Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1782, tome 2.djvu/714

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cres. Étant ouverts, ils rongent promptement la langue ou les parties voisines, si l’on n’arrête pas leurs progrès. (Voyez Aphtes).

On guérit les chancres en les râtissant avec un instrument quelconque, pour en faire sortir le sang, & en lavant souvent la plaie avec du vinaigre, dans lequel on a fait infuser de la rue & de l’ail, en ajoutant à la colature un peu d’eau-de-vie camphrée. Les animaux qui en sont atteints, guérissent aisément par cette méthode. En 1773, nous vîmes beaucoup de chevaux & de mulets attaqués de ce mal. Plusieurs perdirent leur langue entre les mains des maréchaux, parce qu’ils ne connurent point le remède.

Cette maladie est ordinairement épizootique : alors on l’appelle chancre volant, pustule maligne, charbon à la langue. (Voyez Charbon à la langue)

Le mouton est exposé à des petites vésicules d’une humeur rousse, qui attaque les tégumens du col ; elles excitent au commencement une vive démangeaison. Lorsqu’elles sont ouvertes, elles s’étendent au loin, & détruisent les tégumens & les muscles voisins. Nous appelons cette espèce de chancre feu Saint-Antoine, feu céleste. (Voyez Feu S. Antoine)

Quant au chancre qui survient dans le nez des chevaux attaqués de la morve, & qui est un signe univoque de cette maladie, on parvient à le déterger avec une once d’une injection faite d’une drachme de sublimé corrosif, dissoute dans environ dix onces d’esprit de vin camphré, le tout étendu dans une livre de décoction de graine de lin. (Voyez Morve) M. T.


Chancre des Oreilles, Médecine vétérinaire. De tous les animaux, il n’y a que le chien dont les oreilles soient attaquées de cette espèce de chancre, & cela arrive sur-tout lorsqu’il a eu ou qu’il a encore la gale, ou lorsqu’en chassant il s’est écorché les oreilles dans les broussailles.

Dans le premier cas, pour remédier à ce mal, il convient plutôt de guérir la gale avant que d’entreprendre la cure du chancre. (Voyez Gale des Chiens)

Dans le second, c’est-à-dire, quand le vice n’est que local, il suffit de toucher le chancre avec la pierre infernale, ou avec l’esprit de vitriol. Si loin de céder à ces topiques, l’ulcère s’agrandit & fait des progrès, le plus court parti est d’emporter l’oreille avec des ciseaux à l’endroit qu’occupe le chancre, & d’appliquer tout de suite le feu pour arrêter l’hémorragie. M. T.


Chancre, Jardinage. Les végétaux, ainsi que nous, sont soumis à la même loi. Naître, végéter, souffrir & mourir, tel est le fort de tout ce qui respire. Rendons à l’arbre les mêmes soins que le médecin donne à l’homme, le vétérinaire à l’animal, &c. ; il sera reconnoissant de nos attentions, ou plutôt notre jouissance sera prolongée.

Une humeur acre & corrosive détruit peu-à-peu l’organisation intérieure d’une branche ou d’un arbre, & forme un chancre. Suivant la qualité & la quantité de l’humeur mordante, les progrès du chancre sont plus ou moins rapides, & le chancre est plus ou moins profond ; les cerisiers, pêchers, amandiers, abricotiers, en un mot, les arbres gom-