Page:Lazare - Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ter la prise de la citadelle d’Anvers. Des fortifications en terre avaient été préparées dans ce but, et devaient être attaquées dans la soirée du jeudi 15 juin. Des précautions avaient été prises par l’autorité militaire et par la police afin que les feux n’atteignissent aucun spectateur. Cette petite guerre se termina, en effet, sans accident. Mais bientôt des cris sinistres, partis de différents points, viennent répandre l’effroi dans une foule composée de plus de deux cent mille personnes. Elle s’ébranle, se presse, se heurte dans toutes les directions pour gagner les issues qui sont encombrées. Plusieurs personnes sont étouffées et foulées aux pieds. Ce fut à la grille qui se trouve en face de la rue Saint-Dominique, et surtout à celle qui avoisine l’École-Militaire, qu’on eut à déplorer les plus grands malheurs.

Champs (rue Croix-des-Petits-).

Commence à la rue Saint-Honoré, nos 172 et 174 ; finit à la place des Victoires, nos 1 et 3. Le dernier impair est 55 ; le dernier pair, 54. Sa longueur est de 373 m. — Tous les impairs et les pairs de 2 à 48 inclusivement sont du 4e arrondissement, quartier de la Banque ; les nos 50, 52 et 54, 3e arrondissement, quartier du Mail.

La construction d’une partie de cette voie publique remonte aux dernières années du règne de Philippe-Auguste. Elle fut ouverte sur un terrain qui consistait en jardins, en petits champs, dont elle a tiré une partie de son nom. Une croix placée à côté de la seconde maison, après la rue du Pélican, a complété sa dénomination. — Arrêt du conseil. — « Sa majesté estant en son conseil a ordonné et ordonne que les maisons construites en la dite rue des Petits-Champs, du costé de la rue Coquillère, depuis la maison de la dame Hotman, seront incessamment retranchées jusques à l’extrémité de celle appartenant au sieur Poix, pour donner le point de veue à l’endroit où sera posée dans la dite place, la statue de sa majesté ; et qu’à ceste fin les propriétaires seront tenus de démolir et faire retrancher leurs bâtiments, suivant les alignemens marquez sur le dit plan, etc. Fait au conseil d’État du roy, sa majesté y étant, tenu à Versailles, le 22e jour de juin 1685, signé Louis. — » (Bureau de la ville, registre H, no 1830). La partie de cette voie publique qui fait l’objet du présent arrêt porta le nom d’Aubusson, en l’honneur du vicomte d’Aubusson, duc de la Feuillade, qui faisait alors bâtir la place des Victoires. Quelque temps après, le nom de rue Croix-des-Petits-Champs prévalut et servit à désigner cette voie publique dans toute son étendue. Une décision ministérielle, en date du 3 germinal an X, signée Chaptal, fixa la moindre largeur de la rue Croix-des-Petits-Champs à 10 m. En vertu d’une ordonnance royale du 2 mai 1837, cette moindre largeur est portée à 12 m. — Cette ordonnance prescrivit l’élargissement de cette rue dans la partie comprise entre la rue Saint-Honoré et le passage Véro-Dodat, au moyen de l’exécution immédiate de l’alignement. Cette importante amélioration a été immédiatement exécutée. Les maisons ci-après désignées sont à l’alignement : nos 37, 43, 45 ; 2, 4, 6, 8, 10, 12 et 52. Les propriétés nos 41, 30, 32, 34, 36, 38, 40, 42, 44, 46 et 48, ne sont soumises qu’à un léger redressement. — Égout entre les rues Saint-Honoré et du Bouloi. — Conduites d’eau entre les rues Saint-Honoré et de Montesquieu, et depuis la borne-fontaine près de la rue Coquillière jusqu’à la place des Victoires. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).

Champs (rue des).

Commence aux rues de Longchamp, no 6, et de la Croix-Boissière ; finit à la rue de Lubeck, no 6. Le dernier impair est 9 ; le dernier pair, 10. Sa longueur est de 156 m. — 1er arrondissement, quartier des Champs-Élysées.

Son premier nom est celui des Carrières. Une décision ministérielle, à la date du 7 août 1818, fixa la largeur de cette rue à 6 m. Le conseil municipal, dans sa séance du 4 mars 1836, a délibéré qu’il ne serait délivré à l’avenir aucun alignement dans cette rue, et que l’administration s’abstiendrait de tout acte de voirie.

Champs (rue des Petits-).

Commence à la rue Beaubourg, nos 39 et 41 ; finit à la rue Saint-Martin, nos 90 et 92. Le dernier impair est 25 ; le dernier pair, 12. Sa longueur est de 125 m. — 7e arrondissement, quartier Sainte-Avoie.

En 1273, elle est indiquée sous ce nom dans l’Accord de Philippe-le-Hardi avec le chapitre de Saint-Merri (vicus de Parvis Campis). — Une décision ministérielle, à la date du 18 pluviôse an X, signée Chaptal, fixa la largeur de cette voie publique à 7 m. En vertu d’une ordonnance royale du 22 mai 1837, cette dimension est portée à 12 m. Les maisons situées sur le côté des numéros impairs sont soumises à un retranchement qui varie de 7 m. 20 c. à 9 m. 50 c. Sur le côté opposé, les maisons nos 8 et 12 devront seules éprouver un faible reculement. — Conduite d’eau depuis la rue Beaubourg jusqu’à la borne-fontaine. — Éclairage au gaz (compe Lacarrière).

Champs (rue Neuve-des-Petits-).

Commence à la rue Neuve-des-Bons-Enfants, no 37, et au passage des Petits-Pères, no 1 ; finit à la place Vendôme, no 26, et à la rue de la Paix, no 2. Le dernier impair est 103 ; le dernier pair, 84. Sa longueur est de 721 m. — Les impairs sont du 2e arrondissement, quartier du Palais-Royal ; les numéros pairs, de 2 à 6 inclusivement, 3e arrondissement, quartier du Mail ; de 8 à 72 inclusivement,