100%.png

À tire-d’aile (Jacques Normand)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
À tire-d’aile
Calmann Lévy, éditeur.


TABLE.





RIMES ÉPARSES.


Pages.
I. 
Les Trois Fleurs (à M. E. Legouvé) 
 7
II. 
Les Ânesses (à M. E. Manuel) 
 15
IV. 
Billet de faire part (à C. Coquelin) 
 25
V. 
La Lionne (à Édouard Clunet) 
 32
VI. 
La Fête-DieuMlle Reichemberg, de la Comédie Française) 
 37
VII. 
 43
VIII. 
BerceuseMme Fleury, de la Comédie-Française) 
 49
X. 
Croquis (à René Delorme) 
 55
XIII. 
Les Pressentiments (à mon frère) 
 62
XIV. 
 70
XV. 
 73
XVI. 
Les deux Prières (à ma mère) 
 77
XVII. 
 81
 83
XIX. 
Les Tentations d’Antoine (à M. E. Delannoy) 
 85


EN AIMANT.


 95
II. 
 97
III. 
 106
IV. 
Les Violettes (à Alphonse Daudet) 
 108
V. 
 115
VI. 
 118
VII. 
 123
VIII. 
Dans les Fleurs (à Hector Salomon) 
 126
IX. 
Vendetta (à Pierre Berton) 
 129
XI. 
Souhait (à J. Massenet) 
 142
XII. 
La Rêvée (à E. M…) 
 144
XIII. 
 150
XIV. 
 154


SONNETS.


I. 
 161
III. 
 165
IV. 
Le Charme (à madame H. B…) 
 167
VI. 
Meâ Culpâ ! (à madame X…) 
 171
VII. 
L’artiste (à N. de Swetschinsky) 
 173


DANS LE PASSÉ.


I. 
Églogue (à Eugène Tassin) 
 177
II. 
Le Détroit de Mull (à M. A. Joanne) 
 187
III. 
Belle Erembor (à J. Claretie) 
 193
IV. 
La mort de Roland (à M. Léon Gautier) 
 196
V. 
 205
VI. 
Le Rêve du Prieur (à Ernest Coquelin) 
 207
VIII. 
La Veuve (à Abraham Dreyfus) 
 219
X. 
Le Laurier-rose (à madame L. de C…) 
 227


ANDRÉ CHÉNIERPaul Déroulède
 241