75%.svg

Le Vicomte de Bragelonne

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Michel Lévy frères.
TABLE DES CHAPITRES

  • I – La lettre
  • II – Le messager
  • III – L’entrevue
  • IV – Le père et le fils
  • V – Où il sera parlé de Cropoli, de Cropole et d’un grand peintre inconnu
  • VI – L’inconnu
  • VII – Parry
  • VIII – Ce qu’était Sa Majesté Louis XIV à l’âge de vingt-deux ans
  • IX – Où l’inconnu de l’hôtellerie des Médicis perd son incognito
  • X – L’arithmétique de M. de Mazarin
  • XI – La politique de M. de Mazarin
  • XII – Le roi et le lieutenant
  • XIII – Marie de Mancini
  • XIV – Où le roi et le lieutenant font chacun preuve de mémoire
  • XV – Le proscrit
  • XVI – Remember !
  • XVII – Où l’on cherche Aramis, et où l’on ne retrouve que Bazin
  • XVIII – Où d’Artagnan cherche Porthos et ne trouve que Mousqueton
  • XIX – Ce que d’Artagnan venait faire à Paris
  • XX – De la société qui se forme rue des Lombards à l’enseigne du Pilon-d’or, pour exploiter l’idée de d’Artagnan
  • XXI – Où d’Artagnan se prépare à voyager pour la maison Planchet et Compagnie
  • XXII – D’Artagnan voyage pour la maison Planchet et Compagnie
  • XXIII – Où l’auteur est forcé, bien malgré lui, de faire un peu d’histoire
  • XXIV – Le trésor
  • XXV – Le marais
  • XXVI – Le cœur et l’esprit
  • XXVII – Le lendemain
  • XXVIII – La marchandise de contrebande
  • XXIX – Où d’Artagnan commence à craindre d’avoir placé son argent et celui de Planchet à fonds perdu
  • XXX – Les actions de la société Planchet et Compagnie remontent au pair
  • XXXI – Monck se dessine
  • XXXII – Comment Athos et d’Artagnan se retrouvent encore une fois à l’hôtellerie de la Corne du cerf
  • XXXIII – L’audience
  • XXXIV – De l’embarras des richesses
  • XXXV – Sur le canal
  • XXXVI – Comment d’Artagnan tira, comme eût fait une fée, une maison de plaisance d’une boîte de sapin
  • XXXVII – Comment d’Artagnan régla le passif de la société avant d’établir son actif
  • XXXVIII – Où l’on voit que l’épicier français s’était déjà réhabilité au XVIIe siècle
  • XXXIX – Le jeu de M. de Mazarin
  • XL – Affaire d’État
  • XLI – Le récit
  • XLII – Où M. de Mazarin se fait prodigue
  • XLIII – Guénaud
  • XLIV – Colbert
  • XLV – Confession d’un homme de bien
  • XLVI – La donation
  • XLVII – Comment Anne d’Autriche donna un conseil à Louis XIV, et comment M. Fouquet lui en donna un autre
  • XLVIII – Agonie
  • XLIX – La première apparition de Colbert
  • L – Le premier jour de la royauté de Louis XIV
  • LI – Une passion
  • LII – La leçon de d’Artagnan
  • LIII – Le roi
  • LIV – Les maisons de M. Fouquet
  • LV – L’abbé Fouquet
  • LVI – Le vin de M. de La Fontaine
  • LVII – La galerie de Saint-Mandé
  • LVIII – Les épicuriens
  • LIX – Un quart d’heure de retard
  • LX – Plan de bataille
  • LXI – Le cabaret de l’Image-de-Notre-Dame
  • LXII – Vive Colbert !
  • LXIII – Comment le diamant de M. d’Emeris passa entre les mains de d’Artagnan
  • LXIV – De la différence notable que d’Artagnan trouva entre monsieur l’intendant et monseigneur le surintendant
  • LXV – Philosophie du cœur et de l’esprit
  • LXVI – Voyage
  • LXVII – Comment d’Artagnan fit connaissance d’un poëte qui s’était fait imprimeur pour que ses vers fussent imprimés
  • LXVIII – D’Artagnan continue ses investigations
  • LXIX – Où le lecteur sera sans doute aussi étonné que le fut d’Artagnan de retrouver une ancienne connaissance
  • LXX – Où les idées de d’Artagnan, d’abord fort troublées, commencent à s’éclaircir un peu
  • LXXI – Une procession à Vannes
  • LXXII — La grandeur de l’évêque de Vannes
  • LXXIII — Où Porthos commence à être fâché d’être venu avec d’Artagnan
  • LXXIV — Où d’Artagnan court, où Porthos ronfle, où Aramis conseille
  • LXXV — Où M. Fouquet agit
  • LXXVI — Où d’Artagnan finit par mettre la main sur son brevet de capitaine
  • LXXVII — Un amoureux et une maîtresse
  • LXXVIII — Où l’on voit reparaître la véritable héroïne de cette histoire
  • LXXIX — Malicorne et Malicamp
  • LXXX — Manicamp et Malicorne
  • LXXXI — La cour de l’hôtel Grammont
  • LXXXII — Le portrait de madame
  • LXXXIII — Au Havre
  • LXXXIV — En mer
  • LXXXV — Les tentes
  • LXXXVI — La nuit
  • LXXXVII — Du Havre à Paris
  • LXXXVIII — Ce que le chevalier de Lorraine pensait de Madame
  • LXXXIX — La surprise de mademoiselle de Montalais
  • XC — Le consentement d’Athos
  • XCI — Monsieur est jaloux du duc de Buckingham
  • XCII — For ever
  • XCIII — Où Sa Majesté Louis XIV ne trouve mademoiselle de La Vallière ni assez riche ni assez jolie pour un gentilhomme du rang du vicomte de Bragelonne
  • XCIV — Une foule de coups d’épée dans l’eau
  • XCV — Baisemeaux de Montlezun
  • XCVI — Le jeu du roi
  • XCVII — Les petits comptes de M. Baisemeaux de Montlezun
  • XCVIII — Le déjeuner de M. de Baisemeaux
  • XCIX — Le deuxième de la Bertaudière
  • C — Les deux amies
  • CI — L’argenterie de madame de Bellière
  • CII — La dot
  • CIII — Le terrain de Dieu
  • CIV — Triple amour
  • CV — La jalousie de M. de Lorraine
  • CVI — Monsieur est jaloux de Guiche
  • CVII — Le médiateur
  • CVIII — Les conseilleurs
  • CIX — Fontainebleau
  • CX — Le bain
  • CXI — La chasse aux papillons
  • CXII — Ce que l’on prend en chassant aux papillons
  • CXIII — Le ballet des Saisons
  • CXIV — Les nymphes du parc de Fontainebleau
  • CXV — Ce qui se disait sous le chêne royal
  • CXVI — L’inquiétude du roi
  • CXVII — Le secret du roi
  • CXVIII — Courses de nuit
  • CXIX — Où Madame acquiert la preuve que l’on peut, en écoutant, entendre ce qui se dit
  • CXX — La correspondance d’Aramis
  • CXXI — Le commis d’ordre
  • CXXII — Fontainebleau à deux heures du matin
  • CXXIII — Le labyrinthe
  • CXXIV — Comment Malicorne avait été délogé de l’hôtel du Beau Paon
  • CXXV — Ce qui s’était passé en réalité à l’auberge du Beau Paon
  • CXXVI — Un jésuite de la onzième année
  • CXXVII — Le secret de l’État
  • CXXVIII — Mission
  • CXXIX — Heureux comme un prince
  • CXXX — Histoire d’une naïade et d’une dryade
  • CXXXI — Fin de l’histoire d’une naïade et d’une dryade
  • CXXXII — Psychologie royale
  • CXXXIII — Ce que n’avaient prévu ni naïade ni dryade
  • CXXXIV — Le nouveau général des jésuites
  • CXXXV — L’orage
  • CXXXVI — La pluie
  • CXXXVII — Tobie
  • CXXXVIII — Les quatre chances de Madame
  • CXXXIX — La loterie
  • CXL — Malaga
  • CXLI — La lettre de M. de Baisemeaux
  • CXLII — Où le lecteur verra avec plaisir que Porthos n’a rien perdu de sa force
  • CXLIII — Le rat et le fromage
  • CXLIV — La campagne de Planchet
  • CXLV — Ce que l’on voit de la maison de Planchet
  • CXLVI – Comment Porthos, Trüchen et Planchet se quittèrent tous amis, grâce à d’Artagnan
  • CXLVII – La présentation de Porthos
  • CXLVIII – Explications
  • CXLIX – Madame et de Guiche
  • CL – Montalais et Malicorne
  • CLI – Comment de Wardes fut reçu à la cour
  • CLII – Le combat
  • CLIII – Le souper du roi
  • CLIV – Après souper
  • CLV – Comment d’Artagnan accomplit la mission dont le roi l’avait chargé
  • CLVI – L’affût
  • CLVII – Le médecin
  • CLVIII – Où d’Artagnan reconnaît qu’il s’était trompé, et que c’était Manicamp qui avait raison
  • CLIX – Comment il est bon d’avoir deux cordes à son arc
  • CLX – Malicorne archiviste du royaume de France
  • CLXI – Le voyage
  • CLXII – Trium-féminat
  • CLXIII – Première querelle
  • CLXIV – Désespoir
  • CLXV – La fuite
  • CLXVI – Comment Louis avait, de son côté, passé le temps de dix heures et demie à minuit
  • CLXVII – Les ambassadeurs
  • CLXVIII – Chaillot
  • CLXIX – Chez Madame
  • CLXX – Le mouchoir de mademoiselle de La Vallière
  • CLXXI – Où il est traité des jardiniers, des échelles et des filles d’honneur
  • CLXXII – Où il est traité de menuiserie, et où il est donné quelques détails sur la façon de percer les escaliers
  • CLXXIII – La promenade aux flambeaux
  • CLXXIV – L’apparition
  • CLXXV – Le portrait
  • CLXXVI – Hampton-Court
  • CLXXVII – Le courrier de Madame
  • CLXXVIII – Saint-Aignan suit le conseil de Malicorne
  • CLXXIX — Deux vieux amis
  • CLXXX — Où l’on voit qu’un marché qui ne peut pas se faire avec l’un peut se faire avec l’autre
  • CLXXXI — La peau de l’ours
  • CLXXXII — Chez la reine mère
  • CLXXXIII — Deux amies
  • CLXXXIV — Comment Jean de La Fontaine fit son premier conte
  • CLXXXV — La Fontaine négociateur
  • CLXXXVI — La vaisselle et les diamants de madame de Bellière
  • CLXXXVII — La quittance de M. Mazarin
  • CLXXXVIII — La minute de M. Colbert
  • CLXXXIX — Où il semble à l’auteur qu’il est temps d’en revenir au vicomte de Bragelonne
  • CXC — Bragelonne continue ses interrogations
  • CXCI — Deux jalousies
  • CXCII — Visite domiciliaire
  • CXCIII — La méthode de Porthos
  • CXCIV — Le déménagement, la trappe et le portrait
  • CXCV — Rivaux politiques
  • CXCVI — Rivaux amoureux
  • CXCVII — Roi et noblesse
  • CXCVIII — Suite d’orage
  • CXCIX — Heu ! miser !
  • CC — Blessures sur blessures
  • CCI — Ce qu’avait deviné Raoul
  • CCII — Trois convives étonnés de souper ensemble
  • CCIII — Ce qui se passait au Louvre pendant le souper de la Bastille
  • CCIV — Rivaux politiques
  • CCV — Où Porthos est convaincu sans avoir compris
  • CCVI — La société de M. de Baisemeaux
  • CCVII — Le prisonnier
  • CCVIII — Comment Mouston avait engraissé sans en prévenir Porthos, et des désagréments qui en étaient résultés pour ce digne gentilhomme
  • CCIX — Ce que c’était que messire Jean Percerin
  • CCX — Les échantillons
  • CCXI — Où Molière prit peut-être sa première idée du Bourgeois gentilhomme
  • CCXII — La ruche, les abeilles et le miel
  • CCXIII — Encore un souper à la Bastille
  • CCXIV — Le général de l’ordre
  • CCXV — Le tentateur
  • CCXVI — Couronne et tiare
  • CCXVII — Le château de Vaux-le-Vicomte
  • CCXVIII — Le vin de Melun
  • CCXIX — Nectar et ambroisie
  • CCXX — À Gascon, Gascon et demi
  • CCXXI — Colbert
  • CCXXII — Jalousie
  • CCXXIII — Lèse-majesté
  • CCXXIV — Une nuit à la Bastille
  • CCXXV — L’ombre de M. Fouquet
  • CCXXVI — Le matin
  • CCXXVII — L’ami du roi
  • CCXXVIII — Comment la consigne était respectée à la Bastille
  • CCXXIX — La reconnaissance du roi
  • CCXXX — Le faux roi
  • CCXXXI — Où Porthos croit courir après un duché
  • CCXXXII — Les derniers adieux
  • CCXXXIII — M. de Beaufort
  • CCXXXIV — Préparatifs de départ
  • CCXXXV — L’inventaire de Planchet
  • CCXXXVI — L’inventaire de M. de Beaufort
  • CCXXXVII — Le plat d’argent
  • CCXXVIII — Captif et geôlier
  • CCXXXIX — Les promesses
  • CCXL — Entre femmes
  • CCXLI — La cène
  • CCXLII — Dans le carrosse de M. Colbert
  • CCXLIII — Les deux gabares
  • CCXLIV — Conseil d’amis
  • CCXLV — Comment Louis XIV joua son petit rôlet
  • CCXLVI — Le cheval blanc et le cheval noir
  • CCXLVII — Où l’écureuil tombe, où la couleuvre vole
  • CCXLVIII — Belle-Isle-en-Mer
  • CCXLIX — Les explications d’Aramis
  • CCL — Suite des idées du roi et des idées de d’Artagnan
  • CCLI — Les aïeux de Porthos
  • CCLII — Le fils de Biscarat
  • CCLIII — La grotte de Locmaria
  • CCLIV — La grotte
  • CCLV — Un chant d’Homère
  • CCLVI — La mort d’un Titan
  • CCLVII — L’épitaphe de Porthos
  • CCLVIII — La ronde de M. de Gesvres
  • CCLIX — Le roi Louis XIV
  • CCLX — Les amis de M. Fouquet
  • CCLXI — Le testament de Porthos
  • CCLXII — La vieillesse d’Athos
  • CCLXIII — Vision d’Athos
  • CCLIV — L’ange de la mort
  • CCLXV — Bulletin
  • CCLXVI — Le dernier chant du poëme
  • Épilogue
  • La mort de d’Artagnan
fin de la table des chapitres