Correspondance de Voltaire/1721-1730

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : Années 1721 à 1730
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 33p. tdm).
1721
45. 
Fontenelle. Juin 1721. — « Les dames qui sont à Villars. » 
 B.
46. 
Thieriot. 1721. — « Je suis encore incertain. » 
 B.
  
— Bavoux et François : « Comment vont vos craintes… 
 B. et F.


47. 
Thieriot. 1721. — « J’irai à Chatenay. » 
 B.


1722
48. 
J.-B. Rousseau. 23 janvier 1722. — « M. le baron de Breteuil m’a appris. » 
 B.
49. 
La présidente de Bernières. Mercredi,… 1722. « J’attends votre retour. » 
 C. et F.
50. 
La présidente de Bernières. Villars, 1722. — « Si j’avais eu une chaise de poste. » 
 C. et F.
51. 
La présidente de Bernières. Villars, 1722. — « Je resterai encore sept ou huit jours. » 
 C. et F.
52. 
La présidente de Bernières. Jeudi … 1722. — « J’ai assez bonne opinion de vous. » 
 C. et F.
53. 
La présidente de Bernières. 1722. — « Vous avez grand tort de vous imaginer. » 
 C. et F.
 S.-B.
55. 
Cardinal Dubois. 28 mai 1722. — « J’envoie à Votre Éminence. » 
 B.
  
Mémoire touchant Salomon Lévi. 
 B.
56. 
Thieriot. Vendredi, juillet 1722. — « M. le duc de Sully vient d’arriver à Villars. » 
 B. et F.
57. 
Cardinal Dubois. Cambrai, juillet 1722. — « Une beauté qu’on nomme Rupelmonde. » 
 B.
58. 
Thieriot. 6 septembre 1722. — « Le plaisir de voyager avec Mme de Rupelmonde. » 
 B. et F.
59. 
Thieriot. 10 sept. 1722. — «Je ne sais si je vous ai bien donné. » 
 C. et F. (suppl.)
60. 
Thieriot. 11 septembre 1722. — « Je suis fort étonné de la colère. » 
 B.
61. 
Thieriot. La Haye, 2 octobre 1722. — «Je reçois ce vendredi. » 
 B. et F.
62. 
La présidente de Bernières. La Haye, 7 octobre 1722. — « Votre lettre a mis un nouvel agrément.» 
 B.
63. 
Thieriot. La Haye, 8 octobre 1722. — « Vous avez dû recevoir. » 
 C. et F.
64. 
Thieriot. Marimont, 27 .... 1722. — « Chemin faisant, mon cher ami. » 
 C. et F. (suppl.)
65. 
Mademoiselle***. 30 octobre 1722. — « Je me souviens avec trop de plaisir. » 
 C. et F.
66. 
Thieriot. Au Bruel. — « J’arrive au Bruel et j’en pars. » 
 B.
67. 
Thieriot. 1722. — « Vous m’inquiétez beaucoup. » 
 B.
68. 
Thieriot. — « Je pars du Bruel. » 
 B.
69. 
Thieriot. — 5 décembre 1722. — « En arrivant à Ussé. » 
 B.
70. 
Thieriot. Ussé, 1722. — « Comme je crois que je serai obligé. » 
 B. et F.
71. 
Moncrif. Ussé, — « Il me semble, mon cher monsieur. » 
 C. et F.
72. 
Thieriot. Ussé, 12 déc. 1722. — « Voici, mon ami, cinq fleurons. » 
 C. et F.
73. 
Thieriot. — « Si vous avez été hier chez M. de Pouilly. » 
 B. et F.
74. 
Thieriot. Ussé, 19 décembre. — « La poste a retardé. » 
 C. et F.
75. 
Thieriot. Fin décembre. — « Qu’ai-je donc fait pour vous. » 
 B.
76. 
La présidente de Bernières, à la Source. — « Nous voilà arrivés dans notre ermitage. » 
 C. et F.
1723
77. 
Thieriot. Blois, 2 janvier 1723. — « Il faut que je vous fasse part. » 
 B.
78. 
Thieriot. 3 janvier 1723. — « J’écris par extraordinaire. » 
 B.
79. 
La présidente de Bernières. Ussé, 5 janvier 1723. — « Il vient de me prendre. » 
 C. et F.
80. 
La présidente de Bernières. Ussé, 15 janvier. — « J’ai reçu au château d’Ussé. » 
 C. et F.
81. 
Thieriot. Rouen. — « Venez, mon cher ami. » 
 B.
82. 
La présidente de Bernières. Paris, mai. — « Comme je ne veux pas perdre de temps. » 
 C. et F.
83. 
La présidente de Bernières. Paris, juin. — « Pour première nouvelle, je vous dirai. » 
 B.
84. 
Thieriot Juin. — « Je suis infiniment flatté. » 
 B. et F.
85. 
Thieriot. Ce samedi. — « Je viens de recevoir ce que vous savez. » 
 C. et F.
86. 
Cideville. Paris, juin. — « Quelque bonne que pût être. » 
 B.
87. 
Thieriot. à la Rivière Bourdet. Paris, juin. — « Si vous avez soin de mes affaires. » 
 B.
88. 
La présidente de Bernières. Juillet. — « Votre gazette ne sera pas longue.» 
 B.
89. 
La présidente de Bernières. Juillet. — « Je pars dans l’instant pour Villars. » 
 B.
90. 
Thieriot. Samedi, août 1723. — « Je reçois votre billet samedi matin.» 
 B. et F.
91. 
La présidente de Bernières. Ce samedi. — « Vous croyez bien que ce n’est pas. » 
 B.
92. 
Thieriot. — « J’arrive de Villars avec un grand mal de gorge. » 
 B. et F.
93. 
Thieriot. 1723. — « Je viens d’écrire une grande lettre. » 
 C. et F.
94. 
La présidente de Bernières. Août. — « Comme je vous ai mandé. » 
 C. et F.
95. 
Moncrif. 11 (ou 12) sept. — « Il n’y avait qu’une lettre. » 
 C. et F.
96. 
Moncrif, 23 septembre. — « Je viens d’écrire à M. d’Argenson. » 
 C. et F.
97. 
La présidente de Bernières. — « Je partis de chez vous vendredi. » 
 C. et F. (suppl.)
98. 
Thieriot. Lundi. — « Je pars de Villars dans le moment. » 
 C. et F.
99. 
La présidente de Bernières. 20 octobre. — « Je partais pour vous aller retrouver. » 
 C. et F.
100. 
La présidente de Bernières. 30 octobre. — « C’est une chose misérable. » 
 C. et F.
101. 
Le baron de Breteuil. Décembre 1723. — « Je vais vous obéir. » 
 B.
102. 
La présidente de Bernières. — « Je me porte un peu mieux. » 
 C. et F.
103. 
La présidente de Bernières. 20 décembre. — « Je reçus votre dernière lettre hier 19. » 
 B.
104. 
Cideville. 28 décembre. — « Déjà de la Parque ennemie. » 
 B.
105. 
Thieriot. — « Vous voilà placé, et vous, etc. » 
 P. in. 1820.


1724
106. 
Thieriot. 1724. — « Envoyez-moi mes lettres. » 
 B. et F.
107. 
M. Cambiague, à Londres. — « Les bontés dont vous m’honorez. ». 
 C. et F.
108. 
M. de Mairan. 1724. — « Vous aviez très-bien deviné. » 
 G. et F.
109. 
M. de Mairan. — « J’avais, monsieur, une extrême envie. » 
 G. et F.
111. 
Thieriot. Forges, 2 juillet. — « Les eaux de Forges enivrent. » 
 C. et F. (suppl.)
112. 
La présidente de Bernières. — « Je reçois dans ce moment. » 
 B.
113. 
Thieriot. 20 juillet. — « Plus de Nouvelles à la main. » 
 B.
114. 
La présidente de Bernières. 20 juillet. — « Je voudrais bien que vous ne sussiez rien. » 
 B.
115. 
La présidente de Bernières. Fin juillet 1724. — « Je vous fais mon très-sincère compliment. » 
 C. et F.
116. 
La présidente de Bernières. Août. — « La mort malheureuse de M. de Melun. » 
 B.
117. 
Thieriot. 5 août. — « Il faut encore, mon cher Thieriot. » 
 B.
118. 
La présidente de Bernières. — « Il ne faut pas trop compter sur nos projets. » 
 C. et F.
119. 
La présidente de Bernières. 16 août. — « J’arrivai hier à Paris. » 
 B.
120. 
Thieriot. — « Me si fata meis. » 
 C. et F.
121. 
La présidente de Bernières. Septembre. — « Je vis hier M. d’Argenson. » 
 C. et F.
122. 
La présidente de Bernières. — « Je sors de la mort. » 
 C. et F.
123. 
Thieriot. 24 août. — « Mandez-moi, mon cher ami. » 
 B.
124. 
Thieriot. 10 sept. — « Me voilà quitte entièrement. » 
 B.
125. 
Gideville. — « Enfin, je ne suis plus tout à fait. » 
 B.
126. 
La présidente de Bernières. Septembre. — « Je loge enfin chez vous. » 
 B.
127. 
La présidente de Bernières. — « Depuis que je ne vous ai écrit. » 
 B.
128. 
Thieriot. 26 sept. — « Ma santé ne me permet pas. » 
 B.
129. 
La présidente de Bernières. Octobre. — « Vous allez probablement achever. » 
 B.
130. 
Thieriot. — « Comme je vous écrivis hier. » 
 C. et F. (suppl.)
131. 
La présidente de Bernières. Octobre. — « Est-il possible que vous n’avez pas reçu. » 
 B.
132. 
Thieriot. Octobre. — « Quand je vous ai proposé. » 
 B.
133. 
La présidente de Bernières. Octobre. — « Je suis bien charmé. » 
 B.
134. 
Thieriot. Octobre. — « Mon amitié, moins prudente. » 
 B.
135. 
Thieriot. Octobre. — « Vous m’avez causé un peu d’embarras. » 
 B.
136. 
La présidente de Bernières. Novembre. — « Je viens de recevoir votre lettre. » 
 B.
137. 
Gideville. — « À quel misérable état faut-il. » 
 B.
138. 
Thieriot. — « Enfin, je crois que vous m’aimez. » 
 C. et F.
139. 
La présidente de Bernières. 28 novembre 1724. — « Je vous écris d’une main lépreuse. » 
 B.

1725

140. 
La présidente de Bernières. — « La première chose que j’ai faite. » 
 B. et F.
141. 
La présidente de Bernières. Lundi, juin. — « Je vins hier à Paris. » 
 B.
142. 
Le comte d’Argental. 1723. — « Je répondrai à nosseigneurs les comédiens. » 
 C. et F.
143. 
Thieriot. 23 juin 1725. — « J’ai toujours bien de l’amitié. » 
 B.
144. 
La présidente de Bernières. 27 juin. — « Je sors de chez Silva. » 
 B.
145. 
La présidente de Bernières. 2 juillet. — « Me voici donc prisonnier. » 
 B.
146. 
La présidente de Bernières. 23 juillet 1725. — « Depuis que je ne vous ai écrit. » 
 B.
147. 
Thieriot. 25 juillet. — « Je vous enverrai la Recherche, etc. » 
 C. et F.
148. 
La présidente de Bernières. 20 août. — « Depuis un mois entier. » 
 B.
149. 
Thieriot. 25 août 1725. — « C’est au coche qui partit mercredi. » 
 C. et F.
150. 
La présidente de Bernières. Septembre. — « Vous imagineriez-vous que j’étais. » 
 C. et F.
151. 
La présidente de Bernières. Septembre. — « Hier, à dix heures et demie. » 
 B.
152. 
La présidente de Bernières. 17 septembre. — « Pendant que Louis XV et Marie-Sophie-Félicité. » 
 B.
153. 
La présidente de Bernières. 8 octobre. — « Je viens de recevoir une lettre. » 
 B.
154. 
Thieriot. 17 octobre. — « Je mérite encore mieux vos critiques. » 
 B.
155. 
La présidente de Bernières. 18 octobre. — « Gervasi va partir. » 
 B.
156. 
La présidente de Bernières. 13 novembre. — « La reine vient de me donner. » 
 B.
    Thieriot. — « Ne croyez pas. » 
 B.
    L’abbé Desfontaines. — « Et vous, mon cher abbé. » 
 B.
157. 
M. Potet. — « Que vous êtes heureux ! » 
 C. et F.

1726

158. 
La présidente de Bernières. — « J’ai été à l’extrémité. » 
 C. et F.
159. 
Au ministre du département de Paris. — « Le sieur de Voltaire remontre. » 
 B. A. (var.)
160. 
Thieriot. De la Bastille, avril 1726. — « J’ai été accoutumé à tous les malheurs. » 
 C. et F. (suppl.)
161. 
Thieriot. — « On doit me conduire demain. » 
 B.
162. 
La présidente de Bernières. — « On doit me conduire demain. » 
 C. et F. (suppl.)
163. 
Thieriot. Calais, 5 mai 1726. — « Je n’ai que le temps de vous dire. » 
 B. et F.
164. 
Madame de Ferriol. Calais, 6 mai. — » N’auriez-vous point, madame. » 
 C. et F. (suppl.)
165. 
Thieriot. 12 août 1726. — « J’ai reçu bien tard. » 
 B.
166. 
Mademoiselle de Bessières. — « Je reçois, mademoiselle. » 
 B.
167. 
La présidente de Bernières. 16 octobre. — « Je n’ai reçu qu’hier, madame. » 
 B.
168. 
M***. — « Dear sir, I received lately. » 
 P. in. 1820.

1727

169. 
Thieriot. 2 février (vieux style) 1727. — «Je reçus hier votre lettre. » 
 B.
170. 
Thieriot. Mars 1727. — « Je vous envoie, mon cher Thieriot. » 
 C. et F.
171. 
Swift. 1727. — « L’autre jour j’envoyai. » 
 B.
172. 
Swift. 16 (avril). — « Je vous envoie ci-joint deux lettres. » 
 B.
173. 
Le comte de Morville. 1727. — « Je me suis contenté jusqu’ici. » 
 B.
174. 
Thieriot. 27 mai 1727. — « J’ai reçu bien tard, à la campagne. » 
 P. in. 1820.
175. 
Thieriot. 14 juin. — « I have received. » 
 P. in. 1820.
176. 
Swift. 14 décembre. — « Vous serez surpris. » 
 B.
177. 
La duchesse du Maine. — « Toutes les princesses malencontreuses. » 
 B.

1728

178. 
Thieriot. 21 avril 1728. — « I write to you in English. » 
 P. in. 1820.
179. 
M***. 11/22 juillet. — « J’ai reçu votre obligeante lettre. » 
 C. et F.
180. 
Thieriot. 4 août 1728. — « Voici qui vous surprendra. » 
 B.
181. 
Père Porée. — « Si vous vous souvenez encore. » 
 B.
182. 
M***. — « La quadrature du cercle. » 
 B.

1729

183. 
Thieriot. 1729. — « Je pars samedi matin. » 
 B. et F.
184. 
Thieriot. — « Gratissima nobis fuit epistola. » 
 P. in. 1820.
185. 
Thieriot. 2 mars 1729. — « We fall out for ever. » 
 P. in. 1820.
186. 
Thieriot. 10 mars. — « Noli amico tuo erranti. » 
 P. in. 1820.
187. 
Thieriot. 25 mars. — « If you can forget. » 
 P. in. 1820.
188. 
Thieriot. 29 mars. — « Ecce nunc tempus acceptabile. » 
 P. in. 1820.
189. 
Thieriot. — « Enfin je suis votre voisin. » 
 P. in. 1820.
190. 
Thieriot. 1er avril. — « I saw last night. » 
 P. in. 1820.
191. 
Thieriot. 4 avril. — « J’ai quelque chose de conséquence. » 
 B. et F.
192. 
Thieriot. 7 avril. — « Je ne peux pas résister davantage. » 
 B.
193. 
Thieriot. — « Vous me faites songer à mes intérêts. » 
 B.
194. 
Thieriot. 15 mai. — « En vous remerciant de vos cartes. » 
 C. et F.
195. 
Thieriot. 12 août. — « Continuez dans vos belles résolutions. » 
 P. in. 1820.
196. 
Thieriot. — « Voltaire est homme d’honneur et de parole. » 
 C. et F.
197. 
Thieriot. Décembre. — « Vous êtes prié, demain jeudi. » 
 B.
198. 
Thieriot. Fin décembre. — « Je vous dis d’abord que j’ai retiré. » 
 B.
199. 
Le président Hénault. 1729. — « Ô vous, l’un des meilleurs suppôts. » 
 B.

1730

200. 
Père Porée. 7 janvier 1730. — « Je vous envoie, mon cher Père. ». 
 B.
201. 
M. Dodington. — « Sir, I tooklately. » 
 P. in. 1820.
202. 
Thieriot. Novembre 1730. — « Lectori me credere malim. » 
 B.
203. 
Mademoiselle Dangeville. Décembre. — « Prodige, je vous présente. » 
 B.
204. 
Cideville. 12 décembre 1730. — « M. de Voltaire présente. » 
 B.
205. 
Thieriot. 1730. — « Que le public veuille ou non. » 
 B.