Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 1.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du corps est toûjours couverte & cachée à la vûe ; au lieu que la partie qui est au-dessus, savoir le thorax, est souvent laissée à nud. D’autres croient que le mot abdomen est composé de abdere & d’omentum, parce que l’omentum ou l’épiploon est une des parties qui y sont contenues. D’autres regardent ce mot comme un pur paronymon ou terminaison d’abdere, principalement de la maniere dont on le lit dans quelques anciens Glossaires, où il est écrit abdumen qui pourroit avoir été formé de abdere, comme legumen de legere, l’o & l’u étant souvent mis l’un pour l’autre.

Les Anatomistes divisent ordinairement le corps en trois régions ou ventres ; la tête, le thorax ou la poitrine, & l’abdomen qui fait la partie inférieure du tronc, & qui est terminé en haut par le diaphragme, & en bas par la partie inférieure du bassin des os innominés. Voyez Corps.

L’abdomen est doublé intérieurement d’une membrane unie & mince appellée péritoine, qui enveloppe tous les visceres contenus dans l’abdomen, & qui les retient à leur place. Quand cette membrane vient à se rompre ou à se dilater, il arrive souvent que les intestins & l’épiploon s’engagent seuls ou tous deux ensemble dans les ouvertures du bas-ventre, & forment ces tumeurs qu’on appelle hernies ou descentes. Voyez Péritoine & Hernie.

Les muscles de l’abdomen sont au nombre de dix, cinq de chaque côté ; non seulement ils défendent les visceres, mais ils servent par leur contraction & dilatation alternative à la respiration, à la digestion, & à l’expulsion des excrémens. Par la contraction de ces muscles, la cavité de l’abdomen est resserrée, & la descente des matieres qui sont contenues dans l’estomac & dans les intestins, est facilitée. Ces muscles sont les antagonistes propres des sphincters de l’anus & de la vessie, & chassent par force les excrémens contenus dans ces parties, comme aussi le fœtus dans l’accouchement. Voyez Muscle, Respiration, Digestion, Accouchement, &c.

Ces muscles sont les deux obliques descendans, & les deux obliques ascendans, les deux droits, les deux transversaux, & les deux pyramidaux. Voyez les articles Oblique, Droit, Pyramidal, &c.

On divise la circonférence de l’abdomen en régions : antérieurement on en compte trois ; savoir, la région épigastrique ou supérieure, la région ombilicale ou moyenne, & la région hypogastrique ou inférieure : postérieurement on n’en compte qu’une sous le nom de région lombaire. Voyez Épigastrique, Ombilical, &c.

On subdivise chacune de ces régions en trois, sçavoir, en une moyenne & deux latérales ; l’épigastrique en épigastre & en hypocondre ; l’ombilicale en ombilicale proprement dite, & en flancs ; l’hypogastrique en pubis & en aînes ; la lombaire en lombaires proprement dites & en lombes. Voyez Épigastre, Hypocondre, &c.

Immédiatement au-dessous des muscles se présente le péritoine qui est une espece de sac qui recouvre toutes les parties renfermées dans l’abdomen.

On apperçoit sur ce sac ou dans son tissu cellulaire antérieurement les vaisseaux ombilicaux, l’ouraque, la vessie. Voyez Ombilical, Ouraque, &c.

Lorsqu’il est ouvert, on voit l’épiploon, les intestins, le mésentere, le ventricule, le foie, la vésicule du fiel, la rate, les reins, le pancréas ; les vésicules séminaires dans l’homme, la matrice, les ligamens, les ovaires, les trompes, &c. dans la femme ; la portion inférieure de l’aorte descendante, la veine cave ascendante, la veine-porte hépatique, la veine-porte ventrale, les arteres cœliaque, mésentérique, supérieure & inférieure, les émulgentes, les hépatiques, les spléniques, les spermatiques, &c.


les nerfs stomachiques qui sont des productions de la huitiéme paire, & d’autres du nerf intercostal, &c. V. Épiploon, Intestin, Mesentere, &c. (L)

ABDUCTEUR, s. m. pris adject. nom que les Anatomistes donnent à différens muscles destinés à éloigner les parties auxquelles ils sont attachés, du plan que l’on imagine diviser le corps en deux parties égales & symmétriques, ou de quelqu’autre partie avec laquelle ils les comparent. Voyez Muscle.

Ce mot vient des mots Latins ab, de, & ducere, mener : les antagonistes des abducteurs sont appellés adducteurs. V. Adducteur & Antagoniste.

Les Abducteurs du bras. Voyez Sousépineux & Pié.

L’Abducteur du pouce. Voyez Thenar.

Abducteur des doigts. Voyez Interosseux.

L’Abducteur du doigt auriculaire ou l’hypothenar, ou le petit hypothenar de M. Winslow, vient de l’os pisi-forme, du gros ligament du carpe, & se termine à la partie interne de la base de la premiere phalange du petit doigt. Anat. Pl. VI. Fig. I. Ω

ABDUCTION, s. f. nom dont se servent les Anatomistes pour exprimer l’action par laquelle les muscles abducteurs éloignent une partie d’un plan qu’ils supposent diviser le corps humain dans toute sa longueur en deux parties égales & symmétriques, ou de quelqu’autre partie avec laquelle ils les comparent. (L)

Abduction s. f. en Logique est une façon d’argumenter, que les Grecs nomment apogage, où le grand terme est évidemment contenu dans le moyen terme ; mais où le moyen terme n’est pas intimement lié avec le petit terme ; desorte qu’on vous accorde la majeure d’un tel syllogisme, tandis qu’on vous oblige à prouver la mineure, afin de développer davantage la liaison du moyen terme avec le petit terme. Ainsi dans ce syllogisme,

Tout ce que Dieu a révélé est très-certain :
Or Dieu nous a révélé les Mysteres de la Trinité & de l’Incarnation ;
Donc ces Mysteres sont très-certains.

la majeure est évidente ; c’est une de ces premieres vérités que l’esprit saisit naturellement, sans avoir besoin de preuve. Mais la mineure ne l’est pas, à moins qu’on ne l’étaye, pour ainsi dire, de quelques autres propositions propres à répandre sur elle leur évidence. (X)

* ABÉATES, s. m. pl. Habitans d’Abée dans le Péloponese ; ceux d’Abée ou Aba dans la Phocide s’appelloient Abantes. Voyez Abantes.

ABÉCÉDAIRE, adjectif dérivé du nom des quatre premieres Lettres de l’Alphabeth A, B, C, D ; il se dit des ouvrages & des personnes. M. Dumas, Inventeur du Bureau typographique, a fait des Livres abécédaires fort utiles, c’est-à-dire, des Livres qui traitent des Lettres par rapport à la lecture, & qui apprennent à lire avec facilité & correctement.

Abécédaire est différent d’Alphabéthique. Abécédaire a rapport au fond de la chose, au lieu qu’Alphabétique se dit par rapport à l’ordre. Les Dictionnaires sont disposés selon l’ordre alphabétique, & ne sont pas pour cela des ouvrages abécédaires.

Il y a en Hébreu des Pseaumes, des Lamentations, & des Cantiques, dont les versets sont distribués par ordre alphabétique : mais je ne crois pas qu’on doive pour cela les appeller des ouvrages  : abécédaires.

Abécédaire se dit aussi d’une personne qui n’est encore qu’à l’A, B, C, C’est un Docteur abécédaire, c’est-à-dire qui commence, qui n’est pas encore bien savant. On appelle aussi Abécédaires les personnes qui montrent à lire. Ce mot n’est pas fort usité. (F)

ABÉE, s. f. Ville du détroit Messenien que Xercès brûla, & qui avoit été bâtie par Abas fils de Lyncée.

Abée, s. f. ouverture pratiquée à la baie d’un moulin, par laquelle l’eau tombe sur la grande roue &