100%.png

Anciens mémoires sur Du Guesclin

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par Claude-Bernard PetitotFoucault.
Anciens Memoires du xive siècle, où l’on apprendra les avantures du fameux Bertrand Du Guesclin.
Page 1
Avis du Libraire-Éditeur, sur l’édition originale des anciens Mémoires.
2
Précis des Guerres entre la France et l’Angleterre, depuis 1076 jusqu’à 1380, servant d’Introduction aux Mémoires de Du Guesclin.
25
Anciens Mémoires sur Du Guesclin.
Chapitre I, où le lecteur admirera le penchant que Bertrand avoit pour la guerre dans son enfance même.
165
Chap. II. Bertrand remporta le prix dans un tournoy qui se fit au milieu de Rennes.
177
Chap. III, où l’on verra l’artifice et le courage avec lequel Bertrand s’empara de la citadelle de Fougeray.
180
Chap. IV, où l’on admirera le stratagême dont se servit Bertrand pour faire lever le siège de Rennes.
183
Chap. V. De l’avantage que Bertrand remporta dans le combat qu’il eut avec G. de Brambroc.
197
Chap. VI. De l’avantage que Bertrand remporta dans un combat singulier qu’il fit contre Thomas de Cantorbie.
209
Chap. VII. Siège mis devant Becherel par le comte de Mont fort, et levé dans la suite par composition. L’on y verra l’adresse avec laquelle Bertrand se tira des prisons de ce prince.
225
Chap. VIII. De l’attaque que Bertrand fit du château de Melun qu’il enleva d’assaut et sous les jeux de Charles.
234
Chap. IX. Du siège, assaut, prise et destruction du fort de Rouleboise et de la prise de Mante et de Meulan.
241
Chap. X. De la célèbre victoire que Bertrand remporta sur les Anglois devant Cocherel.
264
Chap. XI. De la prise de Valognes et de Carentan par Bertrand ; et de la victoire qu’il remporta sur les Anglois dans le même pais.
274
Chap. XII. Du siège que Jean de Monfort mit devant la citadelle d’Aüray, qui tenoit pour Charles de Blois, et pour qui Bertrand mena de fort belles troupes, à dessein de secourir la place.
283
Chap. XIII. De la bataille que Charles de Blois perdit avec la vie devant Aüray, contre Jean de Monfort, qui devint maître de la Bretagne par cette victoire.
293
Chap. XIV. De l’origine de la guerre qui se fit en Espagne entre le roy Pierre, dit le Cruel, et son frère naturel Henry.
306
Chap. XV. De la mort tragique de la reine Blanche de Bourbon, commandée par Pierre le Cruel, son propre mary.
312
Chap. XVI. De l’adresse dont Bertrand se servit pour faire un corps d’armée de tous les vagabonds de France et les mener en Espagne contre Pierre le Cruel.
321
Chap. XVII. De la prise que Bertrand fit de Maguelon et d’autres fortes villes d’Espagne.
338
Chap. XVIII. De la reddition volontaire que ceux de Burgos et de Tolède firent de leurs villes.
350
Chap. XIX. De la vaine tentative que fit Pierre auprès du roy de Portugal pour en obtenir du secours.
376
Chap. XX. De la foudre du ciel qui tomba miraculeusement sur Daniot et Turquant.
388
Chap. XXI. Du secours que le roy Pierre alla demander au prince de Galles.
393
Chap. XXII. Des lettres de cartel dont le prince de Galles envoya défier Henry.
400
Chap. XXIII. De la victoire que le prince de Galles remporta prés de Navarette en faveur de Pierre sur Henry et Bertrand, qui fut pris dans cette journée.
410
Chap. XXIV. De la reddition volontaire de Burgos, Tolede et Seville, entre les mains de Pierre ; et de l’ingratitude qu’il commit à l’égard du prince de Galles.
424
Chap. XXV. De l’artifice dont se servit Henry pour parler au roy d’Arragon.
432
Chap. XXVI. De la délivrance du maréchal d’Andreghem et du Besque de Vilaines, accordée par le prince de Galles, et de la reddition de Salamanque entre les mains d’Henry.
442


fin du quatrième volume.

Anciens Mémoires sur Du Guesclin.
Chapitre XXVII. De la rançon que paya Bertrand au prince de Galles, et du voyage qu’il fit en Espagne, avec tout son monde. 
 Page 1
Chap. XXVIII. De la grande bataille que Bertrand gagna sur le roy Pierre, qui, chez les sarrazins, tomba entre les mains d’un juif. 
 15
Chap. XXIX. De la dernière bataille que gagna Bertrand sur le roy Pierre, qui fut ensuite assiegé dans le château de Montiel où il se retira. 
 31
Chap. XXX. De la prise du roy Pierre, par le Besque de Vilaines. 
 44
Chap. XXXI. De la cérémonie qui se fit en l’hôtel de Saint Paul, à Paris, par Charles le Sage, en donnant l’épée de connétable à Bertrand, qui, sous cette qualité, donna le rendez-vous à touttes ses troupes dans la ville de Caën pour combattre les Anglois
 68
Chap. XXXII. De la prise du fort de Baux et de la ville de Bressière, et de la sortie que les anglois firent de Saint Maur sur Loire, après y avoir mis le feu, mais qui furent ensuite battus par Bertrand devant Bressière. 
 90
Chap. XXXIII. De la défaite et de la prise du comte de Pembroc, devant la Rochelle, par les flotes de France et d’Espagne. 
 110
Chap. XXXIV. De plusieurs places conquises par Bertrand sur les Anglais, et de la reddition de celle de Randan, devant laquelle il mourut après qu’on luy en eut porté les clefs. 
 124
I. Lettre de Du Guesclin et Felleton
 177
II. Acte signé par Jean de Grailly captal de Buch, pendant sa captivité
 179
III. Exemple des cantiques latins qu’on chantoit en France, du temps des ravages arrivés depuis la prise du roy Jean, etc
 181
IV. Alliance entre Bertrand Du Guesclin et Olivier de Clisson
 182
V. Extrait d’un registre de la chambre des comptes de Paris. Signatum D. Incipit 1359. Finit 1381. 
 185
VI. Testament de Du Guesclin
 185
Codicille du Testament de Du Guesclin
 190
VII. Détails de la cérémonie célébrée en 1389, à Saint-Denis, en l’honneur de Du Guesclin
 192
VIII. Acte par lequel Du Guesclin donne la terre de Cachamp au duc d’Anjou
 197
IX. Lettre de Bertrand Du Guesclin au duc d’Anjou
 198