Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome36.djvu/589

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


1559. 
De Bonneval. Paris, 27 février. — « J’ai été chez vous hier matin. » 
 B.
1560. 
Le comte d’Argental. Mars 1743. — « Vous avez bien raison, ange tutélaire. » 
 B.
1561. 
M. ***, de l’Académie française. — « J’ai l’honneur de vous envoyer. » 
 B.
1562. 
M. Boyer, ancien évêque de Mirepoix. Mars. — « Il y a longtemps que je suis persécuté. » 
 B.
1563. 
Le comte d’Argental. — « Mon adorable ami, vous n’aurez pas. » 
 B.
1564. 
Le comte d’Argental. À Versailles, vendredi, mars. — « Voici, mon très-cher ange, un fait comique. » 
 B.
1565. 
Cideville. À Paris, ce 23 mars. — « Tachons donc de nous rassembler. » 
 B.
1566. 
À … 27 mars. — « Serai-je un impudent… ? » 
 B. et F.
1567. 
Le comte d’Argental. Mars. — « Quand les autres en ont gros. » 
 B.
1568. 
Moncrif. — « J’ai été à Versailles. » 
 C. et F.
1569. 
M. d’Aigueberre. À Paris, le 4 avril 1743. — « J’ai été bien malade. » 
 B.
1570. 
De Vauvenargues. 4 avril 1743. — « Il y a longtemps, monsieur. » 
 G.
1571. 
De Frédéric. 6 avril. — « Vous me comblez de biens. » 
 Pr.
1572. 
Vauvenargues. Paris, 15 avril 1743. — « J’eus l’honneur de dire hier. » 
 B.
1573. 
Le comte d’Argental. À Passy, ce 16. — « Anges parisiens, vous saurez que nous sommes. » 
 C. et F.
1574. 
De Vauvenargues. 22 avril 1743. — « Je suis au désespoir que vous me forciez. » 
 G.
1575. 
Cideville. Ce mercredi, 8 mai 1743. — « Mon aimable ami, dont l’amitié. » 
 B.
1576. 
Cideville. Ce jeudi, 16 mai. — « Mon cher ami, qui me faites plus d’honneur. » 
 B.
1577. 
Vauvenargues. À Paris, le 17 mai 1743. — « J’ai tardé longtemps à vous remercier. » 
 B.
1578. 
De Frédéric. 21 mai. — « Depuis quand, dites-moi, Voltaire. ? » 
 Pn.
1579. 
Frédéric II, roi de Prusse. Juin 1743. — « Grand roi, j’aime fort les héros. » 
 B.
1580. 
Le comte d’Argental, ministre de la guerre. Samedi 8 juin. — « Je me flatte, monseigneur, que je partirai. » 
 B.
1581. 
Thieriot. À Paris, le 11 juin. — « La persécution et le ridicule. » 
 B.
1582. 
Pont-de-Veyle. Juin. — « Il est bien dur de partir. » 
 B.
1583. 
De Frédéric. 15 juin. — « Quand votre ami, tranquille philosophe » 
 Pr.
1584. 
De Frédéric. 25 juin. — « Oui, votre mérite proscrit. » 
 Pr.
1585. 
Cideville. À la Haye, ce 27 juin. — « Il n’arrive que trop souvent. » 
 B.
1586. 
Frédéric II, roi de Prusse. La Haye, le 28 juin. — « Sous vos magnifiques lambris. » 
 B.
1587. 
De Frédéric. 3 juillet 1743. — « Je vous envoie le passe-port. » 
 Pr.
1588. 
Mlle Dumesnil. À la Haye, 4 juillet. — « La divinité qui a eu les hommages. » 
 B.
1589. 
Le comte d’Argental. À la Haye, le 5 juillet. — « Eh bien, nos adorables anges. » 
 B.