Page:Joseph Rosny - Firmin ou le Jouet de la fortune, 1798, I.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Chap. VIII. Je paye d’impudence. Je sauve le comte. J’arrache sa fille des mains de Britannicus. Nous prenons la fuite ensemble.
Chap. IX. Monsieur de Stainville se laisse mourir en route. J’épouse sa fille. Nous arrivons à Liège. Une nouvelle disgrâce nous force d’en sortir.
Chap. X. Nous formons le beau projet de fuir les hommes, mais bientôt fatigués de notre genre d’existence, nous prenons le parti de rentrer en France.
Chap. XI. Pour faire fortune je m’avise de prendre le métier d’auteur.
Chap. XII. Me voilà aux prises avec les Libraires.