Discussion Livre:Chrétien de Troyes - Le Roman de la Charette.djvu/Diff

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Livre:Chrétien de Troyes - Le Roman de la Charette.djvu

-Digitized by the Internet Archive in 2010 with funding from University of Ottawa http://www.archive.org/details/leromandelachareOOchr
-Imprimerie Bei-infante Frère», La Haye.
+{{-|10}} Imprimerie Belinfante Frères, La Haye. {{-|10}}
-L i \M KOMAN DM LA CUAKIUJITi:, D’AI’IIKS GAUTHIER MAP et CHRESTIEIV DE TROIES, PUBLIE PAR
+{{c| LE ROMAN DE LA CHARETTE, D’APRÈS GAUTHIER MAP ET CHRESTIEN DE TROIES, PUBLIÉ PAR
-JONCKBLOET. LA HAYE, BELIWFANTE FUÈUES. 1850. ...-•* "as
+JONCKBLOET. {{-}} LA HAYE, BELINFANTE FRÈRES. {{-}} 1850. }}
-Lj2>.1l ^^ \ V
-i>[{|^:face. Si
+PRÉFACE. {{-}} Si
-viens m’adrcsser à
+viens m’adresser à
-travail. Ciiargé par mou gouvernement
+travail. Chargé par mon gouvernement
-ne fardai pas
+ne tardai pas
-(et pi’obablement aussi
+(et probablement aussi
-il uie fallait
+il me fallait
-partie absente , soit
+partie absente, soit
-des roinnns eu prose
+des romans en prose
-du pafais Mazarin,
+du palais Mazarin,
-analyse i’ort détaillée
+analyse fort détaillée
-VI volume
+volume
-ou vraoe ’) , p. vui — cxLi. Cette
+ou ouvrage 1) p. VII—CXLI. Cette
-citer im exemple,
+citer un exemple,
-la charrete , parce
+la charrete, parce
-de Chrcstien de Troies , que
+de Chrestien de Troies, que
-moyen-âge ’) , mais
+moyen-âge ’), mais
-ce litre: Roman
+ce litre : Roman
-que l’original: 1".
+que l’original : 1".
-4700 vers; 2".
+4700 vers ; 2".
-3000 vers; 3°.
+3000 vers ; 3°.
-3700 vers; 5".
+3700 vers ; 5".
-de Torcc , 3900
+de Torcc, 3900
-Li KOMANs i)h: LA ciïaiuu:ti:, I>^K CIIRESTIEIN DE TKOYE et (i O D E 1 R O 1 DE L E I (i [\ I. (JfIS. de
+LI ROMANS DE LA CHARRETE PAR CHRESTIEN DE TROYES et GODEFROI DE LEIGNI (MS. de
-Nationale à Paris , fondu de
+Nationale de Paris, fonds de
-73.) f. 27. b. 1: iiis que
+73.) {{Sep4}} {{NumVers|f. 27. b.}}Puis que
-de Clianpaignu V’iall ijue romans à feire anpraigiie Je l’jiiprendrai muull vulciitiers, Conie eil qui est sueiis aiitiers 5 De qiiaiiqu’il peut cl monde feire , Sanz
+de Chanpaigne Vialt que romans a feire anpraigne, Je l’anprendrai mout volentiers, Come cil qui est suens antiers {{NumVers|5}}De quanqu’il puet el monde feire, Sanz
-Mes tcx s’an poist antremetre Qu’il i Tolsist losenjre meire Si déist et jel’ tcsraoignasse 10 Que ce
+Mes tex s’an poïst antremetre Qui i volsist losenge metre, Si deïst, et jel tesmoignasse, {{NumVers|10}}Que ce
-Totes ccles qui sont vivanz Si eon li funs passe les vaiiz Qui vante eu Mai ou en Avril. Par foi je
+Totes celes qui sont vivanz, Tant con les funs passe li vanz Qui vante en mai ou en avril. Par foi, je
-sui raie cil 15 Qui vuelle
+sui mie cil {{NumVers|15}}Qui vuelle
-sa dame. Dirai-je : tant com unejame Vaut de pailes et de sardines Vaut la contessc de reïnes ? Naie voir je
+sa dame ; Dirai je : "Tant com une jame Vaut de pelles et de sardines, Vaut la Contesse de reïnes" ? Naie, je
-dirai rien , 20 S’est-il voirs raaieoit gré
+dirai ja rien, {{NumVers|20}}S’est il voirs maleoit gré
-tant dirai-ge que
+tant dirai je que
-Ses comandemenz an ceste oevre Que saas ne paione que g’i mete, Del’ cbevalier de
+Ses comandemanz an cest oevre Que sans ne painne que g’i mete. Del chevalier de
-charrete 25 Comance Crestiens son livre; Matière et
+charrete {{NumVers|25}}Comance Crestïens son livre ; Matiere et
-La contesse et
+La Contesse, et
-De panser que guères n’i
+De panser, si que rien n’i
-et s’antaucion, 30 Et dit
+et s’antancion. {{NumVers|30}}Et dit
-une Aeenssion Li
+une Acenssion Li
-Artus eort tenue ot Riche et bcle tant
+Artus et tenu ot Riebe et belle tant
-lui plot. Si
+lui pot, Si
-com à roi estut. Après mangier
+com au jor estut. Aprés mangier
-remut 35 Li rois
+remut {{NumVers|35}}Li rois
-ses conpaignons. Muull nt an la sale barons. Et si fu la rcïnc ansanlilc : Si ol avoec aus , ce me sanble , Mainte bêle dame corloise 40 Bien parlant an lenguc françoise. 27. c. El Kc.\, qui
+ses conpaignons ; Moult ot en la sale barons, Et s’i fu la reïne ensanble ; Si ot avoec li, ce me sanble, Mainte bele dame cortoise, {{NumVers|40}}Bien parlant an lengue françoise ; {{NumVers|27. c.}}Et Kex qui
-as tables, Manjoit
+as tables Manjoit
-conestables. LÀ où Kex séoit au mangier A tant ez-vos .i. chevalier 45 Qui vint à cort moult acesmez,
+conestables. La ou Kex seoit au mangier, A tant ez vos un chevalier {{NumVers|45}}Qui vint a cort molt acesmez,
-chevaliers à tel
+chevaliers a tel
-S’an vinljusque devant
+S’an vint jusque devant
-roi , Là où antre
+roi La ou antre
-barons sist. 50 !Vel’ salua
+barons sist, {{NumVers|50}}Nel salua
-einz lidist : Rois Artus,
+einz li dist : "Rois Artus,
-ta meison Chevaliers,
+ta maison Chevaliers,
-ne l’an di
+ne t’an di
-noveles 55 Por ce que teste vuelle randre; Ençois
+noveles {{NumVers|55}}Por ce que les te vuelle randre ; Ençois
-force né avoir
+force ne avoir
-puisses avoir. Et
+puisses ravoir ; Et
-morras 60 Qnejàaidier nelorporras. 1) Li
+morras {{NumVers|60}}Que já aidier ne lor porras." Li
-Sofrir, s’amanderne lepncl; Mes
+Sofrir, s’amander ne le puet, Mes
-poise durement. Lors
+poise duremant. Lors
-sanblant 65 Qu’aler s’an voel le : si s’an torne , Devant
+sanblant {{NumVers|65}}Qu’aler s’an voelle, si s’an torne, Devant
-ne séjorne , Et vient jusqu’à l’uis
+ne sojorne, Et vient jusqu’a l’uis
-la sale. Mes
+la sale ; Mes
-mie n’avale , Einçois
+mie n’avale, Einçois
-dit dès là: 70 a Rois,
+dit de la : {{NumVers|70}} « Rois,
-a Kcs .i. an cur lu le fiasses
+a Nes.i. an cui tu te fiasses
-la reïnc li osasses liaillicr por
+la reïne li osasses Baillier por
-bois Après moi, là où gc m’an vois, 75 Par un covant li atandrai
+bois Aprés moi, la ou je m’an vois, {{NumVers|75}}Par un covant l’i atandrai
-randrai , Qui
+randrai Qui
-an prison an ma terre. Se
+an essil an ma terre Se
-la puei vers moi couquerre Et
+la puet vers moi conquerre Et
-l’an ramainl. » iiU Ce dirent el paies maint : S’an
+l’an ramaint." {{NumVers|80}}Ce oïrent el palés maint, S’an
-la corz tôle eslormie. La
+la cort tote estormie. La
-Kex oie. Qui
+Kex oïe, Qui
-manjoit : Le
+manjoit ; Le
-vient toi droit 27.d. 85 Au roi,
+vient tot droit {{NumVers|85}}Au roi,
-comance à dire Toi autresi
+comance a dire Tot autresi
-par ire : a Rois,
+par ire: « Rois,
-t’ai moult boenement Par
+t’ai molt longuemant Par
-et léaumant ; Orpraing congié, si
+et lëaumant ; Or praing congié si
-irai 90 Que jamès ne le servirai. Je n’ai volenlè ne talont De loi servir d’ore an avant. « Au
+irai {{NumVers|90}}Que jamès ne te servirai; Je n’ai volenté ne talant De toi servir d’ore en avant." Au
-qu’il ot , Mes quant
+qu’il ot, Més, quant
-li pot 95 Si li
+li pot, {{NumVers|95}}Si li
-dit enes-le-pas: u Est-ce à certes
+dit eneslepas : « Est ce a certes
-sire rois , Je
+sire rois, Je
-or mesticr de gahois, Einz
+or cure de gabois, Einz
-trestot à certes. 100 Je ne
+trestot a certes ; {{NumVers|100}}Je ne
-autres dessertes, N’autre
+autres dessertes N’autre
-mon servise, Ensi
+mon servise ; Ensi
-volantez prise. Que
+volantez prise Que
-« Est-ce par
+« Est ce par
-despit, 5 Fet li
+despit, {{NumVers|105}}Fet li
-an volez? 8
+an volez ?
-- b8 — Scncscbax , si com vos solez Soici à cori, cl sacliicï bien
+Seneschax, si con vos solez, Soiez a cort, et sachiez bien
-por voslrc démorance 110 Ne
+por vostre remenance Ne
-doigne sans proloignance. » — «Sire, fet-il , ce n’a mestier, Ne
+doigne sanz demorance - Sire, fet Kex, ce n’a mestier ; Ne
-un setier Cliascun jor d’or On esmeré. » Ez-Tos le roi moult desperé. 1 5 Si est à la reine alcz : Dame , fet-il , vos
+un sestier, Chascun jor, d’or fin esmeré." Ez vos le roi molt desperé ; Si est a la reïne alez. "Dame, fet il, vos
-savez Del’ seneschal
+savez Del seneschal
-quiert : Congié demande, et ditqu’il n’iei t A macortplus; nesai por coi. 20 Ce
+quiert ? Congié demande et dit qu’il n’iert A ma cort plus, ne sai por coi Ce
-vostre proière : Alez à lui,
+vostre proiere ; Alez a lui,
-dame chière, Quant
+dame chiere ! Quant
-daigne , Proiez-li que
+daigne ; Proiez li que
-vos remaignc, 25 Et
+vos remaigne Et
-l’an chéez-vos as
+l’an cheez vos as
-Que jamès ne
+Que ja mes ne
-liez Sesaeonpaignieperdoie. » Li
+liez Se sa conpaignie perdoie." Li
-la i eïne i anvoie 27. e. Au seueschal, et
+la reïne i anvoie Au seneschal, et
-i va. 30 Avoec
+i va ; Avoec
-le trova , Et
+le trova, Et
-devant lui Si
+devant lui, Si
-: « Ken, à grant
+: "Kex, a grant
-Me vient , ce sachiez à estros,
+Me vient, ce sachiez a estros,
-conté, ee poise moi. Que
+conté, ce poise moi, Que
-volez del’ roi. Don vos vient et
+volez del roi ; Don vos vient, et
-quel corage? Ke vos an ticng or mie à sage Ne port!ortois, si cou ge
+quel corage ? Ne vos an tieng or mie a sage Ne por cortois, si con ge
-; 40 Del’ remenoir proicr vos
+; Del remenoir proier vos
-: Keî, remenez , je
+: Kex, remenez, je
-pri. » — a Dame , fet-il , vostre merci ! Mes
+pri. - Dame, fet il, vostre merci, Mes
-ne romanroie mie. » Et la reine ancor l’an prie, 45 Et luit li chevalier à masse. Et
+ne remanroie mie." Et la reïne encor l’an prie Et tuit li chevalier a masse, Et
-chose que rien
+chose qui rien
-valt. El la
+valt. Et la
-haut Com ele
+haut Come ele
-li cliiet. 50 Kexli prie
+li chiet. Kex li prie
-se liet; liais ele
+se liet, Mes ele
-que nel’ fera: Jamès ne s’an relèvera Tant
+que nel fera : Ja mes ne s’an relevera Tant
-Kex acréanté 55 Qu’il
+Kex acreanté Qu’il
-rois Otroil ce qu’il voidra einçois. Et elc-méismes l’otroit : aRex, fet-ele , que
+rois Otroit ce qu’il voldra ainçois, Et ele meïsmes l’otroit. "Kex, fet ele, que
-soit , Et ge et il l’otroierons. IGO Or an venez, si
+soit Et je et il l’otroierons ; Or an venez si
-einsi remés. » Avec la
+einsi remés." Avoec la
-va Kes. Si
+va Kes, Si
-roi venu: — « Sire , je
+roi venu. "Sire, je
-Keu reten u , 65 Fet la reïne , à grant travail ;. Mis par
+Keu retenu, Fet la reïne, a grant travail ; Mes par
-bail , Que vos fereiz ce qu’il dira.» Li
+bail Que vos feroiz ce qu’il dira." Li
-li demanl. — a Sire , fet-il , or sachiez dons Queje voel et
+li demant. "Sire, fet il, ce sachiez dons Que je voel, et
-dons 27. f. Don
+dons Don
-m’avez asséui-é ; Moult m’an tieng à boen éuré 75 Quant je l’aurai, vostre merci. La reïne queje voi ci M’avez otroiée à bailler: S’irons après le
+m’avez asseüré ; Molt m’an tieng a boeneüré Quant je l’avrai, vostre merci : Sire, ma dame que voici M’avez otroiee a baillier ; S’irons aprés le
-la forest. » 80 Au roi poise et
+la forest." Au roi poise, et
-l’an revesl. Car
+l’an revest, Car
-se desdist , Mes
+se desdist, Mes
-le fist Si
+le fist, Si
-parut à son volt. La
+parut a son volt ; La
-molt, 85 Et luit dient par
+molt, Et tuit dïent par
-meison Qu’ orguel, outrage
+meison Qu’orguel, outrage
-desreison Aïoit Kex demandée et
+desreison Avoit Kex demandee et
-Et le rois
+Et li rois
-La reïne et si lia dit: 90 « Dame, fel-il , sanz
+La reïne, et si li a dit : "Dame, fet il, sanz
-en ailliez. » Et
+en ailliez." Et
-: d Or la me bailliez Et
+: "Or la me bailliez, Et
-dotez jà de rien , Car
+dotez ja de rien, Car
-la ramanrai molt bien 95 Toteheitiée et lote sainnc.» Li
+la remenrai molt bien Tote heitiee et tote sainne." Li
-li baille, et cil l’anniainne. Après ax .ij. s’an
+li baille et cil l’an mainne. Aprés ax deus s’an
-; K’i a
+; N’i a
-cui moult n’ennuit.
+cui molt n’ennuit.
-li sencschax 200 Fu
+li seneschax Fu
-armez , et
+armez et
-Fu en mi la
+Fu enmi la
-amenez : Uns
+amenez ; Uns
-estoit delez Tex com à reïne
+estoit delez. Tex com a reïne
-palefroi vient 5 Qui
+palefroi vient, Qui
-ne tiranz. Mate et dolantc et sopiranz Monte
+ne tiranz ; Mate et dolante et sopiranz, Monte
-bas porcc qu’an
+bas por ce qu’an
-: Ha rois , se
+: "Ha ! ha ! se
-ce séussiez 210 Jà , ce croi , ne l’otroiesiez Que Kex me menast un seulpas ! » Moult le
+ce seüssiez, Ja, ce croi, ne me leissessiez Sanz chalonge mener un pas !" Molt le
-li cucns Guinahles l’oi Qui
+li cuens Guinables l’oï, Qui
-fu près de li. 15 Au départir si
+fu pres de li. Au departir si
-cil el celés qui l’oirent , 28. a. Con s’ele géust morte an bière. Ne Guident qu’el reveigne arrière James an treslot son aage. 20 Li
+cil et celes qui la virent, Con s’ele geüst morte en biere. Ne cuident qu’el reveigne arriere Ja mes an trestot son aage. Li
-outrage L’anmaine là où cil
+outrage L’an mainne la ou cil
-Mes à nelui n’an pesa tant Que del’ sivre s’antrcméist, Tant que mes sires Gauvains dist 25 Au
+Mes a nelui n’an pese tant Que del sivre s’antremeïst, Tant que messire Gauvains dist Au
-son oncle en audience : aSire, fet-il, moull grant
+son oncle, en audïence : "Sire, fet il, molt grant
-Avez feile, et moult m’an
+Avez feite, et molt m’an
-Mes si vos créez mon conseil Tant
+Mes se vos creez mon consoil, Tant
-si près 30 Je
+si pres Je
-vos iriens après Et
+vos irïens aprés Et
-i voidront venir.
+i voldront venir.
-m’an porroic tenir Qu’après n’alasse isnelemenf . Ce nescroit pas avenant 35 Que nos après ax n’alessiens Au
+m’an porroie tenir Qu’aprés n’alasse maintenant. Ce ne seroit pas avenant Que nos aprés ax n’alessiens, Au
-nos scussiens Que la reine devandra Et comanl Kex
+nos seüssiens Que la reïne devandra Et comant Kex
-contandra. » — «Alons-i, biaxniés, fet li rois: 40 Moult avez
+contandra. - Alons i, biax niés, fet li rois, Molt avez
-Et dès qu’an pris avez l’afeire Comandez
+Et des qu’anpris avez l’afeire, Comandez
-chevax forslreire Et mètre frains et anselcr. Qu’il
+chevax fors treire Et metre frains et anseler, Qu’il
-que del’ monter. » 45 Jà sont
+que del monter." Ja sont
-et anselé. Li
+et anselé ; Li
-monte tos promcrains. Puis monta mes sires Gauvains Et luit li
+monte toz primerains ; Puis monta messire Gauvains Et tuit li
-ainz : 50 Chascuns an voltestreconpainz. Si
+ainz ; Chascuns an volt estre conpainz, Si
-si com lui
+si con lui
-Armé furent de
+Armé furent, de
-i ot: S’an
+i ot, S’an
-armes assez. Mes sires Gauvains fu armez 55 Et
+armes asez. Messire Gauvains fu armez, Et
-fist à dcus escuiers
+fist a deus escüiers. Mener an destre deus destriers. Et einsi com il aprochoient Vers la forest, issir an voient Le cheval Keu, sel reconurent Et virent que les regnes furent Del frain ronpues anbedeus. Li chevax venoit trestot seus, S’ot de sanc tainte
-— 59 — Nl’lll’l- lui (ll’sllT ilriis <l«llu•r^ Kt l’iiisi l’uni il j|iiucliuii-iit Veni lu fui’i’st , iuir au voient 1.1’ l’Iirviil Ki’U, si’l’ rccuiiui’t’iil . 2UU Kt virent que le* tegiu-s l’uiriit ’iti. II. Dfl’ frain ronpuci uiibedi’u.s. Li clifvax venuit tiTstux num : S’ut de Siiiic taiiite l’vstrivitii’c , Et
+l’estriviere, Et
-la selc fu derrit^re B5 l.i ari’uiis (rvi el [léçoiei. \’i u nul (|ni n’aii suit iriez, Kt II uns l’uutrc an cingiie et bote. Itioii loiiij; devant tute la lute Mes sires (juuvaiiis elievaleliuit. 70 Ne tardu paires quant il vuit Venir un elievalier le pas ^ur un ebeval dniUaiit et las, Apantuisantet tressué. Li ebcvaliers a salué 75 Mon lieijnur Gauvain promcrains , Et
+la sele fu derriere Li arçons frez et peçoiez. N’i a nul qui n’an soit iriez, Et li uns l’autre an cingne et bote. Bien loing devant tote la rote Messire Gauvains chevalchoit ; Ne tarda gaires quant il voit Venir un chevalier le pas Sor un cheval duillant et las Et pantoisant et tressüé. Li chevaliers a salüé Monseignor Gauvain primerains, Et
-lui mes sires Gauvains.
+lui messire Gauvains.
-li ebevaliers s’aiestut, Qui mon seignor Gauvain cunul , Si dist: a Sire , don ne véez BO Coin mes cbevax est tressucz Et
+li chevaliers s’arestut, Qui monseignor Gauvain conut, Si dist : "Sire, don ne veez Con mes chevax est tressüez Et
-n’a niés nul mestier; Et
+n’a mes nul mestier ? Et
-Sont voslre ; or
+Sont vostre, or
-vos prieroie Par covaiit queje vos randroie 85 Le
+vos prieroie, Par covant que je vos randroie Le
-le guerredon . Que
+le guerredon, Que
-ou à presl ou à don , Le
+ou a prest ou a don, Le
-soit , me baiilessiez. » Et
+soit me baillissiez." Et
-li dit: «Or eboisissiez Des deus lequel que
+li dit : "Or choississiez Des deus le quel que
-vos plesl. » 90 Mes cil oui granz besoigne n’est IN’ala pas querrant le meillor, Kè le plus bel,, né le
+vos plest." Mes cil cui grant besoigne en est N’ala pas querant le meillor, Ne le plus bel, ne le
-Einz monta tautost sor
+Einz sailli molt tost sor
-plus près de lui. 95 Si
+plus pres de lui, Si
-maintenant eslcssié , Et cil cbiet morz
+maintenant eslessié ; Et cil chiet morz
-a lessié. Car moult l’avoit
+a lessié, Car molt l’avoit
-jor péné Et
+jor pené Et
-et sormcné. Li ebevaliers sanz
+et sormené. Li chevaliers sanz
-arest 300 S’au vet armez par la forest , El mes sires Gauvains après Lo suit et cbace com angrès. Tant
+arest S’an vet poignant par la forest, Et messire Gauvains aprés Lo siut et chace com angrés, Tant
-grant pièce aie 28. e. 5. Si
+grant piece alé, Si
-ot dune au elievalier. Et vit iiiuult grant defulélz De clievax , et |;raiit l’ruiMéiz D’esciu et
+ot doné au chevalier, Et vit molt grant defoleïz De chevax, et grant froisseïz D’escuz et
-lances antor. 311) Uieii resanbla
+lances antor ; Bien resanbla
-grant eslur De plusurs ebevaliers i ut. Se
+grant estor De plusors chevaliers i ot ; Se
-pesa moult et desplul Ce
+pesa molt et desplot Ce
-pas grainmant aiesté 15 Einz
+pas granmant aresté, Einz
-outre gianl aléuie. Tant
+outre grant aleüre Tant
-revit pur avanluie Le elievalier tôt seul à pié, Tôt armé, le liiaume lacié,
+revit par aventure Le chevalier tot seul a pié, Tot armé, le hiaume lacié,
-au col , l’espée ceinte. 20 Si
+au col, l’espee ceinte, Si
-une cbarrctc atainte. De ceservoit cbarrete lorcs Don
+une charrete atainte. (De ce servoit charrete lores Don
-servent ores: Et en cbascune boeiic vile Où or
+servent ores, Et en chascune boene vile, Ou or
-de tiois mile 25 N’en avoit à cel
+de trois mile, N’en avoit a cel
-que une , Et cele cstoit à ces comune , Ausi
+que une, Et cele estoit a ces comune, Ausi
-sont, A ces qui murtre et larron sont, Et à ces
+sont, Qui traïson ou murtre font, Et a ces
-sont chanpchéu , 30 Et
+sont chanpcheü, Et
-ont eu Autrui
+ont eü : Autrui
-an cbemiii. Qui à forfet
+an chemin : Qui a forfet
-repris , S’estoit
+repris S’estoit
-la cbarrete mis 35 Et
+la charrete mis Et
-rues : S’avoit tôles cnors perdues, IVè puis n’esloit à cort oiz Ne enorcz ne conjolz. Por ce qu’à cil tens furent tcx 40 Les cbarretes et si cruex Fu premiers dit: « Qnant tu verras Cbarrete et tu l’ancontreras Fei crois sor loi et
+rues ; S’avoit puis totes lois perdues, Ne puis n’estoit a cort oïz Ne enorez ne conjoïz. Por ce qu’a cel tens furent tex Les charretes et si crüex, Fu premiers dit : "Quant tu verras Charrete et tu l’anconterras, Fei croiz sor toi et
-ne l’an avaigne. » ■15 Li chevaliers à pié, sanz lance. Après la cbarrete s’avance , Et
+ne t’an avaigne.") Li chevaliers a pié, sanz lance, Aprés la charrete s’avance Et
-nain sor les limons , Qui tenoit’come charretons 28. d. Une
+nain sur les limons, Qui tenoit come charretons Une
-main. 50 Et li ebevaliers dit
+main. Et li chevaliers dit
-nain ; Nain , fet-il , por Deu car
+nain : "Nains, fet il, por Deu, car
-as véu par
+as veü par
-la reïne. u Li nains cuiveiz , de pute oiine 55 Ne l’en vost
+la reïne." Li nains cuiverz de pute orine Ne l’an vost
-li dist: «Se lu viax monter .Sor la cbarrete queje main Savoir purras jusqu’à demain Que Iq reine est devenue. » 3U0 Tantost
+li dist : "Se tu viax monter Sor la charrete que je main, Savoir porras jusqu’a demain Que la reïne est devenue." Tantost
-voie tennc Li ebevaliers que il i monte.
+voie tenue, Qu’il ne l’atant ne pas ne ore. Tant solemant deus pas demore Li chevaliers que il n’i monte.
-ot bonté Que
+ot honte Que
-ne sailli Qu’il s’an
+ne sailli, Qu’ils s’an
-mal bailli; G5 Mes rcisons qui d’amors se part Li
+mal bailli ! Mes Reisons, qui d’Amors se part, Li
-que del’ monter se gart. .Si le cliaslie et si l’anseignc Que
+que del monter se gart, Si le chastie et si l’anseigne Que
-ne aiipreigne Dom il ail bonté ne reprocbe. 70 N’est
+ne n’anpreigne Dont il ait honte ne reproche. N’est
-el cuer mes
+el cuer, mes
-la boche Rcisons qui
+la boche, Reisons qui
-; Mais amors est
+; Mes Amors est
-li comande cl sémont Que
+li comandë et semont Que
-la cbarrete mont. 75 Amors
+la charrete mont. Amors
-i saut. Que
+i saut, Que
-Puis qu’amors le
+Puis qu’Amors le
-Et mes sires Gauvains s’aquiall Après la cbarrete puigiiant. 80 El quant
+Et messire Gauvains s’aquialt Aprés la charrete poignant, Et quant
-i Irueve séant Le
+i trueve seant Le
-s’an racrvoille. Puis li dit: «Nains car me conseille De la reïne se tu scz. » Li nains dit: «Se lu tant te bez 85 Com cist
+s’an mervoille ; Puis dit au nain : "Car me consoille De la reïne, se tu sez." Li nains dit : "Se tu tant te hez Con cist
-ci siet , Monte avoec lui se
+ci siet, Monte avoec lui, se
-avoec li. » Quant mes sires Gauvains l’oï Si
+avoec li." Quant messire Gauvains l’oï, Si
-tint à moll grant folie, 90 Et
+tint a molt grant folie Et
-montera mie. Car
+montera mie, Car
-feroit 28. e. Se cbarrete à cheval cbanjoit. a Mes va, quel pari que
+feroit Se charrete a cheval chanjoit. "Mes va quel part que
-g’irai là où tu voldras. » 95 Alant à la
+g’irai la ou tu iras." A tant a la
-se mêlent: Cil cbevalcbe, cil dui cbarretent. Et
+se metent. Cil chevalche, cil dui charretent, Et
-De basvespre à un chaslel vindrent , Et
+De bas vespre a un chastel vindrent, Et
-li chastiax 400 Estoit moll riches el moll biax. Tuit trois antrent
+li chatiax, Estoit molt riches et molt biax. Tuit troi antrent
-porte. Del’ cbevalierque cil
+porte. Del chevalier, que cil
-la cbarrete se
+la charrete, se
-Les genz , mes mie nel’ consoillent ,
+Les genz, mes mie n’an cosoillent,
-— 60 — 405 Einz le luiient petit et gr.int, Et II veillart
+Einz le huient petit et grant, Et li veillart
-li anfaiit. Parmi les mes à grant liiii Sot moult li cbevaliorsde lui
+li anfant Parmi le rues a grant hui ; S’ot molt li chevaliers de lui
-dire. 10 Tuit demaudent: ir Aquel marlire Sera
+dire. Tuit demandent : "A quel martire Sera
-? Icrt-il cscorchiez ou panduz, Noicz ou
+? Iert il escorchiez ou panduz, Noiez ou
-feu d’ospines ? Di , nains, di , tu
+feu d’espines ? Di, nains, di, tu
-le traînes, 15 A
+le traïnes, A
-forfet fu-il trovez ? Est-il de larrecin prOTez ? Est-il murtriersou ehanpclicuz?» Et li nains s’est adès tcuz, Qu’il
+forfet fu il trovez ? Est il de larrecin provez ? Est il murtriers ou chanpcheüz ?" Et il nains s’est adés teüz, Qu’il
-un né cl. 20 Le chevalier mainnc à l’ostel. Et Gauvaius siut adès le
+un ne el. Le chevalier mainne a l’ostel, Et Gauvains siut adés le
-qui ert à plain , Qui delez la vile séoit. D’autre part praeric avoit , 25 Et d’autre part cstoit assise
+qui tot a plain Par devers la vile seoit. D’autre part praerie avoit, Et par delez estoit assise
-roche bise , Haute et tranchiêc contreval. Après la charrete à cheval Entre Gauvainsdedanz la tor. 30 An
+roche bise, Haute et tranchiee contre val. Aprés la charrete a cheval Entre Gauvains dedanz la tor. An
-Une dameiscle ancontrée, (K’avoit si bêle an la contrée) Et
+Une dameisele ancontree, N’avoit si bele an la contree ; Et
-venir dcus pucelcs Avoequcs li , gcntes et belcs. 35 Tôt maintenant que elcs virent 28. f. Mon seijjnor Gauvain si le firent Grant joie et
+venir deus puceles Avoeques li, gentes et beles. Tot maintenant que eles virent Monseignor Gauvain, si li firent Grant joie, et
-le saluèrent. Et del’ chevalier demandèrent : Nains, qu’a
+le salüerent ; Et del chevalier demanderent : "Nains, qu’a
-chevaliers raesfet 40 Que
+chevaliers mesfet Que
-come contrct ? » Cil
+come contret ?" Cil
-la charrete. Si s’an va : Ne Surent où il
+la charrete, si s’an va ; Ne sorent ou il
-ala. 45 Et mes sires Gauvains dcscent. Atant vienent vasiet avant Qui anhedcus les désarmèrent. Deus
+ala. Et messire Gauvains descent ; A tant vienent vaslet avant Qui anbedeus les desarmerent. Deus
-qu’il afublcrenl, Fist
+qu’il afublerent, Fist
-de soper Li mangiers fii bien atoniez. La
+de soper, Li mangiers fu bien atornez. La
-delez Mon seignor Gauvain
+delez Monseignor Gauvain
-Por néant volsisscnt changicr 455 Lor oslel por querre mcillor , Car
+Por neant volsissent changier Lor ostel por querre meillor, Car
-Et coupeignie bocnc et bêle Tote
+Et conpeignie boene et bele Tote
-la dameiscle. Quant il orcnt assez mangié 60 Dui lit Airent apareillié En une sale
+la dameisele. Qant il orent assez veillié, Dui lit furent apareillié Anmi la sale
-et lonc. Et
+et lonc ; Et
-autre selouc , Plus
+autre selonc, Plus
-plus riche ; Car si com li contes afichc 05 Iliavoil tôt le délit Qu’an séust deviser
+plus riche, Car, si con li contes afiche, Il i avoit tot le delit Qu’an seüst deviser
-Quant del’ couchier
+Quant del couchier
-et leus La
+et leus, La
-Ses oslcs qu’ele ot oslelez ; 70 Deuz liz molt biai et Ions et
+Ses ostes qu’ele ot ostelez ; Deus liz molt biax et lons et
-: « Aocs vos cors ! Sont fcl cist
+: "A oés vos cors Sont fet cist
-an cest lit qui est deçà Ne
+an celui qui est dela Ne
-ne l’a. 75 Ne
+ne l’a ; Ne
-cist à voz eors. » Li
+cist a vostre ués." Li
-respont lors , Cil
+respont lués, Cil
-charrete vint. Qu’à desdaing et à despit
+charrete vint, Qu’a desdaing et a despit
-La defianse à la dameisele. 29. a. 80 « Dites-moi , fet-il, la qiierele Por
+La desfanse a la dameisele "Dites moi, fet il, la querele Por
-an dell’anse. o Celé respondi : « Pas ne panse Qui en ère a pansée bien. A vos, fet-ele, ne
+an desfanse." Cele respondi, pas ne panse, Qui en ere apansee bien : "A vos, fet ele, ne
-rien 85 Del’ demander
+rien Del demander
-de l’anquerre. Honiz
+de l’anquerre ! Honiz
-terre Puisqu’il a
+terre Puis qu’il a
-requise, 90 En tes mescé que
+requise, Entesmes ce que
-gise Qu’il
+gise : Qu’il
-conparer. Ne ge ne l’ai pas fet
+conparer. L’an ne l’a mie fet
-le conparriez molt chicr 95 Se
+le conparrïez molt chier Se
-venoit nés an pans. » — «Ceverroiz-vos, fet-il, partans. « — B Jel’ verrai ?» - «Voire.» - «Or i parra.» — a Je
+venoit nes an pans. - Ce verroiz vos, fet il, par tans. - Jel verrai ? - Voire. - Or i parra. - Je
-le conparra , Fet li chevaliers ; par mon chief, 500 Cui qu’il enuit, ne
+le conparra, Fet li chevaliers, par mon chief. Cui qu’il enuit ne
-soit grief. An
+soit grief, An
-lit vocl-ge jesir
+lit voel ge jesir
-reposer tôt à leisir. » Maintenant
+reposer tot a leisir." Maintenant
-fu deschaucicz El lit, qui fu Ions et hauciez 505 Plus
+fu deschauciez, El lit qui fu lons et hauciez Plus
-demie aune, Se couche sor un samit jaune. Un
+demie aune Se couche soz un samit jaune, Un
-d’or estelc, — N’estoit
+d’or estelé. N’estoit
-La forréure. ainz
+La forreüre, ainz
-de sables; 10 Bien fust à ocs un
+de sables ; Bien fust a oés un
-sor lui. Li
+sor lui ; Li
-ne fil mie
+ne fu mie
-glui, Né de paille , né de
+glui, Ne de paille ne de
-mie nuit devers les lates 15 Vint
+mie nuit, de vers les lates Vint
-come foudre. Le fer desoz , et
+come foudre, Le fer desoz, et
-au lit , là où il gisoit. 20 En
+au lit, la ou il gisoit. En
-feu espris. El
+feu espris ; El
-et cl lit amasse. 29. b. Et
+et el lit a masse. Et
-le eosté. Si
+le costé Si
-a del’ cuir
+a del cuir
-s’est drecicz: S’eslaint le
+s’est dreciez, S’estaint le
-Ne porce son
+Ne por ce son
-ne gnerpi , Einz
+ne guerpi, Einz
-dormi Tôt aulrcsi séurémant Com
+dormi Tot autresi seüremant Com
-fet premièremant. 35 L’andemain par matin au jor La dameiscle de
+fet premieremant. L’andemain par matin, au jor, La dameisele de
-messe apareillier : Ses
+messe apareillier, Ses
-et csveillier. Quant
+et esveillier. Quant
-ot me^se chantée 40 As
+ot messe chantee, As
-la prée .S’an vint
+la pree S’an vint
-fenestre delez 45 Estoit
+fenestre delez. Estoit
-pucele venue. Si li ot à consoil tenue Mes sires Gauvains an
+pucele venue, Si l’i ot a consoil tenue Messire Gauvain an
-Une pièce, ne
+Une piece, ne
-de quoi. Ne
+de quoi ; Ne
-paroles furent, 50 Mes
+paroles furent. Mes
-la rivière
+la riviere,
-— Gl An viri’iil jioi’tcr iinr liiiTi". S’iivoil ilédaiii uns clu-viiliiT, Kl dflri ol iliifl granl et lier 555 Qui’ trois d.iinelsi’li’s Icistiu’iit. Aprt’s lu hii’tv venir
+An virent porter une biere ; S’avoit dedanz un chevalier, Et delez ot duel grant et fier Que trois dameiseles feisoient. Aprés la biere venir
-et (levant vrnoit l’iis (jran* elievaliers , qui menoil Une bêle dame à sénestre. Ut) l.i chevaliers
+et devant venoit Uns granz chevaliers qui menoit Une bele dame a senestre. Li chevaliers
-fenestre C’onut que c’esloit la reine. De l’csgarder onqiies ne fnic Molt aiitentis et niolt li plot An plus loiij;iiemant que
+fenestre Conut que c’estoit la reïne ; De l’esgarder onques ne fine, Molt antentis, et molt li plot, Au plus longuemant que
-pot. Ur> Kl quant il ne
+pot. Et quant plus ne
-pot véoir Si
+pot veoir, Si
-lessier cliéoir Et tréhueliier aval son cors. 29. c. Kt jà estoit
+lessier cheoir Et trebuchier aval son cors ; Et ja estoit
-Quant mes sires Gauvains
+Quant messire Gauvains
-; 70 Sel’ trait arrii’res , se
+; Sel trait arrieres, se
-: Merci , sire , soiez an pès , Por Deu nel’ vos pansez jamès Que vos faeiej tel desveric. A jjrant tort liaez vostre vie.» 7.5 — « Mes .i droit, » fet la dameiselc, Don n’iert séue la
+: "Merci, sire, soiez an pes ! Por Deu nel vos pansez ja mes Que vos faciez tel desverie ! A grant tort haez vostre vie. - Mes a droit, fet la dameisele ; Don n’iert seüe la
-Par tôt de la nialéurlé Q’il a en la eliarrctc esté ; liien doit
+Par tot de sa maleürté ? Des qu’il a en charrete esté, Bien doit
-fust ocis , 80 Que mialz vaidroit-il morz que vis. Sa
+fust ocis, Que mialz valdroit il morz que vis : Sa
-est dès or mes houteusc Et despité et malcurcuse. » Atant lor armes demandèrent Li
+est desormés honteuse Et despite et maleüreuse." A tant lor armes demanderent Li
-si s’armèrent , 85 Et lors cortelsie et procsce Fist
+si s’armerent. Et lors corteisie et pröesce Fist
-et largcscc, Que
+et largesce, Que
-et ranponé , Si
+et ranponé, Si
-chevalier congic ont pris , Come
+chevalier congié ont pris Come
-bien apris, A la dameisele, et .si l’ont Saluée , puis
+bien apris A la dameisele et si l’ont Salüee, puis
-vont 95 Si com la
+vont Si con la
-an virent. Mes
+an virent ; Mes
-fors del’ chastel issirent Conques nus nés i
+fors del chastel issirent C’onques nus nes i
-par là Où la reine orent véue. 600 N’ont
+par la Ou la reïne orent veüe. N’ont
-rote aconscue Qu’il s’an aloienl eslessié. Des pre2 anlrent an
+rote aconseüe, Qu’il s’an aloient eslessié. Des prez antrent an
-plessié Kt tri’uw-nt un eliennn terré. S’ont
+plessié Et truevent un chemin ferré ; S’ont
-erré 6U6 Qu’il put estie prinii’ ilejor, Et
+erré Qu’il pot estre prime de jor, Et
-un quiurel’or Une dameisele trovée : .Si l’ont anliedui saluée , Et eliascinis li rcqiiieit et prie, 10 S’clc le sil . ipi’elc lor die Où la r< ïne an est menée ? 29. d. Celé respont eonie senéc , Et dist: « Bien vos sauroic mètre , Tanl me porriez vos promettre , 1 5 El
+un quarrefor Une dameisele trovee, Si l’ont anbedui salüee ; Et chascuns li requiert et prie, S’ele le set, qu’ele lor die Ou la reïne an est menee. Cele respont come senee Et dit : "Bien vos savroie metre, Tant me porrïez vos prometre, El
-la vole , El la
+la voie, Et la
-vos nomcroie Et
+vos nomeroie Et
-qui l’enmainne; Mes moll i eovendruil granl palinie: Qui
+qui l’en mainne ; Mes molt i covendroit grant painne, Qui
-la tenc^ antrer voidroit , 20 Einz
+la terre antrer voldroit ! Einz
-i (ust molt se doldroit. » Et mes sires Gauvains li dist: Dameisele , de Dex m’aïst Je
+i fust molt se doldroit." Et messire Gauvains li dist : "Dameisele, si Dex m’aïst, Je
-promet à devise
+promet a devise
-je mute an vostre servise , 25 Quant vos pleira , tôt mon pooir , Mes
+je mete an vostre servise, Quant vos pleira, tot mon pooir, Mes
-le voir. » Et
+le voir." Et
-promete Tôt son pooir, cinçois allchc 30 Come cil cuianiors fet
+promete Tot son pooir, einçois afiche, Come cil cui Amors fet
-hardi partot, Que sanz arcst et sanz redot Quanqu’ele voidra li promet , Et toz an
+hardi par tot, Que sanz arest et sanz redot, Quanqu’ele voldra li promet Et tot an
-met. 35 — « Donc le vos dirai-ge , » fet-ele, Lors lor conte
+met. "Donc le vos dirai ge," fet ele. Lors lot conte
-: a Par foi, seignor , Méléaganz , Uns
+: "Par foi, seignor, Meleaganz, Uns
-de Gorre, l’a prise, 40 Et
+de Gotte, l’a prise, Et
-el réaume mise
+el rëaume mise
-ne retorne ; Mes
+ne retorne, Mes
-el pais séjorne An servitune el an essil. » Et
+el païs sejorne An servitume et an essil." Et
-li redemande cil : 45 t( Dameisele où est celé terre ? Où porrons.nos la
+li redemandent cil : "Dameisele, ou est cele terre ? Ou porrons nos la
-querre ? » Celé respont : « Bien le sauroiz ; Mes ce
+querre ?" Cele respont : "Bien le savroiz, Mes, ce
-i auroiz Ancontriers et félons trespas ; 50 Que
+i avroiz Anconbriers et felons trespas, Que
-n’i antre-an pas .Se par
+n’i antre an pas, Se par
-roi non. 1,1 rois liadi’iiiaguz a
+roi non : Li rois Bademagus a
-Si piiet l’an antrer tote voiea l’ar di’iis molt périlleuses voies , 29. e. !;.’’• "> l’it par deiis molt félons passages. Li lins a non li jwiiz ivn^ra, l’orce que >oz ève csl li ponz ; El s’a dès le pont jus qu’au fonz Autant desuz come desus, 60 Ne di’çd moins ne deld plus,
+Si puet l’en antrer totevoies Par deus molt perilleuses voies Et par deus molt felons passages. Li uns a non LI PONZ EVAGES, Por ce que soz eve est li ponz Et s’a de l’eve jusqu’au fonz Autant desoz come desus, Ne deça moins ne dela plus,
-ponz lot droit
+ponz tot droit
-; Kl si
+; Et si
-lé el autrctanl d’cspès. Bien fet à refuser
+lé et autretant d’espés. Bien fet a refuser
-mes, 65 Et s’est-ce li moins périlleus ; .Mes il
+mes, Et s’est ce li moins perilleus, Mes il
-assez antredcus Avantures
+assez antre deus Avantures
-me lès. Li
+me tes. Li
-est pliismalvès, Et
+est plus malvés Et
-plus périlleus assez 70 Qu’ainz
+plus perilleus assez Qu’ainz
-fu passez , Qu’il
+fu passez, Qu’il
-com espéc Iranchanz, Et porce Ircstotes les gcnz L’apelenl le pont de l’espée. La
+com espee tranchanz ; Et por ce trestotes les genz L’apelent LE PONT DE L’ESPEE : La
-ai contée 75 De tant com dire
+ai contee De tant con dire
-an puis. » Et
+an puis." Et
-li redemande puis: Dameisele , se vos daigniez Ces
+li redemandent puis : "Dameisele, se vos daigniez, Ces
-nos anscignier. » Et
+nos anseigniez." Et
-: 80 a Vez-ci la
+: "Vez ci la
-au pont Desoz ève , et celé delà Droit au pont de l’espée va. » Et
+au Pont Desoz Eve, et cele dela Droit au Pont de l’Espee an va." Et
-li chevaliers , Cil
+li chevaliers, Cil
-esté charretiers: 85 «Sire, je
+esté charretiers : "Sire, je
-sanz rancune. Prenez vos de ces voies l’une. Et
+sanz rancune : Prenez de ces deus voies l’une Et
-me clamez. Prenez
+me clamez ; Prenez
-mialz amcz. » — « Par foi , fet mes sires Gauvains, 90 Molt est périlleus et
+mialz amez. - Par foi, fet messire Gauvains, Molt est perilleus et
-passages : Del’ prandre
+passages ; Del prandre
-estre sages. Je
+estre sages, Je
-preu !c quel je praigne. Mes
+preu le quel je praigne ; Mes
-moi lemain^jne 95 Quant
+moi remaingne Quant
-geu Au pont desoz ève me vcu. » — « Donc est-il droiz
+geu : Au Pont desoz Eve me veu. - Donc est il droiz
-Au pont de l’espée sanz noise, 29. (. Fet l’aulres , et
+Au Pont de l’Espee, sanz noise, Fet l’autres, et
-m’i otroi. » 700 Atant se départent luit troi : S’a
+m’i otroi." A tant se departent tuit troi, S’a
-— 62 — Molt déboiieircmenl à Dé. Et quant de alcr les an voit Si
+Molt deboneiremant a Dé. Et, quant ele aler les an voit, Si
-: ff Chascuns de
+: "Chascuns de
-doit 705 Un guerredon à mon gré raadre Quele
+doit Un guerredon a mon gré randre, Quele
-que jel’ voidrai prandre. Gardez , ne l’obliez- vos mie ! i> — <> iXel’ fcrons-iios, voir , doice amie! » Font ii chevalier aiibediii. 10 Atant s’an
+que jel voldrai prandre ; Gardez, ne l’oblïez vos mie. - Nel ferons nos, voir, dolce amie," Font li chevalier anbedui. A tant s’an
-par lui. Et
+par lui ; Et
-la charretc panse, Com cil
+la charrete panse Con cil
-force né delfanse N’a vers amors qui le juslise ;
+force ne desfanse N’a vers Amors qui le justise ;
-guise 15 Que iui-méismes en obiie, Ne
+guise Que lui meïsmes en oblie, Ne
-s’il est ou
+s’il est, ou
-n’est mie ; IN’è ue Ii mambre de son non , Me set
+n’est mie, Ne ne li manbre de son non, Ne set
-ou non ; Ne set cil va,
+ou non, Ne set ou va,
-vient : 20 Derien nule ne Ii sovient
+vient ; De rien nule ne li sovient
-d’une seule , et
+d’une seule, et
-en obli. A celé seule
+en obli ; A cele seule
-Qu’il n’ot ne voit, né rien n’anlanl. 25 Et
+Qu’il n’ot, ne voit, ne rien n’antant. Et
-tost l’enporte , Né ne
+tost l’en porte, Ne ne
-voie torte , Mes la raeillor et
+voie torte, Mes la meillor et
-droite : Et
+droite ; Et
-porté. 30 An celé lande avoit uns gué , Et
+porté. An cele lande avoit un gué Et
-Uns chevaliers qui le gardoit. S’ert uue dameisele
+Uns chevalier qui le gardoit ; S’ert une dameisele
-Venue sor un palefroi. 35 Jà estoit prés de
+Venue sur un palefroi. Ja estoit pres de
-N’ancor ue se remuet né lasse
+N’ancor ne se remuet ne lasse
-Le gué , qui molt granl soif avoit : 40 Vers l’ève cort
+Le gué, qui molt grant soif avoit ; Vers l’eve cort
-S’escrie ; « Chevaliers, ge gart 30. a. Le gué , si
+S’escrie : "Chevaliers, ge gart Le gué, si
-vos contredi. » Cil
+vos contredi." Cil
-l’antant né ne l’oï , 45 Car
+l’antant ne ne l’oï, Car
-li leissa. Et
+li leissa, Et
-vers l’éve molt
+vers l’eve molt
-li escric, que
+li escrie que
-l’ost : Lai le gué , si feras que sages , 50 Que là n’est
+l’ost Loing del gué, si fera que sages, Que la n’est
-li passages.)/ Et
+li passages. Et
-le ferra se
+le ferra, se
-antre. Cil
+antre. Mes li chevaliers ne l’ot mie, Et cil tierce foiz li escrie : "Chevaliers ! n’antrez mie el gué Sor ma desfanse et sor mon gré, Que par mon chief je vos ferrai Si tost come el gué vos verrai." Cil
-tant qu’i 1 ne lot pas. Et
+tant qu’il ne l’ot pas ; Et
-chevax enes-le-pas 755 Saut an l’ève et del’ chaup sesoivrc: Par
+chevax eneslepas Saut an l’eve et del chanp se soivre, Par
-comance à boivre.
+comance a boivre.
-conparra , Jà Ii escus ne
+conparra : Ja li escuz ne
-garra , Kc li haubers qii’d a el dos. 60 Lors
+garra Ne li haubers qu’il a el’ dos. Lors
-es gales. Et des gaioz el cors l’an bat Et fîert celui
+es galos, Et des galoz el cors l’anbat Et fiert celui
-l’abat Eu mi le gué toi estandu , Que
+l’abat Enmi le gué tot estandu, Que
-avoit dcQandu. 65 Si li choi tôt à uu vol
+avoit desfandu ; Si li cheï tot a un vol
-li escus del’ col.
+li escuz del col.
-sant l’ève si tressant , Toz estormiz an estant
+sant l’eve, si tressaut ; Toz estormiz en estant
-Ausi corne cil qui s’esvoille : 70 S’ot,ct si voitct semervoille Qui
+Ausi come cil qui s’esvoille, S’ot, et si voit, et se mervoille Qui
-l’a fcru. Lors
+l’a feru. Lors
-chevalier véu , Si
+chevalier veü ; Si
-: « Vasax , por
+: "Vasax, por
-M’avez féru, dites-le moi, 75 Quant
+M’avez feru, dites le moi, Quant
-vos savoie , Né rien
+vos savoie, Ne rien
-? » — a l’ar foi , si aviez -vos , fet cil , Don ne m’éustes-vos molt vil Quant
+? - Par foi, si avïez, fet cil ; Don ne m’eüstes vos molt vil, Quant
-contredis 80 Trois foiées , et
+contredis Trois foiees, et
-poi crier. Bien
+poi crïer ? Bien
-oïstes desfier Au
+oïstes desfïer Au
-ferroie ïantost qu’an l’ève vos verroie. » 30. b. Li
+ferroie Tantost qu’an l’eve vos verroie." Li
-: Dahez ait
+: "Dahez ait
-oï onques i\è vit onques mes , qui je
+oï onques, Ne vit onques mes, que je
-me contredéistes : Bien
+me contredeïstes ; Bien
-mar me féristes Se ge au frain une
+mar le feïstes, Se au frain a une
-au mains. » 95 Et
+au mains." Et
-: « Qu’an avandroit , Tenir
+: "Qu’an avandroit ? Tenir
-porras orandroit Au frain , se
+porras or androit Au frain, se
-Ta uienace ne ton orguel. » 800 Et
+Ta menace ne ton orguel." Et
-: « Je mialz ne vuel Que
+: "Je mialz ne veul : Que
-an déust avenir Je t’i voidroie jà tenir. » Lors
+an deüst avenir, Je t’i voldroie ja tenir." Lors
-avant En mi le gué , et
+avant Enmi le gué, et
-resne à la main séuestre , Et
+resne a la main senestre, Et
-la suisse à la main destrc , S’el sache
+la cuisse a la main destre ; Sel sache
-si l’estraiot Si durement que
+si l’estraint Si duremant que
-se plaint. Qu’il li sanblc que
+se plaint Qu’il li sanble que
-cuisse del’ cors. Se
+cuisse del cors ; Se
-lest , Et
+lest Et
-: « Chevaliers , se toi picst A
+: "Chevaliers, se toi plest A
-par igal , Pran
+par igal, Pran
-joste à moi. » Cil
+joste a moi." Cil
-: « Nel’ ferai , par foi , Que
+: "Nel ferai, par foi, Que
-me seroies. a Quant cil l’oï s’en
+me seroies." Quant cil l’oï, s’en
-grant honte, 20 Si Ii r’a dit: «Chevaliers, monte
+grant honte ; Si li ra dit : "Chevaliers, monte
-cheval séurément. Et
+cheval seüremant, Et
-te créant léaumant Que
+te creant lëaumant Que
-ne gauchisse né fuie. Uonte m’as dite , si m’enuie. » 25 Et
+ne ganchisse ne fuie. Honte m’as dite, si m’enuie." Et
-: Einz m’an iert plévie la foiz Se vuel
+: "Einz m’an iert plevie la foiz : Si vuel
-me plévisses Que
+me plevisses, Que
-ne gauchisses, Et
+ne ganchisses, Et
-tocheras , 30 i\è vers
+tocheras Ne vers
-ne l’aprocheras 30. c. Tant
+ne t’aprocheras Tant
-me verras monté. Si t’aurai fet
+me voies monté ; Si t’avrai fet
-grant bonté. Quant
+grant bonté, Quant
-te tieng se
+te tieng, se
-te les, n Cil li plévist qu’il
+te les." Cil li plevist, qu’il
-puet mes. 35 Et
+puet mes ; Et
-il en ut la fiance Si
+il an ot la fiance, Si
-sa lance. Qui
+sa lance Qui
-aloient , Et
+aloient Et
-voies s’avaloient : S’estoient jà molt loing aval. 40 Puis revêt prendre
+voies s’avaloient, S’estoient ja molt loing aval ; Puis revet prendre
-montez fu Par
+montez fu, Par
-l’escu , Et
+l’escu Et
-lo fautre : Puis
+lo fautre, Puis
-l’autre 45 Tant com cheval
+l’autre Tant con cheval
-porent randrc. Et
+porent randre. Et
-dut deDandre L’autre premièrement requiert. Et si très-duremant le
+dut desfandre L’autre premieremant requiert Et si tres duremant le
-lance à estros péçoie. 50 Et
+lance a estros peçoie. Et
-gué lot plat
+gué tot plat
-flot,
+flot, Si que l’eve sor
-— U3 — si mie l’rvr sur lui ivclol. l’iiis if tifat urrifi’!! et dcsi’i’iit , Ctir it un riiiiluit bii’ii lt’\ cent UfiT) Oi-vaiit lui iiifiivr i-t cliiii’it’r. Del’ liieiiv Ireil le biuiil U’ai’icr. Kt eil saut
+lui reclot. Puis se trest arriers et descent, Car il an cuidoit bien tex cent Devant lui mener et chacier. Del fuerre treit le brant d’acier Et cil saut
-si tivit le siicii (ju’il avait llaiiliéaiil et bueii : Si s’anti’evieii[iieii]t rurs à cors. (>(l Les cscut uù reluist
+si treit le suen Qu’il avoit flanbeant et buen ; Si s’antrevienent cors a cors ; Les escuz ou reluist
-Traient avant et si s’aii ctievrent. Les espées bien i aoevreiit tjii’clcsne fuient ne reposent, Molt graiiz cos
+Traient avant, et si s’an cuevrent ; Les espees bien i aoevrent, Qu’eles ne finent ne reposent ; Molt granz cos
-bataille à ce monte Qu’un son eucr en a moult (jrani liunlu Li
+bataille a ce monte Qu’an son cuer en a molt grant honte Li
-la cliarrete, Et
+la charrete, Et
-la detc De
+la dete De
-a cnprise 70 Quant
+a enprise, Quant
-si loujjuc pièce a
+si longue piece a
-trovast eu un
+trovast en un
-Tex set ne croit-il pas né panse Qu’il eussent vers lui dellansc. 30. d. 75. S’an
+Tex cent, ne croit il pas ne panse Qu’il eüssent vers lui desfanse, S’an
-est jà si
+est ja si
-Qu’il port ses
+Qu’il pert ses
-jor gastc. Lors
+jor gaste. Lors
-cort sorc et
+cort sore et
-le liaste Tant
+le haste Tant
-li gancbist et fuit 80 Le gué mes
+li ganchist et fuit ; Le gué, mes
-li cnnit , Et
+li enuit, Et
-chiet à pauinetons. Lors
+chiet a paumetons ; Lors
-charretons, 85 Lijure quanqu’il puet véoir Que
+charretons, Si jure quanqu’il puet veoir Que
-le 6st el gué chéoir , Et
+le fist el gué cheoir Et
-chevaliers amenée ot , 90 Les
+chevaliers amenee ot Les
-ot : S’a grant péor et
+ot ; S’a grant peor et
-sus, l’espée trcite. Et ci 1 dit , qui
+sus, l’espee treite ; Et cil dit, qui
-: M Por Deu
+: "Por Deu
-vos demant ! » 900 Et
+vos demant." Et
-: « Se Dex m’amaiit , Onques
+: "Se Dex m’amant, Onques
-me mesGst, Se pur l)eu merci iiii’ nqui^il , Que pur Deu , si cuili il est druiz, Merci n’aii eusse une l’uiz. 905 Et ausi uurai-ge de toi , Car
+me mesfist Se por Deu merci me requist, Que por Deu, si com il est droiz, Merci n’an eüsse une foiz. Et ausi avrai ge de toi, Car
-te dui Dès que demandée la m’as. Mes ençoit me
+te doi Des que demandee la m’as ; Mes ençois me
-A tenir , là où gc voidrai , 10 l’risun quant Je t’aii séniuiidrai. » Cil li plévi, cui
+A tenir, la ou ge voldrai, Prison quant je t’an semondrai." Cil li plevi, cui
-de rcchief Dit : « Chevaliers par ta franchise Dès que
+de rechief Dit : "Chevaliers, par ta franchise, Des que
-merci recpiise 15 Et tu otroiée li
+merci requise Et tu otroiee li
-prison deslias , Deslie-moi ccstui prison ! Clame-moi quite sa prison, 30. e. Par covaiit que quant Icus sera 20 Tel guerredon com toi plcira T’an
+prison deslias, Deslie moi cestui prison ; Claimme moi quite sa prison Par covant que quant leus sera Tel guerredon con toi pleira T’an
-ma puissance. » Et
+ma puissance." Et
-cil convissancc, Par
+cil conuissance Par
-dite Si
+dite ; Si
-prison tôt quite, 25 Et celé en
+prison tot quite. Et cele en
-Qu’ele ciiida qu’il
+Qu’ele cuida qu’il
-conoisse , Car
+conoisse ; Car
-cil San part enes-le-pas. Et
+cil s’an part eneslepas ; Et
-et celé le comandent 30 A Deu , et
+et cele le comandent A Deu et
-lor donc puis
+lor done, puis
-de bas-vespre trova
+de bas vespre trova
-dameisele venant Molt très- bêle , et molt avenant , 35 Bien acesmée et bien veslue, La
+dameisele venant, Molt tres bele et molt avenant, Bien acesmee et bien vestue. La
-bien afeitiée. Et
+bien afeitiee, Et
-: « Saine et hcitiée , Dameisele,
+: "Sainne et heitiee, Dameisele,
-Dex ! » 40 Puis
+Dex !" Puis
-: « Sire , mes
+: "Sire, mes
-est ci-près apareilliez Se del’ prandre estes conseilliez. Mes
+est ci pres apareilliez Se del prandre estes conseilliez ; Mes
-et présant. » Plusor
+et presant." Plusor
-ce présant Li randissent. v’, merciz , Et
+ce presant Li randissent.v.c. merciz, Et
-trestoz nerciz Et
+trestoz nerciz, Et
-respondu tôt el : 50 « Dameisele, de
+respondu tot el : "Dameisele, de
-Vos merci-ge: si
+Vos merci ge, si
-molt chier , Mes se vos pleisuit del’ cuuchier Me sui’erroie-jc molt bien. • — a .le n’an feroie antremant rien , 955 Fet lu pucele , par mes iulz I n Et cil dès que
+molt chier, Mes, se vos pleisoit, del couchier Me soferroie je molt bien. - Je n’an feroie autremant rien, Fet la pucele, par mes ialz." Et cil, des que
-puet mialz I. ’otroie si coni ele vialt. De l’olroier li
+puet mialz, L’otroie si com ele vialt ; De l’otroier li
-li dialt. Quant itant sculemant le blesi^e 00 Molt aura au concilier tristescc. Molt i aura orguel el painnc La
+li dialt, Quant itant seulemant le blesce, Molt avra au couchier destresce ; Molt i avra travail et painne La
-l’an mainnc. 30. f. Espoir
+l’an mainne : Espoir
-le puet-ele amer IMe l’un voidra quite clamer, 65 Puis
+le puet ele amer, Ne l’en voldra quite clamer. Puis
-ot acréanté , Son voloir et sa volenlé. Si l’en niainnejusqu’an un bailc, iV’avoit plus bel jusqu’au Thessaile,
+ot acreanté Son pleisir et sa volenté, Si l’en mainne jusqu’an un baile, N’avoit plus bel jusqu’an Thessaile,
-clos à la réonde 70 De hauz murs et d’ève parfonde
+clos a la reonde De haut mur et d’eve parfonde
-Et là dedanz
+Et la dedanz
-celui que’ele atandoit. Celé i
+celui qu’ele i amenoit. Cele i
-de bcles ehanbres feire , 75 Et
+de beles chanbres feire, Et
-et plenicrc. Chevauchant
+et pleniere. Chevauchant
-une rivière S’an vindrcnt jusqu’au herberjage , Et
+une riviere S’an vindrent jusqu’au herberjage, Et
-lor ot por
+lor or por
-Un pout tornéiz avalé : 80 Par
+Un pont torneïz avalé : Par
-le pnnt sont anz aie, S’ont trovée la
+le pont sont anz alé. S’ont trovee la
-de tuiles estoit covcrte. Par
+de tiules estoit coverte : Par
-Antrent anz et voient covcrt 85 Un
+Antrent anz, et voient covert Un
-lé , Et
+lé ; Et
-estoient aporlé Li mes et
+estoient aporté Li mes, et
-Es chandeliers, totes esprises , Et li heiiap d’argent doré 90 Et
+Es chandeliers totes esprises, Et li henap d’argent doré, Et
-de moré Et
+de moré, Et
-le dois , au
+le dois, au
-banc , Trovèrent deus
+banc Troverent deus
-plains D’ève chaude à laver
+plains D’eve chaude a laver
-ont trovée Une
+ont trovee Une
-bien ovrée, Bêle et
+bien ovree, Bele et
-mains essuier. Vaslet ne sergent n’cscuier N’ont trové léanz ne véu. 1000 De
+mains essüier. Vaslet, ne sergent, n’escüier N’ont trové leanz ne veü. De
-64 — Li chevaliers , et
+Li chevaliers, et
-le paiil A
+le pant A
-lance pratil Et
+lance prant Et
-hantier anbaut. Tantost
+hantier an haut. Tantost
-son clieval jus saut 1005 Et la dameisclc del’ suen.
+son cheval jus saut, Et la dameisele del suen.
-chevalier (a bel et bueii 31. a. Quant
+chevalier fu bel et buen, Quant
-tant nel’ vostatendie Que
+tant nel vost atendre Que
-li cidast à descendre.
+li eidast a descendre.
-fu descendue, 10 Sans deniorc et
+fu descendue Sanz demore et
-atandue Très qu’a une
+atandue Tresqu’a une
-s’an corl: lu mantel d’cscarlale corl Li aporle . si l’en afuble.
+s’an cort ; Un mantel d’escarlate cort Li aporte, si l’an afuble.
-mie eoubic , 15 Si luisoient jà les estoiles Mes
+mie enuble, Si luisoient ja les estoiles ; Mes
-avoit léaiiz cbandoiles, Torticcs grosses et ardanz Que
+avoit leanz chandoiles Tortices, grosses et ardanz, Que
-estoit moult granz. Quant ele li
+estoit molt granz. Quant cele li
-mis 20 Le mai.tel , si
+mis Le mantel, si
-: « Amis , Vécz-ci l’aiguë et la toaillc: Kus ne
+: "Amis, Veez ci l’aigue et la toaille, Nus ne
-ne baille , Car céanz fors
+ne baille, Car ceanz fors
-ne véez. Lavez voz mains, si assécz 25 Quant
+ne veez ; Lavez vos mains, si asseez Quant
-vos ierl : L’orc et
+vos iert ; L’ore et
-le requiert Si com vos le poez véoir. Car lavez , s’alez asseoir. » — « Molt volantiers. n Et cil s’asiet. 30 Et celé lez lui cui molt siet
+le requiert, Si con vos le pöez veoir." Cil leve, si se va seoir Molt volantiers, et si li siet
-Et mangièrent ansanhle et
+Et cele delez lui s’asiet, Et mangierent ansanble et
-que del’ mangier
+que del mangier
-furent del’ mangier Dist
+furent del mangier, Dist
-: 35 «Sire, alez-vos là fors déduire, Mes
+: "Sire, alez vos la fors deduire, Mes
-i seroiz Se vos plest que
+i seroiz, Se vos plest, que
-porrai estrc couchiéc. 40 Ne
+porrai estre couchiee. Ne
-ne np dessiée Que
+ne ne dessiee, Que
-tans venir Se
+tans venir, Se
-volez tenir. » Et
+volez tenir." Et
-: « Je vos tendrai Vostrc covant , si revaudrai 45 Quant
+: "Je vos tendrai Vostre covant, si revandrai Quant
-soit ore. o Lors
+soit ore." Lors
-ist fors , el si
+ist fors, et si
-grant pièce enmi la cort Tant
+grant piece enmi la cort, Tant
-s’an retort ; Car
+s’an retort, Car
-li envient 1050 Arrière an
+li covient. Arriere an
-revient, 31. b. .Mes celé qui
+revient, Mes cele qui
-Ne tnieve, qu’el n’i estoit
+Ne trueve, qu’el ni estoit
-la Iruevc né voit .Si dit : « An quel
+la trueve ne voit, Si dit : "An quel
-je l’aie. » Del’ querrc plus
+je l’aie." Del querre plus
-se délaie Por
+se delaie Por
-chanbre antre: si ot En haut crier une pucele. CO El ce
+chanbre antre, si ot An haut crïer une pucele, Et ce
-meïsmes celé Avoec
+meïsmes cele Avoec
-devoit. Atant d’une
+devoit. A tant d’une
-vient celé part. Et voit tôt enmi
+vient cele part Et voit tot enmi
-esgart , 65 C’uns chevaliers l’ol anversée. Si
+esgart C’uns chevaliers l’ot anversee, Si
-tenoit an traversée Sor
+tenoit antraversee Sor
-tote descoverte. Celé qui
+tote descoverte ; Cele, qui
-il lui vcnist en aïe 70 Crioitan haut : a Aïe, aïe, Chevaliers tu
+il li venist en aïe, Crioit en haut : "Aïe ! aïe ! Chevaliers, tu
-mes estes! Se desor moi eestui ne m’ostes Il me honira , véant toi. Jà te doiz-tu couchier 6 moi 75 Si com lu m’as acréanté: Fera
+mes ostes, Se de sor moi cestui ne m’ostes, Ne troverai qui le m’an ost ; Et se tu ne me secors tost, Il me honira, veant toi ; Ja te doiz tu couchier o moi, Si con tu m’as acreanté. Fera
-sa volante De moi , véant tes ialz , à force ? Gcntix chevaliers, car t’esforce , Si me sccor isnelemant ! » 80 Cil voit qui molt vileinemant Tenoit
+sa volanté De moi, veant tes ialz, a force ? Gentix chevaliers, car t’esforce, Si me secor isnelemant !" Cil voit que molt vileinnemant Tenoit
-jusqu’au nonbril. S’en
+jusqu’au nonbril ; S’en
-l’en poisc Quant nu à nu à li adoise , 85 Si
+l’en poise Quant nu a nu a li adoise ; Si
-ert mie talcntos Kè tant ne quant n’an ert jalos. Mes à l’entrée avoit
+ert il mie jalos Ne ja de lui ne sera cos. Mes a l’entree avoit
-chevaliers , Qui espées nues tenoient. 90 Après, iiij. sergent estoient: Si
+chevaliers Qui espees nues tenoient ; Aprés quatre sergent estoient, Si
-l’en poist une
+l’en poïst une
-parmi l’eschine Toi autresi com la racine 31. c. 95 D’un
+parmi l’eschine, Tot autresi con la racine D’un
-chevaliers à l’uis
+chevaliers a l’uis
-: « Dex que porrai-ge feire! Méuz sui
+: "Dex, que porrai ge feire ? Meüz sui
-afeire Com por la reine Guenièvre! 1 100 Ne
+afeire Con por la reïne Guenievre. Ne
-de lièvre Quant
+de lievre Quant
-an ceste queste. Se
+an cest queste ; Se
-son comandcmant faz iV’atcindrai pas
+son comandemant faz, N’ateindrai pas
-je chaz. 5 Iloniz sui
+je chaz ; Honiz sui
-remaing. .Molt me
+remaing. Molt me
-or à grant desdaing Quant
+or a grant desdaing, Quant
-parlé del’ remeuoir Moult en
+parlé del remenoir ; Molt en
-noir : Or en ai honte , or en ai duel, 10 Tel
+noir ; Or an ai honte, or an ai duel Tel
-mon vuel Quant
+mon vuel, Quant
-ci. Ac jà Dex
+ci. Ne ja Dex
-moi merci Se jel’ di mie par orguel El s’asez
+moi merci, Se jel di mie por orguel, Et s’asez
-vuel 15 A cnor que à honte vivre , Se
+vuel A enor que a honte vivre. Se
-m’estoit délivre. Quele
+m’estoit delivre, Quele
-i auroie-gié Se
+i avroie gié, Se
-sanz chalonge? 20 Donc i passeroit sans mançonge Ausi
+sanz chalonge ? Donc i passeroit, sanz mançonge, Ausi
-qui vive; Et je oï que ceste cbeslive Me
+qui vive ; Et je oi que cest chestive Me
-me reproche, u Maintenant jusqu’à l’uis
+me reproche." Maintenant jusqu’a l’uis
-teste Kt esgarde amont ver la feste. Li voit les espces venir 30 Adonc se prist à retenir: Li
+teste Et esgarde amont vers le feste : Si voit deux espees venir ; Arriers se tret et retenir Li
-ne povent Détenir qu’esméuz les oreni ; An terre les espées fièrent Si
+ne porent. De tel aïr meüz les orent Qu’an terre les espees fierent Si
-les peçoièrent. 35 Quant eles furent pccoiées Moins
+les peçoierent. Quant cil voit qu’eles sont brisiees Moins
-haches prisiées Et
+haches prisiees Et
-et redote. Puis saut entr’ax et
+et redote ; Entr’ax se lance et
-del ’ cote 31. d. Un sergent, et
+del cote Un sergent et
-autre après. 40 Les
+autre aprés ; Les
-plus près Hurte
+plus prés Hurte
-toz plaz: Et li lierz a à lui failli Et
+toz plaz ; Et li tierz a a lui failli, Et
-li tranche Et
+li tranche, Et
-blanche : Li ront auprès l’espaule tote Si
+blanche Li ront anprés l’espaule tote, Si
-an dégote. Et
+an degote, Et
-se délaie
+se delaie
-— 65 — 1 1 50 .Ne »■ |>luiiil mil- de ta pldii- , Kiiii vi-t l’t frl sfi |uis l’Iiii t’iii|>li’« Tant <|ii’il uni |>ai’iiii \vi U’iiiplei Celui qui rlluiyoit s’U!iti-»e, naixlrt- li |iorra la |iroiiifJse 55 ht «on cciviint i-in< qu’il «’an aul. Vulsist un nun . le drcscr an liant ; Kt cil qui à lui
+Ne se plaint mie de sa plaie, Einz vet et fet ses pas plus emples, Tant qu’il aert parmi les temples Celui qui esforçoit s’ostesse. Randre li voldra sa promesse Et son covant einz qu’il s’an aut. Volsist ou non, le dresce an haut, Et cil qui a lui
-ot V’ii’ul aiiii:« lui plus tiist qu’il
+ot Vient aprés lui plus tost qu’il
-Et liève son
+Et lieve son
-de i foliii’l", liO Sel’ eilide hii’ii parmi le iliief Jusqti’as dant de la liaolie fandir. F.t cil
+de rechief ; Sel cuide bien parmi le chief Jusqu’as danz de la hache fandre : Et cil
-sot deltandie l.i tant leelievalieraiieoiilre; Kt cil
+sot desfandre Li tant le chevalier ancontre, Et cil
-la baelie l’aiicoutre liô Là uii l’espaule
+la hache l’ancontre La ou l’espaule
-joint , Si
+joint Si
-l’autre desjoiiit. Et 11 chevaliers praiit la
+l’autre desjoint. Et li chevaliers prant la
-poinz isnclemaiit li sache Kt leisse
+poinz isnelemant li sache, Et leisse
-il teiiuit , 71) Car delVandre le covenoil , Que
+il tenoit, Car desfandre le covenoit, Que
-haches tienent. Si l’asaillent mult cruelmaut , Et
+haches tienent, Si l’asaillent molt crüelmant ; Et
-molt délivremant 75 Entre le
+molt delivremant Antre le
-: I Or ça tresluit à moi Que sor estiez .xx. et set Dès que
+: "Or ça, trestuit a moi ! Que s’or estïez vint et set, Des que
-de recet Si auruiz vos bataille assez : 80 Jà n’en
+de recet, Si avroiz vos bataille assez, Ja n’en
-vos lassez, a Et
+vos lassez." Et
-l’esgarde lit: (, Par mesialz ,vos n’avez garde 31. e. D’or
+l’esgarde Dit : "Par mes ialz, vos n’avrez garde D’or
-avant là où jje soie. » Tôt maintenant arrière anvoie 85 Les
+avant la ou ge soie." Tot maintenant arriere anvoie Les
-les sergenz. Lors
+les sergenz ; Lors
-vont tuit cil de
+vont cil hors de
-sanz contredit. Et la danieiscle redit : a Sire . bien m’avez desresniée 90 Ancontrc tote ma mesniée. Or
+sanz contredit ; Et la dameisele redit : "Sire, bien m’avez desresniee Ancontre tote ma mesniee. Or
-je vosanmain.» An
+je vos an main." An
-sale anvont main à main , Et celui mien’abeli Qu’il se solTrist molt
+sale an vont main a main, Mes celui mie n’abeli, Qu’il se soffrist molt
-la sale Don
+la sale, Don
-drap n’èient mie sale , Mes
+drap n’erent mie sale, Mes
-et délié. N’estoit
+et delïé. N’estoit
-fuerre csmié l.n cuiiclic , ne de coules UHpret. l’JOO l’ii covertor de dens diiispres Ot eslanilu desur laeoiielie : Kt la daniciseleii’iconelic. Mes ii’oyte mie sit chemise. Ktcil a iiioU grant puiniie mise 5 Au descliaucicr et desmiier. D’angoisse le eo\ int suer: Totivoies parmi
+fuerre esmïé La couche ne de coutes aspres. Un covertor de deus diaspres Ot estandu desor la couche ; Et la dameisele s’i couche, Mes n’oste mie sa chemise. Et cil a molt grant poinne mise Au deschaucier et desnüer : D’angoisse le covint süer ; Totevoies parmi
-le vainl et
+le vaint et
-le froiiise ; Donc estre force atilant se vaut 1 Par
+le froisse. Donc est ce force ? Autant se vaut ; Par
-il saut Coucliicr avocc la dameiselc :
+il s’aut Couchier avoec la dameisele :
-l’en sémont et
+l’en semont et
-couche tôt atict. Mes
+couche tot a tret, Mes
-ne trct 15 Ne phisqu’eleot la soe feile. De tochier à li
+ne tret, Ne plus qu’ele ot la soe treite. De tochier a li
-se gueite , Eiiiz s’an esloingne et gist anvcrs, Ne
+se gueite, Einz s’an esloigne et gist anvers, Ne
-li papiers est dclFandiiz. 20 Quant
+li parlers est desfanduz, Quant
-gist estandiiz N’onques
+gist estanduz ; N’onques
-esgart iVè devers li né d’autre part : Bel
+esgart Ne devers li ne d’autre part. Bel
-? car del’ cuer
+? Car del cuer
-muet 25 Qu’aillurs a mis del’ tôt s’antanle : Mes ne j)leist mie n’atalante 31. f. Quan qu’est bel et genl à chascun.
+muet ; S’estoit ele molt bele et gente, Mes ne li pleist ne atalante Quanqu’est bel et gent a chascun.
-ancor à lui , 30 Einz
+ancor a lui, Einz
-comandez à autrui
+comandez a autrui
-qu’il nel’ puelaillors prester. Tôt le fet en un leu ester. Amors qui loz les cuers juslise Tôt nel’ fet fors
+qu’il nel puet aillors prester. Tot le fet an un leu ester Amors, qui toz les cuers justise. Toz ? Nel fet, fors
-qu’ele prise, 35 El cil
+qu’ele prise. Et cil
-Cui eie daigne
+Cui ele daigne
-justisoit , Et
+justisoit Et
-ce qu’amors li défiant Et là où ele
+ce qu’Amors li desfant Et la ou ele
-s’an stlTerroit, Ne jà plus
+s’an sofferroit, Ne ja plus
-li requerroit Qu’il
+li requerroit, Qu’il
-quiert à li adeser Et dit: «S’il ne
+quiert a li adeser, Et dit : "S’il ne
-peser, Sire , de
+peser, Sire, de
-me partirai : 1 250 En ma ehaiibie couchier in’irai , Kl vos an seioiz plus à cite ; Ne
+me partirai. En ma chanbre couchier m’irai Et vos an seroiz plus a eise : Ne
-que niull vus pluise Mes solaz n^- ma conpaignie. Nel’ leiiez pas à vilenie 55 .Se je
+que molt vos pleise Mes solaz ne ma conpaignie. Nel tenez pas a vilenie, Se je
-mes cnuit Que
+mes enuit, Que
-m’avez raiidu si
+m’avez randu si
-Mon covaiit ipie nesune rien
+Mon covant que nes une rien
-puis diniander. (il) .Si vus voel à Deii eoinander, Si m’an irai. » Lors
+puis demander. Si vos voel a Deu comander ; Si m’an irai." Lors
-se liève: Au
+se lieve ; Au
-mie negriève, Kinz l’ail leisse aler volontiers Corn cil
+mie ne grieve, Einz l’an leisse aler volentiers Con cil
-li : bien
+li ; bien
-La damcisele et
+La dameisele et
-le voit. Si
+le voit ; Si
-venue Kt si
+venue Et si
-tote niie , Et
+tote nue, Et
-dit à li-meïsmes: 70 a Dès l’ores que
+dit a li meïsmes : "Des lores que
-conui prismes 32. a. Chevalier un
+conui primes Chevaliers, un
-je prisasse , forscestui , La
+je prisasse, anvers cestui, La
-d’un Angevin ;
+d’un angevin ;
-con gc pans et devin 75 II viall à si grantchoscanlcndre Qu’ainz
+con ge pans et devin, Il vialt a si grant chose antendre Qu’ainz
-n’osa enprcndre Si périlleuse né si grief. Et Des doint
+n’osa enprendre Si perilleuse ne si grief ; Et Dex doint
-an veignc à chicf. » Atant s’andormi
+an veigne a chief !" A tant s’andormi
-jut 80 Tant que lijorz clcrs apanit. Tôt maintenant
+jut Tant que li jorz clers aparut. Tot maintenant
-l’aube criève Isnclementet tost se liève. El li
+l’aube crieve, Isnelemant et tost se lieve. Et li
-se resvoille: Si s’alorne et
+se resvoille, Si s’atorne et
-s’aparoille 85 Et s’arme que
+s’aparoille Et s’arme, que
-La daineisele vient atant: Si
+La dameisele vient a tant, Si
-est jà alornez. — ot Boens jorz
+est ja atornez, "Boens jorz
-hui ajornez , » Fel-ele , quant
+hui ajornez," Fet ele, quant
-voit. 90 — a Et vos , dameisele , si soit ! » Fet
+voit. "Et vos, dameisele, si soit." Fet
-d’autre part. Et
+d’autre part ; Et
-que moult li est tari, Qu’an
+que molt li est tart Qu’an
-fors liet. La
+fors tret. La
-fet 95 Et dit: rt Sire, jem’an iroic O
+fet Et dit : "Sire, je m’an iroie O
-grant pièce an ccste voie Se
+grant piece an ceste voie, Se
-m’an osiez 9
+m’an osïez Et se vos me conduisïez
-— 66 — Et conduire iii’i deviez Par
+Par
-les ciisliimcs 1300 Qui furent aiiu que
+les costumes Qui furent ainz que
-El réaume de Lojjrcs mises, n Les costumes i:t les francliises Estoicnt tex à tel leiminc, Quedamciscle ne meschine, 5 Se
+El rëaume de Logres mises." (Les costumes et les franchises Estoient tex, a cel termine Que dameisele ne meschine, Se
-la Irovast sole. Ne
+la trovast sole, Ne
-se Irancliasl la golc Ne féist se tôle cnor non , S’estre
+se tranchast la gole Ne feïst se tote enor non, S’estre
-boen rcnon ; Et s’il l’esforçasl à toï jorz 10 An fusl hoiiiz an tote,< corz. Mes se cle conduit éust , Uns
+boen renon ; Et, s’il l’esforçast, a toz jorz An fust honiz an totes corz. Mes, se ele conduit eüst, Uns
-li pléusl Qu’à celui
+li pleüst Qu’a celui
-an féist Et
+an feïst Et
-la conquéist , 32. b. 15. Sa
+la conqueïst, Sa
-sanz blasnic relraire. Por
+sanz blasme retraire.) Por
-dist Que se
+dist Que, se
-l’osast né volsist
+l’osast ne volsist
-poïst nuire , Qu’ele
+poïst nuire, Qu’ele
-alast avocc lui.
+alast avoec lui.
-cil lidit: aJà nus cnui Ne vos fera , ce vos otroi , Que
+cil li dit : "Ja nus enui Ne vos fera, ce vos otroi, Que
-face moi.» 25 — o Dons i vocl-gc , fet-ele . alcr. » Son palefroi fetanseler: Tostfu sesconiandcmanz fez. Li
+face moi. - Dons i voel ge, fet ele, aler." Son palefroi fet anseler : Tost fu ses comandemanz fez, Li
-fors Irez Et li chcvax au chevalier. 30 Andui
+fors trez Et li chevax au chevalier. Andui
-sanz escuier. Si
+sanz escüier, Si
-grant aléure. Ccle l’aresne,
+grant aleüre, Cele l’aresne,
-De quanque ele l’aparole , Einçois
+De quanquë ele l’aparole, Einçois
-: 35 Pausers li plest , parlers li grièvc. Amors
+: Pansers li plest, parlers li grieve. Amors
-li cscriève La plaie quefeitclia. Onques anpiastre n’i
+li escrieve La plaie que feite li a ; Onques anplastre n’i
-por santé , 40 Qu’d n’a tahnt né volante D’emplastre qucrre né de mire Se
+por santé. Qu’il n’a talant ne volanté D’emplastre querre ne de mire, Se
-li anpirc. Mes celi qtierroit volanlicrs. Tant tindrcnt voies et santiers , 45 Si con 11 droiz
+li anpire ; Mes celi querroit volantiers. Tant tindrent voies et santiers, Si con li droiz
-les raaiinie , Que il voient une funtainne. La
+les mainne, Qu’il vienent pres d’une fontainne. La
-prez , Et s’avuit uns perron
+prez Et s’avoit un perron
-perron qui ert iqui 1350 Avuil oblié,nesai qui, Un
+perron que ert iqui Avoit oblïé ne sai qui Un
-d’ivoire doré; Onques dès le tcns Ysoré Ne vil si
+d’ivoire doré. Onques, des le tens Ysoré, Ne vit si
-sages né fos.
+sages ne fos.
-danz del’ peigne otdes chcvos 55 Celi
+danz del peigne ot des chevos Celi
-s’an esloit pai;>niéc llemés bien demie poij[nii’’c. Qant la dameiselc parçuil La foiilainneet le perron vuit 32. e. Si
+s’an estoit paigniee Remés bien demie poigniee. Qant la dameisele parçoit La fontainne et le perron voit, Si
-la voie , 60 Kinz se
+la voie, Einz se
-voie. El cil
+voie. Et cil
-se délite et
+se delite et
-li plest. Ne s’aparçoit mie
+li plest Ne s’aperçoit mie
-tost Que ele fors sa voie l’ost. 65 Mes
+tost Qu’ele fors de sa voie l’ost ; Mes
-s’est aparcéuz Si
+s’est aparceüz, Si
-soit décéuz Qu’il
+soit deceüz, Qu’il
-aucun péril. 70 — a Osiez , dameisele , fet-il , N’alez pas bien , venez deçà Onques , ec cuit . ne
+aucun peril. "Ostez, dameisele, fet il ; N’alez pas bien, venez deça ; Onques, ce cuit, ne
-issi. a ~ a Sire , nos
+issi. - Sire, nos
-mialz parci, 75 Fct la
+mialz par ci, Fet la
-bien lésai. » Et
+bien le sai." Et
-: « Je ne sai , Dameisele , que vos pansez ; Mes ce poez véoir assez Que
+: "Je ne sai, Dameisele, que vos pansez, Mes ce pöez veoir asez Que
-chemins batuz. 80 Dès que
+chemins batuz ; Des que
-m’i sni anbaluz Je
+m’i sui anbatuz, Je
-; Mes s’il vos plest venez-vos an., Que
+; Mes, s’il vos plest, venez vos an, Que
-voie adès. » Lors
+voie adés." Lors
-qu’il vieneat près 85 Del’ perron
+qu’il vienent pres Del perron
-peigne. — « Onques certes don moi soveigne , Fet li chevaliers , mes
+peigne. "Onques certes, don me soveigne, Fet li chevaliers, mes
-peigne comje voi ci. » — Donez-Ie moi , » fet la pucele. 90 — « Volentiers , dit-il , dameisele. Et
+peigne con je voi ci. - Donez le moi, fet la pucele - Volentiers, dit il, dameisele." Et
-le tint molt
+le tint, molt
-chevox remire. Et celé an comança à rire. 95 Et
+chevox remire, Et cele an comança a rire. Et
-la voit se
+la voit, se
-qu’ele Ji die. Et celé dit : « Teisiez-vos an,
+qu’ele li die ; Et cele dit : "Teisiez vos an,
-rien oan.u — (iPor coi? » fct-il. — «Car je n’ai cure. » 1400 Et
+rien oan. - Por coi ? fet il. - Car je n’ai cure." Et
-cil l’olsi li conjure Corne cil
+cil l’ot, si li conjure Come cil
-Qu’amie ami , n’amis amie 32. d. Doient parjurer à nul fuer : — « Se vos
+Qu’amie ami, n’amis amie Doient parjurer a nul fuer "Se vos
-de cucr , 5 Dameiselc , de
+de cuer, Dameisele, de
-celez. » — «Trop à certes m’aii apelez , Fet-ele , si
+celez. - Trop a certes m’an apelez, Fet ele, si
-n’an inanlirai. Cist peignes se ionques soi rien Fu la reine, jel’ sai bien; Et
+n’an mantirai : Cist peignes, se j’onques soi rien, Fu la reïne, jel sai bien ; Et
-me créez , Que les chevox que vos véez 15 Si biax , si
+me creez, Que li chevol que vos veez Si biax, si
-si luisanz , Qui sont remès antre les danz , Que del’ chief la reine furent
+si luisanz, Qui sont remés antre les danz, Que del chief la reïne furent
-ne crurent. » Et
+ne crurent." Et
-: « Par foi , 20 .4ssez sont reines et
+: "Par foi, Assez sont reïnes et
-quel volez-vos dire ? » Et ccle dit: « Par ma foi. sire. De la famé le roi Aitu. » Quant cil l’ot n’a
+quel volez vos dire ?" Et cele dit : "Par ma foi, sire, De la fame le roi Artu." Quant cil l’ot, n’a
-vertu 25 Que tôt nel’ coveigne ploier : Par
+vertu Que tot nel coveigne ploier ; Par
-Devant à l’arçon
+Devant a l’arçon
-la scie. Et
+la sele Et
-la dameisele Si s’an merveille et esbaist 30 Qu’ele
+la dameisele, Si s’an mervoille et esbaïst Qu’ele
-il chéist. S’ele ot péor ne l’en blasmez , Qu’ele
+il cheïst ; S’ele ot peor, ne l’en blasmez, Qu’ele
-qu’il fusl pasmez. Si crt-il , autant se valoit : Molt
+qu’il fust pasmez. Si ert il, autant se valoit, Molt
-grant pièce perdue.
+grant piece perdue.
-est descendue Et
+est descendue, Et
-volsist véoir Por rien nule à terre chéoir. Quant
+volsist veoir, Por rien nule, a terre cheoir. Quant
-la vit s’en ot vergoigne , Si
+la vit, s’en ot vergoigne, Si
-: « Por quel besoigne 45 Venistes-vos ci
+: "Por quel besoigne Venistes vos ci
-moi ? a Ne Guidiez pas qu’ele por coi,
+moi ?" Ne cuidiez pas que le porcoi La dameisele l’an conoisse, Qu’il an eüst honte et angoisse, Et si li grevast et neüst,
-— Ii7 ~ 92. r. I.a daiiiriicli* , l’un cuiiuisu tju’il iiii l’iist lioiitf l’I uii|;iii%«e Kl 41 li yrévasl et ii’i’ust 1 iSO Se II’ voir l’en rvcuiicust : Si s’fjl de
+Se le voir l’en reconeüst ; Si s’est de
-dire ijueitiei; Kiiii dit cuiiie bien ofeitii-e : Sire , je vinj; eest |K’ij;iie iiiiein-e , Porce uni deseendue à terre , 55 Que de l’nvuir ui lui c!i|iini$ Jù iiel cnidiii lenir aUins. » Et cil qui
+dire gueitiee, Einz dit come bien afeitiee : "Sire, je ving cest peigne querre, Por ce sui descendue a terre ; Que de l’avoir oi tel espans Ja nel cuidai tenir a tans." Et cil, qui
-le |)ei(;iiu ait , l,i dune, et le.s ulicvox an Irait Si soel’que nul n’an déront. tiO Janiès uel d’unie ne verrunt Nule
+le peigne ait, Li done, et les chevox an trait Si söef que nul n’an deront. Ja mes oel d’ome ne verront Nule
-tant cnurer Qu’il lus coinancc à aorer ; Et bien eciil mile fuiz les tuclie Et à ses iaU et à sa boclic U5 Et à son
+tant enorer, Qu’il les comance a aorer, Et bien.c.m. foiz les toche, Et a ses ialz et a sa boche, Et a son
-et à sa lucc : i\’esljoienule qu’il n’an face. Molt
+et a sa face ; N’est joie nule qu’il n’an face : Molt
-fet liez , niolt s’an fet riclie. An son soin;; près dcl’ cuer les
+fet lié, molt s’an fet riche ; An son saing, pres del cuer, les
-char. 70 N’en piéisl pascliargié un char D’esméraudcs né d’escharboncles : Ne cuidoit raie que réoncics Ne autres maxjamés le praigne: Diamargareton desdaigne, 75 Et plcuriche et tiriasqiie Néis Saint Martin et Saint Jasque: Car
+char. N’en preïst pas chargié un char D’esmeraudes ne d’escharboncles ; Ne cuidoit mie que reoncles Ne autre max ja mes le praigne ; Diamargareton desdaigne Et pleüriche et tiriasque, Neïs saint Martin et saint Jasque ; Car
-ces cbevox tant se lie Qu’il n’a mesticr de lor aïe. Mes
+ces chevox tant se fie Qu’il n’a mestier de lor aïe, Mes
-li clievol ? 80 Et por niançongicr et
+li chevol ? Et por mançongier et
-tanra l’en se
+tanra l’en, se
-an di. Quant
+an di : Quant
-au leiidi Et
+au Lendi Et
-i aura plus à voir Kel’ volsist raie tôt avoir, 85 Li
+i avra plus avoir, Nel volsist mie tot avoir Li
-provez, Si n’éust ces cbevox trovez. Et
+provez, S’il n’eüst ces chevox trovez Et
-m’an requerrez , Ors cent mile foiz
+m’an requerez, Ors.c.m. foiz
-d’esté 32. f. Qui ail an tôt cest
+d’esté Qui ait an tot cest
-chevols véist Si que l’iiu lez l’autre méist. 95 Et que feroie-ge lonc conte ! La
+chevols veïst, Si que l’un lez l’autre meïst. Mes por coi feroie lonc conte ? La
-molt lost remonte A lot le pei|;iie<|u’rle aiiporli’ ; Et ni Hedelile il dii|iiii le Kit clievox qu’il a iii son s^iinj;. 1500 Une fureiil après le plaing ’J’ruevenl et vunt par une adresve Tant i|iie lu voie lor vilroce : S’estnl l’un après l’.ititre aler Qu’an n’i puist niie iiiener 5 Dcus clievax por rien coslc à i^osle. La ptieele devant .son usle S’an \el inult lusl la
+molt tost remonte, A tot le peigne qu’ele an porte ; Et cil se delite et deporte Es chevox qu’il a en son saing. Une forest aprés le plaing Truevent et vont par une adresce Tant que la voie lor estresce, S’estut l’un aprés l’autre aler, Qu’an n’i poïst mie mener Deus chevax por rien coste a coste ; La pucele devant son oste S’an vet molt tost la
-droite. Là où la voii’ erl plus eslroile Voient
+droite. La ou la voie ert plus estroite, Voient
-venant. 10 La dameiseleniainleiiant De si loiiig com cle le vit L’a coiièuet si
+venant. La dameisele maintenant, De si loing com ele le vit, L’a coneü et si
-dit i o Sires chevaliers, véez-vos Celui
+dit : "Sire chevaliers, veez vos Celui
-m’an cuidc mener saiiz faille Avoec lui, sanz nule delfansse : Ce sai-j;e bien
+m’an cuide mener sanz faille Avoec lui sanz nule desfanse ; Ce sai ge bien
-le paiisse , Qu’il in’aimme et
+le panse, Qu’il m’ainme, et
-M’a proiée, molt a loue tans
+M’a proiee, molt a lonc tans
-est au deilans Que
+est an desfans, Que
-amer nel’porroie, Si m’aïst Dex; einz me morroie 25 Que
+amer nel porroie ; Si m’aïst Dex, ainz me morroie Que
-a oraodroit Si gianljoie, et
+a or androit Si grant joie et
-se délite Cou s’il m’avoit jà tote quitc. Mes
+se delite Con s’il m’avoit ja tote quite ; Mes
-feroiz : 30 Or i purra se preuz seroiz , Or le verrai ; or
+feroiz ; Or i parra se preuz seroiz, Or le verrai, or
-parra , Se
+parra Se
-me poez garantir Donqiies dirai-ge sanz niantir 35 Que preuî estes
+me pöez garantir, Donques dirai ge sanz mantir Que preuz estes
-molt valen.» 33. a. Et il lidit: CI Alez,alez!u Et
+molt valez." Et il li dit : "Alez, alez !" Et
-il déist: « Po m’en chaut , Que por néant vos csmaiez 40 De
+il deïst : "Po m’an chaut, Que por neant vos esmaiez De
-dite m’aiez. » Que
+dite m’aiez." Que
-ensi parlant Ne
+ensi parlant, Ne
-mie celé part
+mie cele part
-qui venoil seus Les granz galoz ancontre ans deus ; 45 Et porce li plest à haster Qu’il nr eiiiile mie jjasler , El por bueiis élire/, se elaiiiiint! Quant
+qui venoit seus, Le grant cors vint ancontre aus deus ; Et por ce li plest a haster Que ses pas ne cuide gaster, Et por boen eüré se clainme, Quant
-rien vml que
+rien voit que
-plus ainiini’. ’l’ut niaiitleiianl que il l’a|iroehe 155(1 L)e eiier la
+plus ainme. Tot maintenant que il l’aproche, De cuer la
-Et dit: « La riens
+Et dit : "La riens
-plus viiil , Don
+plus vuel, Don
-ai joie el plus me ihnl , .Soit bien veigiianz, dun qu’ele viringne! » N’est
+ai joie, et plus me duel, Soit bien veignanz, don qu’ele veingne !" N’est
-que celé leingnc 55 Vers
+que cele teingne Vers
-si ebière , Que elc ne
+si chiere Que ele ne
-rande arrière Au
+rande arriere, Au
-de hoche son salu. Huit a au cbi’valier valu Quant
+de boche, son salu. Molt a au chevalier valu, Quant
-le salue , 60 Qui
+le salue, Qui
-a néant costé. El s’il éust très-bien joslé Celé ore à un tornoiement Ne s’en prisasl-il mie tant 65 Ne
+a neant costé. Et s’il eüst tot fors josté A cele ore un tornoiemant, Ne s’an prisast il mie tant, Ne
-tant d’enor ne lant de pris. Porce que
+tant d’enor, ne tant de pris. Por ce que
-s’an aimnie et
+s’an ainme et
-la resnc del’ frain
+la resne del frain
-Et dit: «Or vos an manrai-gié : 70 Molt ai bui bien
+Et dit :"Or vos an manrai gié ; Molt ai hui bien
-droit nagié Qu’à molt
+droit nagié, Qu’a molt
-Or siii-ge toz descbeitivez: De péril sui venuz à port,
+Or sui ge toz descheitivez : De peril sui venuz a port,
-enui à graiit déport, 75 De
+enui a grant deport, De
-dolor à grant
+dolor a grant
-ma volante Qant en tel menière vos
+ma volanté, Qant an tel meniere vos
-an puis, 33. h. Orandroit que n’i aurai honte. » 80 Etccledit: «Rien ne vos monte Que
+an puis Or androit, que n’i avrai honte." Et cele dit : "Rien ne vos monte, Que
-conduit. » — «Certes ci a mal vès conduit, Fet-il , qu’adès vos en maing-gié. Un
+conduit. - Certes, si a malvés conduit, Fet il, qu’adés vos en maing gié. Un
-sel auroit mangié 85 Cest chevaliers , si com je croi , Einçois
+sel avroit mangié Cist chevaliers, si con je croi, Einçois
-vos defraist vers moi; Ne cuit Conques home véisse Vers
+vos desraist vers moi ; Ne cuit c’onques home veïsse Vers
-vos conquéisse. Et
+vos conqueïsse ; Et
-truis an aeise, 90 Mes
+truis ci an eise, Mes
-et despleise , Vos
+et despleise, Vos
-manrai, vcant ses ialz; Et
+manrai, veant ses ialz Et
-face Irestot son mialz.» Li
+face trestot son mialz." Li
-De toi l’orgiicl qu’il
+De tot l’orguel qu’il
-ot dire , 95 Mes
+ot dire, Mes
-ranpone el sanz
+ranpone et sanz
-— 68 — A clialuiijjlrr la li comnncc, Uldist: «Sire, ne vos liasti’Z, Ne
+A chalongier la li comance ; Et dist : "Sire, ne vos hastez, Ne
-ne gastcz , Mes
+ne gastez, Mes
-par mesure. 1600 Jà ne
+par mesure Ja ne
-vostre droitnie Tolue quant vos li aiiroiz. Far mon
+vostre droiture Tolue, quant vos l’i avroiz. Par mon
-le sauroiz, Kst ci la pucelc venue. » — « Lesslp2-la , trop l’avez tenue. » 5 — « Qu’ancor
+le savroiz, Est ci la pucele venue ; Lessiez la, trop l’avez tenue, Qu’ancor
-vos garde. » £t cil
+vos garde." Et cil
-an Tarde S’il
+an l’arde, S’il
-mainne maiijjrc siien. Cil dit: « Ce nescroil pas buen Se
+mainne mau gré suen. Cil dit : "Ce ne seroit pas buen, Se
-an Icssoie : 10 Sachiez cnçois m’en ronbalroie. Mes se
+an lessoie ; Sachiez, einçois m’en combatroie. Mes, se
-nos volions Conbalre , nos ne porriens An
+nos volïens Conbatre, nos ne porrïens An
-nule painne; Mèsalons dès que voie plainnc, 15 Ou jusqu’à prée oujusqiià lande.» Cil dit quejà mialz
+nule painne ; Mes alons desqu’a voie plainne, Ou jusqu’a pree ou jusqu’a lande." Cil dit que ja mialz
-Et dit: «Certes, bien m’i acort; De ce n’avcz-vos raie tort. Que
+Et dit : "Certes bien m’i acort : De ce n’avez vos mie tort Que
-; 20 Jà iert
+; Ja iert
-si destroiz Einçois
+si destroiz, Einçois
-ge lorner le puisse Que
+ge torner le puisse, Que
-la cuisse. » 33. c. Lursse lorne à molt jjrant desircsce, Mes
+la cuisse." Lors se torne a molt grant destresce, Mes
-ne blesec , 25 INè de
+ne blesce, Ne de
-est anpiriez . Et
+est anpiriez, Et
-: « Certes, molt sui iriez Quant antreanconlré ne nos soraes An place léc et devant homes. Que
+: "Certes molt sui iriez, Quant antre ancontré ne nos somes An place lee et devant homes, Que
-l’en véist 30 Li
+l’en veïst Li
-le réist. Mes or venez se l’irons querre. i\os Iroverons piès de
+le feïst ; Mes or venez, se l’irons querre : Nos troverons pres de
-terre Totc délivre et
+terre Tote delivre et
-et léc. » Lorss’an vontjusqu’à une prée. 35 An celé prée avoitpuceles Et
+et lee." Lors s’an vont jusqu’a une pree : An cele pree avoit puceles Et
-et dameiseles. Qui jooient à plusors jeus , Por
+et dameiseles, Qui jooient a plusors jeus, Por
-que bia\ estoit li Icus. îVe jooient pas tnit à gas, 40 Mes
+que biax estoit li leus. Ne jooient pas tuit a gas, Mes
-as eschas : Li unasdcz, liautrenu san: A
+as eschas, Li un as dez, li autre au san, A
-rejooit l’an. A
+rejooit l’an ; A
-Li autre qui iluec cstoient 45 Redemenoicnt lor anfanccs. Ranlcs et
+Li autre, qui iluec estoient, Redemenoient lor anfances, Baules et
-et dances , Et
+et dance ; Et
-et tubenl et saillent Et
+et tunbent et saillent, Et
-auques dalié 1650 Estoit
+auques d’ahé Estoit
-part del’ pré
+part del pré
-d’Espaigne sor: S’avoit lo rain et
+d’Espaigne sor ; S’avoit lorain et
-de ehienes meslez.
+de chienes meslez.
-main à l’un
+main a l’un
-contenance mise. Por
+contenance mise ; Por
-an chemise : S’esgaidoit les gens et les hautes. Un
+an chemise, S’esgardoit les geus et les baules ; Un
-ses espaules, D’escarlate
+ses espaules D’escarlate
-antier. 60 De l’autre part lez un santier En avoit jusqu’à .xxiij. Armez sor
+antier. De l’autre part, lez un santier, En avoit jusqu’a vint et trois Armez, sor
-Tantost com li Iroilorsorvienent Tuit
+Tantost con li troi lor sorvienent, Tuit
-se lienent , 65 Et crient tuit
+se tienent Et crïent tuit
-: aVéez le chevalier, véez, 33. d. Qui
+: "Veez le chevalier, veez, Qui
-la charretet N’i
+la charrete ! N’i
-De joer tant
+De jöer, tant
-i ert. 70 Dabez ait qui joer i quiert. Et
+i ert ; Dahez ait qui jöer i quiert Et
-daingnera Joer tant
+daingnera Jöer, tant
-i sera. » Et antretant ez-vos venu
+i sera." Et autretant ez vos venu
-chevalier chenu , 75 Celui
+chevalier chenu, Celui
-soe jà la tenoit ; Si dist : « Sire , molt
+soe ja la tenoit, Si dist :"Sire, molt
-qui le vialt oïrsi l’oie. Que
+qui la vialt oïr si l’oie, Que
-chose donce 80 Quej’ai loz jorz plus désirrée ;
+chose donee Que j’ai toz jorz plus desirree ;
-ne m’aiist pas
+ne m’aüst pas
-doné ~ S’il m’éust fet roi coroné. Ne
+doné S’il m’eüst fet roi coroné, Ne
-l’en séiissc , Ne tant gabaignié n’i eusse, 85 Car
+l’en seüsse Ne tant gahaignié n’i eüsse ; Car
-buens. » — « Ne
+buens. - Ne
-est tuens , » Fet
+est tuens," Fet
-chevaliers à son fil. Tôt maintenant
+chevaliers a son fil. Tot maintenant
-respont cil; n Xel’ savez ? Nel’ véez-vos donqucs ? 90 Por Deu , sire , n’an dotez onques Quant vos véez que
+respont cil : "Nel savez ? Nel veez vos donques ? Por Deu, sire, n’an dotez onques, Quant vos veez que
-la lieng: An celé forest
+la tieng : An cele forest
-ore , où ele venoit.
+ore ou el venoit.
-la m’amenoit : 95 Si
+la m’amenoit, Si
-prise comme la moie. » — o Ne sai encor se
+prise come la moie. - Ne sai ancor se
-venir après toi ; Cbalongier la
+venir aprés toi ; Chalongier la
-vient, cecroi. » Antre
+vient, ce croi." Antre
-paroles 1700 Furent i-emèses les
+paroles Furent remeses les
-virent, Né jeu
+virent, Ne jeu
-ne firent Por
+ne firent, Por
-despit. El li clicvaliers sanz respjt 5 Vint
+despit. Et li chevaliers sanz respit Vint
-tost après la pucele. — a Lcssicz , fet-il , la dameisele , Chevaliers , que
+tost aprés la pucele. "Lessiez, fet il, la dameisele, Chevaliers, que
-avez droit Se vos osez , tôt o androit La deirandrai vers vostre cors. » 10 Et
+avez droit. Se vos osez, tot or androit La desfandrai vers vostre cors." Et
-: 33. e. « Don ne le savoie-je bien
+: "Don ne le savoie je bien
-Biax filz , jà plus
+Biax filz, ja plus
-la retien , La pucele , mes leisse-li. » A
+la retien, La pucele, mes leisse l’i." A
-mie n’abe’i 15 Qu’il
+mie n’abeli, Qu’il
-n’en rendra point. Et dit : « Jà Dex
+n’en randra point, Et dit :"Je Dex
-doint Joie que
+doint Joie, que
-randrai : Je
+randrai ! Je
-la gnige Rjnpuc et
+la guige Ronpue et
-les eiiarmes, Ne
+les enarmes, Ne
-cors , ne
+cors ne
-armes N’auraije puis nule fiance. Ne an m’espée n’en ma lance 25 Quant
+armes N’avrai je puis nule fiance, Ne an m’espee n’en ma lance, Quant
-lesserai m’amie. u Et cil dit: «Ne te
+lesserai m’amie." Et cil dit : "Ne te
-mie Conbatre por
+mie Conbatre, por
-ta proesce trop
+ta pröesce trop
-te comant. » SO Cil
+te comant." Cil
-respont itant : aSui-j’anfès à espoanter
+respont : "Comant ! Sui j’anfes a espoanter
-me puis-je bien vanter , Qu’il n’a tant com la mers aceint Chevalier, oit il en a mcint , 35 Nul
+me puis je bien vanter Qu’il n’a, tant con la mers aceint, Chevalier, ou il an a meint, Nul
-la leissassc Et
+la leissasse, Et
-feire n’en cuidasse Ad molt
+feire n’an cuidasse An molt
-d’ore recréant. i> Li pères dit : k Je t’acréant, Biai filz,
+d’ore recreant." Li peres dit : "Je te creant, Biax filz,
-le cuides-tu : 40 Tant
+le cuides tu, Tant
-ta vertu ; Mes
+ta vertu, Mes
-ne voidra! hui
+ne voldrai hui
-t’essaies à ceslui. » Et
+t’essaies a cestui." Et
-: « Honte feroie Se
+: "Honiz seroie Se
-consoil créoic.
+consoil creoie. Maudahez ait
-— G9 ITIS M>iu ilalic< ail i|iii If creiru Kl qui |H)r \o^ se ifiTcsrii, (^iif licrciiiaiil lie un’ euiiliali-. VuiiM est i|iie privi’i iiiiil ucliatv Mialt ^tul^,•^l• iiilluis tiai’|;iii)jiiiiT 50 yur vos nu- vulr* aii^liij’iiici’. Hicii Mil i|iraii un i’sli’aii|;f Icii l’oi»i- iiiiaU li’iii- iiiuii |>ri’ii, Jà uns qui
+qui le cresra Et qui por vos se recresra, Que fieremant ne me conbate. Voirs est que privez mal achate Mialz poïsse aillors barguignier, Que vos me volez anguignier. Bien sai qu’an un estrange leu Poïsse mialz feire mon preu. Ja nus qui
-me cuiiéust Ue iiluM Viiluir ne nie iiieusl , 33, f. 55 Kt tu!> ni’aii jjii’ve’ et iiiiisiei: Taiil an
+me coneüst De mon voloir ne me neüst, Et vos m’an grevez et nuisiez. Tant an
-je |ilus aii^oi^siex l’ur ee i|iiv blusiiié ni’an avet ; Car <|iil blasiiie , bien le savez , Sou valoir, à lioiiie ii’à lame, lîO Plus en ail et
+je plus angoissiez Por ce que blasmé m’an avez, Car qui blasme, bien le savez, Son voloir a home n’a fame, Plus en art et
-en aiillaiiie. Mes
+en anflame. Mes
-rien pur vos an lès Jà De\ joie
+rien por vos an les, Ja Dex joie
-me doiiil mes ; Einz me conliatrai maujjrc vostrc. u — « Foi (|ue (loi Saint-Père l’aposlie, 65 Fet li pèles, ni- voi-ye bien Que pioièie n’i vaidrail lien. Tôt pert (pian(|neje te eliasti. Mes je t\iiirai iiiolt tostl>asli Tel plet ipu’ inaleoit jjré tueii 70 T’eslovia feiie lot mon biiun , Car In an seiaz audesuz. y Tôt maintenant apèle toz l.es chevaliers que à lui viegneiit : Si lor comaude qu’il li tiegneiit 73 Son fil qu’il
+me doint mes, Einz me conbatrai, mau gré vostre. - Foi que doi saint Pere l’apostre, Fet li peres, or voi ge bien Que proiere n’i valdroit rien : Tot pert quanque je te chasti. Mes je t’avrai molt tost basti Tel plet que, maleoit gré tuen, T’estovra feire tot mon buen, Car tu an seras au desoz." Tot maintenant apele toz Les chevaliers, que a lui veignent, Si lor comande qu’il li tiegnent Son fil, qu’il
-puet cbasticr; Et
+puet chastïer, Et
-: « Jcl’ feroie lier Ëiuz que cunbatre le
+: "Jel feroie lïer Einz que conbatre le
-home à masse , Si
+home a masse, Si
-vos coniant et pri aiisauble. Grant folie fet , ce me sanble , Kt molt
+vos comant et pri ansanble. Grant folie fet, ce me sanble, Et molt
-grant orguel , Quant il desdil ce
+grant orguel, Quant il desdit ce
-je vucl. » 85 Et cil dicnt qu’il le p.inront Né jà puis
+je vuel." Et cil dïent qu’il le panront, Ne ja puis
-prendra Talanz,ct si li eovendra Maugié sucn la pucelc raiidre. 90 Lors
+prendra Talanz, et si li covendra Mau gré suen, la pucele randre. Lors
-braz cl par
+braz et par
-col. — B Dons ne te tiens-tu or
+col. "Dons ne te tiens tu or
-fol , Fet li pères, or conuis voir. Or n’as-tu force
+fol ? Fet li peres, or conois voir : Or n’as tu force
-pooir 1 795 De cunbatre ne de josler Que i|ue il le doieeosler, Que qu’il t’enuil lié qu’il lu|[riet. Ce qu’il me plest ut qui me aiet 34. a Olroie , si (vru>t que sage». 18(10 Kt sezlu qniei est mes conqfcs? l’or ce que aiuiidres suit les diax .Siiiili’ons iniiiet loi , se tu viax. Le ilievaliir liiii et demain , Et
+pooir De conbatre ne de joster Que que il te doie coster, Que qu’il t’enuit ne qu’il te griet. Ce qui me plest et qui me siet Otroie, si feras que sages. Et sez tu quiex est mes corages ? Por ce que mandres soit tes diax, Siudrons moi et toi, se tu viax, Le chevalier, hui et demain. Et
-par leplain, 5 Cliasciins sor son elieval aiibl.inl. De Ici esire el de tel sanblaiil Le porricns-nos tost trovcr Que
+par le plain. Chascuns sor son cheval anblant. De tel estre et de tel sanblant Le porrïens nos tost trover Que
-esprover Kl conbatre à la volante, m 10 Lors li acil acriianlé Maiijjré snen quant leiie I’ sliiel. Et cil
+esprover Et conbatre a ta volanté." Lors li a cil acreanté Mau gré suen, quant feire l’estuet. Con cil
-amander nel’ puet
+amander nel puet
-s’an solTerroit por lui , Mes
+s’an sofferroit por lui. Mes
-le siiidront aniedni. 15 El quant ce^le aventure voient
+le siudront amedui. Et quant ceste avanture voient
-pré estoient , Si dicnt luit : k Avez véu . Cil
+pré estoient, Si dïent tuit : "Avez veü ? Cil
-la charietc fu
+la charrete fu
-conquise lel enor 20 Que
+conquise tel enor Que
-seignor Enmaiiine: sel’ suidra mes
+seignor En mainne, sel suefre mes
-Por vérité poomes
+Por verité, poomes
-An lui quant
+An lui, quant
-lait. 25 Elccnt dallez ail qui mèsbiii Lessera àjocr por lui. R’alons joer. » Lors lecomancent Lorjcus, si qiierolcnt el dancenl. Tantosl li
+lait. Et cent dahez ait qui meshui Lessera a jöer por lui ! Ralons jöer." Lors recomancent Lor jeus, si querolent et dancent. Tantost li
-s’an toriie , 30 En la prée plus ne séjorne ; Mes après lui
+s’an torne, En la pree plus ne sejorne, Mes aprés lui
-ne l’enmainl. Andui
+ne l’en maint. Andui
-vont à grani besoing ; Li
+vont a grant besoing. Li
-li pères de loing 35 Les siveqt par un |)ré fauchié. S’ont
+li peres de loing Les sivent ; par un pré fauchié S’ont
-none cbcvalchié Et
+none chevalchié, Et
-leu moll bel Un niostier el lez le cliancel Un cemclire de murs clos. 40 i\è fisl que vilains iiè que
+leu molt bel, Un mostier et lez le chancel Un cemetire de mur clos. Ne fist que vilains ne que
-el nioslicr Entra à pié por Dcn proicr. 31. I). El la damcisele li
+el mostier Entra a pié por Deu proier. Et la dameisele li
-Son ebeval l.nit que il retint. llUri Quant il ol l’eile sa pioieie Kt il s’an revenoil an iéie Si li vieiil uns inciiniies molt vi.il/. A l’eneoiilre devant ses lal/.. Quant il l’cneontii’ se
+Son cheval tant que il revint. Quant il ot feite sa proiere Et il s’an revenoit arriere Si li vient uns moinnes molt vialz A l’encontre, devant ses ialz. Quant il l’encontre, se
-prie 50 Molt llolienienl que il II die Que par dedaiiz ces murs avoit? Kt cil responl qu’il
+prie Molt dolcement que il li die Que ce estoit qu’il ne savoit. Et cil respont qu’il
-avoit Uns ccmelirc. Kt cil li disl : o Menez in’i . se De\ vos aïst. )i 55 — a Volenticrs sire. » Lors l’eninainne £1 ccmelire. Après le uiainne Antre les très plus licles tonbes Qu’an poïsl Irover ju,squ’à Donbes M de làjusqu’à Panpcliine. 60 Kl s’avoil lelres .sor clla^cune , Qui les nous de
+avoit Un cemetire ; et cil li dist : "Menez m’i, se Dex vos aïst. - Volentiers, sire." Lors l’i moinne. Li chevaliers aprés le moinne Antre et voit les plus beles tonbes Qu’an poïst trover jusqu’a Donbes, Ne de la jusqu’a Panpelune ; Et s’avoit letres sor chascune Qui les nons de
-les lonbes girroient. El il mcïsmcs lot à lire Comança
+les tonbes girroient. Et il meïsmes tot a tire Comança
-les nous à lire , €5 Et
+les nons a lire Et
-: « Ci girra
+: "Ci girra
-Ci Looys et ci Yvains. « Après ces
+Ci Looÿs, et ci Yvains." Aprés ces
-a niainz liz Des lions as chevaliers csliz , Des
+a mainz liz Des nons as chevaliers esliz, Des
-prisiez el des meillors, 70 Et décelé terre et d’aillor.s. Antre
+prisiez et des meillors Et de cele terre et d’aillors. Antre
-marbre, et sanble estre delucve .Sor lotes les autres plus bele.
+marbre, si sanble estre nueve, Sor totes autres riche et bele.
-le moiniie apele 75 Et
+le moinne apele Et
-: « Ces tonbes
+: "Ces tonbes
-ci sont De
+ci sont, De
-servent ? » El cil re.spont : Vos avez les lelres véues: Se
+servent ?" Et cil respont : "Vos avez les letres veües ; Se
-avez antendues Don savcz-vos bien qn’eles dient SO Et
+avez antendues, Don savez vos bien qu’ele dïent Et
-tonbes .senefient. » — B Kl de celé plus
+tonbes senefïent. - Et de cele plus
-me diles De qn’ele sert. » Et li berniites Rpspont: « Jel’ vos dirai assez.» C’est uns veissia.x qui a pas.sez 85 Toz
+me dites De qu’ele sert." Et le hermites Respont : "Jel vos dirai assez : C’est uns veissiax qui a passez Toz
-portret 34. c. Ne vil onques
+portret Ne vit onques
-ge , ne nus. Blax est
+ge ne nus, Biax est
-et dedaiiz plus. Mes ee mêlez en nonchaloir 90 Que
+et dedanz plus. Mes ce metez en nonchaloir, Que
-vos porroil valoir, Quejà ne
+vos porroit valoir, Que ja ne
-verroiz dcdanz , Car .vii. homes
+verroiz dedanz, Car set homes
-au descovrir ,
+au descovrir,
-70 yni la tonbc voldroit oviir; 1895 Qu’elc est
+Qui la tonbe voldroit ovrir, Qu’ele est
-lame coverlo. Kt sjiehicz que
+lame coverte, Et sachiez que
-chose ceitc , Qu’au lever covandioit .vij. homes
+chose certe Qu’au lever covandroit set homes
-moi iiè vos
+moi et vos
-Et lelresescrilcs i a 1900 Quidient: o Cil qui lèvera Celé lame
+Et letres escrites i a Qui dïent : « Cil qui levera cele lame
-cors Citera ces cl celés fors Qui sont
+cors gitera ces et celes fors qui sont
-an prison Don n’Ist ne clers ne gentix hoin 5 Dès l’orc qu’il i est antrcz , N’ancor
+an prison, Don n’ist ne sers ne gentix hon Qui ne soit de la antor nez N’ancor
-nus rclorncz. Les estrangés prisons retienent: El cil del’ pais vont
+nus retornez ; Les estranges prisons retienent, Et cil del païs vont
-Et an/, et fors à lor pleisir. i> 10 Tanlostvet lalameseisir Li chevaliers , et
+Et anz et fors a lor pleisir. » Tantost vet la lame seisir Li chevaliers et
-la liève Si
+la lieve, Si
-de néant ne s’i griève, Mialz que dix home ne féissent Se toi lor
+de neant ne s’i grieve, Mialz que dis home ne feïssent Se tot lor
-i méissent. 15 El li
+i meïssent. Et li
-Si que bien près qu’il ne chai Quant véu ot ccsle mervoille; Car
+Si qu’a bien pres qu’il ne chaï, Quant veü ot ceste mervoille ; Car
-paroille Véoir an
+paroille Veoir an
-« Sire or
+« Sire, or
-envie Queje séusse vostre non : Direiez-le me
+envie Que je seüsse vostre non ; Direiez le me
-? » - a Je
+? - Je
-foi. » — « Certes, fet-il , ce
+foi. - Certes, fet il, ce
-vos me le diseicz Graol corteisie fereicz. Si porrclez avoir
+vos le me diseiez, Grant corteisie fereiez, Si porreiez avoir
-preu. Dom islesvos , et
+preu. Qui estes vos et
-? » n U ns chevaliers sui , ce 30 Del’ léaunie de Logres nez. 34. d. Ataiit an voldroie cslre quites. Et
+? - Uns chevaliers sui, ce veez, Del rëaume de Logres nez : A tant an voldroie estre quites ; Et
-redites Al) celé tonbc qui girra. » — a Sire , eil qui délivrera 35 Toi ces
+redites An cele tonbe qui girra ? - Sire, cil qui deliverra Toz ces
-pris à la
+pris a la
-El réaume dont nus
+El rëaume don nus
-ot lot conté Li
+ot tot conté, Li
-et à trestoz
+et a trestoz
-est, Conques ne pot ainz . A la damcisele vcnuz. Et
+est, c’onques ne pot ainz, A la dameisele venuz, Et
-vialz moines , li chenuz , Fors de l’église le convoie. Alant vienent en mi la voie, 1945 Et
+vialz moinnes, li chenuz, Fors de l’eglise le convoie. A tant vienent enmi la voie, Et
-pucele monte Li
+pucele monte, Li
-li reeonte Quanque eil léanz fet avoit. Et son non , s’ele le savoit , Li
+li raconte Quanque cil leanz fet avoit Et son non, s’ele le savoit. Li
-li déist, 50 Tant que celle li rcgéist Qu’ele nel’ set , mes
+li deïst, Tant que cele li regeïst Qu’ele nel set, mes
-chose Séurement dire li ose , Qu’il
+chose Seüremant dire li ose, Qu’il
-tel chcvslier vivant Tanlcom vantent li .iiij. vaut. 55 Tantost
+tel chevalier vivant Tant con vantent li quatre vant Tantost
-le leissc: Après le
+le leisse, Aprés le
-sivoient Vienent et si trucvent et
+sivoient Vienent, et si truevent et
-devant l’église. 60 Li
+devant l’eglise. Li
-Li dist: « Sire , véisles-vos Un chevalier, dites-le nos. Qui
+Li dist : « Sire, veïstes vos Un chevalier, dites le nos Qui
-« ,Ià ne
+« Ja ne
-painne 65 Que lot le
+painne Que tot le
-an cont , Car orandroit de
+an cont, Car or androit de
-fu Icanz , Si
+fu leanz, Si
-fet niervoilles si graiiz Que
+fet mervoilles si granz Que
-lame leva, 70 Conques de
+lame leva C’onques de
-s’i greva , Desor la
+s’i greva, De sor la
-vet secorre la reine , Et
+vet rescorre la reïne, Et
-la secorra sanz dote , Et
+la rescorra sanz dote, Et
-l’autre gcnt totc. 34. e. "5 Vos-méismes bien le savez Qui sovant léues avez Les lelres qui
+l’autre gent tote. Vos meïsmes bien le savez, Qui sovant leües avez Les letres qui
-lame. Onques, voir, d’orne ne de fariie Ne nasquie n’en
+lame. Onques voir d’ome ne de fame Ne nasquié, n’en
-li père à son Cl : a Filz,
+li pere a son fil : « Filz,
-te sanble, don n’cst-il Molt
+te sanble ? Don n’est il Molt
-tel elTorz ’ Orsez-tu bien
+tel esforz ? Or sez tu bien
-li torz: 85 Bien
+li torz : Bien
-miens. Je ne voldroie por Amiens Qu’à lui
+miens. Ja ne voldroies por Amiens Qu’a lui
-fusses combatuz: Si t’an ies-tu molt débatuz Einçois
+fusses conbatuz. Si t’an iés tu molt debatuz Einçois
-poons relorner , Car
+poons retorner, Car
-folie feriens S’avant
+folie ferïens S’avant
-les suiens. u Et
+les suïens. » Et
-: c< Je l’ulrol bien ; Li suidrcs nenos valdroit licn. 1995 Dès qu’il vos pleslr’alons-nosan. » Del’ relorner a
+: « Je l’otroie bien : Li siudres ne nos valdroit rien. Des qu’il vos plest, ralons nos an ! » Del retorner a
-grant saii. Et
+grant san. Et
-de près costoie , Si
+de pres costoie, Si
-feire à li aulendre , 2000 Et
+feire a li antendre Et
-lui aprendre. Ele
+lui aprendre ; Ele
-li die lue foiz ,et autre li prie. Tant
+li die, Une foiz et autre li prie, Tant
-: a j\e vos ai-ge dit
+: « Ne vos ai ge dit
-sui 5 Del’ réaume le roi Arlu ?
+sui Del rëaume le roi Artu ?
-sa vertu , De
+sa vertu, De
-ne sauroiz-vos point. »
+ne savroiz vos point ! »
-dit ccle qu’il
+dit cele qu’il
-doint Congié , si
+doint Congié, si
-ira arrière ; 10 El il li donc à liele chière. Atant la
+ira arriere ; Et il li done a bele chiere. A tant la
-s’an part , Et cil tant
+s’an part, Et cil, tant
-molt tart A cbevalchié sanz conpaignir. Après vespres androit conplie , 15 Si corn il
+molt tart, A chevalchié sanz conpaignie. Aprés vespres, androit conplie, Si com il
-chemin lenoit , Vit
+chemin tenoit, Vit
-venoit Del’ bois où il avoit ehacié. Cil
+venoit Del bois ou il avoit chacié. Cil
-lacié 34. f. Et
+lacié Et
-venison tressée , 20 Tel cora Dex
+venison trossee, Tel con Dex
-avoit donée , Sor
+avoit donee, Sor
-grant chacéor ferrant.
+grant chaceor ferrant.
-le chevalier , Si
+le chevalier, Si
-de herbergier. 25 — « Sire , fet-il , nuiz
+de herbergier : « Sire, fet il, nuiz
-par tanz , De
+par tans ; De
-est huimès tans , .Sel’ devez
+est huimés tans, Sel devez
-par reison. Et
+par reison ; Et
-Ci près, où gevosmanrai jà : 30 Einz
+Ci pres, ou ge vos manrai ja. Einz
-vos herberja. Lonc
+vos herberja Lonc
-je ferai S’il
+je ferai, S’il
-plest , et
+plest et
-serai. » — « Et
+serai. - Et
-molt liez , »
+molt liez, »
-fil 35 Li vavassors toi maintenant,
+fil Li vavasors tot maintenant,
-avenant , Et
+avenant Et
-vaslez sanz arester Fest tantost
+vaslez sans arester Fist tantost
-comandemant 40 Molt volanticrs etliaumant. Si s’an
+comandemant Molt volantiers et lieemant, Et s’an
-grant alcure.
+grant aleüre. Et cil
-- 71 Kl l’il qui ilf liuslfi- n’ont ciirr Oui u|ii’>’> lui’ uliriiiiii triiii Tant qu’il suiit a l’uitul Vfnii. ’10 ITi 11 vavasors uvuil à raiiii’ l III’ liii^u ul’citu’v Jailli* l.l .V. Iil( qu’il uvuit iiiultcliit’is, Trois vaidei cl dvus clicvuliri’% , Kl ({eus lilli’s (juiiles ri Iwlcs , 5U (Jui aiicui l’stuiuiit |iuei’les. N’esluieiit pas clt-l’ pais iiù, Mes il l’stuiunt aiiserrt’ , Kl pi’isuii li’iiii i avuieiit Moll luiij;iicmaiit , el si estoioiit 55 Di’l’ léaimie de Loyies né. Li vava^ui’s a aineiiù Le chevalier dedaii/ sa ciirt , Kl la dame à l’ciicoiilie coil, Kl si
+qui del haster n’ont cure Ont aprés lor chemin tenu Tant qu’il sont a l’ostel venu. Li vavasors avoit a fame Une bien afeitiee dame, Et cinq filz qu’il avoit molt chiers, Troiz vaslez et deus chevaliers, Et deus filles gentes et beles Qui encore estoient puceles. N’estoient pas del païs né, Mes il estoient anserré, Et prison tenu i avoient Molt longuemant, et si estoient Del rëaume de Logres né. Li vavasors a amené Le chevalier dedanz sa cort, Et la dame a l’encontre cort, Et si
-saillent GO Toi- lui servir Ircsluit se liaillent ; Si le saluent et descendent A lorseijjnur jjaires n’alendent 35. a. l\è les
+saillent ; Por lui servir trestuit se baillent, Si le salüent et descendent. A lor seignor gaires n’antendent Ne les
-li .V. frère, Car
+li cinc frere, Car
-que lur père 65 Voloit qucensi lefcisscnt. Moll l’encrent et conjnïssent. Kt quant
+que lor pere Voloit que ensi le feïssent. Molt l’enorent et conjoïssent ; Et quant
-l’orent désarmé .Sun inantcl lia afublé
+l’orent desarmé, Son mantel li a afublé
-des deiis filles son este: 70 Au
+des deus filles son oste, Au
-li mel etdel’ suen l’osle. Si fu
+li met et del suen l’oste. S’il fu
-au sopcr. De
+au soper, De
-ne quier-je jà parler. Mes
+ne quier je ja parler ; Mes
-vint après muiiyur Cliques ii’i ot
+vint aprés mangier, Onques n’i ot
-fet danijier 75 De
+fet dangier, De
-plusors. Preniièremant li
+plusors. Premieremant li
-son este à enquerre
+son oste a enquerre
-il estoit elde quel terre? Mes
+il estoit, et de quel terre, Mes
-pas. 80 Et il rcspont enes-le-pas: Del’ réaume de Logres siii . Einz
+pas. Et il respont eneslepas : "Del rëaume de Logres sui, Einz
-cest pais ne fui. i> Et
+cest païs ne fui." Et
-vavasors l’entant Si s’an mervoilleduremant 85 Et sa famé et
+vavasors l’entant, Si s’an mervoille duremant Et sa fame et
-anfant tuit. N’i
+anfant tuit, N’i
-cui moll n’enuit. Si li ancomanccnt à dire : a Tant mar i fustes , biax dolz sire , Tant
+cui molt n’enuit ; Si li ancomancent a dire : "Tant mar i fustes, biax dolz sire, Tant
-vos , 90 Cor seroiz ausi corne nos
+vos ! C’or seroiz ausi come nos
-essil. » — a Eld’oiii eslrs-vosdoneV » filil, a Sire , de vuitre terre son»». Ail eest pais a maiiii prudoines "20115 De
+essil. - Et dom estes vos donc ? fet il. - Sire, de vostre terre somes. An cest païs a mainz prodomes De
-an servitiiine. Maleoite soit le( custunie El cil avut’C (|ui la inainliiuenl ! yiie nul ysliange <;à ne vienent yu’.’i renicnuir ne
+an servitume. Maleoite soit tex costume Et cil avoec, qui la maintienent ! Que nul estrange ça ne vienent Qu’a remenoir ne
-covaingne 2100 lit que la lene n’es déluignc ;
+covaingne Et que la terre nes detaigne ;
-vialt anlirr i puct Mes ù reiiieiiuir li estiiel. De vos-raéismes est or pès , Vos n’en istroiï , ce cuit , jamès. » 5 — « Si ferai , fet-il , seje puis. » Li
+vialt antrer i puet, Mes a remenoir li estuet. De vos meïsmes est or pes : Vos n’en istroiz, ce cuit, ja mes. - Si ferai, fet il, se je puis." Li
-: 35. b. « Comanlciildiez an Vos issir ? » — a Oil , se
+: "Comant ? Cuidiez an vos issir ? - Oïl, se
-vient à pleisir ; . Et
+vient a pleisir ; Et
-pooir tut. 1 Donc
+pooir tot. - Donc
-redot Tresluit li autre quilemant ; Car puisque li uns léauniant Isira fors
+redot Trestuit li autre quitemant, Car puis que li uns lëaumant Istra fors
-ceste prison Tuit
+ceste prison, Tuit
-mesprison 15 An po iront issir sanz delïaiise. » Atant li
+mesprison An porront issir sanz desfanse." A tant li
-s’apanse Qu’au li
+s’apanse Qu’an li
-conté C’unsclievaliers de grant boulé El païs à force venoit 20 Por la reine que teiioit Méléaganz li lilz le roi; Et dit: « Certes, je
+conté C’uns chevaliers de grant bonté El païs a force venoit Por la reïne que tenoit Meleaganz, li filz le roi ; Et dit : "Certes, je
-et Cl oi Que ce soil-il , dirai li donques. » Lors lidist: «Ne me celez oiiqnes , 25 Sire,
+et croi Que ce soit il, dirai li donques." Lors li dist : "Ne me celez onques, Sire,
-vostre besoi{;ne , Par un eovant que
+vostre besoigne Par un covant que
-vos doigiie Conseil au mialzqueje saurai, .le méisraes prcu i aurai Se
+vos doigne Consoil au mialz que je savrai. Je meïsmes preu i avrai Se
-le poez. 30 La vérité m’an dcsnoez Por
+le pöez. La verité m’an desnöez. Por
-cest pais , ce ciiit-je bieii , Estes
+cest païs, ce cuit je bien, Estes
-la reïne Antre cesle geiil Sarradine , 35 Qui pejor que Sarrazin sont. » Et
+la reïne, Antre ceste gent sarradine Qui peior que Sarrazin sont." Et
-li respont: Onques n’i viiig por
+li respont : "Onques n’i ving por
-sai où ma
+sai ou ma
-est anclose , Mes à li rescorre tesoil , 40 Et
+est anclose, Mes a li rescorre tesoil, Et
-consoil. Conseilliez- moi , se vos savez. » Kl cil dil: « Sire vosavcz Aiiprise voie moll grevainne.
+consoil. Conseilliez moi, se vos savez." Et cil dit : "Sire, vos avez Anprise voie molt grevainne.
-voie où vos estes vus iiiainne 2145 An pont de l’espée loi droit.
+voie ou vos estes vos mainne Au Pont de l’Espee tot droit.
-vos covendioit. Se
+vos covendroit : Se
-me voliez , Au pont de l’espée iriez Par
+me volïez, Au Pont de l’Espee irïez Par
-plus séiire voie, 50 El je
+plus seüre voie, Et je
-i fcroic. » 85. c. Et eil qui la nicnoi conoile Li
+i feroie." Et cil qui la menor covoite Li
-: « Esl-ele ausi droite Corne ccslc voie deçà ? » — o Neiiil , fcl-il , eiiiçois i a 55 Plus
+: "Est ele ausi droite Come ceste voie de ça ? - Nenil, fet il, einçois i a Plus
-plus séure. » V.l cil dil : « De ce n’ai-gc cure. Mes an cesli me conseilliez. Car
+plus seüre." Et cil dit : "De ce n’ai ge cure ; Mes an cesti me conseilliez, Car
-sui apaieilliez. » — «Sire, voir, jà n’i
+sui apareilliez. - Sire, voir ja n’i
-autre leii. Demain venroiz à mi passage Où lost porroiz avoir domage : S’a
+autre leu, Demain venroiz a un passage Ou tost porroiz avoir domage, S’a
-li passages des pierres. Volez
+li Passages des Pierres. Volez
-die gicrres 65 Del’ passage
+die gierres Del passage
-c’uns sens chevax: Lez à lez n’i iroicnt pas Dui home ; et
+c’uns seus chevax ; Lez a lez n’i iroient pas Dui home, et
-bien deffanduz. 70 Ne
+bien desfanduz. Ne
-randuz Maintenaiit que
+randuz Maintenant que
-: D’espée el de
+: D’espee et de
-Maint copel s’an
+Maint cop et s’an
-que solez outre passez, m 75 Et
+que soiez outre passez." Et
-ot lot reiret Uns
+ot tot retret, Uns
-se Iret , Qui
+se tret, Qui
-au vavasor. Et dil : « Sire , avoec
+au vavasor, Et dit : "Sire, avoec
-M’an irai , se
+M’an irai, se
-vos grièvc. » 80 A
+vos grieve." A
-des vaslcz se liève Et
+des vaslez se lieve Et
-: « Ausins i irai-gié. » Et li père an
+: "Ausins i irai gié." Et li pere an
-volentiers à enbedeus.
+volentiers a enbedeus.
-mie scus 85 Li chevaliers : s’es an meicie , Qui moll anioit la conpaignie. Atant les paroles reniainneiit. Le chevalier couehier an mainneiit. Si dormi se
+mie seus Li chevaliers, ses an mercie, Que molt aime lor conpaignie. A tant les paroles remainnent, Le chevalier couchier an mainnent ; Si dormi, se
-ot. 90 Tantosl com le jor véoir pot
+ot. Tantost con le jor veoir pot,
-72 Se lièvc sus,
+Se lieve sus,
-aler dévoient. Si sont tôt maintenant levé, I,i clievalier se sont arme : 35. (J. 95 Si s’iui vont
+aler devoient ; Si sont tot maintenant levé. Li chevalier se sont armé, Si s’an vont
-devant mis. Kt t.mt lorvoic ansanble tierient Qu’au passage des pierres viencnt A
+devant mis, Et tant lor voie ansanble tienent Qu’an Passage des Pierres vienent, A
-prime tôt droit. 2200 l’rie hi-etesche eiimi avoit , On il
+prime tot droit. Une bretesche en mi avoit, Ou il
-home adès. Einçoisque il vcnisscnlprès Cil
+home adés. Einçois que il venissent pres, Cil
-la hretesehe fii Les
+la bretesche fu Les
-crie à grant vertu: 5 «Cist vient
+crie a grant vertu : "Cist vient
-mal , cist vient por tnal. » Atant ez-vossor un cheval Uns chevalier sor la brelcsche, Armé d’une armcure frcsche, Et
+mal ! Cist vient por mal !" A tant ez vos sor un cheval Un chevalier soz la bretesche, Armé d’une armeüre fresche, Et
-sergenz 10 Qui lenoienl haches tranchanz. Kt quant
+sergenz Qui tenoient haches tranchanz. Et quant
-passage approche Cil qui l’esgarde li
+passage aproche, Cil qui le garde li
-La charrele molt laidemant. Et dit: a Va<ax, grant hardemant 1 5 As fct , et
+La charrete molt laidemant, Et dit : "Vassax, grant hardemant As fet, et
-fos nais Quant antrez ies an
+fos naïs, Quant antrez iés an
-païs. Jà hom çà venir ne déust Qui sor charrele esté éust , Etjà Dex
+païs. Ja hom ça venir ne deüst Qui sot charrete esté eüst, Et ja Dex
-t’an doint! » 20 Atant li
+t’an doint !" A tant li
-cheval f)orent aler. Et
+cheval porent aler ; Et
-doit le pas garder Peçoiesa lance à cstros El lesse
+doit les pas garder Peçoie sa lance a estros Et lesse
-les tros. 25 Et
+les tros ; Et
-par desoz la
+par desus la
-De l’escu . si le giele anvers
+De l’escu, si le giete anvers
-saillent 30 Mèsà esciant a luifailleot. Qu’il
+saillent ; Mes a esciant a lui faillent, Qu’il
-mal Aè à lui ne à son
+mal Ne a lui ne a son
-li chevalier parçoit
+li chevaliers parçoit
-Qu’il nel’ voclent grever
+Qu’il nel voelent grever
-mal feire ; Si
+mal feire, Si
-de s’espéc treire Einz
+de s’espee treire, Einz
-passe oitresanz tancon , Et après lui
+passe oltre sanz tançon Et aprés lui
-conpaignon. 35. e. Et
+conpaignon. Et
-ne vit . Ne nus à lui
+ne vit, Ne nus a lui
-s’aparoille. a Dont n’a-il fcile grant mervoille , Qui parci est passez à force. » — « Biax frère por Deu car t’elTorce, 2245 Eel li chevaliersà son frère, Tant
+s’aparoille. "Dont n’a il feite grant mervoille Qui par ci est passez a force ? - Biax frere, por Deu, car t’esforce, Fet li chevaliers a son frere, Tant
-vaignes à mon père , Si
+vaignes a mon pere ; Si
-ceste avanture.u Et li vaslcz afielic et jure Quejà dire
+ceste avanture." Et li vaslez afiche et jure Que ja dire
-li ira , 50 Ne jamès ne
+li ira, Ne ja mes ne
-ce chevalier , tant qu’il l’ail Adobé
+ce chevalier, tant qu’il l’ait Adobé
-chevalier fait; Mes
+chevalier fait ; Mes
-le message Se il eu a
+le message, Se il en a
-corage. 55 Atant s’an
+corage. A tant s’an
-tuit trois à masse Tant
+tuit troi a masse, Tant
-estre nonc basse, ^’ers none
+estre none basse. Vers none
-home Irovc ont , Qui
+home trové ont, Qui
-il sont. Etildient: « Chevaliers somes CO Qui an nos afeircs alomcs. » Et
+il sont, Et il dïent : "Chevalier somes, Qui an noz afeires alomes." Et
-au chevalier: a Sire , or voldroie hcrbergier Vos et vos conpaignons ansanble. » Acelui ledit, qui
+au chevalier : "Sire, or voldroie herbergier Vos et voz conpaignons ansanble." A celui le dit, qui
-li dit: a Ne porroit eslrc Que
+li dit : "Ne porroit estre Que
-herberjasse à ceste ore , Car malvès est
+herberjasse a ceste ore, Car malvés est
-se demore, Ne qui à eise
+se demore Ne qui a eise
-enprise tel chose.
+enprise grant chose.
-tel afcire anpris Qu’à pièce n’iert mes ostei pris.» Et
+tel afeire anpris Qu’a piece n’iert mes ostex pris." Et
-redit après: Mes ostex
+redit aprés : "Mes ostex
-ci près , 75 Einz
+ci pres, Einz
-grant pièce çà avant: Venii- i poez par
+grant piece ça avant. Venir i pöez par
-Que à droite
+Que a droite
-ostel prendroiz , Que
+ostel prendroiz, Que
-vendroiz. o — a Et je, fet-il, i iraidonques. » 80 A
+vendroiz. - Et je, fet il, i irai donques." A
-met adonques, Li hom devant qui
+met adonques Li hom devant, qui
-cil après la
+cil aprés la
-plainne. 35. f Et
+plainne. Et
-grant pièce aie S’ont un escuier ancontrc , 85 Qui
+grant piece alé, S’ont un escüier ancontré, Qui
-le chcmia Les granz gaioz sor
+le chemin Les granz galoz sor
-et rcont com
+et reont com
-li escuicrs dit à l’ome: Sire, sire, venez phistost, 90 CarcildeLogressonl àost \’cnu sor
+li escüiers dit a l’ome : "Sire, sire, venez plus tost, Car cil de Logres sont a ost Venu sor
-de reste terre : S’onljà comancice la
+de ceste terre, S’ont ja comanciee la
-la mcsiée ; Et dient qu’an ceste contrée 95 S’est
+la meslee ; Et dïent qu’an ceste contree S’est
-chevaliers anbatuz. Qui an raainz Icus s’est conbatuz . N’en
+chevaliers anbatuz Qui an mainz leus s’est conbatuz, N’en
-li puct contretenir Passage où il vuelle venir Que
+li puet contretenir Passage, ou il vuelle venir, Que
-n’i past , cui qu’il cnuit. 2300 Ce dient an
+n’i past, cui qu’il enuit. Ce dïent an
-païs Init Que
+païs tuit Que
-les délivcrra toz Et melra les
+les deliverra toz Et metra les
-vos hastez , par mon los! » Lors
+vos hastez, par mon los !" Lors
-es galos , 5 Et
+es galos, Et
-molt esjoï Qui
+molt esjoï, Qui
-il voidront eidieras lor. Etdit li filzau vavasor; a Sire , oei que
+il voldront eidier as lor. Et dit li filz au vavasor : "Sire, öez que
-sergenz. 10 Alons. sieidonsànoz genz
+sergenz. Alons, si eidons a nos genz
-meslé à ces de là ! o Et
+meslé a ces de la !" Et
-hom tôt adès s’en va Qu’il n’es atant ; er.çois s’adrece
+hom tot adés s’an va, Qu’il nes atant, ençois s’adrece
-tertre esloit fermée ; Et
+tertre estoit fermee, Et
-vient à l’entrée; Et cil après à esperon.
+vient a l’entree, Et cil aprés a esperon.
-anz antre Si lor lessièrent avaler. Qu’il
+anz antré, Si lor lessierent avaler, Qu’il
-s’an poissent r’aler . lue porte après les
+s’an poïssent raler, Une porte aprés les
-cil dient: a Alons, alons! 25 Que ci n’areslerons nos pas.» Après l’ome
+cil dïent : "Alons, alons ! Que ci n’aresterons nos pas." Aprés l’ome
-pas 36. a. Tant [vont] qu’il vienent à l’issue Qui
+pas Vont tant qu’il vienent a l’issue, Qui
-pas deflandue : Mes maintenant qu’il furent fors 80 Lor lessièrent après les cors Chéoir une
+pas desfandue ; Mes maintenant que cil fu fors Li lessierent aprés le cors Cheoir une
-se voient , Car
+se voient, Car
-cuident qu’enchanté soient. 35 Mes
+cuident qu’anchanté soient ; Mes
-dire vosdoi Avoit
+dire vos doi Avoit
-doi , Don
+doi Don
-ne lepooit Tenir puisqu’il l’avoit véue. 40 L’ancl met
+ne le pooit Tenir, puis qu’il l’avoit veüe. L’anel met
-sa véue,
+sa veüe,
-— 73 — S’M|[arilr la pii-rre ri si (lit : Djiiii’, tiaiiii’, il’ !)<■( ni’iiït Or iiiiroii’-jt’ (;raiil iiirstirr Que \ti% me |KtiiiMfz cidicr!» 2tt|r> (.’fil’ tliiiiK* iiiir i\’v l’stoit f Qui l’aiii’l dniit’ li avoit , Kt si If iiuiri un s’aiiriiiicr. S’avoit
+S’esgarde la pierre, et si dit : "Dame, dame se Dex m’aït, Or avroie je grant mestier Que vos me poïssiez eidier." Cele dame une fee estoit Qui l’anel doné li avoit, Et si le norri an s’anfance ; S’avoit
-molt jji’aiil liutirr Qiieflf , an (jiifl Ifii que il fiist, 50 Sworre et f idirr II (Jénst ; Nèit il
+molt grant fiance Que ele, an quel leu que il fust, Secorre et eidier li deüst ; Mes il
-bien ù son iip<>l Kt i\ la pierre (le l’aiiel Qu’il
+bien a son apel Et a la pierre de l’anel Qu’il
-point d*aneliaiiteniaiit , Kt set treslot ecrlainrmant, 55 Qn’d sont ancloset ansorré. Lors vicnent à un huis bané D’une pnsterne eslroile et
+point d’anchantemant, Et set trestot certainnemant Qu’il sont anclos et anserré. Lors vienent a un huis barré D’une postorne estroite et
-Les espijes traient à masse : Si llcrt tant cbaseunsdc s’espée 60 Qu’il
+Les espees traient a masse ; Si fiert tant chascuns de s’espee Qu’il
-barre colpée. Quant
+barre colpee. Quant
-furent defors la tor Kt coniancii- voient l’estor. Aval les j)reî molt jjranl et fier , Et
+furent fors de la tor, Et comancié voient l’estor, Aval les prez, molt grant et fier, Et
-mil clievalier 65 Que
+mil chevalier Que
-la jande des
+la jaude des
-il vindrentaval les prei Corne sajjes et
+il vindrent aval les prez, Come sages et
-: 70 « Sire einz
+: "Sire, einz
-nos vaijjnienics là 36. b. Feriemes [bien], ce cuit savoir,
+nos vaigniemes la, Ferïemes, ce cuit, savoir,
-vienent, 75 Mes g’i irai se
+vienent, Mes g’i irai, se
-volez. » — « Jel’ voel, fet-il, tost ialez. Et
+volez. - Jel voel, fet il, tost i alez, Et
-vos covient. » Il i va tost, et to.st revient. Et
+vos covient." Cil i va tost et tost revient, Et
-: « Molt nos
+: "Molt nos
-bien cbéu, 80 Que j’ai cerlainnemant véu Que
+bien cheü, Que j’ai certainnemant veü Que
-li nostredecà. » Et
+li nostre de ça." Et
-la mesiée maintenant : S’ancontre
+la meslee maintenant ; S’ancontre
-venant 85 Et joste à lui , sel’ fiert
+venant Et joste a lui, sel fiert
-Parmi l’ucl que
+Parmi l’uel que
-li vaslcz à pié dcscent. Le
+li vaslez a pié descent, Le
-il avoit: 2390 Si ii’an arme
+il avoit Si s’an arme
-Quant armé fu urni demorance Monte et pranl l’esrii et la lariif Qui estoit ijrnnz et riiide et pe iiilf : Au eoslt’ ol l’es|n*e ceinte !I5 Tranchant et llanlmanl et clére. An
+Quant armez fu, sanz demorance, Monte et prant l’escu et la lance Qui estoit grosse et roide et peinte ; Au costé ot l’espee ceinte Tranchant et flanbeant et clere. An
-est aprtVs son frère El apn’-s sou Sfi(;nor v(mmi/.. Qui
+est aprés son frere Et aprés son seignor venuz, Qui
-bien si est mainlenuz An la mesk’e une {jranl pièce, 2100 Qu’il ronl et fini et .si dèpiiVc lùruz et lances et baiibn-s: N’es i^arantist ne fiiz né fers
+bien s’i est maintenuz An la meslee une grant piece, Que il ront et fant et depiece Escuz et hiaumes et haubers. Nes garantist ne fuz ne fers
-il alaint, qu’il ne l’afoll Ou niorzjiisdel’ cheval
+il ataint, qu’il ne l’afolt Ou morz jus del cheval
-volt. ,’> Il sens si très-bien le
+volt. Il seus si tres bien le
-les dcseonllsoit. El cil
+les desconfisoit, Et cil
-le ri’feisoient Qui avocc lui venu esloient. Mes
+le refeisoient Qui avoec lui venu estoient. Mes
-de Loffies s’en mervoillent 10 Qu’il iicl’ conniiisseiit, ol consoillint De lui au fil au
+de Logres s’en mervoillent, Qu’il nel conuissent, et consoillent De lui as filz au
-lor dist: «Seijfnor. ce
+lor dist : "Seignor, ce
-Qui nosjjitera toz d’essil 3G. c. 15 Et
+Qui nos gitera toz d’essil Et
-la {frant maléurttî Où nos
+la grant maleürté Ou nos
-lonc laiis esté
+lonc tans esté
-feire Quant por
+feire Qant, por
-prison Ireire A tant périlleusleus passez, 20 El passera ancor assez. Molt a à feire
+prison treire, A tant perilleus leus passez Et passera ancor assez ; Molt a a feire
-a fait. » N’i
+a fait." N’i
-n’en ait. Quant
+n’en ait : Quant ceste novele ont oïe, Molt an est lor genz esjoïe. Quant
-tant alée Que
+tant alee Que
-fu à toz contée 25 Tiiit l’oïrent et luit le sorcnt. De
+fu a toz contee, Tuit l’oïrent et tuit le sorent. De
-orent Lor croist
+orent Lors croist
-s’an esverluent Tant
+s’an esvertüent Tant
-an tuent; Et
+an tüent, Et
-mainnent leidenianl 30 Por
+mainnent leidemant Por
-feire seiilemant D’un
+feire seulemant D’un
-autres ansanhic. El s’il ne fiist si près de nuit Desconfit
+autres ansanble. Et s’il ne fust si pres de nuit, Desconfit
-alassent luit ; 35 Mes
+alassent tuit ; Mes
-Que départir les
+Que departir les
-Au départir luit li cheitif Aulresi comc parestrif Environ
+Au departir tuit li cheitif, Autresi come par estrif, Environ
-chevalier viiidrenl. 21 III De loles parz au fraiii le liiidrent ; Si li anroiiiaiiceiil à dire: a llieii veignanz soiezvos, biax sire! > Kt dit chaseuns: aSire. par foi Vos vos lierbei’ijeroiz o moi I — 45 Sire, pur l)eu et
+chevalier vindrent, De totes parz au frain le prindrent, Si li ancomancent a dire : "Bien veignanz soiez vos, biax sire." Et dit chascuns : "Sire, par foi, Vos vos herbergeroiz o moi ; Sire por Deu et
-non, fil- lii’rher([iez se ù moi non, » Tiiil dienl ce
+non, Ne herbergiez se o moi non." Tuit dïent ce
-Que hei’bcr|;ier le viallcbascuni, Ausi li jueiies eum li vialz. 50 El dit
+Que herbergier le vialt chascuns, Ausi li juenes con li vialz, Et dit
-: o Vos seroiz
+: "Vos seroiz
-mien oslel que an l’autrui! » Ce
+mien ostel que an l’autrui." Ce
-chascuns au dioil de lui; Kt li uns à l’autre le tost, Si coni chascuns
+chascuns androit de lui ; Et li uns a l’autre le tost Si con chascuns
-le vost , 55 r.t par poi qu’il
+le vost, Et par po qu’il
-s’an conlialenl. El il
+s’an conbatent. Et il
-se débalent De frrant oiseuse
+se debatent De grant oiseuse
-folie. Leissiez , fet-il , cestc anreidic 36. d. Qu’il
+folie. "Lessiez, fet il, ceste anreidie, Qu’il
-n’a vos, 60 IVoise n’est pas bocne antre nos, F.inz dévoient li
+n’a vos. Noise n’est pas boene antre nos, Einz devroit li
-l’autre cidier. Ne vos covicnl mie picidier De
+l’autre eidier. Ne vos covient mie pleidier De
-par lançon , Einz
+par tançon. Einz
-an eusançon 65 De
+an cusançon De
-que tiiit i aicz preu , Que
+que tuit i aiez preu, Que
-droite voie, o Ancor
+droite voie." Ancor
-tote voie; ’< C’est à mon oslel.... mes au mien! » 70 — a Ne
+tote voie : "C’est a mon ostel. - Mes au mien. - Ne
-ancore bien , Ket li chevaliers, à mon los. Li
+ancore bien, Fet li chevaliers ; a mon los, Li
-oi lancier: Vos me devriez avancicr 75 Et
+oi tancier. Vos me devrïez avancier, Et
-vos m’aviez tnit en
+vos m’avïez tuit en
-uns après l’autre à devise
+uns aprés l’autre a devise
-tant d’cnor et
+tant d’enor et
-servise Cou an porroil feire à un home, 80 Par toz 1rs sainz
+servise Com an porroit feire a un home, Par toz les sainz
-prie à P>omc, Jà plus
+prie a Rome, Ja plus
-l’an sauroic Quant
+l’an savroie, Quant
-en auroie , Que je fazdc la volante. Se
+en avroie, Que je faz de la volanté. Se
-santé, 85 La volanlez autant
+santé, La volantez autant
-haite Com se chascuns m’avaitjà faite
+haite Con se chascuns m’avoit ja faite
-bonté Si
+bonté ; Si
-fet conté. »
+fet conté."
-74 — Ensi les vint toz cl apcisc. 2490 Cillés un clievalicrniolt à cisrr Kl clicmlii ù osicl l’L-nriiaiiiiicnt. £t de
+Ensi les vaint toz et apeise. Chiés un chevalier molt a eise El chemin a ostel l’en mainnent, Et de
-servir luit se painiient. Tresluit IViiorcnl et servirent lit Qiolt Irès-jjranl joie
+servir tuit se painnent. Trestuit l’enorent et servirent Et molt tres grant joie
-jusqu’au concilier. Car
+jusqu’au couchier, Car
-l’avoient luit nioll cliier. l.e main cjuaiil vint
+l’avoient tuit molt chier. Le main, quant vint
-Vost cbascuns avoec lui aler: Cliiiscunssc poroITrecl [irésanle; 2500 Mes
+Vost chascuns avoec lui aler, Chascuns se poroffre et presante ; Mes
-nus liom s’an
+nus hom s’an
-avoec lui , Fors
+avoec lui, Fors
-tant solenianl li dui 36. c. Que
+tant solemant li dui Que
-avoit là amenez. Ces,
+avoit la amenez : Ces,
-ont dès la matinée Clievalcliié très que la vesprée. Qu’il lie trovèrent aventure. Clievalcliant molt jfrant alëure D’une
+ont des la matinee Chevalchié tresqu’a la vespree, Qu’il ne troverent aventure. Chevalchant molt grant aleüre, D’une
-tart issirenl. 10 A
+tart issirent ; A
-un chevalier. Et sa famé, Qui sanliloit estreboenedame. Virent à la
+un chevalier, et sa fame, Qui sanbloit estre boene dame, Virent a la
-seoir. Tantostqu’cle les pot véoir 15 S’est contre ans an estant drcciéc. A cbièrcmoltjoiant et liée Les
+seoir. Tantost qu’ele les pot veoir S’est contre aus an estant dreciee ; A chiere molt joiant et liee Les
-et dit: « Bien vainjjiez .’ Mon oslel vocl que vos praifjnieï: Herberjjiez estes , descendez f » 20 — « Dame,
+et dit : "Bien vaingniez ! Mon ostel voel que vos praigniez ; Herbergiez estes, descendez ! - Dame,
-le comandcz, Vostre merci , nos descendrons : Vostre ostcl enuit mes prendrons. » Il descendent ; cl au
+le comandez, Vostre merci, nos descendrons ; Vostre ostel enuit mes prendrons." Il descendent, et au
-chevax prendre , 25 Qu’ele avoit mesniée molt
+chevax prendre, Qu’ele avoit mesniee molt
-filles apele. Et
+filles apele Et
-vindrent lot maintenant , Vasiet cortois
+vindrent tot maintenant : Vaslet cortois
-avenant Elcbevalier et filles bcles. 30 As
+avenant Et chevalier et filles beles : As
-comande osier les scies Des cbevaï et bien conréer. IX’i a
+comande oster les seles Des chevax, et bien conreer. N’i a
-l’ost véber, Einz
+l’ost veher, Einz
-volentiers. Désarmer fet les chevaliers: 35 Au
+volentiers. Desarmer fet les chevaliers, Au
-filles saillent. Desarmé
+filles saillent ; Desarmé
-afubler dcus corz mantiax, A l’ostcl, qui molt csloitbiai, Les anmainnint enes-lc-pns. 2540 Mes
+afubler trois corz mantiax. A l’ostel, qui molt estoit biax, Les an mainnent eneslepas. Mes
-sires ii’i estoit
+sires n’i estoit
-ert eu bois , et
+ert en bois, et
-lui Esloient de
+lui Estoient de
-li dui. Mes
+li dui ; Mes
-vint lues, el sa mesniée, Qui
+vint lués, et sa mesniee Qui
-bien aiircsnicc, 45 Saut
+bien anresniee Saut
-il aporle 30 f. Deslrosseiit molt losl cl deslient , Et
+il aporte Destrossent molt tost et deslïent Et
-li rcconlent el dienl : Sire, sire,
+li recontent et dïent : "Sire, sire,
-savez, 50 Deus osles chevaliers avez. i> — «Dex ansoit aorez,» fetil. Li
+savez, Trois ostes chevaliers avez. - Dex an soit aorez," fet il. Li
-dui Cl Font
+dui fil Font
-lor osle molt grant joie, El la mesniée n’est
+lor ostes molt grant joie ; Et la mesniee n’est
-li miaudress’aprestoit De
+li mandre s’aprestoit De
-ce qu’à fcirc estoit. Cil corenl le
+ce qu’a feire estoit : Cil corent le
-haster , Cil les chandoiles alumer: Si
+haster Et cil les chandoiles gaster, Si
-et espranent. GO La toailleet lesbacinspranent: Si donent l’ève as mains laver: De
+et espranent ; La toaille et les bacins pranent Si donent l’eve as mains laver : De
-ne sonl-il mie aver. Tuit lèvent, si vont asseoir. Riens
+ne sont il mie aver ; Tuit levent, si vont asseoir, Riens
-poïst léans véoir G5 N’estoit cbaijable né pcsanz. Au
+poïst leanz veoir N’estoit charjable ne pesanz. Au
-uns presans D’un chevalier à i’uis defors,
+uns presanz D’un chevalier a l’uis defors,
-uns tors Que ccsl molt orguilleuse besle. 70 Cil dès les piez jusqu’à la
+uns tors, Que c’est molt orguilleuse beste. Cil des les piez jusqu’a la
-Sist loz armez
+Sist toz armez
-son eslrier • Fu
+son estrier Fu
-l’autre ol mise. Par contenance cl par cointise , ".’> Sor
+l’autre ot mise Par contenance et par cointise Sor
-col dcl’ destrier crenu. Esles-le-vus ensi venu Conques nus
+col del destrier crenu. Estes le vos ensi venu C’onques nus
-s’an prist, Tant
+s’an prist Tant
-devant ans el disl : a Liqucx est-ce, savoir
+devant aus et dist ; "Li quex est ce, savoir
-a foiieetorguel Et
+a folie et orguel, Et
-la leste vuide
+la teste vuide
-cest pais vient et si cnide Au pont de l’espée passer ? For néant s’est venuz lasser , 85 Por néant a
+cest païs vient, et si cuide Au Pont de l’Espee passer ? Por neant s’est venuz lasser, Por neant a
-pas perduz. » Et cil qui
+pas perduz." Et cil, qui
-fu esperduz Molt séuréraent li rcspont: a Je sui
+fu esperduz, Molt seüremant li respont : "Je sui
-au pont. » — «Tu ? Tu ’ Comant
+au Pont. - Tu ? Tu ? Comant
-? 2590 Einz te déusses apanser 37. a. Que tu anpréisses tel chose , A
+? Einz te deüsses apanser Que tu anpreïsses tel chose A
-et à quel parclosc Tu
+et a quel parclose Tu
-porroies parvenir. Si le déusl resovenir 95 De la cbarrelc où lu montas. Ce ncsai-gese tu
+porroies parvenir, Si te deüst resovenir De la charrete ou tu montas. Ce ne sai ge se tu
-fus montez , Mes jà nus
+fus menez, Mes ja nus
-bien seiiez N’éustsi grant afaireanpris 2600 S’il
+bien senez N’eüst si grant afaire anpris S’il
-cest blasnie fust repris. » A
+cest blasme fust repris." A
-daigne respnndre un
+daigne respondre un
-reison 5 S’an mervoillent à desmesure. — « Ha Dex! coni grant mesavanture! Fet cbascuns d’axà lui-méismes; L’ore que ebarrete fu primes Pansée et
+reison S’an mervoillent a desmesure. "Ha, Dex ! Con grant mesaventure ! Fet chascuns d’ax a lui meïsmes, L’ore que charrete fu primes Pansee et
-soit maudite! 10 Car
+soit maudite, Car
-est vil chose
+est vix chose
-despite. Ha Dex, de coi fu-il retez
+despite. Ha, Dex ! De coi fu il retez
-Et porcoi fu-il charretez? Por quel pccbié , por quel
+Et por coi fu il charretez ? Por quel pechié ? Por quel
-jorz relret 15 S’il
+jorz retret. S’il
-reproche mondes. An tant coin dure loz li mondes Ne
+reproche mondes, An tant con dure toz li mondes, Ne
-chevaliers trovez , Tant
+chevaliers trovez, Tant
-de proesce esprovez. Qui cest chevalier resanblast; 20 Et qui tresloz lesassaiiblasl Si
+de pröesce esprovez, Qui cestui valoir resanblast, Et qui trestoz les assanblast Si
-si gentii’i véist, Por
+si gent n’i veïst, Por
-an déist, » Ce disoienl eomunémant. Et
+an deïst." Ce disoient comunemant. Et
-Et disl: «Chevaliers, autant çà. Qui au pontde l’espée anvas ; Se
+Et dist : "Chevaliers, antant ça, Qui au Pont de l’Espee an vas : Se
-viax, l’ève passeras Molt legièrement et soef. 30 Je le ferai
+viax, l’eve passeras Molt legieremant et söef, Je te ferai
-tost oitre l’ève nagier.
+tost oltre l’eve nagier.
-vuel paagier Quant
+vuel paagier, Quant
-te tandrai Se je vuel la
+te tandrai, Se je vuel, la
-an prandrai , 37. b. 35 Ou se non an
+an prandrai, Ou se non, an
-merci iert. » Et
+merci iert." Et
-mie dcsavanture ; Jà sa
+mie desaventure : Ja sa
-ceste avanturc
+ceste avanture N’iert
-Tô ^’lt■^t mise |>or iii’sitiii iiK-scliirr. aOlO Kt cil II rf»|iuiil lie ri’tliii’f : u Dés i|iic tu t’f firitr nu viai , Oui suit lu liuiilu tii lu (liui, Vi’iiir le l’ovriidra ^’à l’or» A iiiul euiiUiIre cors ù cors.» 45 bl i-il ilit |iui’ lui iiiniiscr: uSojt’l’ |Kioii’ rfruscr Molt vuliiiilid’!! in’aii sullViroio , Mésaini;uis vuir inc euiibiitioii’ ^^^>l• iioaiix fi’iiT inVsli’iisl. » 30 Eiiiçuisqiieil se rrmiSust De
+mise por nes un meschief. Et cil li respont de rechief : "Des que tu ce feire ne viax, Cui qu’an soit la honte et li diax, Venir te covendra ça fors A moi conbatre cors a cors." Et cil dit por lui amuser : "Se jel pooie refuser, Molt volantiers m’an sosferroie ; Mes ainçois voir me conbatroie Que noauz feire m’esteüst." Einçois que il se remeüst De
-table uù il se séoleiit , Dist i\s vasiezqui le seivuieiil Que sa scie tost li incisseiit Si>r son clieval , et si préissent 55 Ses armes, s’es li npiirlassi’iil. Kt cil del’ tost
+table ou il se seoient, Dist as valez qui le servoient, Que sa sele tost li meïssent Sor son cheval, et si preïssent Ses armes, se li aportassent. Et cil del tost
-se lassent: Li
+se lassent ; Li
-lui ainicr se painiiciit , l,i autre sou elieval aniaiiiiieiil. Kl sachiez , ne rcsanbloit pas 60 Si eom il s’aii aloil le pas, Arnica de Iresloles ses armes , Ht tint l’cscu par les cnarmes , Kt fu
+lui armer se painnent, Li autre son cheval amainnent ; Et sachiez, ne resanbloit pas, Si com il s’an aloit le pas, Armez de trestotes ses armes, Et tint l’escu par les enarmes Et fu
-cheval montez , yii’il déusl estre mes contez 65 N’antre lesbiax, n’antre les bueii: Bien
+cheval montez, Qu’il deüst estre mescontez N’antre les biax n’antre les buens. Bien
-estre siicns Li
+estre suens Li
-li avenoit , a Et li cscuz que
+li avenoit, Et li escuz que
-les enarnies anhraeié. 70 Si ot nn hiaume el chicf laeié (^ui tant
+les enarmes anbracié ; Si ot un hiaume el chief lacié Qui tant
-assis , Que
+assis Que
-Qu’anprunté n’acrcu l’énst; liinz diissiez, tant vos pléusl . 75 Qu’il
+Qu’anprunté n’acreü l’eüst ; Einz deïssiez, tant vos pleüst, Qu’il
-et ciéuz. De
+et creüz ; De
-estre créuz. Fors
+estre creüz. Fors
-la porte an une lande Kst cil
+la porte, an une lande, Est cil
-la juste demande , o7. c. Où la
+la joste demande, Ou la
-devoit. 80 Tantosl eom li
+devoit. Tantost con li
-vers l’antre à bandon , Si s’antrevieiient abandon , Et
+vers l’autre a bandon, Si s’antrevienent de randon, Et
-Que des ploient et arcoTient 85 Et
+Que eles ploient et arçonent Et
-an pièces volent. As espées les
+an pieces volent ; As espees les
-les liaiibers : l’ianclieiil Us lui, lunpeiit les l’ers , Si
+les haubers ; Tranchent les fuz, ronpent les fers Si
-an plutuis leiis se plaiciil. 2Ui)U Par
+an plusors leus se plaient ; Par
-tex eus s’untiepaient L’un s’il lussent lut ù covaiil. lUès les espées inult suvanl Jusqu’à! crupes des elievui euleiit : Del’ saiic s’ahuivrent et saulent U5 Que jusque es ilaiis lesanlialenl , Si que audeus nior< les abalenlEt quant
+tex cos s’antrepaient Con s’il fussent fet a covant ; Mes les espees molt sovant Jusqu’as cropes des chevax colent ; Del sanc s’aboivrent et saolent Que jusques es flans les anbatent. Si que andeus morz les abatent. Et quant
-sont elicu à terre l.i uns
+sont cheü a terre, Li uns
-l’autre à pie reqiierre; Et
+l’autre a pié requerre ; Et
-de niorts’anlreliaïsscnt ’2700 J;’i por voir nes’anli’diivaissriit As espées plus cruelnKiiil. Plus se fièrent incnueiiiaiil Que
+de mort s’antrehaïssent, Ja por voir ne s’antranvaïssent As espees plus crüelmant. Plus se fierent menüemant Que
-de joer cliques ne Une 5 A
+de jöer onques ne fine A
-et deus: Mes
+et deus ; Mes
-cist jeiis Que
+cist jeus, Que
-nule faille , Mes
+nule faille, Mes
-molt Ccre bataille , Molt félencsse et molt cruel. 10 Tuit
+molt fiere bataille, Molt felenesse et molt crüel. Tuit
-l’ostel Sires,
+l’ostel : Sires,
-et fil , Qu’il n’i remesl eelc ne eil , fié li
+et fil, Qu’il n’i remest cele ne cil, Ne li
-ne ii estranjjc, Ainçois estoicnt tuit
+ne li estrange, Ainçois estoient tuit
-range 15 Venu por véoir la nieslée An
+range Venu por veoir la meslee An
-qui iiioll fu lée. l.i chevaliers à la charretc De inalvestié se
+qui molt fu lee. Li chevaliers de la charrete De malvestié se
-qui l’esjarde ; 20 Et
+qui l’esgarde ; Et
-se repraiit jfaide , Qui l’esjjarduicnt tuit cnsarililc. D’ire
+se reprant garde Qui l’esgardoient tuit ansanble. D’ire
-li tranble 37. d. Qu’il déust, ce
+li tranble, Qu’il deüst, ce
-est avis. Avoir molt jjrant piéça conquis 25 Celui qui à lui
+est avis, Avoir molt grant pieç’a conquis Celui qui a lui
-li abat L’espée molt près de la teste, Si l’anvaïst comme tanpeste , Car il l’anchauce, si l’arjjue 30 Tant
+li anbat L’espee molt pres de la teste Si l’anvaïst come tanpeste, Car il l’anchauce et si l’argüe Tant
-a lolucSi II tost
+a tolue ; Si li tost
-le niainne Tant
+le mainne Tant
-bien près li faut l’alainne. S’a
+bien pres li faut l’alainne, S’a
-de defl’anse. Et
+de desfanse. Et
-s’apanse 35 Que il liavoilmolt vilinant La charretc mise devant, Si
+s’apanse Que il li avoit molt vilmant La charrete mise devant. Si
-le eonroie Qu’il n’i n in.iint laz
+le conroie Qu’il n’i remaint laz
-ne riiiiijie aiitur le coler : 2741) .Si li let le liiaiimu voler Del’cliiefet cliéuir la vantaille, ’i’ant le painiie et
+ne ronpe antor le coler ; Si li fet le hiaume voler Del chief et cheoir la vantaille. Tant le painne et
-Que il merci venir l’estucl , Cuiiime l’aloe
+Que a merci venir l’estuet, Come l’aloe
-ne piiet 45 Devant l’esménllun durer, I\e ne sa où as(5urcr Puis
+ne puet Devant l’esmerillon durer, Ne ne s’a ou aseürer Puis
-la passcct sormuiile: .\usi cil a lole sa honte. i,i vet requerrc cl demander 50 Merci qu’il nel’ piiet ainandcr. JCt quant ilôt que
+la passe et sormonte ; Ausi cil a tote sa honte Li vet requerre et demander Merci, qu’il nel puet amander. Et quant il ot que
-si nel’ loche ne ficrt, Einzdil: «V’iax-tii merci avoir? » — « Mollavez ur dit jjrant savoir, 55 Eel eil , ce devrait dire fos Onqiics rien
+si nel toche ne fiert, Einz dit : "Viax tu merci avoir ? - Molt avez or dit grant savoir, Fet cil, ce devroit dire fos ; Onques rien
-vos (on je
+vos Con je
-merci orandroit. » Et eil dit: a li tccovandroit .Sor une charretc monter. CO A néant porroies conter, Quanque tu diremesauroies .S’aij la charrele ne montoies Poree que tant foie boche
+merci or androit." Et cil dit : "Il te covandroit Sor une charrete monter ; A neant porroies conter Quanque tu dire me savroies, S’an la charrete ne montoies Por ce que tant folle boche
-me reprochas. » (j5 Et 11 chevaliers li respoiit: .là Deu
+me reprochas." Et li chevaliers li respont : "Ja Deu
-g’i mont ! » 37. e. — « iVon , fel cil , et
+g’i mont. - Non ? fet cil, et
-morroiz. » — « Sire , bien
+morroiz. - Sire, bien
-le porroiz , Mes por Deu vos
+le porroiz, Mes, por Deu, vos
-et deraant 70 Merci fors
+et demant Merci, fors
-tant sculemant Qu’an charrele monter ne doive ; Nus
+tant seulemant Qu’an charrete monter ne doive. Nus
-je ii’aii reçoive Fors ceslui , tant soitgriésnè forz. .Mialz voldroie estre, je cuit, morz 75 Que fet eusse ccst mescliief .là nul
+je n’an reçoive Fors cestui, tant soit griés ne forz. Mialz voldroie estre cent foiz morz Que fet eüsse tel meschief. Ja nul
-vostre grâce. « Que
+vostre grace." Que
-li demande 80 Atanlez-vos parmi
+li demande, A tant ez vos parmi
-Une piiccle l’anbléure Venir
+Une pucele l’anbleüre Venir
-mure, Desafuhlée el desliée ;
+mure, Desafublee et deslïee ;
-une corgiée 85 Don
+une corgiee Don
-mule feroil grant cos ; Et
+mule feroit granz cos, Et
-les graiiz galos ,
+les granz galos
-— 7G — Por vcrilc- , si lost n’jlasl, Que la mille plus tosl ii’aiiblasl. Au
+Por verité si tost n’alast Que la mule plus tost n’anblast. Au
-la cliarrcle 2790 Dist la pucelc: n Dex te metc , Clievalieis. joie cl cuer parlîle De
+la charrete Dist la pucele : "Dex te mete, Chevaliers, joie et cuer parfite De
-plus le délile! » Cil qui volanticrs l’ul die. Li rcsponl : « Dex vos bciieïc, 95 Pucelc , et dointjoic et sauté! » Lors dist celé sa volauté: Chevaliers, fet-elc. de loing’ Sui çà venue à jfraut hcsoig A toi , por
+plus te delite !" Cil qui volantiers l’ot oïe Li respont : "Dex vos beneïe, Pucele, et doint joie et santé !" Lors dist cele sa volanté : "Chevaliers, fet ele, de loing Sui ça venue a grant besoing A toi, por
-don 2800 En mérite et an guerrcdon Si grant com ge
+don En merite et an guerredon Si grant con ge
-porrai feire. Et lu auras encor à feirc De m’aide si com je croi. » El cil li respoQl: « Dites moi 5 Que vos volez ; et
+porrai feire ; Et tu avras encor afeire De m’aïde, si con je croi." Et cil li respont : "Dites moi Que vos volez, et
-l’ai , Avoir
+l’ai Avoir
-porroiz sans délai , Mes
+porroiz sanz delai, Mes
-ne soil chose trop griés. » Et celé dit: a Ce est
+ne soit chose trop griés." Et cele dit : "Ce est
-as 10 Conquis; cl voir, cinz ne trovas 37. f. Si félon ne si desléal. Jà ne feras péchié né mal , Einçoiz feras aumosnc et bien , Que
+as Conquis ; et, voir, einz ne trovas Si felon ne si desleal. Ja ne feras pechié ne mal, Einçois sera aumosne et biens, Que
-plus desléas rien 15 Qui Cliques fust nèjjmès soit. » El quant
+plus deslëax riens Qui onques fust ne ja mes soit." Et quant
-vaincuz cstoit Ot
+vaincuz estoit Ot
-il l’ocie Si li dist: « Ne la créez raie, Qu’ele mehet, mèsje vos pri 20 Que vos aicz de
+il l’ocie, Si li dist : "Ne la creez mie, Qu’ele me het ; mes je vos pri Que vos aiez de
-merci : Por ce Dcu qui est fiizet père. Et
+merci Por ce Deu qui est Filz et Pere Et
-de eeli fisl sa mère Qui estoil sa fille cl s’aiicele! » — «Ha chevaliers, fetia pucele, 25 Ne
+de celi fist Sa mere Qui estoit Sa fille et S’ancele ! - Ha ! Chevaliers, fet la pucele, Ne
-ce traïlor ! Que Dex le doinl joie
+ce traïtor. Que Dex te doint joie
-Si graiil con
+Si grant con
-puez convoitier, Et
+puez covoitier, Et
-as entrepris!» 30 Or
+as entrepris !" Or
-panser demoie et aresle. Savoir
+panser demore et areste, Savoir
-teste Ccli qui larueve trancbicr. Ou s’il aura celui tant cbier 35 Qu’il
+teste Celi qui la rueve tranchier, Ou s’il avra celui tant chier Qu’il
-praigne piliez de
+praigne pitiez de
-Et ù cesliela celui Viaiil feire
+Et a cesti et a celui... Viaut feire
-Largece cl piliez li coinandeiit Que
+Largece et pitiez li comandent Que
-face à enbcdi-us ; 2840 Qu’il esloil larges cl pileus. Mes se celé la leste anporle Donc iert piliez vaincue et mdrte ; Els’cle ne
+face a enbedeus, Qu’il estoit larges et piteus. Mes se cele la teste an porte, Donc iert pitiez vaincue et morte ; Et s’ele ne
-porte qiiilc Donc iert largece descuiifile. •J5 Autel prison,
+porte quite, Don iert largece desconfite. An tel prison,
-tel deslnce Le lienent piliez cl lar|icce. Que chascune l’aii;;oisse et
+tel destrece Le tienent pitiez et largece Que chascune l’angoisse et
-teste viall que
+teste vialt que
-La pucelc qui
+La pucele qui
-demande : 50 El d’autre
+demande ; Et d’autre
-li rccoiiiaiide Sor
+li recomande... Sor
-sa franchise, El dès que
+sa franchise Et des que
-requise Merci donc ne l’auia-il donqucs? Oïl ce
+requise Merci, ne l’avra il adonques ? Oïl, ce
-onques 38. a, 55 Que nus tant fusl ses anemis Dés que
+onques Que nus, tant fust ses anemis, Des que
-merci crier li covint , Onques
+merci crïer li covint, Onques
-li véast. 60 Mes
+li veast, Mes
-sorplus jà ne baasl : Donc
+sorplus ja ne beast. Donc
-la vehcra-il mie Ceslui qui
+la vehera il mie Cestui qui
-requiert cl prie Dès que
+requiert et prie Des que
-le vialt ; Et celé qui la leste viall 65 Auia-la cle o il s’il puel. — « Chevaliers, fet-il , il l’estuet Conbalre de rechief à moi : El tel merci aurai de toi Se lu viax la leste deffandie, 70 Que je le lesserai
+le sialt. Et cele qui la teste vialt Avra la ele ? Oïl, s’il puet. "Chevaliers, fet il, il t’estuet Conbatre de rechief a moi, Et tel merci avrai de toi, Se tu viax ta teste desfandre, Que je te lesserai
-A toi le
+A tot le
-que lu portas. Mes
+que tu porras. Mes
-i morias 75 Se
+i morras Se
-foiz le conquier. » Et cil rcsponl: a Jà mialz
+foiz te conquier." Et cil respont : "Ja mialz
-ne le demanl. » — «Et ancor
+ne te demant. - Et ancor
-Fet cil , que
+Fet cil, que
-me conbaliai 80 A loi que jà ne me raourai D’ensi con je sui cielués. » Cil s’alorne et revient lues A
+me conbatrai A toi que ja ne me movrai D’ensi con ge sui ci elués." Cil s’atorne et revienent lués A
-com angrès ;
+com angrés ;
-le reconquisl après 85 Li chevaliers délivrcmanl Qu’il n’avoitfel prcmièrcmanl. El la pucele enes-le-pa$ Crie: a Ne l’csparj|iiier-lu pas, Clievalieis. por niii ijii’il le die! 2890 Certes
+le reconquist aprés Li chevaliers delivremant Qu’il n’avoit fet premieremant. Et la pucele eneslepas. Crie : "Ne l’espargnier tu pas, Chevaliers, por rien qu’il te die ! Certes
-ne l’espaijjnasl nue S’il l’éust conquis
+ne t’espargnast mie S’il t’eüst conquis
-foiz. Bieusacbes-tii se lu le eruiz Il t’angi’jnera de
+foiz. Bien saches tu, se tu le croiz, Il t’angignera de
-plus desléal le chief 95 De
+plus desleal le chief De
-la coroiic, Fraiis chevaliers , si nie la doue! l’or ce
+la corone, Frans chevaliers, si le me done ! Por ce
-me duiz bien duner Que jel’ le cuit guerredoner. 38. b. Moll bien ancor lex jorz sera , 2900 S’il
+me doiz bien doner Que jel te cuit guerredoner Molt bien, ancor tex jorz sera. S’il
-il lerangignera De
+il te rangignera De
-autre foice. » Cil
+autre foiee." Cil
-mort apiociéc Li
+mort aprochiee Li
-merci moll an haut; Mes ses criers rien
+merci molt an haut, Mes ses crïers rien
-sache , Si que Iresloz les
+sache Si que trestoz les
-an tranche: La vanlalle et
+an tranche ; La vantaille et
-jus. 10 Et cil se haste, ne puet plus: Merci , por Dcu merci , vassax ! » Cil responl : « Se je soie sax James de toi n’aurai pitié Puis
+jus. Et cil li crie, et plus et plus : "Merci, por Deu ! Merci, vassax !" Cil respont : "Se je soie sax, Ja mes de toi n’avrai pitié, Puis
-foiz l’ai respitié. » 15 — « Ha , fel-il , péchie feriez Se m’auemie créeriez De
+foiz t’ai respitié. - Ha ! fet il, pechié ferïez Se m’anemie creïez De
-tel mciiicie ocirre,») Et celé qui
+tel meniere ocirre." Et cele qui
-mort désirre De
+mort desirre De
-amoneste 20 Qu’isnelemenl li
+amoneste Qu’isnelemant li
-Cil fiertel la
+Cil fiert et la
-vole En mi la lande, et
+vole Enmi la lande et
-cors chiel : A
+cors chiet ; A
-plaist cl siet. 25 Li
+plaist et siet. Li
-Par leschevox cl si
+Par les chevox et si
-fait , Et dit: cTcscuerssi graotjoie ait
+fait Et dit : "Tes cuers si grant joie ait
-plus voidroit, 30 Con
+plus voldroit, Con
-miens cuer a orandroit De
+miens cuers a or androit De
-plus haoie. De n nie rien nemedoloie Fors
+plus voloie. De nule rien ne me doloie Fors
-il vivoil tant. Uns guerreduns de
+il vivoit tant. Uns guerredons de
-vanra en boen
+vanra an boen
-servise auras granl preu
+servise avras grant preu,
-- 11 Qup tu m’as fri , it [’.irivaiit, Ui lu’aii irai, si ti-c»iiiaiil A Ucu. i)iii il’aïu’iiiilirii’i’ le (jaii. u 2!U0 ’raiitiisl la piiii-lr s’aii |iail, Kt II uns l’aiilif à Dru i-iiinau>lc-. Mi-s à tut ivs (|ui au la lamlc 38. f. Orenl la kilaillc m’uc Au est luolt jjraul jiiif civui-. 45 Si di-iiariueut lot nmiutuuaul 1.0 rlievalicr, joie uii’Uiuil , Si l’uuuri’iit dr qiiamju’il sùveiil. Tut niaiiilcnant lor inaiiis relèvent (^u’.il iiieiijjiei’ asseoir voloieiil. 5(1 Or
+Que tu m’as fet, ce t’acreant. Or m’an irai, si te comant A Deu, qui d’anconbrier te gart." Tantost la pucele s’an part, Et li uns l’autre a Deu comande. Mes a toz ces qui an la lande Orent la bataille veüe An est molt grant joie creüe, Si desarment tot maintenant Le chevalier, joie menant, Si l’enorent de quanqu’il sevent. Tot maintenant lor mains relevent, Qu’al mangier rasseoir voloient ; Or
-ne soloirnl, Si iiiainiiunt inolt liéeuiuiit. Quant inaiijjlé oient loiijjuenianl l.i vavasois dist à son
+ne soloient, Si manjüent molt lieemant. Quant mangié orent longuemant, Li vavasors dist a son
-Qui dciez lui séoit au cosle: 55 « Sire , nos veiiiiiies piéça Del’ réauiiie de Logres çà. Ne au somes, si vuudricns Qu’annors vos vonist et j;ranz biens Kt joie an cest pais, que nos 60 I auriens preii avooc vos , Et au moins autrui pieiu seroit
+Qui delez lui seoit ancoste : "Sire, nos venimes pieç’a Del rëaume de Logres ça. Né an somes, si voudrïens Q’annors vos venist et granz biens Et joie en cest païs, que nos I avrïens preu avoec vos, Et a maint autre preuz seroit
-et hiens vos
+et biens vos
-An cest pais , an eeste voie, u lit cil responl: « De\ vos eiiole! » 05 Quant
+An ceste oevre et an ceste voie." Et cil respont : "Bien le savoie." Quant
-ot lessiée Sa
+ot lessiee Sa
-et i’ot abessiée Si
+et sa voiz bessiee, Si
-reprise El disl : « Sire an voslre servise Dcvrieiis toz
+reprise Et dist : "Sire, an vostre servise Devrïens toz
-pooirs mètre 70 Kl douer eineois que promelre: Boen niestier auriez dcl’ prendre. Nos ne devricns mic atendre
+pooirs metre Et doner einçois que prometre ; Se mestier avïez del prendre, Nos ne devrïens mie atendre
-vos le demandesiez. Sire, jà ne
+vos demandé l’aiez. Sire, ja ne
-esmaiez 75 De voslre cheval
+esmaiez De vostre cheval
-Car céanz a
+Car ceanz a
-bien forz: Tant
+bien forz ; Tant
-aiez del’ noslre : Tôt le
+aiez del nostre : Tot le
-leu del’ voslre En manroiz , bien vos est mesliers. » 80 Et cil responl : « Molt volantiers. » Atanl font
+leu del vostre En manroiz, qu’il vos est mestiers." Et cil respont : "Molt volantiers." A tant font
-liz alorner: Si se couebent. A l’anjorner Lièvent matin
+liz atorner, Si se couchent. A l’ajorner Lievent matin
-si s’atoruent. Atome sont , puis
+si s’atornent. Atorné sont, puis
-tornent. 85 Au départir rien ne mespranl: au. d. 2<JtlU 05 3000 10 15 20 25 30 38. e. 35 A la ilami’ et au siijjiiur piaiit K( a loz les aiitirseuii|;ié. Mes une cliiise vus euiit-|;ié l’or l’e que l’ieii ne vos tresiias, Que li elievaliers ne
+tornent. Au departir rien ne mesprant : A la dame et au seignor prant, Et a toz les autres, congié. Mes une chose vos cont gié Por ce que rien ne vos trespas, Que li chevaliers ne
-pas Mouler sur le ebeval presié Qu’an II lit à l’iiis piésante: V’mi i list, ce vus voel eoiiler. Un
+pas Monter sor le cheval presté Qu’an li ot a l’uis presanté ; Einz i fist, ce vos voel conter, Un
-deus elievaliers mouler Qui venu èreiit avoïc lui.
+deus chevaliers monter Qui venu erent avoec lui.
-le ebeval celui Monte qu’ainsi
+le cheval celui Monte, qu’ainsi
-Quant eiiast’iiMs sor son ebeval sist Si s’acbeniinèrent tuit Iroi l’ar le eon(jié cl par
+Quant chascuns sor son cheval sist, Si s’acheminerent tuit troi Par le congié et par
-ot El encrez de
+ot Et enorez de
-droit cbcmin vont cbeuiinanl , Tant que li jors vet déclinant , Et ïienent au pon de l’espée Après nonc, vers la vesprée. Au pié dcl’ pont , qui molt esl max , Sont
+droit chemin vont cheminant Tantque li jorz vet declinant, Et vienent au Pont de l’Espee Après none vers la vespree. Au pié del pont, qui molt est max, Sont
-lor clicvax, Et voient l’ève félenesse Noire et bruianl , roide et espessc, Tant leide cl tant cspoantabic Com se
+lor chevax, Et voient l’eve felenesse, Noire et bruiant, roide et espesse, Tant leide et tant espoantable Con se
-li fluus au déablc ; El tant périlleuse el parfonde
+li fluns au deable, Et tant perilleuse et parfonde
-an toi le monde S’elc i cbéoil, ne fusl alée Ausi
+an tot le monde, S’ele i cheoit, ne fust alee Ausi
-mer betée. El li
+mer salee. Et li
-qui esl an travers Estoil de loz autres divers , Qu’ainz
+qui est an travers Estoit de toz autres divers, Qu’ainz
-ne lu uè jamès n’iert.
+ne fu ne ja mes n’iert.
-ne fu , qui
+ne fu, qui
-m’an requiert. Si max pont ne si raaie planche
+m’an requiert, Si max ponz ne si male planche
-D’une espée forbie
+D’une espee forbie
-blanche Esloit li
+blanche Estoit li
-sor l’ève froide. Mes l’espée estoil forz
+sor l’eve froide, Mes l’espee estoit forz
-roide , Et
+roide Et
-chasque pari ol uns graut tronc Où l’espée esloit cloffîcbiée. Jà nus
+chasque part ot un grant tronc, Ou l’espee estoit closfichiee. Ja nus
-i chiée. Force que elc brist né ploil. Si ne sanble-il pas qui la voit Qu’ele puisse grant fès porter. Ce feisoil molt
+i chiee Por ce que ele brist ne ploit, Que tant i avoit il d’esploit Qu’ele pooit grant fes porter Ce feisoit molt
-qui esloient Avoec le lierz , que il cuidoieiil Que dui lyon ou
+qui estoient Avoec le tierz, que il cuidoient Que dui lÿon ou
-Au ebierili’l’ pont
+Au chief del pont
-part l’’us.<ent lié à un perron. L’ève el li ponz el li lyoïi J.i’s nirtcnt an ilel fiéoi 3010 Que il Iranlileiit tuil de péor Et dienl : " Sire , car rréez Consoil
+part Fussent lïé a un perron. L’eve et li ponz et li lÿon Les metent an itel freor Qu’il tranblent andui de peor Et dïent : "Sire, car creez Consoil
-vos véez , Qu’il
+vos veez, Qu’il
-est inesliers et besuinz. Malveiseinent est fez rtjoinz 45 Cist ponz, et
+est mestiers et besoinz. Malveisemant est fez et joinz Cist pons, et
-fu ebarpantez. S’alaiil ne vos an relornez , Au rc|iantir vanroiz à tari. Il covienl fcire parcsfjart De
+fu charpantez. Se a tans ne vos repantez, Au repantir vanroiz a tart. Il convient feire par esgart De
-assez. 50 Or soit e’outresolez passez
+assez. Or soit c’outre soiez passez
-puet avenir , Ne
+puet avenir, Ne
-vanz poez tenir Né deOandre qu’il
+vanz pöez tenir Ne desfandre qu’il
-vantassent, El as oisiai qu’il
+vantassent, Et as oisiax qu’il
-chantassent 55 ^è qu’il n’osassent mèschanler, Kè que li lioin purioilantrer El
+chantassent Ne qu’il n’osassent mes chanter, Ne que li hom porroit antrer El
-sa mère et rencslre ; Mes
+sa mere et renestre, Mes
-ne puel eslie Ne
+ne peut estre, Ne
-mer voider 60 Poez-vos savoir
+mer vuidier Pöez vos savoir
-dui lyon forsené. Qui do là sont aiichaené , Que
+dui lÿon forsené, Qui de la sont anchaené, Que
-vos liiciil el sucent
+vos tüent et sucent
-des voiiines et niaiijucciit 65 La
+des voinnes et manjucent La
-puis ruiigent les os. Mollsui hardiz
+puis rungent les os ? Molt sui hardiz
-os Véoir et
+os Veoit et
-prenez regart 1 1 vos oeirronl , ce sachiez : 70 Molt tosl ronpuz el arachicz Les manbres del’ cors vos auront, Que
+prenez regart, Il vos ocirront, ce sachiez ; Molt tost ronpuz et arachiez Les manbres del cors vos avront, Que
-avoir n’aii sauront. Mes
+avoir n’an savront. Mes
-vos ! Si
+vos Si
-ansanble nos! 38. f. 75 De vos-méismes auroiz tort
+ansanble nos ! De vos meïsmes avroiz tort
-certain péril de
+certain peril de
-Vos meteicz à esciant. » El cil lor responl an
+Vos meteiz a esciant." Et cil lor respont an
-: Seignor . fet-il , graiiz grez aiez 80 Quant
+: "Seignor, fet il, granz grez aiez Quant
-D’amor voi vient
+D’amor vos vient
-de franchisp. Bien
+de franchise. Bien
-Ne voldriez ma meschéance. Mes
+Ne voldrïez ma mescheance ; Mes
-foi el tel créance 85 An
+foi et tel creance An
-par lot.
+par tot : Cest pont
-— 78 — Ce puni ne ceste èvc ne
+ne ceste eve ne
-que ccstrc terre dure; Eiui me voel raetre en
+que ceste terre dure, Einz me voel metre en
-atorner. 3090 Mialz
+atorner. Mialz
-que retorner. » Cil
+que retorner." Cil
-li sèvenl plus
+li sevent plus
-dire, Mis de
+dire, Mes de
-que ilsets’aparoille, Et fet moll cslrange mcrvoiilc, Que ses picz désire et
+que il set s’aparoille Et fet molt estrange mervoille, Que ses piez desarme et
-mains. N’icrl mie
+mains. N’iert mie
-ne sains Quant
+ne sains, Quant
-venuz. 3100 Bien
+venuz. Bien
-sor l’espée tcnuz , Qui
+sor l’espee tenuz, Qui
-si descbauz Que
+si deschauz Que
-pié Soûler ne cbauce n’avanpic. 5 De ce guères ne s’esmaioit S’ès mains
+pié Souler ne chauce n’avanpié. De ce gueres ne s’esmaioit S’es mains
-plaioit ; Mialz se voloil-il maliaignier Que cliéoir el pont et baignicr An l’ève dont jamès n’issist. 10 A la grant dolor cou li
+plaioit : Mialz se voloit il mahaignier Que cheoir del pont et baignier An l’eve don ja mes n’issist. A grant dolor si con li
-et à grant destrccc :
+et a grant destrece :
-se blecc. Mes tût le
+se blece, Mes tot le
-et mainne : 15 Si
+et mainne, Si
-estoit à sofrir
+estoit a sofrir
-A mains . à piez et à genolz
+A mains, a piez et a genolz
-resovient 39. a. Des deus lyons qu’il
+resovient Des deus lÿons qu’il
-cuidoit 20 Avoir véuz quant
+cuidoit Avoir veüz quant
-l’autre part. Lors si
+l’autre part ; lors si
-avoit nés une leisarde , Né rien
+avoit nes une leisarde, Ne rien
-face, 25 S’esgardc son
+face, S’esgarde son
-et prueve. Quant
+et prueve, Quant
-deus lyons n’i trne\e Qu’il
+deus lÿons n’i trueve Qu’il
-avoir vcuz , Si cuida cstre dccéuz ; Mes il
+avoir veüz, Qu’anchantez fu et deceüz, Car il
-sont à l’autjerive, De
+sont a l’autre rive De
-qu’ainsi passe le
+qu’ainsi passé le
-il dévoient ; Mes ne sévcnt pas son méhaing. Et
+il devoient, Mes ne sevent pas son mehaing. Et
-tint à grant guebaing 35 Quant il n’iaplusmal solTcrt. Le
+tint a grant guehaing Quant il n’i a plus mal soffert, Le
-plaies tort A sa cbcmise tôt antor ; Et
+plaies tert A sa chemise tot antor. Et
-tor , Si fort , c’onques
+tor Si fort c’onques
-sa véue 3140 \’avoit nule
+sa veüe N’avoit nule
-fort véue. La
+fort veüe ; La
-Apoiez à une fcneslrc S’estoit
+Apoiez a une fenestre S’estoit
-Qui moult crt soutix el aguz 45 A lole enor et à toi bien ; — Et Icautc sor lotc rien Voloii partot garder et faire ; — Et ses filz , qui lot le
+Qui molt ert soutix et aguz A tote enor et a tot bien, Et lëauté sor tote rien Voloit par tot garder et faire. Et ses filz, qui tot le
-jorz fcisoit, 50 (Car dcsléautez li pleisoil , N’onqucs de feire vilanic Et
+jorz feisoit, Car deslëautez li pleisoit, N’onques de feire vilenie Et
-et félenie \e fu
+et felenie Ne fu
-ne enuiez) S’esloit delez
+ne enuiez, S’estoit delez
-apoiez. 55 S’orent vcu dès là amont Le cbevalicr passer
+apoiez. S’orent veü de la amont Le chevalier passer
-et à grant
+et a grant
-En à .Mélcaganz cbangiée ; 60 Bien set Cor liertcbalongiée La reine ;
+En a Meleaganz changiee ; Bien set c’or li ert chalangiee. La reïne ;
-Tex cbevaliers qu’il
+Tex chevaliers qu’il
-dotoit 39. b. Nul borne , tant fust forz el Gers. Nus ne fusl miandres cbevaliers , 65 Se
+dotoit Nul home, tan fust forz ne fiers. Nus ne fust miaudres chevaliers, Se
-et dcsiéaus ne fusl ; Mes
+et deslëaus ne fust, Mes
-fust Tôt sanz
+fust Tot sanz
-sanz pitié . Ce
+sanz pitié. Ce
-roi joiantet lié Don
+roi joiant et lié, Don
-avoit. 70 Li rois certeinuemaiit savoit
+avoit. Li rois certeinnemant savoit
-assez , Que jà nus
+assez ; Que ja nus
-osast A cui dedanz soi reposast 75 Malvcstiez qui fet bonté as snens Plus que procsce enor assuens. Donc
+osast An cui dormist et reposast Malvestiez, qui fet honte as suens Plus que Pröesce enor as buens. Donc
-puet raie tant proesce Con fet maUesliez et pcrcsce , Car
+puet mie tant Pröesce Con fet Malvestiez et Peresce, Car
-de rien , 80 Qn’ati puet
+de rien, Qu’an puet
-De CCS deus
+De ces deus
-vos déisse Moll se
+vos deïsse Molt, se
-n’i féisse ; Mes à autre cbose m’alor Qu’à ma matière m’an rclor. 85 .Sorroiz comanl tient à escolo Li rois .son lit qui l’aparolc: — « Filz, fet-il, avanture
+n’i feïsse ; Mes a autre chose m’ator, Qu’a ma matiere m’an retor, S’orroiz comant tient a escole Li rois son fil qu’il aparole : "Filz, fet il, avanture
-ci venimcs, giécl lu. A ccste fenestrc apoicr : 3190 S’an avons eu tel loicr Que
+ci venimes, gié et tu, A ceste fenestre apoier, S’an avons eü tel loier Que
-avons apertemcnl Véu le
+avons apertemant Veü le
-grant bardcmanl Qui
+grant hardemant Qui
-mes nés pansez ; Or
+mes nes pansez. Or
-ne scz 95 Celui
+ne sez Celui
-tel mervoillea feite? Car t’acordc à lui
+tel mervoille a feite ? Car t’acorde a lui
-rant qui le la reine. Jà n’auras preu an la teïtie, Einz
+rant quite la reïne ! Ja n’avras preu an l’ateïne, Einz
-grant domage 3200 Carte fai
+grant domage. Car te fai
-sage El por corlois, si li anboie La reine einçois
+sage Et por cortois, si li anvoie La reïne einçois
-ta tirre, Que
+ta terre Que
-querre 5 Li donc ainz
+querre Li dones ainz
-le le demant, Car
+le demant. Car
-bien certaincmant 39. c. Qu’il
+bien certainnemant Qu’il
-la reine Gauièvrc. Ne
+la reïne Ganievre. Ne
-por anrièvre Ne
+por anrievre, Ne
-fol né por orguilleus. 10 Se
+fol ne por orguilleus ! Se
-an la terre seus , Si li doiz conpagnie feire Que
+an ta terre seus, Se li doiz conpaignie feire, Que
-prodome atrcirc Et enorer el losangier , Nel’ doit
+prodome atteire Et enorer et losangier, Nel doit
-est soe: Bien sacbes que
+est soe : Bien saches que
-iert loe Se lu fez
+iert toe Se tu fez
-et scrvise A
+et servise A
-est à devise
+est a devise
-miaudres cbevaliers del’ monde.» 20 Cil respoiit : oQue Dex le confonde! » S’ausins
+miaudres chevaliers del monde." Cil respont : "Que Dex me confonde, S’ausins
-n’i a, .Mal list quant
+n’i a !" Mal fist quant
-i oblia Qu’il
+i oblia, Qu’il
-mie maiiu El ditjoinz piez
+mie mains. Et dit : "Joinz piez
-jointes mains: 25 a Volez , espoir . que
+jointes mains, Volez espoir que
-terre taigne. Si m’aïst Dex ainz
+terre taigne ? Si m’aïst Dex, ainz
-Ses boni que
+Ses hom que
-li randroie. Jà certes n’iert
+li randroie La reïne ! Dex m’an desfande Qu’en tel guise je la li rande ! Ja certe n’iert
-moi randue , 30 Mes
+moi randue, Mes
-et delVandue Vers loz ces
+et desfandue Vers toz ces
-querre l’oseront. » Lors de recbief li
+querre l’oseront." Lors de rechief li
-li rois: a Filz, molt feroiesquc cortoi*
+li rois : "Filz, molt feroies que cortois
-79 — 35 Se reste anreiJiit leuoiei. Je te lii el |ii’i i|u’iiii |ii’S <uie> ; Ce Kl- lu bien , <|ue liuiili» ierl Au clievalier s’il nu uoiu|iiiert Ver.* lui la reine un biitiiillc. 3’ilO II la iluil niitiU avuir.sui» liiille l\ir bataille que |iar liunté IViree t|ue pris
+Se ceste anreidie lessoies. Je te lo et pri qu’an pes soies. Ce sez tu bien que enors iert Au chevalier se il conquiert Vers toi la reïne an bataille. Il la doit mialz avoir sanz faille Par bataille que par bonté Por ce qu’a pris
-ert eoiilé ; Mien
+ert conté. Mien
-il n’unqniert point i’orce que
+il n’an quiert point Por ce que
-an pè-i li tluint, 45 Eini la vialt pai bataille avoir. Force fcroiej lu savoir
+an pes la doint, Einz la vialt par bataille avoir. Por ce feroies tu savoir
-bataille !i tuluies : Je te lu et pri qu’an pèj> soies, bt se
+bataille li toloies. Molt me poise quant tu foloies, Mes se
-consoil despis 50 Moins m’aii sera s’il l’an est pis. 39. d. Et jjiaiu mat avenir t’aii piiet Que rieu au cbcvalicr n’estuct Doter, fors que seulement toi.
+consoil despis, Moins m’an sera s’il t’an est pis ; Et grant max avenir t’an puet, Que rien au chevalier n’estuet Doter fors que seulemant toi.
-mes bornes et
+mes homes et
-moi 55 Li doing trivcs et séurté : Onques ne nsdcsiéautc Kè traïson né i’elenie, Ne je nel’ comaoccrai mie
+moi Li doing trives et seürté ; Onques ne fis deslëauté Ne traïson ne felenie, Ne je nel comancerai mie
-un esirange. 60 Jà ne t’anquier dire
+un estrange. Ja ne t’an quier dire
-Qu’il n’aura jà de rieu mestior, D’armes
+Qu’il n’avra ja de rien mestier, D’armes
-de cheval , qu’il n’ait , Dès qu’il
+de cheval, qu’il n’ait, Des qu’il
-et mainteuuz Vers
+et maintenuz Vers
-homes sauvcmant Fors
+homes sauvemant Fors
-toi totseuleniant. Et
+toi tot seulemant. Et
-te voel-je bien aprandre, 70 Que
+te voel je bien aprandre, Que
-puet dellandre Il nel’ covient d’auliui doter. » — « Assez me l’oisl orc escoter, Et
+puet desfandre, Il nel convient d’autrui doter. - Assez me loist ore escoter, Fet Meleaganz, et teisir, Et
-diroiz voslre pleisir , Fet Mélcaganz , et leisir , 75 iMès po
+diroiz vostre pleisir, Mes po
-hermites , Si prodom né si charitables Ne taut ne
+hermites Si piteus ne si charitables, Ne tant ne
-estre enorablcs Que
+estre enorables Que
-li doingnc. 80 N’iert
+li doingne. N’iert
-sa besoignc Si
+sa besoigne Si
-si délivremant: Einçois ira toi autremant
+si delivremant, Einçois ira tot autremant
-cuidiez. Jà se
+cuidiez. Ja se
-li aidiez Ur> l’or ce nel’ vos consjinliroinct : Se
+li aidiez, Por ce ne nos correceromes ; Se
-voz lionies A ptïs et trivvs , moi que cliaul > Onques
+voz homes A pes et trives, moi que chaut ? Onques
-faut , Einz
+faut ; Einz
-plest inult, se Dei megart, 3290 Que il u’ait fors
+plest molt, se Dex me gart, Que il n’ait fors
-moi regarl , Né je
+moi regart, Ne je
-vos qnier por moi foire Kien mile uii l’an
+vos quier por moi feire Rien nule ou l’an
-retreire Desk’auté né traïson. Tant com vos
+retreire Deslëauté ne traïson. Tant con vos
-soiez prodoii , UU. e. 05 Et
+soiez boens hon Et
-lessiez cstie cruel. m — a Cornant , ii’an feroies-lu cl ? n — «Ncnil, fet cil, et je
+lessiez estre crüel. - Comant ? N’an feroies tu el ? - Nenil, fet cil. - Et je
-tes. » — « Or
+tes. Or
-ton iiiialz que
+ton mialz, que
-te les : S’irai
+te les, S’irai
-: 3y00 OllVir li
+: Offrir li
-et présanter M’aide et
+et presanter M’aïde et
-consoil dei’ tut, Carjc me ticng à lui debot, u Lors desccndi ii rois
+consoil del tot, Car je me tieng a lui de bot." Lors descendi li rois
-grant destrier, Et
+grant destrier Et
-par l’eslrier , Et mainne avocc lui
+par l’estrier, Et mainne avoec lui
-genz .Trois chevaliers et dcus sergenz. Sans plus , fet
+genz : Trois chevaliers et deus sergenz Sanz plus fet
-aler. 10 Einz ne finèreot d’avaler
+aler. Einz ne finerent d’avaler
-il vindient vers la planche , Et
+il vindrent vers la planche, Et
-avoir aoslc 15 Li
+avoir a oste Li
-plaies garir. Mes à la
+plaies garir, Mes a la
-feire garnir Pori’oit autrcsl bien
+feire tarir Porroit autresi bien
-haste del’ descendre. Et
+haste del descendre, Et
-estoit plaiez 20 S’est
+estoit bleciez S’est
-lui dréciei Non pas porce qu’il le conoisse ; Ne
+lui dreciez, Non pas por ce qu’il le conoisse, Ne
-mains ^è plus
+mains Ne plus
-vit esvertuer , Si
+vit esvertüer, Si
-tost saluer Et dit: « Sire molt ni’esbaïs De
+tost salüer Et dit : "Sire, molt m’esbaïs De
-vos au cest pais Vos
+vos an cest païs Vos
-i soiez-vos Que James nus ce n’anprendra , Ne
+i soiez vos, Que ja mes nus ce n’anprendra, Ne
-ne a’avandra Que
+ne n’avandra Que
-hardemant féist Que
+hardemant feïst Que
-tel péril se niéist. 3335 El sachiez , nioll vos
+tel peril se meïst. Et sachiez, molt vos
-plus Quaiil vus avez ce fel que nus ^’osust panser uiiteinés feire.
+plus Quant vos avez ce fet que nus N’osast panser antemes feire.
-me liuveiuiz déboiieire 3!l. f. Vers
+me troveroiz deboneire Vers
-et léal et eoitois. 40 Je
+et leal et cortois. Je
-de cestr terre ruis . .Si vos oll’re lot à devise Tut mon
+de ceste terre rois, Si vos offre tot a devise Tot mon
-mon scrvitc; ICt ji; vois iiioll bien espérant Quel
+mon servise ; Et je vois molt bien esperant Quel
-vos alezquerant. 45 La rcfi’ne , ce croi , qucrcz. » — «Sire, fet-il, bien espérez: Autres besoinz cà ne iii’aniainne. s — a Amis,
+vos alez querant : La reïne, ce croi querez. - Sire, fet il, bien esperez ; Autres besoinz ça ne m’amainne. - Amis,
-i covcndroit pàinne, l’et li
+i covendroit painne, Fet li
-plaiez , . . Je
+plaiez : Je
-plaies cl le
+plaies et le
-qui çà l’a amenée Qu’il
+qui ça l’a amenee, Qu’il
-sanz meslée: 55 Mes
+sanz meslee ; Mes
-covient st’Jorner Et
+covient sejorner Et
-feire sener Tant qu’eles soieot bien
+feire atorner Tant qu’eles soient bien
-De 1’ oignemant as
+De l’oignemant as
-Maries El de meillor , s’an le trovoit , 60 Vos donrai-ge, car
+Maries Et de meillor, s’an le trovoit, Vos donrai ge, car
-La reine a bocne prison
+La reïne a boene prison
-char à li n’adoisc Néis mes fîlz, oui moltan poise, 65 Qui
+char a li n’adoise, Neïs mes filz cui molt an poise, Qui
-lui çà l’amena. Onques
+lui ça l’amena : Onques
-ne forsscna Com
+ne forssena Com
-s’an forsscne etanrage. Et
+s’an forssene et anrage. Et
-vos doiirai, seDexmesaut, 70 Molt volontiers quanqu’il
+vos donrai, se Dex me saut, Molt volantiers quanqu’il
-faut. Jà si
+faut. Ja si
-armes n’aura Mes filz , qui malgré m’an saura , Qu’altresi boens ne vosdoigne. Et
+armes n’avra Mes filz, qui mal gré m’an savra, Qu’altresi boenes ne vos doigne, Et
-tel com vos besoigne. 75 Et si vospraing, ciii qu’il enuit. Vers trestuz homes
+tel con vos besoigne. Et si vos praing, cui qu’il enuit, Vers trestoz homes
-conduit. Jà mar
+conduit. Ja mar
-de iielui. Fors
+de nelui, Fors
-la reine amena çà. 80 Onques
+la reïne amena ça. Onques
-l’ai menaeié, Et
+l’ai menacié, Et
-chacié 40 a. De
+chacié De
-il np la vo« rant. 3385 S’cslil nu’s filz . nirs tic vos cliaillr. Se
+il ne la vos rant ; S’est il mes filz ; mes ne vos chaille, Se
-vos vaiiil an bataille Jà ne vos poira sor
+vos vaint an bataille, Ja ne vos porra sor
-pois D’enni faire
+pois D’enui faire
-un puis.» — «Sire , fet-il , voslre merci! 90 Mi’sje jjast trop le tans ici , Que
+un pois. - Sire, fet il, vostre merci ! Mes je gast le tans et pert ci, Que
-ne vucl. De unie chose
+ne vuel. De nule chose
-me duel , i\é je n’ai
+me duel, Ne ja n’ai
-nuise. Menez-moi tant
+nuise. Menez moi tant
-le truisè. 95 Car à tex armes com je
+le truise, Car a tex armes con je
-prez c’orandroit me déport A cos doncr et à rcprandrc. » — « Amis , mialz vos vaidroit alandrc Ou .XV. jorz ou trois scmainnes, 3400 Tant
+prez c’or androit me deport A cos doner et a reprandre. - Amis, mialz vos valdroit atandre Ou.xv. jors ou trois semainnes, Tant
-fussent sainnes, Car
+fussent sainnes ; Car
-seroit H scjorz Tôt au moinsjusqu’à .xv. jon. Que
+seroit li sejorz Tot au moins jusqu’a.xv. jorz, Que
-ne solTerroic iVc esgardcr ne le porroie 5 Qu’à tel armes
+ne sosferroie, Ne esgarder ne le porroie, Qu’a tez armes
-Vos conbatcssiez devant moi. » El cil
+Vos combatessiez devant moi." Et cil
-: « S’il vos pléust l.i autres
+: "S’il vos pleüst, Ja autres
-n’i éust. Que volanticrs à ces féisse 10 La bataille . né ne quéisse Qu’il i éust né pas ne ore Kespil, né terme ne dcmore. Mes
+n’i eüst, Que volantiers a ces feïsse La bataille, ne ne queïsse Qu’il i eüst, ne pas ore, Respit ne terme ne demore. Mes
-Que jusque demain atcndrai; 15 Etjà mar
+Que jusqu’a demain atendrai ; Et ja mar
-parleroit nus Que
+parleroit nus, Que
-l’atandroie plus. » I.ors a
+l’atandroie plus." Lors a
-rois acréanlé Qu’il ierl tôt à sa volante. Puis le fct à ostel mener, 20 Et prie cl comande pencr De
+rois acreanté Qu’il iert tot a sa volanté, Puis le fet a ostel mener Et prie et comande pener De
-qui l’cnmainnent. El il del’ lot an toi s’an painncnt. El li rnis . qui la pès quéist Molt volanticrs se
+qui l’en mainnent, Et il del tot an tot s’an painnent. Et li rois, qui la pes queïst Molt volantiers se
-poïst, 25 S’iin vint de recfaief à son
+poïst, S’an vint de rechief a son
-Si l’aparolccome cil 40. b. Qui volsisl la pès et l’acorde. Si
+Si l’aparole come cil Qui volsist la pes et l’acorde, Si
-: « Biax Glz , car l’acorde A
+: "Biax filz, car t’acorde A
-sanz conbatre! 30 A’cst pas çà venuï por esbatrc Ne por berscr ne por cachier ; Einz est venuz por porchacicr Et son priscroistre et aloser. S’ciist mpslierde reposer 3435 Volt {jranl si cou je l’ai véu , Se
+sanz combatre ! N’est pas ça venuz por esbatre, Ne por berser ne por chacier, Einz vient por enor porchacier Et son pris croistre et aloser, S’eüst mestier de reposer Molt grant, si con je l’ai veü. Se
-consoil éust créu , De
+consoil eüst creü, De
-l’autre après, Ne fusl de
+l’autre aprés Ne fust de
-bataille anjjrès Dom
+bataille angrés Dom
-est jà molt désirranz. 40 .Se tu la reine li ratiz Criens-an tu avoir dcsenor? De ce n’aies-tu jà fréor Qu’il ne l’an puel blasmes venir: Einz est péchiez dcl’ retenir 45 Chose où au n’a rcison ne
+est ja molt desirranz. Se tu la reïne li ranz, Criens an tu avoir desenor ? De ce n’aies tu ja peor, Qu’il ne t’an puet blasmes venir ; Einz est pechiez del retenir Chose ou an n’a reison ne
-bataille toi orandroit Eiisl faite molt volanticrs, Si n’a-il mains né piez
+bataille tot or androit Eüst feite molt volantiers, Si n’a il mains ne piez
-plaiez. » 50 — n De
+plaiez. - De
-vos csmaicz, Fet Méléajanz à son père; .là par
+vos esmaiez, Fet Meleaganz a son pere ; Ja par
-doi saint-Père Ne voscresrai de
+doi saint Pere Ne vos cresrai de
-afeire. Certes , l’an
+afeire. Certes, l’an
-devroit détreire 55 A chevax seje voscréoie. S’il quierls’anoretje la moie. S’il quierl son pris et
+devroit detreire A chevax se je vos creoie. S’il quiert s’anor, et je la moie, S’il quiert son pris, et
-le mien , Et
+le mien, Et
-la voel-je plus
+la voel je plus
-tanz. » 60 — « Bien vol qu’à la
+tanz. - Bien voi qu’a la
-la Irovcras. Demain
+la troveras. Demain
-force esprovcras Au chevalier quant
+force esproveras Au chevalier, quant
-viax. n — a Jà neme vaigne plusgranzdiax, 65 Fct lléléagajiz , de cestui .Mialz volsisse
+viax. - Ja ne me vaigne plus grans diax, Fet Meleaganz, de cestui ! Mialz volsisse
-faz demain, ^’écz or
+faz demain. Veez or
-Plus maternant que gc ne suel. 70 Molt
+Plus matemant que ge ne suel. Molt
-or Iroblé li od, 40. c. El moll en
+or troblé li oel, Et molt en
-la chière mate. James tant
+la chiere mate. Ja mes tant
-me eonbate K’aurai joie
+me conbate N’avrai joie
-me pleise. » 75 Li rois ol qu’an nulemenière N’i
+me pleise." Li rois ot qu’an nule meniere N’i
-consauz né proière , Si l’a Icssié lot maugré suen , Et
+consauz ne proiere, Si l’a lessié tot mau gré suen, Et
-cheval moll fort et bnen El bêles armes , s’cs anvoie 80 Celui
+cheval molt fort et buen Et beles armes, ses anvoie Celui
-les anpioie. lluec fu uns hom anciens. Qui molt rsloit boens Creslicni: El
+les anploie. Iluec fu uns cirugïens Qui molt estoit boens crestïens ; El
-plus léal n’avoil, Et
+plus leal n’avoit, Et
-garir savoil 3485 Plus que luit cil de Monpellier. Cil fisl la
+garir savoit Plus que tuit cil de Monpellier Cil fist la
-bien com feirc li
+bien con feire li
-li ol. Etjà savoicnl les noveles 90 Li
+li ot. Et ja savoient les noveles Li
-les purelcs Et
+les puceles Et
-dames cl li
+dames et li
-De lot le pais anviron. Si viiidrenl d’une granljornée Tôt anuitou de la contrée. 95 Et li eslrange et
+De tot le païs anviron ; Si vindrent d’une grant jornee Tot anviron de la contree Et li estrange et
-privé Tuit clicvalcboient abrivé Totc la nuilan ju.squ’aujor. D’uns
+privé ; Tuit chevalchoient abrivé Tote la nuit anjusqu’au jor. D’uns
-la lor Ol si
+la tor Ot si
-presse à l’enjorner 3500 Qu’an u’i poïst
+presse a l’enjorner Qu’an n’i poïst
-pié tomer, El li
+pié torner. Et li
-se lièvc, Cui
+se lieve, Cui
-molt griève: Si vient à son
+molt grieve, Si vient a son
-Qui jà avoil le
+Qui ja avoit le
-chief 5 Lacié , qui
+chief Lacié, qui
-fez à Peiliers. N’i puet estrc li respiliers. Ne n’i puel cstre la pès mise. Se l’a
+fez a Peitiers. N’i puet estre li respitiers, Ne n’i puet estre la pes mise ; Si l’a
-rois moll bien
+rois molt bien
-puet eslre qu’il
+puet estre qu’il
-face. 10 Devant la lor eomi la place. Où lole la gcnz se fu treite. Là sera
+face. Devant la tor, enmi la place Ou tote la genz se fu treite, La sera
-bataille feite , Que
+bataille feite, Que
-chevalier eslrange mande 40. d. 15 Li
+chevalier estrange mande Li
-molt tost el l’an
+molt tost, et l’an
-genz del’ réaume de Logres. Ausi com por
+genz del rëaume de Logres ; Ausi con por
-au niostler à fesleanel, 20 A Paiilecoste ou à Noël, Les genz acosluméemanl , Toi autresi eomunémanl Estoieul là tuitaiiné. Troiz jorz avoient géuné 25 El aie nuz piez el an lengrs Totes
+au mostier a feste anel, A Pantecoste ou a Nöel, Les genz acostumeemant, Tot autresi comunemant Estoient la tuit aüné. Trois jorz avoient geüné Et alé nuz piez et an lenges Totes
-puceles eslrengcs DeP réaume le
+puceles estrenges Del rëaume le
-Artu, Porce que
+Artu, Por ce que
-vertu Oonast contre son avcrsaire 30 Au
+vertu Donast contre son aversaire Au
-qui devait faire Le bataille por Icscheilis. El autresi cil del’ païs
+qui devoit faire La bataille por les cheitis. Et autresi cil del païs Reprioient por lor seignor Que Dex la victoire et l’enor
-SI ni-|>rii>ifiit |Hir loi’ «oiijmii , yUl- iJl-l b HflUllf l’I l’t’Mlil’ U.’iU5 De lii biilaitlu li iU>iia’<l. Bien iiuiin aiiit (|iii’ |iruiir viiiiist Lvs ul-aii l’itiltMisaiiiriu-^ Kiiiiil la placf lui ai met , Soi dous clievat do Ici’ ciiviTi. •Jd Mull csluil [jciit l’t liifii a|M-r/. Mùliuijaiu, et liit’i> lailli<’< l)r lu as, di- jaiibes l’I du pirt ; l’)t II liiaiiiiiL’S l’I li vsciK Qui licstuitau col paiidiu, 4.’» ’i’io|i liii’ii el 1)lI li avfiiuii’iit. Mi’sù t’atilre luit su Iciioiuiil Nés cil qui volsissi’ul sa lioiilu, tl diuiil luit i|iir l’ii’ii lie inoiiliDu Mcliayaiit avurs lui. .’H Maliituiiant qu’il luiuiil aiultii lîiinii lu place et
+De la bataille li donast. Bien main ainz que prime sonast Les ot an endeus amenez Enmi la place toz armez Sor deus chevax de fer coverz. Molt estoit genz et bien aperz Meliaganz et bien tailliez, Et li haubers menu mailliez, Et li hiaumes et li escuz Qui li estoit au col panduz Trop bien et bel li avenoient. Mes a l’autre tuit se tenoient, Nes cil qui volsissent sa honte, Et dïent tuit que rien ne monte De Meliagant avers lui. Maintenant qu’il furent andui Enmi la place, et
-rois viciit, Qui tant cuni il puct les dùtieiil : Si su paiuiie de la pris fciiu , Mes
+rois vient, Qui tant com il puet les detient, Si se painne de la peis feire, Mes
-n’i puul sou li! atreire : r>5 lit il loi- dit: « Tuiiui vos IVaiiis lit voz clicvax à toi lu mains Tant qu’au la lui- suie nioiitoz. Cu u’iurl mie trop graiiz boiilui 40. e. Se poi’ moi laiil vos dùlaiuz.u GO Lors se pail d’ax niolt csmaiuz , Et
+n’i puet son fil atreire ; Et il lor dit : "Tenez vos frains Et vos chevax a tot le mains Tant qu’an la tor soie montez. Ce n’iert mie trop granz bontez Se por moi tant vos delaiez." Lors se part d’ax molt esmaiez Et
-droit là où il savoil l.a reine qui liavoit l.a nuit piuié qu’il la muist Au lui leu que élu véist C5 La balalllu tut abandon; Et il l’un olréa lu don : Si l’ala qiiunu et amener, Car
+droit la ou il savoit La reïne qui li avoit La nuit proié qu’il la meïst An tel leu que ele veïst La bataille tot a bandon ; Et il l’en otrea le don, Si l’ala querre et amener ; Car
-se voloil iiioll penur Du s’anor
+se voloit molt pener De s’anor
-servise. 70 A une luuestre l’a uiisu, Et il lu deluî li à destru Couchiez sor unu autre feiiestre. Si ol avoec aus drus assez
+servise. A une fenestre l’a mise, Et il fu delez li a destre Couchiez sor une autre fenestre, Si ot avoec aus deus assez
-dames sences , El pncelesdel’ pais nées; El niolt i
+dames senees Et puceles del païs nees ; Et molt i
-des clieilives , Qui molt estoleut aiil;iiilivus. Eu orisons et au proiùies. 80 Li
+des cheitives Qui molt estoient antantives En orisons et an proieres. Li
-les prisonières Tresluit por lor sciguor prioient, Qu’an Dcu ut an
+les prisonieres Trestuit por lor seignor prioient, Qu’an Deu et an
-se lioluiil Du suuar» et du ilulivraiice. Et cil fout luis Miiu di^nioranuu aSOS Ariiùie lieiic les ijuiiz lolu’. . El liiirlunt lus esuuz des cote»: S’ont lus unai’iiius anbraciùus El poi(;iiuiil M cpiu iliiis biaciùus l’ui’ini lus uscuz s’aiiliabalunt tlll Dus laiiuus , si ipi’ulus usclaluiil El estiiii ni uoiiiu txaiidort. Kl li uliuval lut du landori S’anlruviununl , ipiu boni a boni El piz à piz linrlù su sont. U5 Kl 11 uscn biiilcnlaiisaiiblu Et li biaiiiiie, si
+se fioient De secors et de delivrance. Et cil font lors sanz demorance Arriere treire les genz totes, Et hurtent les escuz des cotes, S’ont les enarmes anbraciees Et poignent si que deus braciees Parmi les escuz s’antranbatent Des lances, si qu’eles esclatent Et esmïent come brandon : Et li cheval tot de randon S’antrevienent que front a front Et piz a piz hurté se sont, Et li escu hurtent ansanble Et li hiaume, si
-ont dune Quu il éiist niolt lurl toiiù. Qu’il n’i remusl peitrax iiù cuii(jlu, 3600 Eslriés nù rcsuct ne varenjjle A ronpre . et des selcs peçoieiit Li arcon, qui
+ont doné Que il eüst molt fort toné, Qu’il n’i remest peitrax ne cengle, Estriés ne resne ne sorcengle A ronpre, et des seles peçoient Li arçon, qui
-fort cstoient ; •10. f. ^c n’i
+fort estoient ; Ne n’i
-pas gianl honte eu .Se il sont à terre cliéu 5 Dès que trcslotce lor failli. Tost rcfureut an piez sailli , Si s’antreviuiiuiil. sanz jenglcr, Plus fiéremaiil que dui suiij;ler. Et se fièrent saiiz meuauiur 10 Graiiz cos des espées d’acier , Come
+pas grant honte eü Se il sont a terre cheü Des que trestot ce lor failli ; Tost refurent an piez sailli, Si s’antrevienent sanz jengler Plus fieremant que dui sengler, Et se fierent sanz menacier Granz cos des espees d’acier Come
-molt s’antrebécut. Sovant
+molt s’antreheent. Sovant
-se réent Les biaumcs et
+se reent Les hiaumes et
-haubers blaiis Qu’après le
+haubers blans Qu’aprés le
-bien fornissuiil Qu’il s’estouloiuiit et leidissunt Des pesauz cos et dus félons. Mainz
+bien fornissent, Qu’il s’estoutoient et leidissent Des pesanz cos et des felons. Mainz
-fiers cl durs et Ions S’anlredonèient par ijjal, 20 Conques ne del’ bien nù dul’ mal
+fiers et durs et lons S’antredonerent par igal, C’onques ne del bien ne del mal
-s’an soient auquel tenir. Mes
+s’an sorent au quel tenir, Mes
-assez 25 Des mains qne il avait plaiées. Molt
+assez Des mains, que il avoit plaiees. Molt
-les gcnz csmaiées, Ccles qui à lui se tcnoient , Car
+les genz esmaiees, Celes qui a lui se tenoient, Car
-cos afcbloiur voient : Si criemenl qu’il
+cos afebloier voient, Si criement qu’il
-l’an suit pis; 30 El il lor usioitjà avis Qne il
+l’an soit pis ; Et il lor estoit ja a vis Que il
-le péjor Et Méliaffanz le lueillort Si au parluiunl lot anior. Mes as fulll•^llus du la lor :il>.’iri Ol unu piicele mull sa|;e, Qui panse ut dit
+le peior Et Meliaganz le meillor, S’an murmuroient tot antor. Mes as fenestres de la tor Ot une pucele molt sage, Qui panse et dit
-son eora(je , Que li idievaliers ii’avoil mie l’or II la balaillu anaiiiiu . Né por uelu anlie jpnl iiii’iiue ■10 Qui
+son corage Que li chevaliers n’avoit mie Por li la bataille arramie, Ne por cele autre gent menue Qui
-la placu usloit venue, \ejàeiiprisc ne l’éiist Su pur la reïnu ne fiist ; Et pause su il
+la place estoit venue, Ne ja enprise ne l’eüst Se por la reïne ne fust ; Et panse, se il
-la leneslru oii élu ustoit , 45 Qu’ule l’usjjardast nu véist , l’orcu ut bardenianl an préist. -il. a. Et s’elu son
+la fenestre ou ele estoit, Qu’ele l’esgardast ne veïst, Force et hardemant an preïst. Et s’ele son
-bien séust Molt volaiiliurs dit II éust Qu’il su rujfardast un pulil. fiO Lors vint à la ruine et
+bien seüst Molt volantiers dit li eüst Qu’il se regardast un petit. Lors vint a la reïne et
-: Dame, por
+: "Dame, por
-le vostrc l’rcu, vos
+le vostre Preu, vos
-et pur le
+et por le
-non à eu ubevalier, l’orce que
+non a ce chevalier, Por ce que
-savez. » — « Tel
+savez. - Tel
-requise m’avez , Dameiselu , fut la réiiic, Ou jje n’anlaiil nule haine Kè felenie , se bien non: 60 Lancuioz dul’ Lac a à non Li ubevaliers , niiun eseiaiil. » — c< Dex, com en
+requise m’avez, Dameisele, fet la reïne, Ou ge n’antant nule haïne Ne felenie, se bien non : Lanceloz del Lac a a non Li chevaliers, mien esciant. - Dex ! Com en
-lié el riant
+lié et riant
-sain ! » fel la pncele. Lors .saut avant
+sain !" fet la pucele. Lors saut avant
-si l’apule , 65 Si
+si l’apele, Si
-li peuples l’ot,
+li pueples l’ot,
-molt liaule voiz : « Laiieelol, Trestoriie-loi el si
+molt haute voiz : "Lancelot ! Trestorne toi et si
-de loi se praut jjarde! « Qant
+de toi se prant garde !" Qant
-s’oï nomer 70 Ne mist gaircs à lui loriier : Trestorne-soi et
+s’oï nomer, Ne mist gaires a lui torner : Trestorne soi et
-de Irestot le
+de trestot le
-plus désirioit à véoir As
+plus desirroit a veoir, As
-la lor seoir. 75 Ne
+la tor seoir. Ne
-qu’il s’aparçut l\c se lorna ne
+qu’il l’aparçut Ne se torna ne
-se mul Devers li
+se mut De vers li
-ialz né .sa eliière. Einz se deflandoit par derrière. Et Méléaganz l’cnchauuoit 80 Totes
+ialz ne sa chiere, Einz se desfandoit par derriere ; Et Meleaganz l’enchauçoit Totes
-qu’il pooit. Si
+qu’il pooit, Si
-molt liez, eoni eil qui p;msc
+molt liez con cil qui panse. C’or
-83 — Cor n’ait j.’iniM vits lui (Icniinsc. S’aii sont cil <lcl’ païsmull lit-, Et li estranjjc si iriez 368.^ Qu’il ni’ se puéeut soslenir. Kiiiz an i cstiil niaiiiz m’uIi Jusqu’à tel ri! toz cs|ht(1uz, Ou as jjeiiolz ou ostaiirluz. Ensi
+n’ait ja mes vers lui desfanse ; S’an sont cil del païs molt lié, Et li estrange si irié Qu’il ne se pueent sostenir, Einz an i estut mainz venir Jusqu’a terre toz esperduz Ou as genolz ou estanduz ; Ensi
-joie i-t duel
+joie et duel
-de rrcliiefs’cscria 41 b. I.a puccle dés la frneslre: a Ha Lancelot. ce que puct cslre Que si folenienl te contiens! Jà soloit cslre toz
+de rechief s’escria La pucele des la fenestre ; "Ha ! Lancelot ! Ce que puet estre Que si folemant te contiens ? Ja soloit estre toz
-la proesre an toi ; Ne
+la pröesce an toi, Ne
-croi Conques Dcx fcist cbevalier Qui sepoist apareillier
+croi C’onques Dex feïst chevalier Qui se poïst apareillier
-ne à ton pris. 3700 Or te véoos si antrepris ; Torne-toi si que deçà foies Et que adès ceste tor voies Que boen véoir et
+ne a ton pris. Or te veons si antrepris Qu’arriere main gietes tes cos, Si te conbaz derrier ton dos. Torne toi si que de ça soies Et que adés ceste tor voies, Que boen veoir et
-la fel. >■ Ce tient à honte et à grant let 5 Lanceioz tant
+la fet." Ce tient a honte et a grant let Lanceloz, tant
-s’an bet Cune grant pièce a,
+s’an het, C’une grant piece a,
-le sil , Le
+le set, Le
-bataille eu . Se l’ont luit et totesséii. l.ors saut arrière et tet son toi 10 Et
+bataille eü, Si l’ont tuit et totes seü. Lors saut arriere et fet son tor, Et
-tor Méliagant treslot à force. Et Méliagans molt s’efforce Que
+tor Meleagant trestot a force. Et Meleaganz molt s’esforce Que
-Et Lanceioz sore
+Et Lanceloz sore
-cort, 15 Sel* hurte
+cort, Sel hurte
-De tôt le cors . à lot l’escu , Quant
+De tot le cors a tot l’escu, Quant
-vialt torner , Que
+vialt torner, Que
-le fel toi cbanceler Deus
+le fet tot trestorner Deus
-ou plus , mes
+ou plus, mes
-li poist, 20 Et
+li poist ; Et
-li croist Qu’amors li
+li croist, Qu’Amors li
-molt grànt ai> Et
+molt grant aïe Et
-n’avoit baie Rien
+n’avoit haïe Rien
-lui. 25 Amors et baïne mortes, Si
+lui. Amors et haïne mortex, Si
-fu ancor lex. Le
+fu encor tex, Le
-de néant nel’ tient à gens Méliaganz , ainz
+de neant nel tient a geus Meleaganz, ainz
-si estoll N’acointa
+si estolt N’acointa
-conut, Xè tant
+conut, Ne tant
-li gièva né nul Nus
+li greva ne nut Nus
-mes coin cil
+mes con cil
-Volantiers loin,», de
+Volantiers loing de
-se trct 41.1’. 3735 Se ligancbistetsc réusc Que
+se tret, Se li ganchist et se reüse, Que
-et s’es refuse. Et Lanceioz pas nel’ menace . Mes
+et ses refuse. Et Lanceloz pas nel menace, Mes
-le chacc Où la reine ert apoice, 40 (Sovant l’a
+le chace, Ou la reïne ert apoiee. Sovant l’a
-et loéi-) , De
+et loiee De
-si prés li nicnoit Qu’à remcnoir li covenoit Force qu’il
+si pres l’i menoit Qu’a remenoir li covenoit Por ce qu’il
-la véist pas
+la veïst pas
-pas. 45 Ensi Lanceioz molt
+pas. Ensi Lanceloz molt
-Le menoi t arriers
+Le menoit arriers
-Par lot là où boen li estoit , Et
+Par tot la ou boen li estoit, Et
-s’arestoit Devant la reïiie sa dame , 50 Qui
+s’arestoit : Devant la reïne sa dame Qui
-la flamc Por
+la flame, Por
-Et celé ilame si ardaut Vers Méléagant le feisoit Que parlot là où li pleisoit 55 Le
+Et cele flame si ardant Vers Meleagant le feisoit, Que par tot la ou li pleisoit Le
-et chacier. Come
+et chacier ! Come
-come cscbacier Lemainne, maugré an ait-il. Li
+come eschacier Le mainne, mau gré en ait il Li
-si alaliit son
+si ataint son
-ne s’aide ne deffant , 60 Si
+ne s’aïde ne desfant ; Si
-et piliez l’en prant , Si melra consoil
+et pitiez l’en prant ; S’i metra consoil
-il puet ; Mes la reine l’an esluet Proier
+il puet. Mes la reïne l’an estuet Proier
-il le vialt
+il el vialt
-comança à retreire : t>5 a Dame, je
+comança a retreire : "Dame, je
-molt aniée Et
+molt amee Et
-servie el enoréc Puis
+servie et enoree Puis
-vos ci. Onques
+vos oi ; Onques
-la féisse 70 Mes
+la feïsse, Mes
-i véisse ;
+i veïsse ;
-don Quedoner ne me devriez Se
+don Que doner ne me devrïez Se
-amor nel’ féisiez. 75 Bien
+amor nel feisïez. Bien
-le pnior sanz faille , Ne porce ne
+le poior sanz faille, Ne por ce ne
-m’an poist mes
+m’an poist, mes
-ne l’ocic 41. d. Lanceioz qui an a pooir. 80 Ne vos nel’ devez par voloir , Non pas porce que
+ne l’ocie Lanceloz, qui en a pooir. Ne vos nel devez pas voloir, Non pas por ce que
-lui men’ait , iMés por moi. La vostre merci ! Li dites, car je vos
+lui mesfait, Mes por moi qui molt vos
-pri , 3785 Qu’il se laigne de lui férir. Ensi me porriez mérir Mon servisc se
+pri Li dites, la vostre merci, Qu’il se taigne de lui ferir. Ensi me porrïez merir Mon servise se
-vos ière. » — « Biax
+vos iere. - Biax
-vostre proière Le voel -ge bien , fet la reine ; 90 Sej’avoie martel baj’ne Vers vostre fil cui je n’aim mie , Se m’avez- vos
+vostre proiere, Le voel ge bien, fet la reïne ; Se j’avoie mortel haïne Vers vostre fil, cui ge n’aim mie, Si m’avez vos
-Que porce que à gré
+Que por ce que a gré
-vaigne Voel-ge molt
+vaigne Voel ge molt
-se laigne. » 95 Ceste
+se taigne :" Ceste
-Dite à eonsoil ; ainz l’ont oie Lanceioz et Méléaganz. Molt
+Dite a consoil, ainz l’ont oïe Lanceloz et Meleaganz. Molt
-aimme obcissanz, Et molt fel tost et volenliers , 3800 Là où il
+aimme obeïssanz, Et molt fet tost et volentiers, La ou il
-amis anliers , Ce que s’amie doie plaire : Donc
+amis antiers, Ce qu’a s’amie doie plaire. Donc
-bien Lanceioz faire , Qui
+bien Lanceloz faire, Qui
-nus bom pot amer plus5 La
+nus hom pot amer plus. La
-oï Lanceioz , Né puis
+oï Lanceloz, Ne puis
-la bocbe li fu colez , Puis qu’ele ol dit : « Quant vos
+la boche li fu colez, Puis qu’ele ot dit : "Quant vos
-se laigne, jcl’ voel bien, » 10 Puis Lanceioz por
+se taigne, jel voel bien," Puis Lanceloz por
-rien Nel’ tochast né ne se méust. Se
+rien Nel tochast ne ne se meüst, Se
-le dcust Il nel’ loche né ne se muet. Et
+le deüst. Il nel toche ne ne se muet ; Et
-il puet . 15 D’ire
+il puet, D’ire
-honte furssenez, Quant
+honte forssenez, Quant
-est à ce
+est a ce
-lui chastier Est
+lui chastïer Est
-de ta tor avalez: 20 An
+de la tor avalez ; An
-Et disl à son fil maintenant: a Cornant est or ce avenant , 41. e. Qu’il
+Et dist a son fil maintenant : "Comant ! Est or ce avenant, Qu’il
-te loche et
+te toche et
-le fiers? Trop pares or crucv et fiers , 25 Trop
+le fiers ? Trop par es or crüex et fiers, Trop
-preuz à maléur: Et
+preuz a mal eür ! Et
-savons lot de séur Qu’il
+savons tot de seür Qu’il
-au décore de toi. » Lors dit .Méliaganz au roi . Qui
+au desore de toi." Lors dit Meliaganz au roi, Qui
-fu desjugiez : 30 a Espoir , vos estes avuglés . Mien
+fu desjuglez : "Espoir, vos estes avuglez ! Mien
-n’i véez golc.
+n’i veez gote.
-- 85 AvU||li’< est
+Avuglez est
-ce tlutr V^kue <Hi desur ili* Un ne sitie u » Dr >|iiiei’ , lit li lui», qui te rroiu, ’MM Que bien séveiit tûtes ces|>eii< Se tu ilii vuii* uu !ie tu iiiuiu ’■ lu verile bien iiii suivons, u l.urs ilit li rois à vs luruiis Que Sun lîl arrière li li’iiieiit. Ht K.teil (le rieii ne se dilaieiit: Tost unt son eiiiiitiiideiiiaiil fet. Mèlia^Miit uni arriers tivl. Mes à Laiicelut arriers treire iN’eslut-il fias jfrant fuiee feiie, -15 Car niull li |iuïst j;raiil enui Cil leire aineois (|u’il lueliasl Un. Kl lors dit li luis à son lil : Si ni’aïsl Dex , or l’est net-il Fés feire
+ce dote Que au desor de lui ne soie. - Or quier, fet li rois, qui te croie ! Que bien sevent totes ces genz Se tu diz voir ou se tu manz. La verité bien an savons." Lors dit li rois a ses barons Que son fil arriere li traient. Et cil de rien ne se delaient, Tost ont son comandemant fet : Meliagant ont arriers tret. Mes a Lancelot arriers treire N’estut il par grant force feire Car molt li poïst grant enui Cil feire ainz qu’il tochast a lui. Et lors dist li rois a son fil : "Si m’aïst Dex, or t’estuet il Pes feire
-la reine. 50 Totc laquerclcanlcrine T’estuet lessicr et rlanier qiiite. » — » .Molt jjrant uiseuseavez or dite. Molt vos ui de néant débatre. l’"uicz ; si noslessiez conliatre, 55 Et
+la reïne. Tote la querele anterine T’estuet lessier et clamer quite. - Molt grant oiseuse avez or dite ! Molt vos oi de neant debatre ! Fuiez ! Si nos lessiez conbatre, Et
-an merlezjà! » Et
+an merlez ja !" Et
-si fera , Que l>ien sai qnecist l’ocii’roil Qui conbalrc vos lesseroit, » a II m’ocirroil ? Einz ocirroic GO Je Uii inoll lost et
+si fera, "Que bien sai que cist t’ocirroit, Qui conbatre vos lesseroit. - Il m’ocirroit ? Einz ocirroie Je lui molt tost et
-ne vos dcslorbeiez Et conbalrc nos lesseiez. » Lors
+ne nos destorbeiez Et conbatre nos lesseiez." Lors
-li rois: aSe Dcx me saut , Quanqnc lu diz
+li rois : "Se Dex me saut, Quanque tu diz
-te vaut.» G5 — « Por
+te vaut. - Por
-? fet-il , car je ne vucl. » — «Ta folie
+? fet il - Car je ne vuel. Ta folie
-orguel Il . f. .\e cresrai
+orguel Ne cresrai
-toi ocirrc. Molt est fus qui
+toi ocirre. Molt est fos qui
-mort désirrc Si
+mort desirre, Si
-tu fez et tu nel’ sez. 70 Et
+tu fez, et tu nel sez. Et
-m’an liez Force que je l’an voel
+m’an hez Por ce que je t’an voel
-mort véoir né esgarder !\e me leira jà Dex mon vuel , Car
+mort veoir ne esgarder Ne me laira ja Dex, mon vuel, Car
-en aiiroie grant duel.» 75 Tant
+en avroie grant duel." Tant
-le cUastie Que pcs acordé ont baslie. La jiès est
+le chastie Que pes et acorde ont bastie. La pes est
-rant J^a reïne par lel covaiit, Que Lanceioz sanz nule aloignc, 80 Qu’ele orequecil l’an sémoigne, Dès Icjorquc sémont l’aura, Au cbiefde l’un se vunbatru , A Méliai’ant de reeliief. Ce n’est mil’ Laiieelul |;rief. 388S A la [lès toz li piieplen corl El devisent que à la loi l Le
+rant La reïne par tel covant Que Lanceloz sanz nule aloigne, Quele ore que cil l’an semoigne, Des le jor que semons l’avra, Au chief de l’an se conbatra A Meliagant de rechief ; Ce n’est mie Lancelot grief. A la pes toz li pueples cort Et devisent que a la cort Le
-Artu ieit la
+Artu iert la
-Qui lient Ilretaigiicet Curiioaille. LA déviseiil que ele soit. 110 .S’estiiel, la iiïiie i’utruit El que Lanucluz la créant: Que se
+Qui tient Bretaigne et Cornoaille : La devisent que ele soit, S’estuet que la reïne otroit Et que Lanceloz acreant Que, se
-le lel recréanl Qu’ele avoee lui s’aii revaiira, l\è jà nus
+le fet recreant, Qu’ele avoec lui s’an revanra, Ne ja nus
-la détailla. 05 La
+la detanra. La
-ensi leciéante El l.anceluz vient à créante. Si
+ensi le creante, Et Lancelot vient a creante, Si
-ont eiisi aeordez El déparliz et désarmez. Tel
+ont ensi acordez Et departiz et desarmez. Tel
-avoit , yOOO Que puis
+avoit Que, puis
-uns s’aii issoit , Que luit li autre s’aii issoienl. Laucelol luit bénéissoienl ; Et ce pocz-vos bien
+uns s’an issoit, Que tuit li autre s’an issoient. Lancelot tuit beneïssoient : Et ce pöez vos bien
-dut granl joie avoir. 5 El si ot-il sanz
+dut grant joie avoir, Et si ot il sanz
-La gciiz eslrange asanble tote , Qui de Laucelol font granl joie El dient luil por
+La genz estrange asanble tote, Que de Lancelot font grant joie, Et dïent tuit por
-: Sire, voir,
+: "Sire, voir,
-nos csjoïsmes 10 l’anlost com nomer vos oismcs 42. a. Que séur fumes à délivre Cor serions nos luil délivre. » A celé joie ol molt grant fesle Que cbaseuDS se painne cl angresse 15 Comant
+nos esjoïsmes Tantost con nomer vos oïsmes, Que seür fumes a delivre C’or serions nos tuit delivre." A cele joie ot molt grant presse Que chascuns se painne et angresse Comant
-puisse à lui toebier. Cil
+puisse a lui tochier. Cil
-puet aprocbier An
+puet aprochier An
-Assez ol là et
+Assez ot la et
-et ire , Que
+et ire, Que
-desprisoné 20 Sont luil àjoie abandonc ; Mes Méliaganz et
+desprisoné Sont tuit a joie abandoné ; Mes Meliaganz et
-suen iN’onl nule
+suen N’ont nule
-lor buen , Einz
+lor buen, Einz
-pansif el mal et
+pansif et mat et
-s’an lorne , 25 Ne
+s’an torne Ne
-mie, Ençois l’anmainne ; cl cil
+mie, Einçois l’an mainne ; et cil
-Que à la
+Que a la
-maint. — « En moi , fel li
+maint. "En moi, fet li
-ne remainl Que bien à feire me resanble ; 30 El Qucxlcscncscbal ansaiiMe Vus iiiutiteiTui-ijc «’il vu» siel. k A |iu que as pie/, ne l’an cliiet Lancelu/, SI (panl joie
+ne remaint, Que bien a feire me resanble, Et Queu le seneschal ansanble Vos mosterrai ge, s’il vos siet." A po que as piez ne l’an chiet Lanceloz, si grant joie
-rois main teiianl r.innieiiu 11935 En la s<’ile ou venue esluit La reïiie qui l’atendiiit. Quant
+rois maintenant l’an mena En la sale, ou venue estoit La reïne qui l’atandoit. Quant
-Qui lient Lancelot
+Qui tient Lancelot
-roi dréciéc, 10 El lel saiiblaiiL rie correcié-e , Si s’anbruiielia el ne disl mot. — « Dame, véez-ci Lancelot,
+roi dreciee Et fet sanblant de correciee, Si s’anbruncha et ne dist mot. "Dame, veez ci Lancelot,
-li rois , qui
+li rois, qui
-vient véoir; Ce
+vient veoir ; Ce
-molt |ilcirc et seoir. » 15 — «Moi, sire? Moi ne puet-il plaire: De son véoir n’ai-ge que faire. » — «Avoi! dame , ccdit li rois. Qui molt esloit frans cl eortois , Où avez-vos or
+molt pleire et seoir. - Moi ? Sire, moi ne puet il plaire ; De son veoir n’ai ge que faire. - Avoi ! Dame, ce dit li rois Qui molt estoit frans et cortois, Ou avez vos or
-trop raespris D’ome
+trop mespris D’ome
-a sovanl sa
+a sovant sa
-mortel péril , Et de Méliagaiil mon til 42. b. 55 Vos
+mortel peril, Et de Meliagant mon fil Vos
-resqueusse el deflandue, Qui
+resqueusse et desfandue, Qui
-randue. » — «Sire, voir,
+randue. - Sire, voir,
-l’a enploii’: Jà par
+l’a enploié ; Ja par
-sera noie Que
+sera noié Que
-de gré. » <J0 Ez-vos Lancelot ti espansé , Se
+de gré." Ez vos Lancelot trespansé, Se
-respont molt belemant A manière de lui araaiil : Dame , certes , ce poise-moi, Aè je
+respont mout humblemant A meniere de fin amant : "Dame, certes, ce poise moi, Ne je
-demander jior coi. » i>5 Lanceioz molt se démantast Se la reine l’escoutast , Mes
+demander por coi." Lanceloz molt se demantast Se la reïne l’escoutast ; Mes
-grever cl confondre
+grever et confondre
-seul mol respondre; Einz
+seul mot respondre, Einz
-une chanbicantrée, 70 El Lanceioz jusqu’à l’anlrée Des ialz el del’ cuer la convoie. Mes
+une chanbre antree. Et Lanceloz jusqu’a l’antree Des ialz et del cuer la convoie, Mes
-la clianbre près: El il fussent aiilré ajirès 75 Molt volontiers s’il
+la chanbre pres ; Et il fussent antré aprés Molt volantiers s’il
-Li cuci’s i|ui plus esl sire el inestre Et déplus granl pooir
+Li cuers qui plus est sire et mestre Et de plus grant pooir
-est ollre après li passez
+est oltre aprés li passez, Et li
-— 84 — Et !i oil -soni rfine-. tlcfor^ . 3980 ri.iiii de luîmes, avoco lu cois. Et II rois à privé coiisoil Dist: « Eancclol, molt me incrvoil Que ce piict estie et
+oil sont remés defors, Plain de lermes, avoec le cors. Et li rois a privé consoil Dist : "Lancelot, molt me mervoil Que ce puet estre et
-ce iniiel Que la reïiie ne vos |)iiol 85 Véoir, n’aresnier
+ce muet Que la reïne ne vos puet Veoir n’aresnier
-vos viall. S’eleoni|ues à vos parler sialt N’an déust or feire danyier Xc vos
+vos vialt. S’ele onques a vos parler sialt, N’an deüst or feire dangier, Ne vos
-li fcl avez. 90 Or
+li fet avez. Or
-vos saveï Por
+vos savez Por
-quel inelVel , Ele
+quel mesfet Ele
-tel sanldaiit fet V » — «Sire, oraiidroit ne ni’an gaidoic. Mes
+tel sanblant fet. - Sire, or androit ne m’an gardoie ; Mes
-li plesl qu’ele
+li plest qu’ele
-voie 95 Aè qu’ele
+voie Ne qu’ele
-parole escolt, 11 in’an enuie
+parole escolt ; Il m’an enuie
-molt. >^ — « Certes , fet li rois , ele a tort , Que
+molt. - Certes, fet li rois, ele a tort, Que
-estes jusqu’à mort 42. c. Por
+estes jusqu’a mort Por
-en aventure mis. 4000 Or an venez , biax dolz amis , S’iroiz au scnesclial parler. >i — a Là voel-jc molt , fct-il , aler. • Au seiicschal an vont andul. Quant Lanceioz vint devant lui 5 Se
+en avanture mis. Or an venez, biax dolz amis, S’iroiz au seneschal parler. - La voel je molt, fet il, aler." Au seneschal an vont andui. Quant Lanceloz vint devant lui, Se
-mot I.i senesclias à Lancelot : Com m’as boni ?» — «■ Et ji- de quoi , Fet Lanceioz , dites-le moi , Quel
+mot Li seneschax a Lancelot : "Con m’as honi ! - Et je de quoi ? Fet Lanceloz, dites le moi ; Quel
-vos ai-ge donc
+vos ai ge donc
-? » 10 — «Moltgrant, que luas à chief Ireile La
+? - Molt grant, que tu as a chief treite La
-poi treire. S’as
+poi treire, S’as
-poi feire. » Atant li
+poi feire." A tant li
-lesse andeiis. De la chanhre s’an isl toz seus. 15 Et Lanceioz au scnesclial Anquiert s’il a eu graiit mal ■* — « Oïl , fel-il , et ai eiicor. Onques
+lesse andeus, De la chambre s’an ist toz seus ; Et Lanceloz au seneschal Anquierts s’il a eü grant mal. "Oïl, fet il, et ai encore : Onques
-morz granl pièce a , 20 iVe fust
+morz grant piece a, Ne fust
-ci va . Qui
+ci va, Qui
-et d’amistié, C’onques là où il le séust Rien nulc qui mestier m’éiist 25 Ke me failli nulle foiée Qui
+et d’amistié C’onques la ou il le seüst Riens nule qui mestier m’eüst Ne me failli nule foiee, Qui
-me fusl apareilliée Maintenant
+me fust apareilliee Maintenant
-le savoit Aiicontre un
+le savoit. Ancontre un
-qu’il mi’ feisoit. Et Méliaganz d’autre pari , iU’M Ses fdz , qui
+qu’il me feisoit, Et Meliaganz d’autre part, Ses filz, qui
-mal ai I . Partraïson à lui
+mal art, Par traïson a lui
-si lorcomandoil Que
+si lor comandoit Que
-me méissent Tex
+me meïssent Tex
-qui m’océissent. ;!5 Ensi père avoic et parraslre; Que
+qui m’oceïssent. Ensi pere avoie et parrastre, Que
-boen enplaslre Me feisoit sor mes plais mètre, Qui moll se volsist antremetrc Que j’eusse tôt garison , 40 Et
+boen anplastre Me fesoit sor mes plaies metre, Qui molt se volsist antremetre Que j’eüsse tost garison, Et
-sa traïson Le
+sa traïson, Por ce qu’il me voloit tüer, Le
-tost remuer , Force qu’il me voloit tuer, Et mètre un malvès oignemaiil. !\Icsje sai bien cerlaiiinemant 45 Que
+tost remüer Et metre un malvés oignemant Mes je sai bien certainement Que
-mie ; Tel
+mie : Tel
-tel félenic Ne sol’rist-il an
+tel felenie Ne sofrist il an
-a à ma dame faite: 50 Onques
+a a ma dame faite : Onques
-par nulegaite Si bien gardée torz
+par nule gaite Si bien gardee torz
-marche Dès le
+marche Des le
-que Noex fist l’arche Que
+que Nöex fist l’arche, Que
-mialz gardée ne
+mialz gardee ne
-Que néis véoir ne
+Que neïs veoir ne
-lait 55 Son Gl, qui molt au est dolaiiz . Fors
+lait Son fil, qui molt an est dolanz, Fors
-genz , Où devant lesuen cors deniainiie. A
+genz Ou devant le suen cors demainne. A
-la demaiiine Et a démené jusque ci 60 l.,i frans rois, la soe merci , Com ele déviser le
+la demainne Et a demené jusque ci Li frans rois la soe merci, Com ele deviser le
-Onques déviseor n’i ol Fors
+Onques deviseor n’i ot Fors
-le dévisa; El li
+le devisa ; Et li
-l’an prisa 65 Par la léanlé qu’an
+l’an prisa, Por la lëauté qu’an
-Mes est-ce voirs
+Mes est ce voirs
-corroz , Qu’ele
+corroz Qu’ele
-parole, oianl toz , Vos a véhée et esconditc ’•" » 70 — « Vérité vos an a l’an dite , Fet Lanceioz tôt à estros.
+parole, oiant toz, Vos a vehee et escondite ? - Vérité vos en a l’an dite, Fet Lanceloz tot a estros.
-por Dell , saui iez-me vos
+por Deu, savrïez me vos
-het ? » Cil
+het ?" Cil
-le set , 75 Einzs’an mervoille eslrangemanl. — o Or soit à son comandemant , » t Kct Lanceioz , qui
+le set, Einz s’an mervoille estrangemant. "Or soit a son comandemant," Fet Lanceloz qui
-ne piict. Et
+ne puet, Et
-: « Congié prandre m’est net : S’irai mon seigiior Gauvain qiierrp, 4080 Qui est aiilrez an cesie terre. Et
+: "Congié prandre m’estuet, S’irai monseignor Gauvain querre, Qui est antrez an ceste terre, Et
-vandroit An pont desoz ève loi droit. » Atant est
+vandroit Au Pont Desoz Eve tot droit." A tant est
-issuz : Devant
+issuz ; Devant
-venuz 85 El prant
+venuz Et prant
-de celc voie. 42. c. Li
+de cele voie. Li
-li otroie; Mes
+li ottoie ; Mes
-avoit délivrez Et
+avoit delivrez Et
-il feront ? 90 Et
+il feront. Et
-: « Avoec moi vaudront Tuitcil qui i voldronl venir; El cil
+: "Avoec moi vandront Tuit cil qui i voldront venir ; Et cil
-se voldronl tenir
+se voldront tenir
-la reine si
+la reïne, si
-moi vaingnenl.» 95 Avoec
+moi vaingnent." Avoec
-vont luit cil qui voelenl Lié
+vont tuit cil qui voelent, Lié
-ne suelent : Avoec la reine remainnent
+ne suelent. Avoec la reïne remainnent
-demainnent . El dames
+demainnent Et dames
-; 4100 Mes
+; Mes
-toz seuz ne n’i remaint , Qui mialz n’amasl à retorner
+toz seus n’en i remaint Qui mialz n’amast a retorner
-son pais que séjorner. Mes la reine les relient Por mon seignor Gauvain qui vient , 5 Et
+son païs que sejorner. Mes la reïne les retient Por monseignor Gauvain qui vient, Et
-que nove’es an saura. Par lot est la novcledite Que
+que noveles an savra. Par tot est la novele dite Que
-la reine quite , Et délivré luit li prison : 10 Si
+la reïne quite Et delivré tuit li prison, Si
-iront saiiz mesprison Quant axpleira et
+iront sanz mesprison Quant ax pleira et
-an qiiierl. Onques paroieautre ne lindreiit Les
+an quiert, Onques parole autre ne tindrent Les
-ansanble vindrrnl 15 Et
+ansanble vindrent. Et
-ce ne sont pas irié Que
+ce sont molt correcié Que
-sont dépécié. Se va
+sont depecié, Si va
-onques viall :
+onques vialt :
-com eslrc sialt. Quant lesjgenz dcl’ pais le sorent 20 Qui à la
+com estre sialt ! Quant les genz del païs le sorent Qui a la
-esté n’orent, Comant Lanceioz l’avoit
+esté n’orent Comant Lanceloz l’avoit
-sont luit celé part tret Où il
+sont tuit cele part tret Ou il
-aloit : Car il cuidenl qu’au
+aloit Car il cuident qu’au
-suen esloient
+suen estoient Tuit de lor armes desgarni Et por ce furent escherni,
-- 85 Tuil (II* liir ui’iiwt ili">|^ni ni , Kl |KMVr fuil’lll CicllITIII. Que cil ilcl’ [uu’i :irnu- viiiilirnl. i’i.l 1130 \r In |i<is mt’rvnillt! s’il |ii’in(lr<’iil l^’incclol , qui cirtuiiiii-i ii^rr. Tut |iris le raiiiaiinii-nt aiTii’i’O, I r« pici lin sur suii rlirvnl. Kl ril (lient : a\ us {fiU-* mal , 35 Scij’iinr, car
+Que cil del païs armé vindrent. Ne fu pas mervoille s’il prindrent Lancelot, qui desarmez iere. Tot pris le remainnent arriere, Les piez lïez soz son cheval. Et cil dïent : "Vos feites mal, Seignor, car
-rois nus coiiilnit. No» somps en sji [jarde Uiil. » Kl cil (lient; n\o’i iipl’ savons. Mes eii<i (*<>iii|)i-is nos avons : Vos eovaiidra venir A corl. » 40 Noveîe qui lost vole et csrt Vient nu roi . que ses j;e(ii ont |iris Uincclot et
+rois nos conduit. Nos somes an sa garde tuit." Et cil dïent : "Nos nel savons, Mes ensi con pris vos avons Vos covandra venir a cort." Novele qui tost vole et cort Vient au roi que ses genz ont pris Lancelot et
-l’ont oeis. Quant
+l’ont ocis. Quant
-rois l’ot molt
+rois l’ot, molt
-est {;riet’, Kt jinoassei plus
+est grief, Et jure assez plus
-son cliief, 45 Que
+son chief Que
-qui l’ool mort an mor:ont, .là delVandre ne s’an [)orront ; Kl s’il
+qui l’ont mort an morront ; Ja desfandre ne s’an porront Et, s’il
-ou prandre là n’i aura mes que di 1’ paiidre Ou
+ou prandre, Ja n’i avra mes que del pandre Ou
-l’ardoir on del’ noier. 50 Et
+l’ardoir ou del noier. Et
-noier Jà n’es an cresra à nid fuer,
+noier Ja nes an cresra a nul fuer,
-son cucr Grant
+son cuer Grant
-si jjrant lionte faite Qui li devroiteslre retraite 55 S’il
+si grant honte faite Que li devroit estre retraite S’il
-prise vanijence; Mes
+prise vangence ; Mes
-sanz dotance. Cestc novelc par tôt vait : A la reine fn retrait, Qui au raan^icr estoit assise. 60 A
+sanz dotance ! Ceste novele par tot va Tant que la reïne trova, Qui au mangier estoit assise. A
-Lancelot I.a manconiio et la novelc ot
+Lancelot La mançonge et la novele ot
-cuide veraie. Et
+cuide veraie Et
-s’an csmaie 65 Qu’à po
+s’an esmaie Qu’a po
-en apert: Molt me
+en apert : "Molt me
-sa mort; Ets’il ra’an poise
+sa mort, Et s’il m’an poise
-pas tort: Qu’il
+pas tort, Qu’il
-cest pais par moi , 70 Force pcsance avoir an doi. » Puis dit à li-raéismcanbas, Force que
+cest païs por moi : Por ce pesance avoir an doi." Puis dit a li meïsme an bas, Por ce que
-ne l’oist pas. Que
+ne l’oïst pas, Que
-mangier 43 a. Ne
+mangier Ne
-covient jamès proier 75 Se
+covient ja mes proier Se
-soit l’iir la oui vie ele vivoil, ’l’aiilMIl se li(’tc molt dulantiDe In laide , si se diimanle , . .Si que mis ne l’ut ni’ escoulc, 4 ItlO Ui’ li
+soit Por la cui vie ele vivoit. Tantost se lieve molt dolante De la table, si se demante Si que nus ne l’ot ne escoute. De li
-si estoiile Que suvaiil se praiit à la |;ul<-’, M(’>s ainz se coiifesiic à li sole , Si se lepant et liai sa colpe, Kl molt se blasmeet molt s’aiieolpe 85 Del’ pi’ciiii; qu’ele fet avoil Vers
+si estoute Que sovant se prant a la gole ; Mes ainz se confesse a li sole, Si se repant et bat sa colpe Et molt se blasme et molt s’ancolpe Del pechié qu’ele fet avoit Vers
-ele savoil Qui suens
+ele savoit Qu’il suens
-esté toi dis . Kt lusl aiicor se il fiist vis.
+esté toz dis Et fust ancor se il fust vis.
-sa cnialtc’ !I0 Que
+sa crualté Que
-pert ilc .sa bi iiili’. Sa criialtij, sii IVdcnic, La fet molt tainle et molt nercie , Kt ce qu’ele voillecl ([(•une. Toz SCS mcsfez ansanble à une 05 Et luit li rcviencnl devant : Toz
+pert de sa biauté. Sa crualté, sa felenie L’ont fet molt tainte et molt nercie, Et ce qu’ele voille et geüne ; Toz ses mesfez ansanble aüne, Et tuit li reviennent devant ; Toz
-dit sovaiil : Ha lasse, de coi me sovint , Quant
+dit sovant : "Ha ! lasse ! De coi me sovint, Quant
-moi vint Que je iicl’ deijjnai conjoïr 4200 Kc ne
+moi vint, Que je nel deignai conjoïr Ne ne
-vos onqucs oïr ! Quant mon esjjart et
+vos onques oïr ? Quant mon esgart et
-Li véai ne fis-je que foie? Que foie? Ainz
+Li veai, ne fis je que fole ? Que fole ? Ainz
-m’aïst Dct , Que félenesse et que criicx. 5 Et sel’ cuidai-ge feire à fjas , Mèsensinel’ eiiiila-il pas, Se nel’ m’a mie j)iirdoné. Nus fois moi
+m’aïst Dex, Que felenesse et que crüex ; Et sel cuidai ge feire a gas, Mes ensi nel cuida il pas, Si nel m’a mie pardoné. Nus fors moi
-mortel cop . mien eselanl. 10 Quant
+mortel cop, mien esciant. Quant
-Et culda que
+Et cuida que
-li féisse Grant
+li feïsse Grant
-le vi^-issc , Et oçqups véoir ne
+le veïsse, Et onques veoir ne
-li lu-ce donc mortc.v ces? 15 Quant
+li fu ce donc mortex cos ? Quant
-li véai, Tantost. ce
+li veai, Tantost, ce
-dessevrai Del’ cuer
+dessevrai Del cuer
-ansanble. 43 b. Cil
+ansanble. Cil
-l’ont mort , ce me sanlil Ne
+l’ont mort, ce me sanble ; Ne
-autre Ureibançon. 20 Et Dex, aurai-ge reançon
+autre Breibançon. Et Dex ! Avrai ge reançon
-cest murirc de cest pécbié ? A’enil , voir ainz seront séchiiTuil li ilcuve, et
+cest murtre, de cest pechié ? Nenil voir, ainz seront sechié Tuit li flueve, et
-mers tarie! Ha lasse! com fusse jjaric, 25 Et comme fust graoz rcconforz Se
+mers tarie ! Ha ! lasse ! Con fusse garie Et com me fust granz reconforz Se
-foiz aim qu’il fust murz L’eusse aiilre mes lira/, tenu. Cumant? (ferles, tut nu à nu, Force que
+foiz ainz qu’il fust morz L’eüsse antre mes braz tenu. Comant ? Certes, tot nu a nu, Por ce que
-fusse à cisi.-. ii’M Quant
+fusse a eise. Quant
-est niorz molt siii malveisc Que je ni; faz laiil (pie jir miiire ; Don ne iiiir doit ma vie nuire .Se je siii vive après sa mort Quant je à rien
+est morz, molt sui malveise Que je ne faz tant que je muire. Por quoi ? Doit don mon ami nuire Se je sui vive aprés sa mort, Quant je a rien
-me (k^purt 3"i Ses iiiax non
+me deport S’es max non
-je Irai por lui Quant api es sa mort in’i dediii. (belles, molt fnst dolz à sa vie Il iiia\ don
+je trai por lui ? Quant aprés sa mort m’i dedui, Certes molt fust dolz a sa vie Li max don
-or |;iaiil amie. MaUeise est
+or grant anvie. Malveise est
-vialt moiir 40 Que
+vialt morir Que
-ami sofiir: M(Vs certes
+ami sofrir. Mes certes
-m’est iiioll pleisant
+m’est molt pleisant
-et sofiir les
+et sofrir les
-et cslie an repos.» 45 La reine an
+et estre an repos." La reïne an
-duel estul Deus
+duel estut Deus
-ne liiit . Tant
+ne but, Tant
-qu’ele fiisl morte.
+qu’ele fust morte.
-qui iioveles porte,
+qui noveles porte,
-la leidc que la bêle. 50 A Lancelot vieul la novelc Que
+la leide que la bele. A Lancelot vient la novele Que
-dotez mie; Bien piiéenl savoir tôles (’cnz Qu’il
+dotez mie ; Bien pueent savoir totes genz Qu’il
-et dolant. 55 For voir
+et dolanz. Por voir
-le volez . Que
+le volez, Que
-an despit. Ocire se
+an despit : Ocirre se
-sanz respit; Mes
+sanz respit, Mes
-ot ceinte: Noé au chief un laz corrant, 34. c. Et dit à lui
+ot ceinte Noe un des chiés au laz corrant, Et dit a lui
-an plorant: Ha morz, com m’as or argucitié, Que lot sain
+an plorant : "Ha ! Morz ! Com m’as or agueitié Que tot sain
-fez de.sheili(?! 65 Desbeiliez sui , ne
+fez desheitié ! Desheitiez sui, ne
-Fors del’ duel qu’au eiier me
+Fors del duel qu’au cuer me
-max, voire|mortex. Ce voel-je bien
+max, voire mortex. Ce voel je bien
-soit tex, Et se Deu plesl je
+soit tex Et, se Deu plest, je
-morrai. 70 Cornant? K’aiitromant ne pnrrai Morir
+morrai. Comant ? N’autremant ne porrai Morir
-ne plesl, Si ferai mes
+ne plest ? Si ferai, mes
-lest Ces laz
+lest Cest laz
-gole eslraindre Ensi
+gole estraindre, Ensi
-la mort destraindie 75 Tant que malgré suen m’ocirrai.
+la Mort destraindre Tant que mal gré suen m’ocirra. Morz qui onques ne desirra
-— 86 Comatil ? i\’.iiitrcmant n’en porrai Se
+Se
-cure Me vialt
+cure Ne vialt
-ma ceinture La m’amanra trestolc prise; ■S280 Et dès qu’oie icrtan ma jiislisc Donc Tcra-clc mon talant. Voire mes
+ma centure La m’amanra trestote prise, Et des qu’ele iert an ma justise, Donc fera ele mon talant. Voire, mes
-vanra à lant : Tanlsui dessiran? que je l’aie! » Lors ne dcmorc né délaie , 85 Einz
+vanra a lant, Tant sui desirrans que je l’aie !" Lors ne demore ne delaie, Einz
-le lazantorsa teste, Tant
+le laz antor sa teste Tant
-li arestc; Et porcc que
+li areste Et por ce que
-sele estroit , 90 Ensi
+sele estroit, Ensi
-ne l’aparçoit : Puisse let
+ne l’aperçoit ; Puis se let
-terre cliner: Si se Tol t fère traîner A
+terre cliner, Si se vost feire traïner A
-qu’il estaigne. Une
+qu’il estaigne : Une
-daigne. 95 Quant à terre cliéu le
+daigne. Quant a terre cheü le
-lui chevalchoient , Si
+lui chevalchoient, Si
-se soit , Que nus des laz
+se soit, Que nus del laz
-lacié. 4300 Tôt maintenant l’ont rcdrécié : Sel’ rclièvcnt antre lor hraz , Et
+lacié. Tot maintenant l’ont anbracié, Sel relievent antre lor braz Et
-le laz Dont il estoil ses ancrais, Qu’anviron
+le laz, Dont il estoit ses anemis, Qu’anviron
-mis : 5 Sel’ Iranelicnl niolt isnelemant. 43. d. Mes la gornc si dureniant Li laz jusiisiéeli ot, Que de pièce parler ne pot, Qu’à po
+mis ; Sel tranchent molt isnelemant : Mes la gorge si duremant Li laz justisiee li ot Que de piece parler ne pot ; Qu’a po
-rotes 10 Del’ col
+rotes Del col
-gorge tôles. ÎVè puis se
+gorge totes ; Ne puis, se
-volsist bien Ne
+volsist bien, Ne
-mal feîre de
+mal feire de
-Ce pcsoil lui qu’.in le gardoit A
+Ce pesoit lui qu’an le gardoit, A
-duel n’an ardoit , 15 Que moll volanticrs s’océisl Se
+duel n’en ardoit, Que molt volantiers s’oceïst, Se
-s’an préist. Et
+s’an preïst. Et
-puet faire Se dit: « Ha vix morz de pulairc , Morz por Dcu don n’avoics-tu 20 Tant
+puet faire, Si dit : "Ha ! Vix Morz deputaire, Morz, por Deu, don n’avoies tu Tant
-vertu Qu’ainzquc madameni’océisscs! Espoir, porce qtio bien féisses Ne volsis fcire ne dcignas ! Par fclcnie le Icssas 25 Qucja ne l’icrt à el conté. lia quel servise
+vertu Qu’ainz que ma dame m’oceïsses ! Espoir por ce que bien feïsses, Ne volsis feire ne daignas ! Par felenie m’espargnas Que ja ne t’iert a el conté. Ha ! Quel servise
-bonté Com l’as
+bonté ! Con l’as
-leu assise! Dallez ait
+leu assise ! Dahez ait
-set. 4330 Je
+set. Je
-me bet Ou
+me het Ou
-me désirre Ou morz qui
+me desirre, Ou Morz qui
-vialt ocii re. Ensi
+vialt ocirre. Ensi
-l’autre m’ocit; Mes c’est à droit se De\ m’ait 35 Que maléoit gré
+l’autre m’ocit ; Mes c’est a droit, se Dex m’aït, Que maleoit gré
-vis Que
+vis ; Que
-me déussc eslrc ocis Dès que
+me deüsse estre ocis Des que
-la reine .Me mostra
+la reïne Me mostra
-de baine ; IVè ne
+de haïne. Ne ne
-pas sans reison . 40 Einz
+pas sanz reison, Einz
-molt boenc acbeson , Jlès je
+molt boene acheison, Mes je
-ele fu ; Mes
+ele fu. Mes
-ge l’eusse scu Einz
+ge l’eüsse seü, Einz
-alast devaut Dé
+alast devant Dé
-li eusse amande 45 Si riebcmant com li pléust. Mes
+li eüsse amandé Si richemant con li pleüst, Mes
-merci éust. Dex cist forfez
+merci eüst. Dex ! Cist forfez
-sot 43. e. Que
+sot Que
-la cbarrete 50 Ne
+la charrete. Ne
-Se ceslui non : cist m’a traï. .S’ele por ceslui m’a liu" Dex ! cist forfez
+Se cestui non. Cist m’a traï. S’ele por cestui m’a haï, Dex ! Cist forfez
-me nul ! Onques amers bien ne couut 55 Qui
+me nut ? Onques Amors bien ne conut Qui
-me lorna à reproche Qu’an ue porroit
+me torna a reproche ; Qu’an ne porroit
-boche Riens qui
+boche Rien qui
-par amors \enist Que à re|)rocbe apartenisl , Einz
+par Amors venist, Que a reproche apartenist ; Einz
-et cortcisie 60 Quanqu’an
+et corteisie Quanqu’an
-Por in’amic ncl’ lis- je |)as ? Alésai cornant je die , las ! A’e siii se die amie ou non , Se li os mètre cest sornon ; 05 Mes tant cuit-jc d’amor
+Por m’amie nel fis je pas. Ne sai comant je die, las ! Ne sai se die "amie" ou non, Ne li os metre cest sornon. Mes tant cuit je d’amor
-me déust mie
+me deüst mie
-plus vil , s’ele m’amast , Mes
+plus vil, s’ele m’amast, Mes
-me clamasl , Quant porli mesanbloitenors 70 A feire quauque viull ainois. Nés sor la cbarrete monter. Ce déust-ele ainor conter El c’est
+me clamast, Quant por li me sanbloit enors A feire quanque vialt Amors, Neïs sor charrete monter. Ce deüst ele amor conter ; Et c’est
-provance veraie. Amors
+provance veraie : Amors
-suens essaie "5 Ensi conuist-ele les suens. Vos madame ne
+suens essaie, Ensi conoist ele les suens. Mes ma dame ne
-buens Cest servises , bien
+buens Cist servises ; bien
-Au .sanblant que
+Au sanblant que
-amis J380 Eist ce
+amis Fist ce
-amis l’ur li
+amis Por li
-et blasme. S’ai
+et blasme ; S’ai
-me blasme, Et
+me blasme Et
-ma dolcor m’ancrtume Par
+ma dolçor m’amertume, Par
-car tev est
+car tex est
-costume 85 A ces qui
+costume A cez qui
-rien ncscvent Et
+rien ne sevent Et
-honte lèvent ; .Mèsqui enoran hunle moille
+honte levent : Mes qui enor an honte moille
-la lève pas einz
+la leve pas, einz
-cil d’amors non sachant 90 Qui
+cil d’Amors non sachant Qui
-vont dr.spitant , Et molt ansus d’amors se botent Que son
+vont despisant, Et molt an sus d’Amors se botent Qui son
-ne dotent, 43. f. Car
+ne dotent. Car
-ce qu’amors li comaode , 95 Et tôt est
+ce qu’Amors li comande, Et tot est
-ne l’ose. » Hinsi Lanceioz se démante, Lit sa
+ne l’ose." Ensi Lanceloz se demante, Et sa
-lez luidolante, Qui
+lez lui dolante Qui
-le tienent. 4i00 Et anlrelantnoveles viencnt Que la reine n’est
+le tiennent. Et antretant noveles vienent Que la reïne n’est
-Tantost Lanceioz se
+Tantost Lanceloz se
-sa mort Devant granl duel el iîer cl fort, 5 Encorfu bien cent mille lanz La
+sa mort, Devant, grant duel et fier et fort, Encor fu bien.c.m. tanz La
-il vindreuldel’ recet Près a .vj. Hues ou à set Où li
+il vindrent del recet Pres a sis liues ou a set, Ou li
-Bademaguz ière, 10 Novele, que
+Bademaguz iere, Novele que
-molt ebière, Li
+molt chiere Li
-de Laacelot contée (Se l’a volantiers escolée). Qu’il
+de Lancelot contee, Si l’a volantiers escotee, Qu’il
-sains el heiliez. Molt an tist que bien afeitiez 1 .’i Que la reine l’ala
+sains et heitiez. Molt an fist que bien afeitiez, Que la reïne l’ala
-li responl-. « liiax sire , Quant vos ladites bien
+li respont : "Biax sire, Quant vos le dites, bien
-fust morz bien vos otroi Que
+fust morz, bien vos otroi, Que
-fusse jamès liée : 20 Trop me Aisl ma joie estrangiéc .S’uns chevaliers
+fusse ja mes liee. Trop me fust ma joie estrangiee S’uns chevaliers
-servise
+servise Eüst mort receüe et prise." A tant li rois de li se part ; Et molt est la reïne tart
-S7 KimI IIUM’l IflMMU- fl |>nsi-. ’■ Aluut li iiii« (II’ Il M’ |>art ; Kt mull r4l larfiiit* lart ti’iâ ynr sa juif et «’s amis vninjnc N’a iiii-s lalaiit que elir tfijjiie A laliiiic (le iiiileelioiic. Mi’s iiovt’li- qui lie repose , V.nit eiirt loijurt qii’ele ne liiii". 30 Ue iveliiervieiit à la reïiic yiie l.aiieel(i2 oeis se fiisl l*or 11 , se leire li léusl. KIcaii est liée et sel’ croit bien , Mi’s nel’ volsisl pur mile ileii 35 (Jue trop li tiisl iiiesavenii. Kl aiitrctaiit ei-vos venu ti. a. Lanecloz qui iiiolt su hastoit.
+Que sa joe et ses amis veigne. N’a mes talant que ele teigne Atahine de nule chose. Mes novele qui ne repose, Einz cort toz jors qu’ele ne fine, De rechief vient a la reïne Que Lancelot ocis se fust Por li, se feire li leüst. Ele en est liee et sel croit bien, Mes nel volsist por nule rien, Que trop li fust mesavenu. Et antre tant ez vos venu Lancelot qui molt se hastoit.
-le voit Sel’ cort bcisicr et acolei’. 40 Vis
+le voit, Sel cort beisier et acoler. Vis
-joie lejjier. Mes
+joie legier. Mes
-joie l’ont abrégier Cil
+joie font abregier Cil
-le lièrent et priudrent. Li
+le lïerent et prindrent : Li
-que niar i viudrent , 45 Que
+que mar i vindrent, Que
-confondu. Kt il
+confondu. Et il
-Qu’il cuiduient qu’il
+Qu’il cuidoient qu’il
-volsist. — « Moi desplest-il , mes
+volsist. "Moi desplest il, mes
-vos sist , Fet
+vos sist, Fet
-monte. 50 Lui n’avez-vos fet
+monte. Lui n’avez vos fet
-moi non qui le condiiisoie ; Coaiant qu’il soit la bout est niuie. Mes jà ne
+moi non, qui le conduisoie ; Comant qu’il soit, la honte est moie. Mes ja ne
-an (jaberoiz Quant
+an gaberoiz, Quant
-moi escbaperoiz. » 55 Qant
+moi eschaperoiz !" Qant
-l’ot correcier , De la pès feire
+l’ot correcier, De la pes feire
-painne . Tant
+painne Tant
-l’a feite. Lors l’en
+l’a feite ; lors l’en
-la renie véoir. 60 Lors
+la reïne veoir. Lors
-mie cbéoir La reine ses
+mie cheoir La reïne ses
-vers terre, Einz l’ala liéemant requerre ; Si
+vers terre ; Einz l’ala lieemant requerre, Si
-de sou pooir, Et sel’ fist
+de son pooir, Et sel fist
-li aséoir. 65 Puis parlèrent à lor pleisir De
+li aseoir. Puis parlerent a grant leisir De
-vint à pleisir. Ne matière ne lor failloit , Qu’amors assez
+vint a pleisir ; Ne matiere ne lor failloit, Qu’Amors assez
-son cisc 70 Qu’il
+son eise, Qu’il
-rien qui mull ne pleine 1.41 reine, lurs a euiisuil A dit: «Daine, inult me meitml l’or cui tel sanbtanl me léisles Avant
+rien que molt ne pleise La reïne, lors a consoil A dit : "Dame, molt me mervoil Por coi tel sanblant me feïstes Avant
-quant vus me véisles , 4475 i\’oiiq(ies un mut ne me soiiastes : A pu lu mort ne m’aii doiiasles \è je
+quant vos me veïstes, N’onques un mot ne me sonastes : A po la mort ne m’an donastes, Ne je
-de hardemaiil Que tant eum or vus an denianl Vos
+de hardemant Que tant com or vos an demant Vos
-demander. 80 Dame , or siii prez de l’amander 44. b. .Mes que le lurfel dit m’aie/. Dum j’ai esté innlt esmaii’z » Et la leïne li recoiite : Couiant duii ii’éustes-vos honte lis De
+demander. Dame, or sui prez de l’amander, Mes que le forfet dit m’aiez Dom j’ai esté molt esmaiez." Et la reïne li reconte : "Comant ? Don n’eüstes vos honte De
-charrete ? et si dotastrs Mull à {>’raiit eiiniz i montastes, Quant vus demurastes deus pas; l’or ce , voir , ne vos vos-je pas ^è aresiiier ne es^arder » yO — « Autrefoiz me doint IJe.v (jarder, Fet Lanceloz , de tel meffet , Et jà Dcï de
+charrete et si dotastes ? Molt a grant enviz i montastes Quant vos demorastes deus pas. Por ce, voir, ne vos vos je pas Ne aresnier ne esgarder. - Autre foiz me doint Dex garder, Fet Lanceloz, de tel mesfet, Et ja Dex de
-merci ii’el Se vos n’éustes molt
+merci n’et Se vos n’eüstes molt
-Dame, pur Deu , tôt orandroit 95 De
+Dame, por Deu, tot or androit De
-an recevez , Et
+an recevez, Et
-vos jà le nie devez
+vos ja le me devez
-por Deu, sel’ me dites. » — «Amis, toz an suiez vus (juiles. F’el la reine , ultréemanl 4500 Jel’ vos pardoiiig molt bocnemant. » u Dame , fct-il , vostre merci ! Mes
+por Deu sel me dites ! - Amis, toz an soiez vos quites, Fet la reïne, oltreemant : Jel vos pardoing molt boenemant. - Dame, fet il, vostre merci ; Mes
-ci Tôt dire
+ci Tot dire
-ge voldiuie ; Volantiers à vos parleroie 5 Plus à leisirs’il pooit eslre. » Et la relue une
+ge voldroie ; Volantiers a vos parleroie Plus a leisir, s’il pooit estre." Et la reïne une
-Li mosti e à l’uel , non
+Li mostre a l’uel, non
-au doi , Et dit: a Venez parlera moi A celé fenestre aoque nuit 10 Quant parcéanzdormirunt tuil: Et
+au doi, Et dit : "Venez parler a moi A cele fenestre anquenuit, Quant par ceanz dormiront tuit, Et
-vanroiz parcel veijjier. Céanz antrer
+vanroiz par cel vergier. Ceanz antrer
-herbergier fie porioiz mie vostre cors : Je
+herbergier Ne porroiz mie voste cors ; Je
-defors ; 15 Quecéanz ne porroiz venir Ne
+defors Que ceanz ne porroiz venir. Ne
-de main. Et s’il
+de main ; Mes s’il
-plest jusqu’à demain
+plest jusqu’a demain
-vos. ’in \ •iinlilei ne porrienS’ nos , Qn’.in ma elianbie devant moi giit Ke\ li senesehat ipii lenguisl Des plaies dum il est covcm. Kt li
+vos. Asanbler ne porrïens nos, Qu’an ma chanbre devant moi gist Kex li seneschax, qui lenguist Des plaies dom il est coverz. Et li
-mie overz , 41.e. ISai» Einz
+mie overz, Einz
-fers el bien
+fers et bien
-vos vandruiz si vus gardez Que luile espie ne vus Iruisse. u — a Dame, fet-il . là uii je
+vos vandroiz, si vos gardez Que nule espie ne vos truisse. - Dame, fet il, la ou je
-verra jà mile espie 30 Qui
+verra ja nule espie Qui
-i paiit né mal an die. » Eiisi unt pris lur parlemant , Si dépaitiiit uKjJt liiiiiiant. lyanccioz ist fuis de
+i pant ne mal an die." Ensi ont pris lor parlemant, Si departent molt lieemant. Lanceloz ist fors de
-li ninanhi’c 35 l’e nul de tiesluz ses
+li remanbre De nul de trestoz ses
-Mes trup li deinuie laniii^, El lijorz li
+Mes trop li demore la nuiz, Et li jorz li
-plus duré A
+plus duré, A
-qu’il 1 a anduré Que
+qu’il i a enduré, Que
-autre uu c’uns anz entiers, 40 Au parlemant molt volenticrs .S’nn alasl s’il fust anuitlé. Taiil a au jur vaincre Initié Que la iiuiz niolt nuire et oscure L’ut mis
+autre ou c’uns anz entiers. Au parlement molt volentiers S’an alast s’il fust anuitié ! Tant a au jor vaintre luitié Que la nuiz molt noire et oscure L’ot mis
-sa covcrlure 45 Et desdz sa chape afiiblé. Quant il vil le jor eniiblé Si
+sa coverture Et desoz sa chape afublé. Quant il vit le jor enublé, Si
-et tiaveillié, El dit que moltavoit veillié,
+et traveillié, Et dit que molt avoit veillié,
-reposer. 50 Bien puez antendic et gloser , Vos
+reposer. Bien pöez antendre et gloser, Vos
-fet autretel , Que pur la geiit de son ustel .Se fet
+fet autretel, Que por la gent de son ostel Se fet
-se vet couchier , Mes
+se fet couchier ; Mes
-lit tant chier 55 Que jor rien
+lit molt chier, Que por rien
-ne poist ne
+ne poïst ne
-hardemant né le pooir. Mull tustet snef s’en leva: 60 Ne
+hardemant ne le pooir. Molt tost et söef s’an leva, Ne
-n’estoile, N’anla meison n’avoil cbaudoile, iNè lanpe né lanterne
+n’estoile, N’an la meison n’avoit chandoile Ne lanpe ne lanterne
-regardant 65 Conques nus
+regardant C’onques nus
-s’an prist , Einz cuidoicnt qu’il se dormisl An
+s’an prist, Einz cuidoient qu’il se dormist An
-et sans conduit
+et sanz conduit Molt tost
-— 88 44. d. Mull losl vers le vcrgier s’aii va 70 Quocoupaiyiiifii’i trovu. Kl de
+vers le vergier s’an va, Qu’onques nul home n’ancontra ; Et de
-li esl bien ehéu C’uiie pièce del’ mur cliéu Ol cl vergier iioveilcniaiil : Par cele fiaile isnelinianl 4575 S’an passe el vct laiil que
+li est bien cheü C’une piece del mur cheü Ot el vergier novelemant. Par cele fraite isnelemant S’an passe et vet tant que
-la feneslre cl là se lient Si
+la fenestre et la se tient Si
-qu’il u’i losl n’esleniuc, J’ant que la reine csl venue
+qu’il n’i tost n’esternue, Tant que la reïne est venue
-blanche chemise: 80 N’ot sus bliaut ne cole mise,
+blanche chemise ; N’ot sus blïaut ne cote mise,
-un corl maiitel ol dcsiis D’cseailalc el de cisciiius. Quant
+un cort mantel ot desus D’escarlate et de cisemus. Quant
-la reine Qui à la feneslre s’acline , 85 Qui
+la reïne Qui a la fenestre s’acline, Qui
-fers esloit ferrée, D’un doU salu l’a saluée. El ele
+fers estoit ferree, D’un dolz salu l’a enerree. Et ele
-autre losl li rant ; Que molt esloient désirrant Il
+autre tost li rant, Que molt estoient desirrant Il
-Ne lienent parlemanl iiè plel: Li uns prés de
+Ne tienent parlemant ne plet. Li uns pres de
-se Iret Et aiidui main à main se lienent. De
+se tret Et andui main a main se tienent. De
-ne vieneiit 95 Lor ooise mult à dcsmesnre. Qu’il an blasraenl la feriéuie. Mes
+ne vienent Lor poise molt a desmesure, Qu’il an blasment la ferreüre. Mes
-ce Laneeloz se vaule Que s’a la reïiiu ala’ante .Avocc li léanzanteira: 4000 Jà por
+ce Lanceloz se vante Que, s’a la reïne atalante, Avoec li leanz anterra : Ja por
-ne remania. Et la reïoe li respunt : Ne véez-vos com cisl fer
+ne remanra. Et la reïne li respont : "Ne veez vos con cist fer
-Roide à ploier el fort à fraindre ? Jà tant
+Roide a ploier et fort a fraindre ? Ja tant
-porroiz deslraindre 5 Ne tirer à vos ne saehier Que les poissiez arachier. » — « Dame, fel-il, or
+porroiz destraindre Ne tirer a vos ne sachier Que les poïssiez arachier. - Dame, fet il, or
-vos cliaille; Jà ne
+vos chaille ! Ja ne
-vaille ■ Rien
+vaille ; Rien
-tenir 10 Que Lien ne puisse à vos
+tenir Que bien ne puisse a vos
-le m’utroie Tote m’est délivré la
+le m’otroie Tote m’est delivre la
-; 44. e. Mes
+; Mes
-vos agrée Donc m’esl-ele si ancunhréc 15 Que
+vos agree Donc m’est ele si anconbree Que
-rien. « — «Certes, fet-ele, jel’ voel bien , Mes
+rien. - Certes, fet ele, jel voel bien, Mes
-vos délient; .Mes tant aUindre vos eovient Que an mon
+vos detient ; Mes tant atandre vos covient Qu’an mon
-soie couchiéc. 20 Que
+soie recouchiee, Que
-vos meschiée , Qu’il n’i auroil geu né déport Se li scneschaz , qui
+vos meschiee ; Qu’il n’i avroit geu ne deport Se li seneschax qui
-dort , S’csvoilloit jà por
+dort S’esveilloit ja por
-m’an voise 4(i25 Qu’il
+m’an voise, Qu’il
-me véoit ci ester. » — a Dame , fet-il , or alez donqucs , Mes
+me veoit ci ester. - Dame, fet il, or alez donques Mes
-ne dolcz-vos onqiies Que
+ne dotez vos onques Que
-i doic noise faire. 30 Si soef an
+i doie noise faire. Si söef an
-traire Quejàiicm’an Iraveillcrai iVè nelui n’an esveilU’iai. » Atant la réïiie s’an torne , Et
+traire Que ja ne m’an traveillerai Ne nelui n’an esveillerai." A tant la reïne s’an torne Et
-s’aparoille cl atorne 35 De la feneslre descoiiflre. As
+s’aparoille et atorne De la fenestre desconfire. As
-et lire Si que tresloz ploier
+et tire Si que trestoz ploier
-les Iret. Mes si estoil trancbanz li fers 40 Que del’ dùi maine jusqu’as
+les tret. Mes si estoit tranchanz li fers Que del doi mame jusqu’as
-La première ongle s’an cièva, El de
+La premiere once s’an creva, Et de
-La preiuerainiie jointe tote. Et del’ saiic qui
+La premerainne jointe tote ; Mes del sanc qui
-an dégote 45 Ne
+an degote Ne
-ne saut. Cil qui à autre chose autant. La feneslre n’est mie basse , Neporquant Lanceioz i
+ne sant Cil qui a autre chose antant. La fenestre n’est mie basse, Neporquant Lanceloz i
-Molt losl el molt délivremanl. 50 An
+Molt tost et molt delivremant. An
-trueve kex dormant
+trueve Keu dormant
-la reïiie. Si
+la reïne, Si
-li ancline. Car
+li ancline, Car
-ne croit. tant.
+ne croit tant.
-la rcïiic li estant . 55 Ses biaz ancontre , si l’aiibrace : Estroit piès de
+la reïne li estant Ses braz ancontre, si l’anbrace, Estroit pres de
-lace, 44. f. Si
+lace, Si
-lit Iret, Et
+lit tret Et
-bel sanhlant li
+bel sanblant li
-li puct, 00 Que d’amors et del’ ciier li muet. D’amors vient qu’cle le conjol , El s’cle à lui grant anior ol Et il cent mile tanz à li : Car à toz autres eiiers failli 65 Amors
+li puet, Que d’Amors et del cuer li muet. D’Amors vient qu’ele le conjot ; Et s’ele a lui grant amor ot, Et il.c. mile tanz a li, Car a toz autres cuers failli Amors
-qu’au siien ne fis! , Mes
+qu’au suen ne fist ; Mes
-cuer lote rcprist Amors el fu si anterinc Qu’an toz antres cuers
+cuer tote reprist Amors et fu si anterine Qu’an toz autres cuers
-a Lanceioz quanqu’il vialt 70 Qant la reine an
+a Lanceloz quanqu’il vialt Qant la reïne an
-Sa cofipaignie et
+Sa conpagnie et
-est sesjeus dolz et buens, 4075 El del’ beisier et del’ sanlir, Que
+est ses jeus dolz et buens Et del beisier et del santir Que
-lor avilit, sanz niantir, Une
+lor avint sanz mantir Une
-une merveille ’Jel c’onqups ancor sa parodie Ne fu oie né séue. 80 .Mes toz
+une mervoille Tel c’onques encore sa paroille Ne fu oïe ne seüe ; Mes toz
-moi tenue Qu’an
+moi teüe, Qu’an
-doit cstre dite: Des
+doit estre dite. Des
-plus eslile Et
+plus eslite Et
-plus délitable cele
+plus delitable cele
-et cèle. 85 .Molt ot
+et cele. Molt ot
-joie el de déduit Lanceioz tote
+joie et de deduit Lanceloz tote
-jorz vient, qui
+jorz vient qui
-li griève Quant deiez s’amie se liève. Au lever (u-il droiz niartiis, 1)0 Tant
+li grieve, Quant de lez s’amie se lieve. Au lever fu il droiz martirs, Tant
-li départirs, Car
+li departirs, Car
-grant marlire. Ses cuers adès cele
+grant martire. Ses cuers adés cele
-tire Où la reine se reniaint, N’a puoir que
+tire Ou la reïne se remaint. N’a pooir que
-l’an remaiiit 95 Que la reine tant li plesl Qu’il n’a talanl que
+l’an remaint, Que la reïne tant li plest Qu’il n’a talant que
-la lest. Li
+la lest : Li
-s’an vet , li cuers stjoriie. Droit \eis la foneslre s’anturne, .Mes de son saiic tant i reniaint ■i700 Que li dra|)sont lachié et lainl 45. a. Del’ sanc qui chéi de
+s’an vet, li cuers sejorne. Droit vers la fenestre s’an torne ; Mes de son cors tant i remaint Que li drap sont tachié et taint Del sanc qui cheï de
-doiz. .Molt s’an pari Lanceioz dcstroiz , Plains
+doiz. Molt s’an part Lanceloz destroiz, Plains
-lermes. Del’ rasanbler
+lermes. Del rasanbler
-A enuizpasseà la feneslre, S’i antra-il molt volanliers: N’avoit
+A enviz passe a la fenestre, S’i antra il molt volantiers ; N’avoit
-doiz anticrs Que
+doiz antiers, Que
-s’i esloit bléciez. iO Et s’a-il les fers redréciez Et
+s’i estoit bleciez ; Et s’a il les fers redreciez Et
-leus arrière. Si
+leus arriere, Si
-devant né derrière, A’aii l’un
+devant ne derriere N’an l’un
-an l’anlre costé, Ne pert qu’an an éust osié 1 5 Nns des fers, né Iret ne ploie. An départir a
+an l’autre costé Ne pert que l’an eüst osté Nul des fers ne tret ne ploié. Au departir a
-chanbre cl fet lot autel
+chanbre et fet tot autel Con s’il fust devant
-— S9 Coin il filsl (Irvant un aiitrl , l’ni^ s’ait iMi’t il iiiull ^r.iiit aii^uistf , 47’2fl N’aiicuiilrr liuiiit- qui le cuiiuiur , Tiint (|u’aii util ustel l’st vi’iiiii. An «un lit X’ l’uiiclii; toi mit , Si c’unques iielui ii’i rsvuillc. El lur» a|)riiiu"< se iiiiTtuilIr Sr> De »vs duii qu’il lruevi’|>lairi; Mrs <lc rien ii’an est csinaicz l’oiri- )|ii’il set lot <li’ scur Qni’ au
+un autel. Puis s’an part a molt grant angoisse ; N’ancontre home qui le conoisse, Tant qu’an son ostel est venuz. An son lit se couche toz nuz, Si c’onques nelui n’i esvoille. Et lors a primes se mervoille De ses doiz qu’il trueve plaiez ; Mes de rien n’an est esmaiez Por ce qu’il set tot de seür Que au
-fers ilel’ innr De la feiieslre se lileça. ao l’orce |«is ne s’aii correça Cir il se volsisl iiiialz ilel’ cors Andcus les
+fers del mur De la fenestre se bleça ; Por ce pas ne s’an correça, Car il se volsist mialz del cors Andeus les
-ne fiist oitre passez; Mes
+ne fust oltre passez ; Mes
-se fiL-^l aillors quasscz S5 Et si laideniant anpiriez , Molt
+se fust aillors quassez Et si laidemant anpiriez, Molt
-fust do’anz el iriez.
+fust dolanz et iriez.
-la matinée Dedanz
+la matinee, Dedanz
-chanbre aiicortinée Se
+chanbre ancortinee, Se
-molt soef aiidorinie ; 40 Oe ses
+molt söef andormie ; De ses
-fussent tacliié de sanc , Kiiiz cuidoit
+fussent tachié de sanc, Einz cuidoit
-molt blniie Et raolt bel
+molt blanc Et molt bel
-Et Méliaganz maintenant 46. b. 45 Qu’il fuvestuz et atorncz S’an
+Et Meliaganz, maintenant Qu’il fut vestuz et atornez, S’an
-chanbre lornez Où la reine se
+chanbre tornez Ou la reïne se
-la trucve et
+la trueve et
-voit Del’ frès sanc
+voit Del fres sanc
-conpaignons botez. Et cora apercevanz de
+conpaignons botez, Et com aparcevanz de
-lit Kex le senesclial Esgarde,
+lit Keu le seneschal Esgarde,
-les dras tachiez De sanc. que
+les draz tachiez De sanc, que
-plaies escrevées — El dit : a Dame , or ai-ge trovées Tex aiiseignes com je voloic ; Bien
+plaies escrevees. Et dit : "Dame, or ai ge trovees Tex anseignes con je voloie ! Bien
-de famé garder se paiiine : 60 Son
+de fame garder se painne, Son
-sa painne; Qu’ainz
+sa painne ; Qu’ainz
-s’an donc garde. De
+s’an done garde. Molt a or bele garde feite Mes pere qui por moi vos gueite ! De
-vos a-il bien gardée, Mes
+vos a il bien gardee ; Mes
-a regardée 65 Keili scneschax malgré sutn. S’a
+a regardee Kex li seneschax mal gré suen, S’a
-vos en lot son bien , Et il lera niult bii-ii |irové. n — n Ciiinant ? » fit ele. — a .l’ai triivé Sanc un voz dras qui le tesiiiuingiie , 4770 riii’ii|ii’à dire le nie besuii;!»"; l’aice le sai , par
+vos eü tot son buen, Et il sera molt bien prové. - Comant ? fet ele. - J’ai trové Sanc an vos dras, qui le tesmoingne, Puis qu’a dire le me besoigne. Par ce le sai, par
-le priiis, Que an voz drus et it iiieiM truit Le
+le pruis Que an vos dras et es suens truis Le
-qui clii’i,de ses
+qui cheï de ses
-sont aiisaignes bien veraie». u 75 Lors
+sont ansaignes bien veraies." Lors
-an l’antre lit
+an l’autre lit
-dras siiiiglain, si s’an inerniilii- . Iliinte en ol, si devint veniiollle Et disl : a Se Dainedev me j;ai 1 , UO Ce sanc qui’ au mes dras rejjarl Onques
+dras sanglanz, si s’an mervoille ; Honte en ot, si devint vermoille Et dist : "Se Damedex me gart, Ce sanc que an mes dras regart Onques
-m’a cniiit senié li nés. De mon nés fii, au mien espoir, u Et ele cuidc dire voir. 85 — til’ar niun eliief, fet Méléaganz, Quanqne vos
+m’a enuit senié li nes ; De mon nes fu au mien espoir." Et ele cuide dire voir. "Par mon chief, fet Meleaganz, Quanque vos
-est néaiiz, M’i a
+est neanz. N’i a
-parole fainte. Que provée estes et ntainte; 45. c. Et
+parole fainte, Que provee estes et atainte, Et
-voirs provcz. » 90 Lors
+voirs provez." Lors
-: B Seignor , ne vos movoz , ( As
+: "Seignor, ne vos movez !" As
-iluec estoieiil) Et gardez que oslé ne
+iluec estoient, "Et gardez que osté ne
-drap del’ lit
+drap del lit
-je veigne : Je
+je veigne. Je
-teigne 05 Quant la chose véiie aura. r> Lors rcquist tant
+teigne Qant la chose veuë avra." Lors le quist tant
-le Irova, Si
+le trova, Si
-lesse à ses plez cbéoir Et dit: a Sire, venez véoir Ce
+lesse a ses piez cheoir Et dit : "Sire, venez veoir Ce
-prenez. 4800 La reïne véoir venez , Si verroiz mcrvoilles provée» Que j’ai véues et trovées. Mes
+prenez. La reïne veoir venez, Si verroiz mervoilles provees Que j’ai veües et trovees ; Mes
-failliez 5 De jnstise ne de droiture. Bien
+failliez De justise ne de droiture : Bien
-cors mis , Dom
+cors mis, Dom
-mes anemis , Que
+mes anemis, Que
-son lit , et
+son lit, et
-ai véu Tant
+ai veü Tant
-bien aparcéu Qu’avoec
+bien aparceü Qu’avoec
-Kex cbasquc nuit.
+Kex chasque nuit.
-enuit 15 S’il ro’anpoiseet se jem’anpiaing. Car
+enuit S’il m’an poise et se je m’an plaing, Car
-vient à grant desdaing Quant ele
+vient a grant desdaing Qant ele
-et despitt Et Kex II li elia.sqiie nuit gist. » — a Tes, fel li rois,jeiiel’ crois pas. » 4 8’.i0 — « Sire,
+et despist Et Kex o li chasque nuit gist. - Tes ! fet li rois, je nel croi pas. - Sire,
-venez véoir les dras , Coiiiaiil Kex
+venez veoir les dras, Comant Kex
-a euiiréez. Quant
+a conreez. Quant
-ne créez Eiii’iiis vnidiez que
+ne creez, Ençois cuidiez que
-vos mante , Les
+vos mante, Les
-la coûte saiiglaiilc 25 Des plaies Kex vos moitcrrai. 9 — o Or i aloiis , si le verrai , Fet li rois , que véoir le
+la coute sanglante Des plaies Keu vos mosterrai. - Or i alons, si le verrai, Fet li rois, que veoir le
-mi oel. n Li rois lot niainlenaiit s’an va 30 Jusqu’au la elianlire ou
+mi oel." Li rois tot maintenant s’an va Jusqu’an la chanbre ou
-se Icvoit, Les dras saiiglanz an
+se levoit. Les draz sanglanz an
-voit 4.’) il. Et
+voit Et
-lit Kex autrcsimant. Et disl: «Dame, orvet maternant 35 Se
+lit Keu autresimant, Et dist : "Dame, or vet malemant Se
-m’a dit. » Ele res|>onl: a .Se Dez m’ait, Onques
+m’a dit." Ele respont : "Se Dex m’aït, Onques
-fu néis de songe Contée si maie maneongc. Je eiiit que
+fu neïs de songe Contee si male mançonge. Je cuit que
-li senescliax 40 Est si corlois et si léax Que
+li seneschax Est si cortois et si lëax Que
-mie à mescroirc; Et
+mie a mescroire ; Et
-ne rcgiet mie
+ne regiet mie
-Mon cors, né n’an fax livreison.
+Mon cors ne n’an faz livreison.
-hom 45 Qu’il me requéisl tel outrage. Ne je ne n’oi onques corage Del’ faire, ne jà ne l’aurai. » — «Sire, molt boen gré vos saurai, Fet Méléaganz à son père, 50 Se
+hom Qu’il me requeïst tel outrage, Ne je nen oi onques corage Del faire ne ja ne l’avrai. - Sire, molt bon gré vos savrai, Fet Meleagant a son pere, Se
-outrage conpère , Si
+outrage conpere, Si
-la reine i
+la reïne i
-vos lient la
+vos tient la
-et monte. Et
+et monte, Et
-an rcquier et
+an requier et
-Kex trai , 55 Son seignor, qui
+Kex traï, Son seignor qui
-le créoit Que comandée li
+le creoit Que comandee li
-plus aimmc an
+plus ainme an
-monde. > — a Sire , or .sofrez que
+monde. - Sire, or sofrez que
-Fet Kex , et
+Fet Kex, et
-m’escondirai. 60 Jà Dex . quant
+m’escondirai. Ja Dex, quant
-cest siègle irai , Ne
+cest siegle irai, Ne
-pardon à l’ame. Se
+pardon a l’ame Se
-ma dame ! Certes, mialz voidroic estre mon Que
+ma dame. Certes, mialz voldroie estre morz Que
-leidure né tiex torz 65 Fust
+leidure ne tiex torz Fust
-mon scigno Et jamès Dex
+mon seignor ; Et ja mes Dex
-— 90 — Que j’ai oraiidroit ne incdoinl, EInz me
+Que j’ai or androit ne me doint, Einz me
-cest poiiil, Se
+cest point, Se
-pansai. 4870 Mes itatit de
+pansai. Mes itant de
-m’ont seinnic à planté,
+m’ont seinnié a planté,
-drap ansanjjlanté. Porce ïostre Glz me mcscroit, Mes
+drap ansanglanté. Por ce vostre filz me mescroit, Mes
-nul droit. » 75 Et Mcicaganz li respont: o Si ra’aïst Dex , traï
+nul droit." Et Meleaganz li respont : "Si m’aïst Dex, traï
-ont 45. e. Li déable, li vif maufc. Trop ftistcs enuit eschaufé , Et porce que
+ont Li deable et li vif maufé ; Trop fustes enuit eschaufé, Et por ce que
-vos grévastes 80 Vos plaies
+vos grevastes Voz plaies
-Ne vosi valt néant contrueve: Li
+Ne vos il valt neant contrueve : Li
-le prueve. Bien le véons et
+le prueve ; Bien le veons et
-i pert ; Droiz
+i pert. Droiz
-conpert 85 Que si
+conpert Qui si
-avenue. » — « Sire , sire, fet Kei au roi , 90 Je dedandrai ma
+avenue. - Sire, sire, fet Kex au roi, Je desfandrai ma
-vostre lilz mainez Au poinne
+vostre filz m’amet ; An poinne
-me met; Mes certes à tort
+me met, Mes certes a tort
-travaille. » — «Vos n’avez
+travaille. - Vos n’avez
-bataille, O."; Fet
+bataille, Fet
-dolez. » — « Sire,
+dolez. - Sire,
-le volez , Ensi malades corn je
+le volez, Ensi malades con je
-Me conbalrai ancontre
+Me conbatrai ancontre
-Et moslcrrai que
+Et mosterrai que
-n’ai colpc 4900 An
+n’ai colpe An
-il m’ancolpe. » Et la rcïne mandé ot Tôt célécmant Lancelot,
+il m’ancolpe." Et la reïne mandé ot Tot celeemant Lancelot,
-ele aura Un cbcvalier qui delTandra 5 Le sencscbal de cesle chose Vers Méléagant, se
+ele avra Un chevalier qui desfandra Le seneschal de ceste chose Vers Meleagant, se
-Et Méléaganz distlantost: Nus chevaliers ne
+Et Meleaganz dist tantost : "Nul chevalier ne
-ost Verscui la
+ost Vers cui la
-vaincuz remaingne . Nés se ce esloit unsjaianz. d Atant vint Lanceloz léanz. Des
+vaincuz remaingne, Nes se ce estoit uns jaianz." A tant vint Lanceloz leanz ; Des
-fu venuz , Oiant toz , jiienes et chcnuz , La reine la
+fu venuz, Oiant toz, juenes et chenuz, La reïne la
-Et dit: (t Lancclot , ccslc honte
+Et dit : "Lancelot, cest honte
-ci Méléaganz amisc. 4920 An mescréaiice m’an
+ci Meleaganz amise ; An mescreance m’an
-mise 45. f. Vers
+mise Vers
-qui l’osent dire, Se
+qui l’öent dire Se
-l’an feiles desdire.
+l’an feites desdire.
-Kex géu moi, porce qu’il a véu 25 Mes
+Kex geü O moi, por ce qu’il a veü Mes
-tainz ; Et
+tainz Et
-iert atainz Se
+iert atainz, Se
-puet deli’andrc Ou
+puet desfandre Ou
-lui aidicr. » 30 — a Jà ne
+lui aidier. - Ja ne
-covient pleidier , Fet Lanceloz , là où je soie. Jà Deu
+covient pleidier, Fet Lanceloz, la ou je soie. Ja Deu
-qu’an mescroic Ne vos, ne lui, de tel aleire! Prez
+qu’an mescroie Ne vos ne lui de tel afeire ; Prez
-se pansa Se
+se pansa. Se
-de deffanse a. A
+de desfanse a, A
-l’an defifandrai , Por
+l’an desfandrai ; Por
-bataille anprandrai. n Et Méléaganz avant saut 40 Et
+bataille anprandrai." Et Meleagant avant saut Et
-: « Se Damcdex me saut Ce voel-je bien . et raolt me siet. Jà ne
+: "Se Damedex me saut, Ce voel je bien et molt me siet : Ja ne
-me griet.» Et Lanceloz dist: «Sire rois. Je
+me griet." Et Lanceloz dist : "Sire rois, Je
-de qtiauses et
+de quauses et
-sanz serremanz Bataille
+sanz seiremanz Bataille
-tel mescréance. » Et Méléaganz sanz
+tel mescreance." Et Meleaganz sanz
-molt isnelemant: 50 « Bien i
+molt isnelemant : "Bien i
-li seiremant. Et
+li seiremant Et
-saint orandroit. Que
+saint or androit, Que
-ai droit. » Et Lanceloz anconlre dit : a Onques , se Damedex m’ait , 55 Quex le sencscbal ne
+ai droit !" Et Lanceloz ancontre dit : "Onques, se Damedex m’aït, Queu le seneschal ne
-le mescrut. o Maintenant lor armes demandant, Lor cheval amener comandent. L’an lor amainne tost amont; 60 Vaslet
+le mescrut." Maintenant lor chevaus demandent, Lor armes aporter comandent ; L’an lor aporte tost amont, Vaslet
-sont , Et jà resont
+sont ; Et je resont
-saint forstret. Méléaganz avant se tret, Et
+saint fors tret. Meleaganz avant se tret Et
-dejoste lui. Si s’agenoillent aubedui, 46. a. 65 Et Méléaganz tant
+dejoste lui, Et s’agenouillent anbedui ; Et Meleaganz tant
-sainz , et jure tôt de
+sainz et jure tot de
-: M Ensi m’aist Dcx et li sainz,
+: "Ensi m’aïst Dex et cist sainz,
-la rcïnc an son lit, 4970 Et
+la reïne an son lit Et
-ot tôt son délit. » — «Et je
+ot tot son delit. - Et je
-lief comeparjtir, Fet Lanceloz , et
+lief come parjur, Fet Lanceloz, et
-ne l’a santi.
+ne la santi.
-manti 75 Praigoe Dex,
+manti Praigne Dex,
-lui plesl , vangence. Et
+lui plest, vangence Et
-voire démostrance. Mes
+voire demostrance. Mes
-ferai , Des seiremaoz, et
+ferai Des seiremanz et
-enuit né cui qu’il poist , 80 Que
+enuit ne cui qu’il poist, Que
-De Méléagant au desus , Tant m’aist Dex et néant plus, Et
+De Meleagant au desus, Tant m’aïst Dex et neant plus Et
-sont ci, Que jà de lui n’aurai merci. » 85 Li
+sont ci Que ja de lui n’avrai merci." Li
-cestui sairement oï.
+cestui sairemant oï.
-furent fet Lor
+furent fet, Lor
-furent forstret , Bel
+furent fors tret, Bel
-de lotes bontez. 90 Sor
+de totes bontez ; Sor
-chascuns montez , Et ii uns
+chascuns montez, Et li uns
-Tant com chevax
+Tant con chevax
-remaint nés poinz
+remaint nes poinz
-lances trèsqu’auz espoinz. Et
+lances tresqu’anz es poinz. Et
-l’autre à terre porte , Mes
+l’autre a terre porte, Mes
-mie ehière morte , Que tôt maintenant se relièvent 5000 Et
+mie chiere morte Que tot maintenant se relievent Et
-il puéentsegrièvent .\us tranchanz des espées nues.
+il pueent se grievent Aus trancanz des espees nues.
-si grantircs’antr’asaillent 5 As espées que
+si grant ire s’antr’asaillent As espees que
-et s’antrefîèrent , Ne
+et s’antrefierent, Ne
-se quièrent 46. b. Qu’aleinne
+se quierent Qu’aleinne
-loise. 10 Lirois cui
+loise. Li rois, cui
-an griève etpoise En
+an grieve et poise, En
-la reine apelée , Qui
+la reïne apelee, Qui
-s’estoit alée Amont
+s’estoit alee Amont
-la tor. Por Deu , li dist , le criator , 15 Que ele départir les lest!
+la tor : Por Deu, li dist, le Criator, Que ele departir les lest ! "Tot quanque
-- !J1 — a Tut qiiuiM|iie vos an sicl rt plisl , Ki-t la ri’iiie ù tiuriii’ fui, Jà ii’tfii iVi’uu riuii uuiilre inui. > Ldiiuvlui a liieii iiiituiiUii 5(l’i(l <Jiir la iriiif u rrs^ioiidu A oi- i|uc li i-uis li ritjuii-rt: ià iMiiscuiibiitri- III’ se (|iii(Tt, KiiK il tuiitust {;uei’|ii If L’lia|ilt’ ; Et .Mt’lc’iij|mu liert ut cliu|ili’ "iS Soi’ lui que reposi-r ne ijuiert. Kt li rois uiitredeus se liiTl . Kt tient Sun lil, qui (lit et
+vos an siet et plest, Fet la reïne a buene foi, Ja n’an feroiz rien contre moi." Lanceloz a bien antandu Que la reïne a respondu A ce que li rois li requiert, Ja puis conbatre ne se quiert, Einz a tantost guerpi le chaple ; Et Meleaganz fiert et chaple Sor lui, que reposer ne quiert ; Et li rois antre deus se fiert Et tient son fil, qui dit et
-il n’u de
+il n’a de
-feire cure: llatiiille voel , u’ai soiii;; de peis ! i> 30 Et
+feire cure : "Bataille voel, n’ai soing de peis." Et
-: « Car te leis Et iiic croi,
+: "Car te teis Et me croi,
-; Jà certes hontes ne domajjes i\t’ t’aii vaudrai se lu me croiz. Hès, l’ei ice, que feire doiz ! ;tr> Don
+; Ja certes honte ne domages Ne t’an vandra se tu me croiz ; Mes fei ice que fere doiz ! Don
-te sovient-il que lu As au la corl le rui Artu
+te sovient il que tu As an la cort le roi Artu
-bataille arrainie? Et
+bataille arramie ? Et
-ne dotes-tu mie
+ne dotes tu mie
-soit jjranz ciiors 40 Se là te vient, biens plus qu’aillurs ? » Ce dit U rois
+soit granz enors, Se la te vient biens, plus qu’aillors ?" Ce dit li rois
-porroit esmaier Tant
+porroit esmaier, Tant
-et s’es départ. Et Lanceioz oui uiult fu tart 45 De mon seignor Gauvaiii trovcr , An
+et ses depart. Et Lanceloz, cui molt fu tart De monseignor Gauvain trover, An
-et trover Au roi et puis à la reïue. Par
+et rover Au roi, et puis a la reïne. Par
-le pont soz ève corrant. 50 Si et après lui
+le Pont soz Eve corrant ; Si ot aprés lui
-de tes i aloient Hj. c. Don
+de tex i aloient Don
-s’il remanssissent. Lorjoniées molt bien fornisscnt 55 Tant
+s’il remassissent. Lor jornees molt bien fornissent, Tant
-le pont sor ève aprochent , Mes
+le Pont soz Eve aprochent, Mes
-tochent. Ënçois que près del’ pont
+tochent. Einçois que pres del pont
-il véoir le poissent Uns nains à [’encontre lor vint 60 Sor
+il veoir le poïssent, Uns nains a l’encontre lor vint Sor
-grant chacéor, et tint One corgiée por
+grant chaceor, et tint Une corgiee por
-Son cliacéor et
+Son chaceor et
-demandé , Si
+demandé Si
-fu comandé: 65 « Li qiiex de
+fu comandé : "Li quex de
-est Lanceioz ? N’el’ nie ccle*, je 5ui des voz. Mes dites-le séuréiiiunt, Que |ior vosgraiK biens ludeiii.iiil. u LaïK’eloi li respont |>ur lui 507(1 Kl (lit il-inéisnics: u Je sui Cil (|ue tu deiiiAiides et quiers, ■> — «lia Laiicelot, frans chevaliers, ’ Leisse ces geiiz , et
+est Lanceloz ? Nel me celez, je sui des voz ; Mes dites le seüremant Que por voz granz biens le demant." Lanceloz li respont por lui Et dit il meïsmes : "Je sui Cil que tu demandes et quiers. - Ha !, fet li nains, frans chevaliers, Leisse cez gens et
-croi Vieil l’an toz sens ansaiible ù moi, 75 Qu’an iiiolt boeii leu inent’r te voel. Jà nus lie l’an sive por l’iiel, Eiiiz vos atandeiit ci
+croi : Vien t’an toz seus ansanble o moi Qu’an molt boen leu mener te voel. Ja nus ne t’an siue por l’uel, Einz nos atandent ci
-nos revaudrons uiandioit. u Cil
+nos revandrons or androit." Cil
-dote liO A tel reinenuir sa j[eiil lote Et siiist le
+dote A fet remenoir sa gent tote Et siust le
-qui Irai l’.i. Eisa geiil qui l’atendent là Le puéeiit longnemant alaiidre, Que
+qui traï l’a ; Et sa gent qui l’atendent la Le pueent longuemant atandre, Que
-nul l.ilaiil del’ niudie iJ5 Qui l’ont pi rs et srisi an sont. Kt sa |;eiit si giaiil duel au font
+nul talant del randre Qui l’ont pris et seisi an sont. Et sa gent si grant duel an font
-ne repcire Qu’il ne sèvent qu’il
+ne repeire Qu’il ne sevent qu’il
-Tuit dient que
+Tuit dïent que
-les u 90 Li nains; et si lor an pesa. Folie seroit
+les a Li nains, et si lot an pesa, Oiseuse seroit
-l’anquerre. Dolanl le comaneent à querre,
+l’anquerre. Dolant le comancent a querre,
-ne sèvent où il le truisscnt Né qiiele part
+ne sevent ou il le truissent, Ne de quel part
-le puissent. 95 S’an pienent consoil tuitansanble : A ce s’acordeot, ce me sanblc , 46. d. Li
+le puissent ; S’an prenent consoil tuit ansanble. A ce s’acordent, ce me sanble, Li
-passage Del’ pont soz ève, qui est près , 5100 Et querrontLancelot après Par le les raonseignor Gauvain,
+passage Del Pont soz Eve, qui est pres, Et querront Lancelot aprés Par le los monseignor Gauvain,
-trestuit s’acordenl Si
+trestuit s’acordent Si
-rien ne se tordent. 5 Vers le pont soz ève s’an vont , Et
+rien n’i descordent. Vers le Pont soz Eve s’an vont Et
-qu’il vienenl au
+qu’il vienent au
-Ont mon seignor Gaiiviiin vén Del’ pont trabiiclilé et ehéii An l’ève qui estoit pailbnde. 1 Une
+Ont monseignor Gauvain veü, Del pont trabuchié et cheü En l’eve, qui estoit parfonde. Une
-autre afonde : Or
+autre afonde, Or
-perdent. U vienent là et si l’aerdent
+perdent. Tant tressaillent que il l’aerdent
-rains, à perches et à cios. N’avoitque le
+rains, a perches et a cros. N’avoit que le
-le cbief lehianmeassis, Qui des aulics vuloil bien dis; Et les chances de fer chauciées De
+le chief le hiaume assis, Qui des autres valoit bien dis, Et les chauces de fer chauciees De
-suor anriiilliées , Car
+suor anruïlliees, Car
-avoit soH’erz travaux , 5120 El main/, périls el inainz asau/. Avoit Iropassez et vaincu/. Sa lance esluit et
+avoit sofferz travauz, Et mainz perils et mainz asauz Avoit trespassez et vaincuz. Sa lance estoit, et
-ses clievax à l’autre
+ses chevax, a l’autre
-ne ciiidenl pas
+ne cuident pas
-vive , ’25 Cil
+vive Cil
-l’ont trct de l’ève fori, Car
+l’ont tret de l’eve fors, Car
-molt et cors, Kè dèsipii! taiil ipi’il l’otraudue N’oiil du lui paiole aiilandue. .Mes ipiiinl sa parole el sa voiz 30 K’ol son euer ilélivre et sa doiz , Qu’an le |)ol uir el anlandre. Au |)lus lost que
+molt el cors, Ne desque tant qu’il l’ot randue N’ont de lui parole antandue. Mes quant sa parole et sa voiz Et del cuer delivre ot la doiz, Qu’an le pot oïr et antandre, Au plus tost que
-pot prandrc A la parole se s’i prist. I.iiés de la reine lequist 35 A
+pot prandre A la parole, se s’i prist ; Lués de la reïne requist A
-lui cstoicnt, Se mile novele an savoicnt. Kl cil
+lui estoient Se nule novele an savoient. Et cil
-roi Badcmagu Dient qn’ele ne
+roi Bademagu Dïent qu’ele ne
-nule ore , 40 Qui
+nule ore, Qui
-l’enore. 46. e. — « Vint la
+l’enore. "Vint la
-an ccsle terre, Kel mes sires Gauvains, rcquerre ? » Et il respondireiit : (c Oïl , Lanceioz del’ Lac , font se il , 45 Qui
+an ceste terre, Fet messire Gauvains, requerre ?" Et il li respondent : "Oïl ! - Qui ? - Lanceloz del Lac, font il, Qui
-au pont de l’espée: Si
+au Pont de l’Espee ; Si
-et délivrée, Etavoec nos-autres trestoz. Mes
+et delivree, Et avoec li nos autres toz ; Mes
-uns goz. Uns nains bocuz et rechigniez: 50 Laidemant
+uns goz, Uns nains boçuz et rechigniez : Laidemant
-a engigniez , Qui Laiicelot nos a forlret. Nos
+a engigniez, Qui Lancelot nos a fortret ; Nos
-qu’il a mesfet, » — a Et quant? m fet mes sires Gauvains. — «Sire, hui
+qu’il en a fet. - Et quant ? fet messire Gauvains. - Sire, hui
-nains, 55 Molt près de
+nains, Molt pres de
-nos Veniemes anconlre vos. u — « El cornant s’esl-il contenuz Puis qu’au cest pais fu vcnuz. j> Kl eil li comaneent à dire, 60 Si li rcconlent tire à lire Si c’uii lot seul
+nos Venïemes ancontre vos. - Et comant s’est il contenuz Puis qu’an cest païs fu venuz ?" Et cil li comancent a dire, Si li recontent tire a tire Si c’un tot seul
-n’i oblient , Kt de la leïiie II dient, Qii’ele l’ataiit el dit
+n’i oblïent, Et de la reïne li dïent Qu’ele l’atant, et dit
-movoir 65 Del’ pais lantqu’ele le
+movoir Del païs, tant qu’ele le
-— 92 — Por novcle que elc en oie. Mes sires Ganvains lor rosponl : Quant nos
+Por novele que ele en oie. Messire Gauvains lor respont : "Quant nos
-de ecst pont Irons-nos qucrre Lancelot. » 5170 N’i
+de cest pont, Irons nos querre Lancelot ?" N’i
-un siuil qui
+un seul qui
-ne l’ot Qu’à la reine aillent ençois. Si
+ne lot Qu’a la reïne aillent ençois : Si
-querre ii rois ; Cari! cuidcnt qu’an Iraïson L’ait
+querre li rois ; Car il cuident qu’an traïson L’ait
-ses Clz mètre an prison , ■75 Méléaganz, qui molt lehet. ■ Jà an leu , se Ii rois le set , Ne
+ses filz metre an prison, Meleaganz, qui molt le het. Ja an leu, se li rois le set, Ne
-qu’il nel’ face randre: Dès ore se puécnt alandre. A cestconsoil luit s’aeordèrent 80 Tant
+qu’il nel face randre ; De seür s’i pueent atandre. A cest consoil tuit s’acorderent Et tot maintenant s’aroterent Tant
-la corl s’aprochèrent Où la reine et Ii rois èrent ; £t lot maintenant s’arolérent Et Kex avoec , Ii scnesebai , Et si estoit si desléa.t 46. f. 85 De Iraïson plains et conblez Qui molt laidemanl a Irobler Por
+la cort s’aprochierent Ou la reïne et li rois ierent, Et Kex avoec, li seneschax, Et s’i estoit li deslëax De traïson plains et conblez, Qui molt laidemant a troblez Por
-por Irai se tienenl , S’an font jjrant duel que
+por traï se tienent, S’an font grant duel, que
-lor pois«r. 90 N’est
+lor poise. N’est
-novele cortoise Qui la reine cest duel porte; Neporquant
+novele cortoïse Qui la reïne cest duel porte ; Neporquant
-s’an déporte Au
+s’an deporte Au
-qu’ele puet : Por moiïseigner Gauvain l’estueS 95 Auquescsioir, si fet-ele. Et
+qu’ele puet. Por monseignor Gauvain l’estuet Auques esjoïr, si fet ele. Et
-ne cèle Son
+ne cele Son
-apeire. El joie
+apeire. Et joie
-duel Ii esluet fcire: Por
+duel li estuet feire : Por
-le cucr vain , 5200 Et contre mon seigiior Gauvaii» Moslre saiiblant de
+le cuer vain Et contre monseignor Gauvain Mostre sanblant de
-la no\’ele oie Ne soil dolanz et esperduz De
+la novele oie De
-est perduz. 5 De mon seignor Gauvain éust Li
+est perduz Ne soit dolanz et esperduz. De monseignor Gauvain eüst Li
-et moll Ii pléust Sa
+et molt li pleüst Sa
-sa conuiss;mce; Mes
+sa conuissance, Mes
-traïz , 10 Que mar au est
+traïz Que maz an est
-esbaïz. El la reine le sémont Et
+esbaïz. Et la reïne le semont Et
-face Tôt sanz demore
+face Tot sans demore
-espace, 15 Et mes sires Gauvains et Ques. lin trestol seul
+espace, Et messire Gauvains et Ques : Un trestot seul
-a rcmès Qui
+a remés Qui
-ce nel’ prit et semoiogne. — « Sor moi lessicz cestc besoigne,
+ce nel prit et semoingne. "Sor moi lessiez ceste besoigne,
-parlez jà 5220 Que j’en preiez granlpiècca. Toi sanz proière et sanz requesle Ferai
+parlez ja ! Que ja en sui prez grant piece a. Tot sanz proiere et sanz requeste Ferai
-ceste anquesle. » Cliascuns l’en ancline
+ceste anqueste." Chascuns l’an ancline
-i envoie 25 Par son réaume ses messages, Scrgenz bien conéaz et sages , Qui
+i envoie, Par son rëaume, ses messages, Sergenz bien coneüz et sages, Qui
-par lotc la contrée De
+par toute la contree De
-novele demandée. 47. a. Par lot ont
+novele demandee. Par tot ont
-novele ani|uise, 30 Mes
+novele anquise Mes
-voire aprise. N’an Irovèrent point: si !>’an tornent Là où li cbevalierséjornent, Gauvains et Kcx et luit li autre , Qui dient que , lance sor l’autre, 35 Trestuit
+voire aprise ; N’an troverent point, si s’an tornent La ou li chevalier sejornent, Gauvains et Kex et tuit li autre, Qui dïent que lance sor fautre, Trestuit
-querre l’ironl : Jà autrui
+querre l’iront ; Ja autrui
-jor après mangier estoient Tuil an
+jor aprés mangier estoient Tuit an
-sale où il s’armoienl ; S’esloit venu à l’eslovoir 40 Qu’il ii’i avoit que del’ movoir. Quant
+sale ou il s’armoient, S’estoit venu a l’estovoir, Qu’il n’i avoit que del movoir, Quant
-vaslez léanz antru Et parmi ausoltre passii Taut qu’il
+vaslez leanz antra Et parmi aus oltre passa Tant qu’il
-la reine , Qui u’avoit pas
+la reïne, Qui n’avoit pas
-avoit Tel , don
+avoit Tel, don
-ne savoit , Que
+ne savoit, Que
-a muée. Etli vaslez l’a saluée, Et
+a müee. Et li vaslez l’a salüee, Et
-fu près, 50 Et
+fu pres, Et
-autres loz après. Et
+autres toz aprés, Et
-et mon seignor Gauvain.
+et monseignor Gauvain.
-sa main : S’eslant le roi , et
+sa main, Ses tant le roi, et
-n’i mespranl 55 Les ûslli rois, oianl loz. lire.
+n’i mesprant Les fist li rois oiant toz lire.
-bien dinCe qu’il vit escril au la lue, Et
+bien dire Ce qu’il vit escrit an l’alue, Et
-que Lanceioz salue
+que Lanceloz salue
-son boeu seignor, (JO Si le mercic de
+son boen seignor, Si le mercie de
-et del’ scrvise, Come
+et del servise, Come
-est à devise Tresloz an sou comaudemant. Et
+est a devise Trestoz an son comandemant. Et
-bien certainnement 65 Qu’il
+bien certainnemant Qu’il
-roi Arlu, Plains
+roi Artu, Plains
-de vertu , Et dit qu’à la reine mande Cor s’an vaigne , s’cle comande , Et mes sires Gauvains et Ques ; 5270 Et
+de vertu, Et dit qu’a la reïne mande C’or s’an vaigne, se le comande, Et messire Gauvains et Ques. Et
-a eiilresaignes tes
+a entresaignes tes
-durent croire. Et bien
+durent croire, et bien
-crurent. Moll lié
+crurent. Molt lié
-: 47. b. De
+: De
-bruit tôle la
+bruit tote la
-Et i’anderaain quant
+Et l’andemain quant
-jorz 75 Dient qu’il
+jorz Dïent qu’il
-vint à l’ajorner Si
+vint a l’ajorner, Si
-: Lièvent et
+: Lievent et
-et à granl déduit : Une grant pièce de la voie Fors
+et a grant deduit Une grant piece de la voie. Fors
-les convoie. Et
+les convoie, Et
-les en ot fors rais A
+les an ot fors mis, A
-pris, 85 Et puiz à toz comunémant. La reine molt
+pris, Et puis a toz comunemant. La reïne molt
-Au coiigic prandre
+Au congié prandre
-servie , Et
+servie ; Et
-au cul li met : 90 Se li oliie et
+au col li met, Se li offre et
-le sou seignor : Neli puel prometre graignur. Et mes sires Gauvains
+le son seignor : Ne li puet promette graignor. Et messire Gauvains
-Com à seignor et à ami , 95 Kl Kex ausi, luit le prometent. Tantost à la
+Com a seignor et a ami, Et Kex ausi, tuit li prometent. Tantost a la
-metent , Si
+metent : Si
-comande à Deu li rois. Toz
+comande a Deu li rois ; Toz
-autres après ces trois ] Salue,
+autres aprés ces trois Salue,
-retorne. 5300 Et
+retorne. Et
-ne séjorne Nul
+ne sejorne Nul
-la seniainne. Ne
+la semainne, Ne
-ele aumainne, Tant qu’à la
+ele an mainne, Tant qu’a la
-novele , Qui
+novele Qui
-roi Arlu fu molt bêle , 5 De
+roi Artu fut molt bele De
-qui aproicbe Et
+qui aproiche, Et
-li retoicbe Grant
+li retoiche Grant
-grant léesce , Qu’il
+grant leesce, Qu’il
-sa proesce Soit la reùie revenue, lU Et
+sa pröesce. Soit la reïne revenue, Et
-genz menue; Mes
+genz menue ; Mes
-trestuit à l’encontrc , Et
+trestuit a l’encontre, Et
-les ancontre , 15 Ou soit chevalier ou vilaius:
+les ancontre, Ou soit chevaliers ou vilains : "Bien vaingne messire Gauvains, Qui la reïne a ramenee, Et mainte dame escheitivee, Et main prison nos a randu !" Et Gauvains lor a respondu : "Seignor, de neant m’alosez ; Del dire huimés vos reposez, Qu’a moi nule chose n’an monte. Ceste enors
-— 93 — a Rien viilii|;nr me* sirei (>aiiv<iiii> , 47 c. Qui l.i rt-ïiii- u l’iiiiit-iii-c , Kl iiiuiiiti- daim- cscliritiviie, Ht iiiaiiit |ii’isuii nus u ruiiilii ! » S3’iO Kl liiiiivaiiii l»r ii l’etiMMiilii: iiSciijiiur, (leiit’uiit in’alosic^. IK’I" ilire liiiiino.’i vos n-|)use<, Qu’à uiiii luile vliusv ii’iiii inuiitr. O’sic l’iiois nii’ fel une lionti’, 25 Qui- Je ii’i viuj} n’a
+me valt une honte, Que je n’i ving n’a
-n’a ou’; l’ail li i
+n’a ore ; Failli i
-par nia deniore. JIl-.s Lancelui! ù tans i vint , Oui si granz ciiors i
+par ma demore. Mes Lanceloz a tans i vint, Cui si granz enors i
-Qu’ainz ii’ot si
+Qu’ainz n’ot si
-nus clirvaliers. u 30 — « Où esl-il doue , biax siie cliiers , Quant nos nel’ vcons ci elués ’ " — Oui’ . . . IV-l mes sires Gaiivaliis, lues, A la v»rl mou seijjnur le
+nus chevaliers. - Ou est il donc, biax sire chiers, Quant nos nel veons ci elués ? - Ou ? fet messire Gauvains lués, A la cort mon seignor le
-n’i est-il ?» — « Nenil, pailiii , 115 >è an tôle cesle contrée. Puisque ma
+n’i est il ? - Nenil, par foi, Ne an tote ceste contree. Puis que ma
-fu mener iVule iiovcle n’aii oïnics. l Kl mes sires Gauvains
+fu menee, Nule novele n’an oïmes." Et messire Gauvains
-les letre-s fausses furent 40 Qui
+les letres fausses furent, Qui
-et déçurent. Par
+et deçurent ; Par
-sont décéu. i.ors resont à duel esméu. A ourt vicncnt lorduel menant , El li rois trcsiot maintenant 45 Anquiei t nuveles de
+sont deceü. Lors resont a duel esmeü : A cort vienent lor duel menant ; Et li rois trestot maintenant Anquiert noveles de
-retraire Cornant I.aneeloz a ovré. Cornant par
+retraire Comant Lanceloz a ovré, Comant par
-sont reeovré La reï’ne et luit si prison : 50 Cornant et
+sont recovré La reïne et tuit li prison, Comant et
-roi desplesl . Et
+roi desplest Et
-l’an griève. Mes
+l’an grieve, Mes
-li soziiève, 55 Qu’il
+li sozlieve Qu’il
-la reine, Que
+la reïne, Que
-joie fine; Quant
+joie fine ; Quant
-plus vialt De,’ remenant
+plus vialt, Del remenant
-dialt. — Demantres
+dialt. Demantres
-fors del’ pais 60 Ku la reine , ce
+fors del païs Fu la reïne, ce
-vis, 4". d. Pristreut un
+vis, Pristrent un
-antr’eles Li dameisel , les
+antr’eles Les dames et les
-Qui desconseilliées estoient , Et
+Qui desconseilliees estoient, Et
-voldroient C5 Marier molt proehiénement. S’an pristreut à ei’l parlement Une uliatine et un lurnoi. Vert celi de Pumelagoi l.’anprist la tlanie de \oauz. S370 De eels <|ui le feront nuauz Ne laiidi°unt parole de rien. Mes
+voldroient Marïer molt prochienemant, S’anpristrent a cel parlemant Une ahatine et un tornoi. Vers celi de Pomelegoi L’anprist la dame de Noauz. De cels qui le feront noauz Ne tandront parole de rien, Mes
-ces tpn le feroiil bien Dient (|U’eles voidrunt amer; .Sel’ feront savoir et crier 75 l’ai" totes
+ces qui le feront bien Dïent que les voldront avoir ; Sel firent crïer et savoir Par totes
-terres proeliièfies Kl autresi
+terres prochienes Et autresi
-les loinjjliénes. Et firent A molt lune termine Crier le
+les loingtienes, Et firent a molt lonc termine Crïer le
-de l’aliatine, l’oree que
+de l’ahatine Por ce que
-i éust (jenz. 80 Kl lu reine vint
+i eüst genz. Et la reïne vint
-termine (|ue mis
+termine que mis
-le sorenl Que la rcïiie estoit venue La
+le sorent Que la reïne estoit venue, La
-ont eele part tcMjue li5 Les
+ont cele part tenue Les
-tant qu’à la
+tant qu’a la
-tindrent Slult an jjrant e’un don
+tindrent Molt an grant c’un don
-lor otréast. El il
+lor otreast. Et il
-a acréanté , 90 Ainz qu’il séust lor volante , Qu’il seroit qu’anqu’elcs voldroient.
+a acreanté, Ainz qu’il seüst lor volanté, Qu’il feroit quanqu’eles voldroient.
-la reine Veuist véoir lor aliatine. 95 Et
+la reïne Venist veoir lor ahatine. Et
-rien vehernesialt Disl que lui plesl s’elc le vialt. Celés qui molt liées an
+rien veher ne sialt Dist que lui plest s’ele le vialt. Celes qui molt liees an
-la renie s’an vont , Si li dient enes-le-pas: 5400 a Dame, ne
+la reïne s’an vont, Si li dïent eneslepas : "Dame, ne
-a donc. » Et
+a doné." Et
-: aQuexchose est-ce, ne!’ me eelez. » Lors li dient: « Se vos volez 47. e. 5 A nostre aliatine venir Jà ne
+: "Quex chose est ce ? Nel me celez !" Lors li dïent : "Se vos volez A nostre ahatine venir, Ja ne
-retenir , Ne jà nel’ vos contredira. j> Et
+retenir Ne ja nel vos contredira." Et
-i ira Dès que
+i ira, Des que
-eles dévoient Atnener la reine au
+eles devoient Amener la reïne au
-estoit criez de l’estor. 15 La novelcpartot ala Kl loini; et près, el ça el là ;
+estoit crïez de l’estor. La novele par tot ala Et loing et pres et ça et la ;
-tant atée et eslandnr Qii’el ii-aunie fu esp.niditiDun nus ritorner iiir solml , 54’20 .Me» ore quiconque* voloil Avoilel l’unlréeel l’iasuc, Kt jà ne li fiist delVandiie. Tant
+tant alee et estandue Qu’el rëaume fu espandue Don nus retorner ne soloit ; Mes ore quiconques voloit Avoit et l’antree et l’issue, Et ja ne li fust desfandue. Tant
-le réaume alée La novele dite et contée , ’ir» Qu’ele vint ehiés tin seneselial .Méléagant le desléal , Le traïtor que nia\ feus
+le rëaume alee La novele, dite et contee, Qu’ele vint chiés un seneschal Meleagant le desleal, Le traïtor, que max feus
-Cil avoil Laneelotan jjarde: Ciliés lui l’avoilan prison mis 30 .Vlélcaganz ses anemis , Qui le liaoit de (jiaiil lianie. La
+Cil avoit Lancelot an garde : Chiés lui l’avoit an prison mis Meleaganz ses anemis, Qui le haoit de grant haïne. La
-de l’aiiljaliiie Sot Laiiceloz , l’ure et le terme. Puis
+de l’anhatine Sot Lanceloz, l’ore et le terme, Puis
-oil saiiz lei me , 35 iNè ses cucrs liez , que
+oil sanz lerme Ne ses cuers liez, que
-Lancelot \\l la
+Lancelot Vit la
-la meison ; Sel’ mist à consoil à rcisoii ; a Sire , por
+la meison, Sel mist a consoil a reison : "Sire, por
-et |K>r vostreame, 40 Voir me dites , fct-li la
+et por vostre ame, Voir me dites, fet li la
-si cliaiijjiez. Vos
+si changiez. Vos
-ne mangiez . ^è ne
+ne mangiez, Ne ne
-voi joer ne rire: Séuremant me poez dire 45 Vostre
+voi jöer ne rire ; Seüremant me pöez dire Vostre
-et vostreenui.» — «Ha dame,
+et vostre enui. - Ha ! dame,
-je dolanzsui, Por Deu ne
+je dolanz sui, Por Deu, ne
-an merveiUiez ! Voir que tropsui deseonseilliez 47. f. Quant
+an merveilliez. Voir que trop sui desconseilliez, Quant
-estre là 50 Oil toz
+estre la Ou toz
-biens del’ mont
+biens del mont
-A l’aliatine oii toz
+A l’ahatine ou toz
-Li pueples , ensi com moi sanble. El neporquant s’il
+Li pueples, ensi con moi sanble. Et neporquant, s’il
-pleisoit , Et De.x tant franebe vos feisoit 55 Que
+pleisoit Et Dex tant franche vos feisoit Que
-m’i Icissassiez , Tôt cerleinneniaiit séussiez Que
+m’i leissessiez, Tot certeinnemant seüssiez Que
-revandroie. » — a Certes, fct-ele, jel’ féisse 60 .Molt volantiers
+revandroie. - Certes, fet ele, jel feïsse Molt volantiers
-n’i véissc Ma
+n’i veïsse Ma
-fort, Méléagant ledépitaire. Que
+fort, Meleagant le deputaire, Que
-l’oseroie faire , 65 Qu’il deslruiroit mon seignor lot.
+l’oseroie faire, Qu’il destruiroit mon seignor tot.
-94 N’esl meivolllc scjcl’ icdol, Qu’il
+N’est mervoille se jel redot, Qu’il
-si fc) coni vos savez. » — « Dame , se vos pcor avez
+si fel con vos savez. - Dame, se vos peor avez
-je tanlost après l’cstor 5i70 An voslrc prison ne rctor, Un salrenienl vos
+je tantost aprés l’estor An vostre prison ne retor, Un seiremant vos
-ferai , Dom jà ne me parjurerai. Que jà ri’icrl riens
+ferai Dom ja ne me parjurerai, Que ja n’iert riens
-me dclaiiijjnc Qu’an
+me detaingne Qu’an
-ne revaignc 75 Maintenanl après le tornoi. » Par loi , fel-ele , et je l’olroi Par
+ne revaigne Maintenant aprés le tornoi. - Par foi, fet ele, et je l’ottoi Par
-covant. » — a Dame par quel ?» Ele rcsponl: «Sire, par tel , Que le rotor me jureroiz 80 Kt avoec m’aséureroiz De
+covant. - Dame, par quel ?" Ele repont : "Sire, par tel Que le retor me jureroiz Et avoec m’aseüreroiz De
-je l’aurai. » — te Dame , tote
+je l’avrai. - Dame, tote
-Vos doinjf-je, voir, au revenir. » — « Or m’au puis à néant tenir . 85 Fet
+Vos doing et jur le revenir. - Or m’an puis a neant tenir, Fet
-dame tôt an riant: Autrui par
+dame tot an riant ; Autrui, par
-mien esciant Avez baillée et comandcc L’amor
+mien esciant, Avez bailliee et comandee L’amor
-ai demandée. Et
+ai demandee. Et
-nul desdaing 90 Tant con g’un puis
+nul desdaing, Tant con g’en puis
-s’an praiiig: A
+s’an praing. A
-puis m’antandrai , Et le sairement an prandrai , 48. a. Que
+puis m’an tandrai, Et le sairemant an prandrai Que
-prison revandroiz. » 95 Lanceioz tôt a
+prison revandroiz." Lanceloz tot a
-devise : Le sairement sor sainte église Li fet , qu’il revaudra sanz faille. Kt la dame tanlost li
+devise Le sairemant sor sainte Eglise Li fet qu’il revandra sanz faille. Et la dame tantost li
-son seignor, vermeilles, 5500 Et le cbeval, qui à mervoillcs Esloit biax
+son seignor vermoilles Et le cheval qui a mervoilles Estoit biax
-molt bêles, Trcsloles fresches et noveles. 5 S’a
+molt beles, Trestotes fresches et noveles ; S’a
-erré qu’à Noauz
+erré qu’a Noauz
-De celé partie
+De cele partie
-mes itel , Car
+mes itel, Car
-et bas; 10 Mes
+et bas ; Mes
-leu où il fust conéuz. Chevaliers
+leu ou il fust coneüz. Chevaliers
-et esléuz Ot molt cl cliaslel amassez, Mes
+et esleüz Ot molt el chastel amassez ; Mes
-ot dcfors assez. 5515 Que
+ot defors assez, Que
-la reine en
+la reïne en
-venu quu li
+venu que li
-dedanz rccct . Que
+dedanz recet ; Que
-i otset Don jà un tôt seul n’i cust 20 Si por la reine ne
+i ot set Don ja un tot seul n’i eüst Se por la reïne ne
-Bien .v. lieues tôt anviron Se
+Bien cinc liues tot anviron. Se
-baron Estrez es
+baron Es trez, es
-dameiseles gentcs 25 I r’ot tant que merveille fu. Lanceioz ot
+dameiseles gentes I rot tant que mervoille fu. Lanceloz ot
-ostel dcfors. Et il, por aeisicrson cors
+ostel defors, Et il por aeisier son cors
-se gisoil 30 En
+se gisoit En
-po prisoit , Qu’cstroiz cri et la coûte tanvc, Covcrte d’un
+po prisoit, Qu’estroiz ert et la coute tanve Coverte d’un
-chanve. Lanceioz trestoz
+chanve. Lanceloz trestoz
-lit acostcz. 35 Là ou
+lit acostez. La ou
-si povrcmant Atant ez-vos un garnemant 48. b. Cn liyraut d’armes an chemise. Qui
+si povremant, A tant ez vos un garnemant, Un hiraut d’armes an chemise, Qui
-sa cbaucéure , 40 Et
+sa chauceüre, Et
-piez granl aléure Desafublez
+piez grant aleüre, Desafublez
-le vaot. L’escu trova à l’uis
+le vant. L’escu trova a l’uis
-Si l’esgarda mes
+Si l’esgarda, mes
-Qu’il conéust lui
+Qu’il coneüst lui
-son mcstre j 45 iVe set
+son mestre, Ne set
-overt voit , S’antre
+overt voit, S’antre
-vit gésir el lit Lancelot , et
+vit gesir el lit Lancelot, et
-Le conut et
+Le conut, et
-s’an soigna. 50 Et Lanceioz le
+s’an seigna. Et Lanceloz le
-Et deflandi qu’il
+Et desfandi qu’il
-leu où il alast; Que s’il
+leu ou il alast ; Que, s’il
-le séust Slialz li vaudroit que il s’éust 55 Les
+le seüst Mialz li vandroit que il s’eüst Les
-brisié. — « Sire, je
+brisié. "Sire, je
-molt prisié , Fet li hyrauz , et
+molt prisié, Fet li hyraus, et
-jorz pris , Né jà tant comje soie
+jorz pris, Ne ja tant con je soie
-avoir 60 Don malgré me doiez savoir. >> Tantost
+avoir Don mal gré me doiez savoir." Tantost
-s’an saut. Si s’an vct criant
+s’an saut, Si s’an vet criant
-: Or est
+: "Or est
-est vcnuz qui l’aunera ! s 5565 Ice oriuil parlot li garz. Et
+est venuz qui l’aunera !" Ice crioit par tot li garz, Et
-de tôles parz , .Se li demandent (|uc il crie ? Cil
+de totes parz, Se li demandent que il crie. Cil
-ce niéismes. 70 Et
+ce meïsmes ; Et
-dit lu lors prismes Or est vcnuz qui l’aunera ! » Nostre mestrean fu li byra Qui à dire
+dit fu lors primes "Or est venuz qui l’aunera !" Nostre mestre an fu li hyra Qui a dire
-il premièi’cmant le dist. 75 Là sont assanblces les rotes , La reine el les
+il premieremant le dist. Ja sont assanblees les rotes, La reïne et les
-totes , Et
+totes Et
-autres genz , Car
+autres genz, Car
-totes parz , destre et sénestrc. 80 La où li
+totes parz, destre et senestre. La ou li
-devoit cstre 48. c. Ot
+devoit estre Ot
-de fust Porce que la reine i
+de fust, Por ce que la reïne i
-les puceles: Ëinz nus
+les puceles : Einz nus
-si bêles 85 iVè si
+si beles, Ne si
-faites. Là si
+faites. La si
-sont l’andcmain traites Trestotes après la reine Qui venir voidront l’ahatine
+sont l’andemain traites Trestotes aprés la reïne, Que veoir voldront l’ahatine
-et dis , Et
+et dis, Et
-et trante , Cà quatrevint et çà nouante , Cà cent, çà plus et çà deus çanz. Si est l’asanblée si granz 95 Devant
+et trante, Ca iiij. xx. et ça nonante, Ca cent, ça plus et ça deus tanz ; Si est l’asanblee si granz Devant
-asanblent . Les
+asanblent ; Les
-font aportcr 5600 Cil
+font aporter Cil
-vuelent déporter, XîM Qu’il n’i pareil se
+vuelent deporter Qu’il n’i paroit se
-non El banièreset confanon . Lijosteer au joster muevent. Qui cenpaignons asez
+non Et banieres et confanon. Li josteor au joster muevent Qui compaignons asez
-li autres se
+li autre se
-les praerics Et les arées et li sonbre 10 Que
+les praeries Et les arees et li sonbre, Que
-le nombre Des chevaliers . tant
+le nonbre Des chevaliers, tant
-A celc première asanhléc.
+A cele premiere asanblee ; Mes quant
-— iJ5 — Mi’i i|iiaiit il vint |kiriiii 1» pri’c, r>ttl5 [■’.l II liiiaiit le vuit vi’iiii-, TiUUS Dr ri’iiri’ ne »c |iol li’nir: n V’vi’i veliii i|tii l’aiiiiern ! ^ i’f< celui (|iii l’auiiera ! u bit l’iiii (leiiiaiiile qui esl-il 7 4U. a. 20 Ne lui’ un viiilt lieu dire cil. 711 Quant Uincclut au l’estur vint Il seus valiiit des ineillurs vint: Sel’ uornance si bien ù feire, Que
+il vint parmi la pree, Et li hirauz le voit venir, De crïer ne se pot tenir : "Veez celui qui l’aunera ! Veez celui qui l’aunera !" Et l’an demande : "Qui est il ?" Ne lor an vialt rien dire cil. Quant Lanceloz an l’estor vint, Il seus valoit des meillors vint. Sel comance si bien a feire Que
-ses ial< rutieirc 4U. d.°^5 De lui esj’ardei-, uù qu’il suit. 75 Devers l’uiiielesjrlai estuit Uns clicTaliers |>i’euz et vaillant , Ut sc!> elicvax estuit saillanz El corranz
+ses ialz retreire De lui esgarder, ou qu’il soit. Devers Pomelesglai estoit Uns chevaliers preuz et vaillanz, Et ses chevax estoit saillanz Et corranz
-de lande. 30 Cil csloit lilz le roi d’Irlande, 80 Qui inull bien
+de lande ; Cil estoit filz le roi d’Irlande Qui molt bien
-le f’eisoil. Mes
+le feisoit ; Mes
-tanz à toz pleisoit l,i chevaliers
+tanz a toz pleisoit Li chevaliers
-ne conoisseiil ; Tresluit de demander s’anjjoisseiit 35 Qui est
+ne conoissent. Trestuit de demander s’angoissent : "Qui est
-le fet. 85 Kt la reine à consoil
+le fet ?" Et la reïne a consoil
-pucele eointe et
+pucele cointe et
-Et dit: « Oaineisclc, un message Vosestiiet fi-iro, et tosl le feites 40 A paroles briéniant retreiles. 90 .lus de
+Et dit : "Dameisele, un message Vos estuet feire, et tost le feites A paroles briémant retreites. Jus de
-loges avalez , A ce elievalicr m’an akz . Qui porte ccl escu vermoil , Et
+loges avalez, A ce chevalier m’an alez Qui porte cel escu vermoil Et
-dites à consoil 45 Que an noauz
+dites a consoil Que au noauz
-je li rnanl. » 95 Ccle raolt tost
+je lui mant." Cele molt tost
-la reïnc vialt : Après le chevalier s’aqnialt , Tant
+la reïne vialt. Aprés le chevalier s’aquialt Tant
-molt près de
+molt prés de
-s’est jointe. 50 Si
+s’est jointe, Si
-dist corne sage et eointe, 5700 Que
+dist come sage et cointe, Que
-veisins né veisine: a Sire, madame la reïnc Par
+veisins ne veisine : "Sire, ma dame la reïne Par
-vos mande, et jet’ vos
+vos mande et jel vos
-au noauz...» Quant cil l’oï 55 Si
+au noauz." Quand cil l’oï, Si
-volantiers, 5 Coma cil
+volantiers, Come cil
-Tant com chevai porter le puit , Et
+Tant con chevax porter le puet, Et
-dut férir; 60 N’onques puisjusqu’à lanserir 10 Ne Cst fau pis
+dut ferir ; N’onques puis jusqu’a l’anserir Ne fist s’au pis
-il pot, Force que la reine plot.
+il pot Por ce qu’a la reïne plot.
-requiert 48. f. N’a pat l’ailli, eiiiçuis le l’irrl (ji’unt eup , l’uideinanl s’i apiiie , Kt cil
+requiert N’a pas failli, einçois le fiert Grant cop, roidemant s’i apuie, Et cil
-met lurii A la fuie , i\è puis eel jur vers
+met lors a la fuie ; Ne puis cel jor vers
-le eul del’ destrier. Pur ainorir rien ne féist .Se la granl lionle ii’i véist Etsunleit etsadesenor: Et
+le col del destrier ; Por amorir rien ne feïst Se sa grant honte n’i veïst Et son leit et sa desenor, Et
-ait peur De
+ait peor De
-vont. El li
+vont. Et li
-lui fuiit Lur risées et
+lui font Lor risees et
-le prisuicnl ainçois.
+le prisoient ainçois.
-li hirauzqui soloit
+li hirauz qui soloit
-: Cil les vaincra trestoz à ire , " Est molt niaz et mult descuniiz , Qu’il
+: "Cil les vaintra trestoz a tire !" Est molt maz et molt desconfiz ; Qu’il
-les afu De
+les afiz De
-qui dient : «Or te lès. Amis,
+qui dïent : "Or te tes ; Amis,
-ne l’auncra mes; Tant a aune c’or est brisiéc S’auiie que
+ne l’aunera mes. Tant a auné c’or est brisiee S’aune que
-as prisiée. » Li plusordienlceque doit: Il esloit si preuz orendroil, Et or est
+as prisiee." Li plusor dïent : "Ce que doit ? Il estoit si preus or endroit, Or est
-chevalier ataudrc n’ose. Espoir , porce si
+chevalier atandre n’ose. Espoir por ce si
-le (ist Que
+le fist Que
-ne s’ai.treniist : Se fu
+ne s’antremist, Si fu
-forz à son venir Qu’il lui
+forz a son venir Qu’a lui
-fust sciiez. Qu’il
+fust senez, Qu’il
-come forsenez. Or
+come forcenez. Or
-armes apris, Que jamès tant com
+armes apris Que ja mes tat com
-vis N’aura talant
+vis N’avra talant
-porter. Sescuers n’es puet plus andiirer Qu’el
+porter. Ses cuers nes puet plus andurer, Qu’el
-si mespoise. » A la reïne pas n’an poisc , Einz an est liée et
+si coarde." Et la reïne qui l’esgarde An est molt liee et
-li plest Qu’ele
+li plest, Qu’ele
-tote nuitjiisqu’au soir
+tote jor jusqu’au soir
-por coart. Mes li bas-vespres les départ. Au départir i
+por coart, Mes li bas vespre les depart ; Au departir i
-Li GIz le
+Li filz le
-sanz deflanse Qu’il ait lot le
+sanz desfansse Qu’il ait tot le
-Mes laidemanl i a mespris, Qu’asez
+Mes laidemant i a mespris Qu’asez
-ses parauz, Néis li chevaliers verniaiiz .’i7l5 l’Iol as dainei et us pneeles, AuH plus génies cl uns plus Iwles , Tant qn’eles n’oient à iielui Le Jur balle tant coin à lui , Que bien orcntvéu cuniant 20 11 l’avuil fet prcmièreniuiil, Cuni il estuit preuz et liardiz, Puis r’cstoit si
+ses parauz. Neïs li chevaliers vermauz Plot as dames et as puceles, Aus plus gentes et aus plus beles, Tant qu’eles n’orent a nelui Le jor bahé tant com a lui ; Que bien orent veü comant Il l’avoit fet premieremant, Com il estoit preuz et hardiz ; Puis restoit si
-Qu’il n’osuil chevalier alendre, Einz le puist abatre et prandrc 25 Tuz li pires, se
+Qu’il n’osoit chevalier atandre. Einz le poïst abatre et prandre Toz li pires se
-Mes à tûtes et <i toz
+Mes a totes et a toz
-Que l’andcinain luit revaudront A l’ahaline , el si prandronl Ces
+Que l’andemain tuit revandront A l’ahatine, et si prandront Ces
-seroit l’enois 30 Les dameiseles à seignors. Ensi ledienlct atornent: Atanl vers les ostex s’an lorncnt. l’It quant
+seroit l’enors Les dameiseles a seignors ; Ensi le dïent et atornent. A tant vers les ostez s’an tornent, Et quant
-as ostex An
+as ostex, An
-leus an ot de tcx 35 Quian comancièrent à dire: Où est des chevaliers, li pire El li néanz el li
+leus en ot de tex Qui ancomancierent a dire : "Ou est des chevaliers li pire Et li noauz, et li
-? Où est alez , où est
+? Ou est alez ? Ou est
-? Où est alez , où le
+? Ou iert trovez ? Ou le
-? 40 Espoir jamès ne le verrons Que inalvestiez l’en a chaeié Dom
+? Espoir ja mes ne le verrons, Que Malvestiez l’en a chacié, Dom
-tel fès anbracié
+tel fes anbracié
-pas tort , car plus à eise 45 Est uns malvès cent mille tanz
+pas tort, car plus a eise Est uns malvés.c.m. tanz
-uns conbatanz: Maivestiez est molt alisiée. Porce l’a-il an pès beisiée , S’a
+uns conbatanz. Malvestiez est molt aeisiee, Por ce l’a il an pes beisiee, S’a
-li quanqne il a. 50 Onques, voir, tant
+li quanque il a. Onques voir tant
-s’avilla Proesce qu’an
+s’avilla Pröesce qu’an
-se méist. Ne que près de lui s’aséist; Mes
+se meïst Ne que pres de lui s’aseïst ; Mes
-reposte Maivestiez , s’a
+reposte Malvestiez, s’a
-oste 55 Qui tant l’aimme et
+oste Qui tant l’ainme et
-soe pert. » 49. a. Ensi tote nuil se dégeiiglent Cil qui de
+soe pert." Ensi tote nuit se degenglent Et cil de
-dire s’eslienglent. Mes
+dire s’estrenglent. Mes
-d’autrui GO Quiest molt
+d’autrui Qui est molt
-blasme el que il despil. Cbascunsce que
+blasme et que il despit. Chascuns ce que
-an dit; Et
+an dit. Et
-ce vinl à l’anjornée
+ce vint a l’anjornee Refu la genz tote atornee,
-96 Rifii la geiiz tolo aloinrc : 5765 Si s’aii vindrctil à l’.iiiiianline. Ks loges rcfu la rc’me Et
+Si s’an vindrent a l’anhatine. Es loges refu la reïne Et
-les puceles , Si ot clievaliersavocc elcs Assez , qui
+les puceles, Si ot chevaliers avoec eles Assez qui
-ne portèrent, 70 Qui
+ne portoient, Qui
-croisié se èrent. El cil
+croisié estoient, Et cil
-prisent. Antr’a» dienl: « Véez-vosor . Celui à celé bande d’or 75 Parmi cel eseu de bernic 7 C’est
+prisent. Antr’ax dïent : "Veez vos or Celui a cele bande d’or Par mi cel escu de bernic ? C’est
-de Robcrdie. Et véez-vos celui après, Qui an sonescu près après A
+de Roberdic. Et veez vos celui aprés Qui an son escu pres a pres A
-? 80 C’est li lilz le
+? C’est li filz le
-d’Arragon , Qui
+d’Arragon Qui
-enor conquerrc. Et véez-vos celui dcjoste Qui
+enor conquette. Et veez vos celui dejoste Qui
-joste 85 A col escu verl d’une part (S’a sor
+joste A cel escu vert d’une part, S’a sor
-un licpart) Et
+un liepart Et
-l’autre mitiez ? C’est Ignanrès li covoitiez , Li
+l’autre moitiez ? C’est Ignaures li covoitiez, Li
-son cscn pouiz bec à bec . C’est Coguilbinz de Mantirec. Et véez-vos ces
+son escu poinz bec a bec ? C’est Coguillanz de Mautirec. Et veez vos ces
-deus cbcvaz pomelez , 95 Asescuz d’orasiyons bis? lÀ am a non Scmiramis, Et
+deus chevax pomelez As escuz d’or as lyons bis ? Li uns a non Semiramis Et
-ses conpainz : Sont d’un
+ses conpainz, S’ont d’un
-Et véez-vos celui
+Et veez vos celui
-porte 5800 An
+porte An
-porte, 49. b. Si sanble qu"il s’an
+porte, Si sanble qu’il s’an
-Par foi ce
+Par foi, ce
-rois Iders. » Eiisi devisent dès les loges. Cil escuz
+rois Yders. Ensi devisent cil des loges : "Cil escuz
-a Lymoget , 5 Si
+a Lymoges, Si
-aporta Pilades Qui an eslor vialt estre adès Et
+aporta Piladés Qui an estor vialt estre adés Et
-le désirre et
+le desirre et
-fez à Tolo.se Et 11 lorains
+fez a Tolose Et li lorains
-li pettrax: 10 Si
+li peitrax, Si
-aporta cuens Destrai. Cil
+aporta Kex d’Estrax. Cil
-de Lyon sor le Rosne: N’a
+de Lÿon sor le Rosne : N’a
-le trosoe ; Si fu par une
+le trosne, Si fu por une
-desserte Ddiicz Taulas
+desserte Donez Taulas
-la dé.serte, 5R15 Qui
+la Deserte Qui
-s’an ciicvrp. El cil
+s’an cuevre. Et cil
-de l’uevre D’Englclirre , cl fu fez à Londres , Où vos véez ces
+de l’ueuvre D’Engleterre et fu fez a Londres, Ou vos veez ces
-Qui sanblcnt que
+Qui sanblent que
-doivent, 20 Hès ne
+doivent, Mes ne
-reçoivent .Mainz cos
+reçoivent Mainz cos
-aciers Poitevins: Sel’ porte Tlioas II mcscbins. » Ensi
+aciers poitevins ; Sel porte Thoas li meschins." Ensi
-et déboissent Les
+et deboissent Les
-qu’il eonoissent ; 25 Mes
+qu’il conoissent ; Mes
-mie n’I voient
+mie n’i voient
-despit eu avolenl; Si
+despit eü avoient, Si
-s’an soitanblez, Quant ù l’eslor n’est assanblcz. Quant la reine point n’an voit 30 Talanz
+s’an soit anblez Quant a l’estor n’est assanblez. Quant la reïne point n’an voit, Talanz
-qu’ele l’aiivoil Les rans cerchicr tant
+qu’ele i anvoit Les rans cerchier tant
-le truissc. Ne
+le truisse. Ne
-cui envoler i
+cui envoier i
-le quière de
+le quiere de
-ala deparli. 35 Toi maintenant à li l’apeic, Si li dit: n Alez, dameiscle. Monter
+ala de par li. Tot maintenant a li l’apele, Si li dit : "Alez, dameisele, Monter
-chevalier d’Ier vos envoi, Sel’ querrez tant
+chevalier d’ier vos envoi, Sel querez tant
-an délaiez. Et
+an delaiez, Et
-ancor. El quant vos l’an auroiz semons S’anlandez bien à son respons. » 49. 0. 45 Celé de
+ancor. Et quant vos l’en avroiz semons S’antandez bien a son respons." Cele de
-s’en retarde Qui bien s’estoil donée garde
+s’en retarde, Qui bien s’estoit donee garde
-il lorneroit, Porce que
+il torneroit, Por ce que
-i reserolt aiivoiée. 50 Parmi les rans s’est avoiée Tant
+i reseroit anvoiee. Parmi les ranss’ est avoiee Tant
-le chevalier; Si
+le chevalier, Si
-le face S’avoir
+le face, S’avoir
-la grâce 55 La reine, qu’ele
+la grace La reïne, qu’ele
-cil dès qu’ele le comande Li respont la soe merci. Tantost celé se départi, Et
+cil : "Des qu’ele le comande, Li respont, la soe merci !" Tantost cele se departi ; Et
-comancent à buier 60 Vasiet, sergent et escuier, Et dient luit: a Véez mervoillc* De
+comancent a hüier Vaslet, sergent et escüier Et dïent tuit : "Veez mervoilles De
-armes vcrmoilles ! Revcnuz est,
+armes vermoilles ; Revenuz est,
-que fet-il ? » Jà n’a
+que quiert il ? Ja n’a
-rien tnnl vil 58C5 Si despitc ne
+rien tant vil, Si despite ne
-an baillir Qu’il
+an baillie Qu’il
-contre II faire. * Et la pucelc s’an repaire : S’est à la reine venue 70 Qui
+contre li faire." Et la pucele s’an repaire, S’est a la reïne venue, Qui
-et près tenue
+et pres tenue
-la response ot oïe Dom
+la responsse ot oïe, Dom
-molt etjoïe, Por
+molt esjoïe Por
-c’or set-ele sanz
+c’or set ele sanz
-est ci I cui
+est cil cui
-est tôle . 75 Et i\ toz suens, sanz nnlc faille.
+est tote Et il toz suenz sanz nule faille.
-la pucete dit
+la pucele dit
-tost arrière cl si II die
+tost arriere et si li die
-li eoinande et
+li comande et
-porra. 80 Et celé dit
+porra. Et cele dit
-ira Tut maintenant sanz respil querre.
+ira Tot maintenant sanz respit querre.
-venue à terre Là où ses garçons l’atandoit , Qui
+venue a terre La ou ses garçons l’atandoit, Qui
-li gardoit ; 85 Et ele moule, si
+li gardoit, Et ele monte, si
-chevalier trova. SI li
+chevalier trova, Si li
-: a Or vos
+: "Or vos
-sire, 49. d. Que tôt le mialz que
+sire, Que tot "le mialz" que
-porroiz , . . . > 90 Et
+porroiz !" Et
-: a Or H diroiz
+: "Or li diroiz
-riens nu le qui
+riens nule qui
-feire dès que il 11 siet , Que quanque li plest m’atalante. « Lors
+feire des que il li siet, Que quanque il plest m’atalante." Lors
-mie celé lanle 95 De
+mie cele lante De
-Que moh an cuide déporter La reine et esiéescier. Quanqu’ele
+Que molt an cuide deporter La reïne et esleescier. Quanqu’ele
-pot adrécier S’est
+pot adrecier S’est
-loges adréciée. 5900 Et la reine s’est drécice , Se
+loges adreciee, Et la reïne s’est dreciee, Se
-est à l’uncontre alée , Mes
+est a l’ancontre alee ; Mes
-jus avalée , EInz l’atant
+jus avalee Einz l’atant
-chief del’ degré. El celé vient,
+chief del degré. Et cele vient,
-molt à gré 5 LI sot
+molt a gré Li sot
-message conter. Les
+message conter ; Les
-comance à monter , Et
+comance a monter, Et
-venue à li Si II dist : a Dame , onques
+venue a li Si li dist : "Dame, onques
-vi Kul chevalier tant déboneire 10 Qu’il
+vi Nul chevalier tant deboneire, Qu’il
-si oltréemant feire Trestot qiiauque vos II mandez. Que se
+si otreemant feire Trestot quanque vos li mandez Que, se
-m’an demandez. Autel clilère tôt par igal
+m’an demandez, Autel chiere tot par igal Fet il del bien come del mal. - Par foi, fet ele, bien puet estre." Lors s’an retorne a la fenestre
-07 — l’Vl.il ilfl’ liirn ruine <lfl’ iiiul. » S9I 5 — « l’ai- fui , fel-eli’, liifii |iiii’l i’jIk-. " Lori k’aii ri’torncà la fi-ncsire For II’» clirvnlii-i-!! e»({nrtler. Kt Uinreliii Siiiu |>liis tiirilrr I.Vscii |>ai’ les eiiarinos |>raiit, 20 ym- Vdlrnlet l’art el i-sprant De rnoslrcr tote ax procscc. I.c col ili’ son ili’strier ailrescf Kt lessc currv antre tiens rans.
+Por les chevaliers esgarder. Et Lanceloz sanz plus tarder L’escu par les enarmes prant, Que volentez l’art et esprant De mostrer tote sa pröesce. Le col de son destrier adresce Et lesse corre antre deus rans.
-seront esbandi pnrtans 25 Li décén , li anniMe <jui an Ini j^alier ont nsé l’ièoedcl’ joret delà nnit. Molt
+seront esbahi par tans Li deceü, li amusé, Qui an lui gaber ont usé Piece del jor et de la nuit ; Molt
-sont {>rant pièce déduit Et di’porté et solacié. 30 Par
+sont grant piece deduit Et deporté et solacié. Par
-li iîlz le roi D’Irlande , et point à forant desroi 49. e. De
+li filz le roi D’Irlande, et point a grant desroi De
-part ancontrc lui. Si s’antreluTcnt anbodni 36 .Si que li lîlz le
+part ancontre lui ; Si s’antrefierent anbedui Si que li filz le
-la jostc plus ne demande . Que
+la joste plus ne demande, Que
-lance frainl cl estrosse > Car ne féri mie sor mossc Mes serais mol l dures et sèches. 40 Lanceloz
+lance fraint et estrosse ; Car ne feri mie sor mosse, Mes sor ais molt dures et seches. Lanceloz
-aprise à cele joste, (jne l’escu au hraï li ajoste , Et
+aprise a cele joste, Que l’escu au braz li ajoste Et
-au coslc li serre , Sel’ perle del’ cheval à terre. 45 Et tanlosl chevalier descoclicnt. D’anbedeus
+au costé li serre, Sel porte del cheval a terre. Et tantost chevalier descochent, D’anbedeus
-et brochent , Li uns por l’autre desconbrer, Et li autres per l’encenlrer. Li un lorseignors cidiercuident, 50 Et
+et brochent, Li un por celui desconbrer Et li autre por l’enconbrer. Li un lor seignor eidier cuident, Et
-plusors lesselcs vuident An lamesléeetan l’ester; Mèsonquesan treslot lejor Gauvains
+plusors les seles vuident An la meslee et an l’estor ; Mes onques an trestot le jor Gauvains
-mesla , yui ert aveec les autres là , 55 Qu’à esgarder
+mesla Qui ert avoec les autres la ; Qu’a esgarder
-li pleisoil Les proesces que
+li pleisoit Les pröesces que
-armes desinoplelaintes. Qu’estre li sanbloienl estaintes Celés que
+armes de sinople taintes Qu’estre li sanbloient estaintes Celes que
-autre feisoicnt , 60 Envers
+autre feisoient : Envers
-: Or est
+: "Or est
-! Ilniin^« verrou que il fera . 59C.% llniinès aparra sa prm’scc. » El lors li clii’valii’i’s s’adresce Sun elicïval et
+! Hui mes verroiz que il fera, Hui mes aparra sa pröesce." Et lors li chevaliers s’adresce Son cheval et
-pointe Anconiri! un chevalier moll loinle, El fierl si
+pointe Ancontre un chevalier molt cointe, Et fiert si
-le perte Jus 70 Loin); del’ cheval cent piez eu pins. Si bien à f.iirc le
+le porte jus Loing del cheval.c. piez ou plus. Si bien a faire le
-de l’espée el de la lance. Que il n’est honi qui armes fmrt Qu’à Ini vi’oir ne; se di’[)erL "5 i\’’es ni.nnl de
+de l’espee et de la lance Qu’il n’est riens qui armes ne port Qu’a lui veoir ne se deport. Nes maint de
-armes purU-iil Si redclilent cl déportent 40. f. Que {;raiiz déporz est de véeir Ceii fia trabuchier el chéoir Chevax
+armes portent S’i redelitent et deportent, Que granz deporz est de veoir Con fet trabuchier et cheoir Chevax
-chevaliers ansanhie. 80 Gaires .’i chevalier
+chevaliers ansanble. Gaires a chevalier
-Qu’an selc de cheval remaiiigne. Et
+Qu’an sele de cheval remaingne, Et
-il {faaigne Donc à toz
+il gaaigne Done a toz
-cil chevalier le suioienl . 85 Dient: a Heni somes et mort, Molt avomeséu grant
+cil qui gaber le soloient Dïent : "Honi somes et mort. Molt avomes eü grant
-et avijlicr; Certes
+et avillier ; Certes
-De les a
+De tex a
-cest chanp assez, 90 Que
+cest champ assez, Que
-chevaliers del’ monde,
+chevaliers del monde,
-a uns qu’à Ini s’aponde. >< El les dameiseles diseienl , Qui à merveilles l’esgardoient, 95 Que
+a un qu’a lui s’aponde." Et les dameiseles disoient, Qui a mervoilles l’esgardoient, Que
-les tell à marier, Car
+les tolt a marïer ; Car
-ne s’osoienl fier En
+ne s’osoient fïer En
-biautez , n’an lor ricbeces , N’an lor pooir , n’an
+biautez n’an lor richeces, N’an lor pooirs, n’an
-hauteces, Qneperbiauté ne per avoir 6000 Deignast nule de les avoir Cil chevaliers, que
+hauteces, Que por biauté ne por avoir Deignast nule d’eles avoir Cil chevalier, que
-neporquant se font lex vonz Les plusersd’eles, qu’eles dient Qne s’an
+neporquant si font tex vouz Les plusors d’eles qu’eles dïent Que s’an
-se marient .S Ne
+se marïent Ne
-ouan mariées. N’a
+ouan marïees, N’a
-seignor douées. Et la reine qui autant Ce
+seignor donees. Et la reïne qui antant Ce
-vantant , A soi méisme an
+vantant A soi meïsme an
-que per lot l’er d’Anabe. Qui treslot devant li metroil, La
+que por tot l’or d’Arrabe, Qui trestot devant li metroit, La
-ne prandroit , La plus bêle ne
+ne prandroit, La plus bele ne
-plus gente , Cil qui Atutesnlalanle. 6015 Et Inr veliiiitez l’tl ciiinnne, Si qu’avoir lir voldniit iliascune ; El l’une esl de l’autre jalentc, Si eom s’ele fiisl jA s’espeuse , l’eree que
+plus gente, Cil qui a totes atalante. Et lor volentez est comune Si qu’avoir le voldroit chascune ; Et l’une est de l’autre jalouse Si con s’ele fust ja s’espouse, Por ce que
-voient, 20 Qd’eles ne
+voient, Qu’eles ne
-croient 50. a. Que nus d’arm(^s tant 1er pleisoil, Poisl ce fiMre , (pi’il friseil. Si
+croient Que nus d’armes, tant lor pleisoit, Poïst ce feire qu’il feisoit. Si
-le tisl qu’au départir D’andi’us parz dislrenl sanz mantir 25 Qne n’i avoil eu pareil Cil
+le fist qu’au departir D’andeus parz distrent sanz mantir Que n’i avoit eü paroil Cil
-l’escu vermeil. Trestuil le dislrenl el voirs
+l’escu vermoil. Trestuit le distrent et voirs
-au départir son
+au departir son
-presse chéoir 30 Là 011 {}rel;;nor la pot véeir; Et
+presse cheoir, La ou greignor la pot veoir, Et
-sa ceverlure; Puis
+sa coverture ; Puis
-grant aléurc. .Si s’an
+grant aleüre. Si s’an
-en anblée •Que nus de tôle l’asanhléc 35 Qui là fust,
+en anblee Que nus de tote l’asanblee, Qui la fust,
-s’an prist. Et cil à la
+s’an prist Et cil a la
-se mist : .Si s’an
+se mist, Si s’an
-molt lost et
+molt tost et
-estoit , Por aqniter son saircraant. 40 Au partir del’ tornoiemant Le quièrcnt et demandent luit: M’an truevent
+estoit Por aquiter son sairemant. Au partir del tornoiemant Le quierent et demandent tuit ; N’an truevent
-angoisse 45 Li chevalier , qui an féissent Grant
+angoisse Li chevalier, qui an feïssent Grant
-le tcnissent. Et
+le tenissent. Et
-ensi Icssiez les a , Les dameiseles quant le sorent 50 Asez
+ensi lessiez les a, Les dameiseles, quant le sorent, Asez
-orent , Et dient que par Saint Jehan Ne se marieront onan. Quant
+orent Et dïent que par saint Johan Ne se marïeront ouan : Quant
-qu’eles voloient Toz
+qu’eles voloient, Toz
-quites clamoient. 55 L’anhantine ensi départi Conques nnle n’an
+quites clamoient ; L’anhatine ensi departi C’onques nule n’an
-ne scjorne Mes lest an s.-i prison relorne. Et
+ne sejorne, Mes tost an sa prison retorne. Et
-jorz on trois: Si demande oti il esloit. Et
+jorz ou trois, Si demanda ou il estoit. Et
-li avoil Ses armes vermeilles bailliées j3
+li avoit Ses armes vermoilles bailliees, Beles et bien apareillies,
-- 98 — Bien et bêles apareil liées, 50. b. 6065 Et son licrnois et
+Et son hernois et
-cheval . Le
+cheval Le
-au seneschal , Cornant elc l’ot anvoié Là où en avoit toriioic A l’aliatine de \oauz. 70 — 8 Dame , voir,
+au seneschal, Comant ele l’ot anvoié La ou en avoit tornoié, A l’ahatine de Noauz. "Ne poïssiez faire noauz, Dame, voir,
-li seneschauz, Ne poissiez faire noaus. Molt m’an vanra , ce cuit , gran/. m.ms , Que mes sires Méléajjanz Me
+li seneschaus ; Molt m’an vanra, ce cuit, granz maus, Que mes sire Meleaganz Me
-jaianz 75 Sej’avoieestépérilliez. Morz
+jaianz Se j’avoie esté perilliez. Morz
-et essiliez Maintenant
+et essilliez Maintenant
-le saura , Que jà de
+le savra, Que ja de
-pitié n’aura. » — a Biax sire , or
+pitié n’avra. - Biax sire, or
-vos esmaiez , 80 Fet la dame ; mie
+vos esmaiez, Fet la dame, mie
-Tel péor qu’il
+Tel peor, qu’il
-vos estuet. Riens
+vos estuet ; Riens
-retenir nel’ puet Que
+retenir nel puet, Que
-vanroit , jà ne porroit ainz. » 85 Li
+vanroit ja ne porroit ainz." Li
-maintenant monte , A
+maintenant monte, A
-seignor vint se
+seignor vint, se
-et l’avanlure ;
+et l’avanture ;
-le raséure Que
+le raseüre Que
-con faitemant, 90 Sa famé an prist la sairemant
+con faitemant Sa fame an prist le sairemant
-prison. — «Il n’an fera jà mcsprison, Fet Méléaganz. bien le sai; Et
+prison. "Il n’an fera ja mesprison, Fet Meleaganz, bien le sai, Et
-vostre famé a fait. Je nel’ volsisse
+vostre fame a fait : Je nel volsisse
-Qu’il éust esté an l’cstor. Mes
+Qu’il eüst esté an l’estor. Mes
-vos raetez au
+vos metez au
-Et gardez quant II iert venuz , 6100 Qu’il
+Et gardez, quant il iert venuz, Qu’il
-Qu’il n’issede la prison fors, Né n’ait
+Qu’il n’isse de la prison fors Ne n’ait
-son cors: Et
+son cors ; Et
-le rae mandez, u — « Fet
+le me mandez. - Fet
-si com vos comandez . s 5 Fet li seneschax ; si
+si con vos comandez," Fet li seneschax, si
-va , Et
+va ; Et
-messages arrière cort 50. c. Que li scncschax en envoie 10 A Méléaganl droite voie; Si
+messages arriere cort, Que li seneschax en anvoie A Meleagant droite voie, Si
-venuz. El quant il l’ot Si
+venuz. Et quant il l’ot, Si
-et cbarpanlisrs Qui à enuiz oa voiantiers 61 IS Firent
+et charpantiers Qui a enviz ou volantiers Firent
-Les meillorsdel’ pais manda . Si
+Les meillors del païs mande, Si
-li féisscnt l’ne tor et poinnc i niéissenl . Ençois qu’ele fnst tote teilc 20 Sor la mer, et la pierre treile, Que prés de Gorre iqni delez .4n cort
+li feïssent Une tor et poinne i meïssent An ce que ele fust tost feite. Sor la mer fu la pierre treite, Que pres de Gorre iqui de lez An cort
-granz cl lez : Enmi le
+granz et lez : Enni le
-une isie avoit Que Méliaganz bien saviiit. 25 Là comanda
+une isle avoit Que Meliaganz bien savoit. La comanda
-le nierrein por
+le merrien por
-cinquante et sept jorz Fu tôle parfeitc la torz , Forz et
+cinquante et.vii. jorz Fu tote parfeite la torz, Haute et
-et longue et lée. 30 Quant
+et bien fondee. Quant
-fu ensi fondée Lancelot
+fu a ce menee, Lancelot
-i tist Et an
+i fist Par nuit et an
-tor ensi le mist , Puis
+tor le mist ; Puis
-huis barrer, El fist
+huis murer Et fist
-jurer 35 Que jà par
+jurer Que ja par
-tor Me sera parole à nul
+tor Ne sera parole a nul
-fust celée , Ne
+fust celee, Ne
-ne antrée Fors
+ne antree Fors
-fenestre. 40 Léanz covint Lancelot estre. Si
+fenestre. Leanz covint Lancelot estre, Si
-l’an à mangier Moltpovremant et à dongier Par cele fenesire petite A oredevisée et dite, 45 Si
+l’an a mangier, Molt povrement et a dangier, Par cele fenestre petite A ore devisee et dite, Si
-de desléauté. Or a tôt fet
+de deslëauté. Or a tot fet
-vialt Méléaganz: après s’aquialt Droit à la
+vialt Meleaganz ; aprés s’aquialt Droit a la
-roi Artu : 50 Estes-le vos jà là venu. El quant
+roi Artu. Estes le vos ja la venu, Et quant
-le roi .Molt plains
+le roi, Molt plains
-desroi 50. d. A comanciéc sa reison: a Rois, devant
+desroi A comanciee sa reison : "Rois, devant
-meison 55 As une bataillearramie. Mes
+meison Ai une bataille arramie ; Mes
-enprise anconlrc moi. Et neporquant si
+enprise ancontre moi. Et neporquant, si
-je doi Ma
+je doi, Ma
-oiant toi presant 60 Ces que céanz voi
+oiant toz ; presant Ces que ceanz voi
-est céanz. avant
+est ceanz, avant
-soit lex que
+soit tex que
-me feigne An
+me teigne An
-an. Xe sai s’onqucs le
+an. Ne sai s’onques le
-l’an 6165 An quel meniérc et
+l’an An quel meniere et
-guise Ceslc bataille fu anprise; .Mèsje voi-chevalicrs céanz Qui furent à noz covcnanz , Et
+guise Ceste bataille fu anprise ; Mes je voi chevaliers ceanz Qui furent a noz covenanz, Et
-le vossiiuroient 70 .Se voir
+le vos savroient, Se voir
-voloient. -Mes se
+voloient. Mes se
-vialt noier là n’i Inierai soldoicr, Kinz le
+vialt noier, Ja n’i loierai soldoier, Einz le
-son cors. » La reine qui .«éoit lors 75 Delcz le roi à soi le lire Et
+son cors." La reïne, qui seoit lors Delez le roi, a soi le tire Et
-li en coma n ce à dire : o Sire, savez-vosqui est cist? C’est Méléaganz qui mi’ prist
+li encomance a dire : "Sire, savez vos qui est cist ? C’est Meliaganz qui me prist
-conduit Kex te seneschal. 80 Assez
+conduit Keu le seneschal : Assez
-et mal. » Et 11 rois
+et mal." Et li rois
-: a Dame, je
+: "Dame, je
-antendu ; Je
+antendu : Je
-ma geul an essil. ) 85 La reine plus n’an parole. Li roisatorne sa
+ma gent an essil." La reïne plus n’an parole ; Li rois atorne sa
-Vers Méléagant , si
+Vers Meleagant, si
-: Amis, fet-il , se Dex m’ait. De
+: "Amis, fet il, se Dex m’aït, De
-savons 90 Xoveles, don
+savons Noveles, don
-duel avons.» — «Sire rois, fet Méléaganz, Lanceloz
+duel avons. - Sire rois, fet Meleaganz, Lanceloz
-que céanz Le troveroie-je sanz
+que ceanz Le troveroie je sanz
-; IVè je
+; Ne je
-bataille 95 Sémondre s’an
+bataille Semondre s’an
-cort non. Je
+cort non ; Je
-baron 50. c. Qui
+baron Qui
-portent tesmoiog Que
+portent tesmoing Que
-l’en sémoing Par
+l’en semoing Par
-nos féismes. 6200 Là où la bataille préismes. » A
+nos feïsmes La ou la bataille anpreïsmes." A
-se llève .Messires Ganvains, cui moltgriéve De
+se lieve Messire Gauvains, cui molt grieve De
-il ol. Et
+il ot, Et
-: « Sire, de Lancelot 5 N’a point en tote ceste Irrre; Mes
+: "Sire, de Lancelot N’a point an tote ceste terre ; Mes
-l’anvoieromes qucrre , Se Deu plest sel’ trovera
+l’anvoieromes querre, Se Deu plest, sel trovera
-de l’an S’il n’est raorz ou anprisonez. 10 Et
+de l’an, S’il n’est morz ou anprisonez. Et
-ne vient si me doncx La
+ne vient, si me donez La
-la ferai: Por
+la ferai : Por
-armerai
+armerai Au jor, se il ne
-- yi) Aujursv il lie vient iii^’uis. v - - « Ha , |>or IK-u , Uuxx sire mis (i’ilb Kct Muluu^<iiu,iJoiioi-li: Il Ui viiilt ftju vos an |ii’i , ^>u’cl iiitimlu vlievulier ne siii \ c-ui m vulunticn iii’essui, l<’(ir;iquu l^iiculut si’iili’iiiiiiit. 20 Mi’!> Mcliifi bii’ii Cfi’laiiK’iiiiiiit , S’a
+vient ençois. - Haï ! Por Deu, biax sire rois, Fet Meliaganz, donez li : Il la vialt et je vos an pri, Qu’el monde chevalier ne sai A cui si volentiers m’essai, Fors que Lancelot seulemant. Mais sachiez bien certainnemant, S’a
-d’aus deu» ne nie cuiibiit , Nul e!>vliaii){e né nul idljut Purs que l’un d’ans deus n’.in |:)r<iiiiliuic. » Kl II luis dit
+d’aus deus ne me conbat, Nul eschange ne nul rabat Fors que l’un d’aus deus n’an prandroie." Et li rois dit
-il l’utroie 25 Se Lanecluz ne vient dediiiii Ataiit s’uii |Kirt Méléa[;aiu Kt de la euit le
+il l’otroie Se Lanceloz ne vient dedanz. A tant s’an part Meleaganz Et de la cort le
-s’an vn. Se Hua tant
+s’an va ; Ne fina tant
-il truva l.e roi Uademajju son père. 3U Devant lui , purce que il père Qu’il
+il trova Le roi Bademagu son pere. Devant lui, por ce que il pere Qu’il
-grant afeire , Comani^’a un sanblant à feirc Et une cliière lueiveilleuse. Cfjor tenoit cort inolt joieuse 35 Li rois à Bode sa cité , Jurz tu desanatcvité. Perce la
+grant afeire, Comança un sanblant a feire Et une chiere merveilleuse. Ce jor tenoit cort molt joieuse Li rois a Bade sa cité. Jorz fu de sa natevité, Por ce la
-et plcnière. Si
+et pleniere ; Si
-mainte incnière Avoee lui
+mainte meniere Avoec lui
-li paies antassez 50. f. De
+li palés antassez De
-de puceles. Mes
+de puceles ; Mes
-eles Don
+eles Qui suer estoit Meleagant, Don
-ça avant, (Celé estoit suer Méléagant) 45 Uon pansser et m’antenuion; Mes
+ça avant Mon pansser et m’antencion, Mes
-feire mancion , Car
+feire mancion, Car
-pas à ma malire Que
+pas a ma matire Que
-androit au duie dire , Ne
+androit an doie dire, Ne
-ne foiceier, Mes
+ne forceier Mes
-droit. Kt si
+droit. Et si
-dirai orandroit Où Méléaganz est venuz Qui oiaut toz, gros et mciiuz , 55 Dist à son pèremolt en
+dirai or androit, Ou Meleaganz est venuz, Qui, oiant toz gros et menuz, Dist a son pere molt en
-: a Père , fet-il , se Dex vos saut ! Se vos plest or
+: "Pere, fet il, se Dex me saut, Se vos plest, or
-voir , Se
+voir Se
-de giant vertu, 60 Qui à la
+de grant vertu Qui a la
-roi Arlu Par
+roi Artu Par
-se fel doter ? » Li pères sanz plus escoter A tut demande li reupunt : — « Kili, let-il , luit cil qui hoeii sunt 02U5 Doivent uiiurer et liervir Celui (|ui eu puet desservir , Et iiiaiiiteilir la coiipaignie. u Lurs le blaiidist et
+se fet doter." Li peres, sanz plus escoter, A sa demande li respont : "Filz, fet il, tuit cil qui boen sont Doivent enorer et servir Celui qui ce puet desservir Et maintenir sa compaignie." Lors le blandist et
-li prie, Kt dit Cor ne suit iiiès téu 7U Pur coi
+li prie Et dit c’or ne soit mes teü Por coi
-ce auianléu, Qu’il quiert? qu’il vialt ? et dnin il vient ? — a Sire, ne
+ce amanteü, Qu’il quiert, qu’il vialt et dom il vient. "Sire, ne
-vos sovieiit , Ce
+vos sovient, Ce
-ses lilz Mvléuganz, Des esgai’z et des covenaiiz 75 Qui
+ses filz Meleaganz, Des esgarz et des covenanz Qui
-fumes acorde Et
+fumes acordé Et
-et Laiicelot ansanbie. Bien
+et Lanceloz ansanble. Bien
-an manbre ce me suiible, Que
+an manbre, ce me sanble, Que
-l’an 80 Que nos fussieiisau cbicfde l’an
+l’an Que nos fussiens au chief de l’an
-la curt Artu prcst andui.
+la cort Artu prest andui.
-i dui , Apareillicz et aprcstez De ce porcoi g’i èrealez. 51. u. 85 Tôt ce
+i dui, Apareilliez et aprestez De ce por coi g’i ere alez ; Tot ce
-faire fis: Lancelut demandai et quis , Contre
+faire fis ; Lancelot demandai et quis, Contre
-je dévoie ovrer
+je devoie ovrer
-Mes uel’ poi véoir né trovcr; Foïz s’aii est
+Mes nel pot veoit ne trover ; Foïz s’an est
-Que Gauvaius m’a
+Que Gauvains m’a
-foi plévie Que se Lauceloz n’est an vie, Et
+foi plevie Que se Lanceloz n’est an vie Et
-Ne vient , bien
+Ne vient, bien
-promis 95 Quejà respiz
+promis Que je respiz
-Mes il-méismes la
+Mes il meïsmes la
-por Laucclot. Artus
+por Lancelot. Artus
-qu’an lut Tant corn cestui , c’est bien séii ; 6300 Mes
+qu’an lot Tant con cestui, c’est bien seü ; Mes
-que florisscnt scu Vcrrai-ge , s’au férir venons , S’au
+que florissent seü Verrai ge, s’au ferir venons, S’au
-li renons. Et
+li renons, Et
-seroit orandroit , o — n Filz , fet li pères, or en droit 5 Te
+seroit or androit ! - Filz, fet li peres, or a droit Te
-devant iiel’ sot Par toi-méismes ta folie. Voirs
+devant nel sot Par toi meïsmes ta folie ; Voirs
-cuers s’ninilie, Mes
+cuers s’umilie, Mes
-descuidiez 10 N’iertjà de
+descuidiez N’iert ja de
-vuidiez. Eilz , por
+vuidiez. Filz, por
-le di , que tes lèches Parsont si
+le di, que tes teches Par sont si
-si sèches Qu’il ii’i a dulyur n’aniilié. I.i tncns eners l’st trop
+si seches Qu’il n’i a dolçor n’amitié ; Li tuens cuers est trop
-: 0315 Trop
+: Trop
-espris. (.’’esl ce porcoi gc te ineapris, C’est
+espris. C’est ce por coi ge te mespris ; C’est
-molt t’abcisscra. Se lu es piï’uz assez
+molt t’abeissera. Se tu es preuz, assez
-bien un tesiiioingnera 20 A l’uevrc qui liesoliignera : IV’estuet pas pruiiuiiie tuer Sun ciicr por son fel aluer, Que li fez-niéisniesse loe; l\éis la
+bien an tesmoingnera A l’ore qui besoingnera ; N’estuet pas prodome löer Son cuer por son fet alöer ; Que li fez meïsmes se loe ; Neïs la
-d’une alue 2S Ne t’aide  monter
+d’une aloe Ne t’aïde a monter
-pris ’l’es lus niés assez mainz t’en pris. l’’ilz,jc le ehasti ;
+pris Tes los, mes assez mains t’en pris. Filz, je te chasti ;
-Quanqu’an dit à fol
+Quanqu’an dit’a fol
-se fel fors débatre 51. b. 30 Qui
+se fet fors debatre, Qui
-folie ahatre. Et
+folie abatre ; Et
-qu’an anscigne et dcscuevre Ne
+qu’an anseigne et descuevre Ne
-s’an nel’ met à oevre , Eiiiz est lues alez et perduz. » Lorz fu durement espcrduz 35 Méléaganz et forssené. Onqucs home de mère né , Ce vos puis-je bien
+s’an nel met a oevre, Einz est lués alez et perduz." Lors fu duremant esperduz Meleaganz et forssené ; Onques home de mere né, Ce vos puis je bien
-voir dire. Ne véistes ausi plein d’ire Coin il
+voir dire, Ne veïstes ausi plain d’ire Com il
-par eorroz 40 Fu ilucques H festuz
+par corroz Fu ilueques li festuz
-Son père, mes
+Son pere, mes
-li dist: a Est-ce songes où vos resvez , Qui
+li dist : "Est ce songes, ou vos resvez, Qui
-desvez 4.5 Force se
+desvez Por ce se
-Com à mon
+Com a mon
-com à mon peirc; Mes
+com a mon pere ; Mes
-qu’il apère, Car
+qu’il apere, Car
-me leidoiez , 50 Ce m’est avis , que ne doiez; Kè rcison dire
+me leidoiez, Ce m’est avis, que ne doiez ; Ne reison dire
-l’avez. » ■ — « Si faz assez et vos
+l’avez. - Si faz assez. - Et vos
-quoi Que
+quoi ? - Que
-an loi ne voi 55 Fors seuleraant forssan et rage : Je conuis molt
+an toi ne voi Fors seulemant forssan et rage. Je conois molt
-fera. Et dallait qui jà cuidera Que Lanceioz . li
+fera. Dahait et qui ja cuidera Que Lanceloz, li
-toz forz de
+toz fors de
-a pris,S’an soit par ta crieme foiz ;
+a pris, S’an soit por ta crieme foïz ;
-100 — Ou
+Ou
-prison aoscrrcz , Don li Iiiils est si forl serrez 63U5 Qu’il u’ari pucl issir
+prison anserrez Don li huis est si fort serrez Qu’il n’an puet issir
-dont j;ié Seroic durcmant iriez S’il estoil niorz ou aupiriez. Certes, trop i anroit grantpcrti?, 70 Se crialurcsiaperte, Si belc, si prcuz, si série Esloit si apartans périe ; 51. c. Mes
+dont gié Seroie duremant iriez S’il estoit morz ou anpiriez. Certes trop i avroit grant perte, Se criature si aperte, Si bele, si preuz, si serie Estoit ja si par tans perie ; Mes
-mançonge , se Deu plest. » Atanl Bademaguz se test ; 75 Mes quanqu’il cl dit
+mançonge ; se Deu plest." A tant Bademaguz se test, Mes quanqu’il ot dit
-pucele , (Et sachiez
+pucele ; Et sachiez
-fu celc Cor ainz aniantui an mon conte) 80 Qui
+fu cele C’orainz amantui an mon conte, Qui
-pas liée quant
+pas liee quant
-Tex uoveles de
+Tex noveles de
-Bien aparçnit qu’an le célot Quant
+Bien aparçoit qu’an le celot, Quant
-voie. Ja Des , fet-ele, ne me voie 85 Quant je jamès reposerai
+voie. "Ja Dex, fet ele, ne me voie, Quant je ja mes reposerai
-que Jean saurai Novele ccrtainnc et veraie ! a Maintenant
+que je an savrai Novele certainne et veraie." Maintenant
-nule délaie , Sanz
+nule delaie, Sanz
-murmure, 90 S’an cort mouler sor
+murmure, S’an cort monter sor
-Molt belc et molt soef portant. Mes deraapart vos di-ge tant,
+Molt bele et molt söef portant. Mes de ma part vos di ge tant,
-part Torner quant
+part Torner, quant
-se part; 95 îi’ele ncl’ set, n’ele nel’ triipve. Mes cl premier
+se part ; N’ele nel set n’ele nel rueve, Mes el premier
-qu’el trneviS’an antre
+qu’el trueve S’an antre
-grant alénre , Ne set où , mes
+grant aleüre, Ne set ou, mes
-sergent. 6400 Moltsehasle, molt
+sergent. Molt se haste, molt
-grant De consivre ce
+grant D’aconsivre ce
-se porcliace, Mes
+se porchace, Mes
-n’iert jàmies: tost: N’esluet pas
+n’iert ja mie si tost ! N’estuet pas
-leu graramant S’cle vialt feire avenammant Ce
+leu granmant S’ele vialt feire avenanmant Ce
-anpanssé à faire , C’est I.ancelot de
+anpanssé a faire : C’est Lancelot de
-traire , S’el
+traire S’el
-En aura maint pais cerchié , Maint aie et maint reverchié Ainz
+En avra maint païs cerchié, Maint alé et maint reverchié, Ainz
-nule novèle an
+nule novele an
-contoie 6415 Ne ses gistcs né ses jornées ?
+contoie Ne ses gistes ne ses jornees ?
-a tornées . 51, d. Amont,
+a tornees Amont,
-et jus. Que
+et jus, Que
-mois on |>lus C’unques plus aprandrc n’an pnt , 20 Ac moins
+mois ou plus C’onques plus aprandre n’an pot Ne moins
-an s>it, £t c’est uéauz tôt an
+an sot, Et c’est neanz tot an
-aloit à travers L’n chanp molt dotante et pansive , Et
+aloit a travers Un chanp, molt dolante et pansive, Et
-bien lolng, lez
+bien loing lez
-rive , 26 Près d’un
+rive Pres d’un
-buiron né repeire. Méléaganz l’ot feite feire , Qui
+buiron ne repeire. Meleaganz l’ot feire feire Qui
-i avoit; 30 Mes celé néant n’an
+i avoit, Mes cele neant n’an
-l’ot véue S’i
+l’ot veüe, S’i
-sa véue Qu’aillors
+sa veüe Qu’aillors
-torne né met. Et
+torne ne met ; Et
-cuers très bien
+cuers tres bien
-Mes ure an
+Mes ore an
-venue à cbié Qu’à droite
+venue a chié, Qu’a droite
-l’a menée Fortune, qui
+l’a menee Fortune qui
-l’a penée. La puuele la
+l’a penee. La pucele la
-a aie qu’ele itocbe. Antor va oroille
+a alé qu’ele i toche. Antor va, oroille
-met s’anteneion tote .S’a voir non se «le i
+met s’antencion tote Savoir mon se ele i
-ele s’esjoîst. 45 Aval
+ele s’esjoïst. Aval
-amont bée: Si voit la tor et longue et lée; Mes merveille a ce que puet estre, Qu’ele
+amont bee : La tor voit fort et haute et lee ; Mervoille soi que ce puet estre Qu’ele
-ne fenestre , Fors
+ne fenestre, Fors
-et estroite ; 50 An la tor qui
+et estroite. An la tor, qui
-et droite N’avoit
+et droite, N’avoit
-ne degré, -v Porce croit
+ne degré. Por ce croit
-que Lanceioz est dedanz. Mes
+que Lanceloz est dedanz ; Mes
-des dant 55 Saura se
+des danz Savra se
-le vet apeler
+le viaut apeler
-ce l’atarde que
+ce la tarde que
-ot, Audemantiers que se teisot , 60 Une
+ot, Andemantiers que se teisoit, Une
-feisoit 51. c. An
+feisoit An
-tor merveilleuse et fort. Qui ne qaeroit el
+tor merveilleus et fort, Qui ne queroit el
-mort covoile et
+mort covoite et
-se diaut : Trop
+se diaut, Trop
-et niorir viaul; 6465 Sa
+et morir viaut : Sa
-cors despi.soit A lafoiée, sidisoit Foiblemant à voiz
+cors despisoit A la foiee, si disoit Foiblement a voiz
-et roe: a Ha [bas] fortune con
+et roe : "Haï ! Fortune, con
-leidemant tornée! 70 Malcmaul la m’as besturnée. Car g’ière el meut, or
+leidemant tornee ! Malemant la m’as bestornee, Car g’iere el mont, or
-val : Or avoie liien , or
+val ; Or avoie bien, or
-mal : Ur me plores , or
+mal ; Or me plores, or
-Las, cheilis, purcui le feisoies 75 Quant
+Las, cheitis, por coi t’i fioies Quant
-abessié Voireniant de si
+abessié : Voiremant "de si
-si huf. Fortune , quant
+si bas" Fortune, quant
-me gabas Molt féis mal. niés toi que chaut! 80 A néant est cornant qu’il
+me gabas, Molt feïs mal, mes toi que chaut ? A neant t’est comant qu’il
-Ha , sainte croiz , >ainz esperiz, (Uni sui
+Ha ! sainte Croiz, Sainz Esperiz, Con sui
-sui péris! Ua Gauvain , vos qui tant valez , Com sui del’ tôt an tôt alez , 85 Qui de boutez n’avez paroil. Certes, durcmant me mervoit Porcoi vos
+sui periz ! Con sui del tot an tot alez ! Ha ! Gauvain, vos qui tant valez, Qui de bontez n’avez paroil, Certes, duremant me mervoil Por coi vos
-! (^tes, trop i pardemorez, Si
+! Certes, trop i par demorez, Si
-pas corleisie. 90 Bien déust avoir vuslre aïe Cil oui tant soliez amer ! Certes , de çà né de la mer. Ce puis-jebien dire
+pas corteisie ; Bien deüst avoir vostre aïe Cil cui tant solïez amer ! Certes, deça ne dela mer, Ce puis je bien dire
-faille, .\’éust d’estor uè rcposlaiile 95 Où je
+faille, N’eüst destor ne repostaille Ou je
-vos eusse quis A tôt le moins .vij. auzou di.i. Se
+vos eüsse quis A tot le moins.vii. anz ou dis, Se
-vos séusse. Einz
+vos seüsse, Einz
-vos eusse. Mes de col me vois débatant ! 6500 11 ne
+vos eüsse. Mes de coi me vois debatant ? Il ne
-mie atant Qu’antrer
+mie a tant Qu’antrer
-voir qu’à poinne
+voir qu’a poinne
-ami Irover! De légier puet-an esprover 52. f. 5 Au
+ami trover ; De legier puet an esprover Au
-amis. Las! plus a
+amis. Las ! Plus a
-Ci au ceste
+Ci an ceste
-prison. Gauvain , jel’ ticng à mesprison. Certes, quant
+prison. Certes, jel tieng a mesprison, Gauvain, quant
-m’i avez ! 10 Mes
+m’i avez. Mes
-vos uel’ savez. Espoir
+vos nel savez, Espoir
-blasme à tort. V
+blasme a tort. Certes, voirs est, bien
-— 101 — Ccrlcs, vuirsi-at, liicii m’^ii nrorl Kl ijrdiil oIlniHi’ elBraiil iiml lU ^>ujiitjfl’ ctiidiii , car ji’ sut lU U5I5 yiu- |>or i|iiitiii|iic cufvrt’iit If» iiiiii \i’ liiil nua ii’i Aiist’iit venue» ViM yriit ri vos (lur iiiui tùi’-ili<iii i Uf cest lual cl (11- eest cuntran r , Se vin (le voir le séuviie» ; 20 Kl l’eire le ix’iléussiet l’iir amiir et pur coii|iai{,’iiie, (ju’aiitri’maiil ne le redi mie. Mè.* c’est iiéaiiz, ce ne |iiiel usire. lia, de Dcuel de sailli Cer\e»lre 25 Suit incitidii! et Des; le desliiii <^iii à le! Iiuiite me dediie! C’est
+m’an recort, Et grant oltrage et grant mal fis Quant jel cuidai, car je sui fis Que por quanque cuevrent les nues Ne fust que n’i fussent venues Vos genz et vos por moi fors traire De cest mal et de cest contraire, Se vos de voir le seüssiez ; Et faire le redeüssiez Par amor et par conpaignie, Qu’autremant nel redi je mie. Mes c’est neanz, ce ne puet estre. Ha ! De Deu et de saint Cervestre Soit maudiz, et Dex le destruie, Cil qui a tel honte m’estuie ! C’est
-an vie , Mciriiyiini , qui
+an vie, Meleaganz, qui
-M’a t’et tilt le
+M’a fet tot le
-il |iot ! » 30 Ataiit se coise, ataiit se tôt Cil qui à doler sa
+il pot." A tant se coise, a tant se tot Cil qui a dolor sa
-use. .\Iès lors celé qui aval nmse yuanqu’il ot dit ol entaiidu ; iS’a plus loiigucmant atandu 35 Cor set
+use. Mes lors cele qui aval muse Quanqu’il ot dit et entandu ; N’a plus longuemant atandu, C’or set
-bien assenée. Si l’apelc corne scniic , Lancelot!» quanqii’el puet et plus: Amis., vos
+bien assenee, Si l’apele come senee : "Lancelot !", quanqu’el puet et plus, "Amis, vos
-lessus, P.irlez à une vostre amie! a 40 .Vès cil
+lessus, Parlez a une vostre amie !" Mes cil
-ne l’oimie. Et
+ne l’oï mie. Et
-plus s’elWce , Tant
+plus s’esforce, Tant
-force L’antr’oï: .«i s’aii merveilla
+force L’antroï, si s’an merveilla
-qui l’apcle il
+qui l’apele il
-le sot. Fanlosme cuide
+le sot : Fantosme cuide
-soit. Tôt eiitor soi
+soit. Tot entor soi
-porvoit 32. a. Savoir
+porvoit Savoir
-voit tors la
+voit fors la
-lui. — « Dex, fet-il, qu’est
+lui. "Dex, fet il, qu’est
-et néant ne
+et neant ne
-Par foi . ce
+Par foi, ce
-ne dor-Je pas ençois voille. 55 Espoir , s’il
+ne dor je pas, ençois voille. Espoir, s’il
-an soojjc Guidasse quccc fust mançonge; Mi-sjc ïoil et porce me griève. » Lors à quelque
+an songe, Cuidasse que ce fust mançonge ; Mes je voil, et por ce me grieve." Lors a quelque
-se liéve Et
+se lieve Et
-pertuis petit 60 Bclemant , petit et petit. £l quant
+pertuis petit, Foiblemant, petit et petit ; Et quant
-i fu si
+i fu, si
-et jun , deluiic et du cosle. gluant sa venu a mite fors Si eiim il puet esgaide : loi s <j5U5 Vit
+et jus, de lonc et de coste. Quant sa veüe a mise fors, Si com il puet esgarde, lors Vit
-qui hucliié l’avuit. Ne la eoiiiit , niés il la voit. Oéscele taiitost eoiuil lui, Silidit: uLaiiceloz,je nui l’or vos qiierre de loiiig veniii’. "0 Or
+qui huchié l’avoit ; Ne la conut quant il la voit, Mes cele tantost conut lui, Si li dit : "Lancelot, je sui Por vos querre de loing venue, Or
-Deu merci , c’or
+Deu merci, c’or
-ai trovc. Je suis cele (pii vos lové , (^)naiit au pont de l’espécalasles, 1 11 don,
+ai trové. Je sui cele qui vos rové Quant au Pont de l’Espee alastes Un don,
-vos me- le doiiasles 75 ’Jolt volaiiliei’s quant jel’ vos quls: Ce fu del’ elievalier conquis Le cliierquc je
+vos le me donastes Molt volantiers quant jel vos quis : Ce fu del chevalier conquis Le chief, que je
-fis tranebier , Que je iiespoint n’avoic cliier. l’or ce
+fis tranchier, Que je nes point n’avoie chier. Por ce
-ce servisc 80 Me
+ce servise Me
-an cestc poinne mise ; Por
+an ceste poinne mise : Por
-vos melrai fors
+vos metrai fors
-ci. » — « l’ucele, la vostre luei ci, Fel donqucs li aiiprisonez ;
+ci. - Pucele, la vostre merci, Fet donques li anprisonez ;
-sera guerredoiiez t{5 Li serviscs que
+sera guerredonez Li servises que
-vos Us, Se
+vos fis, Se
-de céans sui
+de ceanz sui
-me poez mètre Por
+me pöez mettre, Por
-et prometie Que
+et prometre Que
-toz [jorz] mes
+toz jorz mes
-vostres, 90 Si m’aist Sainz Pos li apostres! Et
+vostres, Si m’aïst sainz Pos li Apostres ! Et
-la face James n’iert
+la face, Ja mes n’iert
-ne face S2. 11. Quanque vos picira eoraander. IVe me sauroiz jà demander 95 Chose
+ne face, Quanque vos pleira comander. Ne me savroiz ja demander Chose
-l’aiez saiiz délaie. » — « Amis, jà de
+l’aiez sanz delaie. - Amis, ja de
-bien o’an soiez
+bien n’an soiez
-et délivres. 6600 Je nel’ letroie por
+et delivres : Je nel leiroie por
-Que forz n’an
+Que fors n’an
-Lors vosmctrai à grant sejor , A
+Lors vos metrai a boen sejor, A
-repos , et à grant aise. Jà n’aurai chose
+repos et a grant aise. Ja n’avrai chose
-vos plaise , 5 Se
+vos plaise, Se
-la volez nel’aiez. Jà de
+la volez, ne l’aiez. Ja de
-vos esmaiez. Mes
+vos esmaiez : Mes
-covient porquerre , Où que
+covient porquerre, Ou que
-an cestc terre Aucun
+an ceste terre, Aucun
-truis, 10 Conj puisse croistre ccsl pertuis
+truis, Don puissiez croistre cest pertuis
-puissiez. » ~ « Kt Uexduiiit que von le tiiiissicz! l’V’l se eil qui liuii s’i aeorde: Etj’ai céaiiz à piaulé eurde Ul!15 Que
+puissiez. - Et Dex doint que vos le truissiez ! Fet se cil qui bien s’i acorde ; Et j’ai ceanz a planté corde Que
-sergent baillée m’ont
+sergent bailliee m’ont
-le maiijjier amont, l’aiii d’orge
+le mangier amont, Pain d’orge
-et en- Iroble Qui II’ cuer
+et eve troble Qui le cuer
-le eoi’6 me troble. u Lors
+le cors me troble." Lors
-fille ltailriii,i;;ii 20 Un |)ic foi l , quai 1 e el agii Porquiert, et tanlosl si
+fille Bademagu Un pic fort, quarré, et agu, Porquiert, et tantost si
-Celui , qui tant au liurte et maille El tant a féru et bolé. Neporquaiil s’il
+Celui qui tant an hurte et maille, Et tant a feru et chevé, Neporquant s’il
-a ;jievé , 25 Qu’issu/, s’aii est légiéieinanl. Or est à grant alégmiaiil, Or
+a grevé, Qu’issuz s’an est legieremant. Or est a grant alegemant, Or
-ce sachiez , Quant
+ce sachiez, Quant
-de pi isuii sachiez Et
+de prison sachiez, Et
-remue 30 Où tel pièce a
+remue Ou tel piece a
-et à l’essor
+et a l’essor
-por l’jt l’or
+por tot l’or
-est cspandUz par le mont , Qui tôt le mcist an
+est espanduz par le mont, Qui tot le meïst an
-mont 35 Et toi li doiiast cl of st, 52. c. Arrières estre ne volsisL Ez-vos desserré Lanei lot , Qui si erl vains qu’il cliancelot De
+mont Et tot li donast et solsist, Arrieres estre ne volsist. Ez vos desserré Lancelot, Qui si ert vains qu’il chancelot De
-feblece. 40 Cele si soef que nel’ bicce Le
+feblece. Cele si söef que nel blece Le
-soi sur sa mure, Puissis’an vont grant aléure. Mes la pucelc se desvoie Tôt de
+soi sor sa mure, Puis si s’an vont grant aleüre. Mes la pucele se desvoie Tot de
-qu’an n’es voie; 45 Et cbevalcbenlcéléemant, Car s’ele alasl apertemaiit Espoir
+qu’an nes voie ; Et chevalchent celeemant, Car s’ele alast apertemant Espoir
-lor néiist Aucuns que ele cornéust; Et
+lor neüst Aucuns s’il les reconeüst ; Et
-ne volsist-ele pas. 50 Porce eschive
+ne volsist ele pas. Por ce eschive
-max pas. Et
+max pas Et
-venue à un repeire Où sovaiil séjorne et i cpeire , Porce que
+venue a un repeire Ou sovant sejorne et repeire, Por ce que
-li repeircset les genz 55 Erentan son cornant dcl’ tôt. Si estoit plautéis de lot Li Icus , et sainz et
+li repeires et les genz Erent an son comant del tot, Si estoit planteïs de tot Li leus, et sains et
-privez. Là est Laiiceloz arivez. Et
+privez. La est Lanceloz arivez : Et
-fu vennz , 60 Quant
+fu venuz, Quant
-robe iiuz
+robe nuz,
-102 — En
+En
-et bêle couche La pucelc soef le couche : Puis
+et bele couche La pucele söef le couche, Puis
-Si tres-bieii que
+Si tres bien que
-n’an porroic 6665 La milic deviser
+n’an porroie La mitié deviser
-dire. Soef le raenoie cl atire
+dire. Söef le menoie et atire
-com cic féist son père ; Tôt le rcnovcle et repère . Tôt le remue, tôt le change. 70 Or n’est [mie] moins biasd’un ange; N’est
+com ele feïst son pere : Tot le renovele et repere, Tot le remue, tot le change. Or n’est mie moins biax d’un ange, Or est plus tornanz et plus vistes Qu’onques rien aussi ne veïstes. N’est
-roigneus n’esgéunez , Mes
+roigneus n’esgeünez, Mes
-et biax : si
+et biax, si
-la puccle quis
+la pucele quis
-plus bêle qu’ele pot , 75 Dom
+plus bele qu’ele pot, Dom
-le revcsti. Et cil liémant la vesti Vlus legiers que oisias qui
+le revesti ; Et cil lieemant la vesti Plus legiers que oisiax qui
-La pucftle beise et acolc , l’uis li dist amiablement : 52. d. 80 « Amie, fct il , seulcmant A I)en et
+La pucele beise et acole, Puis le dist amiablemant : "Amie, fet il, seulemant A Deu et
-rant nierciz De
+rant merciz De
-et garii. Par
+et gariz. Par
-estors, Porce pocz mon
+estors, Por ce pöez mon
-vos plcira, prandre
+vos pleira, prandre
-vostres sui. Mes grant pièce a
+vostres sui, Mes grant piece a
-mon seignor , 90 Qui m’a portée grant
+mon seignor, Qui m’a portee grant
-g’i auroie assez à feire.
+g’i avroie assez a feire.
-amie déboneire , Par amors si
+amie deboneire, Par Amors si
-molt volaiitiers. » — « Lancelot , biax
+molt volantiers. - Lancelot, biax
-amis chiers , Fet la pucele,jel’ vuel
+amis chiers, Fet la pucele, jel vuel
-bien Vnel-jo partnt et
+bien Vuel je par tot et
-et là.» B700 L’n nierveilleus cheval qu’ele a , Le
+et la." Un merveilleus cheval qu’ele a, Le
-c’onques véist nus , Li donc celé , et
+c’onques veïst nus, Li done cele, et
-saut sus Qu’as
+saut sus, Qu’as
-rova. Ne sot
+rova. N’an sot
-quant sas se trova. 5 Lorsà Deu quionquesne niant _ S’antrecomandent boenemant. Lanceluz s’est mis à la
+quant sus se trova. Lors a Deu qui onques ne mant S’antrecomandent boenemant. Lanceloz s’est mis a la
-liez que se juré l’avoie Ne
+liez que, se juré l’avoie, Ne
-nule painnc 1)710 Une la
+nule painne Dire la
-qu’il dcmainnc Ue ce
+qu’il demainne De ce
-De là où il lu antrapez. .Mes or dit suvant et
+De la ou il fu antrapez. Mes or dit sovant et
-Que roar l’a en prisou tenu 15 Li traîtres, li fursliguiez , Qui
+Que mar l’a en prison tenu Li traïtres, le forsligniez, Qui
-et angiguiez. Et maugré
+et angigniez, "Et maugré
-an sui-je fors. » Donc
+an sui je fors." Donc
-qui tôt le
+qui tot le
-cria 20 Qu’avoir né richesce n’en a Dès Babiloine jusqu’à Gant Por
+cria Qu’avoir ne richesce nen a Des Babiloine jusqu’a Gant, Por
-leissast Méléagant 52. e. Escbaper se
+leissast Meleagant Eschaper, se
-au desus venoit ; 25 Que
+au desu venoit ; Que
-honte. Hès li afeires à ce
+honte. Mes li afeires a ce
-Que partans en iert à méismes , Car cil Uéléaganz méismes Qu’il
+Que par tans en iert a meïsmes ; Car cil Meleaganz meïsmes Qu’il
-tient jà si cort 30 Estuit ce
+tient ja si cort Estoit ce
-venuz à cort .Sanz ce
+venuz a cort Sanz ce
-i fu si
+i fu, si
-Tant mon seignor Gauvain qu’il l’ot. Puis li requiert de Lancelot 35 Li mauves traîtres provez Se
+Tant monseignor Gauvain qu’il l’ot Puis li enquiert de Lancelot, Li mauvés traïtres provez, Se
-fu véuz ne
+fu veüz ne
-Ausi com s’il n’eu séust rien ; Nel’ feisoit-il , nel* sot pas bien , Mais il
+Ausi con s’il n’en seüst rien ; Nel feisoit il, nel sot pas bien, Mes il
-a dil por
+a dit por
-Qu’il nel’ vil ne
+Qu’il nel vit ne
-puis. — « Dès qu’ainsi
+puis. "Des qu’ainsi
-je vos truis . Ket .Méléaganz , donc venez , Et
+je nel truis, Fet Meleaganz, donc venez Et
-; 45 Car plus nevosenatandrai.» — a Ce, fet Gauvains , bien vos randrai , Se Deu pleit oùj’ai ma créance , Jusque po vostre covenance. Bien
+; Car plus ne vos en atandrai." Ce fet Gauvains : "Bien vos tandrai, Se Deu plest, ou j’ai ma creance, Jusqu’a po vostre convenance. Bien
-cuit à vos aquiler; 50 Mes
+cuit a vos aquiter ; Mes
-vient à plus
+vient a plus
-ne facoiz Si ni’aïsl De.t et sainte foiz , Quaoqu’aara el geu tôt antaschc Prandrai, jà n’en aurai relaschc. » 55 Et
+ne façoiz, Si m’aïst Dex et saint Foiz, Quanqu’avra el geu tot an tasche Prendrai, ja n’en avrai relasche." Et
-plus ataiidre Comande
+plus atandre Comande
-estandre lluec un tapiz devant soi. Isnelenient font sanz elTroi Tôt son cornant li escuicr. 6760 .Uès sanz grondre el sauz enuier : De
+estandre Iluec devant soi un tapi, Ne se sont mucié ne tapi A son comant li escüier, Mes sanz grondre et sanz enüier De
-rueve s’antremelenl. Le
+rueve s’antremetent. Le
-le mêlent Celc part uii il comauda: Cil saut sus einz n’i aresta, 65 El de desore armer
+le metent Cele part ou il comanda ; Lors s’assiet cil qui le manda Et dedesore armer
-rueve Au vaslez
+rueve Aus vaslez
-trueve, .’52. f. Qui aucors deffublé estoient.
+trueve, Qui an cors desfublé estoient.
-ou cosio ou neveu, 70 Por
+ou cosin ou neveu, Por
-bien anscignié et
+bien ansegnié et
-Cil l’armèrent bel
+Cil l’armerent bel
-Quant l’on armé li
+Quant l’ont armé, li
-par chanpaigne , Par bois , par terres et par vai 80 Que ne fîst li
+par chanpaigne, Par bois, par tertres et par vax Que ne fist li
-tel com vos oez Monta
+tel con vos öez Monta
-chevaliers loez , Gauvains,
+chevaliers löez, Gauvains,
-main soigniez. 85 Et jà voloit son eseu prandre Quant
+main seigniez. Et ja voloit son escu prandre, Quant
-descendre Lancelot don ne .«e gardoit.
+descendre Lancelot, don ne se gardoit.
-grant mer\’oille l’esgardoit Porce que si soudainemant 90 Est venuz; et se
+grant mervoille l’esgardoit Por ce que si soudainnemant Est venuz ; et, se
-n’an mant. Merveilles li
+n’an mant, Mervoilles li
-granz com s’il
+granz con s’il
-des nue* Devant lui cliéuz maintenant; Mes nel’ va
+des nues Devant lui cheüz maintenant ; Mes nel va
-riens décevant, 95 Xè besoinz
+riens detenant Ne besoinz
-poïst avoir. Quant
+poïst avoir, Quant
-que c’est-il por voir, Qu’à terre
+que c’est il por voir, Qu’a terre
-soit descenduz. Lors
+soit descenduz ; Lors
-ses hraz estanduz , Si
+ses braz estanduz, Si
-beise. 6800 Or
+beise. Or
-grant joie , or est à eise Quant
+grant joie, or est a eise, Quant
-voir prové. Si
+voir prové, Si
-m’an mescrées-vos pas . Que Gauvains lot enes-le-pa» 5 Ne vokist pas qu’an les léust A roi porce qu’il ne l’éust. Va s’an li rois, jà sèvent tuit Que Lanceloz . cui qu’il enuit ,
+m’an mescreez vos pas, Que Gauvains tot eneslepas Ne volsist pas qu’an l’esleüst A roi por ce qu’il ne l’eüst. Ja set li rois, ja sevent tuit Que Lanceloz, cui qu’il enuit, Qui tel piece a esté gaitiez, Est venuz toz sains et haitiez ;
-105 — yiii tpTinfce u l’slé gniliet , IIUIO Vm M’Iiiu toc iiiinsi’t liailiri. SU. .1. S’iiii rmit ^ranljuiv tiiil >iiis<iiilili’, Kt |ior lui lestoicr l’usanlili1^ i-oi’i (|iii luiic laiis l’ii luiliiv N’i il nul taut lie j’iaiit alii’ l’i Ou (if [H’tit, joie ii’aii face. Stitv (l(*[»u**’e pi si clVaci’ l.il (Inlor (jui t’Ui^’uis i crt : l.i iliaus «’an fuit si i (i|icrt Joie (|iii luruiant les rnpolc. 20 Kl la iviiii- u’i est clf A cole joie qu’an dcmainm- > Oïl, voir lote prenicraiiic. CuMiaul Uex , ou lusl-rlc donques? t,lf n’ot
+S’an font gant joie tuit ansanble, Et por lui festoier s’ansanble La corz, qui lonc tans l’a bahé. N’i a nul tant de grant ahé Ou de petit, joie n’an face. Joie depiece et si esface La dolor qui ençois i ert ; Li diaus s’an fuit, si i apert Joie, qui formant les revele. Et la reïne n’i est ele A cele joie qu’an demainne ? Oïl voir, tote premerainne. Comant ? Dex, ou fust ele donques ? Ele n’ot
-si granl joieonqui’s 25 lloin or
+si grant joie onques Com or
-sa bienvciuiu. Si csl voir , elc en est si près Qu’à |)o se lient : niolt s’an va piès Que
+sa revenue Et ele a lui ne fust venue ? Si est voir, ele an est si pres Qu’a po se tient, molt s’an va pres, Que
-le cucr ne sivoil. 30 Où est
+le cuer ne sivoit. Ou est
-Il Iieisoit Kt conjoïssoit
+Il beisoit Et conjoïssoit
-coi se celot ? IS’estuit bien la joieantcrine Ay donc corroz iiè haine ? 35 Nenil
+coi celot ? N’estoit bien la joie anterine ? A y donc corroz ne haïne ? Nenil
-puet celestre li auquant Li
+puet cel estre, li auquant, Li
-qui là sont,
+qui la sont,
-lor ialz espanduz i ont , Aparéussent tost l’afeire 40 S’ainsi véant ter volsist feirc Tôt si
+lor ailz espanduz i ont, Aparceüssent tost l’afeire S’ainsi veant toz volsist feire Tot si
-se reisons ne
+se Reison ne
-et celé rage Si véissent tôt son corage 45 Lors
+et cele rage Si veïssent tot son corage ; Lors
-ce reison anferme et
+ce Reisons enferme et
-fol pansé. Si
+fol pansé, Si
-un petitracenssé Et
+un petit racenssé Et
-plus privé, Où il soient raialz arivé
+plus privé Ou il soient mialz arivé
-sont à ccstc ore. Li
+sont a ceste ore Li
-Lancelot raoltenorc: 53. b. 55 Et quant
+Lancelot molt enore Et, quant
-l’ot conjoi Selidist: ’< Amis, je u’oi Certes
+l’ot conjoï, Se li dist : "Amis, je n’oï Certes
-noveles , Pièce a, qui
+noveles Piece a qui
-me fuueatbclec. Cuu de vu<) mi* niult ni’esl>iiis tillUO An quel Icrn- et un qut-l pai> Vos avez «i granl piw"’ i-*l«. Kt lot ivcr et tôt esté
+me fussent beles Con de vos, mes molt m’esbaïs An quel terre et an quel païs Vos avez si grant piece esté. Et tot iver et tot esté
-fet querrc et sus l’I jus , N’on(iuo« trovcr ne vos |)ol mis. » 65 — « Certes , fel Lanceioz , hia» «ire . A bries paroles
+fet querre et sus et jus, N’onques trover ne vos pot nus. - Certes, fet Lanceloz, biax sire, A briés paroles
-puis (lire Tôt si coin il
+puis dire Tot si com il
-avenu. Méléagiinz si
+avenu. Meleaganz si
-tenu, l.i fel traîtres, an pri.son 70 Dés ecle ore
+tenu, Li fel traïtres, an prison Des cele ore
-furent délivre. Si
+furent delivre, Si
-fet A grant
+fet a grant
-vivre Eu une
+vivre En une
-mer. Là me fist mètre et anfcrmer : 75 Là menasse
+mer. La me fist mettre et anfermer, La menasse
-vie .Se ne fust ime nioie amie. Une
+vie Se ne fust une moie amie, Une
-petit scrvise jadis. Celé por
+petit servise jadis. Cele por
-large guerredon: Grant eiior m’a fei te et grant bien.
+large guerredon : Grant enor m’a feite et gran bien.
-de rien , Qui celé honte
+de rien, Qui cele honte
-cest mcffct M’a porchacié porquis et fet , 85 Voldrai randreson paiemant Orandroit sanz délaiemanl. Il
+cest mesfet M’a porchacié, porquis et fet, Voldrai randre son paiemant Or androit sanz delaiemant. Il
-se délait Por l’atandre , car trop est prez ; 90 Et je méismes resui prez Mes jà Dex
+se delait Por l’atandre, car toz est prez Li gaainz, la monte et li prez ; Mes ja Dex
-qu’il [s’en] lot.» Lors
+qu’il s’an lot." Lors
-Gauvains à Lancelot : a Amis, fet-il , iceste
+Gauvains a Lancelot : "Amis, fet il, iceste
-la paie 95 C’iert
+la paie, C’iert
-ausi sui-je jà montez Et tôt prez, si
+ausi sui je ja montez Et toz prez si
-vos véez ; Biax dolz amis ne me vcez 53. c. Cest don que
+vos veez. Biax dolz amis, ne me veez Cest don, que
-et vucl. » 6900 Cil
+et vuel." Cil
-se Iciroit ainz l’uel , Voire
+se leiroit ainz l’uel, Voire
-Einz qu’à ce
+Einz qu’a ce
-que jà n’avandra. U H doit
+que ja n’avandra ; Il li doit
-randra, 5 Cardesamain li
+randra, Car de sa main li
-bien - mestier
+bien mestier
-Riens nulc que
+Riens nule que
-sache : Si
+sache ; Si
-son hauherc et lacbe De son doit, et toz MMlisarini-. ti’JlO Laneeluz de
+son hauberc et sache De son dos, et toz se desarme. Lancelot de
-armes %’ainu’ Tôt siuiz délai et dan/, iliiniire. Il ne euide jà véoii- l’"nQu’aquitez se
+armes s’arme Tot sanz delai et sanz demore, Car molt li delaie et demore Qu’aquitez se
-et paiez : N’aura mes
+et paiez. N’avra mes
-s’iert apalet 15 Méliaganz qui se niervoille Ollre reison
+s’iert apaiez Meliaganz, qui se mervoille Oltre reison
-la niervoille Qu’il à ses
+la mervoille Qu’il a ses
-voit : A
+voit ; A
-qu’il iiedisvoil Kt par
+qu’il ne desvoit Et par
-san cliaiigié. 20 — « Certes, fet-il , fos
+san changié. "Certes, fet il, fos
-quant gic IV’alai eneoisqueçà nrii.sse Véoir , s’ancorc le téiiis.sc An
+quant gié N’alai, ençois que ça venisse, Veoir s’ancore le tenisse An
-tor , Celui
+tor Celui
-m’a fel un tor. 25 lia Dex ! je
+m’a fet un tor. Ha ! Dex, je
-i alas.se ? Cornant , par quel rei.son cuida.<sc Que
+i alasse ? Comant, por quel reison cuidasse Que
-s’an poïsl cstrc issiiz > N’est
+s’an poïst estre issuz ? N’est
-fort tissiiz Et
+fort tissuz Et
-? 30 K’il n’i avoil pertuis ne faute Par où il
+? N’il n’i avoit pertuis ne faute, Par ou il
-an péust S’aide par defors n’éust. Espoir
+an peüst S’aïde par defors n’eüst. Espoir
-usez 35 Et tozehéoiz et toz fonduz — Ne
+usez Et tot cheoiz et tot fonduz, Ne
-avoec confondu/. El morz et dcsmanbrez et roz! Oil , si m’aïst Dex trestoz , S’il fust chéuz morz fusl sanz faille, 40 Mes
+avoec confonduz Et morz et desmanbrez et roz ? Oïl, si m’aïst Dex, trestoz ! S’il fust cheüz, morz fust sanz faille ; Mes
-cuit qu’anque li murs faille Faudra, ce cuit, la mers trestote Si qu’il ne ni reraandra gote; 53. d. Ne
+cuit qu’ainz que li murs faille, Faudra la mers et l’eve tote Si qu’il n’en i remandra gote, Ne
-: Aide ot
+: Aïde ot
-en issi. Ne
+en issi, Ne
-autrement volez. Bien
+autrement volez ; Bien
-par consaut avolez : Comant
+par consant afolez. Comant
-est fors; 50 Mes
+est fors ; Mes
-bien lors Jà ne
+bien lors, Ja ne
-ne jà n’avenist. Ne jamès à cort
+ne ja n’avenist, Ne ja mes a cort
-au repantir. Cil
+au repantir : Cil
-de mantir 55 Li vilains dit
+de mantir, Li vilains, dit
-chose eslable Que trop à tart ferme-an l’estahle Quant
+chose estable, Que trop a tart ferme an l’estable Quant
-serai démenez
+serai demenez
-— 104 — A {•ninl honte cl a (rranl laidiire G9G0 Se assez nr siiefrc cl aiidiirc. Quel softVirel quel anduier! Mes tant coui je
+A grant honte et a grant laidure, Se assez ne suefre et andure. Quel sosfrir et quel andurer ? Mes tant con je
-Li doiirai-je assez anlanlc Se Deu picstà cul j’ai ni’ataulc. » 65 Ensi
+Li donrai je assez antante, Se Deu plest, a cui j’ai m’atante." Ensi
-va réconfortant Né ne
+va reconfortant Ne ne
-an clianp soient mis ansanblc. Et c’iert partans, si corajmoi sanblc, Car Lanccloz le va requerre, 70 Qui molt tosl le cuide conquerrc. Mes ainB que
+an chanp soient mis ansanble. Et c’iert par tans, si con moi sanble, Car Lanceloz le va requerre Qui molt tost le cuide conquerre. Mes, ainz que
-l’autre assaille Lor
+l’autre assaille, Lor
-que cliascuns aille
+que chascuns aille
-lande , N’a si belc jusqu’au Irlande. ■Jô El il si font: là sont aie. Molt furent tosl jus avale. Li
+lande ; N’a si bele jusqu’an Irlande. Et il si font : la sont alé, Molt furent tost jus avalé. Li
-va cl luit et totes , A
+va et tuit et totes A
-et à granz rotes. Làs’an vonttuit, nus n’i remaint, 80 Et as fencstrcs revont maint Chevalier , dames et puceles Por Lancelot, gentcs et bêles. En
+et a granz rotes. La s’an vont tuit, nus n’i remaint ; Et as fenestres revont maint, La reïne, dames, puceles Dom avoec li avoit de beles. En
-lande uns sagremor
+lande un sagremor
-ne pot. 85 Molt
+ne pot : Molt
-est lez: S’est lot anlor selonc orlez 53. e. De menue erbc fresche cl bêle , Qui an loz tans estoil novele.
+est lez, S’est tot antor selonc orlez De menue erbe fresche et bele, Qui an toz tans estoit novele.
-et bel , 90 Qui
+et bel, Qui
-plantez dcl’ tans Abel , Sort une clère fontenelc Qui
+plantez del tans Abel, Sort une clere fontenele Qui
-assez isnelc. Li
+assez isnele. Li
-et yenz Et clerscon se ce fusl argcnz : 95 El li luiai , si
+et genz Et clers con se ce fust argenz, Et li tuiax, si
-ge cuit , De lin or esmerc et cuitEt corl parmi
+ge cuit, De fin or esmeré et cuit ; Et cort parmi
-lande a»al Antre deus bois, parmi
+lande aval, Antre deus bois parmi
-val. lluec plest
+val. Iluec plest
-se siée, 7000 Qu’il
+se siee, Qu’il
-li dessiée. Les gcnz lel Ireire bien ansus. Et Lanceioz nioll loslcort su» iMéléagant de grant air. Corn celui
+li dessiee. Les genz fet treire bien an sus ; Et Lanceloz molt tost cort sus Meliagant de grant aïr, Con celui
-puet haïr; 5 Mes avant cinz que
+puet haïr. Mes avant, einz que
-le fièrc Li dist à haute
+le fiere, Li dist a haute
-et iière : Traicz vos la je vos delTi !
+et fiere : "Traiez vos la, je vos desfi !
-bien trcsLot défi Que
+bien trestot de fi Que
-espargnerai point. » 7010 Lors
+espargnerai point." Lors
-cheval cl point Elarricrs un
+cheval et point Et arriers un
-se trait, Tant
+se trait Tant
-place com uns art trait
+place con uns ars trait
-porent corre. 15 Si s’antrefièrent maintenant Es cscuz qui
+porent corre, Si s’antrefierent maintenant Es escuz qui
-sont taingnant , Qu’il
+sont tenant, Qu’il
-ont Iroez et perciez . Mes l’uns né l’aulrcs n’est bleciez Rl’an char conseuz à celé ore. 20 Lors passent oitresanz demore. Puis se revonl granz cos doner Quanque
+ont tröez et perciez, Mes l’uns ne l’autres n’est bleciez N’an char conseüz a cele ore. Lors passent oltre sanz demore, Puis se revont granz cos doner, Quanque
-puet randoner Es cscuz qui
+puet randoner, Et escuz qui
-et fort. Et
+et fort ; Et
-de granl cU’urt 25 Et
+de grant esfort, Et
-li cheval ; Et à ce qu’il fièrent granz eus .Sor les
+li cheval. Et a ce qu’il fierent granz cos Sor les
-as cos , Les
+as cos, Les
-sont ollre passées 30 Qui
+sont oltre passees Qui
-ne quassées , 53. f. El sont
+ne quassees, Et sont
-parvenues De si qu’à lor
+parvenues Desi qu’a lor
-Par granl vertu
+Par grant vertu
-l’autre anpaiot Qu’à terre
+l’autre anpaint, Qu’a terre
-anpaint, 35 Ne pcitrax , né cengle , n’estriers l\’i pot eidier que
+anpaint, Ne peitrax ne cengle n’estriers N’i pot eidier, que
-derriers Cliascuns d’ax
+derriers Chascuns d’ax
-ne vuidc Et chiéent à la terre vuide. ElTréc an
+ne vuide Que de seignor fu tote vuide. Estraier an
-aval : Li uns regibe l’autre et mort Que
+aval ; Li uns regibe, l’autres mort, Que
-avoir mort, Etii chevalier qui chéircnt l’ius tost
+avoir mort. Et li chevalier qui cheïrent Plus tost
-les cspées traites , Qui de letrcs èrent porlraite». Les
+les espees traites. Qui de letres erent portraites, Les
-lor viz metcnt El desoremés s’anlrcmelent Cornant se puissent domagicr 50 As cspées Irancbanz d’acier. Lanceioz nel’ redote mie. Car il savoil plus
+lor vis metent Et des ore mes s’antremetent Comant se puissent domagier As espees tranchanz d’acier. Lanceloz nel redote mie, Car il savoit plus
-La milié que
+La mitié que
-savoit , Car an s’anfanee apris l’avoit. 55 Andui s’antrefièrent granz
+savoit ; Car an s’anfance apris l’avoit. Andui s’antrefierent granz
-Et tor les hiaumes d’orbarrez , Que
+Et sor les hiaumes d’or barrez, Que
-et anbarrer .Mes Lanceioz le hasle fort. 70GO Si li donc un granl cop
+et anbarrez ; Mes Lanceloz le haste fort : Si li done un grant cop
-l’escu à dcscovert El braz désire de fer coverl , Si
+l’escu a descovert El braz destre de fer covert, Si
-quant i I se saut domagié 65 Dcsa désire qu’il
+quant cil se sant domagié De sa destre qu’il
-perdue , Dist
+perdue Dist
-sera vandue S’il
+sera vandue. S’il
-aise avoir : Ne rcmanra por
+aise avoir, Ne remanra por
-avoir , Car
+avoir ; Car
-n’anrage, El molt
+n’anrage, Et molt
-son afeirc S’un malvès geu
+son afeire S’un malvés geu
-lui corl que
+lui cort, que
-cuide, Mais Lanccloz bien se porcuidc , 54. a. 75 Car à s’espée qui
+cuide, Mes Lanceloz bien se porcuide ; Car a s’espee qui
-fet lele osche an s’antraille Dom
+fet tele osche an sa taille Dom
-ne repassera mais, Einz ierl passez aurix et mais Que
+ne respassera mais, Einz iert passez avrix et mais ; Que
-li hurle as danz , 80 Que
+li hurte as danz Que
-Et Mcléaganz a
+Et Meliaganz a
-ire Qu’d ne
+ire Qu’il ne
-parler né mot dire; Né merci
+parler ne mot dire, Ne merci
-ne daingoe , Car
+ne daingne, Car
-li desansaingne 85 Qui
+li desansaingne, Qui
-anlace. Lanceioz vient,
+anlace. Lanceloz vient,
-li deslacc Le
+li deslace Le
-tranche. James cist
+tranche. Ja mes cist
-fera ganchc : Morz est chéuz , fet
+fera ganche : Morz et cheüz, fet
-vos di n’i
+vos di, n’i
-celui Qu’ilucques fust qui ce véist Cui nule piliez an préist. Li
+celui Qu’ilueques fust, qui ce veïst, Cui nule pitiez an preïst. Li
-et luil cil
+et tuit cil
-et fortt. 95 Lancelot desarment adonqucs Cd qui
+et font. Lancelot desarment adonques Cil qui
-lié an furent onques : Si
+lié ne furent onques, Si
-mené à grant joie. Seignor , se avant an disoie Ce
+mené a grant joie. Seignor, se j’avant an disoie, Ce
-la malire: 7100 Porce au deCner m’atire. Ci
+la matire, Por ce au definer m’atire : Ci
-li roraanz an
+li romanz an
-de Leigni li clers A parfinée la Charrele ;
+de Leigni, li clers, A parfinee LA CHARRETE ;
-- 105 Mt’i iiu« liuiii tilaiiiie ne l’an iiirtc 7IU5 Sr MirOrestirii u ovré. Car ç’a-il fel (wr le bot’ii grt* Cicitivii qui le coniaii^’ii : ’l’uni CM u Tel lii» lurs unçu Où iMincrIoz fii anniurci 7 1 1 II 1 .inl Kiin li conli’s rsl «lurr»;. ’l’anli’Uii fcl; n’i vi.iil |>liisnictri’, "ll’i \i moins, iMii 11’ r</uli- nialincliT. Ci faut li romani tie Sianortot de la cbarret». VARIANTES (lu RIS. du Vatican par M. Relier (K) el du MS. de la bibliollièqiie nalion. ù Paris. Supl. Franc, io f ’. . n». 210 (B). i’s. 29. B. y> 247. B 328. » 459. » 676. » 688. » 851. » 856. » 859. » 865. » 870. » 878. » 879. » 880. » 881» 886. i 889. » 893. B 910. » 918. ets’cntention Dès or commence sa raison. A un jor d’une Ascension Fu venuz devers Carlion Li rois Artusct tenu ot Cort molt riche à Camalot, Si riche corne au jor cstut. tes promerains, le lUS, a pos pr. A ces qui , HIS. Et à ces qui. assez mangié, B. assez reillié. redemandent. Prenez laquel que meuz amez. desus le fl, branc. Si s’entremetent. Tant que la chose à ice monte Quant il si grant paine i a mise, et si se haste. guenchist et tint. Dou gué m. q. b. li avint. Manquent dans K. Que mal le f. Le chevalier. Mes il li dit non fera voir. Rcson. Claime-li cuite. Vs. 922. K. >) 924. K. » 926. K. » 948. K. » 961. K. » 972. K. » 982. K. » 983 -4. » 885. K. » 992. K. » 1002. K. » 1014. K. » 1016. K. M 1026. K. » 1028. K. » 1061. K. » 1072. K. » 1080 _1 » 1085—6, » 1104. K Et lor si ol tel covenance. Qu’il li rent. Tel paor a qu’il la c. Trestoz marriz. angoisse et paine. que elc amenoit. Qui de tables estoitcoverte. Manquent dans K. Kten mi un dois grant et lé. Au chief del’ dois delez un banc. A un cleu et sa glaive prent, obnuble Et tant r’avoit I. ch. Lavez li mcngers 1. r. Cil lève, si se va seoir. O cui couchier il se devoit. Ne troverai qui le m’en ost: Se tu ne me scqucurs molt tost Il mehonira. . K. Car trop me tient vilainement. Lors voit la damoisele cil Descoverte. K. Mervelle a qu’il cstoit si os Mes au rescorre en ert li los Car à l’entrée etc. K’ataindrai mie si grant fais Vs. 1123. 1128. » 1129. » 1131. » 1135. w 1138. » 1143 » 1151. » 1168. » 1177. » 1193. » 1198. » 1208. » 1216. M 1225. » 1232. » 1272. » 1276. » 1285. » 1298. M 1303. » 1321. » 1334. K. Mereclaime ci molt sovenl. Le M S. porte : Et garde amont par la fencsire Le texte est rétabli d’après K. et B. K. Si voit deus cspées venir K. ne porcnt. K. Quant il vit qu’eles sont brisées. K. Entre aus se lance et llert de roule. -4. K. Et li tiers à lui assailli Et li quars qui pas n’i failli K. Einçois met et fet ses braz amples. K. A force de |)oig li errache. K. Nés se vos esticez. xxxvij. K. n’embeli. K. N’esloit de frait né esmié K. Covenz le sémont et estrousse. K. De gésir à li bien se guele. K. N’ert elc et bele cl gente. K. en un air ester. K. Que ge prisasse envers cestui K. C’onqucs nus boni n’osa emprendre. K. Si s’arme q’aïde n’atant, K. Et conduire me volieez K. à cel termine K. s’en iroit. K. Molt bel son plct el sa parole.
+Mes nus hom blasme ne l’an mete Se sor Crestïen a ovré, Car ç’a il fet par le boen gré Crestïen, qui le comança : Tant en a fet des lors an ça Ou Lanceloz fu anmurez, Tant con li contes est durez : Tant en a fet, n’i vialt plus metre Ne moins, por le conte malmetre. Ci faut li ROMANS DE LANCELOT DE LA CHARRETE
-Truui, (:poitraux) s
+Truui, ( :poitraux) s
-a fet; n’i
+a fet ; n’i
-La BibUothëque ’.-’niversi té d’Ottawa Echéance The Library Uni vers! ty of Ottawa Date Due
-CE IIVIIHI l|l|ll|ll * 3 9003 UU,i;u//ii/bb PQ 1445 .L5J6 1850 CE CHRESTIEN DE TROYES "^OMAN DE LA CHARETTE 1491876