Correspondance de Voltaire/1711-1720

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : Années 1711 à 1720
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 33p. tdm).
◄   
1711

1. 
M. Fyot de La Marche. 8 mai 1711. — « Ma lettre va augmenter. » 
2. 
M. Fyot de La Marche. 23 mai 1711. — « Tout frais émoulu d’une retraite. » 
 H. B.
3. 
M. Fyot de La Marche. 3 juin 1711. — « Vous me parlez, monsieur. » 
 H. B.
4. 
M. Fyot de La Marche. 23 juillet 1711. — « Que je suis ravy. » 
 H. B.
5. 
M. Fyot de La Marche. (6 ou 7 août 1711). — « J’ai différé deux ou trois jours. » 
 H. B.

1713

6. 
Mlle Dunoyer. 1713. — « Lisez cette lettre en bas. » 
 B.
7. 
Mlle Dunoyer. 1713. — « Je suis ici prisonnier. » 
 B.
8. 
Mlle Dunoyer. 1713. — « Je ne partirai, je crois. » 
 B.
9. 
Mlle Dunoyer. 1713. — « Je viens d’apprendre, mon cher cœur. » 
 B.
10. 
Mlle Dunoyer. 1713. — « Je ne sais si je dois. » 
 B.
11. 
Mlle Dunoyer. 6 décembre 1713. — « On a découvert notre entrevue. » 
 B.
12. 
Mlle Dunoyer. 10 déc. 1713. — « Je vous écris une seconde fois. » 
 B.
13. 
Mlle Dunoyer. 13 décembre 1713. — « Je ne sais que d’hier. » 
 B.
14. 
Mlle Dunoyer. 16 décembre 1713. — « Est-il possible, ma chère maîtresse. » 
 B.
16. 
Mlle Dunoyer. 19 décembre 1713. — « Je suis parti lundi. » 
 B.
17. 
Mlle Dunoyer. 28 décembre 1713. — « Je suis parti de la Haye. » 
 B.

1714

18. 
Mlle Dunoyer. 2 janvier 1714. — « Depuis que je suis à Paris. » 
 B.
19. 
Mlle Dunoyer. 20 janvier 1714. — « J’ai reçu, ma chère Olympe. » 
 B.
20. 
Mlle Dunoyer. 10 février 1714. — « Ma chère Pimpette. » 
 B.
1715
21 
Mme la marquise de Mimeure. Juillet 1715. — « J’ai vu, madame, votre petite chicane. » 
 B.
1716
22. 
L’abbé de Chaulieu. 20 juin 1716. — « Monsieur, vous avez beau vous défendre. » 
 B.
23. 
L’abbé de Chaulieu. 15 juillet 1716. — « À vous, l’Anacréon du Temple. » 
 B.
24. 
Le duc de Brancas. Sully, 1716. — « Je crois qu’il suffit. » 
 B.
25. 
Le marquis d’Ussé. 20 juillet 1716. — « Je ne sais si vous vous souviendrez. » 
 B.
26. 
La marquise de Mimeure. Sully, 1716. — « Je vous écris de ces rivages. » 
 B.
27. 
L’abbé de Bussy. Sully, 1716. — « Non, nous ne sommes point tous deux. » 
 B.
28. 
Le prince de Vendôme. 1716. — « De Sully, salut et bon vin. » 
 B.
29. 
À M. ***. 1716. — « Jouissez, monsieur, des plaisirs de Paris. » 
 B.
30. 
La Faye. 1716. — « La Faye, ami de tout le monde. » 
 B.
1717
31. 
Le duc de Sully. — « M. de Basin, lieutenant de robe courte. » 
 B.
1718
32. 
M. le lieutenant de police. Vendredi saint 1718. — « Souffrez que le premier usage. » 
 B.
33. 
M. le comte de Maurepas. 2 mai 1718. — « Mes malheurs et mon innocence. » 
 R. rét.
34. 
M. le comte de Maurepas. 29 mai 1718. — « Si vous avez quelque pitié de mes malheurs. » 
 R. rét.
35. 
Le duc d’Orléans. 1718. — « Faudra-t-il que le pauvre Voltaire. » 
 B.
36. 
M. le comte de Maurepas. 4 juillet 1718. — « Les obligations que je vous ai. » 
 R. rét.
1719
37. 
La marquise de Mimeure. 1719. — « On ne peut vaincre sa destinée. » 
 B.
38. 
La marquise de Mimeure. 1719. — « Je vais demain à Villars. » 
 B.
40. 
Génonville. 1719. — « Ami que je chéris. » 
 B.
41. 
La marquise de Mimeure. 1719. — « Auriez-vous, madame. »… 
 B.
1720
42. 
Thieriot. 1720. — « Je vous confie, mon cher ami. » 
 C. et F.
43. 
Thieriot. Samedi 25 … 1720. — « Voici une lettre pour M. le duc d’Orléans. » 
 C. et F.
44. 
Thieriot. Au Bruel, 13 novembre 1720. — » On n’entend parler ni de vous. » 
 C. et F. (suppl.)