L’Ingénu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’Ingénu
Œuvres complètes de VoltaireGarniertome 21 (p. 247).
L’INGÉNU
HISTOIRE VÉRITABLE
TIRÉE DES MANUSCRITS DE P. QUESNEL[1].


(1767)


Comment le prieur de Notre-Dame de la Montagne et mademoiselle sa sœur rencontrèrent un Huron 
 247
II. 
Le Huron, nommé l’Ingénu, reconnu de ses parents 
 252
III. 
Le Huron, nommé l’Ingénu, converti 
 255
IV. 
L’Ingénu baptisé 
 258
V. 
L’Ingénu amoureux 
 260
VI. 
L’Ingénu court chez sa maîtresse, et devient furieux 
 263
VII. 
L’Ingénu repousse les Anglais 
 265
VIII. 
L’Ingénu va en cour. Il soupe en chemin avec des huguenots 
 267
IX. 
Arrivée de l’Ingénu à Versailles. Sa réception à la cour 
 269
X. 
L’Ingénu enfermé à la Bastille avec un janséniste 
 272
XI. 
Comment l’Ingénu développe son génie 
 276
XII. 
Ce que l’Ingénu pense des pièces de théâtre 
 279
XIII. 
La belle Saint-Yves va à Versailles 
 280
XIV. 
Progrès de l’esprit de l’Ingénu 
 284
XV. 
La belle Saint-Yves résiste à des propositions délicates 
 286
XVI. 
Elle consulte un jésuite 
 288
XVII. 
Elle succombe par vertu 
 290
XVIII. 
Elle délivre son amant et un janséniste 
 291
XIX. 
L’Ingénu, la belle Saint-Yves et leurs parents, sont rassemblés 
 294
XX. 
La belle Saint-Yves meurt, et ce qui en arrive 
 299

  1. Le P. Quesnel, à qui Voltaire attribue l’Ingénu, est le janséniste auteur des Réflexions morales, dont cent et une propositions furent condamnées par la bulle Unigenitus.