Utilisatrice:Ambre Troizat/Le Chevalier de Saint-Georges de Beauvoir

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait du Chevalier de Saint-George par Elie de Beaumont.
Le Chevalier de Saint-George peint par Mather Brown (1761-1831).

Le Chevalier de Saint-Georges[modifier]

Roman par Roger de Beauvoir (1809-1866) et théâtre par Anne-Honoré-Joseph Duveyrier, dit Mélesville, 1787-1865 & Roger de Beauvoir.

A trente ans, Saint -Georges est dans toute la vigueur de sa beauté
Structuration du texte
Titre de l’ouvrage (t1) : Le Chevalier de Saint-Georges (répété en début de chapitre et en entête alternativement avec le titre de chapitre)
titre de partie (t2) : Saint-Domingue (En tête de volume. Non répété)
Titre du chapitre (t3) : L'Ajoupa ;
Titre de la section (t4) : néant
Chapitres

Livre premier

Livre second

Tables des chapitres[modifier]

Volume I
Volume 2

Cette table est identique à celle-ci.

Sur l'affaire Dumouriez, consulter Louis François Jauffret,Augustin Charles Guichard.- Gazette des nouveaux tribunaux, Volume 7 Google.

Par 

Bibliographie[modifier]

 Titre et éditions  Auteur
1840 :  BNF Roger de Beauvoir
1840 :  BNF Open book nae 02.svg Roger de Beauvoir
1840 :  BNF Open book nae 02.svg Texte incomplet Roger de Beauvoir
1840 :  BNF Open book nae 02.svg Texte incomplet Roger de Beauvoir
1840 :  BNF Open book nae 02.svg Texte incomplet Roger de Beauvoir
1840 :  Le Chevalier de Saint-Georges, Roman, 4 tomes en 2 vol. in-8°, H.-L. Delloye, Bibliothèque choisie, Paris Open book nae 02.svg Texte complet et formaté, à relire Roger de Beauvoir
1840 :  Le chevalier de Saint Georges, Comédie en trois actes représentée pour la première fois à Paris sur le théâtre des Variétés, le 15 février 1840, In-12, Paris Open book nae 02.svg Texte incomplet Mélesville, Roger de Beauvoir
1840 :  BNF Mélesville, Roger de Beauvoir
1840 :  BNF Mélesville, Roger de Beauvoir
1848 :  BNF Mélesville, Roger de Beauvoir
1840 :  BNF]] 394989922) ; lots d'estampes en couleur, Martinet, Imprimeur-libraire, Paris, formats divers (FRBNF 40170602f) ; (FRBNF 38792954f) ; (FRBNF 39510581w) ; (FR[[w:Bibliothèque nationale de France|BNF Mélesville, Roger de Beauvoir
1846 :  BNF Roger de Beauvoir
1847 :  BNF Roger de Beauvoir

Erreur Lua dans Module:Document à la ligne 14 : attempt to index local 'title' (a nil value).

1851 :  BNF Mélesville, Roger de Beauvoir
1856 :  BNF Roger de Beauvoir
1857 :  BNF Roger de Beauvoir
1861 :  BNF Roger de Beauvoir

Erreur Lua dans Module:Document à la ligne 14 : attempt to index local 'title' (a nil value).

1869 :  BNF Roger de Beauvoir
1869 :  BNF Roger de Beauvoir
2001 :  BNF Mélesville

À propos de Roger de Beauvoir[modifier]

 Titre et éditions  Auteur
1868 :  BNF Roger de Beauvoir
1835 :  BNF]] 30074388v) (Voir Lettre de la Société patriotique du Café Dumas de Nîmes, aux Patriotes du Café Procope, à Paris, le 24 novembre 1790 (FR[[w:Bibliothèque nationale de France|BNF Roger de Beauvoir
BNF]] 31678852c), (FR[[w:Bibliothèque nationale de France|BNF Louis Lurine

{{document|date=|titre={{BNF|}}|livre=|avancement=|auteur=}}

Faune et flore de Saint-Domingue et de la Caraïbe[modifier]

le ben odorant, Moringa oleifera

Roger de Beauvoir s'est inspiré des œuvres de Michel-Etienne Descourtilz pour décrire les paysages, la faune et la flore de Saint-Domingue.


 Titre et éditions  Auteur
BNF]] 30329842m) ; T. I Internet Archive ; T. II Internet Archive ; T. III Internet Archive ; Illustrations (FR[[w:Bibliothèque nationale de France|BNF Michel-Étienne Descourtilz

{{document|date=|titre={{BNF|}}|livre=|avancement=|auteur=}}

Le nègre, au service de[modifier]

"et l’équipage, précédé de deux piqueurs nègres à cheval

Claude-Antoine-Gabriel Choiseul (duc).- Relation du départ de Louis XVI, le 20 Juin 1791, écrite en août 1791, dans la prison de la Haute Cour nationale d'Orléans Collection des mémoires relatifs à la Révolution française. M. de Bouillé fit dire à son nègre, un peu avant que la nouvelle fût répandue, de passer à Luxembourg. Google, p. 168

Personnages historiques[modifier]

Jean-Nicolas de Boulongne[modifier]

Jean-Nicolas de Boulogne, 11 novembre 1726 - 7 janvier 1787, Comte de Nogent, Conseiller au Perlement de Paris porte les prénoms de son père, Jean Nicolas de BOULOGNE (1690-1769). Sa mère est Charles de BEAUFORT. Jean-Nicolas de Boulogne.

BOULOGNE. Jean-Nicolas de Boulogne, d'une autre famille que la précédente, maître des requêtes, intendant des finances , en survivance de Jean de Boulogne(1690-1769), son pere, a épousé le premier Mai 17s 3. Louife-Julie Feydeau de Brou, fille de Paul - Esprit Feydeau de Brou, conseiller d'Etat ordinaire, & au conseil royal des Finances, ainsi qu'au conseil royal de commerce. Google, p. 299.

Jean-Nicolas de Boulogne, (1726-1787) est le père de Paul Esprit Charles de BOULOGNE (1758-) et Jean Marie Henri Fortuné de BOULOGNE (1763-1764).

Son fils Paul Esprit Charles de Boullongne, comte de Nogent Conseiller au parlement de Paris le 26 mars 1777, maître des requêtes du 18 juillet 1781 à la Révolution, grand bailli d'épée au bailliage de Nogent-sur-Seine le 27 février 1789, chasseur de la 1ère compagnie du 3° bataillon de la 2° légion de la garde nationale de la Commune de Paris, Emigré à la Révolution, Chevalier de la Légion d'honneur le 16 mai 1816. Les derniers maîtres des requêtes de l'Ancien Régime (1771-1789) By Sylvi NicolasGoogle, p. 122 ; Boullongne, Gazette de France, Volume 1 By Théophraste Renaudot, Google, p. 230.

Les Boullongne Dictionnaire De La Noblesse: Contenant les Généalogies, l'Histoire & la… By François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Google, p. 748.

Père de Saint-George, d'après Beauvoir[modifier]

D’abord conseiller du roi en son parlement de Metz,
intendant des finances de sa majesté,
puis contrôleur général et grand trésorier de l’ordre du Saint-Esprit,
M. de Boullogne était retenu à Paris par d’insurmontables devoirs
et des alliances importantes pour sa famille. --Bel Bonjour, Ambre Troizat (d) 7 novembre 2012 à 17:40 (UTC)
Jean-Nicolas de Boulongne (1726-1787).

Nous croyons devoir placer ici sous les yeux de nos lecteurs la titulalure de M. de Boullogne, dont nous avons cru ne pas devoir écrire le nom dans le cours de ce récit avec son orthographe ordinaire, sa prononciation nous ayant paru disgracieuse :

Messire Jean Nicolas de Boullongne (1726-1787), d’abord conseiller du roi en son parlement de Metz et intendant de ses finances, ensuite Contrôleur Général des finances de Sa Majesté et Grand Trésorier de l’Ordre du Saint-Esprit, Membre Honoraire de l’académie royale de Peinture et de Sculpture en 1759, etc., etc.

Il avait épousé Charlotte de Beaufort, fille de Charles de Beaufort, l’un des plus riches fermiers généraux de S. M., et il en eut pour enfans légitimes :

  1. Jean de Boulongne , comte de Nogcnt, marié en 1753 à la fille du garde des sceaux messire Esprit-Charles Feydeau, seigneur de Brou, dans le Perche, etc., etc.
  2. Marguerite de Boulongne, mariée en 1737 à messire Gaspard-Henri Caze de La Bove, intendant de la généralité d’Auch, maître des requêtes de l'Hôtel du roi, etc., etc.
  3. Louisc-Élisabeth de Boulongne, mariée en 1736 à Paul, marquis de L’Hôpital et de Château-Neuf-sur-Cher, chevalier des Ordres du roi, son ambassadeur en Russie, lieutenant général de ses armées, premier écuyer de Madame, etc., etc.
  4. Jeanne-Edmée de Boulongne, comtesse de Hallincourt et Dromesnil, veuve en 1749.
  5. Marie-Edmée de Boulongne, mariée en 1746 à Armand, marquis de Béthune, chevalier des Ordres du roi , mestre de camp général de la cavalerie de France, etc., etc,
Graphie "Bologne", Google
Graphie "Boulogne"

Jean Nicolas de Boulogne BOULOGNE , ancienne famille du pays d'Artois, éteinte. Jacques de Boulogne , écuyer , seigneur deFlorimont, Richelieu, 8cc. fils de Jacques 8c d'Anne de la Marck , épousa Catherine de Resfin, fille de Pierre , écuyer, & de Catherine de Bacquehem, qui lui porra en mariage la terre de Neuville située en Artois, mouvante du roi, à cause de son château de Bapaume. Leur fille , Eleonore de Boulogne , en fut héritière, & épousa Evrard de Boulogne , son cousin , chevalier , seigneur de Flines, duplonich, 8cc. fils de Claude & de Magdeleine d'Aubermont. De ce mariage naquit Valentine de Boulogne , qui porra en mariage la terre de Neuville à Jean-Philippe de Sastres. Voye[ SASTRES. Google, p. 299.

Les armes : de gueule à une tour d'argent au chef d'a\ur chargé de trois étoiles d'or.

Alfred Martineau, Louis Philippe May, Société de l'histoire des colonies françaises.- Trois siècles dh̕istoire antillaise, Martinique et Guadeloupe, de - ‎1935 - 282 pages

SAINT-GEORGES (le chevalier de), né à la Guadeloupe en 1745, mort à Paris en 1799. Il était le fils naturel de Jean-Nicolas de Boulogne, conseiller du Roi au Parlement de Metz, et d'une esclave de grande beauté. Il se fit remarquer dès sa Google.

Jean-Louis de Boullongne[modifier]

Jean-Louis de Boullongne
  • Jean-Louis de Boullongne, Conseiller au parlement de Metz, puis intendant des finances, conseiller d'État, membre du Conseil royal des Finances, il devint contrôleur général des finances le 25 août 1757 en remplacement de François Marie Peyrenc de Moras. Il demeura à ce poste jusqu'au 4 mars 1759, mort en 1762, Google, p.169. Ce profil correspond à la description de Beauvoir.
    Arsène Vigeant, (1844-1916).- Petit essai historique : un maître d'armes sous la Restauration, ‎1883 - 194 pages. C'est ainsi que le fils de M. de Boulogne, à la Guadeloupe, se nommait Saint-George, au lieu de George tout court, longtemps avant d'avoir pris le nom et le titre de chevalier de Saint-George. Il est probable que Jean-Louis avait été amené en France tout enfant, et que les circonstances l'ayant conduit à Montauban, i! y fut catéchisé par quelque pasteur protestant, jaloux d'exercer le prosélytisme que lui permettaient les derniers … Google, (FRBNF 315758158).

Guillaume Pierre Tavernier de Boullongne[modifier]

  • 1778 : suppression des trésoriers généraux et réunion de leurs caisses par Necker, Google, p. 795.
  • Guillaume-Pierre Tavernier De Boullongne, Trésorier général de l'Extraordinaire des guerres. Supprimé en 1779, avec la conservation de la décoration de sa Charge. Google, p. 216.
  • Precis pour mm. de Pange & de Boullongne contre les munitionnaires generaux des vivres, Imprimerie de Quillau, Paris, 1780. Voir Européana : View item at Universidad Complutense de Madrid. Google, Internet Archive.
  • 10 Juillet 1785 Demandes d'indemnités
    Du rapport n° XI.
    XI
    Demandes d'indemnités.
    10 Juillet 1785.
    Le sieur de Boullongne, ancien Trésorier-général de l'extraordinaire des Guerres.
    Il sollicite, depuis quinze ans, le remplacement d'une somme de 218,000 liv. qu'il a perdue sur une négociation de 20 millions de Rescriptions que le Gouvernement l'a forcé de prendre, en 1769, pour son service.
    Les sieurs de Sainte-James, de Vezelay, Trésoriers-généraux, l'un des Colonies et l'autre de l'Artillerie, qui s'étoient trouvés dans le même cas, mais pour des sommes bien plus considérables, ont été indemnisés, dans le temps, de leura pertes, par les Ministres de leurs Départemens respectifs.
    La réclamation du sieur de Boullongne, bien examinée ne paroît pas moins susceptible d'être accueillie que celle de ces Trésoriers, et on pourroit lui rembourser en contrats à 4 pour cent, les 218,000 1. qui en font l'objet ; mais comme il seroit forcé de les fondre pour acquitter 140,000 l. de ses billets qui sont au Trésor royal, et qu'ils ne lui produiroient, au cours de la place, qu'à-peu-près cette somme :
    Le Contrôleur-général des Finances à l'Lonneur de proposer à Votre Majesté d'approuver que les billets lui soient rendus en paiement de l'objet total de sa réclamation.
    De la main du Roi : B0N. (France, Assemblée nationale constituante (1789-1791), Comité des pensions.- Rapports du Comité des Pensions à l'Assemblée Nationale, Partie 1, Imprimerie Nationale, 1790. Google, p. 139.)
  • Il (Le comte d'Argenson, 1696-1764: Ministre de Louis XV) fait toutefois particulièrement confiance aux deux plus importants, les trésoriers généraux de l'extraordinaire, Thomas de Pange86 et Boullongne.; Google, p. 286.
  • Laborde portait à la famille Boullongne un intérêt particulier. Google
  • Mercure de France, Volume 1 Google
  • Théophraste Renaudot.- Gazette de France, Volume 1 Google, p. 230
    Boulogne. Boullongne. Bologne. Année 1635. Raphaël de Boulogne, évêque de Digne, est député pour la province d'Ambon à l'assemblée générale du clergé à Paris. ( 11 Juin Ext.)
1673. L'abbéde Bologne, docteur de Sor* bonne & archidiacre de l'église de Langres, prononce l'oraison funèbre du comte de Soissons à Langres. ( 11 Atút ).
1683. Et celle de la Reine dans l'église da séminaire de Langres. ( ij Seft.)
1733. Louis de Boullongne , chevalier de l'ordre de Saint Michel, premier peintre du Roi, de l'académie des inscriptions & belles lettres, & directeur de celle de peinture & de sculpture, meurt à Paris le 11 Novembre, dans la quatre-vingtieme année de son âge. (tSNov.)
1744. Le sieur de Boullongne, intendant des ordres du Roi & premier commis des finances, est nommé intendant des finances. (30 Mai ).
1745. Le sieur de Boullongne , conseiller au parlement, présente au Roi le scrutin áe l'élection des nouveaux échevins de Paris. ( 31 Aeút. )
1753. Leurs Majestés & la Famille Royale signent le 19 Avril le contrat de mariage de Jean-Nicolas de Boullongne, maître des Re quêtes , intendant des finances , en survivance de Jean de Boullongne, son pere , avec demoiselle Louise-Julie Feydeau de Brou, fille de Paul-Esprit Feydeau de Brou , con* seiller d'état ordinaire & au conseil Royal des finances, ainsi qu'au conseil Royal de commerce. (31 Mars. 5 Mai).
Le sieur Boullongne est un des maîtres dei requêtes nommés par les lettres-patentes du Roi, du 18 septembre, pour former par commission avec plusieurs conseillers d'état une chambre des vacations & la chambres: établie par lettres-patentes du Roi, datées du 11 Novembre. ( 19 sept. 17 Nov. )
1757. Le sieur de Boullongne est nommé contrôleur général des finances. Le sieur de Boullongne , son fils , est fait intendant des finances à la place de son pere dont il avoit la survivance. ( 3 sept. )
1758. Le sieur de Boullongne , contrôlenr général des finances , obtient l'agrément du Roi pour la charge de trésorier de l'ordte a Saint Esprit dont le marquis de Paulmy est titulaire. (13 Seft. )
Il prête ferment le 13 Septembre pour cette charge. ( 7 Ott. )
1759. Il se démet de la place de contrôleur général des finances. ( 10 Mars).
1761. LesieurdeBoulongne, trésorrergénéral de l'extraordinaire des guerres , donne fa soumission pour la construction d'un vaisa seau de quatre-vingt canons que le Roi a sommé le citoyen. ( Gazette du 11 Détembre ).
Année 1761. Le Roi accorde au sieur de Boullongne , maître des requêtes , la place de président du grand conseil. ( 10 Sept. )
1763. Charlotte Catherine de Beauíort, épouse de Jean de Boullongne, ancien contrôleur général des finances , meurt au château de la Chapelle-Godefroy en Champagne le 5 Juin , âgée de soixante-trois ans. ( 13 Juin ).
1764. Leurs Majestés & la Famille Royale signent le 5 Juin le contrat de mariage du sieur de Boulogne , maître des requêtes, & de demoiselle JLanglois , fille du sieur Langlois , intendant des finances. ( 8 Juin).
1765. Le sieur de Boullongne > intendant des finances, est présenté au Roi en qualité de conseiller d'état de semestre. (18 Janv. )]80

Informations complémentaires[modifier]

'On prétend que c'étoit M Hamelin, Commis de M. de Boullogne, ayant le détail du Trésor Royal, qui vous instruisoit, vous, Banquier Necker, des différens effets qui devoient gagner par les opérations du Ministere. Google, p. 26.
Enfin M. de Boullogne, Contrôleur-Général & successeur de M. de Moras, a écrit au Comte de Lally le 6 Février 1758, qu'il s'en rapportoit à ses lumières & à son expérience pour toutes les opérations de guerre qu'il alloit entreprendre, Google, p. 3
(123)
(2) Perette-Catherine de Ravenel, sœur de la marquise de Sinety, avait épousé messire Guillaume-Pierre Tavernier de Boullogne, chevalier, commandeur-trésorier de l'ordre de Saint-Louis, et en avait eu Catherine-Jeanne Tavernier de Boullogne, mariée au vicomte Mathieu - Paul-Louis de Montmorency-Laval, et mère de MathieuJean-Félicité , vicomte puis duc de Montmorency-Laval. Le marquis de Sinety se trouve aussi allié à la maison de L'Hôpital, par la famille de Boullogne , déjà apparentée à celle de Ravenel avant le mariage de Perette-Catherine de Ravenel avec M. de Boullogne, Google, p. 19.
M. de Boullogne par MM. de Fourqueux et de Trudaine. Elle peut avoir été recommandée a monsieur le contrôleur-général par M. le prince de Condé, Oeuvres completes de Voltaire v. 13, Google, p. 586.
Je me borne à demander qu'on ne nous demande rien d'ici à six mois. Monsieur le contrôleur-général peut bien aisément engager M. de Boullogne à ne nous point poursuivre. Ce petit délai obtenu nous ferait peut-être éviter notre ruine… Voltaire, Oeuvres complètes de Voltaire, V. 72, Correspondance, Google, p. 461
Mr Boullogne, intendant des ordres du roi, a une salle peinte dans ce goût qui satisfait infiniment par la gaieté des sujets et la légèreté des ornements (Il s'agit d'un cabinet d'angle de l’hôtel Peyenc de Moras, place Vendôme par le contrôleur général Boullongne, fils du peintre, et qui l’occupa jusqu'en 1750. Google p.88.

Jean de Bologne, Etienne de Bologne, Louis de Bologne, Nicolas de Bologne : famille d'écclésiastiques. Louis de Bologne, peintre

Bibliographie Bologne, Boulogne, Boullongne[modifier]

Marquise de Langey[modifier]

  • Marquise de Langey (alors Mlle de Fleury). Mercure de France, Google, p. 206 : Le 25 (mars 1747) Henri de Cordouan Comte de Langey, ancien Lieutenant des Gardes du Corps du Roi & Chevalier de l'Ordre Militaire de S. Louis, mourut à Paris âgé de 80 ans, fans enfants; il avoit pour frère aîné Philippe de Cordouan , Marquis de Langey, qui de fon Mariage avec D.Hardouine Françoife de Broffint de Meré avoit eu N… de Cordouan, Marquis de Langey fils unique, Capitaine de Grenadiers dans le Regiment des Gardes Françoifes & Brigadier des Armées du Roi, tué au combat d'Ettingen le 17 Juin 1743, fans avoir été marié, '& pour sœur D. Anne - Henriette de Cordouan, mariée le 14 Mai 1703, avec Charles Houel, Marquis d'Houelbourg à la Guadeloupe en Amérique, Maréchal des Camps & Armées du Roi & Gouverneur de l'Ifle de Rhé , mort le 29 Janvier 1736, & elle mourut le 20 Décembre 1719. Ils étoient tous trois enfans de René de Cordouan, Marquis de Langey, Seigneur de la Rochebernard, Colonel d'un Régiment de Cavalerie-étrangère, & de Dame de Montout de Benece, sœur de M. leMaréchal Duc de Navailles. Le nom de Cordouan eft marqué entre les Nobles de la Province du Mayne, par fon ancienneté, par fes alliances & par fes fervices militaires, & fes Armes font d'or à une Croix engrélée de fable & cantonnée de quatre Lyons de gueules, lampaflés & armés de fable. Voir Pierre Bardin, Joseph de Saint George.
  • "Le fameux chevalier de La Morlière, l'acolyte du chevalier d'Arc et du fier-à-bras

Saint-Georges, avait fait trois retraites à Saint-Lazare avant son entrée dans le monde." in Louis Lurine.- Les prisons de Paris : histoire, types, moeurs, mystères (FRBNF a774_lLJWosC&pg)

  • Le chevalier d’Arc, digne pendant du chevalier de la Morlière, était, aux dernières périodes de sa carrière, très jaloux d’un autre aventurier qui faisait du bruit,’ le chevalier de Saint-Georges, mulâtre balafré, et pourtant dont certaines femmes raifolèrent avant la révolution de 1789. in Jacques Peuchet,Étienne Léon Lamothe-Langon (baron de).- Mémoires tirés des archives de la police de Paris, pour servir à l'histoire.
Maurice de Saxe
Charlotte-Jeanne Béraud de la Haye de Riou, Marquise de Montesson peinte par Mme Lebrun
  • Charlotte Jeanne Béraud de la Haye, Marquise de Montesson, fille de Louis Béraud de La Haye de Riou, et de Marie-Josèphe Minard, Née le 5 octobre 1738 ; Mariée, en premières noces, à Jean-Baptiste, Marquis de Montesson; et, en secondes noces, mais secrètement, le 23 avril 1773, à Louis Philippe, Duc d'Orléans ; Morte le 5 février 1806. Peint d'après un portrait de Mme Lebrun qui est au PalaisRoyal. Google, p. 224
    Mme de Montesson avait nom Mlle Béraud de La Haye ; elle était fille d’un capitaine négrier de Saint-Malo, lequel capitaine faisait la traite pour le compte de M. de Chateaubriand. Voir ses œuvres sur Bnf ; (FRBNF 309707260) ; Google, p.101 et la liste dans sa nécrologie Google, p. 300.
  • (enterrement) De Dlle. Louile-Agathe de la Haye, fille mineure, rue S, Denis in Journal de Paris, Jeudi 15 Avril 1779, Google. Voir Théophraste Renaudot.- Gazette de France, Volume 2, p. 288, Google sur cette famille.
  • Dumouriez, Saint-George Collin Dumas Miaczinsky : Google, p. 184 ; Google, p. 56.
  • Gérard van Spaendonck
  • Jean-François de Laborde officia principalement comme fermier général de 1740 à 1758. Son procès, en 1768, avec Claustre, précepteur de ses enfants, voir Voltaire, Google, p. 281. Jean-Benjamin de Laborde, ou, Le bonheur d'être fermier-général, Google.

De la cour du Duc d'Orléans[modifier]

  • Etienne de SILHOUETTE, chancelier du duc d'Orléans, contrôleur général des finances
  • MM. de Limon, Contrôleur-Général des Finances de Mgr le Duc d'Orléans

Lexique[modifier]

  • Américain : [Personne qui habite l'Amérique (1797), les États-Unis (1908), qui y est née ou en est originaire,
  • Amérique : Denis Diderot, Jean Le Rond d' Alembert.- Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, Volume 2, 1777. Google.
  • Créole : Créole, f. m. et f. Nom qu'on donne à un Européen d'origine qui est né en Amérique (1793). Un créole , une créole. Google.
    Calinda : s. f. Danse des nègres créoles (1836) en Amérique, dans laquelle les danseurs et les danseuses sont rangés sur deux lignes en face les uns des autres; ils avancent et reculent en cadence sans s'élever de terre, en faisant des contorsions de corps fort singulières, et des gestes lascifs, au son d'une espèce de guitare et de quelques tamhourssans timbre, que des nègres frappent du plat de la main.
  • Etrangeté : L'inquiétante étrangeté, La lente découverte de l'étrangeté, La production de l'étrangeté dans les littératures postcoloniales. Le merveilleux constitue le discours d'accueil privilégié de l'étrangeté au xviiie siècle, par ses contenus comme par ses modalités de réception. Or, le genre qui s'empare du merveilleux à la fin du xviie siècle, le conte de fées, semble comme… Google. Les Fantasmes, L'érotisme et la Sexualité: L'étonnante étrangeté … L'appréhension d'un ethos de l'étranger servirait de concept opératoire pour exprimer l' étrangeté, propre à la condition humaine…
  • heiduque
  • Moncade : Noël, dit Bonaventure d'Argonne (1640-1704) .- L'Éducation, maximes et réflexions de Monsieur de Moncade, avec un discours du sel dans les ouvrages d'esprit, (FRBNF 300264935).
  • Sapajou : Genre de singes platyrhiniens de l'Amérique centrale et du sud
  • Soupeur : s. m. celui dont le principal repas est le souper, Google.
  • Turcaret : Personnage qui donne son nom à la pièce de théâtre Turcaret (ou le Financier) de Alain-René Lesage, 1709. Voir 1 & 2.

Lieux[modifier]

  • Le château de Sainte-Assise a été vendu à Madame de Montesson par Jean-Baptiste-François de Montullé, conseiller d'État, conseiller au parlement de Paris & Secrétaire des Commandemens de la Reine.
    RÈGLEMENT rendu au Bailliage de Melun, fur les Droits des Certificateurs des Criées.
    Du Lundi ty Novembre 1766.
    A TOUS ceux qui ces présentes Lettres verront; JEAN-BAPTISTE-FRANÇOIS DE MONTULLÉ , Chevalier, Baron de Saint Port , &c. Grand-Bailli d'Épée ès Bailliage de Melun fie Moret: Salut, (Coutume du bailliage de Melun: anciens ressorts & enclaves d'icelui, Google, p. 413.). Un braconnier,

surpris en flagrant délit sur les terres de M. de Montullé, blessa grièvement le garde-chasse de Sainte-Assise.