Histoire de Belgique/Tome 6/Livre 3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice Lamertin (6p. 474-476).
LIVRE III
CHAPITRE PREMIER
I. 
— Les Belges et les alliés en 1814, 219. — Désarroi et incertitude de l’opinion, 220. — Impossibilité d’un mouvement national, 221. — Occupation et gouvernement du pays par les alliés, 223. — Ils laissent subsister l’organisation napoléonienne, 224. — Leurs concessions au clergé, 225. — Exploitation et mécontentement du pays, 226. — Vœux en faveur d’une restauration nationale sous la maison d’Autriche, 227. — Insuccès des démarches auprès de François II, 228. — Inquiétudes de l’opinion, 229. — Le baron Vincent, 230.
II. 
— Projets des alliés sur la Belgique, 231. — Les plans du cabinet de Londres, 232. — Les origines de l’union belgo-hollandaise, 233. — Avances de l’Angleterre à Guillaume d’Orange, 234. — Menées de Guillaume en Belgique, 235. — Les conventions de Chaumont et les huit articles, 236. — Guillaume gouverneur de la Belgique, 237. — Il y organise une armée, 238. — Son attitude à l’égard du clergé, 239. — Création du royaume des Pays-Bas, 239. — Guillaume prend le titre royal, 240. — Ses espérances durant les cent jours, 241. — Les Belges indifférents au retour de Napoléon, 242. — Constitution définitive du royaume des Pays-Bas, 243. — Il forme la barrière de l’Europe contre la France, 244.
CHAPITRE II
I. 
— Incompatibilité des Belges et des Hollandais, 246. — L’amalgame leur est imposé par les Puissances, 247. — Mauvaises dispositions des Belges à son égard, 249. — Garanties décrétées en leur faveur, 250.
II. 
— La Loi fondamentale hollandaise, 251. — Sa revision en vue de l’amalgame des Belges aux Hollandais, 253. — Désaccord au sein de la Commission de revision, 254. — La Loi fondamentale revisée, 255. — Son caractère absolutiste et censitaire, 256.
— Agitation contre la Loi fondamentale, 258. — Elle est rejetée par les notables, 260. — Sa promulgation par le roi, 261.
IV. 
— Le roi Guillaume, 262.
CHAPITRE III
I. 
— Inauguration de Guillaume à Bruxelles, 270. — Commencements maussades de son règne, 271. — Hostilité du clergé, 272. — Crise économique, 273. — Caractère monarchique de l’État, 274. — Les États-Généraux subordonnés au pouvoir royal, 275. — Allures libérales du roi, 276. — Prépondérance des Hollandais dans l’État, 277. — Caractère napoléonien de l’État, 278. — Les bonapartistes anticléricaux soutiennent le gouvernement, 279. — Émigrés français et libéraux belges, 281. — Le roi et les émigrés, 283. — La franc-maçonnerie, 283. — Le roi en face des libéraux et des catholiques, 284.
II. 
— Conflit du roi avec les évêques. Le jugement doctrinal. Mgr. de Broglie, 285. — Attitude de Rome, 287. — Mgr. de Méan et la question du serment, 288. — Condamnation de Mgr. de Broglie, 289. — Le régime de la presse, 290. — Politique anti-française du roi, 292. — Nationalisation administrative, 293. — Réforme de l’enseignement, 294. — Fondation des universités, 296. — Les athénées et les écoles primaires, 297. — L’Académie de Belgique, 298. — Imposition de la langue nationale, 299. — Impopularité du régime, 300.
— Bons résultats de la politique royale, 301. — Renouveau économique, 302. — Amélioration de l’état des esprits, 304. — Mécontentement du clergé, 305. — Le clergé sous l’influence française, 307. — Les édits de juin 1825, 309. — Le collège philosophique, 310. — Agitation des catholiques, 313. — Le Concordat, 314. — Rupture des catholiques avec le roi, 315.
CHAPITRE IV
.
I. 
— Impossibilité de l’amalgame belgo-hollandais, 316. — Illusions du roi, 318. — Orientation nouvelle du libéralisme, 319. — Louis de Potter, 321. — Les jeunes libéraux, 322. — Influence de Lamennais sur les catholiques, 323. — Union des catholiques et des libéraux, 325.
II. 
— Les partis et le roi, 325. — L’opposition parlementaire, 326. — L’opposition en dehors du parlement, 328. — Le pétitionnement, 329. — Procès de de Potter, 330. — Attitude du roi, 331. — Son imprudence, 333. — La lettre de Démophile, 335. — Second procès de de Potter, 336.
CHAPITRE V
I. 
— Avantages pour la Belgique de son union à la Hollande, 337. — Renaissance économique, 338. — Le prolétariat, 339. — Les industriels, 341. — Intervention du roi en faveur de l’industrie, 342. — Travaux publics, 344. — La Société Générale, 345. — Prospérité industrielle, 346. — L’agriculture et le commerce, 347. — Augmentation de la population, 348.
II. 
— Échec du gouvernement dans le domaine intellectuel, 349. — Continuation de l’influence française, 351. — La langue et la littérature françaises, 352. — Le mouvement scientifique, 354. — Défaut d’influence hollandaise, 355. — La langue et la littérature flamandes, 357. — La presse, 358.