Page:Lazare - Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844.djvu/238

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


2 m. 30 c. La maison no 2 est alignée ; le surplus de ce côté devra reculer de 1 m. 95 c. à 2 m. 30 c. — Égout. — Conduite d’eau. — Éclairage au gaz (compe Parisienne).


Fourcy-Sainte-Geneviève (rue).

Commence aux rues Mouffetard, no 2, et Descartes, no 52 ; finit aux rues de la Contrescarpe et de la Vieille-Estrapade. Le dernier impair est 11 ; le dernier pair, 4. Sa longueur est de 80 m. — 12e arrondissement, quartier Saint-Jacques.

Bàtie sur les fossés qui furent comblés en exécution d’un arrêt du conseil du 17 avril 1685, elle prit la dénomination de rue Fourcy (voir l’article précédent). — Une décision ministérielle à la date du 2 thermidor an X, signée Chaptal, a fixé la largeur de cette voie publique à 11 m. Les constructions riveraines sont soumises à un retranchement qui n’excède pas 40 c.


Fourneaux (barrière des).

Située à l’extrémité de la rue du même nom.

Elle a porté la dénomination de Barrière de la Voirie, en raison d’une voirie qui se trouvait dans le voisinage. Elle consiste en deux bâtiments avec colonnes surmontées d’un tambour. (Voyez l’article Barrières.)


Fourneaux (chemin de ronde de la barrière des).

Commence aux rue et barrière des Fourneaux ; finit aux rue et barrière de Vaugirard. Pas de numéro. Sa longueur est de 176 m. — 11e arrondissement, quartier du Luxembourg.

Voyez l’article Chemins de ronde.


Fourneaux (rue des).

Commence à la rue de Vaugirard, nos 107 et 109 ; finit aux chemins de ronde des barrières du Maine et des Fourneaux. Le dernier impair est 25 ; le dernier pair, 20. Sa longueur est de 407 m. — 11e arrondissement, quartier du Luxembourg.

Un plan de 1730 indique en cet endroit une tour dite des Fourneaux. Aux abords de cette tour, il existait plusieurs fabriques de fourneaux. La rue qui fut ouverte à la fin de ce siècle en a retenu la dénomination. — Une décision ministérielle à la date du 28 ventôse an IX, signée Chaptal, a fixé la moindre largeur de cette voie publique à 12 m. Les propriétés no 1, 3, 5, 7, 9, 15, 17, 19, 21 et les trois maisons situées en face des nos 5 et 7, sont alignées.


Fourreurs (rue des).

Commence à la rue des Lavandières, no 41, et à la place Sainte-Opportune, no 1 ; finit à la rue des Déchargeurs, nos 12 et 14. Le dernier impair est 19 ; le dernier pair, 22. Sa longueur est de 60 m. — 4e arrondissement ; les numéros impairs sont du quartier Saint-Honoré ; les pairs, du quartier des Marchés.

Elle était presqu’entièrement bordée de constructions vers 1250. On l’appelait alors rue de la Cordouannerie. Vers 1295, les cordonniers cédèrent la place aux pelletiers pour aller s’établir plus près de la halle. La voie publique qu’ils avaient abandonnée conserva longtemps encore son ancienne dénomination. Ce ne fut qu’au XVIIe siècle qu’elle prit le nom de rue des Fourreurs. — Une décision ministérielle du 12 fructidor an V, signée François de Neufchâteau, fixa la largeur de cette voie publique à 8 m. En vertu d’une ordonnance royale du 9 décembre 1838, cette largeur est portée à 10 m. Les maisons nos 2, 4 et 6 ont été démolies en 1839 pour l’élargissement de la place Sainte-Opportune. La propriété no 8 est alignée ; celles nos 16 et 18 ne sont soumises qu’à un léger redressement. Maison no 10, retranchement 70 c. ; no 12, retranchement 50 c. ; no 14, retranchement 20 c. ; no 20, retranchement 30 c. ; no 22, retranchement réduit 1 m. 10 c. La propriété no 1 devra subir un fort retranchement sur la rue des Lavandières ; no 3, retranchement réduit 2 m. ; de 5 à 19 inclus, retranchement 2 m. 60 c. à 4 m. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).


Foy (rue Sainte-).

Commence à la rue des Filles-Dieu, nos 20 et 22 ; finit à la rue Saint-Denis, nos 377 et 379. Le dernier impair est 31 ; le dernier pair, 30. Sa longueur est de 172 m. — 5e arrondissement, quartier Bonne-Nouvelle.

Cette rue était presqu’entièrement bordée de constructions en 1630 et portait le nom de rue du Rempart, en raison de sa proximité du mur d’enceinte construit sous Charles V et son successeur. Elle prit ensuite la dénomination de rue des Cordiers. Dès 1664, une enseigne représentant sainte Foy, lui avait fait prendre le nom qu’elle conserve aujourd’hui. — « Séance du 11 juillet 1793. Sur le rapport des administrateurs des travaux publics, le corps municipal arrête que la rue Sainte-Foy sera et demeurera alignée à 18 pieds de largeur, etc… » (Registre du corps municipal, vol. 40, page 6663). — Une décision ministérielle à la date du 23 brumaire an VIII, signée Quinette, et une ordonnance royale du 21 juin 1826, ont fixé la moindre largeur de cette voie publique à 7 m. La maison no 1, retranchement réduit 40 c. Les propriétés nos 3, 5, 7, 9,11, 13, 15, 17, 19, 21, 23 et 25 sont alignées ; no 27, retranchement 2 m. ; no 29, retranchement 2 m. 50 c. ; no 31, retranchement qui varie de 2 m. 70 c. à 4 m. 70 c. Les constructions de 2 à 22, retranchement 1 m. 20 c. à 1 m. 80 c. ; maison no 24, retranchement 1 m. 70 c. à 3 m. 70 c. Celles qui portent les nos 26, 28 et 30 sont alignées. — Conduite d’eau. — Éclairage au gaz (compe Française).


Français (théâtre).

Situé dans la rue de Richelieu, no 6. — 2e arrondissement, quartier du Palais-Royal.

L’enfance de l’art scénique offre chez tous les peuples anciens et modernes les mêmes traits de ressemblance. Des compositions ridicules et grossières, des