Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome37.djvu/585

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


2054. 
Le comte d’Argental. Janvier 1750. — « Divin ange, la tête me tourne. » 
 C. et F.
2055. 
Mlle Clairon. 12 janvier au soir. — « Vous avez été admirable. » 
 B.
2056. 
Mlle Clairon. Janvier. — « Votre courage résiste-t-il. » 
 B.
2057. 
La duchesse du Maine. Paris, janvier. — « Ma protectrice, quelle est donc votre cruauté ? » 
 B.
2058. 
De Frédéric. Janvier. — « Quoi ! vous envoyez vos écrits. » 
 Pr.
2059. 
Mlle Clairon. Janvier. — « On a un peu forcé nature. » 
 B.
2060. 
Mme de Graffigny. Ce lundi au soir. — « Il faut que je répare. » 
 B.
2061. 
Mme de Graffigny. Ce mardi. — « Si Mme de Graffigny. » 
 B.
2062. 
Mlle Clairon. Janvier. — « Vous avez dû recevoir. » 
 B.
2063. 
De J.-J. Rousseau. Paris, 30 janvier. — « Un Rousseau se déclara autrefois votre ennemi. » 
 B.
2064. 
Frédéric II, roi de Prusse. À Paris, le 5 février 1750. — « Du sein des brillantes clartés. » 
 B.
2065. 
Destouches. Paris. — « Auteur solide, ingénieux. » 
 B.
2066. 
Le comte d’Argental. Février. — « Je m’éveille assez agréablement. » 
 C. et F.
2067. 
Le marquis des Issarts, ambassadeur de France à Dresde. Paris, 19 février. — « Je vous renvoie ce que je voudrais rapporter. » 
 B.
2068. 
De Frédéric. 20 février. — « La nuit, compagne du repos. » 
 Pr.
2069. 
Le marquis d’Argenson. Versailles, 10 mars 1750. — « On m’a renvoyé ici vos ordres. » 
 C. et F.
2070. 
Le marquis d’Argenson. Paris, 13 mars. — « J’arrive ; je suis assurément. » 
 B.
2071. 
M. Berryer, lieutenant général de police. Paris, 15 mars. — « Je me suis présenté à votre porte. » 
 C. et F.
2072. 
Frédéric II, roi de Prusse. Paris, 16 mars. — « Enfin d’Arnaud, loin de Manon. » 
 B.
2073. 
Frédéric II, roi de Prusse. Paris, 17 mars. — « Grand juge et grand faiseur de vers. » 
 B.
2074. 
Au lieutenant général de police. Paris, 19 mars 1750. — « M. le comte d’Argenson, monsieur, me fait dire. » 
 L. Led.
2075. 
M. de Mairan. 22 mars. — « Je suis venu pour avoir l’honneur. » 
 C. et F.
2076. 
Frédéric II, roi de Prusse. Paris, 3 avril 1750. — « Sire, voici des rogatons. » 
 B.
2077. 
Frédéric II, roi de Prusse. Paris, 13 avril. — « Grand roi, voici donc le recueil. » 
 B.
2078. 
Darget. Paris, 21 avril. — « Je profite avec un extrême plaisir. » 
 B.
2079. 
De Frédéric. 25 avril. — « J’espérais qu’au premier signal. » 
 Pr.
2080. 
Le comte d’Argental. — « J’ai envie de donner Cicéron. » 
 C. et F.
2081. 
Darget. Paris, 6 mai 1750. — « Voici une seconde faffée. » 
 B.
2082. 
Frédéric II, roi de Prusse. Paris, 8 mai. — « Oui, grand homme, je vous le dis. » 
 B.
2083. 
Le marquis d’Argenson. Sceaux, 8 mai. — « N’en disons mot. » 
 C. et F.
2084. 
Mlle Clairon. Mai. — « Belle Cléopâtre, je vous supplie. » 
 C. et F.