Page:Lazare - Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Bourdin (impasse).

Située dans l’allée des Veuves, no 71. — 10e arrondissement, quartier des Champs-Élysées.

Ouverte au commencement de notre siècle, sur le marais des Gourdes ; elle doit son nom à un propriétaire.


Bourdon (boulevart).

Commence au quai Morland ; finit à la rue Saint-Antoine, no 134, et à la place de la Bastille. Le dernier numéro est 12. Sa longueur est de 638 m. — 9e arrondissement, quartier de l’Arsenal.

« Napoléon, etc… Nous avons décrété et décrétons ce qui suit : Le boulevart de la porte Saint-Antoine sera prolongé jusqu’à la rivière, au travers de l’emplacement de la Bastille, dans l’alignement de la courtine des fossés, sur 28 m. de largeur et 670 m. environ de longueur, à partir de la façade extérieure de l’hôtel de Montbarey. Ce boulevart sera nommé Boulevart Bourdon, en mémoire du colonel du 11e régiment de dragons, tué à la grande armée. Une grande allée et deux autres allées formeront ce boulevart ; les plantations en seront exécutées avant le printemps prochain. — Au palais des Tuileries, le 14 février 1806, Signé Napoléon. Par l’Empereur : le secrétaire d’état, signé H.-B. Maret. » (Extrait du décret.) — L’alignement, approuvé par le ministre de l’intérieur Montalivet le 23 novembre 1811, est exécuté au droit des propriétés voisines de la place de la Bastille, et dans une étendue de 83 m. Les autres constructions particulières sont soumises à retranchement. — Égout dans toute l’étendue. — Conduite d’eau depuis la rue de la Cerisaie jusqu’à la place de la Bastille.


Bourdonnais (impasse des).

Située dans la rue des Bourdonnais, entre les no 19 et 21. Le dernier impair est 5, le dernier pair, 8. Sa longueur est de 52 m. — 4e arrondissement, quartier Saint-Honoré.

C’était anciennement une rue qui se prolongeait jusqu’à celle Tirechape. La place où cette impasse est située était hors la seconde enceinte et servait de voirie, ce qui a fait donner à tout cet endroit le nom de Marché aux Pourceaux, de la Place aux Chais, de la Fosse aux Chiens. Dès le commencement du XVIe siècle, c’était une impasse. En 1421, on l’appelait rue du Cul-de-Sac. En 1423, ruelle qui aboutit en la rue des Bourdonnais, et depuis, Cul-de-Sac de la Fosse-aux-Chiens. En 1808, plusieurs propriétaires de cette impasse sollicitèrent l’autorisation de changer le nom de la Fosse-aux-Chiens en celui des Bourdonnais. Cette autorisation fut accordée par M. Frochot, préfet, le 1er avril de la même année. — Une décision ministérielle du 7 août 1818, signée comte Chabrol, a fixé à 7 m. la largeur de cette impasse. — Conduite d’eau.


Bourdonnais (rue des).

Commence aux rues Béthisy, no 2, et Bertin-Poirée, no 24 ; finit à la rue Saint-Honoré, nos 31 et 33. Le dernier impair est 25 ; le dernier pair, 16. Sa longueur est de 145 m. — 4e arrondissement, quartier Saint-Honoré.

Guillot l’appelle rue à Bourdonnas ; Sauval dit qu’en 1297 elle se nommait rue Adam-Bourdon et Sire Guillaume-Bourdon ; et en 1300, rue des Bourdonnais. Depuis cette époque c’est la rue des Bourdonnais. — Une décision ministérielle, du 12 fructidor an V, signée François de Neufchâteau, avait fixé la largeur de cette voie publique à 8 m. Cette largeur a été portée à 10 m. par une ordonnance royale du 29 avril 1839. — Les maisons no 19, 6 et 14 sont alignées. — Égout. — Conduite d’eau. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).

On vient de démolir, dans la rue des Bourdonnais, la maison dite des Carnaux, qui avait pour enseigne une couronne d’or. Paris n’avait point de bâtiment plus remarquable par la grâce et la délicatesse des ornements. On ignore par qui cette propriété avait été bâtie. Ce qui est certain, c’est qu’elle fut habitée en 1380 par Philippe, duc de Touraine, et depuis duc d’Orléans, frère du roi Jean, qui en avait fait l’acquisition le 1er octobre 1363. Ce prince la vendit au fameux Guy de la Trémouille, qui l’occupait en 1398. Elle devint l’hôtel seigneurial de cette illustre famille. L’hôtel de la Trémouille s’étendait alors le long de la rue Béthisy jusqu’à celle Tirechape. Il appartint ensuite au chancelier Dubourg, puis au président de Bellièvre.


Bourdonnaye (avenue de la).

Commence au quai d’Orsay, no 91 ; finit à l’avenue de la Motte-Picquet, no 18. Le dernier impair est 51 ; pas de numéro pair. Ce côté est bordé par le Champ-de-Mars. Sa longueur est de 982 m. — 10e arrondissement, quartier des Invalides.

Les avenues et places situées aux abords de l’hôtel royal des Invalides ont été presque toutes formées peu de temps après la construction de ce monument, c’est à-dire vers 1680. Celles qui avoisinent l’École-Militaire ont été tracées vers 1770. — Longtemps elles restèrent sans dénomination. À l’Empire appartient l’honneur d’avoir décoré de noms illustres ces larges et magnifiques avenues, qui répondent dignement à la grandeur du monument de Louis XIV. Toutes ces avenues ne sont pas voies publiques. Nous donnons ci-après le texte de la loi qui en a fait entrer une partie dans le domaine communal. Le surplus est encore la propriété de l’État. — « Au palais des Tuileries, le 19 mars 1838. Louis-Philippe, roi des Français, à tous présents et à venir, salut. Nous avons proposé, les Chambres ont adopté, nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit : — Article 1er. Le ministre des finances est autorisé à céder, gratuitement, au nom de l’État à la ville de Paris, les avenues de Saxe, de Tourville ; de La Bour-