Le Livre des Psaumes (traduction juxtalinéaire hébreu - français)

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Bible
Bible Segond 1910/Pentateuque
Livres historiques
Livres poétiques
Job
Livre des Psaumes
Proverbes
Ecclésiaste
Cantique des cantiques
Les Prophètes



Traduction juxtalinéaire hébreu - français
Le Livre des Psaumes
Traduction Wikisource


Table des Psaumes
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27 28 29 30
31 32 33 34 35 36 37 38 39 40
41 42 43 44 45 46 47 48 49 50
51 52 53 54 55 56 57 58 59 60
61 62 63 64 65 66 67 68 69 70
71 72 73 74 75 76 77 78 79 80
81 82 83 84 85 86 87 88 89 90
91 92 93 94 95 96 97 98 99 100
101 102 103 104 105 106 107 108 109 110
111 112 113 114 115 116 117 118 119 120
121 122 123 124 125 126 127 128 129 130
131 132 133 134 135 136 137 138 139 140
141 142 143 144 145 146 147 148 149 150

Les principes de cette traduction[modifier]

Généralités[modifier]

Conformément aux principes de Wikisource, il ne s'agit pas de proposer une interprétation comme telle, tout en restant conscient qu'une traduction présente toujours un aspect interprétatif. Pour aider à l'évaluation de cette traduction, voici quelques éléments.

  1. Le premier critère de qualité est la fidélité au texte. Pas de glose, pas de suppression.
  2. Le deuxième critère, souvent oublié, est le but poursuivi.
    1. Une traduction destinée à la lecture publique (par ex. liturgique) doit satisfaire des exigences propres. Dans un texte de ce genre on évitera par ex. "les vaches paîtront aux prés". Ce qu'une traduction scientifique peut faire.
    2. Une traduction destinée à communiquer le contenu d'un texte à un public dont le vocabulaire usuel est limité posera des choix qui ne pourront satisfaire le spécialiste. Par ex. traduction de la Bible en anglais fondamental.
  3. Le but d'une traduction juxtalinéaire est de faire percevoir certaines caractéristiques du texte habituellement inaccessibles dans les traductions usuelles. Ceci éventuellement aux dépens des exigences grammaticales et stylistiques de la langue réceptrice, ici le français. Une conséquence appréciable est l'apprentissage d'un regard critique (saisir les options de traduction) sur les autres traductions existantes, par voie de comparaison.
  4. Enfin un but de CETTE traduction est d'avoir en français le reflet exact de CHAQUE répétition du texte hébreu. Ces textes poétiques sont extrêmement structurés, la structure de ces textes est un élément objectif voulu par l'auteur (considéré au singulier par commodité) au service de son message. Ces structures sont souvent inaccessibles sans les répétitions (même si celles-ci peuvent ne pas toujours suffire à les établir).
  5. Si la traduction du texte n'admet pas de glose, il peut être bienvenu, dans un paragraphe ou un chapitre clairement désigné comme tel (bien séparé de la traduction juxtalinéaire), d'expliciter les choix interprétatifs de la traduction. Ceci justement pour permettre une attitude critique du lecteur et éventuellement exposer d'autres choix possibles.
  6. Une traduction cursive est proposée en fin de page, directement liée à la traduction juxtalinéaire. Elle veut permettre une synthèse plus facile, ainsi que l'explicitation des passages que le mot-à-mot rend difficile sans une petite habitude. Par ex. la traduction juxtalinéaire du Ps 100, verset 3a donne : "Sachez que YHWH lui Dieu". La traduction finale rend : "Sachez que c'est YHWH qui est Dieu".

Quelques conventions[modifier]

  • L'écriture de l'hébreu.

Il y a, actuellement, de sérieux problèmes d'affichage des "Niqqud" (voyelles hébraïques) sur Wikipédia et dans tous les projets Wikimedia. Vous pouvez vous rapporter à Diacritiques de l'alphabet hébreu, en:Wikipedia:Niqqud (plus complet mais en anglais). Voir aussi Unicode/Test hébreu en français. Puisque la pratique de l'hébreu moderne le permet, nous ne mettons pas les " Niqqud " (" nəquddôṯ " devrait-on dire au pluriel) qui surchargeraient le rendu visuel du texte au point de le gêner, tant que les problèmes d'affichages subsistent.

  • Le psautier biblique connaît deux numérotations. Celle qui est issue du judaïsme de langue grecque et qui est devenu celle des chrétiens (de tous les chrétiens, jusqu'à la réforme protestante), et celle du judaïsme de langue sémitique. La traduction proposée ici étant basée sur le texte hébreu, c'est donc logiquement la numérotation hébraïque qui sera suivie. Si nécessaire, un tableau de correspondance entre les deux numérotations se trouve à l'article Livre des Psaumes.
  • Pour faire voir les répétitions, chaque mot est traduit de la même manière dans le psaume. Il pourrait être traduit différemment dans un autre contexte. Il faudra donc être prudent pour faire des comparaisons, par exemple de psaume à psaume. La présence de l'hébreu permet de s'assurer de la validité de telle ou telle comparaison.
  • Le tétragramme, le nom de Dieu יהוה, est translittéré YHWH. D'autres traductions utilisent Yahvé, ou Jéhovah, ou encore le Seigneur, d'autres encore l'Éternel (historiquement typique des traductions protestantes).

Indications bibliographiques[modifier]

Ces indications sont données pour permettre des comparaisons.

  • Hélène Lubienska de Lenval, Pour lire les Psaumes en Hébreu, éd. universitaire, 1966, 153p.
  • Patrick Calame et Frank Lalou, Les Psaumes, nouvelle traduction bilingue et interlinéaire , Albin Michel, Coll. «Spiritualités vivantes» n°183, 587p. ISBN 22261226201
«... ne posséder qu'une version de la Bible limite considérablement le champ des découvertes, des interprétations et de la liberté. Chaque traduction recèle ses avantages et ses inconvénients. La version de Louis Segond est très belle par sa maîtrise de la langue française et sa limpidité, mais occulte tout l'exotisme de la langue sémitique hébraïque. La Bible Chouraqui triture la syntaxe et le vocabulaire français, mais respecte l'esprit du désert qui souffle à travers ce texte plusieurs fois millénaire, et invite le lecteur à se poser continuellement des questions, le forçant ainsi à interpréter les lettres...» extrait de l'Introduction, p.31.
  • La Bible, traduite et présentée par André Chouraqui, Desclée de Brouwer, 1989, 2430p. ISBN 2220030830
  • Collectif, Ancien Testament interlinéaire hébreu-français - avec le texte de la Traduction Œcuménique de la Bible et de la Bible en français courant, Alliance Biblique Universelle, 2007. ISBN 978-2-85300-710-8.