éléments Wikidata

Livre:Lamarck - Philosophie zoologique 1873 tome 1.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lamarck - Philosophie zoologique 1873 tome 1.djvu
TitrePhilosophie zoologique
AuteurJean-Baptiste de Lamarck Voir et modifier les données sur Wikidata
ÉditeurC. Martins
Maison d’éditionF. Savy
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1873
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
Série1 - 2

Pages

001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506



Introduction biographique 
 v
Avertissement 
 1
Motifs de l’ouvrage, et vues générales sur les sujets qui y sont traités.
Discours préliminaire 
 21
Quelques considérations générales sur l’intérêt qu’offre l’étude des animaux, et particulièrement celle de leur organisation, surtout parmi les plus imparfaits.


PREMIÈRE PARTIE

CONSIDÉRATIONS SUR L’HISTOIRE NATURELLE DES ANIMAUX LEURS CARACTÈRES, LEURS RAPPORTS, LEUR ORGANISATION, LEUR CLASSIFICATION ET LEURS ESPÈCES


Chapitre premier. — Des parties de l’art dans les productions de la nature 
 37
Comment les distributions systématiques, les classes, les ordres, les familles, les genres et la nomenclature ne sont que des parties de l’art.
Chapitre II. — Importance de la considération des rapports 
 58
Comment la connaissance des rapports entre les productions naturelles connues fait la base des sciences naturelles, et donne de la solidité à la distribution générale des animaux.
Chapitre III. — De l’Espèce parmi les corps vivants et de l’idée que nous devons attacher à ce mot 
 71
Qu’il n’est pas vrai que les Espèces soient aussi anciennes que la nature, et qu’elles aient toutes existé aussi anciennement les unes que les autres, mais qu’il l’est qu’elles se sont formées successivement, qu’elles n’ont qu’une constance relative et qu’elles ne sont invariables que temporairement.
Chapitre IV. — Généralités sur les animaux 
 97
Les actions des animaux ne s’exécutent que par des mouvements excités, et non par des mouvements communiqués ou d’impulsion. L’irritabilité seule est, pour eux, une faculté générale, exclusive, et source de leurs actions ; et il n’est pas vrai que tous les animaux jouissent du sentiment, ainsi que de la faculté d’exécuter des actes de volonté.
Chapitre V. — Sur l’état actuel de la distribution et de la classification des animaux 
 116
Que la distribution générale des animaux constitue une série qui n’est réellement telle que dans les masses, conformément à la composition croissante de l’organisation ; que la connaissance des rapports qui existent entre les différents animaux est le seul flambeau qui puisse guider dans l’établissement de cette distribution, en sorte que son usage en fait disparaître l’arbitraire ; qu’enfin, le nombre des lignes de séparation, qu’il a fallu établir dans cette distribution pour former les classes, s’étant accru à mesure que les différents systèmes d’organisation furent connus, la distribution dont il s’agit présente maintenant quatorze classes distinctes, très-favorables à l’étude des animaux.
Chapitre VI. — Dégradation et simplification de l’organisation d’une extrémité à l’autre de la chaîne animale, en procédant du plus composé vers le plus simple 
 141
Que c’est un fait positif qu’en suivant, selon l’usage, la chaîne des animaux depuis les plus parfaits jusqu’aux plus imparfaits, on observe une dégradation et une simplification croissantes dans l’organisation ; que conséquemment, en parcourant l’échelle animale dans un sens opposé, c’est-à-dire selon l’ordre même de la nature, on trouvera une composition croissante dans l’organisation des animaux, composition qui serait partout nuancée et régulière dans sa progression, si les circonstances des lieux d’habitation, des manières de vivre, etc., n’y avaient occasionné des anomalies diverses.
Chapitre VII. — De l’influence des circonstances sur les actions et les habitudes des animaux, et de celle des actions et des habitudes de ces corps vivants, comme causes qui modifient leur organisation et leurs parties 
 220
Comment la diversité des circonstances indue sur l’état de l’organisation, la forme générale et les parties des animaux ; comment
ensuite des changements survenus dans les circonstances d’habitation, de manière de vivre, etc., en amènent dans les actions des animaux ; enfin, comment un changement dans les actions, devenu habituel, exige, d’une part, l’emploi plus fréquent de telle des parties de l’animal, ce qui la développe et l’agrandit proportionnellement, tandis que, de l’autre part, ce même changement rend moins fréquent et quelquefois nul l’emploi de telle autre partie, ce qui nuit à ses développements, l’atténue, et finit par la faire disparaître.
(Voyez les Additions à la fin du deuxième volume.)
Chapitre VIII. — De l’ordre naturel des animaux et de la disposition qu’il faut donner à leur distribution générale pour la rendre conforme à l’ordre même de la nature 
 266
Que l’ordre naturel des animaux, constituant une série, doit commencer par ceux qui sont les plus imparfaits et les plus simples en organisation, et se terminer par les plus parfaits, afin d’être conforme à celui de la nature ; car la nature, qui les a fait exister, n’a pu les produire tous à la fois. Or, les ayant formé successivement, elle a nécessairement commencé par les plus simples, et n’a produit qu’en dernier lieu ceux qui ont l’organisation la plus composée. Que la distribution ici présentée est évidemment celle qui approche le plus de l’ordre même de la nature ; en sorte que s’il y a des corrections à faire dans cette distribution, ce ne peut être que dans les détails : comme en effet je crois que les Polypes nus (p. 284) devront former le troisième ordre de la classe, et les Polypes flottants en constituer le quatrième.


SECONDE PARTIE

CONSIDÉRATIONS SUR LES CAUSES PHYSIQUES DE LA VIE, LES CONDITIONS QU’ELLE EXIGE POUR EXISTER. LA FORCE EXCITATRICE DE CES MOUVEMENTS, LES FACULTÉS QU’ELLE DONNE AUX CORPS QUI LA POSSÈDENT, ET LES RÉSULTATS DE SON EXISTENCE DANS CES CORPS

Introduction 
 349
Quelques considérations génèrales sur la nature, sur son pouvoir de créer l’organisation et la vie, et de compliquer ensuite la première, n’employant dans toutes ces opérations que l’influence des mouvements de divers fluides sur des corps souples, que ces fluides modifient, organisent et animent.
Chapitre premier. — Comparaison des corps inorganiques avec les corps vivants, suivie d’un parallèle entre les animaux et les végétaux 
 366
Que la différence est grande entre l’état des corps vivants et celui des corps inorganiques. Que les animaux sont essentiellement
Page:Lamarck - Philosophie zoologique 1873 tome 1.djvu/500