éléments Wikidata

Livre:Bédier - Les Fabliaux, 2e édition, 1895.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bédier - Les Fabliaux, 2e édition, 1895.djvu
TitreLes Fabliaux Voir et modifier les données sur Wikidata
AuteurJoseph Bédier Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionÉmile Bouillon
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1895
BibliothèqueUniversity of Toronto -> Internet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

- - - - - - at - T - T - d -  vii  viii 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 - - 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 - - 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM - - - - -

TABLE DES MATIÈRES




qu’est-ce qu’un fabliau ? — dénombrement, répartition chronologique et géographique des fabliaux


I. La forme du mot : fabliau ou fableau ? 
 25
II. Définition du genre : Les fabliaux sont des contes à rire en vers ; dénombrement de nos contes fondé sur cette définition : leur opposition aux autres genres narratifs du moyen âge, lais, dits, romans, etc 
 28
III. Qu’il s’est perdu beaucoup de fabliaux : mais ceux qui nous sont parvenus représentent suffisamment le genre 
 37
IV. Dates entre lesquelles ont fleuri les fabliaux : 1159-1340 
 40
V. Essai de répartition géographique : que les fabliaux paraissent avoir surtout fleuri dans la région picarde 
 42



PREMIÈRE PARTIE


la question de l’origine et de la propagation des fabliaux



idée générale des principaux systèmes en présence


I. Position de la question : force singulière de persistance et de diffusion que possèdent les fabliaux et, en général, toutes les traditions populaires ; d’où ce problème : comment expliquer la présence des mêmes traditions et, plus spécialement, des mêmes contes, dans les temps et les pays les plus divers ? 
 45
II. Qu’on ne saurait séparer la question de l’origine des fabliaux du problème plus compréhensif de l’origine des contes populaires en général. C’est ce que montrera l’exposé des diverses théories actuellement en conflit 
 51
III. Théorie aryenne de l’origine des contes : les contes populaires modernes renferment des détritus d’une ancienne mythologie aryenne 
 53
IV. Théorie anthropologique : ils renferment des survivances de croyances, de mœurs abolies, dont l’anthropologie comparée nous donne l’explication 
 57
V. Théories des coïncidences accidentelles 
 62
VI Théorie orientaliste : les contes dérivent, en grande majorité, d’une source commune, qui est l’Inde des temps historiques 
 67
VII. Que cette dernière théorie seule nous intéresse directement : car, seule, elle donne une solution au problème des fabliaux ; mais aucune des théories en présence ne peut la négliger : car, vraie, elle les ruine toutes 
 69



exposé de la théorie orientaliste et plan d’une critique de cette théorie


I. Historique de la théorie : Ses humbles commencements de Huet à Silvestre de Sacy ; ses prétentions et son succès depuis Théodore Benfey 
 72
II. Ses arguments sous sa forme actuelle : Les contes, soutient-elle, nés dans l’Inde, sont parvenus en Europe, par voie littéraire et par voie orale, au moyen âge. Car : 1° Absence de contes populaires dans l’antiquité ; 2° Influence au moyen âge des grands recueils orientaux traduits en des langues européennes ; rôle des Byzantins, des Arabes, des Juifs ; 3° Survivance de croyances indiennes ou bouddhiques dans nos contes ; 4° Les versions occidentales de nos contes apparaissent comme des remaniements des formes orientales 
 79
III. Plan d’une réfutation, qui reprendra, dans les chapitres suivants, chacun de ces arguments 
 86


les contes populaires dans l’antiquité et dans le haut moyen age


I. Qu’il est téméraire de conclure de la non existence de collections de contes dans l’antiquité à la non existence des contes eux-mêmes 
 91
II. Les fables dans l’antiquité. Résumé des théories émises sur leur origine, destiné à mettre en relief cette vérité, trop souvent méconnue par les indianistes, que, lorsqu’on a fixé les dates des diverses versions d’un conte, on n’a rien fait encore pour déterminer l’origine du conte lui-même 
 93
III. Exemples de contes merveilleux dans l’antiquité : a) en Egypte ; b) en Grèce et à Rome : Midas, Psyché, les contes de l’Odyssée, Mélampos, Jean de l’Ours, le Dragon à sept têtes, le fils du Pêcheur, Glaucos, etc 
 106
IV. Exemples de nouvelles et de fabliaux dans l’antiquité : Zariadrès. Les Fables Milésiaques. La comédie moyenne. Une narration de Parthénius. Silhon et Palléné. Contes d’Apulée, d’Athénée. Formes antiques des fabliaux du Pliçon, du Vair palefroi, des Quatre souhaits Saint-Martin, de la Veuve infidèle, etc 
 113
V. Exemples de contes dans le haut moyen âge : examen de la collection dite le Romulus Mariae Gallicae 
 121



l’influence des recueils de contes orientaux
réduite à sa juste valeur


I. Que les fabliaux représentent la tradition orale, et que leurs auteurs ne paraissent avoir rien emprunté, consciemment du moins, aux recueils orientaux traduits en des langues européennes 
 127
II. Quels sont les contes que le moyen âge occidental pouvait connaître par ces traductions de recueils orientaux, et quels sont ceux qu’il leur a réellement empruntés ? Possibilité, légitimité, utilité de cette recherche 
 130
III. Analyse de tous les recueils de contes du moyen âge traduits ou imités des conteurs orientaux : 1° de la Discipline de clergie, 2° du Dolopathos, 3° et 4° des Romans des Sept Sages occidental et oriental ; 5° du Directorium humanae vitae ; 6° de Barlaam et Joasaph. — Résultat de ce dépouillement : nombre dérisoire de contes qui paraissent à la fois dans les recueils orientaux et dans la tradition orale française. Comme contre-épreuve, grand nombre de contes communs à des collections allemande et française 
 133
IV. Portée assez restreinte de toute cette démonstration. Que, du moins, nous avons dissipé un idolum libri, funeste à beaucoup de folkloristes 
 143



examen des traits prétendus indiens ou bouddhiques
qui survivraient, selon la théorie orientaliste,
dans les contes populaires européens


I. Quelques contes où les orientalistes ont cru reconnaître des survivances de mœurs indiennes ou de croyances bouddhiques montrent la vanité de cette prétention : 1° les épouses rivales dans les récits populaires ; 2° le cycle des animaux reconnaissants envers l’homme ; 3° le fabliau de Berengier ; 4° un conte albanais ; 5° la nouvelle de Frederigo degli Alberighi et de Monna Giovanna ; 6° le Meunier, son fils et l’âne 
 149
II. Qu’il existe, à vrai dire, des contes spécifiquement indiens et bouddhiques ; mais que ces contes restent dans l’Inde et meurent dès qu’on veut les en retirer : histoire du tisserand Somilaka ; histoire de la courtisane Vâsavadattâ, etc 
 158



CHAPITRE VI
MONOGRAPHIES DES FABLIAUX QUI SE RETROUVENT
SOUS FORME ORIENTALE.
LES FORMES ORIENTALES SONT-ELLES LES FORMES-MÈRES ?

Le fabliau des Tresses.

I. Les versions orientales, a) Le récit du Pantchaiantra; b)lcmême récit dans divers remaniements du Calila; c) le même récit plagié par divers conteurs modernes. — Dans toutes ces ver- sions, le conte, copié de livre à livre, reste immuable; d) que le germe du conte n’est point dans le Vetâlapanlchavinçâfi.... 166

II. Les versions occidentales, a) Le fabliau comparé aux formes orientales. Supériorité logique de la forme française. — b) Qu’il nous est impossible, en fait, de décider laquelle est la primitive, de la version sanscrite ou de la version française — Discussion de la méthode qu’il convient d’employer pour ces comparaisons de versions. — c) Les différentes versions européennes, toutes indépendantes des formes indiennes. Mobilité, variété des éléments du récit sous ses formes européennes, en contraste avec l’immobilité des formes orientales 181


CHAPITRE VII
SUITE DE NOS ENQUÊTES SUR LES DIVERS FABLIAUX
ATTESTÉS DANS l’ORIENT

I. Fabliaux qu’il nous faut écarter [: la Housse partie, la Bourse pleine de sens, le dit des Perdrix 201

II. Monographies des fabliaux qui se retrouvent sous quelque forme orientale ancienne. Rejet aux appendices, pour éviter de fastidieuses redites, des contes d’Auhet^ée, de Berengier, de Constant du Haniel, du Pliçon, du Vilain Asnier, du Vilain Mire. — Etude spéciale de quatre fabliaux : A, le lai d’Aristote ; B, les Quatre souhaits Saint-Martin ; C, le lai de l’Epervier ; D, les Trois Bossus Ménestrels ’ 203


CHAPITRE VIII
sous quelles CONDITIONS DES RECHERCHES SUR l’oRIGINE
ET LA PROPAGATION DES CONTES POPULAIRES
SONT-ELLES POSSIBLES ?

I. L’hypothèse de l’origine indienne écartée, les contes procèdent-ils pourtant d’un foyer commun ? Que peut-on savoir de leur patrie, une ou diverse, et de leurs migrations ? — Direction incertaine et hésitante des recherches contemporaines 251 II. Que les contes dont on recherche désespérément l’origine et le mode de propagation ne sont caractéristiques d’aucun temps, d’aucun pays spécial 254

III. Pour ces contes, que peut-on espérer des méthodes de comparaison actuellement en honneur? Critique de ces méthodes : leur stérilité montrée par un dernier exemple, tiré de l’étude du fabliau des Trois dames qui trouvèrent un anneau 201

IV. Conclusions générales 273

V. Que ces conclusions ne sont pas purement négatives 285



SECONDE PARTIE
ÉTUDE LITTÉRAIRE DES FABLIAUX


CHAPITRE IX
QUE CHAQUE RECUEIL DE CONTES ET CHAQUE VERSION

D’UN CONTE RÉVÈLE UN ESPRIT DISTINCT,
SIGNIFICATIF D’UNE ÉPOQUE DISTINCTE

Projet de notre seconde partie. Chaque recueil de contes a sa physionomie propre : ainsi les novellistes italiens ont taché de sang les gauloiseries des fabliaux ; d’où un intérêt dramatique supérieur. 289

Chaque version d’un même conte exprime, avec ses mille nuances, les idées de chaque conteur et celle des hommes à qui le conteur s’adresse. Exemples : le fabliau du Chevalier au Chainse. du xiiie siècle français au xive siècle allemand, du xive siècle à Brantôme et à Schiller, de Brantôme à M. Ludovic Halévy 291

Étude similaire tentée pour le fabliau de la Bourgeoise d’Orléans. 299


CHAPITRE X
l’esprit des fabliaux

I. Examen du plus ancien fabliau conservé, Richeut 304

II. L’intention des conteurs : un fabliau n’est qu’une « risée et un gabet ». De quoi riait-on ? 309

III. Fabliaux qui supposent une gaieté extrêmement facile et superficielle 311

IV. Fabliaux qui n’impliquent que « l’esprit gaulois » : caractéristique de cet esprit 313

V. Fabliaux qui, outre l’esprit gaulois, supposent le mépris profond des femmes 319

VI. Fabliaux obscènes 325

VII. Les fabliaux et l’esprit satirique. — Résumé 326


CHAPITRE XI
LA VERSIFICATION, LA COMPOSITION ET LE STYLE DES FABLIAUX

Absence de toute prétention littéraire chez nos conteurs : leur effacement devant le sujet à traiter 341

De là, les divers défauts de la mise en œuvre des fabliaux : négligence de la versification ; platitude et grossièreté du style 314

De là, aussi, ses diverses qualités : brièveté, vérité, naUiiel 347 Comment l'esprit des fabliaux a trouvé dans nos poèmes son expression adéquate 356


CHAPITRE XII
PLACE DES FABLIAUX DANS LA LITTÉRATURE DU XIII^ SIÈCLE

Que l'esprit des fabliaux représente l'une des faces des plus significatives de l'esprit même du moyen âge 358

I. Littérature apparentée aux fabliaux 359

H. Littérature en contraste avec les fabliaux 364

III. Deux tendances contradictoires se disputent la poésie du xiiie siècle : comment concilier ces contraires? 368


CHAPITRE XIII
A QUEL PUBLIC S'ADRESSAIENT LES FABLIAUX

I. Les fabliaux naissent dans la classe bourgeoise, pour elle et par elle 371 IL Pourtant, indistinction et confusion des publics : les plus aristocratiques — d'où les femmes ne sont point exclues — se plaisent aux plus grossiers fabliaux 376 III. Cette confusion des publics correspond à une confusion des genres : l'esprit des fabliaux contamine les genres les plus nobles 382


CHAPITRE XIV
LES AUTEURS DES FABLIAUX

I. Poètes amateurs : Henri d'Andeli, Philippe de Beaumanoir 387

II Poètes professionnels : 1) les clercs errants 389

2) les jongleurs : Rutebeuf 399

3) les ménestrels attitrés à la cour des grands : Jean de Condé, Watriquet de Couvin, Jacques de Baisieux 418


CHAPITRE XV

Conclusion 427

APPENDICE I

Liste alphabétique de tous les poèmes que nous considérons comme des fabliaux 436

APPENDICE II

Notes comparatives sur les fabliaux j 442

APPENDICE III

Notes sur les auteurs des fabliaux 477

Index alphabétique 487


――――――



MAÇON, PROTAT FRERES, IMPRIMEURS