éléments Wikidata

Livre:Augustin - Œuvres complètes, éd. Raulx, tome II.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Augustin - Œuvres complètes, éd. Raulx, tome II.djvu
TitreŒuvres complètes de Saint Augustin
AuteurAugustin d’Hippone Voir et modifier les données sur Wikidata
ÉditeurRaulx
Maison d’éditionL. Guérin & Cie
Lieu d’éditionBar-le-Duc
Année d’édition1864
BibliothèqueUniversity of Toronto -> Internet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
SérieI - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI - XVII

Pages

- - - - - - - - 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 545 546 547 548 549 550 551 552 553 554 555 556 557 558 559 560 561 562 563 564 565 566 567 568 569 570 571 572 573 574 575 576 577 578 579 580 TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM - - - - -

TABLE DES MATIÈRES
CONTENUES DANS LE DEUXIÈME VOLUME.



LES LETTRES.
TRADUCTION DE M. POUJOULAT.


DEUXIÈME SÉRIE. — LETTRES ÉCRITES DEPUIS LA PROMOTION DE SAINT AUGUSTIN À L’ÉPISCOPAT JUSQU’À LA CONFÉRENCE DE CARTHAGE.


Lettre XXXI. Augustin à Paulin et à Thérasie. — Saint Augustin s’abandonne à tous les mouvements de son cœur pour saint Paulin et le félicite d’avoir tout quitté pour Dieu.
— XXXII. Paulin et Thérasie à Romanien. — Saint Paulin félicite l’Eglise d’Hippone d’avoir mérité saint Augustin pour coadjuteur du vieil évêque. Il exhorte Licentius, en vers et en prose, à mépriser l’éclat du monde et à se donner au Christ.
— XXXIII. Augustin à Proculéien, évêque donatiste. — Saint Augustin invite cet évêque donatiste à une conférence pour mettre fin au schisme.
— XXXIV. Augustin à Eusèbe. — Saint Augustin raconte les violences d’un jeune homme qui, après avoir menacé de tuer sa mère, a été rebaptisé par les donatistes ; il vent savoir si l’évêque Proculéien a donné la main à l’admission de ce forcené, et dit ensuite qu’il est toujours prêt à conférer avec Proculéien.
— XXXV. Augustin à Eusèbe. — Efforts de saint Augustin pour amener Proculéien à une discussion, à des explications, à la répression des clercs donatistes. Saint Augustin rapporte des faits scandaleux et violents.
— XXXVI. Augustin à Casulan. — C’est une réponse à une dissertation partie de Rome, en faveur du jeûne du samedi. Cette lettre nous apprend comment on comprenait et on pratiquait le jeûne dans l’antiquité chrétienne. Elle abonde en détails instructifs.
— XXXVII. Augustin à Simplicien. — Saint Augustin se félicite que Simplicien, dont le souvenir se mêle aux premiers temps de sa conversion, ait lu et approuvé ses ouvrages ; il lui soumet tous ses écrits et particulièrement ceux qu’il a composés pour la solution des questions que Simplicien lui avait proposées.
— XXXVIII. Augustin à Profuturus. — Saint Augustin, dans cette petite lettre, parle de ses souffrances avec une patiente douceur ; il dit quelques mots de la mort de Magalius, évêque de Calame, et donne d’utiles conseils pour empêcher la haine d’entrer dans notre cœur.
— XXXIX. Jérôme à Augustin. — Simple lettre de recommandation de saint Jérôme.
— XL. Augustin à Jérôme. — Sur le livre de saint Jérôme intitulé : Des Écrivains ecclésiastiques. — Saint Augustin revient à la question du mensonge officieux ; il demande à saint Jérôme de mettre en lumière les erreurs d’Origène et de tous les hérétiques.
— XLI. Alype et Augustin à Aurèle. — Hommages religieux rendus à l’évêque de Carthage.
— XLII. Augustin à Paulin et à Thérasie. — Saint Augustin souhaite d’obtenir quelques écrits de saint Paulin.
— XLIII. Augustin à Glorius, Eleusius, etc. — Saint Augustin s’adresse à des donatistes qui habitaient Tubarsi. Il expose le schisme de Donat et l’accable sous le poids des faits et sous le poids des saintes Ecritures.
— XLIV. Augustin à Eleusius, Glorius, etc. — Saint Augustin raconte sa conférence avec Fortunius, évèque de Tubarsi ; on y voit toute la puissance de discussion de l’évêque d’Hippone.
— XLV. Alype et Augustin à Paulin et à Thérasie. — Saint Augustin et saint Alype prient saint Paulin de leur écrire après un silence de deux ans, et de leur envoyer son ouvrage contre les païens.
— XLVI. Publicola à Augustin. — Publicola adresse à saint Augustin diverses questions qui sont autant de traits de mœurs de cette époque.
— XLVII. Augustin à Publicola. — Saint Augustin répond aux questions.
— XLVIII. Augustin à Eudoxe, abbé du monastère de l’île de Capraïa. — Saint Augustin se recommande aux prières des moines de Capraïa ; il dit dans quel esprit il faut aimer le repos et pratiquer les bonnes œuvres, et comment il faut se tenir toujours prêt pour les besoins de l’Eglise.
— XLIX. Augustin à Honoré, évêque domitiste. Saint Augustin marque avec précision les points sur lesquels il faut qu’on s’explique dans la question du donatisme.
— L. Augustin aux chefs et aux anciens de la colonie de Suffec. — Les soixante martyrs de Suffec.
— LI. Augustin à Crispinus, évêque donatiste. — Saint Augustin voudrait l’amener à une discussion par écrit.
— LII. Augustin à Séverin. — Saint Augustin montre à Séverin, qui était son parent et qui était donatiste, l’erreur du parti dans lequel il est engagé.
— LIII. Fortunat, Alype et Augustin à Générosus, catholique de Constantine. — Générosus avait envoyé à saint Augustin une lettre d’un prêtre donatiste, dans laquelle celui-ci se vantait d’avoir reçu les communications d’un ange ; l’évêque d’Hippone et deux de ses collègues s’adressent à Générosus pour rétablir la vérité religieuse.
— LIV. Réponse aux questions de Janvier, livre premier. — Pour expliquer la diversité des pratiques en usage chez les différents peuples chrétiens, saint Augustin enseigne que ce qui est établi par l’Ecriture, par la tradition apostolique ou par les conciles généraux, doit être observé partout, et que, pour le reste, il convient d’observer la coutume de l’Eglise où l’on est actuellement.
— LV. Réponse aux questions de Janvier, livre second. — Saint Augustin fait d’abord connaître les raisons profondes et mystérieuses pour lesquelles on ne célèbre point la résurrection, la mort et la sépulture du Sauveur les jours mêmes où ces grands événements se sont accomplis, n. 1-27. — Il explique ensuite pourquoi la descente du Saint-Esprit, le cinquantième jour après Pâques, n. 28-32 ; et ce qu’il faut penser de quelques usages particuliers, n. 33-40.
— LVI. Augustin à Céler. — Invitation à l’étude des saintes lettres et au retour à la vraie foi.
— LVII. Au même sur la même question.
— LVIII. Augustin à Pammachius. — Saint Augustin félicite le sénateur Pammachius des exemples de foi et de courage qu’il a donnés au milieu de ses gens d’Hippone.
— LIX. Augustin à Victorin. — Sur la convocation d’un concile.
— LX. Augustin à Aurèle. — Sur une affaire de discipline.
— LXI. Augustin à Théodore. — Conduite de l’Eglise à l’égard des clercs donatistes revenus à l’unité.
— LXII. Alype, Augustin et Samsucius à Sévère. — Sur une question de serment.
— LXIII. Augustin à Sévère. — Saint Augustin se plaint auprès de son ami et collègue Sévère, qu’il ait ordonné son diacre, pour retenir dans son diocèse un ecclésiastique qui avait rempli dans le diocèse d’Hippone les fonctions de lecteur.
— LXIV. Augustin à Quintien. — Saint Augustin répond à un prêtre accusé, et qui se plaignait de n’être pas encore jugé ; il l’exhorte à ne pas lire aux fidèles, dans l’église, des écritures non canoniques, afin de ne pas donner des armes aux hérétiques et surtout aux manichéens.
— LXV. Augustin à Xantippe. — On voit ici quels soins mettait saint Augustin à éviter les mauvais pasteurs.
— LXVI. Augustin à Crisipinus, évéque donatiste — Indignation pieuse de saint Augustin contre cet évéque donatiste qui avait osé rebaptiser de pauvres catholiques d’un village.
— LXVII. Augustin à Jérôme. — Saint Augustin assure à saint Jérôme qu’il n’est pas vrai qu’il ait écrit un livre contre lui, comme on l’en a accusé. — Vif et affectueux désir d’obtenir quelque chose du solitaire de Bethléem.
— LXVIII. Jérôme à Augustin. — Saint Jérôme répond à la précédente lettre de saint Augustin, et parle de celle où l’évêque d’Hippone l’invitait à chanter la palinodie au sujet d’un passage de l’épitre aux Galates ; malgré de pieux efforts pour se contenir, on reconnaît aisément un homme blessé dans le langage de saint Jérôme.
— LXIX. Alype et Augustin à Castorius. — Deux frères avaient passé du parti de Donat à l’unité catholique ; l’un d’eux était évêque, et, pour l’amour de la paix, avait déposé le fardeau de l’épiscopat. — Saint Augustin s’adresse au frère de celui-ci pour l’engager à entrer dans l’Eglise et à se charger lui-même du fardeau épiscopal.
— LXX. Alype et Augustin à Nocellion. — On oppose aux donatistes leur propre conduite.
— LXXI. Augustin à Jérôme — Sur les traductions de saint Jérôme. — Tumulte dans une église catholique à l’occasion d’un passage de l’Ecriture dont la traduction différait du sens accoutumé.
— LXXII. Jérôme à Augustin. — Des paroles dites avec trop de confiance, des malentendus et, par-dessus tout, des commentaires peu charitables avaient mis au cœur de saint Jérôme une certaine amertume dont cette lettre porte des traces.
— LXXIII. Augustin à Jérôme. — Saint Augustin se plaint doucement d’une certaine âpreté de langage, reconnaît son tort involontaire et en demande pardon ; il cherche la vérité et regrette qu’une longue distance le sépare de saint Jérôme.
— LXXIV. Augustin à Présidius. — C’est un simple billet pour prier cet évêque de faire parvenir à saint Jérôme la lettre précédente.
— LXXV. Jérôme à Augustin. — Saint Jérôme défend son opinion sur le passage de l’Epitre aux Galates.
— LXXVI. Aux Donatistes. — Saint Augustin fait parler l’Eglise catholique pour mieux toucher les gens du parti de Donat.
— LXXVII. Augustin à Félix et à Hilarion. — On remet au jugement de Dieu une affaire entre un moine et un prêtre. — Extrême réserve de saint Augustin en matière d’accusation.
— LXXVIII. Augustin au Clergé et à tout le peuple d’Hippone. — Les scandales dans l’Eglise.
— LXXIX. Saint-Augustin châtie l’ignorante et orgueilleuse perversité d’un prêtre manichéen.
— LXXX. Augustin à Paulin et à Thératie. — Comment on peut savoir si on accomplit la volonté de Dieu.
— LXXXI. Jérôme à Augustin. — Témoignage pacifique et affectueux de saint Jérôme.
— LXXXII. Augustin à Jérôme. — Saint Augustin répond à la lettre où saint Jérôme défend son opinion sur le fameux passage de l’Epitre aux Galates, et va au fond du débat avec une grande supériorité ; il se déclare converti au sentiment du solitaire en ce qui touche les traductions sur l’hébreu.
— LXXXIII. Augustin à Alype. — Règlement de questions d’intérêt dans la vie religieuse.
— LXXXIV. Augustin à Novat. — Les devoirs de l’évêque et les tendresses de l’ami se retracent dans cette lettre.
— LXXXV. Augustin à Paul. — Remontrances de saint Augustin à un évêque.
— LXXXVI. Augustin à Cécilien. — Saint Augustin appelle l’attention de Cécilien, gouverneur de Numidie, sur les violences des donatistes dans le pays d’Hippone.
— LXXXVII. Augustin à Emérite, évêque donatiste. — Saint Augustin va droit à l’origine du schisme et enferme son adversaire dans le cercle de la vérité.
— LXXXVIII. Les Clercs catholiques du pays d’Hippone à Janvier. — Cette lettre, où saint Augustin fait parler son clergé, est une des plus importantes, dans la question des donatistes, par les pièces et les détails curieux qu’elle renferme, par l'expression de la véritable attitude du catholicisme en face du schismatisme africain, et par l’éloquente animation du langage.
— LXXXIX. Augustin à Feslus. — Festus était un personnage de l’empire qui possédait dans le pays d’Hippone des domaines considérables ; saint Augustin l’exhorte à des efforts pour ramener à la vérité ses fermiers et ses paysans donatistes ; il ramasse les faits et les raisonnements les plus capables d’éclairer et de frapper.
— XC. Nectarius à Augustin. — Un vieillard païen de Calame s’adresse à saint Augustin pour qu’il intervienne miséricordieusement en faveur des gens de Calame, coupables d’avoir violé les lois impériales et commis des violences contre les chrétiens.
— XCI. Augustin à Nectarius. — Cette réponse est un curieux monument des relations entre les chrétiens et les païens des premiers âges de l’Eglise.
— XCII. Augustin à Italica. — Saint Augustin console la veuve Italica et lui répond sur la manière dont les élus verront Dieu dans la vie future.
Lettre XCIII. Augustin à Vincent. — Cette lettre est célèbre dans l’histoire des controverses religieuses ; conduite à l’égard des hérétiques.
XCIII. Paulin et Thérasie à Augustin. — Belle et intéressante lettre de saint Paulin. — Le renoncement chrétien. — Les occupations des élus dans le ciel. — Admiration pour l’évêque d’Hippone.
XCV. Augustin à Paulin et à Thérasie. — Saint Augustin touche avec profondeur au gouvernement des âmes, à l’utilité des peines infligées aux coupables, et laisse voir à cet égard les anxiétés de sa conscience de pasteur. — La vie future et les corps après la résurrection.
XCVI. Augustin à Olympe. — Saint Augustin recommande une affaire d’un de ses collègues dans l’épiscopal.
XCVII. Augustin à Olympe. — Saint Augustin demande à ce personnage d’obtenir un acte public qui fasse connaître à toute l’Afrique que les lois pour briser les idoles et pour ramener les hérétiques, ont été établies de la volonté expresse des empereurs. — Violences des donatistes.
XCVIII. Augustin à Boniface. — Réponse à des questions sur le baptême des enfants.
XCIX. Augustin à Italica. — Alaric et les malheurs de Rome.
C. Augustin au proconsul Donat. — Sentiments de modération et de miséricorde à l’égard des donatistes.
CI. Augustin à Mémorius. — Les études libérales, les erreurs des anciens, les livres de saint Augustin sur la musique.
CII. Augustin à Déogratias. — Cette lettre est une éloquente et forte réponse à six questions ou objections proposées par les païens du temps de saint Augustin.
CIII. Nectarius à Augustin. — Il s’agit encore de l’émeute païenne qui avait éclaté à Calame.
CIV. Augustin à Nectarius. — Grande supériorité morale de saint Augustin dans sa réponse au vieux polythéiste.
CV. Augustin aux Donatistes. — Saint Augustin résume les faits, pose nettement les questions, démontre invinciblement les torts religieux du donatisme.
CVI. Augustin à Macrobe. — Saint Augustin veut empêcher cet évêque donatiste de rebaptiser un sous-diacre catholique.
CVII. Maxime et Théodore à Augustin. Même affaire.
CVIII. Augustin à Macrobe. — Saint Augustin profite de quelques mots de Macrobe pour entrer avec lui dans le fond de la question du schisme et lui faire toucher du doigt la vérité catholique.
CIX. Sévère à Augustin. — Sévère, évêque de Milève, cet ami si tendre de saint Augustin, lui écrit d’un lieu solitaire où il avait pu goûter tout à son aise le bonheur de lire ses ouvrages et lui exprimer sa vive affection en des termes touchants.
CX. Augustin à Sévère. — Saint Augustin parle de l’amitié et des louanges entre amis avec beaucoup de cœur et de finesse ; il supplie ses amis d’épargner son temps et de faire, sous ce rapport, bonne garde autour de sa vie.
CXI. Augustin à Victorien. — Les dévastations des Barbares et les malheurs de l’empire.
CXII. Augustin à Donat. — Saint Augustin l’invite aux pensées et aux perfections chrétiennes.
CXIII. Augustin à Cresconius. — Il s’agit ici de l’ancien droit d’asile dans l’Eglise et de la législation relative aux prisonniers pour dettes.
CXIV. Augustin à Florentin. — Cette lettre témoigne encore de la sollicitude de l’évêque d’Hippone pour un malheureux à l’égard de qui on méconnaissait la loi.
CXV. Augustin à Fortunat. — Même affaire.
CXVI. Augustin à Générosus. — Même affaire.
CXVII. Dioscore à Augustin. — Un jeune Grec, appelé Dioscore, s’adresse à l’évêque d’Hippone pour l’explication de quelques passages difficiles de Cicéron.
CXVIII. Réponse à Dioscore. — Cette lettre est une des plus belles et des plus attachantes qu’ait écrites saint Augustin.
CXIX. Consentius à Augustin. — Consentius soumet sa foi à l’évêque d’Hippone et lui demande de l’instruire sur le mystère du Dieu en trois personnes.
CXX. Augustin à Consentius. — Cette réponse est d’une remarquable portée et d’un grand intérêt.
CXXI. Paulin à Augustin. — Saint Paulin soumet à saint Augustin des difficultés tirées des psaumes, des épitres de saint Paul et de l’Evangile. — Beau commentaire des dernières paroles du Sauveur expirant.
CXXII. Augustin aux ecclésiastiques et à tout le peuple d’Hippone. — Saint Augustin, dans cette lettre écrite de Carthage, invite les fidèles d’Hippone à la pieuse réparation d’un oubli : ils avaient, en son absence, négligé de vêtir les pauvres.
CXXIII. Jérôme à Augustin. — Petite lettre de saint Jérôme à saint Augustin, écrite sous des voiles et des figures.



TROISIÈME SÉRIE. — DEPUIS L’ÉPOQUE DE LA CONFÉRENCE DE CARTHAGE, JUSQU’À LA MORT DE SAINT AUGUSTIN.


CXXIV. Augustin à Albine, à Pinien et à Mélanie. — Saint Augustin explique à ces illustres chrétiens comment il a été obligé de passer l’hiver sans aller les visiter.
CXXV. Augustin à Alype. — Saint Augustin écrit à son cher collègue de Thagaste au sujet de ce qui se passa dans l’Eglise d’Hippone, quand le peuple voulut avoir Pinien pour prêtre et sollicita son ordination.
CXXVI. Augustin à Alhine, belle-mère de Pinien. — Saint Augustin lui écrit pour rétablir les faits dans leur vérité et pour venger son peuple d’injustes soupçons ; et comme les plaintes d’Albine ne l’avaient pas épargné, il parle de lui-même avec une admirable humilité.
CXXVII. Augustin à Armentarius et à Pauline. — Saint Augustin s’adresse à deux époux qui avaient fait vœu de continence, et les fortifie dans leur pieuse résolution. — Pensées ingénieuses et profondes sur notre passage ici-bas.
CXXVIII. Aurèle, Sylvain et tous les évêques catholiques à Marcellin. — Cette lettre est relative à la célèbre conférence de Carthage, du 1er juin 411 ; elle est comme l’acceptation des conditions et des règlements de l’assemblée.
CXXIX. Aurèle, Sylvain et tous les corps catholiques à Marcellin. — Cette lettre, rédigée par saint Augustin, a aussi rapport à la conférence de Carthage, et va au fond de la question.
CXXX. Augustin à Proba. — Cette belle lettre, adressée à une veuve romaine d’un sang illustre, forme comme un livre, sur la prière.
CXXXI. Augustin à Proba. — Courte réponse à cette illustre romaine.
CXXII. Augustin à Volusien. — Saint Augustin engage Volusien, encore païen, à lire l’Ecriture sainte et à lui faire part de ses doutes et de ses difficultés.
CXXXIII. Augustin à Marcellin. — Cette lettre est un mémorable témoignage de la douceur miséricordieuse de saint Augustin à l’égard des hérétiques.
CXXXIV. Augustin à Apringius. — Même esprit de douceur envers les coupables.
CXXXV. Volusien à Augustin. — Volusien rend compte d’une très-curieuse conversation entre païens.
CXXXVI. Marcellin à Augustin. — Marcellin supplie l’évêque d’Hippone de répondre aux difficultés proposées par Volusien.
CXXXVII. Augustin à Volusien. — Admirable lettre de l’évêque d’Hippone, qu’on lira avec profit dans tous les temps.
CXXXVIII. Augustin à Marcellin. — C’est la réponse aux difficultés que Marcellin, de son côté, avait proposées à l’évêque d’Hippone ; elle complète la lettre à Volusien.
CXXXIX. Augustin à Marcellin. — Efforts de saint Augustin pour arracher au glaive de la loi des donatistes coupables.
CXL. Augustin à Honoré. — C’est une grande réponse à cinq questions adressées à l’évêque d’Hippone : l° sur le sens de ces paroles : « Mon Dieu, pourquoi m’avez-vous abandonné ? » 2° sur la largeur, la longueur, la hauteur et la profondeur dont parle l’apôtre saint Paul dans son Epitre aux Ephésiens ; 3° sur les vierges folles et les vierges sages ; sur les ténèbres extérieures ; 5° sur l’incarnation du Verbe. Saint Augustin ajoute une sixième question sur la grâce, pour mieux enchaîner les vérités chrétiennes. Cette lettre forme un beau livre qu’il faut étudier et méditer.
CXLI. Sylvain, primat, et d’autres évêques du concile de Zerta aux donatistes. — Cette lettre établit la vérité sur la Conférence de Cartilage, en 411, et rappelle l’ensemble des actes méconnus ou défigurés dans l’apprécialion des donatistes vaincus.
CXLII. Augustin à Saturnin et Euphrate. — Saint Augustin adresse de douces paroles à des ecclésiastiques revenus du parti de Donat à l’unité catholique.
CXLIII. Augustin à Marcellin. — Exposition des diverses opinions sur l’origine de l’âme.
CXLIV. Augustin à ses frères de Constantine. — La population de Constantine avait été ramenée à la foi catholique par les soins de saint Augustin ; les principaux de la ville ayant écrit à l’évêque d’Hippone pour lui annoncer cette heureuse conversion et l’engager à venir visiter les nouveaux catholiques, saint Augustin leur répond.
CXLV. Augustin à Anastase. — Le désir du repos. — Ne pas fuir le mal par la crainte de la peine, mais par l’amour du bien. — L’erreur naissante des pélagiens.
CXLVI. Augustin à Pélage. — C’est une petite lettre de simple politesse dont Pelage avait cherché à tirer parti au Concile de Diospolis.
CXLVII. Augustin à Pauline. — Grand et profond traité sur la vision de Dieu.
CXLVIII. Augustin à Fortunatien. — L’évêque d’Hippone traite de nouveau de la nature de Dieu, de son invisibilité, de l’état futur des corps après la résurrection, et rappelle que la vue de Dieu est réservée à ceux qui ont le cœur pur.
CXLIX. Augustin à Paulin de Nole. — Intéressante et belle explication de plusieurs passages de l’Ecriture sainte.
CL. Augustin à Proba et à Juliuna. — C’est une réponse à ces deux illustres Romaines, qui avaient annoncé à l’évêque d’Hippone la sainte résolution de la jeune Démétrias.
CLI. Augustin à Cécilien. — Cette lettre, d’un intérêt historique, est relative au meurtre de Marcellin et de son frère.
CLII. Macédonius à Augustin. — Macédonius, vicaire d’Afrique, demande à saint Augustin de vouloir bien lui donner les raisons chrétiennes de l’intercession des évêques auprès des hommes revêtus du pouvoir.
CLIII. Augustin à Macédonius. — Saint Augustin expose admirablement toute la pensée de notre religion sur la punition des crimes en ce monde.
CLIV. Macédonius à Augustin. — Témoignage d’admiration pour l’évêque d’Hippone.
CLV. Augustin à Macédonius. — Toutes les beautés de la philosophie chrétienne se retrouvent dans ces pages sur la vie heureuse et les devoirs de ceux qui sont à la tête des peuples.
CLVI. Hilaire à Augustin. — Questions adressées à l’évêque d’Hippone.
CLVII. Augustin à Hilaire. — Cette réponse, qui a l’importance d’un livre, établit la doctrine de la grâce contre le pélagianisme, et la vérité de l’enseignement chrétien relativement aux riches.
CLVIII. Evode à Augustin. — Evode interroge l’évêque d’Hippone sur les apparitions des morts dans les songes et sur l’état de l’âme après qu’elle est séparée du corps.
CLIX. Augustin à Evode. — Impossibilité d’expliquer les visions et les songes prophétiques. — Vision curieuse et instructive du célèbre médecin Gennadius.
CLX. Evode à Augustin. — Questions sur la raison et sur Dieu.
CLXI. Evode à Augustin. — Sur l’Incarnation de Jésus-Christ et sur la question de savoir si on peut voir Dieu, même avec les yeux d’un corps glorifié.
CLXII. Augustin à Evode. — Réponse aux questions d’Evode.
CLXIII. Evode à Augustin. — Doutes proposés.
CLXIV. Augustin à Evode. — Saint Augustin répond. — La descente de Jésus-Christ aux enfers.
CLXV. Jérôme à Marcellin. — Sur la question de l’origine de l’âme.
CLXVI. Augustin à Jérôme. — C’est tout un livre sur l’origine de l’âme de l’homme.
CLXVII Augistin à Jérôme. — Sur l’explication de ce passage de l’Epitre de saint Jacques : « Quiconque ayant gardé la loi la viole en un seul point, est coupable comme s’il l’avait violée tout entière. »
CLXVII. Timase et Jacques à Augustin. — Lettre de remerciement au sujet du livre de la Nature et de la Grâce.
CLXIX. Augustin à Evode. — Saint Augustin donne à Evode le vrai sens d’un passage de saint Paul, et répond à ses questions sur la Trinité.
CLXX. Alype et Augustin à Maxime, médecin de Tenès. — Saint Augustin et son ami invitent Maxime, revenu de l’arianisme, à faire rentrer toute sa maison dans la foi catholique.
CLXXI. Alype et Augustin à Pérégrin. — Simple billet pour expliquer la forme d’une lettre.
CLXXI bis. — Fragment d’une lettre de saint Augustin à Maxime. — Les degrés de la vie chrétienne.
CLXXII. Jérôme à Augustin. — Saint Jérôme loue les deux lettres de saint Augustin sur l’origine de l’âme et sur le passage de l’Epitre de saint Jacques.
CLXXIII. Augustin au prêtre Donat. — Saint Augustin établit brièvement le crime religieux de la séparation, et nous donne une idée des emportements frénétiques des gens du parti donatiste.
CLXXIV. Augustin à Aurèle. — L’évêque d’Hippone envoie à l’évêque de Carthage une copie de son ouvrage sur la Trinité.
CLXXV. Aurèle et ses collègues du concile de Carthage au pape Innocent Ier. — Condamnation des doctrines de Pélage et de Célestius.
CLXXVI. Sylvain et ses collègues du Concile de Milève au pape Innocent. — Sur les erreurs des pélagiens.
CLXXVII. Aurèle, Alype, Augustin, etc., au pape Innocent. — Le pélagianisme.
CLXXVIII. Augustin à Hilaire. — Avertissement sur les erreurs du pélagianisme.
CLXXIX. Augustin à Jean, évêque de Jérusalem. — L’évêque d’Hippone s’adresse à Jean pour l’avertir et l’instruire au sujet de Pélage.
CLXXX. Augustin à Océanus. — Cette lettre nous apprend que saint Jérôme s’était rangé au sentiment de saint Augustin sur la célèbre question du mensonge officieux.
CLXXXI. Le pape Innocent aux évêques du concile de Cartharge. — Sur le pélagianisme.
CLXXXII. Innocent aux Pères du concile de Milève. — Même question.
CLXXXIII. Innocent à Aurèle, Alype, Augustin, etc. — Même question.
CLXXXIV. Innocent à Aurèle et à Augustin. — Simple billet du pape Innocent.
CLXXXIV. bis. Augustin à Pierre et Abraham. — Sur le péché originel et l’état des enfants morts sans le baptême.
CLXXXV. Augustin à Boniface. — L’hérésie des donatistes ; histoire de leurs erreurs ; lois impériales portées contre eux. Cette lettre est célèbre et d’un grand intérêt religieux et historique.
CLXXXVI. Alype et Augustin à Paulin de Nôle — Saint Augustin écrit à saint Paulin pour le prémunir contre les doctrines de Pélage, pour l’instruire des actes de l’autorité ecclésiastique et pour préciser l’enseignement de l’Eglise catholique sur la grâce.
CLXXXVII. Augustin à Dardanus. — C’est une réponse à diverses questions de Dardanus, préfet des Gaules, sur les paroles du Christ mourant au bon larron, sur le ciel, sur Dieu, sur le tressaillement de saint Jean dans le sein d’Ehsabeth. Saint Augustin, dans la Revue de ses ouvrages, appelle cette lettre un livre Sur la présence de Dieu.
CLXXXVIII. Alype et Augustin à Julienne. — Saint Augustin apprenant que Pélage a adressé une lettre à la jeune vierge Démétrias, s’empresse d’avertir sa mère Julienne ; il fait toucher du doigt l’erreur et met en garde la mère et la fille contre les opinions et les pièges de Pélage.
CLXXXIX. Augustin à Boniface. — Eloquentes et belles exhortations dont peuvent profiter les gens de guerre.
CXC. Augustin à Optat. — Il s’agit de l’origine de l’âme. Saint Augustin s’attache avant tout à sauvegarder la doctrine du péché originel.
CXCI. Augustin à Sixte. — Saint Augustin félicite le prêtre Sixte, plus tard Sixte III, d’avoir triomphé des ruses des pélagiens.
CXCII. Augustin à Célestin. — Le caractère et les devoirs de la charité.
CXCIII. Augustin à Mercator. — Réponse à des objections des pélagiens.
CXCIV. Augustin à Sixte. — La doctrine catholique contre le pélagianisme. Cette lettre est d’une importance capitale.
CXCV. Jérôme à Augustin. — Hommage de saint Jérôme à saint Augustin.
CXCVI. Augustin à Asellicus. — Saint Augustin distingue dans le judaïsme ce qui est aboli et ce qui subsiste toujours ; il développe la doctrine de saint Paul sur la différence entre les juifs selon la chair et les juifs selon l’esprit ; il montre que, depuis le Nouveau Testament, le chrétien seul est le véritable israélite.
CXCVII. Augustin à Hésychius. — Explication de certains endroits de l’Ecriture sur la fin du monde.
CXCVIII. Hésychius à Augustin. — Sentiments d’Hésychius sur la fin du monde ; les semaines de Daniel.
CXCIX. Augustin à Hésychius. — La fin des temps d’après les témoignages des saintes Ecritures.




FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES.