L’Encyclopédie/1re édition/TABLE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  TABLATURE
TABLEAU  ►

TABLE de Pythagore ou Table de Multiplication. Voyez Pythagore.

Table, s. f. Ce mot a dans la langue un grand nombre d’acceptions diverses. Voyez les articles suivans.

Tables, en Mathématiques. Ce sont des suites de nombres tout calculés, par le moyen desquels on exécute promptement des opérations astronomiques, géométriques, &c.

Tables astronomiques, sont des calculs des mouvemens, des lieux & des autres phénomenes des planetes premieres & sécondaires. Voyez Planete, Satellite, &c.

Les tables astronomiques les plus anciennes sont celles de Ptolomée, que l’on trouve dans son Almageste ; mais elles sont bien éloignées d’être conformes aux mouvemens des corps célestes. Voyez Almageste.

En 1252, Alphonse XI. roi de Castille, entreprit de les faire corriger. Le principal auteur de ce travail fut Isaac Hazan, astronome juif : & on a cru que le roi Alphonse y avoit aussi mis la main. Ce prince dépensa 400000 écus pour l’exécution de son projet. C’est ainsi que parurent les tables alphonsines, auxquelles on dit que ce prince mit lui-même une préface : mais Purbauhius & Regiomontanus en remarquerent bientôt les défauts ; ce qui engagea Regiomontanus, & après lui Waltherus & Warnerus, à s’appliquer aux observations célestes, afin de rectifier ces tables, mais la mort les arrêta dans ce travail.

Copernic, dans ses livres des Révolutions célestes, au-lieu des tables alphonsines, en donne d’autres qu’il a calculées lui-même sur les observations plus récentes, & en partie sur les siennes propres.

Eras. Reinholdus se fondant sur les observations & la théorie de Copernic, compila des tables qui ont été imprimées plusieurs fois & dans plusieurs endroits.

Ticho-Brahé remarqua de bonne-heure les défauts de ces tables ; ce qui le détermina à s’appliquer lui-même avec beaucoup d’ardeur aux observations célestes. Il s’attacha principalement aux mouvemens du Soleil & de la Lune. Ensuite Longomontanus, outre les théories des différentes planetes publiées dans son Astronomia danica, y ajouta des tables de leurs mouvemens, que l’on appelle tabulæ danicæ ; & après lui Kepler en 1627 publia les tables rudolphines qu sont fort estimées : elles tirent leur nom de l’empereur Rodolphe à qui Kepler les dédia.

En 1680, Maria Cunitia leur donna une autre forme.

Mercator essaya la même chose dans ses Observations astronomiques, qu’il publia en 1676 ; comme aussi J. Bapt. Morini qui mit un abregé des tables rudolphines à la tête d’une version latine de l’astronomie caroline de Street publiée en 1705.

Lansberge n’oublia rien pour décrier les tables rudolphines ; il construisit des tables perpétuelles des mouvemens célestes, ainsi qu’il les appelle lui-même : mais Horroxius astronome anglois, attaqua vivement Lansberge, dans sa défense de l’astronomie de Kepler.

Depuis les tables rudolphines, on en a publié un grand nombre d’autres : telles sont les tables philosophiques de Bouillaud, les tables britanniques de Vincent Wing, calculées sur l’hypothèse de Bouillaud, les tables britanniques de Newton, les tables françoises du comte de Pagan, par les tables carolines de Street, calculées sur l’hypothèse de Ward, les tables novalmagestiques de Riccioli.

Cependant parmi ces dernieres, les tables philolaïques & carolines sent les plus estimées. M. Whiston, suivant l’avis de M. Flamstéed, astronome d’une autorité reconnue en pareille matiere, jugea à propos de joindre les tables carolines à ses leçons astronomiques.

Les tables nommées tabulæ ludoviceæ, publiées en 1702 par M. de la Hire, sont entierement construites sur ses propres observations, & sans le secours d’aucune hypothèse ; ce que l’on regardoit comme impossible avant l’invention du micrometre, du telescope & du pendule.

M. le Monnier, de l’académie royale des Sciences de Paris, nous a donné en 1746 dans ses Institutions astronomiques, d’excellentes tables des mouvemens du soleil, de la lune, des satellites, des réfractions, des lieux de plusieurs étoiles fixes. L’auteur doit publier de nouvelles tables de la Lune, dressées sur ses propres observations. Les Astronomes & les Navigateurs attendent avec impatience cet important ouvrage.

Nous avons aussi d’excellentes tables des planetes par M. de la Hire, des tables du Soleil par M. de la Caille, &c.

Pour les tables des étoiles, Voyez Catalogue.

Quant à celles des sinus, des tangentes & des sécantes de chaque degré & minute d’un quart de cercle, dont on fait usage dans les opérations trigonométriques, Voyez Sinus, Tangentes, &c.

Sur les tables des logarithmes, des rhumbs dont on fait usage dans la Géométrie & dans la Navigation, &c. Voyez Logarithme, Rhumb, Navigation

Tables Loxodromiques ; ce sont des tables où la différence des longitudes & la quantité de la route que l’on a courue en suivant un certain rhumb, sont marquées de dix en dix minutes de latitude. Voyez Rhumb &. Chambers. (O)

C’est à ces dernieres tables, & à celles de M. le Monnier qu’il faut s’en tenir aujourd’hui, comme étant les plus modernes & les plus exactes.

Dans les tables d’équations du mouvement des planetes, on met d’abord le nom de l’argument, par exemple, distance du Soleil à la Lune. Ensuite, comme un signe est de 30 degrés, on écrit à gauche dans une ligne verticale tous les degrés depuis 0 jusqu’à 30 en descendant ; & à droite dans une ligne verticale tous les degrés depuis 0 jusqu’à 30 en montant. Cela posé, si on trouve, par exemple, au haut de la table ces mots, ajoutez ou ôtez en descendant, & au haut de la même table le signe VII, par exemple, ou tout autre ; cela signifie, que si on a pour argument VII sign. + 10 degr. il faudra ajouter ou ôter l’équation qui est au-dessous de VII, & vis-à-vis de 10 degrés dans la colonne qui est à gauche ; & si on a au-bas de la table ôtez ou ajoutez en montant & au-bas de la même table le signe IV, par exemple, cela signifie, que si on a pour argument IV signes + 7 degr. il faudra ôter ou ajouter l’équation qui est au-dessus de 4 & vis-à-vis de 7 dans la colonne qui est à gauche, & ainsi des autres. Voyez Equation.

Sur les tables de la Lune, voyez Lune.

Tables des maisons, en termes d’Astrologie. Ce sont certaines tables toutes dressées & calculées pour l’utilité de ceux qui pratiquent l’Astrologie, lorsqu’il s’agit de tracer des figures. Voyez Maison.

Tables, pour le jet des bombes ; ce sont des calculs tout faits pour trouver l’étendue des portées des bombes tirées sous telle inclinaison que l’on veut, & avec une charge de poudre quelconque. Voyez Mortier & Jet des bombes.

Les plus parfaites & les plus complettes que l’on ait, sont celles du Bombardier françois par M. Belidor. (Q)

Tables de la loi, (Théologie.) on nomme ainsi deux tables que Dieu, suivant l’Ecriture, donna à Moïse sur le mont Sinaï, & sur lesquelles étoient écrits les préceptes du décalogue. Voyez Décalogue.

On forme plusieurs questions sur ces tables, sur leur matiere, leur forme, leur nombre ; l’auteur qui les a écrites, & ce qu’elles contenoient.

Quelques auteurs orientaux cités par d’Herbelot, Biblioth. orientale, p. 649. en compte jusqu’à dix, d’autres sept ; mais les Hébreux n’en comptent que deux. Les uns les font de bois, les autres de pierres précieuses ; ceux-ci sont encore partagés, les uns les font de rubis, & les autres d’escarboucle ; ceux qui les font de bois les composent d’un bois nommé sédrou ou sedras, qui est une espece de lot que les Musulmans placent dans le paradis.

Moïse remarque, que ces tables étoient écrites des deux côtés. Plusieurs croyent qu’elles étoient percées à jour, ensorte qu’on pouvoit lire des deux côtés ; d’un côté à droite, & de l’autre à gauche. D’autres veulent que le législateur fasse simplement cette remarque, parce que pour l’ordinaire, on n’écrivoit que d’un côté sur les tablettes. Quelques-uns enfin, comme Oleaster & Rivet, traduisent ainsi le texte hébreu, elles étoient écrites des deux parties, qui se regardoient l’une l’autre ; ensorte qu’on ne voyoit rien d’écrit en-dehors. Il y en a qui croient que chaque table contenoit les dix préceptes, d’autres qu’ils étoient mi-partis, cinq sur chaque table ; enfin, quelques-uns font ces tables de dix ou douze coudées.

Moïse dit expressément, qu’elles étoient écrites de la main de Dieu, digito Dei scriptas, ce que quelques-uns entendent à la lettre. D’autres expliquent, par le ministere d’un ange ; d’autres de l’esprit de Dieu, qui est quelquefois nommé le doigt de Dieu. D’autres enfin, que Moïse inspiré de Dieu & rempli de son Esprit les écrivit, explication qui paroît la plus naturelle.

On sait que Moïse descendant de la montagne de Sinaï, comme il rapportoit les premieres tables de la loi, les brisa d’indignation en voyant les Israëlites adorer le veau d’or : mais quand ce crime fut expié, il en obtint de nouvelles qu’il montra au peuple, & que l’on conservoit dans l’arche d’alliance.

Les Musulmans disent que Dieu commanda au burin céleste, d’écrire ou de graver ces tables, ou qu’il commanda à l’archange Gabriel de se servir de la plume, qui est l’invocation du nom de Dieu, & de l’encre qui est puisée dans le fleuve des lumieres pour écrire les tables de la loi. Ils ajoutent que Moïse ayant laissé tomber les premieres tables, elles furent rompues, & que les Anges en rapporterent les morceaux dans le ciel, à la reserve d’une piece de la grandeur d’une coudée, qui demeura sur la terre & qui fut mise dans l’arche d’alliance. D’Herbelor, biblioth. orientale, p. 649. Calmet, Dict. de la Eible.

Table des pains de proposition, (Critiq. sacrée.) c’étoit une grande table d’or, placée dans le temple de Jérusalem, sur laquelle on mettoit les douze pains de proposition en face, six à droite, & six à gauche. Il falloit que cette table fût très-précieuse, car elle fut portée à Rome, lors de la prise de Jérusalem, & parut au triomphe de Titus, avec d’autres richesses du temple. Il paroît par les tailles-douces, qu’on porta devant l’empereur, le chandelier d’or & une autre figure, que Villalpand, Cornelius à Lapide, Ribara, & presque tous les savans qui ont vû autrefois l’arc de triomphe à Rome, prennent pour la table des pains de proposition. Il est vrai cependant que l’obscurité des figures, presqu’entierement rongées & effacées par le tems, rendroient aujourd’hui le fait des plus douteux ; mais dans d’anciennes copies, on a crû voir manifestement la table dont nous parlons, sur-tout à cause des deux coupes qui sont au-dessus ; car on mettoit toujours sur cette table deux de ces coupes remplies d’encens. Enfin, Josephe qui avoit été présent au triomphe de Titus, leve le doute. Il nous parle de bello judaico, lib. VII. c. xvij. de trois choses qui furent portées devant le triomphateur : 1°. la table des pains de proposition ; 2°. le chandelier d’or, dont il fait mention dans le même ordre que cela se trouve rangé dans l’arc de triomphe ; 3°. la loi qui ne se voit point sur cet arc, & qui apparemment n’y fut pas sculptée, faute de place. (D. J.)

Table du Seigneur, (Crit. sacrée.) c’est la table de l’Eucharistie, où en mangeant le pain & en buvant le vin sacré, le fidele célebre la mémoire de la mort & du sacrifice de J. C. c’est pourquoi les Chrétiens du tems de Tertullien, appellerent leur culte sacrifice, & se servirent du mot d’autel, en parlant de la table du Seigneur. On donna ce nom d’autel, parce que le fidele qui s’approche de la table du Seigneur, vient lui-même s’offrir à Dieu, comme une victime vivante : car l’expression être debout à l’autel, désigne proprement la victime qui se présente pour être immolée ; comme il paroît par ce vers de Virgile, Géorg. l. II. & ductus cornu stabit sacer hircus ad aram. Ainsi quand S. Paul dit, Epit. aux Hébreux, ch. xiij. v. 10. nous avons un autel ; c’est une expression figurée, dont le sens est « nous avons une victime, savoir J. C. à laquelle ceux qui sont encore attachés au culte lévitique, ne sauroient avoir de part ». En effet, les premiers chrétiens n’avoient point d’autels dans le sens propre, & les payens leur en faisoient un crime, ne concevant pas qu’il pût y avoir une religion sans victimes & sans autels. Philon appelle les repas sacrés, la table du Seigneur. (D. J.)

Tables, lois des douze, (Hist. Rom.) code de lois faites à Rome, par les décemvirs vers l’an 301 de la fondation de cette ville.

Les divisions qui s’élevoient continuellement entre les consuls & les tribuns du peuple, firent penser aux Romains qu’il étoit indispensable d’établir un corps de lois fixes pour prévenir cet inconvénient, & en même tems assez amples, pour régler les autres affaires civiles. Le peuple donc créa des décemvirs, c’est-à-dire dix hommes pour gouverner la république, avec l’autorité consulaire, & les chargea de choisir parmi les lois étrangeres, celles qu’ils jugeroient les plus convenables pour le but que l’on se proposoit.

Un certain Hermodore, natif d’Ephèse, & qui s’étoit retiré en Italie, traduisit les lois qu’on avoit rapportées d’Athenes, & des autres villes de la Grece les mieux policées, pour emprunter de leurs ordonnances, celles qui conviendroient le mieux à la république Romaine. Les décemvirs furent chargés de cet ouvrage, auquel ils joignirent les lois royales ; c’est ainsi qu’ils formerent comme un code du Droit romain. Le sénat après un sérieux examen, l’autorisa par un sénatus-consulte, & le peuple le confirma par un plébiscite dans une assemblée des centuries.

L’an 303 de la fondation de Rome, on fit graver ces lois sur dix tables de cuivre, & on les exposa dans le lieu le plus éminent de la place publique ; mais comme il manquoit encore plusieurs choses pour rendre complet ce corps des lois romaines ; les décemvirs dont on continua la magistrature en 304, ajouterent de nouvelles lois qui furent approuvées, & gravées sur deux autres tables, qu’on joignit aux dix premieres, & qui firent le nombre de douze. Ces douze tables servirent dans la suite de jurisprudence à la république Romaine. Ciceron en a fait un grand éloge en la personne de Crassus, dans son premier livre de l’Orateur, n°. 43. & 44. Denis d’Halicarnasse, Tite-Live & Plutarque traitent aussi fort au long des lois décemvirales, car c’est ainsi qu’on nomma les lois des douze tables.

Elles se sont perdues ces lois par l’injure des tems ; il ne nous en reste plus que des fragmens dispersés dans divers auteurs, mais utilement recueillis par l’illustre Jean Godefroy. Le latin en est vieux & barbare, dur & obscur ; & même à mesure que la langue se poliça chez les Romains, on fut obligé de le changer dans quelques endroits pour le rendre intelligible.

Ce n’est pas-là cependant le plus grand défaut du code des lois décemvirales. M. de Mosites qui va nous l’apprendre ; la sévérité des lois royales faites pour un peuple composé de fugitifs, d’esclaves & de brigands, ne convenoit plus aux Romains. L’esprit de la république auroit demandé que les décemvirs n’eussent pas mis ces lois dans leurs douze tables ; mais des gens qui aspiroient à la tyrannie, n’avoient garde de suivre l’esprit de la république.

Tite-Live, liv. I. dit, sur le supplice de Métius-Fuffétius, dictateur d’Albe, condamné par Tullus-Hostilius, à être tiré par deux chariots, que ce fut le premier & le dernier supplice où l’on témoigna avoir perdu la mémoire de l’humanité ; il se trompe ; le code des douze tables a plusieurs autres dispositions très-cruelles. On y trouve le supplice du feu, des peines presque toujours capitales, le vol puni de mort.

Celle qui découvre le mieux le dessein des décemvirs, est la peine capitale prononcée contre les auteurs des libelles & les poëtes. Cela n’est guere du génie de la république, où le peuple aime à voir les grands humiliés. Mais des gens qui vouloient renverser la liberté, craignoient des écrits qui pouvoient rappeller l’esprit de la liberté.

On connut si bien la dureté des lois pénales, insérées dans le code des douze tables, qu’après l’expulsion des décemvirs, presque toutes leurs lois qui avoient fixé les peines, furent ôtées. On ne les abrogea pas expressément ; mais la loi Porcia ayant défendu de mettre à mort un citoyen romain, elles n’eurent plus d’application. Voilà le vrai tems auquel on peut rapporter ce que Tite-Live, liv. I. dit des Romains, que jamais peuple n’a plus aimé la modération des peines.

Si l’on ajoute à la douceur des peines, le droit qu’avoit un accusé de se retirer avant le jugement, on verra bien que les lois décemvirales s’étoient écartées en plusieurs points de l’esprit de modération, si convenable au génie d’une république, & dans les autres points dont Ciceron fait l’éloge, les lois des douze tables le méritoient sans doute. (D. J.)

Table de cuivre, (Jurisp. rom.) æs, table sur laquelle on gravoit chez les Romains la loi qui avoit été reçue. On affichoit cette table dans la place publique ; & lorsque la loi étoit abrogée, on ôtoit l’affiche, c’est-à-dire, cette table. De-là ces mots fixit legem, atque refixit. Ovide déclare que dans l’âge d’or, on n’affichoit point des paroles menaçantes gravées sur des tables d’airain.

Nec verba minantia fixo
Ære ligabantur.

Dans la comédie de Trinummus de Plaute, un plaisant dit, qu’il vaudroit bien mieux graver les noms des auteurs des mauvaises actions, que les édits. (D. J.)

Table abbatiale, (Jurisprud.) est un droit dû en quelques lieux à la mense de l’abbé par les prieurs dépendans de son abbaye. Voyez le Diction. des Arrêts de Brillon, au mot Abbé, n. 107. (A)

Table de marbre, (Jurisprud.) est un nom commun à plusieurs jurisdictions de l’enclos du Palais, savoir la connétablie, l’amirauté & le siege de la réformation générale des eaux & forêts. Chacune de ces jurisdictions, outre son titre particulier, se dit être au siege de la table de marbre du palais à Paris.

L’origine de cette dénomination, vient de ce qu’anciennement le connétable, l’amiral & le grand-maître des eaux & forêts tenoient en effet leur jurisdiction sur une grande table de marbre qui occupoit toute la largeur de la grand’salle du palais ; le grand chambrier y tenoit aussi ses séances.

Cette table servoit aussi pour les banquets royaux. Du Tillet, en son recueil des rangs des grands de France, pag. 97. dit que le dimanche 16 Juin 1549, le Roi Henri II. fit son entrée à Paris ; que le soir fut fait en la grand’salle du palais le soupé royal ; que ledit seigneur fut assis au milieu de la table de marbre.

Cette table fut détruite lors de l’embrâsement de la grand’salle du palais, qui arriva sous Louis XIII. en 1618.

Outre la table de marbre dont on vient de parler, il y avoit dans la cour du palais la pierre de marbre, que l’on appelloit aussi quelquefois la table de marbre. Quelques-uns ont même confondu ces deux tables l’une avec l’autre.

Mais la pierre de marbre étoit différente de la table de marbre, & par sa situation, & par son objet. La pierre de marbre étoit au pié du grand degré du palais. Elle existoit encore du tems du roi Jean en 1359. Elle servoit à faire les proclamations publiques. Elles se faisoient pourtant aussi quelquefois sur la table de marbre en la grand’salle du palais. Voyez le recueil des ordonnances de la troisieme race, tome III. p. 347. aux notes.

Quand on parle de la table de marbre simplement, on entend la jurisdiction des eaux & forêts qui y tient son siege. Elle connoît par appel des sentences des maitrises du ressort. Les commissaires du parlement viennent aussi y juger en dernier ressort les matieres de réformation. Voyez Eaux & Forêts.

Il y a aussi des tables de marbre dans plusieurs autres parlemens du royaume, mais pour les eaux & forêts seulement. Elles ont été créées à l’instar de celle de Paris ; elles furent supprimées par édit de 1704, qui créa au lieu de ces jurisdictions une chambre de réformation des eaux & forêts en chaque parlement ; mais par différens édits postérieurs, plusieurs de ces tables de marbre ont été rétablies. Voyez Eaux & Forêts, Grurie, Maîtrise, Amirauté, Connétablie, Maréchaussée. (A)

Table du seigneur, signifie domaine du seigneur ; mettre en sa table, c’est réunir à son domaine. Ce terme est usité en matiere de retrait féodal. Voyez l’article 21 de la coutume de Paris. Quelques-uns prétendent que table en cette occasion signifie catalogue, & que mettre en sa table, c’est comprendre le fief servant dans la liste des biens & droits qui composent le fief dominant. Voyez Fief Retrait féodal. (A)

Table ronde, s. f. (Hist. mod.) chevaliers de la table ronde : ordre militaire qu’on prétend avoir été institué par Arthur, premier roi des Bretons, vers l’an 516. Voyez Chevalier.

On dit que ces chevaliers, tous choisis entre les plus braves de la nation, étoient au nombre de vingt-quatre, & que la table ronde, d’où ils tirerent leur nom, fut une invention d’Arthur, qui voulant établir entr’eux une parfaite égalité, imagina ce moyen d’eviter le cérémonial, & les disputes du rang au sujet du haut & bas bout de la table.

Lesly nous assure qu’il a vu cette table ronde à Winchestre, si on en veut croire ceux qui y en montrent une de cette forme avec beaucoup de cérémonies, & qu’ils disent être celle même dont se servoient les chevaliers ; & pour confirmer la vérité de cette tradition, ils montrent les noms d’un grand nombre de ces chevaliers tracés autour de la table. Larrey, & plusieurs autres écrivains, ont débité sérieusement cette fable comme un fait historique. Mais outre que Camdem observe que la structure de cette table est d’un goût beaucoup plus moderne que les ouvrages du sixieme siecle, on regarde le roi Arthur comme un prince fabuleux, & le P. Papebrok a démontré qu’avant le dixieme siecle on ne savoit ce que c’étoit que des ordres de chevalerie.

Il paroît au contraire que la table ronde n’a point été un ordre militaire, mais une espece de joûte ou d’exercice militaire entre deux hommes armés de lances, & qui différoit des tournois où l’on combattoit troupe contre troupe. C’est ce que Matthieu Paris distingue expressément. « Non in hastiludio illo, dit-il, quod torneamentum dicitur, sed potius in illo ludo militari qui mensa rotunda dicitur ». Et l’on croit qu’on donnoit à cette joûte le nom de table ronde, parce que les chevaliers qui y avoient combattu venoient au retour souper chez le principal tenant, où ils étoient assis à une table ronde. Voyez encore sur ce sujet l’abbé Justiniani & le pere Helyot.

Plusieurs auteurs disent qu’Artus, duc de Bretagne, renouvella l’ordre de la table ronde, qu’on supposoit faussement avoir existé. Paul Jove rapporte que ce ne fut que sous l’empire de Frederic Barberousse qu’on commença à parler des chevaliers de la table ronde : d’autres attribuent l’origine de ces chevaliers aux factions des Guelphes & des Gibelins. Edouard III. fit, selon Walsingham, bâtir un palais qu’il appella la table ronde, dont la cour avoit deux cens piés de diametre.

Table, en terme de Blason, se dit des écus ou des écussons qui ne contiennent que la simple couleur du champ, & qui ne sont chargés d’aucune piece, figure, meuble, &c. On les appelle tables d’attente, ou tables rases.

Tables du crane, (Anatomie.) les os du crâne sont composés de deux lames osseuses, qu’on appelle tables : il y a pourtant quelques endroits du crâne où on ne les trouve pas ; & dans ces endroits-là, il n’y a point de diploé ; c’est ce qu’il faut bien observer quand il est nécessaire d’appliquer le trépan.

La table extérieure est la plus épaisse & la plus polie ; elle est recouverte du péricrâne : l’intérieure est plus mince, & la dure-mere est fortement attachée à sa surface interne, particulierement au fond & aux sutures. De plus, on remarque dans cette table plusieurs sillons, qui y ont été creuses par le battement des arteres de la dure-mere, non-seulement lorsque les os étoient encore tendres dans la jeunesse, mais même jusqu’à leur accroissement parfait.

Ruisch dit qu’il a vu plusieurs fois le crâne des adultes sans diploé ; de sorte que l’on ne remarquoit aucune séparation d’une table d’avec l’autre.

On trouve entre les deux tables du crâne, une infinité de petites cellules osseuses appellées par les Grecs diploé, & par les Latins meditullium. Ces cellules sont évidentes dans les crânes de ceux qui sont nouvellement décédés particulierement à l’os du front, à l’endroit où ces os sont le plus épais ; on trouve dans ces cellules un suc moëlleux, & quantité de vaisseaux sanguins, qui portent non-seulement la nourriture aux os, mais aussi la matiere de ce suc médullaire.

Quand on fait l’opération du trépan, & que l’on voit la scieure de l’os prendre une teinture rouge, c’est une marque que l’on a percé la premiere table, & qu’on est arrivé au diploé ; il faut percer la seconde table avec une grande précaution, parce qu’elle est plus mince que la premiere, & qu’il ne faut point s’exposer à donner atteinte à la dure-mere, parce que cette faute seroit suivie de funestes accidens.

A l’occasion d’un coup reçu sur la tête, ou d’une chûte, les vaisseaux sanguins peuvent se rompre dans le diploé ; & le sang épanché se corrompant, cause dans la suite par son âcreté une érosion à la table intérieure du crâne, sans qu’il en paroisse aucun signe à l’extérieur ; la corruption de cette table se communique bien-tôt aux deux méninges, & à la substance même du cerveau ; de maniere que l’on voit périr les malades, après qu’ils ont souffert de longues & cruelles douleurs, sans que l’on sache bien précisément à quoi en attribuer la cause.

Il arrive aussi à l’occasion du virus vérolique, dont le diploé peut être infecté, que les deux tables du crâne se trouvent cariées ; ce qui fait souffrir des douleurs violentes aux malades, quand l’exostose commence à paroître dans ces véroles invétérées, à cause de la sensibilité du péricrâne ; quelquefois même la carie ayant percé la premiere table, on en voit partir des fungus, qui sont des excroissances en forme de champignons. C’est un terrible accident ; car un nouveau traitement de la vérole n’y peut rien, & les topiques contre la carie & le fungus, ne font que pallier le mal. (D. J.)

Table du grand livre, (Commerce.) que les marchands, négocians, banquiers, & teneurs de livres, nomment aussi alphabet, répertoire, ou index. C’est une sorte de livre composé de vingt-quatre feuillets dont on se sert pour trouver avec facilité les endroits du grand livre où sont débitées & créditées les personnes avec lesquelles on est en compte ouvert. Voyez Débiter, Créditer, Compte & Livre.

Les autres livres dont se servent les négocians, soit pour les parties simples, soit pour les parties doubles, ont aussi leurs tables ou alphabets particuliers ; mais ces tables ne sont point séparées ; elles se mettent seulement sur deux feuillets à la tête des livres. Voyez Livres. Dictionnaire du Commerce.

Table, poids de, (Commerce.) on nomme ainsi une sorte de poids en usage dans les provinces de Languedoc & de Provence. Voyez Poids.

Table, (Archit.) nom qu’on donne dans la décoration d’Architecture, à une partie unie, simple, de diverses figures, & ordinairement quarré-longue ; ce mot vient du latin tabula, planche.

Table à crossette, table cantonnée par des crossettes ou oreillons ; il y a de ces tables à plusieurs palais d’Italie.

Table couronnée, table couverte d’une corniche, & dans laquelle on taille un bas-relief, où l’on incruste une tranche de marbre noir, pour une inscription.

Table d’attente, bossage qui sert dans les façades, pour y graver une inscription, & pour y tailler de la sculpture.

Table d’autel, grande dalle de pierre, portée sur de petits piliers ou jambages, ou sur un massif de mâçonnerie, laquelle sert pour dire la messe.

Table de crépi, panneau de crépi, entouré de naissances badigeonnées dans les murs de face les plus simples, & de piés droits, montans, ou pilastres & bordures de pierre dans les plus riches.

Table de cuivre, table composée de planches ou de lames de cuivre, dont on couvre les combles en Suede, où on en voit même de taillées en écailles sur quelques palais.

Tables de plomb, piece de plomb, fondue de certaine épaisseur, longueur & largeur, pour servir à différens usages.

Table de verre, morceau de verre de Lorraine qui est de figure quarrée-longue.

Table en saillie, table qui excede le nud du parement d’un mur, d’un pié-destal, ou de toute autre partie qu’elle décore.

Table fouillée, table renfoncée dans le dé d’un piédestal, & ordinairement entourée d’une moulure en maniere de ravalement.

Table rustique, table qui est piquée, & dont le parement semble brut ; il y a de ces tables aux grottes & aux bâtimens rustiques. Daviler. (D. J.)

Table de calandre, (Calandrerie.) on appelle ainsi deux pieces de bois fort épaisses plus longues que larges, qui font la principale partie de la machine qui sert à calandrer les étoffes ou les toiles. C’est entre ces tables que se mettent les rouleaux sur lesquels sont roulés ces toiles & ces étoffes. (D. J.)

Table a moule, terme de Chandelier, longue table percée de divers trous en forme d’échiquier, sur laquelle on dresse les moules à faire de la chandelle moulée, lorsqu’on veut les remplir de suif ; au-dessous de la table est une auge pour recevoir le suif qui peut se répandre. (D. J.)

Table a moule, terme de Cirerie, les blanchisseurs de cire donnent ce nom à de grands chassis soutenus de plusieurs piés, sur lesquels ils mettent leurs planches à moules, dans lesquels on dresse les pains de cire blanche. Dictionnaire du Com. (D. J.)

Tables aux voiles, terme de Cirerie, autrement dites carrés, & établis ; ce sont chez les mêmes blanchisseurs de cire, de grands bâtis de bois, sur lesquels sont étendues les toiles de l’herberie, où l’on met blanchir les cires à la rosée & au soleil, après qu’elles ont été grélonées. (D. J.)

Table de camelot, terme de Commerce ; on nomme ainsi à Smyrne les ballots de ces étoffes qu’on envoie en chrétienté ; ce nom leur vient de ce que les ballots sont quarrés & plats. (D. J.)

Table, en terme de Diamantaire, est la superficie extérieure d’un diamant ; les tables sont susceptibles de plus ou moins de pans, selon qu’elles sont plus ou moins grandes, & que le diamant le mérite.

Table de nuit, terme d’Ebéniste, c’est une petite table sans ou avec un dessus de marbre, qui se place à côté du lit, & sur laquelle on pose les choses dont on peut avoir besoin durant la nuit. (D. J.)

Table de plomb, (outil de Ferblantier.) c’est un morceau de plomb de l’épaisseur d’un pouce & demi, sur six pouces ou environ de large, & quinze pouces de long, qui sert aux Ferblantiers pour piquer les grilles de rapes & découper certains ouvrages. Voyez la figure, Planches du Ferblantier.

Table de la machine, en termes de Friseur d’étoffes, est une espece de table couverte d’une moquette sur laquelle on met l’étoffe à friser. Elle est soutenue à droite sur la troisieme traverse, & à gauche sur la seconde, & percée d’un trou à chacune de ses extrémités sur lequel sont placées des grenouilles à mi-bois. Voyez Grenouille. Voyez les Planches de la Draperie.

Table, (Manufact. de glaces.) les ouvriers qui travaillent à l’adouci des glaces brutes, appellent la table, le bâti de grosses planches sous lequel est mastiquée avec du plâtre une des deux glaces qui s’adoucissent l’une contre l’autre ; c’est au-dessus de cette table qu’est couchée horisontalement la roue dont les adoucisseurs se servent pour user les glaces. Savary. (D. J.)

La table à couler est une table de fonte de plus de cent pouces de longueur, & du poids de douze ou quinze milliers, sur laquelle on coule le verre liquide dont on fait les glaces. La largeur de cette table s’augmente ou se diminue à volonté, par le moyen de deux fortes tringles de fer mobiles qu’on place au deux côtés plus proches ou plus éloignés, suivant le volume de la piece qu’on coule ; c’est sur ces tringles que pose par ses deux extrémités le rouleau de fonte qui sert à pousser la matiere jusqu’au bout de la table. (D. J.)

Table, piece de presse d’Imprimerie, est une planche de chêne environ de trois piés quatre pouces de long sur un pié & demi de large, & de douze à quatorze lignes d’épaisseur, sur laquelle est attaché le coffre, où est renfermé le marbre de la presse ; elle est garnie en-dessous de deux rangs de crampons ou pattes de fer, cloués à cinq doigts de distance l’un de l’autre. Voyez dans les Planches d’Imprimerie, & leur explication, la table & les crampons qui glissent sur les bandes de fer du berceau de la presse.

Table dont les Facteurs d’orgues se servent pour couler l’étain & le plomb en tables ou feuilles minces, est une forte table de bois de chêne inclinée à l’horison, au moyen de quelques morceaux de bois qui la soutiennent par un bout, ou d’un tréteau. Cette table est couverte d’un coutil sur lequel, au moyen du rable qui contient le métal fondu, on coule les lames de plomb ou d’étain, en faisant couler le rable en descendant le long de la planche. Voyez la fig. 59. Pl. d’Orgue & l’article Orgue, où le travail du plomb & de l’étain est expliqué.

Table d’attente, (Menuiserie.) est un panneau en saillie au-dessus des guichets des grandes portes, sur lesquels on fait des ornemens en sculpture. Voyez les Planches de Menuiserie.

Table de bracelet, en termes de Metteur en œuvre, est une plaque en pierreries montées sur des morceaux de velours, ou autres étoffes qui entourent le bras, & qui se lient & délient par un ressort pratiqué sous cette plaque. Voyez Boîte de table.

Table des miroitiers, (ustensile des Miroitiers.) les miroitiers qui mettent les glaces au teint, nomment pareillement table, une espece de long & large établi de bois de chêne, soutenu d’un fort chassis aussi de bois, sur lequel est posée en bascule la pierre de liais, où l’on met les glaces au teint. (D. J.)

Table, en termes de Paind’épicier, ce sont des especes de tours parfaitement semblables à ceux des Boulangers & Pâtissiers.

Table de billard, (Paumier.) c’est un chassis fait de planches de bois de chêne bien unies & bien jointes ensemble, sur lequel on applique le tapis de drap verd sur lequel on joue au billard. Cette table est posée solidement & de niveau sur dix piés ou piliers de charpente ou de menuiserie joints ensemble par d’autres pieces de bois qui les traversent.

Table de plomb, (terme de Plombier.) ou plomb en table, c’est du plomb fondu & coulé par les plombiers sur une longue table de bois couverte de sable. Les plombiers appellent aussi quelquefois de la sorte ce qu’ils nomment autrement des moules, c’est-à-dire, des especes de longs établis garnis de bords tout au-tour, & couverts ou de sable ou d’étoffe de laine & de toile, sur lesquels ils coulent les tables de plomb. Il y en a de deux sortes ; les unes posées de niveau pour les grandes tables de plomb, & les autres qui ont de la pente pour les petites tables. Dict. du Comm. (D. J.)

Tables d’essai, (terme de Potier d’étain.) ou rouelles d’essai ; on appelle ainsi deux plaques d’étain, dont l’une est dans la chambre du procureur du roi du châtelet, & l’autre dans celle de la communauté ; c’est sur ces tables que les maîtres potiers d’étain sont obligés d’empreindre ou insculper les marques des poinçons dont ils doivent se servir pour marquer leurs ouvrages, afin d’en assurer la bonté. Dict. du Com. (D. J.)

Table d’un moulin, (Sucrerie.) on appelle la table d’un moulin, une longue piece de bois qui est placée au milieu du chassis d’un moulin ; c’est dans cette piece que sont enchâssées la platine du grand rôle, & les embasses des petits tambours, c’est-à-dire les crapaudines dans lesquelles roulent les pivots des trois tambours. (D. J.)

Table a tondre, terme de Tondeurs de draps.) espece d’ais ou planche de chêne ou de noyer, épaisse d’environ trois pouces & demi, large de quinze à seize pouces & longue de neuf à dix piés. Cette planche est garnie par le dessus de plusieurs bandes d’une grosse étoffe appellée tuf, mises l’une sur l’autre, entre lesquelles sont plusieurs lits de paille, d’avoine, ou de bourre tontisse très-fine, & par-dessus le tout est une couverture de treillis attachée par des bouts, & lacée par-dessus. La table à tondre est posée sur deux tréteaux de bois inégaux, en sorte qu’elle se trouve un peu en talud, ce que les ouvriers apppellent placée en chasse ; elle sert à étendre l’étoffe dessus pour la tondre avec les forces. Les tondeurs se servent encore d’une autre table assez semblable à la premiere, à la reserve qu’elle est faite en forme de pupitre long ; & parce que c’est sur cette table qu’ils rangent ou couchent le poil d’étoffe avec le cardinal & la brosse, & qu’ensuite ils la nettoyent avec la tuile, ils l’appellent, suivant ces différens usages, tantôt table à ranger & à coucher, & tantôt table à nettoyer. Savary. (D. J.)

Table de verre, s. f. (Vitrerie.) c’est du verre qu’on appelle communément verre de Lorraine, qui se souffle & se fabrique à-peu-près comme les glaces de miroirs ; il est toujours un peu plus étroit par un bout que par l’autre, & a environ deux piés & demi en quarré de tout sens : il n’a point de boudine, & sert à mettre aux portieres des carrosses de louage ou de ceux où l’on ne veut pas faire la dépense de véritables glaces ; on en met aussi aux chaises à porteurs. Les tables de verre se vendent au balot ou ballon composé de plus ou moins de liene, suivant que c’est du verre commun ou du verre de couleur. Savary. (D. J.)

Table se dit au jeu de trictrac des deux côtés du tablier où l’on joue avec des dames, & dont on fait des cases.

La table du grand jan est celle qui est de l’autre côté vis-à-vis celle du petit jan. On l’appelle table du grand jan, parce que c’est là qu’on le fait.

La table du petit jan, c’est la premiere table où les dames sont empilées.

Le mot de table se prend encore quelquefois pour les dames mêmes. Voyez Dames.

Table, (Econom. domestiq.) c’est un meuble de bois, dont la partie supérieure est une grande surface plane, soutenue sur des piés ; il est destiné à un grand nombre d’usage dans les maisons ; il y a des tables à manger, à jouer, à écrire. Elles ont chacune la forme qui leur convient.

Table, mensa, (Antiq. rom.) les Romains étalerent une grande magnificence dans les tables dont ils ornerent leurs salles & leurs autres appartemens ; la plûpart étoient faites d’un bois de cedre qu’on tiroit du mont Atlas, selon le témoignage de Pline, l. XLIIl. c. xv. dont voici les termes : Atlas mons peculiari proditur sylvâ ; confines ei mauri, quibus plurima arbor cedri, & mensarum insania quas fæminæ viris contra margaritas, tegerunt. On y employoit encore quelquefois un bois beaucoup plus précieux, lignum citrum, qui n’est pas notre bois de citronnier, mais d’un arbre beaucoup plus rare que nous ne connoissons pas, & qu’on estimoit singulierement à Rome. Il falloit être fort riche pour avoir des tables de ce bois ; celle de Cicéron lui coutoit près de deux mille écus ; on en vendit deux entre les meubles de Gallus Asinius, qui monterent à un prix si excessif, que s’il en faut croire le même Pline, chacune de ces tables auroit suffi pour acheter un vaste champ. Voyez Citronnier.

L’excès du prix des tables romaines provenoit encore des ornemens dont elles étoient enrichies. Quant à leur soutien, celles à un seul pié se nommoient monopodia, celles sur deux piés bipedes, & celles sur trois piés tripedes ; les unes & les autres étoient employées pour manger ; mais les Romains ne se servoient pas comme nous d’une seule table pour tout le repas, ils en avoient communément deux ; la premiere étoit pour tous les services de chair & de poisson ; ensuite on ôtoit cette table, & l’on apportoit la seconde sur laquelle on avoit servi le fruit ; c’est à cette seconde table qu’on chantoit & qu’on faisoit des libations. Virgile nous apprend tout cela dans ces deux vers de l’Enéide, ou il dit :

Postquam prima quies epulis, mensæque remotæ
Crateras magnos statuunt, & vina coronant.

Les Grecs & les Orientaux étoient dans le même usage. Les Hébreux même dans leurs fêtes solemnelles & dans leurs repas de sacrifice avoient deux tables ; à la premiere ils se régaloient de la chair de la victime, & à la seconde ils donnoient à la ronde la coupe de bénédiction, appellée la coupe de louange.

Pour ce qui regarde la magnificence des repas des Romains & le nombre de leurs services, nous en avons parlé sous ces deux mots. Autant la frugalité étoit grande chez les premiers Romains, autant leur luxe en ce genre étoit extrème sur la fin de la république ; ceux même dont la table étoit mesquine étaloient aux yeux des convives toute la splendeur de leurs buffets. Martial, l. IV. épigr. se plaint agréablement de cet étalage au milieu de la mauvaise chere de Varus.

Ad cœnam nuper Varus me fortè vocavit
Ornatus, dives ; parvula cœna fuit.
Auro non dapibus oneratur mensa, ministri
Apponunt oculis plurima, pauca gulæ.
Tunc ego : non oculos, sed ventrem pascere veni,
Aut appone dapes, Vare, vel aufer opes.

Ces vers peuvent rappeller au lecteur le conte de M. Chevreau, qui est dans le Chevreanâ, tome II. « Je me souviens, dit-il, que Chapelle & moi ayant été invités chez *** qui nous régala suivant sa coutume, Chapelle s’approcha de moi immédiatement après le repas, & me dit à l’oreille : Où allons-nous dîner au sortir d’ici » ?

J’ai parlé ci-dessus des tables des Romains, à un, à deux & à trois piés, mais je devois ajouter que leur forme fut très-variable ; ils en eurent de quarrées, de longues, d’ovales, en fer à cheval, &c. toujours suivant la mode. On renouvella sous le regne de Théodore & d’Arcadius celle des tables en demi-croissant, & on les couvroit après avoir mangé d’une espece de courte-pointe ou de matelas-pour pouvoir coucher dessus & s’y reposer ; ils ne connoissoient pas encore nos lits de repos, nos duchesses, nos chaises longues. A cela près, le luxe des seigneurs de la cour du grand Théodore & de ses fermiers méritoit bien la censure de saint Chrysostôme. On voyoit, dit-il, auprès de la table sur laquelle on mangeoit, un vase d’or que deux hommes pouvoient à peine remuer, & quantité de cruches d’or rangées avec symmétrie. Les laquais des convives étoient de jeunes gens, beaux, bienfaits, aussi richement vêtus que leur maîtres, & qui portoient de larges braies. Les musiciens, les joueurs de harpes & de flûtes amusoient les conviés pendant le repas. Il n’y avoit point à la vérité d’uniformité dans l’ordre des services, mais tous les mets étoient fort recherchés ; quelques-uns commençoient par des oiseaux farcis de poisson haché, & d’autres donnoient un premier service tout différent. En fait de vins, on vouloit celui de l’île de Thasos, si renommé dans les auteurs grecs & latins. Le nombre des parasites étoit toujours considérable à la table des grands & des gens riches, mais les dames extrèmement parées en faisoient le principal ornement ; c’est aussi leur luxe effréné que saint Chrysostôme censure le plus. « Leur faste, dit-il, n’a point de bornes : le fard regne sur leurs paupieres & sur tout leur visage ; leurs jupes sont entrelacées de fils d’or, leurs colliers sont d’or, leurs bracelets sont d’or ; elles vont sur des chars tirés par des mulets blancs dont les renes sont dorées, avec des eunuques à leur suite, & grand nombre de femmes & de filles de chambre ». Il est vrai que ce train de dames chrétiennes respire excessivement la mollesse. Mais quand saint Chrysostôme déclame avec feu contre leurs souliers noirs, luisans, terminés en pointe, je ne sai quels souliers plus modestes il vouloit qu’elles portassent. (D. J.)