Page:Lazare - Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que. — Une décision ministérielle du 9 germinal an XIII, signée Champagny, a maintenu la largeur prescrite par les lettres-patentes. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).

Laurent-Jean Babille, écuyer, avocat au parlement, fut échevin de la ville de Paris, en 1762 et 1763, sous la prévôté de Camus de Pontcarré, seigneur de Viarme (voyez Blé, halle au).


Babylone (rue de).

Commence à la rue du Bac, nos 120 et 122 ; finit au boulevart des Invalides. Le dernier impair est 43 ; le dernier pair, 38. Sa longueur est de 636 m. — 10e arrondissement, quartier Saint-Thomas-d’Aquin.

Elle s’appela d’abord rue de la Fresnaie, ensuite petite rue de Grenelle ou de la Maladrerie jusqu’en 1669. — En 1673, on la trouve pour la première fois indiquée sous le nom de rue de Babylone. Elle doit cette dernière dénomination à Bernard de Sainte-Thérèse, évêque de Babylone, qui possédait plusieurs maisons et jardins sur l’emplacement desquels fut construit le séminaire des Missions-Étrangères. En 1765, elle n’était encore bordée de constructions que dans la partie comprise entre la rue du Bac et celle des Brodeurs. Des lettres-patentes, à la date du 7 novembre 1778, portent : — « Art. 2. La rue de Babylone sera, quand il y aura lieu, mise en ligne droite sur 30 pieds de largeur jusqu’au rempart, en formant sur le terrain acquis par M. le comte de Provence (depuis Louis XVIII) les retranchements nécessaires. » — Une décision ministérielle du 3 pluviôse an IX, signée Chaptal, a fixé la largeur de cette voie publique à 10 m. Les propriétés ci-après ne sont pas soumises à retranchement : 9, partie de celle no 11, 21, 23, 25, 27, 29, 35 ; 2, 16, 18, 20, 22, 32, partie du no 36, 38. Celles nos 17, 19 et 4 ne devront éprouver qu’un faible redressement. — Égout depuis la rue Monsieur jusqu’au boulevart. — Conduite d’eau entre la rue Vanneau et le boulevart. — Éclairage au gaz (compe Française).


Bac (petite rue du).

Commence à la rue de Sèvres, nos 47 et 49 ; finit à la rue du Cherche-Midi, nos 48 et 50. Le dernier impair est 17 ; le dernier pair, 28. Sa longueur est de 144 m. — 10e arrondissement, quartier Saint-Thomas-d’Aquin.

On a commencé à bâtir dans cette rue au milieu du XVIIe siècle. Peu de temps après, on la nomma petite rue du Barc et du Petit-Bac. — Sauval dit « Quelque nouvelle que soit la petite rue du Bac, elle a changé de nom et s’appelle la rue du Baril-Neuf. » — Sa dénomination lui vient de la rue du Bac, dont elle fait presque la continuation. — Une décision ministérielle du 23 frimaire an IX ; signée Chaptal, a maintenu cette voie publique dans sa largeur actuelle, qui est de 8 m. 9 déc. — Éclairage au gaz (compe Française).


Bac (rue du).

Commence aux quais de Voltaire, no 27, et d’Orsay, no 1 ; finit à la rue de Sèvres, nos 34 et 36. Le dernier impair est 133 ; le dernier pair, 140. Sa longueur est de 1 150 m. — 10e arrondissement, les impairs, de 1 à 61, et les pairs, de 2 à 78, sont du quartier du Faubourg-Saint-Germain ; le surplus est du quartier Saint-Thomas-d’Aquin.

Son nom lui vient d’un bac qui fut établi, en 1550, en face de cette rue. — Une décision ministérielle en date du 2 thermidor an V, signée Benezech, avait fixé sa moindre largeur à 10 m. Cette largeur a été portée à 13 m., en vertu d’une ordonnance royale du 17 juin 1829.

Voici la situation des propriétés riveraines sous le rapport des alignements arrêtés : De 1 à 11, retranchement 2 m. 80 c. ; 11 bis et 13 ; retranchement 2 m. 30 c. à 2 m. 90 c. ; de 15 à 21, retranchement 1 m. 70 c. à 2 m. 20 c. ; no 23, retranchement de 2 m. à 2 m. 50 c. ; de 25 à 35, retranchement 2 m. 75 c. à 3 m. 40 c. ; 37, retranchement 3 m. 60 c. ; de 39 à 61, retranchement 3 m. 80 c. à 4 m. 20 c. ; 63, retranchement 3 m. 50 c. ; 65, retranchement 2 m, 30 c. ; 67, 67 bis, 69, 71, 71 bis, 73 et 75, alignées ; 75 bis, retranchement 0 m. 70 c., réduits ; 77, alignée ; 79, retranchement 2 m. ; 81 et 83, pas de retranchement ; de 85 à 101, retranchement 3 m. ; 20 c. à 3 m. 80 c. ; 103, retranchement 2 m. 70 c. ; 105, retranchement 4 m. 10 c. ; 107, 109, 111, 113, 115, 117 et 119, alignées de 121 à la fin ; retranchement 3 m. 50 c. à 4 m. ; 2, redressement ; 4 et 6, retranchement réduit 40 c. ; de 8 à 18, retranchement de 55 c. à 82 c. ; 20, alignés ; de 22 à 28, retranchement 1 m. à 1 m. 60 c. ; 30, alignée ; 32 et 34, retranchement 1 m. à 1 m. 50 c. ; 36, 36 bis et 38, alignées ; de 38 bis à 50, retranchement 30 c. à 65 c. ; 52, 54 et 56, retranchement qui n’excède pas 25 c. ; de 58 à 80, alignées ; 82, retranchement 2 m. 70 c. ; 84 et 84 bis, alignées ; 86, retranchement 3 m. ; 88, alignée ; 90, 92, 94, retranchement 1 m. 40 c. à 2 m. 30 c. ; 96, retranchement 1 m. ; de 98 à 104, alignées ; 106, retranchement 40 c : ; 110 et 112, alignées ; 114, 116 et 118, retranchement qui n’excède pas 30 c. ; 120, alignée ; 122 et 124, redressement qui n’excède pas 11 c. ; 126, alignée ; 128, 130 et 132, retranchement réduit 30 c. ; de 134 à la fin, retranchement 40 c. à 70 c. — Égout entre la rue de Lille et celle de Sèvres. — Conduite d’eau dans toute l’étendue. — Éclairage au gaz (compe Française).

Au no 75 se trouvait le monastère royal de l’Immaculée-Conception. — En vertu des lettres-patentes du roi, données à Versailles au mois de mai 1626, ces religieuses s’établirent à Paris vers 1637. Leur maison fut déclarée de fondation royale, en 1664. La construction de leur église date de 1693. Supprimé en 1790, ce couvent devint propriété nationale, et fut vendu les 21 pluviôse, 25 germinal an VI, et 23 nivôse an VIII. — Les maisons nos 67, 69, 71, 73, 75 et 77 sur la rue