Page:Tannery - Pour l’histoire de la science Hellène.djvu/407

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



IV. La destinée des âmes. — Croyances égyptiennes sur ce sujet ; discussion des fragments d’Héraclite, 182.

V. La conscience du logos. — Le Dieu d’Héraclite comme conscient et personnel ; difficultés, 186.

Doxographie d’Heraclite, 190. — Fragments, 193.

CHAPITRE VIII

Hippasos et Alcméon 201 à 217

Hippasos, 201. — Les écrivains qui ont pythagorisé : Alcméon et Parménide, 203. — Doxographie d’Alcméon, 204. — Les binaires pythagoriens, 205. — Cosmologie d’Alcméon ; le double enseignement de Pythagore ; la forme des astres et l’explication des éclipses dans son école, 208. — Opinions physiologiques d’Alcméon ; la sensation, la génération, 213.

CHAPITRE IX

Parménide d’Élée 218 à 246

I. La vérité et l’opinion. — Position de Parménide ; son réalisme, d’après ses fragments ; il ébauche une théorie de la connaissance et, par là seulement, jette les fondements de l’idéalisme, 218.

II. Le dualisme physique de Parménide. — Caractère semi-pythagorien de sa physique ; les deux formes de l’être ; la genèse du monde. 225.

III. La cosmologie. — Rapprochement avec les opinions de Pythagore, de Xénophane et d’Anaximandre. Les couronnes de Parménide. Progrès scientifiques, 229.

IV. Les éléments pythagoriques du système. — L’Ananké et les personnifications mythologiques. — La théorie de la lumière ; rapprochement avec Empédocle et Philolaos, 234.

Doxographie de Parménide, 239. — Fragments, 243.

CHAPITRE X

Zénon d’Élée 247 à 261

Importance de la dialectique de Zénon d’Élée, au point de vue de l’histoire des mathématiques. Signification de sa négation de la pluralité ; elle est dirigée contre le concept du point chez les pythagoriens, 247. — Les arguments de Zénon d’après Eudème et Simplicius, 252. — Explication nouvelle des arguments contre le mouvement, 255. — Zénon reste placé sur le terrain réaliste de même que Parménide, 258. — Succès historique de ses thèses, 260.

CHAPITRE XI

Mélissos de Samos 262 à 274

Mélissos est l’auteur du monisme transcendantal généralement attribué à toute l’école éléatique. Pourquoi il a été estimé au-dessous de sa valeur ; réfutation des critiques d’Aristote, 262. — Mélissos n’a connu ni Anaxagore, ni Empédocle, ni les atomistes ; ce n’est point un physicien, 267.

Fragments de Mélissos, 271.

CHAPITRE XII

Anaxagore de Clazomène 275 à 303

I. L’homme et le savant. — Caractère d’Anaxagore ; travaux scientifiques qu’on lui attribue ; son astronomie, 275.