Page:Lazare - Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844.djvu/650

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et par une ordonnance royale du 30 juillet 1844. Les propriétés riveraines sont alignées. — Conduite d’eau.

La dénomination de rue Trouvée assignée à cette voie publique, lui vient probablement du voisinage de l’hospice des Enfants-Trouvés. (Voyez marché Beauveau.)

Truanderie (rue de la Grande-).

Commence à la rue Saint-Denis, nos 163 et 165 ; finit à la rue Montorgueil, nos 18 et 20. Le dernier impair est 61, le dernier pair, 62. Sa longueur est de 213 m. — 5e arrondissement, quartier Montorgueil.

Cette rue était construite en 1250. Son emplacement faisait anciennement partie du petit fief de Thérouenne, dont la moitié environ fut cédée à Philippe-Auguste par Adam, archidiacre de Paris, puis évêque de Thérouenne. L’emplacement qui n’était pas nécessaire à la construction des halles resta à l’évêque et fut bientôt envahi par des marchands de toutes espèces qui firent construire à peu près en même temps, des voies publiques aux abords de ces marchés. Sauval pense que le nom de Truanderie dérive de truand et truander, qui signifiaient dans notre vieux langage, gueux, gueuser, mendier. Robert Cenal nomme la rue de la Grande-Truanderie Via Mendicatrix major, et la rue de la Petite-Truanderie Via Mendicatrix minor. Jaillot, qui a combattu l’opinion de ces deux écrivains, croit que le nom de Truanderie a pris racine des vieux mots tru, truage, qui signifient tribut, impôt, subside ; en effet, dans le carrefour qu’on désignait sous le nom de place Ariane, se trouvait un bureau où l’on percevait les droits sur les marchandises qui entraient de ce côté dans Paris. — Une décision ministérielle du 28 prairial an IX, signée Chaptal, a fixé la moindre largeur de la rue de la Grande-Truanderie à 8 m. Les maisons nos 51, 16, l’encoignure gauche de la rue Saint-Jacques-l’Hôpital, et les propriétés nos 56, 58 et 62 sont alignées ; les constructions de 8 à 14 inclus ne devront subir qu’un léger redressement. — Conduite d’eau entre les rues Saint-Denis et Saint-Jacques-l’Hôpital. — Éclairage au gaz (compe Française).

Truanderie (rue de la Petite-).

Commence à la rue de Mondétour, nos 16 et 18 ; finit à la rue de la Grande-Truanderie, nos 13 et 15. Le dernier impair est 13 ; le dernier pair, 16. Sa longueur est de 52 m. — 5e arrondissement, quartier Montorgueil

Construite à la même époque que la rue qui précède, elle a porté les noms de rue du Puits-d’Amour et de l’Ariane. — Une décision ministérielle du 28 prairial an IX, signée Chaptal, a fixé la moindre largeur de cette voie publique à 10 m. 50 c. Propriétés du côté des numéros impairs, retranch. qui n’excède pas 70 c. ; constructions du côté opposé, ret. 6 m. à 6 m. 40 c. — Conduite d’eau. — Éclairage au gaz (compe Française).

À la pointe du triangle que forment les rues de la Petite et de la Grande-Truanderie existait un puits célèbre dans les traditions du peuple parisien, et qu’on appelait le Puits-d’Amour. — Une jeune fille nommée Agnès Hellébic, dont le père tenait un rang à la cour de Philippe-Auguste, s’y était précipitée dans un accès de désespoir causé par l’infidélité de son amant. Trois cents ans après cette tragique aventure, un jeune homme que la froideur de sa maîtresse exaspérait, y chercha aussi la mort, mais sans parvenir à se la donner ; il tomba si heureusement qu’il ne se fit aucun mal ; par un bonheur plus grand encore cette démonstration toucha le cœur de la cruelle, qui le réconcilia promptement avec la vie en lui promettant sa main. L’amant, par reconnaissance, fit reconstruire le puits où l’on pouvait lire encore du temps de Sauval :

« L’amour m’a refait,
» En 1525, tout à fait. »

Le Puits-d’Amour était devenu une espèce d’autel où les amants allaient jurer de s’aimer toute la vie.

Trudaine (avenue).

Commence à la rue Rochechouart, no 71 ; finit à la rue des Martyrs, no 64. Le dernier impair est 7 ; le dernier pair, 4 ; ce côté est presqu’entièrement bordé par l’abattoir Montmartre. Sa longueur est de 454 m. — 2e arrondissement, quartier du Faubourg-Montmartre.

Une décision ministérielle du 29 mai 1821 approuva la formation de cette avenue qui fut tracée quelque temps après. Une ordonnance royale du 23 août 1833 fixa définitivement la largeur de cette voie publique à 29 m. 75 c. Les constructions riveraines sont alignées. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).

Charles Trudaine, conseiller d’état, fut élu prévôt des marchands le 16 août 1716. Il exerça cette importante magistrature jusqu’au 16 août 1720.

Trudon (rue).

Commence à la rue Boudreau, nos 1 et 2 ; finit à la rue Neuve-des-Mathurins, nos 43 et 45. Le dernier impair est 3 ; le dernier pair, 8. Sa longueur est de 77 m. — 1er arrondissement, quartier de la Place-Vendôme.

Cette rue a été ouverte en avril 1780, sur les terrains appartenant à MM. Charles-Marin Delahaye, fermier-général, et André Aubert, architecte. Les lettres patentes qui autorisent et dénomment ce percement sont à la date du 3 juillet 1779, et fixent à 30 pieds la largeur de la rue nouvelle (voyez rue Boudreau). — Une décision ministérielle du 26 brumaire an VI, signée Letourneux, a maintenu la largeur de 30 pieds. Les propriétés riveraines sont alignées. — Conduite d’eau. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).

Jacques-François Trudon, écuyer, fut échevin de la ville de Paris de 1774 à 1776, sous la prévôté de Jean-Baptiste-François Delamichodière.