177 ennuyeux \177 dont
+aux « ennuyeux » dont
-grandes soirees, donn\177es le
+grandes soirées, données le
-faire connaitre le
+faire connaître le
-entre sol, en ne m\177lant aucun \177tranger au petit \177( noyau \177. Mais
+entre soi, en ne mêlant aucun étranger au petit « noyau ». Mais
-fur eta mesure ’que les (\177 camarades. avaient
+fur et à mesure que les « camarades » avaient
-de M me Verdurin,
+de Mme Verdurin,
-les r\177prouv\177s, ce
+les réprouvés, ce
-les empachalt quelquefois d’\177tre libres, ce rut la m\177re de
+les empêchait quelquefois d’être libres, ce fut la mère de
-mauvaise sant\177 d’un troisi\177me. Si
+mauvaise santé d’un troisième. Si
-retourner aupr\177s d’un
+retourner auprès d’un
-en danger: (c Qui
+en danger : « Qui
-disait M "\177e Verdurin,
+disait Mme Verdurin,
-fera peut-\177tre beaucoup
+fera peut-être beaucoup
-le d\177ranger ce soir; il
+le déranger ce soir ; il
-sans vous; demain
+sans vous ; demain
-trouverez gu\177ri. \177) D\177s le
+trouverez guéri. » Dès le
-de d\177cembre, elle \177tait malade’ a la penske que les fid\177les a l&cheraient, pour
+de décembre, elle était malade à la pensée que les fidèles « lâcheraient » pour
-de Noel et le \177e\177 janvier.
+de Noël et le 1er janvier.
-qu’il vlnt diner ce jour-la en
+qu’il vînt dîner ce jour-là en
-sa m\177re \177 elle: -- Vous
+sa mère à elle : — Vous
-votre m\177re, s’\177cria durement M me Verdurin,
+votre mère, s’écria durement Mme Verdurin,
-ne diniez pas
+ne dîniez pas
-! Vol. I. \177?
+!
-258 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU Ses inquietudes renaissaient \177 la semaine sainte: -- Vous,
+Ses inquiétudes renaissaient à la semaine sainte : — Vous,
-un autre’ jour
+un autre jour
-dit-elle \177 Cottard la premiere annie, d’un ton assur\177 comme
+dit-elle à Cottard la première année, d’un ton assuré comme
-la r\177ponse. Mais
+la réponse. Mais
-qu’il l’efit prononc\177e, car s’il n’\177tait venu,
+qu’il l’eût prononcée, car s’il n’était pas venu,
-seule. m Je
+seule. — Je
-le Vendredi saint...
+le vendredi saint...
-faire raes adieux
+faire mes adieux
-les fgtes de P\177ques en Auvergne. -- En
+les fêtes de Pâques en Auvergne. — En
-Et apres un silence: -- Si
+Et après un silence : — Si
-aurions t\177ch\177 d’organiser
+aurions tâché d’organiser
-De m\177me si un \177 fid\177le \177 avait
+De même si un « fidèle » avait
-une \177 habitude,un flirt
+une « habituée » un flirt
-faire \177{ l\177cher,quelquefois, les
+faire « lâcher » quelquefois, les
-femme e\177t un
+femme eût un
-qu’elle l’efit chez eux, l’aim,\177t en
+qu’elle l’eût chez eux, l’aimât en
-leur pr\177f\177r,\177t pas, disaient: \177 Eh
+leur préférât pas, disaient : « Eh
-votre ami.,Et on l’engageait \177 l’essai,
+votre ami. » Et on l’engageait à l’essai,
-s’il \177tait capable
+s’il était capable
-pour M me Verdurin, s’fi \177tait susceptible d’gtre agr\177g\177 au \177 petit clan \177. S’il ne l’\177tait pas,
+pour Mme Verdurin, s’il était susceptible d’être agrégé au « petit clan ». S’il ne l’était pas,
-prenait \177 part le fid\177le qui l’avait pr\177sent\177 et
+prenait à part le fidèle qui l’avait présenté et
-lui rendair le
+lui rendait le
-sa ma\177tre\177se. Dans
+sa maîtresse. Dans
-le \177 nouveau \177 devenait \177 son
+le « nouveau » devenait à son
-un fid\177le. Aussi
+un fidèle. Aussi
-cette ann\177e-l\177, la demimondaine raconta \177 M.
+cette année-là, la demi-mondaine raconta à M.
-M. Swarm, et
+M. Swann, et
-serait tr\177s heureux d’\177tre recu chez
+serait très heureux d’être reçu chez
-transmit-il s\177ance tenante !a requite \177 sa femme. (I1 n’avait
+transmit-il séance tenante la requête à sa femme. (Il n’avait
-d’avis qu’apros sa
+d’avis qu’après sa
-son r61e particulier \177tait de
+son rôle particulier était de
-DU COT\177 DE CHEZ SWANN e59 mettre & execution les d\177sirs, ainsi
+mettre à exécution les désirs, ainsi
-les d\177sirs des fid\177les, avec
+les désirs des fidèles, avec
-ressources d’ing\177niosit&) -- Voici Mine de Cr&y qui
+ressources d’ingéniosité.) — Voici Mme de Crécy qui
-chose & te
+chose à te
-Elle d\177sirerait te presenter un
+Elle désirerait te présenter un
-ses � amis,
+ses amis,
-? -- Mais
+? — Mais
-chose & une
+chose à une
-vous \177,tes une perfection. -- Puisque
+vous êtes une perfection. — Puisque
-voulez, r\177pondit Odette
+voulez, répondit Odette
-elle ajouta: vous savez � que
+elle ajouta : vous savez que
-pas \177 fishing
+pas « fishing
-compliments ,. -- Eh
+compliments ». — Eh
-est agraable. Certes le {, petit noyau ,\177 n’avait
+est agréable. Certes le « petit noyau » n’avait
-la soci\177t\177 oil fr\177quentait Swann,
+la société où fréquentait Swann,
-auraient trouv\177 que ce n’\177tait pas
+auraient trouvé que ce n’était pas
-faire presenter chez
+faire présenter chez
-femmes, qu’g parfir du jour oil il
+femmes, qu’à partir du jour où il
-connu & peu pros toutes
+connu à peu près toutes
-et oh elles
+et où elles
-eu & lui
+eu à lui
-tenu & ces
+tenu à ces
-avait octroy&s le
+avait octroyées le
-comme & une
+comme à une
-valeur d’&hange, de
+valeur d’échange, de
-de credit d\177nu\177e de
+de crédit dénuée de
-en elle-mgme, mais
+en elle-même, mais
-Paris, oil la
+Paris, où la
-avait sembl\177 jolie.
+avait semblé jolie.
-le d\177sir ou
+le désir ou
-de vanit\177 dont il etait maintenant
+de vanité dont il était maintenant
-ce fat lui
+ce fût lui
-l’avait dirig\177 vers cette carri\177re mondaine oil il avait gaspill\177 dans
+l’avait dirigé vers cette carrière mondaine où il avait gaspillé dans
-son \177rudition en mati\177re d’art & conseiller
+son érudition en matière d’art à conseiller
-la soci\177t\177 dans
+la société dans
-260 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU l’ameublement
+l’ameublement
-leurs h6tels), et
+leurs hôtels), et
-faisait d\177sirer de
+faisait désirer de
-il s’\177tait \177pris, d’une \177l\177gance que
+il s’était épris, d’une élégance que
-Swann \177 lui
+Swann à lui
-pas. I1 le d\177sirait surtout
+pas. Il le désirait surtout
-l’inconnue \177tait d’humble
+l’inconnue était d’humble
-De m\177me que
+De même que
-pas \177 un
+pas à un
-de paraltre b\177te, ce
+de paraître bête, ce
-homme \177l\177gant craindra
+homme élégant craindra
-son \177l\177gance m\177connue. Les
+son élégance méconnue. Les
-de vanitY, qui ont \177t\177 prodigu\177s depuis
+de vanité, qui ont été prodigués depuis
-l’ont \177t\177 pour des inf\177rieurs. Et
+l’ont été pour des inférieurs. Et
-qui \177tait simple et n\177gligent avec
+qui était simple et négligent avec
-tremblait d’gtre m\177pris\177, posait,
+tremblait d’être méprisé, posait,
-il \177tait derant une
+il était devant une
-chambre. I1 n’\177tait pas
+chambre. Il n’était pas
-sentiment r\177sign\177 de
+sentiment résigné de
-que cr\177e la
+que crée la
-rester attach\177 \177 un
+rester attaché à un
-la r\177alit\177 leur pr\177sente en
+la réalité leur présente en
-mondaine oil ils vivent cantonn\177s jusqu’\177 leur
+mondaine où ils vivent cantonnés jusqu’à leur
-parvenus \177 s’y
+parvenus à s’y
-divertissements m\177diocres ou
+divertissements médiocres ou
-pas \177 trouver
+pas à trouver
-mais \177. passer
+mais à passer
-d’abord trouv\177es jolies. Et c’\177taient souvent
+d’abord trouvées jolies. Et c’était souvent
-de beaut\177 assez
+de beauté assez
-les qualitas physiques
+les qualités physiques
-compte \177taient en complete opposition
+compte étaient en complète opposition
-femmes sculpt\177es ou
+femmes sculptées ou
-par 1 es maitres qu’il pr\177f\177rait. La
+par les maîtres qu’il préférait. La
-la m\177lancolie de l’expression, glagaient ses
+la mélancolie de l’expression, glaçaient ses
-contraire \177t \177veiller une
+contraire à éveiller une
-DU �OTI\177 DE CHEZ SWANN 26x Si
+Si
-qu’il efit \177t\177 plus \177l\177gant de
+qu’il eût été plus élégant de
-chercher i connaltre, mais
+chercher à connaître, mais
-une fernrne se pr\177sentait \177t ses yeux par\177e d’un charrne qu’il
+une femme se présentait à ses yeux parée d’un charme qu’il
-pas incore connu,
+pas encore connu,
-son (( quant i soi ,, et fromper le d\177sir qu’elle
+son « quant à soi » et tromper le désir qu’elle
-fait naitre, substituer
+fait naître, substituer
-plaisir dif/\177rent au
+plaisir différent au
-qu’il eat pu connaitre avec
+qu’il eût pu connaître avec
-en \177crivant /tune ancienne maltresse de
+en écrivant à une ancienne maîtresse de
-lui eat sernbl\177 une aussi llche abdication
+lui eût semblé une aussi lâche abdication
-renoncement \177t un
+renoncement à un
-il s’\177tait confin\177 dans.sa charnbre en
+il s’était confiné dans sa chambre en
-Paris. I1 ne s’enferrnait pas dans l’\177difice de
+Paris. Il ne s’enfermait pas dans l’édifice de
-reconstruire \177 pied d’ceuvre sur
+reconstruire à pied d’œuvre sur
-partout oi\177 une fernrne lui
+partout où une femme lui
-tentes d\177montables comme
+tentes démontables comme
-en eraportent avec
+en emportent avec
-n’en \177tait pas
+n’en était pas
-ou \177changeable contre
+ou échangeable contre
-il l’eat donn\177 pour
+il l’eût donné pour
-cela parat i d’autres.
+cela parût à d’autres.
-de lois son credit aupr\177s d’une
+de fois son crédit auprès d’une
-du d\177sir accumul\177 depuis des ann\177es que
+du désir accumulé depuis des années que
-lui \177tre agraable sans
+lui être agréable sans
-avoir trouv\177 l’occasion,
+avoir trouvé l’occasion,
-s’en \177tait d\177fait d’un
+s’en était défait d’un
-en r\177clarnant d’elle
+en réclamant d’elle
-une indiscr\177te’d\177p\177che une recornrnandation t\177l\177graphique qui le rnit en
+une indiscrète dépêche une recommandation télégraphique qui le mît en
-avait rernarqu6 la fille i la campagne, cornrne ferait un affam\177 qui
+avait remarqué la fille à la campagne, comme ferait un affamé qui
-pain. M\177rne apres coup,
+pain. Même après coup,
-lui, rachet\177e par
+lui, rachetée par
-rares d\177licatesses, une certaine rnufferie. Puis,
+rares délicatesses, une certaine muflerie. Puis,
-appartenait \177 cette cat\177gorie d’hornmes intelligents
+appartenait à cette catégorie d’hommes intelligents
-ont v\177cu dans l’oisivet\177 et
+ont vécu dans l’oisiveté et
-et peut\177tre une
+et peut-être une
-dans l’id\177e que cette oisivet\177 offre /\177 leur
+dans l’idée que cette oisiveté offre à leur
-dignes d’int\177r\177t que
+dignes d’intérêt que
-ou l’\177tude, que la \177 Vie \177
+ou l’étude, que la « Vie »
-262 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU contient
+contient
-plus int\177ressantes, plus
+plus intéressantes, plus
-que tousles romans. I1 l’assurait
+que tous les romans. Il l’assurait
-persuadait ais\177ment aux plus affin\177s de
+persuadait aisément aux plus affinés de
-Charlus qu’it s’amusait \177 \177gayer par le r\177cit des
+Charlus qu’il s’amusait à égayer par le récit des
-qu’ayant rencontr6 en
+qu’ayant rencontré en
-ensuite ramen\177e chez
+ensuite ramenée chez
-il e6t d\177couvert qu’elle \177tait la sceur d’un
+il eût découvert qu’elle était la sœur d’un
-se m\177laient en
+se mêlaient en
-moment tousles ills de
+moment tous les fils de
-politique europ\177enne, au
+politique européenne, au
-ainsi renu d’une fa5on tr\177s agrdable, soit
+ainsi tenu d’une façon très agréable, soit
-il d\177pendit du
+il dépendît du
-d’une cuisini\177re. Ce n’\177tait pas
+d’une cuisinière. Ce n’était pas
-brillante \177 phalange
+brillante phalange
-vertueuses douairi\177res, de g\177n\177raux, d’acad\177miciens, avec
+vertueuses douairières, de généraux, d’académiciens, avec
-il etait particuli\177rement li\177, que Swann forgait avec
+il était particulièrement lié, que Swann forçait avec
-cynisme /t lui
+cynisme à lui
-lui o/\177 un
+lui où un
-leur \177tait demand\177 avec ’une habilet6 diplomatique
+leur était demandé avec une habileté diplomatique
-persistant /\177 travers
+persistant à travers
-les pr\177textes diff\177rents, accusait,
+les prétextes différents, accusait,
-fait des maladresses, un caract\177re permanent
+fait les maladresses, un caractère permanent
-suis sou-’ vent fait
+suis souvent fait
-des ann\177es plus
+des années plus
-je commensai \177 m’int\177resser \177 son caract\177re \177 cause
+je commençai à m’intéresser à son caractère à cause
-il \177crivait \177 mon grand-p\177re (qui ne l’\177tait pas
+il écrivait à mon grand-père (qui ne l’était pas
-vers l’\177poque de
+vers l’époque de
-que commen9a la
+que commença la
-l’enveloppe l’\177criture de
+l’enveloppe l’écriture de
-ami, s’\177criait: \177Voil/t Swann
+ami, s’écriait : « Voilà Swann
-quelque chose:/i la garde! \177
+quelque chose : à la garde ! »
-DU �0T1\177 DE CHEZ SWANN 263 Et soft m\177fiance, soft par
+Et soit méfiance, soit par
-nous pousse, \177 n’offrir
+nous pousse à n’offrir
-mes .grands-parents opposaient
+mes grands-parents opposaient
-aux pri\177res les
+aux prières les
-faciles k satisfaire
+faciles à satisfaire
-adressait, cornroe de le presenter k une
+adressait, comme de le présenter à une
-qui dlnait tousles dimanches \177 la
+qui dînait tous les dimanches à la
-qu’ils \177taient obliges, chaque
+qu’ils étaient obligés, chaque
-que Swarm leur
+que Swann leur
-se demandaft ’qui on pourraft bien
+se demandait qui on pourrait bien
-signe /i celui
+signe à celui
-en efit \177t\177 si
+en eût été si
-de roes grands-parents
+de mes grands-parents
-qui jusque-l\177 s’\177tait plaint
+qui jusque-là s’était plaint
-leur annonsait avec
+leur annonçait avec
-et peut8tre un
+et peut-être un
-le d\177sir d’exciter
+le désir d’exciter
-qu’il gtait devenu
+qu’il était devenu
-ne 1es quittaft plus. Mon grand-p\177re ne
+ne les quittait plus. Mon grand-père ne
-mais regardaft ma grand’m\177re en iredormant: ou: ou: \177{ Quel est doric ce mystgre ]e n’ y puis
+mais regardait ma grand’mère en fredonnant : « Quel est donc ce mystère Je n’y puis
-comprendre. \177 Vision [ugitive... , Dans
+comprendre. » ou : « Vision fugitive... » ou : « Dans
-rien voit. \177 Quelques mois apres, simon grand-p\177re demandait
+rien voir. » Quelques mois après, si mon grand-père demandait
-de Swann: {\177Et Swarm, le
+de Swann : « Et Swann, le
-? \177 la
+? » la
-l’interlocuteur s’allongeait: \177{ Ne prononcez ]amais son
+l’interlocuteur s’allongeait : « Ne prononcez jamais son
-devant moi! \177) -- \177 Mais
+devant moi ! » — « Mais
-vous \177tiez si li\177s... \177 I1 avait \177t\177 ainsi
+vous étiez si liés... » Il avait été ainsi
-264 A LA RECHERCHE DU TEMPS JaERDU mois
+mois
-ma grand’m\177re, dlnant presque
+ma grand’mère, dînant presque
-avoir pr\177venu. ’.On le
+avoir prévenu. On le
-ma grand’m\177re allair envoyer demander’ de
+ma grand’mère allait envoyer demander de
-nouvelles, quand/l l’office
+nouvelles, quand à l’office
-qui trainair par m\177garde dans
+qui traînait par mégarde dans
-la cuisini\177re. I1 y annon5ait \177 cette
+la cuisinière. Il y annonçait à cette
-qu’il aliait quitter
+qu’il allait quitter
-Elle \177tait sa maitresse, et
+Elle était sa maîtresse, et
-rompre, c’\177tait elle
+rompre, c’était elle
-avait jug\177 utile
+avait jugé utile
-sa maitresse du moment \177tait au
+sa maîtresse du moment était au
-trop irr\177guli\177re n’emp\177chait pas qu’il fit recevoir
+trop irrégulière n’empêchait pas qu’il fît recevoir
-particulier o/\177 elle
+particulier où elle
-bien oh il l’avait entraln\177e. (\177 Inutile
+bien où il l’avait entraînée. « Inutile
-soir, disair-on, vous
+soir, disait-on, vous
-jour d’Op6ra de son Am\177ricaine. \177 IIla faisait
+jour d’Opéra de son Américaine. » Il la faisait
-salons particuli\177rement fermis ot\177 il
+salons particulièrement fermés où il
-ses diners hebdomadaires, son poker; chaque soir, apres qu’un l\177ger cr\177pelage ajout\177 \177 la
+ses dîners hebdomadaires, son poker ; chaque soir, après qu’un léger crépelage ajouté à la
-avait temp\177r\177 de
+avait tempéré de
-la vivacit\177 de
+la vivacité de
-sa boutonnitre et partair pour
+sa boutonnière et partait pour
-sa maltresse /l diner chez
+sa maîtresse à dîner chez
-sa coterie; et
+sa coterie ; et
-pensant /\177 l’admiration et \177 l’amiti\177 que
+pensant à l’admiration et à l’amitié que
-gens \177 la
+gens à la
-retrouver 1\177, lui
+retrouver là, lui
-qu’il aimair, il
+qu’il aimait, il
-charme \177 cette
+charme à cette
-il s’\177tait blas\177, mais
+il s’était blasé, mais
-la mati\177re, p\177n\177tr\177e et color\177e chaudement
+la matière, pénétrée et colorée chaudement
-flamme insinure qui
+flamme insinuée qui
-semblait pr\177cieuse et
+semblait précieuse et
-avait incorpor\177 un
+avait incorporé un
-DU COT\177 DE �H.EZ SWA1V\177N Mais,
+Mais,
-avait \177t\177 la r\177alisation plus.ou tooins complkte d’un r\177ve n\177 de
+avait été la réalisation plus ou moins complète d’un rêve né de
-avait, spontan\177ment, sans
+avait, spontanément, sans
-efforcer, trouv\177s charmants,
+efforcer, trouvés charmants,
-un ]our au theatre il rut pr\177sent\177 /\177 Odette de Crecy par un’ de
+un jour au théâtre il fut présenté à Odette de Crécy par un de
-avait parl\177 d’elle cornroe d’une
+avait parlé d’elle comme d’une
-pourrait peut-\177tre arriver /t quelque
+pourrait peut-être arriver à quelque
-lui donnant. pour
+lui donnant pour
-qu’elle n’\177tait en r\177alit\177 afin de para\177tre lui-m\177me avoir
+qu’elle n’était en réalité afin de paraître lui-même avoir
-faisant connaitre, elle \177tait apparue /\177 Swann
+faisant connaître, elle était apparue à Swann
-sans beautY, mais
+sans beauté, mais
-de beaut\177 qui lui \177tait indifferent, qui
+de beauté qui lui était indifférent, qui
-aucun d\177sir, lui causait m\177me une
+aucun désir, lui causait même une
-de r\177pulsion physique,
+de répulsion physique,
-siennes, diff\177rentes pour
+siennes, différentes pour
-sont l’oppos\177 du
+sont l’opposé du
-sens r\177clament. Pour
+sens réclament. Pour
-un proill trop accuse, la
+un profil trop accusé, la
-trop tires. Ses yeux \177taient beaux,
+trop tirés. Ses yeux étaient beaux,
-qu’ils fl\177chissaient sous
+qu’ils fléchissaient sous
-ou d’\177tre de
+ou d’être de
-temps apres cette sentation au theatre, elle
+temps après cette présentation au théâtre, elle
-avait \177�rit pour
+avait écrit pour
-demander /t voir
+demander à voir
-qui l’int\177ressaient tant, ({ elle,
+qui l’intéressaient tant, « elle,
-le gofit des
+le goût des
-choses )), disant
+choses », disant
-le connaltrait mieux,
+le connaîtrait mieux,
-dans {( son home \177 oh elle l’imaginait {( si
+dans « son home » où elle l’imaginait « si
-son th\177 et
+son thé et
-livres \177, quoiqu’elle
+livres », quoiqu’elle
-lui ellt pas cach\177 sa
+lui eût pas caché sa
-qu’il habitat ce
+qu’il habitât ce
-devait \177tre si
+devait être si
-et ({qui \177tait si. peu
+et « qui était si peu
-qui l’\177tait tant \177. Et apres qu’il l’efit laissde venir,
+qui l’était tant ». Et après qu’il l’eut laissée venir,
-avait ’dit son regret d’\177tre rest\177e
+avait dit son regret d’être restée
-’266 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU ’ \177 si
+si
-demeure oh die avait \177t\177 heureuse de p\177n6trer, parlant
+demeure où elle avait été heureuse de pénétrer, parlant
-avait \177t\177 pour
+avait été pour
-autres \177tres qu’elle
+autres êtres qu’elle
-semblant \177tablir entre
+semblant établir entre
-personnes une-sorte de
+personnes une sorte de
-Mais \177 l’&ge d\177j\177 un peu d\177sabus\177 dont
+Mais à l’âge déjà un peu désabusé dont
-et oh l’on
+et où l’on
-contenter d’\177tre amoureux
+contenter d’être amoureux
-de l’\177tre sans
+de l’être sans
-de r\177ciprocit\177, ce
+de réciprocité, ce
-des cceurs, s’il
+des cœurs, s’il
-la premiere jeunesse
+la première jeunesse
-tend n\177cessairement l’amour,
+tend nécessairement l’amour,
-association d’id\177es si
+association d’idées si
-se pr\177sente avant
+se présente avant
-on rgvait de posseder le cceur de
+on rêvait de posséder le cœur de
-on \177tait amoureux; plus
+on était amoureux ; plus
-qu’on poss\177de le cceur d’une
+qu’on possède le cœur d’une
-peut surfire \177 vous
+peut suffire à vous
-Ainsi, \177 l’\177ge oh il semblerait, cornroe on
+Ainsi, à l’âge où il semblerait, comme on
-du go\177t pour la beaut\177 d’une femme devrait y \177tre la
+du goût pour la beauté d’une femme devait y être la
-peut naltre \177 l’amour
+peut naître — l’amour
-physique \177 sans
+physique — sans
-y air eu, \177 sa
+y ait eu, à sa
-un d6sir pr\177alable. Acette \177poque de Ia vie,
+un désir préalable. À cette époque de la vie,
-a d\177j\177 \177t\177 atteint
+a déjà été atteint
-par l’amour’; il n’\177volue plus
+par l’amour ; il n’évolue plus
-lois inconhues et fatales, derant notre cceur \177tonn\177 et
+lois inconnues et fatales, devant notre cœur étonné et
-Nous yenohs \177 son
+Nous venons à son
-la m\177moire, par
+la mémoire, par
-ses sympt6mes, nous
+ses symptômes, nous
-faisons renaltre les
+faisons renaître les
-nous possedons sa chanson, grav\177e en
+nous possédons sa chanson, gravée en
-tout enti\177re, nous n’av0ns pas
+tout entière, nous n’avons pas
-le d\177but \177 rempli
+le début — rempli
-la beaut\177 -pour en
+la beauté — pour en
-milieu \177 1\177 off les cceurs se rapprochent, oh l’on
+milieu — là où les cœurs se rapprochent, où l’on
-l’autre \177 nous
+l’autre — nous
-DU-COTI\177 DE �HEZ SI. VANN 267 re]oindre tout
+rejoindre tout
-passage oi\177 e11e nous
+passage où elle nous
-de Crecy retotirna voir
+de Crécy retourna voir
-ses visites; et
+ses visites ; et
-chacune d’elle renouvelait
+chacune d’elles renouvelait
-la d\177ception qu’il \177prouvait /i se
+la déception qu’il éprouvait à se
-peu oubli\177 les particularit,s dans l’intervMle, et
+peu oublié les particularités dans l’intervalle, et
-ne s’\177tait rappel\177 ni
+ne s’était rappelé ni
-expressif hi, malgr\177 sa jeu� hesse, si fan\177; il regrettaR, pendant
+expressif ni, malgré sa jeunesse, si fané ; il regrettait, pendant
-grande beaut\177 qu’elle
+grande beauté qu’elle
-ne fat pas
+ne fût pas
-aurait spontan\177ment pr\177f\177r\177es. I1 faut
+aurait spontanément préférées. Il faut
-plus pro\177minent parce
+plus proéminent parce
-des ]oues, cette surface unieet plus plane \177tait recouverte
+des joues, cette surface unie et plus plane était recouverte
-qu’on portaft, alors, prolong\177s en \177 devants ,, soulev\177s en (\177 cr\177p\177s ,, r\177pandus en m\177ches folles
+qu’on portait, alors, prolongés en « devants », soulevés en « crêpés », répandus en mèches folles
-des oreilles; et quant \177 son
+des oreilles ; et quant à son
-qui \177tait admirablement
+qui était admirablement
-il \177tait difficile
+il était difficile
-la continuit\177 (\177 cause
+la continuité (à cause
-de l’\177poque et quoiqu’elle f/\177t une
+de l’époque et quoiqu’elle fût une
-mieux), rant le corsage, s’avansant en
+mieux), tant le corsage, s’avançant en
-finissant brusquemerit en
+finissant brusquement en
-dessous commensait \177 s’enfler
+dessous commençait à s’enfler
-doubles ]upes, donnait /i la
+doubles jupes, donnait à la
-l’air d’\177tre cornposSe de pi\177ces diff\177rentes mal emmanch\177es les
+l’air d’être composée de pièces différentes mal emmanchées les
-les autres; rant les ruch\177s, les
+les autres ; tant les ruchés, les
-en route ind\177pendance, selon
+en toute indépendance, selon
-leur \177toffe, la
+leur étoffe, la
-aux nceuds, aux
+aux nœuds, aux
-aux effil\177s de ]ais perpendicu’laires, ou
+aux effilés de jais perpendiculaires, ou
-dirigeait ]e long
+dirigeait le long
-nullement /t l’\177tre vivant,
+nullement à l’être vivant,
-que !’architecture de
+que l’architecture de
-ou s’\177cartait trop
+ou s’écartait trop
-trouvait engonc\177 ou
+trouvait engoncé ou
-268 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU Mais,
+Mais,
-Odette \177tait partie, Swann sourfait en
+Odette était partie, Swann souriait en
-dit combfen le
+dit combien le
-durerait jusqu’/t ce
+durerait jusqu’à ce
-lui permit de revenir; il
+lui permît de revenir ; il
-timide, a\177vec lequel
+timide, avec lequel
-une lois pri\177 que
+une fois prié que
-ne ffit pas
+ne fût pas
-eus /tce moment-l\177, fixes sur
+eus à ce moment-là, fixés sur
-de pens\177es artificielles fix\177 devant
+de pensées artificielles fixé devant
-blanche, /t brides
+blanche, à brides
-noir. \177 Et
+noir. « Et
-une lois chez
+une fois chez
-le th\177 ? \177 I1 avait all\177gu\177 des
+le thé ? » Il avait allégué des
-une \177tude -- en r\177alit\177 abandonn\177e depuis des ann\177es -- sur
+une étude — en réalité abandonnée depuis des années — sur
-Delft. (( Je
+Delft. « Je
-moi ch\177tive, \177 c6t\177 de
+moi chétive, à côté de
-avait-elle r\177pondu. Je
+avait-elle répondu. Je
-grenouille derant l’ar\177opage. Et
+grenouille devant l’aréopage. Et
-savoir, \177tre initi\177e. Comme
+savoir, être initiée. Comme
-doit \177tre amusant
+doit être amusant
-papiers \177), avait-elle ajout\177 avec
+papiers », avait-elle ajouté avec
-de soi-m\177me que
+de soi-même que
-femme \177l\177gante pour
+femme élégante pour
-salir i une
+salir à une
-en (( mettant elle-m\177me les mains i la p\177te \177. (\177 Vous
+en « mettant elle-même les mains à la pâte ». « Vous
-vous emp\177che de me voit (elle voulait parlet de Vet Meet), je
+vous empêche de me voir (elle voulait parler de Ver Meer), je
-de lui; vit-il
+de lui ; vit-il
-ses ceuvres /\177 Paris,
+ses œuvres à Paris,
-me repr\177senter ce
+me représenter ce
-cette t\177te qu’on
+cette tête qu’on
-de r\177fl\177chir, me dire: voil/t, c’est /t cela
+de réfléchir, me dire : voilà, c’est à cela
-Quel r\177ve ce serait d’\177tre m\177l\177e /\177 vos
+Quel rêve ce serait d’être mêlée à vos
-! \177 I1 s’\177tait excus\177 sur
+! » Il s’était excusé sur
-des amities nouvelles,
+des amitiés nouvelles,
-avait appel\177, par
+avait appelé, par
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN \17769 terie,
+terie,
-peur d’\177tre malheureux. (( Vous
+peur d’être malheureux. « Vous
-c’est dr61e, moi
+c’est drôle, moi
-ne chercheque cela,
+ne cherche que cela,
-si naturelie, si
+si naturelle, si
-avait \177t\177 remuS. Vous avez dfi souffrir
+avait été remué. Vous avez dû souffrir
-femme. E{ vous
+femme. Et vous
-vous comprendre; vous gtes un \177tre si \177 part.
+vous comprendre ; vous êtes un être si à part.
-j’ai aim\177 d’abord
+j’ai aimé d’abord
-vous, i’ai bien
+vous, j’ai bien
-vous n’\177tiez pas
+vous n’étiez pas
-monde. \177 -- (( Et
+monde. » — « Et
-d’occupations, \177tre peu fibre. \177 M \177.Moi, je
+d’occupations, être peu libre. » — « Moi, je
-rien /\177 faire! Je
+rien à faire ! Je
-nuit o/a il
+nuit où il
-vous gtre commode
+vous être commode
-voir, faitesmoi chercher, et ]e serai
+voir, faites-moi chercher, et je serai
-faire presenter /t M me Verdurin
+faire présenter à Mme Verdurin
-qui ]e vais tousles so[rs. Croyez-vous
+qui je vais tous les soirs. Croyez-vous
-y \177tes !\177) Et
+y êtes ! » Et
-ainsi /\177 elle
+ainsi à elle
-il \177tait seul,
+il était seul,
-femmes ’dans des rgveries romanesques; mais si, gr/ice /tune circonstance
+femmes dans des rêveries romanesques ; mais si, grâce à une circonstance
-(ou m\177me peut-\177tre sans
+(ou même peut-être sans
-ce ffit grace \177 elle,
+ce fût grâce à elle,
-se pr\177sente au moment o/a un \177tat, latent jusque-l\177, se d6clare, pourant n’avoir influ\177 en
+se présente au moment où un état, latent jusque-là, se déclare, pouvant n’avoir influé en
-de Crecy venait \177 absorber
+de Crécy venait à absorber
-ces rgveries, si celles-ci n’\177taient plus s\177parables de
+ces rêveries, si celles-ci n’étaient plus séparables de
-qu’il efit \177t\177, plus
+qu’il eût été, plus
-le gofit de
+le goût de
-:z7o A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDEr devenu
+devenu
-serait d\177sormais le
+serait désormais le
-qui ffit capable
+qui fût capable
-Mon grand-p\177re avait pr\177cis\177ment connu,. ce
+Mon grand-père avait précisément connu, ce
-le ({ jeune Verdutin \177 et qu’il consid\177rait, un
+le « jeune Verdurin » et qu’il considérait, un
-comme tomb\177 -- tout
+comme tombé — tout
-millions -dans la boh\177me et
+millions — dans la bohème et
-il resut une
+il reçut une
-les Verdurin: t\177A la
+les Verdurin : « À la
-! /t la garde l s’\177tait \177cri\177 mon grand-p\177re, 5a ne m’\177tonne pas
+! à la garde ! s’était écrié mon grand-père, ça ne m’étonne pas
-bien par.tg que
+bien par là que
-que ]e ne
+que je ne
-me m\177le pas
+me mêle pas
-ces affaires-tg. Ah
+ces affaires-là. Ah
-de l’agr\177ment si
+de l’agrément si
-petits Verdurin., Et
+petits Verdurin. » Et
-la r\177ponse n\177gative de mon grand-p\177re, c’est
+la réponse négative de mon grand-père, c’est
-avait amen\177 elle-m\177me Swann
+avait amené elle-même Swann
-eu & diner, le jour o/x Swann
+eu à dîner, le jour où Swann
-ses d\177buts, le
+ses débuts, le
-et M me Cottard,
+et Mme Cottard,
-pianiste etsa tante,
+pianiste et sa tante,
-auxquels s’\177taient joints
+auxquels s’étaient joints
-la soiree quelques autres fid\177les. Le
+la soirée quelques autres fidèles. Le
-d’une fa9on certaine’ de
+d’une façon certaine de
-devait r\177pondre & quelqu’un,
+devait répondre à quelqu’un,
-interlocuteur youlair fire ou \177tait s\177rieux. Et & tout
+interlocuteur voulait rire ou était sérieux. Et à tout
-ajoutait g toutes
+ajoutait à toutes
-physionomie l’oftre d’un
+physionomie l’offre d’un
-de naivet\177, si
+de naïveté, si
-avait renu se
+avait tenu se
-avoir \177t\177 fac\177tieux. Mais comme ’ pour
+avoir été facétieux. Mais comme pour
-face & l’hypoth\177se oppos\177e il
+face à l’hypothèse opposée il
-DU COTt\177 DE CHEZ SWANN \1777 \177 laisser
+laisser
-flotter perp\177tueilement une ’incertitude oil se
+flotter perpétuellement une incertitude où se
-pas poser: \177Dites-vous cela
+pas poser : « Dites-vous cela
-bon ?, I1 n’\177tait pas plus assur\177 de la fa9on dont il derair se cornporter dans
+bon ? » Il n’était pas plus assuré de la façon dont il devait se comporter dans
-et m\177me en g\177n\177ral dans
+et même en général dans
-le royair opposer
+le voyait opposer
-aux \177v\177nements un
+aux événements un
-qui 6tait d’avance \177t son
+qui ôtait d’avance à son
-toute improprietY, puisqu’il
+toute impropriété, puisqu’il
-elle n’\177tait pas
+elle n’était pas
-avait adopt\177 celle-l\177, c’\177tait par
+avait adopté celle-là, c’était par
-Sur tousles points cependant oil une
+Sur tous les points cependant où une
-de s’eftorcer de
+de s’efforcer de
-de compl\177ter son
+de compléter son
-qu’une m\177re pr\177voyante lui avait donnas quand
+qu’une mère prévoyante lui avait donnés quand
-avait quitt\177 sa
+avait quitté sa
-laissait ]amais passer
+laissait jamais passer
-lui \177taient inconnus sans t,\177cher de
+lui étaient inconnus sans tâcher de
-il \177tait insatiable
+il était insatiable
-supposant parlois un
+supposant parfois un
-plus pr\177cis qu’eiles n’ont, il efit d\177sir\177 savoir
+plus précis qu’elles n’ont, il eût désiré savoir
-souvent employer: la beaut\177 du
+souvent employer : la beauté du
-de bf\177tons de
+de bâtons de
-Rabelais, gtre le
+Rabelais, être le
-des \177l\177gances, donner
+des élégances, donner
-blanche, \177tre r\177duit /\177 quia,
+blanche, être réduit à quia,
-cas d\177termin\177s il pourair \177t son
+cas déterminés il pouvait à son
-propos. A leur d6faut il plasait de\177 ieux de
+propos. À leur défaut il plaçait des jeux de
-qu’on prononsait devant
+qu’on prononçait devant
-les r\177p\177ter sur
+les répéter sur
-qu’il pensair suffisant
+qu’il pensait suffisant
-272 .’t LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU Comme
+Comme
-faisait compl\177tement d\177faut, le raffin’ement de
+faisait complètement défaut, le raffinement de
-consiste \177 affirmer \177 quelqu’un
+consiste à affirmer à quelqu’un
-d’en gtre cru,
+d’en être cru,
-c’est \177 lui
+c’est à lui
-obligation, \177tait peine
+obligation, était peine
-que fat l’aveuglement de M TM Verdurin \177 son \177gard, elle
+que fût l’aveuglement de Mme Verdurin à son égard, elle
-continuant \177t le trouver tr\177s fin, par \177tre agac\177e de
+continuant à le trouver très fin, par être agacée de
-une avant-sc\177ne \177t entendre
+une avant-scène à entendre
-de grf\177ce: (( Vous gtes trop aimable d’gtre renu, docteur,
+de grâce : « Vous êtes trop aimable d’être venu, docteur,
-suis sfire que
+suis sûre que
-avez d\177j\177 souvent
+avez déjà souvent
-sommes peut-\177tre trop pros de la sc\177ne ,, le
+sommes peut-être trop près de la scène », le
-qui \177tait entr\177 dans
+qui était entré dans
-se pr&iser ou pour disparaltre que quelqu’un d’autoris\177 le renseign\177t sur
+se préciser ou pour disparaître que quelqu’un d’autorisé le renseignât sur
-lui r\177pondait: \177 En
+lui répondait : « En
-trop pros et
+trop près et
-commence \177 \177tre fatigu\177 de
+commence à être fatigué de
-m’avez exprim\177 le d\177sir que
+m’avez exprimé le désir que
-vos d\177sirs sont
+vos désirs sont
-vous \177tre agraable, vous \177tes si bonne !, Et il ajoutait: \177{ Sarah
+vous être agréable, vous êtes si bonne ! » Et il ajoutait : « Sarah
-On &rit souvent
+On écrit souvent
-qu’elle brfile les
+qu’elle brûle les
-? \177) dans
+? » dans
-point. \177 Tu
+point. « Tu
-dit M me Verdurin /\177 son
+dit Mme Verdurin à son
-nous d\177pr\177cions ce
+nous déprécions ce
-ne connalt pas par lui-m\177me la
+ne connaît pas par lui-même la
-rapporte g ce
+rapporte à ce
-en disons., -- {{ Je
+en disons. » — « Je
-pas os\177 te
+pas osé te
-l’avais remarqu\177 , r\177pondit M.
+l’avais remarqué », répondit M.
-DU COTI\177 DE �HEZ swANN E{ au iour de Fan suivant,
+Et au jour de l’an suivant,
-que c’\177tait bien
+que c’était bien
-pierre reconstitute en
+pierre reconstituée en
-difficilement en’ voir
+difficilement en voir
-Quand M me Verdurin avait annonc\177 qu’on am fait, dans la soiree, M. Swann: (\177Swann ?,\177 s’\177tait \177 dcri\177 le
+Quand Mme Verdurin avait annoncé qu’on aurait, dans la soirée, M. Swann : « Swann ? » s’était écrié le
-au d\177pourvu que quiconque Cet homme qui’ se troyair perp\177tuellement pr\177par\177 /\177 tout. Et royant qu’on
+au dépourvu que quiconque cet homme qui se croyait perpétuellement préparé à tout. Et voyant qu’on
-lui r\177pondait pas: \177 Swann? Qui 9a, Swann!\177 hurla-t-il
+lui répondait pas : « Swann ? Qui ça, Swann ! » hurla-t-il
-d’une anxi\177t\177 . qui se d\177tendit soudain quand M me Verdurin eut dit: ((Mais l’ami
+d’une anxiété qui se détendit soudain quand Mme Verdurin eut dit : « Mais l’ami
-avait parle. -- (( Ah
+avait parlé. » — « Ah
-bon, .bon, 9a va bien ,\177, r\177pondit le docteur apais\177. Quant au peintre il se r\177jouissait de !’introduction de
+bon, bon, ça va bien », répondit le docteur apaisé. Quant au peintre, il se réjouissait de l’introduction de
-chez M me Verdurin,
+chez Mme Verdurin,
-qu’il aimair { favoriser
+qu’il aimait à favoriser
-liaisons. (( Rien
+liaisons. « Rien
-ai d\177j\177 r\177ussi beaucoup, m\177me entre femmes !, En
+ai déjà réussi beaucoup, même entre femmes ! » En
-que Swarm \177tait tr\177s \177( smart \177, Odette
+que Swann était très « smart », Odette
-un (( ennuyeux,,. I1 leur
+un « ennuyeux ». Il leur
-dont /i leur
+dont à leur
-sa fr\177quentation dans la soci\177t\177 \177l\177gante \177tait une
+sa fréquentation dans la société élégante était une
-hommes mgme intelligents
+hommes même intelligents
-jamais allis dans
+jamais allés dans
-des superiorit,s de
+des supériorités de
-peu v\177cu, qui est d\177e ne
+peu vécu, qui est de ne
-le d\177sir ou
+le désir ou
-qu’il inspire/t l’imagination,
+qu’il inspire à l’imagination,
-le consid\177rer comme
+le considérer comme
-Leur amabilit\177, s\177par\177e � .de..tout snobisme
+Leur amabilité, séparée de tout snobisme
-de parattre trop � aimable, devenue ind\177pendante, a
+de paraître trop aimable, devenue indépendante, a
-aisance, ?’: ’ Vol. I.
+aisance,
-2?4 \177I L\177I RECHERCHE DU TEMPS PERDU cette grace des
+cette grâce des
-assouplis ex\177cutent exactement
+assouplis exécutent exactement
-participation indiscr\177te et
+participation indiscrète et
-gymnastique \177l\177mentaire de
+gymnastique élémentaire de
-bonne grace au ieune homme ’inconnu qu’on lui pr\177sente et
+bonne grâce au jeune homme inconnu qu’on lui présente et
-avec r\177serve devant l’am-’ bassadeur a qui
+avec réserve devant l’ambassadeur à qui
-le pr\177sente, avait
+le présente, avait
-en fat conscient
+en fût conscient
-qui vis-a-vis de �ens d’un milieu inf\177rieur au
+qui vis-à-vis de gens d’un milieu inférieur au
-comme \177taient les
+comme étaient les
-se fat abstenu. I1 n’eut
+se fût abstenu. Il n’eut
-docteur Cottard: en
+docteur Cottard : en
-lui cli�ner de l’\177eil et
+lui cligner de l’œil et
-encore parl\177 (mimique
+encore parlé (mimique
-appelait \177( laisser venir \177), Swann
+appelait « laisser venir »), Swann
-pour s’\177tre trouv\177 avec
+pour s’être trouvé avec
-que lui-m\177me y allat pourtant
+que lui-même y allât pourtant
-jamais v\177cu dans
+jamais vécu dans
-Trouvant l’allm sion de mauvais gofer, surtout en presence d’Odette
+Trouvant l’allusion de mauvais goût, surtout en présence d’Odette
-mauvaise idle de
+mauvaise idée de
-trouvait pros de lui \177tait M me Cottard,
+trouvait près de lui était Mme Cottard,
-aussi ieune n’aurait pas cherch\177 a faire
+aussi jeune n’aurait pas cherché à faire
-femme a des divertisse\177 ments de ce genre; et
+femme à des divertissements de ce genre ; et
-suite $wann a venir
+suite Swann à venir
-Odette a son atelier; Swann
+Odette à son atelier ; Swann
-trouva �entil. \177(Peut\177tre qu’on
+trouva gentil. « Peut-être qu’on
-dit M me Verdurin,
+dit Mme Verdurin,
-qui fei�nait d’\177tre pique, et
+qui feignait d’être piqué, et
-l’avait command\177 au
+l’avait commandé au
-bien, \177 monsieur \177 Biche, rappela-t~elle au peintre, a qui c’\177tait
+bien, « monsieur » Biche, rappela-t-elle au peintre, à qui c’était
-DU COTi\177 DE CHEZ SWANN \17775 une plaisanterie consacrde de
+une plaisanterie consacrée de
-monsieur, \177t rendre
+monsieur, à rendre
-petit c6t\177 fin,
+petit côté fin,
-de l’mil. Vous
+de l’œil. Vous
-ai demand\177 c’est
+ai demandé c’est
-son sourire., Et
+son sourire. » Et
-la r\177p\177ta tr\177s haut pour \177tre sfire que plusieurs invites l’eussent
+la répéta très haut pour être sûre que plusieurs invités l’eussent
-et m\177me, sous un pr\177texte vague,
+et même, sous un prétexte vague,
-demanda \177 faire
+demanda à faire
-monde, m\177me d’un
+monde, même d’un
-Saniette, \177 qui sa timiditY, sa simplicit\177 et
+Saniette, à qui sa timidité, sa simplicité et
-bon cceur avaient
+bon cœur avaient
-la consideration que
+la considération que
-famille distinguge dont’il sortait. I1 avait
+famille distinguée dont il sortait. Il avait
-qui \177tait adorable
+qui était adorable
-qu’on sentair qu’elle
+qu’on sentait qu’elle
-un d\177faut de
+un défaut de
-qu’une qualit\177 de l’\177me, comme
+qu’une qualité de l’âme, comme
-premier age qu’il
+premier âge qu’il
-de duret\177s dont il \177tait incapable.
+de duretés dont il était incapable.
-demandant \177 \177tre pr\177sent\177 \177 M.
+demandant à être présenté à M.
-fit \177 M me Verdurin
+fit à Mme Verdurin
-les r61es (au
+les rôles (au
-qu’en r\177ponse, elle
+qu’en réponse, elle
-la diffdrence: ({ Monsieur
+la différence : « Monsieur
-la bont\177 de
+la bonté de
-vous presenter notre
+vous présenter notre
-Saniette \177), mais
+Saniette »), mais
-ne r\177vgl\177rent jamais \177 Swann,
+ne révélèrent jamais à Swann,
-les agagait un
+les agaçait un
-pas \177 lui
+pas à lui
-revanche $wann les
+revanche Swann les
-suite \177 faire
+suite à faire
-plus distingu\177, elle
+plus distingué, elle
-2?6 ,’1 L,’I RECHERCHE DU TE. MP$ PErU lois qu’elle yenair de
+fois qu’elle venait de
-s’inclina Swann
+s’inclina devant Swann
-avec maiest6. ’ Comme
+avec majesté. Comme
-et avait’ peur
+et avait peur
-de fran.\177ais, elle pronon\177ait exprAs d’une maniAre .confuse, pensant
+de français, elle prononçait exprès d’une manière confuse, pensant
-elle 1/\177chait un
+elle lâchait un
-serait estomp\177 d’un
+serait estompé d’un
-ne pourfait le
+ne pourrait le
-conversation n’6tait qu’un
+conversation n’était qu’un
-duquel \177mergeaient de temps autre
+duquel émergeaient de temps à autre
-se senfait s/\177re. Swann
+se sentait sûre. Swann
-moquer l\177g\177rement d’elle
+moquer légèrement d’elle
-parlant \177 M.
+parlant à M.
-contraire fur pique. \177( C’est
+contraire fut piqué. « C’est
-femme, r\177pondit-il. J\177 vous
+femme, répondit-il. Je vous
-pas \177tourdissante; mais \177e vous \177ssure qu’elle est agraable quand on cause.. seul
+pas étourdissante ; mais je vous assure qu’elle est agréable quand on cause seul
-elle. \177 -- \177 Je
+elle. » — « Je
-de conchder Swarm. Je
+de concéder Swann. Je
-ne m.\177 .semblait pas \177 \177minente \177 a\177outa-t-il en d\177tachan\177c cet adiectif, et
+ne me semblait pas « éminente » ajouta-t-il en détachant cet adjectif, et
-c’est plut6t un compli\177. ment ! \177 \177 \177 Tenez,
+c’est plutôt un compliment ! » — « Tenez,
-Verdurin, \177e vais vous \177tonner, elle \177crit d’une maniAre charmante.
+Verdurin, je vais vous étonner, elle écrit d’une manière charmante.
-n’avez \177amais entendu
+n’avez jamais entendu
-? Voulez\177vous que \177e demande de \177ouer quelque
+? Voulez-vous que je lui demande de jouer quelque
-Monsieur Swarm -- Mais
+Monsieur Swann ? » — Mais
-bonheur..., commen\177ai\177 r\177pondre Swann,
+bonheur..., commençait à répondre Swann,
-docteur l’interrompii’ d’un
+docteur l’interrompit d’un
-formes solera \177 nelles, \177tait surann\177, dAs qu’il
+formes solennelles, était suranné, dès qu’il
-dit s\177rieusement cornroe venait de l’\177tre le mot \177 bonheur \177, il
+dit sérieusement comme venait de l’être le mot « bonheur », il
-qui l’avai:\177. prononc\177 venait
+qui l’avait prononcé venait
-par dans
+par hasard dans
-vieux ctich\177, \177i couran:\177 que
+vieux cliché, si courant que
-mot f\177t d’ailleurs,
+mot fût d’ailleurs,
-docteur supposai’[., que
+docteur supposait que
-phrase coremencee \177tait ridicule
+phrase commencée était ridicule
-la termi\177
+la termi-
-DU GOT\177 DE CHEZ SWANN z77 nait
+nait
-jamais pens& --Un bonheur
+jamais pensé. — Un bonheur
-la France! s’\177cria-t-il malicieusement
+la France ! s’écria-t-il malicieusement
-put s’empgcher de rire. -- Qu’est-ce
+put s’empêcher de rire. — Qu’est-ce
-ont i rire
+ont à rire
-bonnes gens-l\177, on
+bonnes gens-là, on
-la m\177lancolie dans
+la mélancolie dans
-coin li-bas, s’\177cria M me Verdurin.
+coin là-bas, s’écria Mme Verdurin.
-je re’amuse, moi, /t rester
+je m’amuse, moi, à rester
-en p\177nitence, ajouta-t-elle
+en pénitence, ajouta-t-elle
-ton d\177pit\177, en
+ton dépité, en
-l’enfant. M me Verdurin \177tait assise
+l’enfant. Mme Verdurin était assise
-haut si\177ge su\177dois en sapin cir\177, qu’un
+haut siège suédois en sapin ciré, qu’un
-avait donn\177 et
+avait donné et
-quoiqu’il rappelat la
+quoiqu’il rappelât la
-et jurat avec
+et jurât avec
-tenait i garder en \177vidence les
+tenait à garder en évidence les
-les fidAles avaient
+les fidèles avaient
-de Ies reconnaitre quand
+de les reconnaître quand
-Aussi tachaitelle de
+Aussi tâchait-elle de
-s’en tint aux
+s’en tînt aux
-se d\177truisent; mais
+se détruisent ; mais
-n’y r\177ussissait pas et c’\177tait chez
+n’y réussissait pas et c’était chez
-de barom\177tres, de
+de baromètres, de
-disparate d’\177trennes. . De
+disparate d’étrennes. De
-poste \177lev’\177 elle
+poste élevé elle
-entrain \177 la
+entrain à la
-des fidAles et s’\177gayait de leurs {\177fumisteries,, mais
+des fidèles et s’égayait de leurs « fumisteries », mais
-qui \177tait arriv\177 i sa machoire, elle avait renonc\177 /i prendre
+qui était arrivé à sa mâchoire, elle avait renoncé à prendre
-livrait /t la place \177t une
+livrait à la place à une
-que lachait un habitu\177 contre
+que lâchait un habitué contre
-ancien habitui rQet\177 au
+ancien habitué rejeté au
-ennuyeux wet pour
+ennuyeux — et pour
-278 .,’1 L.,’I RECHERCHE DU TEMPS PERDU grand d\177sespoir de
+grand désespoir de
-la pr\177tention d’gtre aussi
+la prétention d’être aussi
-s’essoufflait rite et avait \177t\177 distanc\177 et
+s’essoufflait vite et avait été distancé et
-fictive hilarit\177 -- elle
+fictive hilarité — elle
-fermait enti\177rement ses
+fermait entièrement ses
-qu’une tale commen\177ait /t voiler,
+qu’une taie commençait à voiler,
-elle n’efit eu
+elle n’eût eu
-spectacle indecent ou
+spectacle indécent ou
-parer /\177 un acc\177s mortel,’ plongeant
+parer à un accès mortel, plongeant
-de r\177primer, d’an\177antir un
+de réprimer, d’anéantir un
-s’y ftlt abandonn\177e, l’ef\177t conduite /t l’\177vanouissement. Telle, \177tourdie par la galt\177 des fiddles, ivre
+s’y fût abandonnée, l’eût conduite à l’évanouissement. Telle, étourdie par la gaieté des fidèles, ivre
-de m\177disance et d’assentiment, M me Verdurin, juch\177e sur
+de médisance et d’assentiment, Mme Verdurin, juchée sur
-pareille \177 un
+pareille à un
-on efit tremp\177 le
+on eût trempé le
-sanglotait d’amabilit& Cependant
+sanglotait d’amabilité. Cependant
-Verdurin, apres avoir demand\177 \177 Swann
+Verdurin, après avoir demandé à Swann
-pipe (\177 ici
+pipe (« ici
-se ggne pas,
+se gêne pas,
-camarades \177), priait
+camarades »), priait
-piano. -- Allons,
+piano. — Allons,
-pour \177tre tourment\177, s’\177cria M me Verdurin,
+pour être tourmenté, s’écria Mme Verdurin,
-tourmente, moil -- Mais
+tourmente, moi ! — Mais
-que ca l’ennuie,
+que ça l’ennuie,
-ne connalt peut-\177tre pas
+ne connaît peut-être pas
-fa di\177se que
+fa dièse que
-avons d\177couverte; il
+avons découverte ; il
-piano. --Ah[ non,
+piano. — Ah ! non,
-ma sonate! cria 1\177 me Verdurin,
+ma sonate ! cria Mme Verdurin,
-envie \177 force
+envie à force
-avec n\177vralgies faciales,
+avec névralgies faciales,
-la derni\177re lois; merci
+la dernière fois ; merci
-pas /t recommencer; vous \177tes bons
+pas à recommencer ; vous êtes bons
-DU GOTt\177 DE CHEZ SWANN 279 Cette petite sc\177ne qui
+Cette petite scène qui
-pianiste aliait jouer
+pianiste allait jouer
-avait \177t\177 nouvelle,
+avait été nouvelle,
-la s\177duisante originalit\177 de la (\177 Patronne \177 et
+la séduisante originalité de la « Patronne » et
-sa sensibilit\177 musicale.
+sa sensibilité musicale.
-qui \177taient pros d’elle
+qui étaient près d’elle
-signe /\177 ceux
+signe à ceux
-moments int\177ressants: (\177 t\177coutez, \177coutez. \177 Et
+moments intéressants : « Écoutez, écoutez. » Et
-regrets \177 ceux
+regrets à ceux
-la sc\177ne avait \177t\177 encore
+la scène avait été encore
-d’habitude. -- Eh bien! voyons,
+d’habitude. — Eh bien ! voyons,
-l’andante. --Que l’andante,
+l’andante. — Que l’andante,
-y vasl s’\177cria M me Verdurin.
+y vas ! s’écria Mme Verdurin.
-Patron l C’est
+Patron ! C’est
-la \177( Neuvi\177me \177 il disait: nous
+la « Neuvième » il disait : nous
-dans \177 les Maltres \177 que
+dans « les Maîtres » que
-poussait M me Verdurin \177 laisser
+poussait Mme Verdurin à laisser
-qu’il crier feints � les
+qu’il crût feints les
-donnait -- il
+donnait — il
-certains \177tats neurasth\177niques -mais par
+certains états neurasthéniques — mais par
-de m6decins de faire fl\177chir imm\177diatement la s\177v\177rit\177 de
+de médecins de faire fléchir immédiatement la sévérité de
-prescriptions d\177s qu’est en jeh, chose
+prescriptions dès qu’est en jeu, chose
-quelque r6union mondaine
+quelque réunion mondaine
-personne \177 qui
+personne à qui
-essentiels. \177 Vous
+essentiels. — Vous
-cherchant \177 la
+cherchant à la
-vous \177tes malade
+vous êtes malade
-soignerons. \177 Bien
+soignerons. — Bien
-? r\177pondit M TM Verdurin,
+? répondit Mme Verdurin,
-si derant l’esp\177rance d’une
+si devant l’espérance d’une
-plus qu’\177 capituler. Peut-\177tre aussi, \177. force de \177re qu’e\177e serait m\177ade, y
+plus qu’à capituler. Peut-être aussi, à force de dire qu’elle serait malade, y
-moments die ne
+moments où elle ne
-plus que’ c’\177tait un mensong\177e et
+plus que c’était un mensonge et
-une \177me de
+une âme de
-ceux-ci, fatigues, d’\177tre toujours obliges de f\177re d\177pendre de
+ceux-ci, fatigués d’être toujours obligés de faire dépendre de
-la raret\177 de leurs acc\177s, \177ment se 1Msser aHer \177 croire
+la rareté de leurs accès, aiment se laisser aller à croire
-faire impun\177ment tout
+faire impunément tout
-leur pla\177t et
+leur plaît et
-fait m\177 d’habitude, \177 condition
+fait mal d’habitude, à condition
-d’un puissant,
+d’un être puissant,
-qu’ils \177ent auc\177e peine prendre,
+qu’ils aient aucune peine à prendre,
-pilule, 1\177 remettra pied. Odette dtait a\177e s’asseok sur un canap\177 de. tapisserie qui dtait pros du piano: \177 Vous savez, \177’ai ma
+pilule, les remettra sur pied. Odette était allée s’asseoir sur un canapé de tapisserie qui était près du piano : — Vous savez, j’ai ma
-place, dit-e\177e M TM Verdurin. Celle-ci, royant Swann
+place, dit-elle à Mme Verdurin. Celle-ci, voyant Swann
-une chMse, le
+une chaise, le
-lever � \177 Vous n’\177tes pas bien 1\177, a\177ez donc
+lever : — Vous n’êtes pas bien là, allez donc
-mettre \177 c6t\177 d’Odette,
+mettre à côté d’Odette,
-place \177 M. Swann? --Quel joli
+place à M. Swann ? — Quel joli
-cherchait \177 \177tre Mmable. \177 Ah! je
+cherchait à être aimable. — Ah ! je
-vous appr\177ciiez. mon canap\177, r\177pondit M me Verdurin.
+vous appréciiez mon canapé, répondit Mme Verdurin.
-je vous.. pr\177viens que
+je vous préviens que
-d’aussi bea\177,. vous
+d’aussi beau, vous
-y renohoer tout
+y renoncer tout
-Jamais i!\177 n’ont
+Jamais ils n’ont
-Tout \177 l’heure vous regarderez. cela.
+Tout à l’heure vous regarderez cela.
-du si\177ge; vous
+du siège ; vous
-avez de\177 quoi
+avez de quoi
-voulez reg\177der cela,
+voulez regarder cela,
-que !es petites
+que les petites
-tenez I\177, la
+tenez là, la
-Est-ce de\177in\177 ?
+Est-ce dessiné ?
-savaient plut6t, dessiner \177 Est-e\177e assez app\177tissante cette
+savaient plutôt, dessiner ! Est-elle assez appétissante cette
-DU �0I’1\177 .DE CHEZ $W,4NN \1778\177 \177gne-? Mon mari pretend que
+vigne ? Mon mari prétend que
-que ’vous tous, maas je
+que vous tous, mais je
-yeux. Qu’est-ce que
+yeux. Qu’est ce que
-tous \177 rire ? Demandez au
+tous à rire ? demandez au
-ces raisins-li me
+ces raisins-là me
-moi ]e faAs ma
+moi je fais ma
-Beauvais. MaAs, monsieur
+Beauvais. Mais, monsieur
-avoir touch\177 les
+avoir touché les
-doux cornroe patine ? MaAs non, \177 pleines mains, ’touchez-les bien. -- Ah
+doux comme patine ? Mais non, à pleines mains, touchez-les bien. — Ah
-commence \177t peloter :’ les
+commence à peloter les
-ce soft, dit
+ce soir, dit
-peintre. --TaAsez-vous, vous \177tes un vilaAn. Au fond, ". dit-etle en
+peintre. — Taisez-vous, vous êtes un vilain. Au fond, dit-elle en
-nous d\177fend & nous
+nous défend à nous
-voluptueuses \177" que cela. MaAs il
+voluptueuses que cela. Mais il
-comparable .- /t cela! Quand
+comparable à cela ! Quand
-l’honneur df\177tre jaloux
+l’honneur d’être jaloux
-moi -- allons,
+moi — allons,
-moins, ? ne
+moins, ne
-que tune l’as jamais \177t\177.., --MaAs je
+que tu ne l’as jamais été... — Mais je
-rien. Voyons, :;. docteur, je
+rien. Voyons docteur je
-prends /t t\177moins: est-ce
+prends à témoins : est-ce
-j’ai ;\177 dit quetque chose ? \177 Swann palpaft les
+j’ai dit quelque chose ? Swann palpait les
-n’osait \177 .-pas cesser
+n’osait pas cesser
-suite. ;;? . \177 Allons,
+suite. — Allons,
-plus tard; maintenant
+plus tard ; maintenant
-va ’:: \177caresser dans l’oreille � vous
+va caresser dans l’oreille ; vous
-pense � \177.- voit/t un
+pense ; voilà un
-eut jou\177, Swarm rut plus :’" ’.aimable encore
+eut joué, Swann fut plus aimable encore
-personnes \177i\177 .qui .se trouvaient 1/t. Voici pourquoi: i\177’ L’ann\177e pr\177c\177dente, dans une soiree, il avait \177!\177.en-tendu une ceuvre musicale ex\177cut\177e au
+personnes qui se trouvaient là. Voici pourquoi : L’année précédente, dans une soirée, il avait entendu une œuvre musicale exécutée au
-et -\177’-:.\177i.\177u violon.
+et au violon.
-n’avait gofit\177 que la qualit\177
+n’avait goûté que la qualité
-282 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU mat\177rielle des sons s\177cr\177t\177s par
+matérielle des sons sécrétés par
-Et q’avait d\177j\177t \177t\177 un
+Et ç’avait déjà été un
-quand audessous de la p\177tite ligne
+quand au-dessous de la petite ligne
-mince, r\177sistante, dense
+mince, résistante, dense
-coup chercher/t s’\177lever en
+coup chercher à s’élever en
-et entrechoqu\177e comme
+et entrechoquée comme
-et b\177molise le
+et bémolise le
-Mais \177 un moment donn\177, sans
+Mais à un moment donné, sans
-nom /tce qui
+nom à ce qui
-plaisait, charm\177 tout
+plaisait, charmé tout
-avait cherch\177 /\177 recueillir
+avait cherché à recueillir
-l’harmonie mil ne savait lui-m\177me -- qui
+l’harmonie — il ne savait lui-même — qui
-largement l’\177me, comme
+largement l’âme, comme
-la propri\177t\177 de
+la propriété de
-narines. Peut-\177tre est-ce
+narines. Peut-être est-ce
-ne sayair pas
+ne savait pas
-pu \177prouver une
+pu éprouver une
-sont peut-\177tre pourtant
+sont peut-être pourtant
-musicales, in\177tendues, enti\177rement originales, irr& ductibles \177 tout
+musicales, inétendues, entièrement originales, irréductibles à tout
-tendent d\177j\177, selon
+tendent déjà, selon
-leur quantitY, /t couvrir
+leur quantité, à couvrir
-dimensions vari\177es, /l tracer
+dimensions variées, à tracer
-arabesques, \177 nous
+arabesques, à nous
-de t\177nuit\177, de stabilitY,’ de
+de ténuité, de stabilité, de
-sont \177vanouies avant
+sont évanouies avant
-assez form\177es en
+assez formées en
-pas gtre submerg\177es par celles qu’\177veillent d\177j/t les
+pas être submergées par celles qu’éveillent déjà les
-ou mgme simultan\177es. Et
+ou même simultanées. Et
-continuerait \177t envelopper
+continuerait à envelopper
-sa liquidit\177 et
+sa liquidité et
-son \177 fondu \177 les
+son « fondu » les
-en \177mergent, \177 peine
+en émergent, à peine
-plonger aussit6t et disparaltre, connus
+plonger aussitôt et disparaître, connus
-donnent, impossibles/t d\177crire, \177 se
+donnent, impossibles à décrire, à se
-DU GOTI\177 DE GH.EZ SWANN \17783 \177 nommer, ineffables -- si la m\177moire, comme
+à nommer, ineffables — si la mémoire, comme
-travaille \177 \177tablir des
+travaille à établir des
-des fac-simil\177s de
+des fac-similés de
-comparer \177 celles
+comparer à celles
-leur succ\177dent et
+leur succèdent et
-les diff\177rencier. Ainsi \177 peine la s\177nsation d\177licieuse que
+les différencier. Ainsi à peine la sensation délicieuse que
-ressentie \177tait-elle expir\177e, que sa m\177moire lui
+ressentie était-elle expirée, que sa mémoire lui
-fourni s\177ance tenante
+fourni séance tenante
-avait jet\177 les
+avait jeté les
-la m\177me impression \177tait tout
+la même impression était tout
-revenue, die n’\177tait d\177j\177 plus insaisissable. I1 s’en repr\177sentait l’\177tendue, les groupements sym\177triques, la
+revenue, elle n’était déjà plus insaisissable. Il s’en représentait l’étendue, les groupements symétriques, la
-valeur expressive; il avait derant lui
+valeur expressive ; il avait devant lui
-la penske, et
+la pensée, et
-avait distingu\177 nettement
+avait distingué nettement
-phrase s’\177levant pendant
+phrase s’élevant pendant
-avait propos\177 aussit6t des volupt\177s particuli\177res,’ dont
+avait proposé aussitôt des voluptés particulières, dont
-eu l’id\177e avant
+eu l’idée avant
-faire connattre, et
+faire connaître, et
-avait \177prouv\177 pour
+avait éprouvé pour
-puis 1\177, puis
+puis là, puis
-et pr\177cis. Et
+et précis. Et
-point oh elle \177tait arriv\177e et d’oh il se pr\177parait \177 la suivre, apres une
+point où elle était arrivée et d’où il se préparait à la suivre, après une
-rapide, menu,m\177lancolique, incessant
+rapide, menu, mélancolique, incessant
-elle l’entrainait avec
+elle l’entraînait avec
-disparut. I1 souhaita passionngment la
+disparut. Il souhaita passionnément la
-une troisi\177me fois.
+une troisième fois.
-causant m\177me une volupt\177 moins
+causant même une volupté moins
-rentr\177 chez
+rentré chez
-besoin d\177elle, it \177tait cornroe un
+besoin d’elle, il était comme un
-passante qu’ii aper\177ue un
+passante qu’il a aperçue un
-d’une beaut\177 nouvelle
+d’une beauté nouvelle
-donne \177 sa propre sensi\177 bilit\177 une
+donne à sa propre sensibilité une
-aime d\177j\177 et
+aime déjà et
-nom. M\177me cet
+nom. Même cet
-phrase musical.e\177 sembla
+phrase musicale sembla
-Swann 1\177 possibilit\177 d’une
+Swann la possibilité d’une
-rajeunissement. Depui\177.. si
+rajeunissement. Depuis si
-avait renonc\177 \177 appliquer
+avait renoncé à appliquer
-vie .\177 un but ideal et
+vie à un but idéal et
-bornait \177 la
+bornait à la
-de factions quotidiennes,
+de satisfactions quotidiennes,
-sans iamais s\177 le
+sans jamais se le
-que ceta ne changerait plu:s iusqu’\177 sa mort; bien
+que cela ne changerait plus jusqu’à sa mort ; bien
-plus d’id\177es \177lev\177es dans
+plus d’idées élevées dans
-avait cess\177 de croire-/l leur r\177alit\177, sans
+avait cessé de croire à leur réalité, sans
-plus lanier tout \177 fait.
+plus la nier tout à fait.
-se r\177fugier dans des pens\177es sans importance et qui lui per mettaient. de
+se réfugier dans des pensées sans importance qui lui permettaient de
-de c6t\177 le
+de côté le
-choses. DO’ m\177me qu’il
+choses. De même qu’il
-s’il n’e\177t pas mieux’ fait
+s’il n’eût pas mieux fait
-en revan.che saYair avec
+en revanche savait avec
-avait accept\177 une
+avait accepté une
-ne faisaif pas
+ne faisait pas
-visite apres il lui fallair laisser des cartes\177. de m\177me dans
+visite après il lui fallait laisser des cartes, de même dans
-il s’effor9ait de’ ne
+il s’efforçait de ne
-avec ceeur une
+avec cœur une
-des d\177tails mat\177iet\177. qgi valaient
+des détails matériels qui valaient
-par eux-mgmes lui
+par eux-mêmes et lui
-mesure. I1 \177tait extr\177mement pr\177cis pour
+mesure. Il était extrêmement précis pour
-de ctdsine, pour
+de cuisine, pour
-la nai\177sance ou
+la naissance ou
-ses ceuvres. Parlois, malgr\177 tout,
+ses œuvres. Parfois, malgré tout,
-aller \177 \177mettre un
+aller à émettre un
-une ceuvre, sur une mani\177re de
+une œuvre, sur une manière de
-alors \177 ses paroles .. un
+alors à ses paroles un
-s’il n’adh\177rait pas
+s’il n’adhérait pas tout
-� DU,,.COTI\177 DE CH�Z SWANN :28.5 entier \177 ce qu’il disair. Or,
+entier à ce qu’il disait. Or,
-certains val\177tudinaires chez
+certains valétudinaires chez
-pays o/\177 ils sont arrives, un r\177gime different, quelquefois une \177volution organique, spontan\177e et myst\177rieuse, semBlent amener
+pays où ils sont arrivés, un régime différent, quelquefois une évolution organique, spontanée et mystérieuse, semblent amener
-telle r\177gression de
+telle régression de
-commencent \177 envisager la possibilit\177 inesp\177r\177e de
+commencent à envisager la possibilité inespérée de
-toute diff\177rente, Swann
+toute différente, Swann
-certaines sonares qu’il s’\177tait fait
+certaines sonates qu’il s’était fait
-l’y d\177couvrirait pas, la presence d’une
+l’y découvrirait pas, la présence d’une
-ces r\177alit\177s invisibles
+ces réalités invisibles
-avait cess\177 de
+avait cessé de
-la s\177cheresse morale
+la sécheresse morale
-sorte d’in~ � fluerice \177lective, il
+sorte d’influence élective, il
-le d\177sir et
+le désir et
-Mais n’\177tant ’pas arriv6 \177 savoir
+Mais n’étant pas arrivé à savoir
-qui \177tait l’ceuvre qu’il avait entendue,.il n’avait
+qui était l’œuvre qu’il avait entendue, il n’avait
-fini -par l’oublier. I1 avait bien rencontr\177 dans la se.maine quelques
+fini par l’oublier. Il avait bien rencontré dans la semaine quelques
-lui \177 cette soiree et
+lui à cette soirée et
-avait interrogUes; mais .plusieurs \177taient arriv\177es apres la
+avait interrogées ; mais plusieurs étaient arrivées après la
-ou ’:parties avant; certaines pourrant \177taient 1\177 pendant qu’on l’ex\177cutait, mais \177taient allies causer
+ou parties avant ; certaines pourtant étaient là pendant qu’on l’exécutait, mais étaient allées causer
-d’autres rest\177es \177 \177couter n’avaient ..pas entendu
+d’autres restées à écouter n’avaient pas entendu
-les premieres.’ Quant aux maRres de
+les premières. Quant aux maîtres de
-que c’\177tait une � oeuvre nouvelle que lesartistes qu’ils avaient engages a-saient demand\177 \177 jouer; ceux-ci \177tant partis ’en tournee, Swarm ne
+que c’était une œuvre nouvelle que les artistes qu’ils avaient engagés avaient demandé à jouer ; ceux-ci étant partis en tournée, Swann ne
-amis musiclens, mais
+amis musiciens, mais
-plaisir special et
+plaisir spécial et
-voyant derant ses
+voyant devant ses
-il \177tait pourrant incapable
+il était pourtant incapable
-penser. 2’\177}. Or,
+penser. Or,
-minutes \177 peine apres que
+minutes à peine après que
-avait commenc\177 de ]ouer chez M \177’\177 Ver-
+avait commencé de jouer chez Mme Ver-
-:\17786 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU durin,
+durin,
-coup apres une
+coup après une
-longuement tendue pendant
+longuement tenue pendant
-approcher, s’dchappant de
+approcher, s’échappant de
-cette sonorit6 prolongde et
+cette sonorité prolongée et
-le myst\177re de
+le mystère de
-reconnut, secrete, bruissante et divis\177e, la phrase adrienne et
+reconnut, secrète, bruissante et divisée, la phrase aérienne et
-elle \177tait si particuli\177re, elle
+elle était si particulière, elle
-pu reinplacer, que ce fur pour
+pu remplacer, que ce fut pour
-s’il efit rencontrd dans
+s’il eût rencontré dans
-avait admirde dans
+avait admirée dans
-et d\177sesp6rait de
+et désespérait de
-elle s’\1771oigna, indicatrice,
+elle s’éloigna, indicatrice,
-que c’\177tait l’andante
+que c’était l’andante
-de Vinteuil,) il la tenair, il
+de Vinteuil), il la tenait, il
-la vivacit\177 plut beaucoup \177 M TM Verdurin. -- Quel
+la vivacité plut beaucoup à Mme Verdurin. — Quel
-dit-elle \177 Swarm; la
+dit-elle à Swann ; la
-petit miserable ?
+petit misérable ?
-atteindre /t ga. C’est tout, except\177 du
+atteindre à ça. C’est tout, excepté du
-ma parole! Chaque lois j’y
+ma parole ! Chaque fois j’y
-C’est m\177me plus
+C’est même plus
-trait d’esprit: -- Vous \177tes tr\177s indulgente
+trait d’esprit : — Vous êtes très indulgente
-que M me Verdurin disair /t son mari: \177 Allons,
+que Mme Verdurin disait à son mari : « Allons,
-bien mdrit\177e ,, Swarm racontait /i Odette
+bien méritée », Swann racontait à Odette
-avait \177t\177 amoureux
+avait été amoureux
-Quand Mine
+Quand Mme
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN e8 7 � Verdurin,
+Verdurin,
-peu loin: ((Eh bien! il
+peu loin : « Eh bien ! il
-de belies choses, Odette,, elle r\177pondit: ((Oui, de tr\177s belles\177, Swann trouva dglicieuse sa simplicitY. Cependant il demandaft des
+de belles choses, Odette », elle répondit : « Oui, de très belles », Swann trouva délicieuse sa simplicité. Cependant il demandait des
-son ceuvre, sur l’\177poque de
+son œuvre, sur l’époque de
-vie il avait compos\177 cette
+vie où il avait composé cette
-ce musicfen (quand
+ce musicien (quand
-sonate \177tait vraiment belie, M me Verdurin s’\177tait \177cri\177e: {\177 Je
+sonate était vraiment belle, Mme Verdurin s’était écriée : « Je
-est belle! Mais
+est belle ! Mais
-ne conhalt pas
+ne connaît pas
-la connaltre \177, et
+la connaître », et
-avait ajout\177: \177 Ah
+avait ajouté : « Ah
-tout /t fait une tr\177s grande machine. n’est-ce
+tout à fait une très grande machine, n’est-ce
-chose \177t chef \177 et \177{ public \177, n’est-ce
+chose « cher » et « public », n’est-ce
-la tr\177s grosse
+la très grosse
-artistes ,), ces
+artistes »), ces
-ne s’\177tre jamais pos\177 ces
+ne s’être jamais posé ces
-d’y rgpondre. M\177me \177 une
+d’y répondre. Même à une
-remarques particuli\177res que fit Swarm sur
+remarques particulières que fit Swann sur
-phrase pr\177f\177r\177e: N Tiens,
+phrase préférée : — Tiens,
-n’avais iamais fait attention; je
+n’avais jamais fait attention ; je
-que ]e n’aime
+que je n’aime
-petite b\177te et m’\177garer dans
+petite bête et m’égarer dans
-pointes d’aiguilles; on
+pointes d’aiguilles ; on
-temps /i couper
+temps à couper
-maison, r\177pondit M me Verdurin,
+maison, répondit Mme Verdurin,
-Cottard regardaft avec
+Cottard regardait avec
-admiration b\177ate et un z\177le studieux
+admiration béate et un zèle studieux
-ce riot d’expres_sions toutes
+ce flot d’expressions toutes
-et M TM Cottard,
+et Mme Cottard,
-se gardalent bien
+se gardaient bien
-l’un \177 l’autre,
+l’un à l’autre,
-288 A L.4 RECHER�!tE DU TE � une. lois rentr\177s chez e x, n p s plus comp\177end\177 que
+une fois rentrés chez eux, ne pas plus comprendre que
-de \177 M. Biche \177. Cornroe le public conna\177t du charms, de la grace, des
+de « M. Biche ». Comme le public ne connaît du charme, de la grâce, des
-de nature
+de la nature
-ce quil en a puis\177 dans Ies d’un art tentement assimil\177, et qu’un \177tiste \177inal commence
+ce qu’il en a puisé dans les poncifs d’un art lentement assimilé, et qu’un artiste original commence
-M. M me Cott\177d, image
+M. et Mme Cottard, image
-ne trouva\177e\177: ni dans I\177 sonate
+ne trouvaient ni dans la sonate
-dans le\177, portraits
+dans les portraits
-eux 1 harmon\177i\177.\177 de
+eux l’harmonie de
-la beaut\177 de
+la beauté de
-peinture. I1 leu\177. semblait
+peinture. Il leur semblait
-pianiste \177ouait la sanate accrochaR au
+pianiste jouait la sonate qu’il accrochait au
-que reliaient. pas en e\177et les formes \177uxque\177es \177taient habitues, et
+que ne reliaient pas en effet les formes auxquelles ils étaient habitués, et
-peintre \177etait au has\177d des coule\177s s\177 ses toiles. \177uand, dans cell\177s-ci\177 ils pouvaient reconnaitre une forme, \177s la tron\177. vaient alourdie et vul\177aris\177e (c’est-\177-dire d\177po\177vne de l’\177l\177gance de l’\177cole de peinture \177 travers ils voy\177ent, dans
+peintre jetait au hasard des couleurs sur ses toiles. Quand, dans celles-ci, ils pouvaient reconnaître une forme, ils la trouvaient alourdie et vulgarisée (c’est-à-dire dépourvue de l’élégance de l’école de peinture à travers laquelle ils voyaient, dans
-rue m\177me, les \177tres et sans v\177rit\177, comme
+rue même, les êtres vivants), et sans vérité, comme
-Biche n’e\177t pas su ment \177tai\177 cons\177ruite une \177paule et
+Biche n’eût pas su comment était construite une épaule et
-les femm-\177 n’ont
+les femmes n’ont
-mauves. Pou\177ant les fid\177les s etant d\177spers\177s, le docteur\177 sentit
+mauves. Pourtant les fidèles s’étant dispersés, le docteur sentit
-avait l& une
+avait là une
-propice pendant que M TM Verdurin disair un dernier ma\177’\177,\177 sur
+propice et pendant que Mme Verdurin disait un dernier mot sur
-de \177inteuil, comme ,un nageur d\177buta\177: qui
+de Vinteuil, comme un nageur débutant qui
-jette \177 I eau pour
+jette à l’eau pour
-mais un moment off il
+mais choisit un moment où il
-pour voir: \177 Alors,
+pour le voir : — Alors,
-qu’on appeBe un musicfen"?;? di primo cartdlo ! s’6cria-t-il avec une bru\177ue \177sO\177 lution. Swann
+qu’on appelle un musicien di primo cartello ! s’écria-t-il avec une brusque résolution. Swann
-l’apparition i\177cente. de
+l’apparition récente de
-une impression
+une grande impression
-une \177cole de tendances tr\177s c\177es, mais dtait enti\177rement inconnue du puUi.
+une école de tendances très avancées mais était entièrement inconnue du grand public.
-DU �0T1\177 DE �HEZ SWANN 289 -- Je
+— Je
-des sceurs de ma grand’m\177re. � -- C’est peut-\177tre lui, s’ecria M me Verdurin. -- Oh! non, repondit Swann
+des sœurs de ma grand’mère. — C’est peut-être lui, s’écria Mme Verdurin. — Oh ! non, répondit Swann
-question. -- Alors
+question. — Alors
-la r\177soudre ?
+la résoudre ?
-docteur. -- Mais
+docteur. — Mais
-pourrait \177tre un
+pourrait être un
-reprit Swarm, cela
+reprit Swann, cela
-de g\177nie peut \177tre le
+de génie peut être le
-vieille b\177te. Si cela dtait, j’avoue
+vieille bête. Si cela était, j’avoue
-vieille bgte me present\177tt /t l’auteur
+vieille bête me présentât à l’auteur
-la sonate: d’abord
+la sonate : d’abord
-de fr\177quenter la vieille b\177te, et
+de fréquenter la vieille bête, et
-doit \177tre affreux.
+doit être affreux.
-Vinteuil etait/i ce moment tr\177s malade
+Vinteuil était à ce moment très malade
-sauver. -- Comment, s’\177cria M me Verdurin,
+sauver. — Comment, s’écria Mme Verdurin,
-! -- Ah
+! — Ah
-mes confreres, je
+mes confères, je
-mes maltres. Le
+mes maîtres. Le
-Vinteuil \177tait menace d’ali\177nation mentale.
+Vinteuil était menacé d’aliénation mentale.
-apercevoir /t certains
+apercevoir à certains
-sonate. Swarm ne
+sonate. Swann ne
-le troubla; car une ceuvre de
+le troubla ; car une œuvre de
-dont l’alt\177ration dans
+dont l’altération dans
-langage denonce la
+langage dénonce la
-lui parMssalt quelque
+lui paraissait quelque
-d’aussi myst\177rieux que
+d’aussi mystérieux que
-effet. -- Laissez-moi
+effet. — Laissez-moi
-vos maltres, vous
+vos maîtres, vous
-lui, repondit Vol. I. x9
+lui, répondit
-290 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU M TM Verdurin
+Mme Verdurin
-qui ale courage
+qui a le courage
-bravement t\177te /t ceux
+bravement tête à ceux
-du m\177me avis
+du même avis
-! -- Mais,
+! — Mais,
-de l’Acad\177mie, r\177pliqua le
+de l’Académie, répliqua le
-malade prdf\177re mourir
+malade préfère mourir
-pouvoir dire: ((C’est Potain
+pouvoir dire : « C’est Potain
-me soigne., -- Ah
+me soigne. » — Ah
-dit M TM Verdurin.
+dit Mme Verdurin.
-pas 9a... Ce
+pas ça... Ce
-vous m’amusez ! s’\177cria~ t-elle tout /i coup
+vous m’amusez, s’écria-t-elle tout à coup
-dans ses. mains.
+dans ses mains.
-bonne b\177te qui discutais s\177rieusement sans
+bonne bête qui discutais sérieusement sans
-monter \177t l’arbre. Quant /t M.
+monter à l’arbre. Quant à M.
-que c’\177tait un
+que c’était un
-mettre /t fire pour
+mettre à rire pour
-une bouff\177e de
+une bouffée de
-de l’amabilit\177. -- Vous
+de l’amabilité. — Vous
-nous plait beaucoup, dit M me Verdurin /t Odette
+nous plaît beaucoup, dit Mme Verdurin à Odette
-moment o/\177 celle-ci
+moment où celle-ci
-bonsoir. I1 est simple, charmant; si
+bonsoir. Il est simple, charmant ; si
-jamais /t nous presenter que
+jamais à nous présenter que
-amener. 3/I. Verdurin
+amener. M. Verdurin
-pas appr\177ci\177 la
+pas apprécié la
-pianiste. --I1 s’est
+pianiste. — Il s’est
-peu d\177pays\177, cet homme, r\177pondit 3/[ TM Verdurin, tune voudrais pourrant pas
+peu dépaysé, cet homme, répondit Mme Verdurin, tu ne voudrais pourtant pas
-la premiere lois, il ait d\177j\177 le
+la première fois, il ait déjà le
-maison cornroe Cottard
+maison comme Cottard
-plusieurs ann\177es. La premiere lois ne
+plusieurs années. La première fois ne
-pas, c’\177tait utile
+pas, c’était utile
-au ChUtelet. Si
+au Châtelet. Si
-DU COTI\177 DE CHEZ SI$rANN 29\177 -- Mais
+— Mais
-pas. --Ahl enfin,
+pas. — Ah ! enfin,
-pas l&cher au dernier moment! A ta grande
+pas lâcher au dernier moment ! À la grande
-de M me Verdurin,
+de Mme Verdurin,
-ne l&cha iamais. I1 aliait les
+ne lâcha jamais. Il allait les
-n’importe off, quelquefois
+n’importe où, quelquefois
-banlieue of on aliait peu
+banlieue où on allait peu
-ce n’etait pas
+ce n’était pas
-au the&tre, que M me Verdurin aimait beaucoup; et
+au théâtre, que Mme Verdurin aimait beaucoup ; et
-de premiere, de
+de première, de
-un coupe file leur ’efit ete fort
+un coupe-file leur eût été fort
-beaucoup ggnes de
+beaucoup gênés de
-mal cotees qu’il efit juge peu delicat de
+mal cotées qu’il eût jugé peu délicat de
-officiel, repondit: --Je vous
+officiel, répondit : — Je vous
-l’aurez \177t temps
+l’aurez à temps
-des Daniche\177, je dejeune justement
+des Danicheff, je déjeune justement
-le Prefet de police /\177 l’Elysee. --Comment 5a, /t l’Elysee ?
+le Préfet de police à l’Élysée. — Comment ça, à l’Élysée ?
-tonnante. -- Oui,
+tonnante. — Oui,
-M. Grevy, repondit. Swann,
+M. Grévy, répondit Swann,
-peu g\177ne de
+peu gêné de
-en mani\177re de plaisanterie: -- \177a vous
+en manière de plaisanterie : — Ça vous
-? \177 Generalement une
+? Généralement une
-l’explication donnee, Cottard disait: \177 Ah
+l’explication donnée, Cottard disait : « Ah
-bon, 5a va bien, et
+bon, ça va bien » et
-trace d’emotion. Mais
+trace d’émotion. Mais
-habituel, port,rent au
+habituel, portèrent au
-son etonnement qu’un
+son étonnement qu’un
-qui .il dlnait, qui
+qui il dînait, qui
-292 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU officielles,
+officielles,
-sorte, fray/it avec
+sorte, frayât avec
-de l’Etat. --Comment 5a, M. Grevy ?
+de l’État. — Comment ça, M. Grévy ?
-M. Grevy ? dit-il \177t Swann
+M. Grévy ? dit-il à Swann
-et incredule d’un municipal \177t qui
+et incrédule d’un municipal à qui
-demande \177 voit le President de la Republique, et
+demande à voir le Président de la République, et
-mots \177(/i quiil a affaire \177, comme
+mots « à qui il a affaire », comme
-pauvre d\177ment qu’il va \177tre resu \177 l’instant
+pauvre dément qu’il va être reçu à l’instant
-l’infirmerie sp\177ciale du dep6t. -- Je
+l’infirmerie spéciale du dépôt. — Je
-que c’\177tait le
+que c’était le
-invite tr\177s facilement
+invite très facilement
-ces d\177jeuners n’ont
+ces déjeuners n’ont
-d’ailleurs tr\177s simples,
+d’ailleurs très simples,
-de huit/i table, repondit Swann qui t{tchait d’effacer
+de huit à table, répondit Swann qui tâchait d’effacer
-trop \177clatant, aux
+trop éclatant, aux
-le President de la R\177publique. Aussit6t Cottard,
+le Président de la République. Aussitôt Cottard,
-de Swarm, adopta
+de Swann, adopta
-M. Gravy, que c’\177tait chose
+M. Grévy, que c’était chose
-peu recherchee et
+peu recherchée et
-rues. D\177s lots, il ne s’\177tonna plus
+rues. Dès lors, il ne s’étonna plus
-autre, fr\177quent/tt l’Elysee, et m\177me il
+autre, fréquentât l’Élysée, et même il
-d’aller & des dejeuners que l’invite avouait lui-m\177me \177tre ennuyeux. -- Ah! bien, bien, 5a va
+d’aller à des déjeuners que l’invité avouait lui-même être ennuyeux. — Ah ! bien, bien, ça va
-douanier, m6fiant tout & l’heure,
+douanier, méfiant tout à l’heure,
-qui, apres vos
+qui, après vos
-malles. -- Ah! je
+malles. — Ah ! je
-pas gtre amusants ces dejeuners, vous
+pas être amusants ces déjeuners, vous
-dit M me Verdurin, \177t qui le President de la Republique apparaissait
+dit Mme Verdurin, à qui le Président de la République apparaissait
-ennuyeux particuli\177rement redoutable
+ennuyeux particulièrement redoutable
-de seduction et
+de séduction et
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN 293 ploydes \177 l’\177gard des fidAles, eussent \177t\177 capables
+ployées à l’égard des fidèles, eussent été capables
-faire l&cher. I1 paralt qu’il
+faire lâcher. Il paraît qu’il
-sourd cornroe un
+sourd comme un
-doigts. -- En
+doigts. — En
-de commisdration; et,
+de commisération ; et,
-huit conyives: \177 Sont-ce des d\177jeuners intimes ?, demandait-il vivement
+huit convives : « Sont-ce des déjeuners intimes ? » demanda-t-il vivement
-un z\177le de
+un zèle de
-qu’une curiositY.de badaud.
+qu’une curiosité de badaud.
-qu’avait \177 ses
+qu’avait à ses
-le President de la Republique finit
+le Président de la République finit
-de l’humilite de
+de l’humilité de
-de M TM Verdurin, et \177i chaque diner, Cottard
+de Mme Verdurin, et à chaque dîner, Cottard
-avec int\177ret: \177{ Verrons-nous
+avec intérêt : « Verrons-nous
-M. Swann? I1 a
+M. Swann ? Il a
-M. Grevy. C’est
+M. Grévy. C’est
-gentleman ?, I1 alia mgme jusqu’\177 lui
+gentleman ? » Il alla même jusqu’à lui
-l’exposition denfaire. --Vous serez
+l’exposition dentaire. — Vous serez
-les .chiens. Vous
+les chiens. Vous
-Quant \177 M.
+Quant à M.
-cette d\177couverte que
+cette découverte que
-des amities puissantes
+des amitiés puissantes
-n’avait iamais parle. Si
+n’avait jamais parlé. Si
-pas arrang\177 une
+pas arrangé une
-presque jamMs \177 diner malgr\177 les
+presque jamais à dîner malgré les
-d’Odette. -- Je pourrais mgme diner seule
+d’Odette. — Je pourrais même dîner seule
-disait-elle. -- Et M me Verdurin ? -- Oh! ce
+disait-elle. — Et Mme Verdurin ? — Oh ! ce
-n’aurais qu’\177 dire
+n’aurais qu’à dire
-pas \177t\177 prgte, que
+pas été prête, que
-e94 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU est
+est
-s’arranger. -- Vous \177tes gentille.
+s’arranger. — Vous êtes gentille.
-se disair que
+se disait que
-montrait /i Odette
+montrait à Odette
-seulement \177 la retrouver apres diner) qu’il
+seulement à la retrouver après dîner) qu’il
-qu’il pr\177ferait \177 celui d’\177tre avec
+qu’il préférait à celui d’être avec
-le goat qu’elle
+le goût qu’elle
-ne connaltrait pas
+ne connaîtrait pas
-la sati\177t\177. Et,
+la satiété. Et,
-part, pr\177f\177rant infiniment \177 celle
+part, préférant infiniment à celle
-la beaut\177 d’une petite ouvri\177re fraiche et
+la beauté d’une petite ouvrière fraîche et
-il etait epris, il
+il était épris, il
-la soiree avec elle, \177tant sar de
+la soirée avec elle, étant sûr de
-les m\177mes raisons
+les mêmes raisons
-n’acceptait iamais qu’Odette vint le
+n’acceptait jamais qu’Odette vînt le
-petite ouvri\177re. l’attendait pros de
+petite ouvrière l’attendait près de
-lui /tun coin
+lui à un coin
-cocher R\177mi connaissait,
+cocher Rémi connaissait,
-montait \177 c6t\177 de Swannet restair dans
+montait à côté de Swann et restait dans
-bras iusqu’au moment o/\177 la voiture l’arr\177tait devant
+bras jusqu’au moment où la voiture l’arrêtait devant
-Verdurin. A son entrde, tandis que M me Verdurin
+Verdurin. À son entrée, tandis que Mme Verdurin
-avait envoyees le
+avait envoyées le
-lui disait: \177( Je vous gronde, et
+lui disait : « Je vous gronde » et
-place \177. c6t\177 d’Odette,
+place à côté d’Odette,
-qui etait comme Fair national
+qui était comme l’air national
-amour. I1 commensait par
+amour. Il commençait par
-des tremolos de
+des trémolos de
-semblaient s’ecarter et
+semblaient s’écarter et
-cadre etroit d’une
+cadre étroit d’une
-au loin,-d’une couleur
+au loin, d’une couleur
-le veloute d’une lumi\177re interposSe, la
+le velouté d’une lumière interposée, la
-pastorale, intercalVe, episodique, appartenant /i un
+pastorale, intercalée, épisodique, appartenant à un
-passait \177 plis
+passait à plis
-distribuant 5/i et 1\177 les
+distribuant çà et là les
-sa grace, avec le m\177me ineffable sourire; mais
+sa grâce, avec le même ineffable sourire ; mais
-DU COTI\177 DE CHEZ SWANN 295 Swann
+Swann
-du d\177senchantement. Elle semblait connaitre la vanitg de
+du désenchantement. Elle semblait connaître la vanité de
-sa grace 16g\177re, elle
+sa grâce légère, elle
-chose d’acc. ompli, comme le d\177tachement qui succ\177de au
+chose d’accompli, comme le détachement qui succède au
-lui importair, il la consid\177rait moins en elle-mgme -- en
+lui importait, il la considérait moins en elle-même — en
-l’avait compos\177e, et
+l’avait composée, et
-des si\177cles -- que
+des siècles — que
-qui, mgme pour
+qui, même pour
-penser \177 Odette en m\177me temps qu’\177 lui, les unissait; c’\177tait an point
+penser à Odette en même temps qu’à lui, les unissait ; c’était au point
-avait prig, il avait renonc\177 \177 son
+avait prié, il avait renoncé à son
-sonate enti\177re, dont
+sonate entière, dont
-continua \177 ne conna\177tre que
+continua à ne connaître que
-passage. ({Qu’avez-vous besoin
+passage. « Qu’avez-vous besoin
-C’est 9a notre morceau. \177 Et mgme, souffrant de songet, au moment off elle passair si
+C’est ça notre morceau. » Et même, souffrant de songer, au moment où elle passait si
-et ponrtant \177 l’infini,
+et pourtant à l’infini,
-s’adressait \177 eux,
+s’adressait à eux,
-il regretfait presque qu’elle efit une
+il regrettait presque qu’elle eût une
-une beaut\177 intrins\177que et fixe, gtrang\177re \177 eux,
+une beauté intrinsèque et fixe, étrangère à eux,
-en des, bijoux donnas, ou m\177me en
+en des bijoux donnés, ou même en
-lettres \177crites par
+lettres écrites par
-femme aimee, nous
+femme aimée, nous
-voulons /i l’eau
+voulons à l’eau
-pas \177tre faits uniquemerit de
+pas être faits uniquement de
-liaison passage. re et d’un \177tre particulier.
+liaison passagère et d’un être particulier.
-qu’il s’\177tait rant attard\177 avec
+qu’il s’était tant attardé avec
-jeune ouvri\177re avant
+jeune ouvrière avant
-phrase iou\177e par
+phrase jouée par
-pianiste, Swarm s’apercevait qu’il \177tait bient6t l’heure qu’Odette rentrat. I1 la reconduisait jusqu’\177 la
+pianiste, Swann s’apercevait qu’il était bientôt l’heure qu’Odette rentrât. Il la reconduisait jusqu’à la
-petit h6tel, rue La P\177rouse, derri\177re l’Arc
+petit hôtel, rue La Pérouse, derrière l’Arc
-Et c’\177tait peut-\177tre \177 cause
+Et c’était peut-être à cause
-296 A LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU qu’il
+qu’il
-moins n\177cessaire pour
+moins nécessaire pour
-plus t6t, d’arriver
+plus tôt, d’arriver
-elle, \177 l’exercice
+elle, à l’exercice
-que, grace /i cela,
+que, grâce à cela,
-la royair, ne se metfait entre
+la voyait, ne se mettait entre
-ne l’empgchait d’\177tre encore
+ne l’empêchait d’être encore
-lui, apres qu’il l’avait quitt\177e.
+lui, après qu’il l’avait quittée.
-ACHEV\177 D’IMPRIMER LE TREHTE JUIH MIL HEUF CEHT \177UARAHTE- S IX SUR LES PRESSES DU JOURNAL DE GEN\177-VE