Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 14.djvu/217

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui signifie les arranger dans une cuve, où on les laisse tremper dans de l’eau d’alun pour leur faire prendre nourriture.

Retraite, (Chasse.) on dit sonner la retraite pour faire retirer les chiens.

RETRAITER, v. act. (Gramm.) traiter de-rechef. Voyez l’article Traiter.

RETRANCHEMENT, s. m. (Gramm.) c’est la diminution d’un tout par la séparation de quelqu’une de ses parties : en ce sens il est synonyme à soustraction & diminution.

En retranchant toujours peu-à-peu quelque chose sur la nourriture, on peut parvenir à supporter une abstinence très-rigoureuse. Voyez Abstinence, Jeune, Aliment, &c.

La réformation du calendrier qui s’est faite en 1582. a consisté dans le retranchement de dix jours qu’on avoit compté de trop jusqu’alors. Voyez Calendrier.

La frugalité tant vantée des anciens Romains, dit M. de Saint-Evremont, étoit moins un retranchement & une abstinence volontaire des choses superflues, qu’un usage grossier de ce qu’ils avoient.

Retranchement, (Gramm. françoise.) Il y a des retranchemens vicieux, & des retranchemens élégans. La matiere qu’on traite demande quelquefois un style vif & concis ; mais il ne faut pas pour cela supprimer ce qui est absolument nécessaire. Exemple : ce desir ardent avec le quel les hommes cherchent un objet qu’ils puissent aimer & en être aimé, vient de la corruption du cœur ; il falloit dire qu’ils puissent aimer, & dont ils puissent être aimés. Je ne puis assurer quand je partirai d’ici, si dans un mois, dans deux, ou dans trois ; il falloit dire, si ce sera dans un mois, &c.

Mais s’il y a des retranchemens vicieux, il y en a d’autres qui sont fort élégans, & qui contribuent beaucoup à la force & à la beauté du discours. En voici quelques exemples : Citoyens, étrangers, ennemis, peuples, rois, empereurs, le plaignent & le reverent ; cet endroit deviendroit foible si l’on disoit, les citoyens, les étrangers, les ennemis, les peuples, les rois, les empereurs le plaignent & le réverent. Voici un exemple du discours de Racine à sa réception à l’académie françoise. « Vous savez, Messieurs, en quel état se trouvoit la scene françoise lorsque M. Corneille commença à travailler ; quel désordre, quelle irrégularité ! nul goût, nulle connoissance des véritables beautés du théâtre ; les auteurs aussi ignorans que les spectateurs : la plûpart des sujets extravagans, & dénués de vraissemblance : point de mœurs, point de caractere : la diction encore plus vicieuse que l’action ; en un mot toutes les regles de l’art, celles de l’honnêteté & de la bienséance par-tout violées ». L’auteur a retranché de cette période plusieurs mots qu’un autre auteur moins éloquent n’auroit pas manqué d’y mettre. « Sa latinité, dit M. de Saint-Evremont en parlant de Séneque, n’a rien de celle du tems d’Auguste, rien de facile, rien de naturel ; toutes pointes, toutes imaginations qui sentent plus la chaleur d’Afrique ou d’Espagne, que la lumiere de Grece ou d’Italie ». Ce seroit gâter cet exemple que de dire, n’a rien de facile, n’a rien de naturel ; ce ne sont que des pointes, ce ne sont que des imaginations, &c.

Il est souvent à-propos de retrancher les & ; en voici un exemple de Marascon, dans son oraison funebre de M. de Turenne. « Comme on voit la foudre conçue presque en un moment dans le sein de la nue, briller, éclater, frapper, abattre ; ces premiers feux d’une ardeur militaire sont à peine allumés dans le cœur du roi, qu’ils brillent, éclatent, frappent par-tout ». Lorsque le sujet qu’on traite demande du feu & du mouvement, les périodes cou-


pées ont bonne grace, & il est élégant de retrancher, des mots & des liaisons inutiles, pour donner de la force & du brillant au discours. (D. J.)

Retranchement, en terme de Guerre, est un obstacle qu’on oppose à l’ennemi, pour lui disputer plus aisément & plus avantageusement le terrein qu’on veut défendre. Il y a des retranchemens de plusieurs especes ; les plus ordinaires ne consistent que dans un fossé dont la terre étant jettée du côté des troupes qu’on veut couvrir, leur sert de parapet. On en fait aussi avec des arbres abattus & jettés confusément les uns sur les autres. Voyez Abattis. On donne aussi le nom de retranchement aux coupures qu’on fait dans les dehors de la fortification, & dans les bastions, pour les défendre pié à-pié. Ces sortes de retranchemens sont composés d’un petit rempart & d’un parapet ; ils forment le plus souvent un angle rentrant, pour en défendre l’approche plus avantageusement : on les fait de sacs à terre, de gabions, fascines, &c. On donne encore quelquefois le nom de retranchement aux lignes de circonvallation. Voyez Circonvallation. (Q)

Retranchement, (Marine.) c’est, outre les chambres ordinaires, une espece de chambre prise sur un emplacement du vaisseau.

Retranchement de l’édit des secondes noces, (Jurispr.) est la réduction que l’on fait ad legitimum modum, des avantages faits par une personne remariée à son second conjoint, lorsque ces avantages excedent ce que la loi lui permettoit de donner. On les réduit à la part de l’enfant le moins prenant, & l’excédent que l’on en retranche est ce que l’on appelle le retranchement de l’édit.

Dans les pays de droit écrit, ce retranchement appartient aux seuls enfans du premier lit, nov. 22, ch. xxvij.

Dans les pays de coutume, il se partage également entre les enfans du premier & du second lit. Voyez Lebrun, Ricard. Voyez aussi les mots Edits de secondes noces, Part d’enfant, Secondes noces. (A)

Retranchement, (Architecture.) partie d’une grande piece qu’on a retranchée pour la proportionner, ou pour quelque commodité.

On appelle encore retranchement ce qu’on ôte des rues & voies publiques, pour les rendre plus praticables & d’alignement, comme des avances, des saillies, &c. Daviler. (D. J.)

RETRANCHER, v. act. (Gramm.) diminuer, ôter. Il faut retrancher aux arbres leurs branches superflues ; on a retranché les gages ; il a retranché de son train ; retranchez le vin & les femmes à cet homme, & il se portera bien. De toute la société qu’il avoit, il s’est retranché à deux ou trois amis. Toutes les religions ont droit de retrancher de leur communion ceux qui ne pensent pas orthodoxement, & qui ont de mauvaises mœurs ; mais les excommuniés n’en sont pas de moins bons citoyens, auxquels le souverain doit toute sa protection. On dit une armée bien retranchée. Voyez Retranchement, Art milit.

Retrancher, (Jardinage.) est ôter aux arbres les branches inutiles, soit en les taillant, en les élaguant, soit en arrondissant leurs têtes.

C’est encore ôter une partie des racines en l’habillant pour le planter. On retranche des yeux à une branche à fruit trop longue.

RETRAYANT, participe, (Jurispr.) est celui qui exerce quelque retrait pour revendiquer un bien auquel il a droit par cette voie. Voyez Retrait. (A)

RETRÉCIR, v. act. (Gramm.) c’est rendre plus étroit. Voyez l’article Etroit. On retrécit un habit, une chemise, un bas ; on retrécit la riviere par des quais, par des digues, &c.

RETRÉCISSEMENT des gabarits, (Marine.) ce sont des endroits où les alonges qui sont dans les