Page:Lanne - Le Mystère de Quiberon, 1904.djvu/439

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


et de Bancelin. — Adhésion de quelques chefs au compromis Bois-Hardy. — Armistice dénoncé par Turpin. — Conférence à La Chaufournaie ; nouvel armistice accepté par la plupart des chefs de la rive droite. — Entrevue à Moncontour ; rendez-vous pris par Hoche et Danican, Bois-Hardy et Cormatin. — Conférences de La Mabilais. — Hoche, porteur de pleins pouvoirs, refuse de s’y rendre ; motifs de ce refus ; revirement soudain de la presque totalité des chefs chouans.

CHAPITRE VIII. — Conduite parallèle de Hoche et de Frotté en ce qui concerne les négociations. — Explication de cette conduite ; lettres de Hoche et lettres du gardien du Temple, Laurent. — Singulier résultat des conférences de La Mabilais ; revirement subit des principaux chefs royalistes et de Hoche. — Le traité signé en dehors du porteur des pleins pouvoirs. — Entrée de Cormatin à Rennes. — Message des délégués au Comité de salut public. — Reprise immédiate des préparatifs insurrectionnels.

CHAPITRE IX. — Puisaye à Londres poursuit et achève les préparatifs de l’expédition. — Importance des secours fournis par l’Angleterre. — Fabrique d’assignats. — Composition des corps expéditionnaires. — Pouvoirs de commandant en chef donnés à Puisaye par le Régent de France. — Lettres de service à lui remises par le ministère anglais. — Commission donnée à d’Hervilly. — Conflit entre les deux commandants ; raisons de ce conflit. — Mort de Louis XVII annoncée ; croyance générale à son évasion. — Notes de police. — Mme Royale ne prend pas le deuil de son frère. — Sa lettre datée d’Huningue. — Dépêches contradictoires de l’agence royaliste de Paris. — Sens réel de ces dépêches. — Avis de la mort de Louis XVII reçu pendant la traversée ; accepté par les uns, rejeté comme faux par les autres.

CHAPITRE X. — Rencontre de l’armée expéditionnaire et de l’escadre républicaine. — Attitude hésitante de Villaret-Joyeuse. — Combat naval ; retraite malheureuse de l’escadre républicaine. — Sommation de Belle-Isle par le commodore Ellison. — Termes de cette sommation faite au nom de Louis XVII ; fausse version introduite dans l’histoire. — Deuxième sommation au nom de Louis XVIII. — L’escadre anglaise dans la baie de Quiberon. — Temporisation de d’Hervilly. — Débarquement des premiers régiments. — Altercation publique entre les deux commandants. — La messe de Carnac ; scission entre les corps royalistes ; proclamation de Louis XVII ou de Louis XVIII ; nouvelle version fausse. — Les motifs de d’Hervilly entrevus par Michelet. — La proclamation de Puisaye au nom de Louis XVII.

CHAPITRE XI. — Distribution des armes. — Ardeur des chouans. — Tactique de d’Hervilly. — Raisons de cette tactique ; instructions de l’agence de Paris à d’Hervilly et aux chefs royalistes. — Refus d’autoriser la marche en avant. — Conflit d’autorité entre Puisaye et d’Hervilly. — Premiers succès des chouans ; concours des populations. — Mouvement contrarié par les mesures de d’Hervilly. — Offensive reprise par les républicains. — Singulière inaction de Hoche. — Prise du fort Penthièvre et occupation de la presqu’île par les royalistes.