Page:Montesquieu - Esprit des Lois - Tome 2.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


  • CHAP. X. Continuation du même sujet, 110
  • CHAP. XI. Du changement de religion, 111
  • CHAP. XII. Des loix pénales, 112
  • CHAP. XIII. Très-humble remontrance aux inquisiteurs d’Espagne & de Portugal, 113
  • CHAP. XIV. Pourquoi la religion chrétienne est si odieuse au Japon, 116
  • CHAP. XV. De la propagation de la religion, ibid.

LIVRE XXVI. Des loix, dans le rapport qu’elles doivent avoir avec l’ordre des choses sur lesquelles elles statuent.
  • CHAP. I. Idée de ce livre, 118
  • CHAP. II. Des loix divines, & des loix humaines, 119
  • CHAP. III. Des loix civiles qui font contraires à la loi naturelle, 120
  • CHAP. IV. Continuation du même sujet, 121
  • CHAP. V. Cas où l’on peut juger par les principes du droit civil, en modifiant les principes du droit naturel, 122
  • CHAP. VI. Que l’ordre des successions dépend des principes du droit politique ou civil, & non pas des principes du droite naturel, 123
  • CHAP. VII. Qu’il ne faut point décider par les préceptes de la religion, lorsqu’il s’agit de ceux de la loi naturelle, 126
  • CHAP. VIII. Qu’il ne faut point régler par les principes du droit qu’on appelle canonique, les choses réglées par les principes du droit civil, ibid.
  • CHAP. IX. Que les choses qui doivent être réglées par les principes du droit civil, peuvent rarement l’être par les principes des loix de la religion, 128