éléments Wikidata

Livre:Decombe - Les anciennes faïenceries rennaises.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Decombe - Les anciennes faïenceries rennaises.djvu
TitreLes anciennes faïenceries rennaises, étude historique et critique
AuteurLucien Decombe Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionHyacinthe Caillière
Lieu d’éditionRennes
Année d’édition1900
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

TABLE DES MATIÈRES

Avant-Propos 
 1
CHAPITRE I. — Sommaire : A-t-il existé des faïenceries à Rennes avant le xviiie siècle ? — Les peintres verriers. — Un italien verrier et céramiste à Nantes au xvie siècle. — Céramistes italiens établis en Bretagne. — Obligation imposée en 1639 aux céramistes étrangers de former des apprentis français. — Quelques pièces du Musée de Rennes indiquant bien l’influence italienne. — Interruption de la fabrication locale. — Tentatives d’établissement de faïenceries par Campion en 1739, et par Cailleau en 1740. — En 1743, il n’existe plus en Bretagne qu’une seule faïencerie, celle de Quimper. — Les potiers de Rennes en 1748. 
 5
CHAPITRE II — LA MANUFACTURE DU PAVÉ SAINT-LAURENT. — Sommaire : Jean Forasassi, dit Barbarino, est autorisé à rétablir à Rennes une manufacture de « terre émaillée » en 1748. — De Charmoy lui succède l’année suivante — Sa chute en 1753. — Exploitation par une Société. — Acquisition de la manufacture par Duboys de la Vrillière en 1759. — Il sollicite divers privilèges ainsi que le titre de Manufacture royale. — Résistance de l’Intendant. — Intervention du duc d’Aiguillon. — Manufacture privilégiée. — Vente au sieur Leclerc en 1766. — Le conseiller Fourché de Quéhillac. — Leclerc demande pour son établissement le titre de Manufacture royale, qui lui est refusé. — Il sollicite des États de Bretagne un prêt de 30, 000 livres. — On lui prête 13, 000 livres. — Il meurt insolvable en 1773. — Recours des États contre de Rongouët, caution de Leclerc. — Acquisition de la manufacture par Jollivet, en 1775. — Demandes d’emprunts aux États. — Refus de ceux-ci. — Jollivet s’associe son gendre, Philippe Binet, en 1777. — La veuve Binet. — 

Joseph-Louis Ménard achète la manufacture en 1856. — Essais de porcelaine en 1865. — Fin de la fabrication en 1887. 18

CHAPITRE III. — LA MANUFACTURE DE LA RUE HUE. — Sommaire : Fondation de la Manufacture par Tutrel en 1749. — Les États lui prêtent 13,000 livres pour dix ans. — Il meurt en 1756. — René du Lattay lui succède. — Il s’associe son fils Louis-Marie. — Les États lui renouvellent pour dix autres années le prêt consenti à Tutrel. — Mort de René du Lattay en 1764. — Sa veuve lutte en vain contre la mauvaise fortune — Les États lui intentent des pour- suites. — Sa requête aux États de 1774. — Elle meurt sans pouvoir s’acquitter. — Son beau-fils Louis-Marie du Lattay lui succède. — Il meurt en 1781. — Requête de sa veuve aux États de 1786. — Fin de la fabrication en 1790 48

CHAPITRE IV. — LES FABRIQUES SECONDAIRES DU FAUBOURG-L’ÉVÊQUE ET DU BOULEVARD TOUSSAINTS. — Sommaire : La fabrique du Faubourg-l’Evêque. — Noblet. — Turel — La fabrique du boulevard Toussainls. — Jean Le Coz. 65

CHAPITRE V. — DÉCADENCE DES FAÏENCERIES RENNAISES DU XVIIe SIÈCLE. — Sommaire : Protection de la céramique française par les édits royaux de 1709 à 1785. — Traité de commerce du 26 septembre 1786 entre la France et l’Angleterre. — Ses effets désastreux. — Les marchands de Rennes en 1787. — L’invasion des faïences d’Angleterre. 68

CHAPITRE VI. — LA FAÏENCERIE DE LA RUE SAINT HÉLIER (FAÏENCERIE VAUMORT). — Sommaire : Jean Vaumort. — Son mariage (1812) et son premier établissement (1820). — Une fabrique à la chinoise. — Changement de local et extension de la fabrique (1827). — Personnel ouvrier. — Décès de Jean Vaumort (1843) — Sa veuve prend la direction de la maison. — Terre à faïence extraite du lit de la Vilaine, à Rennes. — Décès de Mme Vaumort (1855). — Auguste Vaumort, tourneur, puis peintre en faïence. — Son tempérament artistique. — Édouard Vaumort, peintre de genre et paysagiste. — Ses Almanachs des Postes. — Ses peintures sur faïence. — Collaboration des deux frères. — Fin de la fabrication (1878) 75

CHAPITRES VII. — Sommaire : Quelques céramistes des fabriques rennaises. — Hotêel de Ghoisy. — Alexis Bourgoin. César Bayol. — Baron. — Michel Derennes — Luc Bouchercau. — Tortia. — Raymond. — Pierre Leduc et Jean Morice 84

CHAPITRE VII. — Sommaire : La première exhibilion des faïences de Rennes en 1863. — L’Exposition de Céramique de 1864. — La récolte des faïences locales. — Formation et accroissement de la collection céramique du Musée de Rennes — Les caractères de la faïence de Rennes. 119

CHAPITRE IX. — LA CÉRAMIQUE RENNAISE AU MUSÉE ARCHÉOLOGIQUE DE RENNES 136

§ ler. Biscuit 137

§ 2. Faïences blanches sans décor 139

§ 3. Faïences à décor monochrome violet de manganèse et à décor où domine cette, couleur 142

§ 4 Faïences a décor monochrome bleu et à décor où domine le bleu 154

§ 5. Faïences à décor monochrome Jaune et à décor où domine le Jaune 162

§ 6. Faïences a décor polychrome 164

A. — Pièces attribuées à la première période des Faïenceries rennaises, dite « période italienne » 164

B. — Pièces fabriquées au XVIIIe siècle et dans la première moitié du XIXe 171

§ 7. Derniers produits artistiques des Faïenceries rennaises. Fabrique Vaumort, 1868-1878 188

A. — Pièces décorées par Auguste Vaumort 188

B. — Pièces dues à la collaboration des deux frères Auguste et Édouard Vaumort 194

C. — Pièces décorées par Édouard Vaumort 195

CHAPITRE X. — LES FAÏENCES DE RENNES DANS LES COLLECTIONS PUBLIQUES ET PARTICULIÈRES 197 § 1er Collections publiques 197

Musée céramique de la Manufacture nationale de Sèvres. 199

Musée des Thermes et de l’Hôtel de Cluny 202

Musée départemental d’archéologie de Nantes 203

Musée scientifique et archéologique de Laval 204

Musée national Adrien Dubouché, a Limoges. 204

Musée Archéologique de Lyon 205

Musée de Vitré 206

Musée de Fougères 207

§ 2. Collections particulières 210

ADDENDA 223


Rennes. — Imp. Eugène Prost.