Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/149

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
ADV.

ADVEILLER. v. n. Vieux mot, qui veut dire, être dolent. Dolere, mœrere.

ADUÉÏTAM. s. m. indéclinable. Terme de Relation. Nom d’une secte philosophique des Indiens. Adueitamus, secta Indorum philosophica. Il y a plusieurs sectes parmi les Indiens au sujet du monde, de la Religion & de la Morale. Les trois dominantes sont exprimées par les noms Duéitam, Aduéitam, & Aduéita vichista duéitam. 1°. Aduéitam est le système de ceux qui tiennent qu’il n’y a qu’un Etre qui existe ; c’est Dieu ; que ce monde est phantastique. 2°. Duéitam est le système de ceux qui distinguent Dieu du monde, & admettent l’existence réelle de l’un & de l’autre, comme deux Etres distincts. Une des paroles de leur Profession de foi, est : Tuam Karta Dassoham, en parlant à Dieu : Vous êtes le Seigneur, & je ne suis que l’esclave. Ils ne suivent pas dans la pratique ce principe, & ne sont pas moins idolatres que les premiers. 3°. Aduéita vichista duéitam est le système de ceux qui voulant tenir un milieu, mettent entre le monde & Dieu une unité mêlée de multiplicité, qui est le sens littéral de ces termes, Aduéita vichista duéitam. Le premier système est celui des Vedantam, une de leurs sectes, & des Brames, appelés Smatouloa. Le second est celui des Brames, appelés Tatvadouloa, qui suivent la secte de Madoa leur maître, dont ils ont retenu le nom de Madoulouvou. La troisième est la secte des Brames Vichaouvistes. Ces trois sectes s’appuyant principalement sur les traités de Védam, qui est le Livre sacré des Indiens, peuvent être regardées comme la Théologie des Brames. P. Calmet, Miss. Jésuite.

ADUÉÏTÄ VICHISTA DUÉÏTAM. Voyez dans l’article Aduéïtam.

ADVENANT. Voyez Avenant.

ADVENEMENT. Voyez Avénement.

ADVENIR. v. n. Voyez Avenir.

ADVENT. Voyez Avent.

☞ ADVENTICE, ou ADVENTIF, IVE. adj. Adventitius. Se dit de ce qui arrive à quelqu’un ou à quelque chose du dehors. Matière adventice, est celle qui n’appartient pas proprement à un corps, mais qui y est jointe fortuitement.

☞ En jurisprudence, adventice ou adventif, se dit des biens qui arrivent à quelqu’un, soit comme un présent de la fortune, soit par succession collatérale, soit par la libéralité d’un étranger. Bona adventitia. Ce mot est opposé à profectitia, qui signifioit les biens qui proviennent du pere directement. Ce mari a été condamné à restituer aux héritiers de sa femme, non-seulement ses deniers dotaux ; mais aussi ses biens adventifs, qui lui étoient échus par succession collatérale. ☞ Dans la Coutume d’Auvergne, par biens adventices, on entend généralement tous les biens qui échoient à une femme après ses fiançailles. Ces biens sont ainsi appelés, parce qu’ils n’augmentent point la dot, & que la femme en peut disposer à sa volonté, au profit de qui bon lui semble (à l’exception de son mari) sans avoir besoin de son autorisation.

ADVENTURE. Voyez Aventure.

ADVENTURER. Voyez Aventurer.

ADVENTUREUX. Vovez Aventureux.

ADVENTURIER. Voyez Aventurier.

ADVENTURINE. Voyez Aventurine.

ADVENU. Voyez Avenu.

ADVENUE, Voyez Avenue.

ADVERBE. s. m. Terme de Grammaire. Adverbium. Partie indéclinable de l’oraison qui se joint avec les verbes & avec les adjectifs, pour exprimer les manières ou les circonstances. Ce nom vient de la préposition latine ad, & du nom verbum, verbe, & signifie une diction qui se joint au verbe ; parce qu’il modifie plus fréquemment cette partie d’oraison. ☞ Ce qui n’empêche pas qu’il n’y ait des adverbes qui se rapportent aussi aux noms adjectifs, aux participes, & à des noms qualificatifs. Il agit constamment ; il est vivement poursuivi ; il est fort malade ; il est puissamment riche ; souverainement maître ; véritablement Roi, plus Mars que le Mars de la Thrace. Malh. Un adverbe se joint même quelquefois à un autre adverbe pour en modifier le sens ; pour marquer les degrés de signification & de comparaison. Très-courageusement, fort dévotement, bien malheureusement. De-là vient que quelques Grammairiens aiment mieux les appeler modificatifs, & les renfermer sous ce nom avec quelques autres parties d’oraison, comme la préposition, la conjonction. ☞ Dans l’ordre des mots qui entrent dans le discours, il semble que l’adverbe seroit bien placé après la préposition, parce qu’on peut dire que ce qui distingue tout l’adverbe des autres parties d’oraison, c’est qu’il vaut autant qu’une préposition & un nom. C’est un mot qui abrège. Par exemple, sagement vaut autant qu’avec sagesse.

Ainsi tout mot qui peut être rendu par une préposition & un nom, est un adverbe : par conséquent ce mot y, quand on dit, il y est, ce mot, dis-je, est un adverbe qui vient du mot latin ibi ; car il y est, est comme si l’on disoit, il est dans ce lieu là, dans la maison, dans la chambre, &c. Les adverbes augmentent ou diminuent la force des mots avec lesquels ils sont joints. Notez qu’il ne faut pas placer l’adverbe trop loin de son verbe ; & quand c’est à un nom ou à un autre adverbe qu’il se joint, il ne faut jamais l’en séparer, ni rien mettre entre deux. Il y a des adverbes de quantité, c’est-a-dire, qui marquent la quantité, comme peu, beaucoup ; des adverbes de lieu, comme près, loin ; des adverbes de temps, comme demain, hier, toujours, jamais ; des adverbes de situation, comme en haut, en bas, devant, derrière ; des adverbes de qualité, & le plus grand nombre est de ceux-ci : ils sont ordinairement formés de l’adjectif, qui signifie la qualité, ou la manière, comme écrire poliment, parler agréablement, combattre vaillamment ; des adverbes d’affirmation & de dénégation, oui, non, certainement, nullement ; des adverbes de doute, peut-être. On disoit, il y a quelque temps, possible en ce sens ; par exemple, il sera possible guéri dans quatre jours : cette manière de parler n’est plus en usage ; des adverbes de répétition, qui marquent que la chose se réitère, se fait plus d’une fois, encore ; des adverbes de choix & de comparaison, sur-tout, principalement, plus, moins, plutôt ; des adverbes de similitude, comme, ainsi, de même.

ADVERBIAL, ALE. adj. qui tient de l’adverbe. Adverbialis. Il se dit de deux ou plusieurs mots joints ensemble, qui ont la force d’un adverbe, comme à tâtons, au pis aller, coup sur coup, de temps en temps, sont des phrases adverbiales, des façons de parler, des locutions adverbiales.

ADVERBIALEMENT. adv. d’une manière adverbiale. Adverbialiter. Ce mot se prend adverbialement en telles ou telles phrases.

ADVERBIALITÉ. s. f. Terme de Grammaire. Qualité d’un mot qui est adverbe ou regardé comme adverbe. L’adverbialité d’un mot le rend indéclinable. M. de Vaugelas, dans sa remarque, prendre à témoin, s’est servi de ce mot avec un correctif ; mais depuis, ce terme s’est introduit par l’analogie de plusieurs autres semblables, dont on se sert sans scrupule.

ADVERSAIRE. s. m. Qui est d’un parti opposé, ou d’un sentiment contraire. Adversarius. David avoit à combattre un redoutable adversaire : c’étoit Goliath. Cardan avoit un puissant adversaire qui écrivoit contre lui : c’étoit Scaliger en ses Exercitations. Ne poussez point un adversaire à bout. Il faut prendre conseil sur le champ, & se résoudre sur la mine & sur la contenance de son adversaire. Balz.

ADVERSATIF, IVE. adj. Terme de Grammaire, se dit d’une particule ou conjonction, qui marque quelque différence, ou quelqu’opposition entre ce qui la suit, & ce qui la précède. Adversus. Mais est une particule adversative. Je voulois partir ; mais le mauvais temps m’en a empêché. Ou est une conjonction adversative : c’est lui ou vous. Oui, ou non.

ADVERSE. adj. Terme de Palais. Contraire, opposé, Adversus. C’est la personne contre laquelle on plaide. Il y a des Praticiens qui écrivent & qui prononcent aver-