éléments Wikidata

Livre:Flamel - Le Grand Éclaircissement de la Pierre Philosophale pour la Transmutation de tous les métaux, 1628.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Flamel - Le Grand Éclaircissement de la Pierre Philosophale pour la Transmutation de tous les métaux, 1628.djvu
TitreLe Grand Éclaircissement de la Pierre Philosophale pour la Transmutation de tous les métaux Voir et modifier les données sur Wikidata
AuteurNicolas Flamel Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionChez Louys Vendosme
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1628
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

TABLES DES MATIÈRES
entendues en ce livre par les lettres de l’Alphabet.


A
Signifie la miséricorde infinie du vrai Dieu.
B
La matière Lunaire, c’est à dire le Vin, dont est tiré notre précieuse liqueur.
C
Le premier esprit (séparé de son flegme) qui brûle du tout le coton mouillé d’icelui. Ce qu’étant, il le faut encore distiller une fois, en prenant seulement les deux tiers, comme verrez en la pratique. Raymond dit jusqu’à ce qu’il brûle le sucre au premier livre des quintessence.
DD
L’aiguisement de notre esprit rectifié, selon

que vous verrez en la pratique & préparation du rayon de miel, pour aiguiser ledit esprit.
E
La calcination, qui s’appelle le Menstrue végétable simple.
F
Notre Mercure ou bien terre & sa préparation en général, comme verrez en la pratique.
G
Le suc ou jus des deux Luminaires, desquels nous faisons vrai dissolution avec conservation de leur humidité radicale, qui est la vie d’iceux luminaire. Et si la dissolution n’est pas faites avec le jus susdit, ce ne sera jamais dissolution physique mais vulgaire. Au regard de celle ci nous vous commenterons

les opérations physiques ou bien naturelles, & est appelé Menstrue composé, Menstrue résolutif, Menstrue végétable, Menstrue minéral, Menstrue animal, eau vive & comme il sera circulé vous sentirez une odeur si grande, que la langue humaine ne saurait l’exprimer. Raymond dit qu’il y a deux sorte de Menstrue, végétable, Résolutif & Résoluble. Le résolutif est double, un céleste, & l’autre non. Le résoluble est une vapeur potentielle, qui est en tout corps métallique, conjoigant le soufre & argent vif qui ne peut être vu sans le résolutif.
Le résolutif est une quintessence tirée du vin, ou du tartre, de la nature duquel le résoluble produit son effet. Autrement c’est une eau ardente parfaitement rectifiée, par la vertu de laquelle tous corps sont dissous, putréfié, purifié, les éléments divisés, & la terre est exaltée en un sel, par sa merveilleuse vertu attractive, & qui cherche une autre eau que celle ci, il est fol & ignare, & ne parviendra jamais à aucun effet.
H
La calcination

des deux luminaires ; & de tous autre métaux imparfaits.
I
La philosophique dissolution.
K
La vrai putréfaction.
L
Le soufre vivifié & sublimé en général, tant des métaux parfaits qu’imparfaits : & après des individus, végétable & animaux, qu’il faut bien lire & relire en son chapitre.
M
Incération, qui est l’huile d’or, à savoir propre à incérer.
N
La séparation des éléments en général.
O
Incération qu’on

O
Inceration qu’on appelle sur la fin fermentation.
P
L’or
Q
L’argent
R
Le cuyvre
S
Le fer
T
Le plomb
V
L’Estaing.
X
Le mercure vulgaire, duquel se tire la moyenne substance, à laquelle faut bailler un des deux luminaires reduict en huille sans quoy il est impossible de faire transmutation.
FIN.

Achevé d’imprimer le 13. Aoust 1628.