Livre:Blanqui - Cours d’économie industrielle 1836-1837.djvu

éléments Wikidata
La bibliothèque libre.
TitreCours d’économie industrielle (1836-1837)
Volume1836-1837
AuteurAdolphe-Jérôme Blanqui Voir l'entité sur Wikidata
ÉditeurAdolphe-Gustave Blaise Voir l'entité sur Wikidata, Joseph Garnier Voir l'entité sur Wikidata
ÉcoleConservatoire des arts et métiers
Maison d’éditionJ. Angé
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1837
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider

Pages

- - - - - - ii iii iv v vi vii viii ix x xi xii - 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 - -
TABLE
DES
MATIÈRES.

PREMIÈRE LEÇON.
INTRODUCTION.

Importance des études économiques. Solidarité des nutions et des individus entr’eux. — Appréciation de la guerre. — Nouveaux problèmes que donneront à résoudre les progrès de la civilisation.

Caractères de l’économie politique chez les anciens et les modernes. — Trois peuples, chez lesquels se font toutes les expériences économiques : France, Angleterre, États-Unis d’Amérique. Conditions économiques de la production chez ces trois peuples.

Capital moral d’une nation. — Ses éléments, ses effets. — Exemples de la solidarité des peuples entr’eux. Effets des crises actuelles. — L’association peut seule les prévenir. — Programme du cours.1 à 18

DEUXIÈME LEÇON.
INTRODUCTION (SUITE.)

Nécessité de bonnes données statistiques. — Moyennes qu’il faut admettre. Eléments généraux de l’industrie.

Effets de l’accumulation de la population agricole et de la population des villes. — Comparaison du nord et du midi de la France.

Coup d’œil général sur la circulation des capitaux et du papier monnaie, sur les débouchés, la navigation intérieure et extérieure, sur le capital moral, sur le caractère agricole ou manufacturier des habitants, en France, en Angleterre et aux États-Unis. Sur le nombre de leurs animaux et l’importance de leurs moteurs naturels. — Sur l’éducation industrielle donnée à la jeunesse.

L’industrie et l’agriculture manquent de chefs. — Quand l’industrie souffre, ce n’est pas toujours la faute des gouvernements.

Statistique raisonnée et comparée de la houille. — Du coton. — Du fer. — Du capital circulant en monnaie et en billets de banque. — Des canaux et des chemins de fer. — Des bateaux à vapeur. — Du tonnage des navires. — Des ports. — Exportations des produits agricoles et manufacturés des trois puissances. — Résumé général de cette statistique. 19 à 40

TROISIÈME LECON.
DU CRÉDIT..

Résumé de la leçon précédente. — Le capital est le principal moteur du travail.

DES BANQUES.

Les banques et le crédit multiplient le capital. — Des institutions du crédit en général.

Banques Françaises. — De la banque de France, de ses succursales. — Des banques indépendantes.

Banques Anglaises. — De la banque centrale de Londres. — Des bank branches ou succursales. — Des Joint-Stock Bancks, ou banque des fonds associés. — Des banques provinciales. — Des banques d’Irlande et d’É\cose.

Des Banques Américaines. Banque centrale à Philadelphie. — Succursales. — State banks ou banques des États. — Demêlés de la banque avec le président, leurs causes, leurs effets. — Résultats des banques en Amérique, elles sont des instruments de civilisation et de progrès. — Exemple du lac Érié. — Interrogatoire de M. Beecon, banquier de la principauté de Galles, dans l’enquête sur les banques. — Mode suivi pour l’ouverture d’un crédit en Angleterre. — Règles à ce sujet. — Résumé. 41 à 65

QUATRIÈME LEÇON.
BANQUES (SUITE.)

Réponses à quelques critiques de la presse. — Nouvelles considérations sur les institutions du crédit.

Banques d’Écosse. — Simplicité de leur organisation. — Résultats qu’elles ont produits. — Ce que l’agriculture, l’industrie et le commerce retireraient de leur établissement en France. 64 à 79

CINQUIÈME LEÇON.
VOIES DE COMMUNICATION.

Voies de communication en France. — Routes. — État déplorable des routes. — Réaction sur le commerce, l’industrie et l’agriculture. — Digression sur l’histoire des routes chez les anciens et sous les rois de France. — Classification des routes. — Chemins vicinaux et communaux. — Routes royales et départementales.80 à 106

SIXIÈME LEÇON.
VOIES DE COMMUNICATION (SUITE.)

Voies de communication en France. (Suite). — Récapitulation de la leçon précédente. État des routes en France. — Routes départementales créées par l’Empereur. — Effets de la centralisation administrative. — Des routes anglaises. — Parcimonie de la France, comparée au luxe de l’Angleterre. — Prix du transport sur les bonnes ou mauvaises routes. — Effets de la création d’une route sur la richesse politique.

De l’établissement d’une route en Angleterre. — Formalités à remplir. — Enquêtes. — Expropriations. — Emprunts. — Budget des voies et moyens des communes. Contributions. — Prestations. — Exceptions. — Moyens coercitifs. — Overseer ou inspecteur. — Sa nomination. — Ses fonctions. — Sa responsabilité.

Détails sur la construction des routes en Angleterre et en France. — Nous manquons d’ouvriers. — Comment en former. — Des routes libres. — Des routes à barrière. — Des péages. — Des routes privées. — Des routes parlementaires dans le pays de Galles et en E\cose. — Leurs résultats pacificateurs.

Résumé : comparaison de l’état des routes en Angleterre et en France. — Il nous manque certaines choses. — Il dépend de nous d’en acquérir la plupart. — Influence des mœurs. — Esprit d’entreprise et d’hésitation. — Résultats. 107 à 138

SEPTIÈME LEÇON.
VOIES DE COMMUNICATION (SUITE.)

Voies de communication aux États-Unis. — Elles ont aidé la liberté. — Voyages par bateaux à vapeur. — Célérité américaine.

Canaux et chemins de fer. — Communications entre l’est et l’ouest ; canal Érié. — Communications entre les vallées du Mississipi et du Saint Laurent. — Communicatious le long de l’Atlantique. — Communications autour des métropoles et autour des mines.

Routes ordinaires. — Résumé.139 à 159

HUITIÈME LEÇON.
DE L’INSTRUCTION PUBLIQUE ET DU CAPITAL MORAL.

Des écoles primaires. — Leur nombre. — Leur population. — L’éducation des femmes doit être l’objet d’une attention spéciale. — Ce sont elles qui donnent à l’homme sa première éducation. — Influence des lumières sur la moralité. — Nous n’avons pas d’instruction utilitaire. — On est encore à discuter les méthodes, et on n’arrête pas les bases de l’enseignement. — Des instituteurs primaires. — Leur salaire est insuffisant. — Ils sont incapables, l’ignorance met obstacle aux réformes. — De l’église transformée en école. — Du clergé. — De son influence. — Il boude le pays. — Rapprochement à opérer. — Il est difficile parce que le prêtre est trop séparé du monde.

La lecture et l’écriture ne sont pas la science, mais seulement des instruments pour l’acquérir. — Des livres et des journaux utilitaires en Amérique et en Angleterre. — Des mechanic’s institutions et des Sunday’s schools. — Choses essentielles ignorées chez nous. — Ce n’est pas que l’intelligence manque, c’est l’enseignement. — Exemple de 1815. — On a introduit des réformes, mais elles demeureront stériles. — Pourquoi ?

De l’enseignement secondaire et supérieur. — Il repose sur de mauvaises bases. — Latin et grec enseignés à tous. — Statistique des colléges et facultés. — Manufactures de bacheliers. — Qui sait la mécanique, et où trouver des professeurs. — Le commerce, l’agriculture, l’industrie, ne trouvent pas de sujets. — On se fait solliciteur. — Influence politique échappée au gouvernement. — Exemples. — Conclusion. — Citation de M. Talleyrand.160 à 185

NEUVIÈME LEÇON.
VOIES DE COMMUNICATION (SUITE.)

Des canaux en Angleterre. — Histoire de la législation sur les cours d’eau. — Configuration de l’Angleterre, son hydrographie. — Canaux à grande et à petite section. — Dimensions. — Constructions des bateaux. — Canal de la Sankey. — Idem du duc de Bridge\alphater. — Canaux autour de Manchester. — De Liverpool. — Canal d’Ellesmère, de Leeds and Liverpool, du Grand-Tronc. — Canaux autour de Londres. — Idem de Birmingham, de Bristol et de Hull. — Construction des canaux anglais. — Esprit général d’économie, luxe de certaines constructions. — Pont Cysylte.

Des canaux en France. — Hydrographie de la France. — Bassin du Rhône. — De la Loire. — De la Seine. — Canal du Rhône au Rhin. — Canal de Bourgogne. — Canal de la Somme. — Navigation de l’Oise. — Résultats des canaux. — Canal de Nantes à Brest. — Tableaux des canaux en construction.

Résumé. — Vices de notre système, exemples à suivre. — Inconvénient de la centralisation absoue. — Documents à consulter.186 à 219

DIXIÈME LECON.
DE LA HOUILLE.

De la Houille, sa composition. — Mesures dont on se sert dans le commerce auquel elle donne lieu. — Nous commençons à peine à l’exploiter. — Qualités qui nous manquent et pourquoi ? — Tableau de la consommation en France de 1789 à 1835. — Statistique de l’exploitation des mines de Houille, de Lignite, d’Anthracite, de Tourbe. — Récapitulation.

Des tarifs de douane sur la houille. — Leurs effets. — Bénéfices de certaines compagnies. — Qui les a payés ? — Ce doit être la réforme du tarif pour cet article. — Législation qui régit la matière de 1791 à 1837. — Des zônes. — Leurs résultats. — Réclamations de Nantes et de Rouen.

Influence des moyens de communication ; routes et canaux ; sur le prix de la houille. — Coût à la mine et à Paris. — Avenir de l’industrie de la honille. — Communication de Paris et de Londres.

La meilleure manière d’encourager cette industrie est de supprimer les droits de navigation. — Possibilité de cette réforme.220 à 239

ONZIÈME LEÇON.
DES HOUILLES (SUITE.)

Houilles en angleterre. — Préjugés qui en empêchèrent d’abord l’extratcion. — Accidents qui rendent les houillières Anglaises peu lucratives. — Supériorité et variétés des houilles Anglaises. — Toutes les industries gagneraient à une plus grande exploitation de la houille. — Production Anglaise. — Elle a contribué aux progrès de la marine. — Commerce de détail. — Abus du mesurage, avantages du pesage. — Droits sur la houille, il faut les détruire. — Ouvrages à consulter.240 à 251

DOUZIÈME LEÇON.
FERS ET FONTES.

Du fer en France. — De l’industrie du fer. — Différentes espèces de minerais, nombre de mines et minières. — Lavages. — Grillages. — Usines à fer. — Leurs divisions, quatre classes et douze groupes. — Indications des groupes. — Valeurs détruites et créées par les différentes élaborations du fer. — Ouvriers employés. — Combustibles consommés. — De l’emploi de la houille et du bois. — Résultats. — Question des transports.252 à 271

TREIZIÈME LEÇON.
FERS ET FONTES (SUITE.)

Suite de la question des fers. — Coup d’œil sur la constitution intérieure et la législation de cette industrie. — Inconvénients des gérences et des conseils d’actionnaires. — Infériorité de nos procédés de carbonisation. — Traitement incertain du minerai. — Absence de concurrence. — Funeste influence des tarifs. — Prix du fer en France et en Angleterre. — Histoire des tarifs du fer. — Nécessité de diminuer considérablement les tarifs du fer et de la fonte. — Supériorité de la fonte anglaise. — Influence du prix de la fonte sur les machines. — Qualités du fer de Suède ; inutilité du droit qui pèse sur ce fer. — Les monopoleurs sont à la chambre. — Opinion de Turgot.272 à 284

QUATORZIÈME LEÇON.
FERS ET FONTES (SUITE.)

Examen de l’enquête de 1828 sur les fers. — Citations. — Réflexions. — Lettre de Turgot à l’abbé Terray. — Conclusion.285 à 308

QUINZIÈME LECON.
COTON.

Industrie du coton. — Le coton dans l’antiquité. — Introduction du coton en Europe. — Premières machines ; leurs inventeurs. — Perfectionnement. — Cardage ; filage ; tissage. — Progrès et importance de l’industrie cotonnière.

Industrie du coton. — De l’industrie cotonnière depuis 1815 et de la législation dont elle a été l’objet. — Examen des opinions émises pour et contre le tarif. — Filature. — Des conditions de la filature en France. — Localités. — Des prix de revient à Mulhausen, Manchester, Zurich et dans les Vosges. — Position des ouvriers fileurs. — Durée du travail.

Tissage. — Tissage à la main, tissage à la mécanique. — Influence du droit des fers et des fontes sur le tissage mécanique en France. — Produits du tissage en France. — Prix de revient en Alsace, à Manchester et en Suisse.

Impression. Supériorité de la France dans cette branche de l’industrie cotonnière. — Des différents procédés d’impression. — Influence de la mode.

Histoire des toiles peintes. — Citation de Roland de la Platière et de M. Droz. — Opinion de M. Kœchlin sur l’introduction des fils et des tissus de coton étrangers.309 à 352.

SEIZIÈME, DIX-SEPTIÈME, ET DIX-HUITIÈME LEÇONS.
SOIE

Industrie des soies — Caractères spéciaux de cette industrie. — Variétés de la matière première. — Supériorité des soies françaises. — Émigration de cette industrie. — Nombre des métiers en Europe. — Funestes effets de la révocation de l’édit de Nantes.

Industrie des soies en angleterre soies en Angleterre, en Suisse et en France. — Causes de décadence. — Remèdes à apporter.

Histoire du métier Jacquart. — Histoire de la soie. — Condition des soies.352 à 381.

DIX-NEUVIÈME ET VINGTIÈME LECONS.
LAINES.

Histoire de l’industrie lainière. — Rang qu’elle occupe parmi les autres industries. — Importation des laines en France. — Classification et provenances des laines. — Propriétés des brins de laine. — Prix de quelques laines. — Influence des droits d’entrée sur la consommation des laines.

Revue des villes de fabrique : Elbœuf, Sédan, Louviers, Abbeville, Vire, Vienne, Lodève, Castres, Limoux, Châteauroux.

Progrès de l’industrie drapière, dus à trois découvertes : 1o  Tondeuse mécanique ; 2o  navette volante ; 3o  apprêt indestructible.

Considérations sur le droit de 33 pour 100, nécessité d’une nouvelle réduction.

Fabriques d’estame, qualité de laines. — Industrie de Reims napolitaine, flanelle, circassienne, mérinos ; comparaison avec les fabriques de Saxe ; insuffisance des salaires, vols de fabrique. — Amiens, ses alépines et ses escots. - Bonneterie de Santerre. — Tapis d’Aubusson, Felletin, Abbeville, etc. — Introduction des peignons anglais. — Filature et tissage de Turcoing et de Roubaix. — Stuffs et lastings du Cateau-Cambrésis. — Conclusion.382 à 418.

VINGT ET UNIÈME LEÇON.
CHÂLES

Industrie des châles. — Histoire des chiles. — Efforts des premiers fabricans. — Du duvet de cachemire. — Cachemire de l’Inde. — Cachemire français ou châle broché et cachemire de l’Inde parisien. — Métiers à la Tire et à la Jacquart ; procédé du lancé ; procédé de l’espoulinage. — Fabrique de Paris, de Lyon et de Nimes. — Châles de laines, hindoux et thibets — Prix des châles. — Importance de l’industrie des châles. — Exportation des châles.419 à 430

VINGT-DEUXIÈME LECON.
TOILES ET LINS.

Industrie des toiles et des lins. — Position spéciale de cette industrie. — Absence de renseignements. — Origine de la matière première. État et statistique de cette industrie en Angleterre et en France. — Exportations et importations, fabriques, ouvriers.431 à 440

VINGT-TROISIÈME ET VINGT-QUATRIÈME LEÇONS.
DIVERSES INDUSTRIES.

Quelques industries parisiennes. — meubles. — instruments de musique. — papiers peints. — produits chimiques. — bronzes. — marbrerie. — armes. — plaqué. — bijouterie. — horlogerie. — lithographie. — couvertures de laine et de coton. — chapellerie. — fleurs artificielles. — cordonnerie.

Quelques autres industries. — cirage. — caoutchouc. — tabletterie. — corsets. — bonnets. — chapeaux. — parapluies. — briquets. — Ouvrages à consulter.440 à 462

VINGT-CINQUIÈME ET VINGT-SIXIÈME LEÇONS.
BETTERAVES.

§ 1er On a trop négligé l’agriculture, elle s’est abandonnée elle-même. — L’industrie du sucre de betteraves fait entrer l’agriculture dans une ère nouvelle.

Faits dont l’influence a déterminé l’exploitation de la betterave. — Consommation du sucre sous le régime colonial. — Élévation des droits et des prix. — Inconséquence de la législation sur les sucres. — Apparition du sucre de betteraves, son histoire. — Il est produit à 9 fr. avec le monopole créé par le blocus continental, et à 86 cent. avec la concurrence. — Nom- bre croissant des fabriques et augmentation de la production. — Les colonies, le trésor et les ports de mer élèvent des réclamations. — Impôt spécial demandé aux chambres, ses inconvénients.

Services rendus par l’industrie du sucre de betteraves à l’agriculture et aux autres industries. — Système de l’association appliqué à la culture des betteraves et à la fabrication du sucre. — Avantages des petites exploitations sur les grandes usines.

Examen des réclamations élevées par les colonies, le commerce des ports et le trésor. — L’impôt est mauvais et nuira à tout le monde.

§ 2e Projet de loi présenté aux chambres par M. Duchatel Il est conforme aux préceptes d’une saine économie politique. — Les colonies et les fabricants de sucre indigène réclament encore, ils ne sont ne sont pas fondés à le faire.

Résultats de l’enquête parlementaire faite en 1835-36, et réponses des fabricants.

Conclusion : La question est à la fois industrielle et agricole. — Quelque progrès sont encore à faire dans la fabrication, nos savants sont à l’œuvre, il faut attendre.465 à 488

VINGT-SEPTIÈME ET VINGT-HUITIÈME LEÇONS.
COMMERCE DE MARSEILLE.

Importance et étendue des débouchés. — Progrès de Marseille. — Comparaison de Marseille avec les autres ports de France et avec les principaux ports du globe. — Puissances qui sont en relation avec Marseille.

Relations de Marseille avec le Levant : Ancienneté de ces rapports. — Ce qu’a fait Colbert pour les favoriser. — Ce qu’ils sont devenus depuis cette époque. — Révolution, Empire, Restauration.

Relations avec Constantinople, Smyrne, Thessalonique, Chypre, l’Egypte, la Grèce. — De notre colonie d’Alger.489 à 521

VINGT-NEUVIÈME LECON.
BORDEAUX.

Succès et revers de ce port. — Sa situation. — Nature de son commerce. — Commerce des vins, des eaux-de-vie, des farines.

Tonnage comparé de Bordeaux, du Havre et de Marseille. — Statistique comparée de la population, des patentes, des récompenses, aux expositions, et des brevets de ces trois ports.

Causes de la décadence du port de Bordeaux. — Conseils donnés aux Bordelais. — Leur pétition en faveur du canal latéral de la Garonne.522 à 537

fin de la table.