Les Poèmes d’Edgar Poe

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Traduction par Stéphane Mallarmé .
Léon Vanier, libraire-éditeur (p. -np-).
◄  À Zante
Poe - Les Poèmes d’Edgar Poe, trad. Mallarmé, 1889.djvu


LES

POÈMES D’EDGAR POE

TRADUCTION EN PROSE
DE
STÉPHANE MALLARMÉ


AVEC PORTRAIT
Et illustration par ÉDOUART MANET



PARIS
LÉON VANIER, LIBRAIRE-ÉDITEUR
19, QUAI SAINT-MICHEL, 19

1889

À LA MÉMOIRE DE BAUDELAIRE
Que la Mort seule empêcha d’achever, en traduisant l’ensemble de ces poèmes, le monument magnifique et fraternel dédié par son génie à EDGAR POE.
Poe - Les Poèmes d’Edgar Poe, trad. Mallarmé, 1889.djvu

LE TOMBEAU D’EDGAR POE

Tel qu’en Lui-même enfin l’éternité le change,
Le Poète suscite avec un glaive nu
Son siècle épouvanté de n’avoir pas connu
Que la Mort triomphait dans cette voix étrange !

Eux, comme un vil sursaut d’hydre oyant jadis l’ange
Donner un sens plus pur aux mots de la tribu,
Proclamèrent très haut le sortilège bu
Dans le flot sans honneur de quelque noir mélange.


Du sol et de la nue hostiles ô grief !
Si notre idée avec ne sculpte un bas-relief
Dont la tombe de Poe éblouissante s’orne,

Calme bloc ici-bas chu d’un désastre obscur,
Que ce granit du moins montre à jamais sa borne
Aux noirs vols du Blasphême épars dans le futur.

POÈMES

TABLE DES POÈMES

Pages

ROMANCES ET VERS D’ALBUM

Pages

[Scolies 125]