éléments Wikidata

Livre:Michelet - OC, L’Amour, La Femme.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michelet - OC, L’Amour, La Femme.djvu
TitreŒuvres complètes de J. Michelet
VolumeL’Amour, La Femme
AuteurJules Michelet Voir et modifier les données sur Wikidata
Année d’éditions.d. (1893-1898)
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
Série

Pages

np np np 001

L'Amour : 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346

La Femme (Autre édition, entièrement validée) : 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 545 546 547 548 549 550 551 552 553 554 555 556 557 558 559 560 561 562 563 564 565 566 567 568 569 570 571 572 573 574 575 576 577 578 579 580 581 582 583 584 585 586 587 588 589 590 591 592 593 594 595 596 597 598 599 600 601 602 603 604 605 606 607 608 609 610 611 612 613 614 615 616 617 618 619 620 621 622 623 624 625 626 627 628 629 630 631 632 633 634 635 636 637 638 639 640 641 642 643 644 645 646 647 648 649 650 651 652 653 654 655 656 657 658 659 660 661 662 663 664 665 666 667 668 669 670 671 672 673 674 675 676 677 678 679 680 681 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 694 695 696 697 698 699 700 701 702 703 704 705 706 707 708

Table des matières : 709 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719 720 721 722 723

TABLE DES MATIÈRES

L’AMOUR

INTRODUCTION
Pages
I. L’objet de ce livre 
 3
La question de l’amour précède logiquement celle de la Famille, de la Société, de l’État. — Le sens moral a baissé. — Goût des jouissances solitaires, alcools et narcotiques. — Polygamie de l’Occident. — Maladies du cerveau et de la matrice. — Les animaux mêmes tendent à l’union monogamique. — On a négligé l’étude des deux côtés essentiels de l’amour. — L’amour n’est pas une crise, un drame, mais une épopée. — Il donne prise à la volonté, à l’art.
II. La révélation de la femme 
 13
La mort a révélé la femme. — Les suicidés de Paris. — Des créateurs de la science. — La crise sacrée et fatale de la femme. — Elle se donne sans retour. — Pendant que sa fatalité apparaissait dans la science, sa personnalité a éclaté dans la littérature. — Elle a constaté sa personnalité par une guerre simulée. — Mais elle ne veut qu’être aimée.
III. L’origine de ce livre 
 22
L’idée de ce livre remonte à l’année 1836. — Elle fut confirmée en 1844. — Confiance que la jeunesse témoigne à l’auteur. — Secours qu’il trouva dans l’amitié des illustres médecins. — Fatalité volontaire, habitudes, art d’aimer. — De la forme de ce livre.
IV. La délivrance mutuelle de l’homme et de la femme 
 31
L’Andromède délivrée, du Puget. — Délivrance de la femme par l’homme. — Délivrance de l’homme par la femme. — Une femme et un métier. — La future épouse gardera le jeune homme.


LIVRE PREMIER. — création de l'objet aimé.


Combien elle diffère de l’homme. — Point où elle est supérieure.
Poésie de sa crise ordinaire. — Elle n’est point capricieuse, mais barométrique. — Combien elle a besoin de soins.
Elle est très mauvais ouvrier. — Ne faisant rien, elle fait tout.
L’évangile de la femme à l’homme. — La femme, c’est la fortune.
V. Ce que sera la fiancée 
 52
Riche ou pauvre. — De même race ? de même classe ?
VI. Faut-il prendre une française ? 
 55
L’Anglaise, l’Allemande, l’Espagnole, l’Italienne. — Raison, brillant, précocité de la Française. — Le mariage l’embellit.
VII. La femme veut la fixité et l’approfondissement de l’amour 
 57
Elle est, dans toute l’histoire, l’élément de fixité. — Pour elle, le but du mariage est le mariage (et la maternité secondairement). — Elle y met bien plus que l’homme ; donc tout changement est contre elle. — Épidémies accidentelles de changement, furie de toilette, etc. — La femme aimée est susceptible d’un renouvellement infini.
VIII. Il faut que tu crées ta femme. Elle ne demande pas mieux 
 65
L’amour moderne aime moins ce qu’il trouve que ce qu’il fait.
IX. Qui suis-je pour créer une femme ? 
 68
Le plus blasé peut aimer encore. — Le mariage est généralement une délivrance pour la fille. — La mère française a le tort d’être plus jolie que sa fille. — Le mariage et le bonheur embelliront celle-ci. — La femme (de dix-huit ans ?) sent que son mari (de vingt-huit ?) lui est triplement supérieur comme science, expérience et métier. — Il faut qu’on lui humanise la science. — Elle est vieille d’éducation, et lui, il est jeune.


LIVRE II. — initiation et communion.


I. — La maison du berger 
 77
Que peut-on sur la femme dans la société ? Rien. Dans la solitude ? Tout. — Il en sera autrement dans une société meilleure. — Solitude relative d’une dame de commerce en plein public. — L’amour veut, cependant, au début, quelque recueillement. — Ce que sera la petite maison.
(En droit romain.) Mariage, c’est consentement. — La nouvelle épouse est-elle suffisamment garantie par l’Église, l’État, la Famille ? Elle ne se confie qu’à lui.
Il doit être le protecteur de la jeune épouse contre lui-même. — La fille moderne est peu sanguine. — Prédominance du tempérament nerveux. — Méprises et défiances injustes. — Le trouble la rend souvent malade. — Il doit la soigner avant tout.
IV. — Le réveil. — La jeune maîtresse de maison 
 95
On doit lui ménager le repos et la solitude. — Elle visite la maison, l’ameublement, le jardin, préparés pour elle.
V. — Resserrer le foyer 
 102
Plus on est près et plus on s’aime. — Nos appartements sont trop divisés en petites pièces. — Les intérieurs de Rembrandt. — La présence de la jeune femme ne distrait nullement du travail.
VI. — La table 
Ménager avec soin son changement de régime. — Il la nourrit, elle le nourrit. — Ils vivent l’un de l’autre.
VII. — Ils se serviront eux-mêmes 
 113
Tout au plus une bonne fille de campagne. — Du mari comme serviteur de la femme. — Pour celui qui aime, les réalités de la nature ne font nul tort à l’idéal.
VIII. — Hygiène 
Combien il importe qu’au début il s’empare de celle qui va tellement s’emparer de lui. — Suivre attentivement le détail de sa vie physique. — La soigner discrètement, sans blesser ce qui lui reste des timidités de la jeune fille. — Vie des campagnes, etc.
IX. — De la fécondation intellectuelle 
Elle désire appartenir encore plus, être possédée moralement. — Difficulté d’enseigner une femme. Il ne faut pas lui donner d’aliments indigestes. — Mettre en elle des germes vivants. — Trop de lecture tanne l’esprit. — Qu’elle garde le « velouté de l’âge ».
X. — De l’incubation morale 
 139
La femme ne veut (et n’a aujourd’hui) aucun aliment que le cœur aimé. — Il faut, de son amour étroit, la mener au grand amour. — Elle est incapable de diviser et d’abstraire, ayant pour mission d’incarner. — Sa vie est toute rythmique et scandée de mois en mois. — Il faut respecter cette division du temps, profiter des périodes ascendantes. — Ne pas la fatiguer en temps d’orage. Elle pense en travaillant des mains. — Docile et non servile, elle couve le germe en silence. — Avantages du lit commun pour les communications morales, religieuses, etc. — Il faut une belle et noble cause pour fondre le jeune cœur.


LIVRE III. — De l’incarnation de l’amour.


I. — Conception 
 151
La femme est très noble dans l’amour. — Elle hasarde sa vie pour donner le bonheur à l’homme. — Elle suit bien moins l’attrait physique que sa bonté, son besoin de complaire, de consoler et de renouveler le cœur. — La conception doit être libre et volontaire.
II. — La grossesse et l’état de grâce 
 158
La femme rêve toujours un enfant surnaturel, et c’est ce qui doue l’enfant. — Le miracle du monde nouveau qu’elle porte. — Elle-même a reçu une seconde vie, et se trouve transformée. — Les enfances de la femme enceinte. — Toute la nature est pour elle, et la loi doit l’être aussi.
III. — Suite de la grossesse. — Le rival 
 166
La femme appartient déjà à l’enfant. — Son dévouement pour concilier deux devoirs. — Soumission et pureté.
IV. — Accouchement 
 170
Terreur du mari. — L’accouchée préfère la sage-femme, le mari le médecin. — Le péril a créé entre eux un nouveau lien. — État cruel de la femme. — Atlas de MM. Coste et Gerbe.
V. — Couches et relevailles 
 177
Le mari est la meilleure garde-malade. — Bonheur de la femme soignée par lui. — Ce qui devrait être la récompense de la femme, ce qui sera la récompense du mari.


LIVRE IV. — De l'alanguissement de l’amour.


I. — Allaitement et séparation 
 187
La femme mêle ses deux amours dans un demi-rêve. — L’enfant unit et sépare. — Il a pris la place du père.
II. — La papillonne 
 193
La femme va se serrant à un berceau, l’homme s’éparpillant dans l’infini. — La variété accablante du monde moderne conspire contre la femme et le foyer. — Et cependant l’homme, en elle seule, garde l’étincelle.
III. — La jeune mère sevrée de son fils 
 199
Elle souffre de le voir malheureux aux écoles, et encore plus de l’y voir consolé. — Sa tristesse, au premier regard sur le monde.
IV. — Du monde. — Le mari a-t-il baissé ? 
 205
Par la spécialité et le métier, il est devenu plus fort, mais il a perdu comme éclat et élévation. — L’homme moderne, ouvrier et créateur, n’a pas l’harmonie de l’homme antique (le héros). — Le monde préfère l’amateur et le favorise contre le mari auprès de la femme. — Est-il vrai que la femme soit la désolation du juste ? — Des romans. — L’homme fort n’a pas peur des romans. — Granville-la-Victoire.
V. — La mouche et l’araignée 
 217
Comment les femmes perdent les femmes. — Ruses ou demi-violences. — La femme trahit souvent son mari par attachement pour lui. — A-t-elle vraiment consenti ? — Des degrés infinis dont la volonté est susceptible. — Les tribunaux auraient besoin de l’assistance permanente d’un jury médical pour déterminer la part de la liberté et de la fatalité.
VI. — La tentation 
 230
La femme à l’apogée de la vie, de la santé. — La plus pure peut être troublée, aimer celui que son mari aime.
VII. — Une rose pour directeur 
 237
Qu’elle écoute sa conscience et les voix innocentes de la nature qui gareront sa pureté. — Humiliation de celle qui se sent très faible. — Recours à la confession conjugale. — La discipline conjugale demandée et refusée. — Elle est traitée avec douceur, éclairée et replacée dans la lumière de la raison. — L’erreur du cœur tient souvent à ce qu’il prend pour mérite unique de l’objet aimé une chose commune à un peuple, à une race, etc.
VIII. — Médication du cœur 
 248
Énormes conséquences qu’entraîne l’adultère de la femme. — Généralement elle est bien loin de les prévoir, elle pèche par étourderie et en a souvent de cruels remords. — Exemple. — La cause la plus ordinaire de sa chute est l’ennui, l’oisiveté. — Ne l’abandonnez pas, quoi qu’elle ait fait. — La femme, s’étant donnée entièrement au mariage et se trouvant transformée par l’imprégnation, perd infiniment au divorce. — Ne la frappez jamais, quoi qu’elle ait fait. — Du cas où sa conscience lui fait désirer l’expiation. — Le meilleur remède est de la tirer des mauvais milieux, de l’épurer et de la renouveler, s’il se peut, par l’émigration.
IX. — Médication du corps 
 258
Après la pléthore et la passion vient l’affaiblissement et la maladie. — C’est l’épreuve forte de l’amour. — Raymond Lulle et M***. — Désolation de la femme qui craint d’être un objet de dégoût. — Le mari seul doit la soigner. — Elle gagne déjà beaucoup à se sentir enveloppée par lui et à s’épancher avec lui. — Nulle médication sans confession. — La raffermir contre la mort. — Le mari doit être son prêtre, et, s’il se peut, son médecin. — Lui seul la connaît parfaitement, parce qu’en grande partie il l’a faite. — Rien ne relève plus la malade que de voir qu’elle est toujours aimée et désirée.


LIVRE V. — Le rajeunissement de l’amour.


I. — Seconde jeunesse de la femme 
 273
Elle a déjà faibli quand l’homme est au plus haut point de sa force. — Les succès même de son mari le séparent d’elle. — Il est d’autant plus exposé aux tentations du monde. — Elle devient son auxiliaire zélé, et comme un jeune camarade pour le sérieux et pour le plaisir. — Elle comprend sa pensée la plus difficile, et elle la lui rend embellie.
II. — Elle administre, gouverne le régime et le plaisir 
 281
La bonne Circé. — Elle surveille et soigne religieusement l’alimentation de son mari. — Elle le préserve d’excès. — L’homme désire plus, et plus tard dans la vie. — Pour l’homme fatigué, attristé, plaisir c’est consolation. — Une bonne femme, c’est la gaieté, c’est l’enfant de sa maison et sa Divine Comédie.
III. — Elle affine l’esprit ou rend l’étincelle 
 291
L’épouse calme, harmonise l’esprit, donne toute lucidité aux facultés inventives. — Le Moyen-âge lui-même n’a fait ses trois grandes œuvres que par des hommes mariés. — Des abstinences consenties ; élan du Puget au matin. — Le contact de la femme pure purifie. — L’amour, ajourné par l’amour, prend en elle l’essor du sublime.
IV. — Il n’y a point de vieille femme 
 297
Les grands artistes modernes ont senti profondément la beauté de la bonté, et ont peint de préférence la femme souffrante et déjà mûre. — Le visage vieillit bien avant le corps. — L’ampleur des formes est favorable à l’expression de la bonté. — Une génération qui n’aimerait que la première jeunesse et ne serait pas policée par le commerce des dames resterait grossière. — Une femme qui aime et qui est bonne peut, à tout âge, donner le bonheur, douer le jeune homme.
V. — Les aspirations de l’automne 
 302
Tristesses et craintes de la dame mûre : être séparée par la mort ? Vieillir et ne pas justifier l’illusion persévérante de celui qui aime ? Comment on peut se faire belle. — Supériorité de cette beauté acquise, qui n’est point un hasard de race, de famille, etc. — Combien de choses gracieuses étaient impossibles à la jeunesse.
VI. — L’unité est-elle obtenue ? 
 310
Chaque âge a amené un degré de plus dans l’union. — Tout désir est d’abord une idée ; l’amour peut toujours se renouveler par les idées, donc le temps n’est pas son obstacle. — Le seul obstacle à l’union absolue est dans l’essence de l’amour ; tant qu’ils vivent, ils restent deux. — La femme incline à la Grâce et suit l’homme difficilement dans la ligne de la Justice.
VII. — La mort et le deuil 
 315
La mort a suivi ce livre pour raffermir l’amour et le continuer. — C’est à l’homme de mourir, à la femme de pleurer.
VIII. — De l'amour par delà la mort 
 320
Le semblable rejoint le semblable. — En devenant semblable à celui qu’on perd, on le rejoint. — La veuve est son âme attardée. — Elle garde sa mémoire, conserve, multiplie ses amis, l’aime de plus en plus dans le progrès de sa légende.


ÉCLAIRCISSEMENTS


Des trois parties qu’aurait un livre complet sur l’amour, l’auteur n’a donné dans ce volume que la seconde. — Il regrette de n’avoir pu développer les chapitres de culture, d’éducation, de discipline morale. — De ses notes, infiniment trop nombreuses, il ne donne que les suivantes. 
 327
I. — Coup d’œil sur l’ensemble du livre 
 331
Et spécialement sur les rajeunissements de l’Amour.
II. — L’auteur est-il excusable de croire qu’on peut aimer encore ? 
 334
Chiffres officiels sur la diminution des mariages, etc. — Quoique l’Europe soit malade, elle a quelque raison d’espérer. — La mort de l’empire romain fut précédée d’un grand obscurcissement et d’une défaillance d’esprit. Mais, ici, la lumière et l’invention augmentent. Depuis 1800, progrès moral dans le culte des morts et l’amour de la nature. L’immense majorité des Français et des Européens n’a aucune connaissance des vices à la mode. — Le jeune homme du monde ne peut espérer prendre une position forte qu’en concentrant mieux la vie et s’appuyant au foyer.
III. — La femme réhabilité et innocentée par la science 
 337
Tous les Pères, d’après les traditions hébraïques, condamnent la femme et la déclarent impure. — La chimie a constaté qu’elle est pure. — La physiologie a montré qu’elle est constamment une blessée, une malade. — À ce titre, elle a toujours, en justice, une grave circonstance atténuante. — La peine de mort ne peut être appliquée aux femmes. — Peut-on arrêter une femme enceinte sans risquer de faire deux assassinats ? — Les anciennes lois allemandes lui permettent de petits vols. — Vœu pour que chaque Cour d’assises ait l’assistance permanente d’un jury médical. — Il faut que la justice devienne une médecine, et que la médecine devienne une justice et une morale.
IV. — Des sources du livre de l'amour et de l’appui que la physiologie donne ici à la morale 
 339
Les littérateurs m’ont peu servi (Senancour, Balzac, etc.), mais beaucoup les médecins. — Sous des formes dures, cyniques et matérialistes, ils n’en ont pas moins fondé récemment une des plus grandes choses de l’âme, ce qu’on peut appeler (en ce qui concerne la femme) le dogme de la Pitié. Ils ont humanisé le mariage, écarté ce qu’il conservait de barbarie matérielle. — Ils ont démontré que ce que l’on appelait impureté est la blessure mensuelle de l’amour et la fécondité même. — Ils ont établi que, du plus bas au plus haut, des moindres êtres aux premiers, la fécondation n’est point chose éphémère, mais durable, souvent pour un long avenir. Principe physique qui consacre la fixité du mariage. — L’amour implique l’essor vers l’infini et l’élan dans l’éternité.


LA FEMME

INTRODUCTION

I. - POURQUOI L’ON NE SE MARIE PAS

Misère de la fille pauvre, l’amour au rabais. - Orgueil de la fille, dotée, la forte personnalité de la Française augmentée par nos lois de succession. - Son éducation religieuse.

II. - L’OUVRIERE

Vie terrible de la paysanne. - E lle se réfugie dans les villes. - La domestique. - Combien l’ouvrier est moins misérable que l’ouvrière. - La machine à filer ; la machine à coudre. - Enquête. La couseuse ne peut gagner que dix sous. - L’homme prend les métiers de la femme, et elle ne peut faire ceux de l’homme. - E lle ne peut que mourir ou descendre dans la rue.

III. - LA FEMME LETTREE

Gênes et misères de la femme seule. - Les examens. - La gouvernante. - La femme de lettres. - Le cercle de feu. - Les servitudes de l’actrice. - L’humilité. - La dame au camellia plus misérable que la fille publique.

IV. - LA FEMME NE VIT PAS SANS L’HOMME

Etude anatomique du cerveau. - Combien l’anatomie humanise et moralise. - Le carnaval remplit de femmes les hôpitaux et les cimetières. - Destinée et mort d’une femme. -

Elle eût vécu si elle eût eu un foyer. - Comment le livre de la Femme continue le livre de l’Amour.

LIVRE PREMIER. - DE L’EDUCATION.

I. - LE SOLEIL, L’AIR ET LA LUMIERE

Le cerveau de l’enfant est transfiguré en un an par la lumière. - lui faut beaucoup de lumière et un jardin. - Les petits jardins aériens de Paris.

II. - L’ECHANGE DU PREMIER REGARD ET LE COMMENCEMENT DE LA FOI

L’enfant ne vivrait pas sans l’idolâtrie de la mère. - L’Extase, de Corrège. - L’Allaitement, de Solari.

III. - LE JEU. - L’ENFANT ENSEIGNE LA MERE

IV. - COMBIEN L’ENFANT EST FRAGILE ET SACRE

Mortalité immense des enfants. - Il faut les amener lentement à la fixité d’une vie d’études. - Mes études anatomiques. - Extrême beauté du cerveau de l’enfant. - A quatre ans, l’appareil nerveux est complet pour la sensibilité et le mouvement. - Cette mobilité fatale de l’enfant doit être ménagée à tout prix.

V. - L’AMOUR A CINQ ANS. - LA POUPEE

La poupée est : 1° une maternité ; 2° le premier amour ; 3° le premier essai d’indépendance. - Histoire de trois poupées.

VI. - LA FEMME EST UNE RELIGION

L’éducation de l’homme, c’est d’organiser une force, de créer un créateur. Celle de la femme, de faire une harmonie, d’harmoniser une religion. - Le but de la femme icibas, c’est l’amour, la maternité, ou cette maternité qu’on appelle éducation. Ce qui la rend très pure, c’est qu’en elle la maternité domine et élève l’amour. - Pureté physique et morale, d’éducation, d’alimentation.

VII. - L’AMOUR A DIX ANS. - LES FLEURS

La fleur végétale et la fleur humaine s’harmonisent, parce qu’elles sont contraires, et se complètent. Point de bouquet, mais une fleur. Point de fleur, mais une plante dans son développement successif. - Le cycle de l’année. Le blé et la vigne. Martyre de Grain-d’Orge et de Jean Raisin. - Comment nous devons (homme et plantes) mourir pour nourrir les autres.

VIII. - LE PETIT MENAGE. - LE PETIT JARDIN

La cuisine continue la maturation naturelle du soleil. - C’est comme un autre allaitement, l’une des plus hautes fonctions de l’épouse et de la mère. - Echanges et circulus de la vie entre la cuisine et le jardin. - Que l’enfant apprenne l’humble et sévère condition de la vie : Mourir constamment, vivre de la mort. - Qu’elle fraternise avec toute vie animale, et saisisse un premier rayon de l’Amour créateur. - Elle a été heureuse jusqu’ici (treize ans), car elle a toujours créé.

IX. - MATERNITE DE QUATORZE ANS. - LA METAMORPHOSE

Comment sa mère l’a confessée chaque soir. - Son trouble (vers quatorze ans). - On donne pour aliment à sa sensibilité l’amour des petits enfants. - La révélation du sexe ne trouble pas celle qui déjà est instruite des lois universelles de la nature.

X. - L’HISTOIRE COMME BASE DE FOI

L’étude spécialement féminine est celle de la Nature. Cependant l’Histoire est nécessaire aux deux sexes comme base morale. - Combien la femme a besoin que sa foi soit solidement fondée. Elle trouve ce fondement dans l’accord du genre humain sur le devoir et sur Dieu. - Pour préparer la jeune fille à cette étude morale, il faut des lectures très pures, virginales, et colorées de la lumière du matin. - Le génie matinal d’Homère. - La Bible de la lumière, le peuple des purs.

XI. - LA PALLAS. - LE RAISONNEMENT

Musée des sculptures. - Comment la Grèce a substitué aux tâtonnements prophétiques de l’Orient les méthodes directes et certaines du raisonnement inventif, la Vierge d’Athènes]enfante le monde des sciences. La haute et pure sphère de Raison. Bonheur suprême de la pureté.

XII. - LA "CHARITE" D’ANDRE DEL SARTE

Nous avons ajourné l’amour tantôt par homoeopathie, tantôt par allopathie. - Le danger du coeur, au moment où il s’attendrit pour Dieu. - Nouvel ajournement de l’amour : on lui montre les misères du monde. - Le haut symbole italien : Ivresse héroïque de la charité.

XIII. - REVELATION DE L’HEROISME

Combien le soin des enfants pauvres élève la jeune fille, lui donne le sens des réalités sérieuses, l’éloigne du monde. Elle met toute sa foi dans dans son père. Il lui enseigne la justice dans l’amour (à n’aimer que le plus digne). Il lui révèle le martyre et la tragédie du siècle. Il ne lui permet pas de se prendre uniquement à la famille et de renoncer au mariage.

LIVRE II. - LA FEMME DANS LE MARIAGE.

I. - QUELLE FEMME AIMERA LE PLUS ? CELLE DE RACE DIFFERENTE ?

Les races énergiques sortent d’éléments très opposés (exemple, le nègre et le blanc), ou identiques (exemple, les Grecs antiques, nos marins de France, etc.) . - Bonté ardente de la femme noire. Héroïsme de la femme rouge.

II. - QUELLE FEMME AIMERA LE PLUS ? CELLE DE MEME RACE ?

On a fort exagéré les facilités et les avantages des croisements. Avantage et inconvénient d’épouser une Française. Précipitation odieuse et immonde du mariage actuel. Les mariages entre parents fortifient les forts, affaiblissent les faibles. Si la parente n’est pas spécialement élevée pour toi, l’étrangère, élevée par toi, s’associera davantage.

III. - QUEL HOMME AIMERA MIEUX ?

Que la mère prenne garde de rendre son futur gendre amoureux d’elle-même. Qu’elle élève son idéal, et choisisse pour sa fille un homme de foi et d’énergie productive. La puissance incalculable de création que montre ce siècle tient à ce que la science lui a assuré sa marche et lui a mis sous les pieds le solide terrain de la certitude.

IV. - L’EPREUVE

La fiancée doit commander et soutenir son amant dans l’attente, le garder par l’amour, de concert avec sa mère. Danger de la méthode anglaise, qui compromet aveuglément la fille.

V. - COMMENT ELLE DONNE SON COEUR

Les mères françaises sont imprudentes par excès de prudence. Elles n’aiment que les hommes finis. Il faut prendre l’homme amoureux (qu’est-ce que l’amour ?) et l’homme héroïque, s’il se peut.

VI. - TU QUITTERAS TON PERE ET TA MERE

La jeune fille s’arrache à la famille. - Quel jour on doit la marier. - Ménagements infinis qu’on lui doit. - La noce n’est nullement une consommation, une fin ; c’est le commencement d’une longue initiation qui doit durer autant que la vie.

VII. - LA JEUNE EPOUSE. - SES PENSEES SOLITAIRES

Il ne faut pas l’obséder, mais la laisser se raffermir. Son dévouement. Le bonheur d’obéir. L’attente du retour.

VIII. - ELL E VEUT S’ASSOCIER ET DEPENDRE

La possession augmente l’amour. La femme veut être possédée davantage - par l’association aux affaires et aux idées.

IX. - DES ARTS ET DE LA LECTURE

Chaque art ouvre un nouvel organe d’amour. - La femme reçoit des idées par des sens qui ne sont point ceux de l’homme. - Le mari, et non le père, peut faire son éducation. - Peinture, musique. Les Bibles de l’histoire et de la nature. - On doit révéler à la femme les hautes légendes primitives qui restent au-dessus de tout.

X. - LA GRANDE LEGENDE D’AFRIQUE. - L A FEMME COMME DIEU DE BONTE (fragment de l’Histoire de l’Amour)

Isis, Osiris, Horus. - La mort des dieux. - Toute-puissance de la femme qui, par la force de la douleur et du désir, rend la vie à l’âme aimée, ressuscite son dieu et le monde. - Le Jugement et la renaissance des bons.

XI. - COMMENT LA FEMME DEPASSE L’HOMME

La femme dispensée du métier et de la spécialité, garde à l’homme un trésor de noblesse et de rajeunissement. Elle a des octaves de plus dans le haut et dans le bas, mais elle a moins les qualités moyennes qui font la force. Elle ne crée pas l’art, mais l’artiste. Elle comprend rarement les créations laborieuses de l’homme. Parfois l’amitié l’éloigne de l’amour. - Comment elle pourrait relever l’homme dans ses fatigues morales XII. - L ES HUMILITES DE L’AMOUR. - CONFESSION

Celui qui aime ne doit pas permettre à l’objet aimé une abnégation trop complète. - L’homme ne doit prendre sur la femme nul ascendant non consenti, ni l’ascendant magnétique, ni celui de la crainte. Du coup d’Etat domestique. Y substituer le gouvernement de l’entente cordiale et de la confiance. - La femme a besoin d’épanchement et de confession. S’aimer, c’est se donner puissance l’un sur l’autre en se disant tout

XIII. - LA COMMUNION DE L’AMOUR. - OFFICES DE LA NATURE

Dieu est la haute nécessité de la nature. - La communion de l’amour vrai donne une vraie lueur de l’éternel Amour. - La femme est une religion, et, dans les éclipses religieuses, nous garde le sentiment de Dieu. - V ie religieuse d’une famille dans un dimanche d’hiver.

XIV. - SUITE. - OFFICES DE LA NATURE

Les deux pôles de la religion (la loi, la cause), sont représentés, soutenus par l’homme et la femme. - Comme agent de la Cause aimante, elle a le côté le plus tendre du pontificat. Elle sait les heures sacrées et du jour et de l’année, le rituel de la nature en chaque pays, les vrais psaumes de la contrée. - Fêtes de la renaissance. Fêtes des Fleurs, de la Moisson, de la Vendange.

LIVRE III. - LA FEMME DANS LA SOCIETE.

I. - LA FEMME COMME ANGE DE PAIX ET DE CIVILISATION

Combien la vue d’une femme rassure dans les pays sauvages. - L’âge émancipe la femme et lui permet un ministère de bonté et de sociabilité. Elle met dans les salons la vraie liberté, fait valoir tout le monde, protège les timides.

II. - DERNIER AMOUR. - AMITIE DES FEMMES

La veuve ne veut pas se remarier ; mais la nature, la famille peuvent l’y obliger. - Le mari mourant doit prévoir pour elle et, s’il se peut, la léguer au proche parent (selon l’esprit). - Adoption. Le fils spirituel. - Elle protégera la jeune femme, réunira les époux séparés.

III. - LA PROTECTRICE DES FEMMES. - CAROLINA

En mariant les femmes déportées et faisant des familles de ce qui n’était qu’individus, Carolina Home a fondé solidement la grande colonie d’Australie.

IV. - CONSOLATION DES PRISONNIERES

Les crimes des femmes sont rares, et, le plus souvent, involontaires. La vie désolante qu’elles mènent les pousse au mal. La régénération des prisonnières ne s’opérera que par l’air, le soleil, la vie demi-rurale, la colonisation, le mariage. Nulle voix officielle ne peut agir sur elles. Il faut la bonté, l’expérience et la pénétration d’une dame qui connaisse le monde. Elle doit demander pour les prisonnières mariées la consolation de voir leurs maris.

V. - PUISSANCES MEDICALES DE LA FEMME

Histoire de madame Lortet. - La femme est le médecin naturel des pays où il n’y a pas de médecin. - Elle ne peut le suppléer en tout, mais elle est son auxiliaire naturel. - Le vrai médecin est un en deux personnes, homme-femme. Elle continue par la confession et la divination. - Elle trouve en ses propres douleurs un remède homoeopathique. - Ses visites aux malades (si solitaires) des hôpitaux.

VI. - LES SIMPLES

De l’immortalité de l’âme. - La mort du corps n’est que son passage à la vie végétale. La mort est une fleur. - Nos vieux simples des Gaules. - La femme s’harmonise à leurs puissances vivifiantes, est leur intermédiaire entre elles et l’homme.

VII. - LES ENFANTS. - LA LUMIERE. - L’AVENIR

Vif attrait qu’ont les orphelins pour la femme restée sans famille. Orphelinat demi-rural, dirigé moralement par la dame âgée. Elle garde et marie l’orpheline, idéal de simplicité noble qui affranchira l’avenir. L’âme bénie remonte à Dieu dans la lumière.

ECLAIRCISSEMENTS

I. - Caractère moral de ce livre

II. - Education. Ateliers et jardins d’enfants

III. - De la justice dans l’amour et des devoirs du mari

IV. - La Femme dans la société

FIN DE LA TABLE DES MATIERES.