100%.png

Jean Talon, intendant de la Nouvelle-France

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
JEAN TALON


INTENDANT
DE LA NOUVELLE-FRANCE


(1665-1672)


PAR


THOMAS CHAPAIS

QUÉBEC
IMPRIMERIE DE S.-A. DEMERS
30, rue de la Fabrique



1904


Jean Talon - Premier intentant de Nouvelle-France.jpg
JEAN TALON
Intendant de la Nouvelle-France
1665 — 1672

TABLE DES MATIÈRES


 
PAGE


La famille Talon. — Branche parisienne et branche champenoise — Les Talon de Paris — Omer et Denis Talon. — Parlementaires et gallicans. — Les Talon de Champagne. — Seconde branche parisienne. — Jean Talon naît à Châlons-sur-Marne. — Sa famille. — Au collège de Clermont. — Élève des jésuites. — Débuts administratifs. — Ses rapports avec Mazarin. — Commissaire des guerres. — Intendant du Hainaut. — La fonction d’intendant. — Juridiction de Talon. — Intendant de la Nouvelle-France 
 1


État de la France en 1665. — Louis XIV règne et gouverne. — Colbert et Fouquet. — Les malversations de celui-ci sont démasquées. — La chambre de justice. — Le roi investit Colbert d’une immense juridiction. — Cet illustre ministre réforme l’administration et réalise de merveilleux progrès. — La situation de la France est prospère — Louis XIV et Colbert tournent leurs regards vers le Canada, qui agonise. — La mission de Pierre Boucher. — L’épître du Père LeJeune. — Un changement de régime. — Le roi se fait rétrocéder par les Cent Associés le domaine et le gouvernement du Canada. — Il promet des secours. — Le conflit avec Rome et la campagne de Hongrie en retardent l’envoi. — La nomination, les fautes et la révocation de M. de Mésy. — La mission de M. de Tracy. — MM. de Courcelle et Talon sont nommés gouverneur et intendant. — Louis XIV envoie un régiment. — Un cri de gratitude 
 21


La commission de l’intendant Talon. — Ses pouvoirs sont considérables. — Sa tâche est ardue. — Entrevues avec Louis XIV et Colbert. — Les instructions royales. — Fâcheux préjugés. — Inexactitudes. — La Compagnie des Indes Occidentales. — Son organisation. — Ses prérogatives et ses obligations. — Dualisme politique et administratif : le roi et la compagnie. — La question du rapprochement des habitations. — Recommandations diverses. — Talon à la Rochelle. — Ses lettres à Colbert. — Il part pour le Canada 
 37


La traversée de l’Océan au XVIIème siècle. — Cent dix-sept jours sur mer. — Arrivée de Talon à Québec. — Les renforts accueillis avec joie. — Le régiment de Carignan. — Un triumvirat : Tracy, Courcelle, Talon. — Talon à l’Hôtel-Dieu. — Québec en 1665. — Basse ville et haute ville. — Petit nombre de maisons. — Les cornmunautés. — Les églises. — Le personnel ecclésiastique. — Le Conseil Souverain. — Les notables. — Le monde commercial. — Une France au berceau. — Intronisation officielle des nouveaux administrateurs 
 61


La tâche de Tracy, Courcelle et Talon simplifiée par la mort de M. de Mésy. — Ils s’occupent d’abord du péril extérieur. — Construction de forts sur la rivière Richelieu. — Talon se met au courant des affaires. — Sa sollicitude s’étend à tous les objets. — Conversion de M. Berthier. — Talon écrit au roi. — Il adresse à Colbert un long mémoire. — Il rend un témoignage favorable aux Jésuites. — Il donne un aperçu des ressources du pays. — Il aborde une grave question. — Est-il plus avantageux pour le Canada de rester propriété de la Compagnie que de relever directement du roi ? — Talon se prononce pour la seconde alternative. — Les troupes, la colonisation, les manufactures. — Éloge de M. de Tracy 
 77


Talon entreprend de fonder des villages près de Québec. — Il choisit des terres dans la seigneurie de N.-D. des Anges, appartenant aux Jésuites. — Ceux-ci réclament. — L’intendant leur pose un cas. — Les Jésuites abandonnent la controverse et maintiennent leur protestation. — Les raisons de Talon. — Il fait faire le premier recensement. — Nous en savons l’époque, grâce à Mgr Tanguay. — Analyse de ce recensement. — M. de Courcelle organise une campagne d’hiver contre les Iroquois. — Horribles souffrances des troupes. — Faute de guides, elles perdent leur chemin et arrivent à Corlaer au lieu d’atteindre le canton d’Agnier. — Une escarmouche sanglanteé — Difficultés du retour. — Désappointement et injustice de M. de Courcelle. — Pourparlers et traités. — Correspondance de M. de Tracy avec le gouverneur Nicolls. — Un guet-apens iroquois. — M. de Sorel part avec un détachement. — Il rencontre des ambassadeurs et retourne à Québec. — Un grand conseil 
 93


Pourparlers de paix et préparatifs de guerre. — Une cérémonie funèbre à Québec. — La reine-mère. — Solennités religieuses. — Un mémoire de Talon au sujet de la guerre. — Son opinion prévaut. — Une nouvelle expédition contre les Iroquois est décidée. — Départ de MM. de Tracy et de Courcelle à la tête-des troupes. — Une scène mémorable. — Le rendez-vous au lac Champlain. — Marche pénible de l’armée. — Les Agniers prennent la fuite. — Cinq bourgades iroquoises sont saccagées et détruites. — Le canton Agnier transformé en un désert de cendres. — Prise de possession du pays. — Retour à Québec de M. de Tracy. — Heureux résultats de l’expédition. — Dix huit ans de paix. — Les Iroquois enterrent la hache. 
 113


Lettre de Talon à Louis XIV. — Il s’excuse de n’avoir pas pris part à l’expédition. — Son terme d’office. — Expressions de ferveur royaliste. — Lettre à Colbert. — Talon conseille l’acquisition de la Nouvelle-Hollande, si elle est possible. — Discussion de Colbert et de Talon au sujet du peuplement et de l’accroissement du Canada. — Une erreur de Colbert. — Le peuplement de la colonie eût coûté moins d’hommes à la France que les guerres de Louis XIV. — Talon persiste dans ses idées. — Colbert défend la compagnie des Indes Occidentales. — Échange de vues entre l’intendant et le ministre au sujet du commerce, des mines, des manufactures, de la construction des navires, de la colonisation. — Talon annonce la construction d’un vaisseau de 120 tonneaux. — Il demande son congé. — Les articles de M. Le Barroys. — La réorganisation du Conseil Souverain 
 133


Talon prépare un projet de règlements. — L’administration de la justice. — Simplification des procédures. — Juridiction des tribunaux. — M. Charrier, lieutenant civil et criminel. — L’amiable composition. — Un rapprochement. — Maîtres et valets. — Le papier terrier. — Foi et hommage. — Le système de colonisation de l’intendant Talon. — La curieuse disposition des villages de Charlesbourg. — Une lettre de M. Rameau. — L’affaire de la Sainte-Famille. — Fausse démarche de Talon. — Inspiration fâcheuse. — Un brusque dénouement. — Lamothe Cadillac et d’Auteuil. — La question des dîmes. — Le règlement de 1667. — Un procès célèbre. — Une preuve qui arrive trop tard. — Talon à Montréal. — Il visite toutes les habitations. — Montréal en 1667 
 153


M. de Tracy retourne en France. — Sentiments de Talon à son égard. — L’intendant met Colbert en garde contre les informations de M. de Tracy au sujet de l’Église. — Il se plaint de la trop grande autorité de celle-ci. — Lettre du 26 août 1667. — Elle a son corollaire dans un mémoire de 1669. — Talon émet des opinions et fait des propositions regrettables. — Lettre de Colbert. — Réponses de Talon. — La situation et les affaires de la colonie. — Les officiers du régiment de Carignan. — La francisation des sauvages. — Les séminaires sauvages des Jésuites et des Ursulines. — Le recensement de 1667. — L’affaire La Frédière 
 193


L’autorité de l’intendant Talon. — Il dirige les délibérations du Conseil Souverain. — Une excursion à travers les registres de ce tribunal. — La question des monnaies. — Le cours tournois et le cours parisis. — Quelles monnaies circulaient au Canada. — La réduction des sous marqués. — Une opération délicate. — Les marchands forains. — Le syndic des habitants. — L’élection de Jean Lemire. — Le tarif des marchandises, — Contraventions des négociants. — Les moulins à farine et le mouturage. — La voirie publique. — Un grand voyer. — Le conseil accorde du délai à des débiteurs. — Un cercle vicieux. — La police des mœurs. — La répression des crimes et délits. — L’ordonnance des brasseries. — Un projet de compagnie pour le commerce. — Déférence du conseil envers Talon. — Mécontentement de M. de Courcelle. — Un protêt du gouverneur. — La question de la traite de l’eau-de-vie. — Regrettable attitude de Talon 
 214


Le budget de la Nouvelle-France. — Talon aborde une grave question. — La compagnie des Indes Occidentales et le revenu public. — Le droit du quart et la traite de Tadoussac. — Le domaine du roi. — La compagnie est mise en possession du revenu à condition d’acquitter les charges ordinaires. — À quel chiffre ces charges devaient-elles s’élever ? — Talon lutte pour élever ce chiffre. — Il réussit en partie. — Le budget ordinaire du Canada. — Le droit du dix pour cent et la dette publique. — Le budget militaire. — Le budget de la colonisation. — Le budget des hauts fonctionnaires et du culte. — Le budget total. — La valeur comparative de l’argent au 17ème siècle et de nos jours. — Coup d’œil d’ensemble sur le système financier de la Nouvelle-France 
 247


Trois ans de progrès. — L’agriculture et la colonisation. — Les trois villages de Talon. — Le domaine des Islets. — Un bel établissement. — Les défrichements se généralisent. — La statistique de 1668. — Abondante récolte. — La comète et la moisson. — Culture du chanvre. — Pêcheries et mines. — Une mine de charbon à Québec. — Le commerce avec les Antilles. — La construction des vaisseau. — Envoi de Colons — Établissement des soldats de Carignan. — Nombreux mariages. — Plusieurs centaines de filles viennent de France pour fonder des ménages. — Gratifications et secours. — Les chevaux expédiés ici se multiplient rapidement. — Un Colbert colonial. — Les missions. — L’éducation. — Le collège des Jésuites. — Les Ursulines. — Les Sulpiciens. — Les Sœurs de la Congrégation. — Nouvelle assurance de paix. — Fin de la première intendance de Talon 
 273


La France en 1668. — La guerre des droits de la reine et le traité d’Aix-la-Chapelle. — Période brillante et prospère. — La cour, les lettres et les arts. — Boileau et Colbert. — La carrière de celui-ci est à son apogée. — Talon arrive à Paris dans un moment propice. — Il est accueilli avec faveur et fait accepter ses vues. — Le roi et le ministre s’occupent activement du Canada. — Le retour de Talon est décidé. — Il obtient la liberté du commerce. — Édit relatif aux mariages et aux familles nombreuses. — Avantages accordés au Canada pour l’exportation en France de la morue et du charbon. — Lettre de Colbert à M. de Courcelle. — Expédition d’immigrants, de troupes et d’animaux domestiques. — La nouvelle commission de Talon. — Les Récollets et leur retour au Canada. — Départ de Talon et son naufrage près de Lisbonne. — M. de Bouteroue. — Son administration au Canada. — Danger de rupture avec les Iroquois. — La paix est maintenue. — Dissentiments entre Courcelle et Bouteroue. — Automne fécond en tempêtes. — Le sort de Talon inspire des inquiétudes à Québec. — Il revient au Canada en 1670 
 305


La situation au retour de Talon. — Le péril iroquois. — Ambassades et pourparlers. — M. de Courcelle au lac Ontario. — Propositions de l’intendant. — Il se préoccupe davantage des affaires extérieures. — Il envoie des explorateurs à l’ouest, au nord-ouest et au sud. — Cavelier de La Salle. — MM. Dollier et de Galinée. — Saint-Lusson au Sault-Sainte-Marie. — Une scène imposante. — L’Acadie et Talon. — Expédition à la Baie d’Hudson. — Louis Jolliet et la découverte du Mississipi. — Talon prédit au Canada un grand avenir. — Difficultés avec M. de Courcelle. — Désaccord entre les deux fonctionnaires. — Questions d’étiquette. — Le nouveau conseil. — M. de Villeray exclu. — Ordonnances de Talon. — Ses relations avec le clergé. — Les Récollets, les Jésuites, Mgr de Laval. — Négociations pour l’érection du diocèse de Québec. — Le gallicanisme et l’ancien régime. 
 345


L’œuvre du progrès intérieur. — La construction des navires. — Les chantiers de la rivière Saint-Charles. — Le commerce avec les Antilles, — Industries diverses. — Le chanvre, la toile, les étoffes, les cuirs. — La brasserie et la fabrication de la bière. — La potasse. — Le goudron. — Une lettre de Colbert. — Les mines de cuivre et de fer. — Relations commerciales avec Boston. — Quelques critiques à l’adresse de Talon, relativement au commerce. — Sa défense. — Le mouvement de la population, de 1669 à 1672. — Les mariages. — Les filles venues de France. — Les expéditions d’animaux domestiques. — Talon et les communautés religieuses. — La jeunesse canadienne et l’éducation. — Abondance de travail. — Progrès de l’agriculture et de la colonisation. — Situation prospère de la colonie 
 391


Courcelle et Talon obtiennent leur rappel. — Frontenac est nommé gouverneur. — Ses antécédents. — Ses qualités et ses défauts. — Son arrivée et ses débuts. — Les États généraux de Québec. — Un mot de Colbert. — Talon et Frontenac. — Un incident à propos des droits sur les pelleteries. — Frontenac estime que Talon avait trop de pouvoirs. — Deux arrêts du Conseil d’État. — Talon crée une foule de seigneuries. — L’institution seigneuriale. — Son utilité. — Son organisation et son fonctionnement. — L’œuvre de Talon. — Critique mal fondée. — Changement d’orientation dans le règne de Louis XIV — La guerre de Hollande. — Le Canada est négligé. — Fin d’une époque. — Talon devient baron des Islets. — La reconnaissance d’un roi et la reconnaissance d’un peuple. — Départ de Talon. — Regrets universels 
 429


Talon à Paris. — Une audience du roi. — Mémoire sur le Canada. — La carrière de Talon après son retour en France. — Le silence de nos historiens. — La capitainerie de Mariemont. — La charge de premier valet de garde-robe. — En quoi consistait-elle ? — Autrefois et aujourd’hui. — Secrétaire du cabinet. — Importance de cette fonction. — Talon devient comte d’Orsainville. — Ses propriétés au Canada. — Deux séries d’évaluations. — Le roi achète la brasserie qui devient le palais de l’intendant. — Talon voudrait revenir au Canada. — Projet de fondation d’un hôpital général. — Lettres de M. Dudouyt à Mgr de Laval. — Talon et la traite de l’eau-de-vie. — Ses relations avec la colonie. — Ses lettres à l’Hôtel-Dieu. — L’incident Comporté. — Talon à la cour. — Il rend de grands services à Jacques II. — Madame de Maintenon l’honore de sa confiance. — Dernières années. — Talon vend ses charges. — Quelques détails sur sa vie privée et sa famille. — Il fait son testament. — Il meurt le 23 novembre 1694 
 457


 489


fin de la table des matières