Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 5.djvu/133

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le dessein, cette étoffe est brillantée, cannelée, lustrinée, satinée, réduite, non réduite, &c. mais on la distribue sous deux dénominations générales ; le droguet satiné, & le droguet brillanté. Dans l’un & l’autre c’est le poil qui fait la figure. La chaîne en est ordinairement de 40 à 50 portées ; il en est de même du poil. La chaîne se distribue communément sur deux ensuples ; elle a été ourdie à deux fois, une des parties ayant plus de longueur que l’autre. La partie la plus longue s’appelle le pivot. Cette chaîne n’est point passée dans les maillons du corps ; elle est sur quatre lisses, avec une armure en taffetas, de maniere que le pivot est sur deux lisses, & l’autre partie de chaîne sur deux autres. De son côté, le poil n’est point passé dans les lisses, mais seulement dans le corps, à l’exception des droguets satinés, où il se trouve sur cinq lisses ordinaires. Le droguet se travaille à deux marches : l’une pour le coup de plein, l’autre pour le coup de tire. Dans les droguets satinés, les cinq lisses sont tirées par le bouton.

Comme l’armure de la chaîne ou du fond est en taffetas, on comprend sans peine qu’une marche fait lever la chaîne, & l’autre le pivot. Le coup de plein passe sur la chaîne, & le coup de tire sur le pivot. Cette précaution est nécessaire, en ce que le coup de tire grossissant & augmentant la soie qui leve, par l’union qui s’en fait avec les fils que la marche fait lever ; le tout levant ensemble, il arrive que la soie de chaîne boit ou emboit davantage dans l’étoffe, & que s’il n’y avoit point de pivot, mais que la chaîne fût toute sur un ensuple, la partie de soie qui leveroit avec la tire du poil, leveroit plus que celle qui leve seule, & empêcheroit l’étoffe de serrer.

Avant l’invention des pivots, ces ouvriers étoient obligés de changer le mouvement des quatres lisses de taffetas, à toutes les deux ou trois aunes d’étoffe fabriquée, faisant lever tour-à-tour les deux lisses dont la soie étoit plus tirante sur le coup de plein. Mais cette attention ne prévenoit pas toute défectuosité ; la mauvaise façon augmentoit même à mesure que la moitié de la chaîne étoit plus tendue que l’autre ; & si le changement de lisses y remédioit, ce n’étoit pas du moins avec le même avantage que le pivot y remédie.

Outre les droguets de soie dont nous venons de parler, il y en a d’or & d’argent ; ce sont des tissus courans, dont la dorure est liée par la découpure ou par la corde. Dans ce genre d’étoffe le dessein est communément petit, & l’armure la même qu’au ras de Sicile, parce qu’il ne se leve point de lisse au coup de dorure, de maniere que quatre marches suffisent pour cette étoffe, deux pour le fond, deux pour l’accompagnage, qui doit être en taffetas ou gros de Tours, généralement pour toute étoffe liée par la corde ou par la découpure.

Il se fabrique aussi des droguets d’or brochés ; ils sont montés & armés comme les précédens. Ils tiennent leurs noms du dessein, & leur qualité de l’armure & du travail.

DROGUETIER, s. m. (Manuf. en laine.) nom qu’on donne dans les manufactures en laine de la Bourgogne, à des ouvriers fabriquans le droguet.

DROGUIER, s. m. (Pharm. & Hist. nat. med.) c’est ainsi qu’on appelle une suite d’échantillon de drogues rangées dans un ordre méthodique.

La connoissance des drogues étant essentielle au medecin (voyez Medecin), celui qui se destine à exercer la Medecine, & qui n’a pas la commodité de voir habituellement les drogues en grand chez le droguiste ou chez l’apothicaire, doit se former de bonne heure un bon droguier, & le placer sous les yeux & sous la main ; c’est un moyen sûr d’acquérir sans travail, & presque sans s’en appercevoir, la connoissance que nous venons de recommander.


Les divers morceaux qui composent le droguier, doivent être renfermés dans des poudriers ou dans des bouteilles de verre blanc, afin qu’on puisse le voir commodément sans le déplacer ; & ces vaisseaux doivent être fermés plus ou moins soigneusement, selon que l’exige la conservation de chaque drogue. Voyez Conservation. (b)

DROGUISTE, s. m. nom que l’on donne à ceux d’entre les épiciers qui vendent des drogues propres pour la pharmacie, la teinture, & les Arts.

DROGUEURS, (grands) ou GONDOLES, terme de Pêche usité dans le ressort de l’amirauté de Fécamp.

DROIT, adj. se dit, en Géométrie, de ce qui ne se fléchit ou ne s’incline d’aucun côté.

Ainsi une ligne droite est celle qui va d’un point à un autre par le plus court chemin, sans se fléchir.

Droit pris dans ce premier sens, est opposé à courbe. V. Courbe, où nous avons fait des réflexions sur les définitions des mots ligne droite & ligne courbe.

L’angle droit est celui qui est formé par deux lignes perpendiculaires l’une à l’autre, c’est-à-dire qui ne s’inclinent d’aucun côté. V. Perpendiculaire.

La mesure d’un angle droit est le quart de la circonférence, c’est-à-dire 90 degrés ; par conséquent tous les angles droits sont égaux. Voyez Angle.

Le mot droit pris dans ce second sens, est opposé à oblique. Voyez Oblique.

On dit d’une figure qu’elle est rectangle, lorsque ses côtés sont à angles droits, c’est-à-dire perpendiculaires les uns sur les autres. Voyez Figure.

Quelquefois une figure est entierement rectangle, c’est-à-dire a tous ses angles droits, comme le quarré & le parallélogramme : quelquefois elle n’est rectangle qu’en partie seulement, comme le triangle rectangle.

Cone droit, voyez Cone.

Sinus droit, voyez Sinus. Ce mot sert à distinguer le sinus droit du sinus verse.

La sphere droite est celle où l’équateur coupe l’horison à angles droits, ou, ce qui est la même chose, celle qui a les poles à l’horison, & l’équateur au zénith. Voyez Sphere.

La sphere est droite pour tous les peuples qui habitent précisément sous l’équateur ; d’où il suit que ces peuples n’ont aucune latitude ou élevation de pole. Ils peuvent voir les deux poles du monde à la fois à leur horison, & toutes les étoiles se lever, passer par leur méridien, & se coucher. Le Soleil leur paroît toûjours monter & descendre sur l’horison à angles droits : enfin toutes leurs nuits sont égales à leurs jours. V. Latitude, Étoile, Lever, Jour, Nuit, &c.

Dans la sphere droite l’horison est un méridien ; & si on suppose que la sphere tourne sur son axe, tous les méridiens deviennent successivement horison l’un après l’autre. Voyez Horison.

L’ascension droite du Soleil ou d’une étoile, est le point de l’équateur, qui se leve avec le Soleil ou l’étoile, pour ceux qui ont la sphere droite. Les degrés d’ascension droite se comptent depuis le premier point d’Aries ; c’est proprement la distance entre le 1er point d’Aries, & le point où le méridien qui passe par l’astre, coupe l’équateur. Voyez Ascension.

Descension droite, voyez Descension.

On appelle cercle droit dans la projection stéréographique de la sphere, un cercle qui tombe à angles droits sur le plan de projection, ou qui passe par l’œil du spectateur. Ce cercle se projette par une ligne droite. Voyez Stéréographique.

Navigation droite, voyez Navigation. Harris & Chambers. (O)

Droit, en Anatomie, est le nom que l’on donne à plusieurs muscles, à cause de leur direction parallele au plan que l’on imagine diviser le corps en deux