Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


TIERS LIVRE, T. II, P. 232-244. 265

Page 2-^2,1. iS : Comme attejle Ammianus. Liv. XXII.

Page 23^, 1. 14 : Pantagruel les tenait à lu guorge. Voyez ci-dessus, p. 158-160, la note sur la p. 213.

Page 236, 1. 7 : Par la relation du Prophète. — Les Juges y c. 9.

Page 240, 1. 23 : T.e rejle emplijfans d’eau^ comme font les Limofins à bel^ efclot : ;’. « Aux beaux sabots, » dit Éloi Johanneau, qui évidemment croit voir là une parodie de cette expression de l’Iliade : « les Achaiens aux belles cnémides. » Burgaud des Marets combat avec raison cette explication et dit fort justement que les charretiers « remplissaient d’eau à pleins sabots le vide qu’ils avaient fait, » Cette locution est analogue à celle de « mordre à belles dents, » qui est encore en usage.

Page 241, 1. 3 : Cela ejî efcript. — Pline, xvi, 35.

L. 30 : Afhefton. Voyez ci-dessus, p. 81, la note sur la I. 28 de la p. 23.

L. 31 : Le climat Dia Cyenes. — Dia est la préposition grecque ^lâ « à travers. »

Page 242, 1. 23 : Qiie Alexander Cornélius nommait Eonem. « Alexander Cornélius arborem eonem ap- pellavit, ex qua facta esset Argo, simiiem robore vis- cum ferenti, quae nec aqua, nec igni posset corrumpi, sicut nec viscum. » (Pline, XIII, 22). Eonem est l’ac- cusatif à’eone.

Page 244, 1. i : Cangneut Cafar Vadmirahle nature de ce boys. Voyez Vitruve, 11, 9.

v^-^^