Livre:Lacroix - Le Docteur Gilbert, 1845.djvu

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lacroix - Le Docteur Gilbert, 1845.djvu
Titre Le Docteur Gilbert
Auteur Jules Lacroix
Maison d’édition Boulé
Lieu d’édition Paris
Année d’édition 1845
Bibliothèque Bibliothèque nationale de France
Fac-similés djvu
Avancement Terminé


Pages

01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70


Ce livre a fait l’objet du défi 100 wikijours du 2 août 2016, avec succès. Le programme indique les 145 titres traités lors du défi, du 1er août au 23 décembre 2016.



TABLE DES MATIÈRES

(ne fait pas partie de l’ouvrage original)





LE DOCTEUR


GILBERT


par
JULES LACROIX.


I.


Madame de Ranval, après une nuit de fièvre et d’insomnie, se leva toute grelottante. S’enveloppant d’une chaude pelisse, elle sortit de sa chambre à coucher et alla s’asseoir dans un petit salon qui donnait sur un jardin : elle était fort pâle, et quelques larmes descendaient le long de ses joues, dont les contours amaigris annonçaient la souffrance du corps et de l’âme.

Madame de Ranval achevait sa vingt-troisième année : elle n’était pas régulièrement belle ; on aurait pu même, en analysant les traits de son visage, y découvrir quelques incorrections, quelques défauts plus ou moins saisissables, qui n’auraient pas échappé sans doute à l’œil d’un peintre ou d’un statuaire, mais qui n’altéraient en rien, toutefois, l’ensemble harmonieux d’une physionomie pleine d’innocence et de volupté. Madame de Ranval était petite, frêle, mince, et sa poitrine un peu rentrée trahissait une constitution faible et maladive ; mais cette imperfection, si désagréable chez quelques femmes, semblait donner au contraire plus de poésie à cette rêveuse créature, blonde et pale, dont les yeux bleus se tournaient toujours vers le ciel, comme par instinct.

À la voir ainsi gracieusement inclinée et penchant mollement sa tête, comme sous le poids d’une pensée grave et mélancolique, on eût dit par