Mémoires (Saint-Simon)/Tome 13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

TABLE DES CHAPITRES


DU TREIZIÈME VOLUME.


Chapitre i. — Amours du roi. — Belle inconnue très connue. — Mme Scarron ; ses premiers temps. — Extraction, famille et fortune du maréchal d’Albret. — Mme Scarron élève en secret M. du Maine et Mme la Duchesse, et [eux] reconnus et à la cour, demeure leur gouvernante. — Le roi ne la peut souffrir et s’en explique très fortement. — Elle prend le nom de Maintenon en acquérant la terre. — Le roi rapproché de Mme de Maintenon, qui enfin supplante Mme de Montespan. — Le roi épouse Mme de Maintenon. — Mme de Maintenon toute-puissante quitte les armes de son premier mari, à l’exemple de Mme de Montespan et de Mme de Thianges.
Chapitre ii. — Caractère de Mme de Maintenon. — Goût de direction. — Persécution du jansénisme. — Antérieures dissipations des saints et savants solitaires de Port-Royal. — Révocation de l’édit de Nantes. — Établissement de Saint-Cyr. — Vues de Mme de Maintenon, qui manque une seconde fois la déclaration de son mariage. — Mme de Maintenon seconde dame d’atours de la Dauphine de Bavière, qu’elle environne de personnes toutes à elle, inutilement. — Malheurs et mort de cette Dauphine. — Fénelon, archevêque de Cambrai, et Bossuet, évêque de Meaux, consultés et contraires à la déclaration du mariage. — Le premier achève d’être perdu. — Raisons qui sauvent l’autre. — Mme de Montespan chassée pour toujours de la cour. — Époque de l’union la plus intime entre Mme de Maintenon et le duc du Maine. — Crayon léger de celui-ci.
Chapitre iii. — Mécanique, vie particulière et conduite de Mme de Maintenon. — Adresse et conduite de Mme de Maintenon pour gouverner. — Coups de caveçon du roi pour gouverner, qui ne l’empêchent pas de l’être en plein. — Dureté du roi ; excès de contrainte avec lui. — Voyages du roi. — Sa manière d’aller. — Aventure de la duchesse de Chevreuse. — Mme de Maintenon voyage à part, n’en est guère moins contrainte. — Domestique de Mme de Maintenon. — Nécessité des détails sur Mme de Maintenon. — Grandeur particulière de Mme de Maintenon. — Autorité particulière de Mme de Maintenon.
Chapitre iv. — Adresse de Mme de Maintenon à se saisir des affaires ecclésiastiques. — Innocence éminente de la vie et de la fortune du cardinal de Noailles. — Cabales dévotes. — Utilité de la constitution à Mme de Maintenon. — Malheurs des dernières années du roi le rendent plus dur et non moins dupe. — Adresse de Mansart. — Malheurs du roi dans sa famille et dans son intime domestique, et sa grandeur dans les revers de la fortune. — Le roi considéré à l’égard de ses bâtards. — Piété et fermeté du roi jusqu’à sa mort. — Réflexions. — Jésuites laïques. — Autres réflexions. — Abandon du roi aux derniers jours de sa vie. — Horreur du duc du Maine.
Chapitre v. — Vie publique du roi. — Où seulement et quels hommes mangeoient avec le roi. — Matinées du roi. — Conseils. — Dîner du roi. — Service. — Promenades du roi. — Soirs du roi. — Jours de médecine. — Dévotions. — Autres bagatelles. — Le roi peu regretté.
Chapitre vi. — M. le duc d’Orléans surpris par la mort du roi. — La pompe funèbre réduite au plus simple. — Points d’états généraux. — Liberté accordée aux pairs sur les usurpations du parlement, puis commuée en protestations et promesses de décision. — Séance au parlement pour la régence. — Le duc de La Rochefoucauld reçu au parlement. — Scélératesse et piège du premier président, que le duc de La Rochefoucauld évite avec noblesse. — Duc du Maine arrive en séance. — Protestation des pairs sur les usurpations du parlement à leur égard, et interpellation à M. le duc d’Orléans sur sa promesse de les juger dès que les affaires du gouvernement seroient réglées, à laquelle il acquiesce en pleine séance. — Députation du parlement va quérir le testament et le codicille du roi. — Stairs dans une lanterne ; le duc de Guiche, bien payé, dans une autre. — Le régiment des gardes aux avenues. — Dreux, conseiller de la grand’chambre, fait à haute voie lecture du testament, et l’abbé Menguy, conseiller clerc de la grand’chambre, du codicille. — Discours de M. le duc d’Orléans. — Le testament du roi abrogé quant à l’administration de l’État. — Forte dispute publique, puis particulière, entre M. le duc d’Orléans et le duc du Maine sur le codicille du roi. — Sur l’avis du duc de La Force, je fais passer la dispute dans la quatrième des enquêtes. — Je l’y fais après suspendre, et fais lever la séance et remettre à l’après-dînée. — Mme la Duchesse ; en haine des bâtards, en récente et secrète mesure avec M. le duc d’Orléans, qui déclare M. le Duc, en séance, chef du conseil de régence. — Le régent rend au parlement les remontrances, lui promet de lui parler de la forme du gouvernement, et lève la séance avec grand applaudissement. — Mesures au Palais-Royal, où je vais dîner. — Courte joie du maréchal de Villeroy, etc. — Séance de l’après-dînée. — Discours de M. le duc d’Orléans. — Le duc du Maine ose à peine répondre. — Le codicille est en tout abrogé. — Le régent est revêtu de tout pouvoir. — Contenance des bâtards. — Acclamations. — Compliment du régent, qui propose six conseils et s’y appuie de Mgr le duc de Bourgogne, et pourquoi. — Applaudissements. — Fin de la séance. — Le régent retourne à Versailles, où, en arrivant, Madame lui demande pour grâce unique l’exclusion entière de l’abbé Dubois de tout, et en tire publiquement sa parole.
Chapitre vii. — Conseils à l’ordinaire. — Les entrailles du roi portées à Notre-Dame tout simplement. — Harangues des compagnies au roi. — Force réformes civiles. — Le cœur du roi fort simplement porté aux Grands-Jésuites. — Merveilleuse et prompte ingratitude. — Le régent visite à Saint-Cyr Mme de Maintenon, et lui continue sa pension. — Madame l’y visite aussi le même jour. — Le parlement continué pour un mois. — Le roi va à Vincennes. — Le corps du roi porté à Saint-Denis. — Entreprise de M. le Duc, qui fait monter avec lui dans le carrosse du roi le chevalier de Dampierre, son écuyer. — Le régent permet à tous les carrosses d’entrer dans la dernière cour du Palais-Royal, et à qui voulut de draper, jusqu’au premier président du parlement. — Nouveauté pour les magistrats de draper des plus grands deuils de famille et de porter des pleureuses. — Prisons ouvertes ; horreurs. — Duc du Maine et comte de Toulouse admis au conseil avec les seuls ministres du feu roi. — Mort de Mme de La Vieuville. — Mme la duchesse de Berry, à Saint-Cloud, fait Mme de Pons sa dame d’atours, et la remplace de Mme de Beauvau. — Duc d’Albret est grand chambellan sur la démission du duc de Bouillon, son père. — Le roi tient son premier lit de justice. — Le roi harangué par les compagnies à Vincennes. — Le chancelier se démet, pour quatre cent mille livres, de sa charge de secrétaire d’État. — Crosat ; quel ; fait grand trésorier de l’ordre pour des avances. — Térat ; quel ; en a le râpé. — Conseils, d’où pris, comment pervertis. — Je fais déclarer le cardinal et le duc de Noailles chef du conseil de conscience et président de celui des finances. — Réflexion sur le pouvoir et le grand nombre en matière de religion. — Conseil de conscience. — Caractère de Besons, archevêque de Bordeaux, puis de Rouen, de Pucelle et de Joly de Fleury. — Dorsanne ; son caractère et sa fin. — Conseil des finances. — Le chancelier de Pontchartrain raffermit secrètement son fils. — Conseil des affaires étrangères. — Conseil de guerre. — Caractère du duc de Guiche. — Les fortifications données à Asfeld. — Caractère de Saint-Contest et de Le Blanc. — Conseil de marine. — Conseil des affaires du dedans du royaume. — Caractère de Beringhen, premier écuyer, et du marquis de Brancas.
Chapitre viii. — Conseil de régence. — Caractère de Besons. — Torcy. — Bouthillier-Chavigny, ancien évêque de Troyes. — La Vrillière sans voix ; son caractère et ses fonctions. — Pontchartrain sans voix ni fonction. — Rage et conduite de Tallard. — Personnages des conseils. — Desmarets congédié avec une gratification de trois cent cinquante mille livres. — Trop juste augure de M. le duc d’Orléans. — Catastrophe de Mme Desmarets. — Bercy, son gendre, chassé. — Lieux des divers conseils. — Leurs appointements. — Règlements particuliers. — Prétention des conseillers d’État de ne céder qu’aux ducs et aux officiers de la couronne. — Noailles et Canillac avocats des conseillers d’État contre les gens de qualité. — J’expose au régent la qualité et le ridicule de cette prétention. — Mollesse du régent. — Adresse des conseillers d’État. — Effiat vice-président. — Forme des conseils du feu roi adoptée au conseil de régence. — Les maîtres des requêtes refusent de rapporter au conseil de régence, s’ils n’y sont assis, ou si ceux de ce conseil qui ne sont ni ducs, ni maréchaux de France, ou conseillers d’État, n’y sont debout tant que les maîtres des requêtes y seroient. — Les conseillers au parlement mis dans les conseils imitent les maîtres des requêtes, et le régent le souffre. — Deux exemples de l’inconvénient qui en résulte pour les affaires. — Les maîtres des requêtes cèdent enfin aussitôt après la mort du chancelier Voysin, et, sans plus de prétentions, rapportent debout au conseil de régence. — Les conseillers d’État emportent d’y précéder tout ce qui n’est pas duc ou officier de la couronne, lorsqu’ils y viennent extraordinairement.
Chapitre ix. — Éclat des princes du sang sur la qualité de prince du sang prise par le duc du Maine avec eux. — Protestation de MM. de Courtenay pour la conservation de leur état et droits, présentée au régent. — Malheur et extinction de cette branche de la maison royale. — Béthune épouse la fille du duc de Tresmes. — Nangis obtient de vendre le régiment d’infanterie du roi. — Poirier premier médecin du roi. — Mme la duchesse de Berry logée à Luxembourg avec sa cour, où Mme de Saint-Simon et moi ne voulûmes point habiter. — Villequier obtient les survivances du duc d’Aumont, son père. — Deux nouveaux premiers valets de chambre. — Le cardinal de Polignac vend sa charge de maître de la chapelle à l’abbé de Breteuil, depuis évêque de Rennes ; et le baron de Breteuil la sienne d’introducteur des ambassadeurs, à Magny. — Le marquis de Simiane lieutenant général de Provence ; et Fervaques gouverneur du Perche et du Maine, sur la démission de Bullion, son père. — Le prince Charles de Lorraine obtient un million de brevet de retenue sur sa charge de grand écuyer, et peu après la survivance du gouvernement de Picardie du duc d’Elboeuf. — J’eus aussi la survivance de mes deux gouvernements pour mes deux fils, et l’abbaye de Jumièges pour l’abbé de Saint-Simon. — Réflexion sur les coadjutereries régulières. — Grand et fort étrange présent du régent au duc de La Rochefoucauld. — Dépouille de l’appartement du feu roi au duc de Tresmes. — Noailles et Rouillé maîtres des finances, dont le conseil prend forme, et les autres conseils aussi. — Premier conseil de régence. — Je me raccommode avec le maréchal de Villeroy. — Placets dits à l’ordinaire. — Tentative échouée de Besons, qui s’éloigne de moi de plus en plus. — Amelot arrive de Rome, qui me conte un rare entretien entre le pape et lui sur la constitution. — Amelot exclu de tout, et pourquoi ; mis enfin à la tête d’un conseil de commerce. — Spectacles recommencés. — Don à Canillac. — Garde-robe et cassette du roi. — Le grand prieur est rappelé. — Belle-Ile obtient quatre cent mille livres comptant sur les états de Bretagne. — Quel fut Belle-Ile. — Sa famille. — Quels sont les Castille, dits Jeannin. — Caractère des deux frères Belle-Ile.
Chapitre x. — Pontchartrain reçoit en face les plus cruels affronts en plein conseil de régence. — Bassesse et avarice de Pontchartrain. — Désordre des finances. — Frayeur des partisans. — Plénoeuf en fuite. — Suite et détail des finances, trop fort et trop vaste pour moi à le raconter. — Replâtrage entre M. le Duc et le duc du Maine sur la qualité de prince du sang. — M. le Grand prétend toute supériorité et autorité sur la petite écurie et sur le premier écuyer du roi, et d’avoir la dépouille de la petite écurie. — Caractère de M. le Grand. — Faiblesse du conseil de régence. — Raisons de M. le Grand. — Raisons de M. le Premier. — M. de Troyes s’enfuit à Troyes, de peur de juger l’affaire de M. le Grand et de M. le Premier. — Conseil de régence où les prétentions du grand et du premier écuyer sont jugées toutes en faveur du premier écuyer. — Le premier écuyer me parle en faveur de sa femme et me presse de la recevoir. — Caractère de Mme de Beringhen. — Je reçois enfin sa visite. — Le régent permet au grand écuyer de protester, qui en abuse et tient l’affaire comme non jugée. — Continuation des mêmes démêlés, qui, après la mort de M. le Grand, tuent M. le Premier, et qui continuent entre leurs fils jusqu’à ce que le roi majeur décida comme avoit fait le conseil de régence. — Le prince Charles refuse de signer les dépenses de la petite écurie à l’ordinaire, sans examen. — M. le Duc, sur ce refus, les signes comme grand maître de France, et le grand écuyer en perd le droit.
Chapitre xi. — Mariage de Sandricourt qui me brouille pour toujours avec lui. — Obsèques du roi à Saint-Denis. — Caractère de Dreux. — Le régent veut la confusion et la division. — Je veux me retirer de tout à la mort du roi, et je me laisse raccrocher malgré moi par M. le duc d’Orléans. — Conduite de ce prince à l’égard des ducs. — Courte comparaison des assemblées de la noblesse en 1649 et en 1715. — Ressorts et fanatisme de celle-ci. — Le régent trompé sur cette prétendue noblesse. — Étrange personnage du duc de Noailles. — Le régent trompé sur le parlement. — Menées du duc de Noailles pour diviser les ducs, et faire tomber leurs poursuites contre les usurpations du parlement à leur égard ; à quoi enfin il réussit.
Chapitre xii. — Mme la duchesse de Berry obtient une compagnie de gardes. — Le chevalier de Roye en est capitaine et Rion lieutenant. — Ce que devient le chevalier de Roye. — Harling est aussi capitaine des gardes de Madame, mais sans compagnie. — Mme la duchesse d’Orléans prend quatre dames auprès d’elle, tôt après imitée en cela par Mme la Duchesse et par d’autres princesses du sang. — Mort du comte de Poitiers, dernier mâle de cette grande et illustre maison. — Mort d’Humbert. — Chirac en sa place premier médecin de M. le duc d’Orléans. — Vergagne bien singulièrement grand d’Espagne. — Mort de la princesse de Cellamare. — Le fils de Matignon finit son mariage, et est duc et pair de Valentinois. — Douze millions du clergé au roi. — Vingt mille livres de rente sur les juifs de Metz au duc de Brancas. — Pontchartrain reçoit ordre de donner la démission de sa charge de secrétaire d’État, qui est en même temps donnée à Maurepas, son fils. — Caractère du comte et de la comtesse de Roucy. — Éclat entre le comte et la comtesse de Roucy et moi, qui nous brouille pour toujours. — Le maréchal d’Harcourt obtient pour son fils la survivance de sa charge de capitaine des gardes du corps.
Chapitre xiii. — Mouvements d’Écosse. — Caractère de Stairs et ses menées. — Rémond ; quel. — Mouvements d’Angleterre. — Conduite de l’Espagne. — Manèges d’Albéroni pour gouverner seul. — Projets politiques d’Albéroni. — Cause de la dépendance des Provinces-Unies de l’Angleterre. — Albéroni éloigné de la France, encore plus du régent, méprise les bassesses du duc de Noailles. — Il chasse avec éclat le gouverneur du conseil de Castille. — Sa correspondance avec Effiat. — Négociation de Stairs pour la mutuelle garantie des successions de France et d’Angleterre. — Le régent y veut engager la Hollande. — Stairs presse le régent de faire arrêter le Prétendant, passant de Bar, caché, en Bretagne pour s’embarquer. — Le Prétendant échappe aux assassins de Stairs par le courage et l’adresse de la maîtresse de la poste de Nonancourt, qui en est mal récompensée. — Il s’embarque en Bretagne. — Impudence de Stairs et de ses assassins.
Chapitre xiv. — Pensées de l’Espagne, où Albéroni gagne peu à peu la principale autorité, et veut chasser le cardinal del Giudice. — Forte brouillerie entre Rome et Madrid. — Adresse d’Albéroni pour parvenir à la pourpre romaine. — Il veut faire des réformes et établir une puissante marine. — Miraval, ambassadeur en Hollande, choisi pour être gouverneur du conseil de Castille. — La Mirandole éloigné. — Traité de la Barrière signé entre l’empereur et les États généraux. — Soupçons qu’il cause, favorables au Prétendant. — Inquiétude de la France sur la conduite de l’Espagne, et la sienne en conséquence. — Plaintes de l’Angleterre de la conduite de la France à l’égard du Prétendant, et pareillement de celle d’Espagne. — Le pape et le clergé d’Espagne assistent le Prétendant, dont les affaires tournent mal. — L’Espagne se désiste, par un traité fort avantageux aux Anglois, des articles ajoutés au traité d’Utrecht. — Mesures de l’Espagne avec la Hollande sur le commerce. — Vanteries d’Albéroni. — Naufrage de la flottille d’Espagne richement chargée. — Plan d’Albéroni pour les réformes. — Voir les pièces, et quelles elles sont tant sur le détail des affaires étrangères que sur celles de la constitution. — Duels réveillés. — Charost obtient pour son fils la survivance de sa charge de capitaine des gardes du corps. — Bals de l’Opéra. — Raisons de tenir la cour à Versailles ; celles de M. le duc d’Orléans pour Paris. — Les médecins prolongent le séjour de Vincennes. — Les PP. Tellier et Doucin chassés de Paris. — Les jésuites interdits par les évêques de Metz et de Verdun. — Biron marie sa fille aînée à Bonac, et son fils aîné à la fille aînée du duc de Guiche. — Service du feu roi à Notre-Dame. — Mort d’une fille carmélite du maréchal de Villeroy, et de Mme de Sourches. — Mort de La Hoguette, archevêque de Sens ; son éloge. — Mort de Mme de Louvois. — Curiosités sur elle. — Mort de la femme du czarowitz. — Nouveau délai à Vincennes. — Les conseils de régence sont partagés entre Vincennes et Paris. — Mort et caractère du prince Camille. — Mort de l’électeur de Trèves (Lorraine). — Mariage du marquis d’Harcourt avec Mlle de Villeroy. — Caylus, réhabilité et absous de son ancien duel, fait une grande fortune en Espagne. — M. le duc d’Orléans a la faiblesse de pardonner à La Feuillade, de le nommer ambassadeur à Rome, et de le combler de grâces et de biens. — M. le duc dispute au duc du Maine et au comte de Toulouse le traversement du parquet. — Réception du duc de Valentinois au parlement différée. — Cruelle affaire suscitée à Desmarets, dont il se tire bien. — Je lui pare l’exil et me raccommode avec lui. — Peu après nous nous parlons très franchement à la Ferté l’un à l’autre. — Valeur des espèces augmentée. — D’Antin surintendant des bâtiments. — Le roi à Paris.
Chapitre xv. — 1716. — M. du Maine me fait une visite sans cause. — Je visite M. [le duc] et Mme la duchesse du Maine, qui me tiennent des propos fort singuliers, mais fort polis. — Abbé Dubois conseiller d’État d’Église. — Force évêchés et abbayes donnés. — Prédiction sur Cambrai singulière. — Conseil de commerce. — M. le Duc et le duc du Maine entrent au conseil de guerre. — Mort des reines douairières de Suède et de Pologne. — Mort, caractère et succession de la duchesse de Lesdiguières-Gondi. — Mort de Mme de Grancey. — Mort et caractère de Coulanges, et celui de sa femme. — Mort de Cavoye. — Veuvage de sa femme respectable et prodigieux. — Mort de Mlle d’Acigné. — Mort de Parabère. — Mariage du fils unique de M. de Castries. — Singularité étrange de Mme la duchesse d’Orléans. — Mariage de Broglio, mort maréchal de France et duc, avec une Malouine. — Mariage de Bellegarde avec la fille unique de Vertamont, à qui on donne un râpé de l’ordre. — Foule étrange de ces râpés et vétérans. — Mariage de Maubourg avec une fille du maréchal de Besons. — Mariage du duc de Melun avec une fille du duc d’Albert. — Mariage conclu, puis rompu avec éclat, du marquis de Villeroy avec la fille aînée du prince de Rohan, qui ne le pardonne pas. — Il marie sa fille au duc de La Meilleraye, et le marquis de Villeroy épouse la fille aînée du duc de Luxembourg. — Courtenvaux marie son fils à la dernière fille de la maréchale de Noailles, et lui donne sa charge des Cent-Suisses.
Chapitre xvi. — Je fais donner à La Vrillière voix au conseil de régence. — M. de Châtillon mestre de camp général, et M. de Clermont-Tonnerre commissaire général de la cavalerie. — La charge de secrétaire d’État de la guerre supprimée ; celle des affaires étrangères rétablie sans fonction, donnée à Armenonville, qui en paye quatre cent mille livres au chancelier Voysin. — Les conseillers d’État prétendent que la place de conseiller d’État est incompatible avec la charge de secrétaire d’État, et perdent leur procès contre Armenonville. — Avaraye ambassadeur en Suisse, et Bonac à Constantinople. — Maupertuis et Vins, capitaines des deux compagnies des mousquetaires, se retirent ; Artagnan et Canillac leur succèdent. — Réforme des troupes. — Querelle, combat, procédure et jugement entre le duc de Richelieu et le comte de Gacé. — Princes du sang, bâtards, pairs. — Épées aux prisons. — Querelle et combat entre MM. de Jonzac et de Villette. — Mort de Sourches, ci-devant grand prévôt, et de Lyonne, premier écuyer de la grande écurie, à qui succède le neveu de Sainte-Maure. — Chambre de justice contre les financiers. — Accident à un œil de M. le duc d’Orléans. — Payements se commencent. — Misère étrange des ministres employés par la France au dehors. — Mortification, puis don, aussi mal à propos l’un que l’autre, à Desmarets. — Cheverny gouverneur de M. le duc de Chartres ad honores. — Mme la duchesse de Berry usurpe des honneurs qu’elle ne conserve pas. — Son démêlé avec M. le prince de Conti. — S’abandonne à Rion. — Quel est Rion. — Il la maîtrise fort durement. — Contrastes de Mme la duchesse de Berry avec elle-même, et dans le monde, et aux Carmélites. — Mme d’Aydie dame de Mme la duchesse de Berry, au lieu de la mère du marquis de Brancas, qui rend sa place.
Chapitre xvii. — Vie, journées et conduite personnelle de M. le duc d’Orléans. — Le régent impénétrable sur les affaires dans la débauche, même dans l’ivresse. — Ses maîtresses. — Roués de M. le duc d’Orléans. — Énormités ecclésiastiques. — Démêlé des cours de Rome et de Turin sur le tribunal de la monarchie de Sicile. — Naissance de don Carlos, roi des Deux-Siciles. — Prince palatin électeur de Trèves. — Cabale qui, par intérêts particuliers, attache pour toujours le régent à l’Angleterre. — M. le duc d’Orléans n’a jamais désiré la couronne, mais le règne du roi et par lui-même. — Je propose au régent l’indissoluble et perpétuelle union avec l’Espagne, comme le véritable intérêt de l’État, dont la maison d’Autriche et les Anglois sont les ennemis essentiellement naturels. — Stralsund pris. — Le roi de Suède échappé et passé en Suède.
Chapitre xviii. — Traité de commerce avantageux à l’Angleterre signé à Madrid. — Albéroni a seul la confiance du roi et de la reine d’Espagne ; fait la réforme des troupes. — Revenus de la couronne d’Espagne. — Lenteurs de l’échange des ratifications du traité de la Barrière et du rétablissement des électeurs de Cologne et de Bavière. — Semences de mécontentement entre l’Espagne et l’Angleterre. — Albéroni tient le roi et la reine d’Espagne sous sa clef. — Sa jalousie du cardinal del Giudice, qu’il veut perdre, et du P. Daubenton, qu’il veut subjuguer. — Quel est ce jésuite. — Albéroni pointe au cardinalat, et se mêle des différends avec Rome. — Aubrusselle, jésuite françois, précepteur du prince des Asturies. — Dégoût del Giudice. — Fâcheux propos publics sur la reine et Albéroni qui prend un appartement dans le palais et se fait rendre compte en premier ministre. — Anglois et Hollandois veulent chasser les François des Indes. — Brocards sur Albéroni. — Friponneries de Stairs. — Haine des Anglois pour la France. — L’empereur tenté d’attaquer l’Italie. — Crainte de l’Italie de l’empereur et des Turcs. — Traité de la Barrière conclu. — Le régent propose la neutralité des Pays-Bas ; les Anglois, un renouvellement d’alliance aux Hollandois, dangereuse à la France, et y veulent attirer le roi de Sicile. — Le pape implore partout du secours. — Situation et ruses d’Albéroni. — Plaintes et disgrâces que cause sa réforme des troupes. — Le duc de Saint-Aignan s’en mêle mal à propos. — Hersent père ; son caractère ; son état. — Le Prétendant échoue en Écosse et revient. — L’Espagne lui refuse tout secours, caressée par l’Angleterre aigrie contre la France. — Impostures de Stairs pour l’aigrir encore plus. — Soupçons réciproques des puissances principales. — Adresse de Stanhope pour brouiller la France et l’Espagne, et pour gagner le roi de Sicile à son point. — Triste opinion générale de l’Espagne. — Ombrages d’Albéroni qui promet un grand secours au pape. — Triste et secrète entrevue du Prétendant et de Cellamare. — Berwick et Bolingbroke mal avec le Prétendant, qui prend Magny. — Quel est Magny. — Violents offices de l’Angleterre partout contre tout secours et retraite à ce prince. — Fausses souplesses à l’Espagne, jusqu’à se liguer avec elle pour empêcher l’empereur de s’étendre en Italie, et secourir le roi d’Espagne en France si le cas d’y exercer ses droits arrivoit. — But du secours d’Espagne au pape. — Le roi et la reine d’Espagne ne perdent point l’esprit de retour, si malheur arrivoit, en France. — Albéroni les y confirme. — Ses ombrages ; ses manèges ; son horrible duplicité. — Inquiétude de Riperda. — Crainte du roi de Sicile. — Liberté de discours du cardinal del Giudice. — Étrange scélératesse de Stairs confondue par elle-même. — Faux et malin bruit répandu sur les renonciations. — Propositions très captieuses contre le repos de l’Europe faites par l’Angleterre à la Hollande, qui élude sagement. — Frayeur égale du pape, de l’empereur et du Turc. — Stanhope propose nettement à Trivié de céder à l’empereur la Sicile pour la Sardaigne. — Stanhope emploie jusqu’aux menaces pour engager la Savoie contre la France. — But et vues de Stanhope. — Préférence du roi Georges de ses États d’Allemagne à l’Angleterre, cause de ses ménagements pour l’empereur. — Conseil de Vienne et celui de Constantinople divisés sur la guerre. — Escadres anglaise et hollandaise vont presser le siège de Wismar. — Nouvelles scélératesses de Stairs. — Intérêt du ministère anglois de toujours craindre la France pour tirer des subsides du parlement. — Continuation d’avances infinies de l’Angleterre à l’Espagne. — Monteléon en profite pour s’éclaircir sur la triple alliance proposée par l’Angleterre avec l’empereur et la Hollande. — Souplesse de Stanhope. — Crainte domestique du ministère anglois qui veut rendre les parlements septénaires.
Chapitre xix. — Le régent ne peut être dépris de l’Angleterre. — Scélératesse de Stairs et de Bentivoglio. — Sa faiblesse à leur égard ; comment conduite. — Le parti de la constitution n’oublie rien pour me gagner, jusqu’à une tentation horrible. — Conduite du duc de Noailles avec moi, et de moi avec lui. — Le cardinal de Noailles bénit la chapelle des Tuileries. — Mort du duc d’Ossone. — Entreprises du grand prieur à la fin arrêtées ; se plaint de moi inutilement. — Je l’empêche d’entrer dans le conseil de régence. — Mort de la duchesse de Béthune ; son état. — Mort de l’abbé de Vassé et du chevalier du Rosel, et de Fiennes, lieutenants généraux. — Mort de Valbelle et de Rottembourg, et du duc de Perth. — La Vieuville se remarie. — Forte scène entre le prince et la princesse de Conti. — Mme la duchesse de Berry mure les portes du jardin de Luxembourg, et fait abréger les deuils. — Elle est la première fille de France qui souffre dans sa loge les dames d’honneur des princesses du sang, et fait La Haye gentilhomme de la manche du roi. — Vittement sous-précepteur du roi. — Elle achète la Muette d’Armenonville, qui en est bien récompensé. — Mme la princesse de Conti, première douairière, achète Choisy. — M. le duc d’Orléans achète pour le chevalier d’Orléans la charge de général des galères ; donne au comte de Charolois soixante mille livres de pension ; fait revenir les comédiens italiens.
Chapitre xx. — Berwick va commander en Guyenne au lieu de Montrevel, qui va en Alsace et qui s’en prend à moi. — Berwick fait réformer sa patente, et n’est sous les ordres de personne, contre la tentative du duc du Maine. — Le parlement s’oppose au rétablissement des charges de grand maître des postes et de surintendant des bâtiments. — Ses vues, sa conduite, ses appuis. — Vues et intérêts de ses appuis. — Je me dégoûte d’en parler au régent. — Je lui en prédis le succès, et je reste là-dessus dans le silence. — Law, dit Las ; sa banque. — Mon avis là-dessus, tant au régent en particulier qu’au conseil de régence. — Elle y passe et au parlement. — Le régent me met, malgré moi, en commerce réglé avec Law, qui dure jusqu’à sa chute. — Vue de Law à mon égard. — Évêchés et autres grâces. — Arouet, poète, depuis Voltaire, exilé. — Un frère du roi de Portugal à Paris ; va servir en Hongrie. — Mort de Mme de Courtaumer et de Mme de Villacerf ; de la comtesse d’Egmont en Flandre ; sa famille. — Mort de la maréchale de Bellefonds et de la marquise d’Harcourt. — Le maréchal d’Harcourt, en apoplexie, perd la parole pour toujours. — Le roi, revenant de l’Observatoire, visite en passant le chancelier de Pontchartrain. — Mme de Nassau remise en liberté. — MM. le Duc et prince de Conti ont la petite vérole. — Naissance de la dernière fille de Mme la duchesse d’Orléans. — Mort de l’électeur palatin.
Chapitre xxi. — Soupçons et propos publics contre la reine d’Espagne et Albéroni. — Dégoût et licence del Giudice. — Triste état et emploi des finances. — Dégoût d’Albéroni sur Hersent. — Incertitudes d’Albéroni au dehors. — Le Prétendant tire quelques secours de lui, se retire à Avignon faute d’autre asile. — Les puissances maritimes offrent des vaisseaux à l’Espagne. — Leur intérêt. — Indiscrète réponse d’Albéroni. — Plaintes. — Frayeur de l’Italie du Turc et de l’empereur. — Albéroni trompe Aldovrandi, attrape les décimes et se moque de lui. — Ses vues. — Offres de l’Angleterre à l’Espagne contre la grandeur de l’empereur en Italie. — L’Angleterre se plaint d’Albéroni et le dupe sur l’empereur. — Le roi d’Angleterre veut aller à Hanovre. — Wismar rendu. — Frayeur des Hollandois de l’empereur. — Hauteurs partout des Impériaux. — Vues et adresses des Hollandois. — Hardiesse et scélératesse de Stairs. — Imprudence du régent. — Sagesse de Cellamare. — Canal de Mardick. — Naissance d’un fils à l’empereur. — Folle catastrophe de Langallerie. — Scélératesse ecclésiastique et temporelle de Bentivoglio. — Situation et inquiétudes d’Albéroni. — Parlements d’Angleterre rendus septénaires. — Vue et conduite des ministres anglois et de la Hollande à l’égard de la France et de l’empereur. — Albéroni inquiet se prête un peu à l’Angleterre. — Ses haines, ses fourberies, ses adresses, son insolence. — Albéroni veut savoir à quoi s’en tenir avec l’Angleterre ; ne tire de Stanhope que du vague, dont Monteléon voudroit que l’Espagne se contentât. — Souplesses de l’Angleterre pour l’Espagne. — Friponnerie et faussetés de Stanhope pour se défaire de Monteléon, qu’il trouvoit trop clairvoyant. — Albéroni, dupe de Stanhope et même de Riperda, ne songe qu’au chapeau. — Triste état du gouvernement d’Espagne. — Scandaleux pronostics du médecin Burlet sur les enfants de la feue reine. — L’Angleterre tâche de détourner la guerre de Hongrie. — Artifices contre la France. — Ligue défensive signée entre l’empereur et l’Angleterre, qui y veulent attirer la Hollande. — Conditions. — Prié gouverneur général des Pays-Bas. — Juste alarme du roi de Sicile. — Souplesses et artifices de l’Angleterre pour calmer l’Espagne sur cette ligue. — Albéroni change subitement d’avis et ne veut d’aucun traité. — Albéroni flatte le pape ; promet [des secours] ; envoie Aldovrandi subitement à Rome pour ajuster les difficultés entre les deux cours, en effet pour presser son chapeau. — Bentivoglio et Cellamare, l’un en méchant fou, l’autre en ministre sage, avertissent leur cour du détail de la ligue traitée entre la France et l’Angleterre. — Confidences de Stairs à Penterrieder. — Quel étoit ce secrétaire impérial. — Considérations diverses. — Manège infâme de Stairs. — Dure hauteur de l’empereur sur l’Espagne et la Bavière aux Pays-Bas. — Le roi de Prusse à Clèves. — Aldovrandi mal reçu à Rome, pénétré, blâmé. — Avis au pape sur le chapeau d’Albéroni. — Cour d’Espagne déplorable. — Jalousies et craintes d’Albéroni. — [Il] rassure la reine. — Ce qu’il pense de son caractère. — Bruits à Madrid fâcheux sur le voyage d’Aldovrandi. — Demandes du roi d’Espagne au pape. — Courte réflexion sur le joug de Rome et du clergé. — Vues et mesures de l’Espagne sur ses anciens domaines d’Italie. — Sage avis du duc de Parme. — Fol et faux raffinement de politique d’Albéroni. — Manèges étranges du ministère anglois sur le traité à faire avec la France. — Horreurs de Stairs. — Rare omission au projet communiqué de ce traité par les Anglois. — Fâcheuse situation intérieure de la Grande-Bretagne et de la cour d’Angleterre. — Vues du roi de Prusse. — Mauvaise foi de Stairs. — Intrigues de la cour d’Angleterre.

NOTES
I. Protestation des ducs et pairs à la séance du parlement. 466
II. Mépris pour les anciens usages pendant la régence. 466
III. Le maréchal de Noailles (Adrien-Maurice). 466
IV.
Conseil extraordinaire de finances tenu le 24 octobre 1715 pour l’institution de la banque de Law.
469


FIN DE LA TABLE DES CHAPITRES




Ch. Lahure, imprimeur du Sénat et de la Cour de Cassation, rue de Vaugirard, 9, près de l’Odéon.