Page:Gautier - Fleurs d’orient.djvu/354

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche