éléments Wikidata

Livre:Dante - L’Enfer, t. 1, trad. Rivarol, 1867.djvu

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Dante - L’Enfer, t. 1, trad. Rivarol, 1867.djvu
TitreL’Enfer (Traduction de Rivarol) Voir l'entité sur Wikidata
AuteurDante Alighieri Voir l'entité sur Wikidata
TraducteurAntoine de Rivarol Voir l'entité sur Wikidata
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1867
Publication originale1785
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
Série1, 2

Pages


TABLE DES MATIÈRES

DU PREMIER VOLUME


Avertissement
De la vie et des poèmes de Dante 1
Vue générale de l’Enfer 43
Chant premier. — À la chute du jour, le poëte s’égare dans une forêt. — Il y passe la nuit, et se trouve au lever du soleil devant une colline où il essaye de monter, mais trois bêtes féroces lui en défendent l’approche. — C’est alors que Virgile lui apparaît et lui propose de descendre.
45
Chant ii. — Le jour dont la naissance est indiquée dans le premier chant tire vers sa fin. Le poëte hésite sur le point de descendre aux Enfers ; mais son guide le rassure, en lui apprenant que Béatrix est descendue du ciel pour l’envoyer à lui. Alors ils s’avancent tous deux vers les souterrains.
55
Chant iii. — Les deux poëtes arrivent à une immense porte ouverte en tous temps. — Après avoir lu l’inscription, ils passent dans la première enceinte de l’Enfer, que le fleuve Achéron partage en deux moitiés. — Description du premier supplice. — Discours de Caron.
63
Chant iv. — Dante se réveille au delà du fleuve, sur le bord des limbes qui forment le premier cercle des Enfers. — Il y voit les enfants morts sans baptême et les hommes qui n’ont suivi que la loi naturelle.
73
Chant v. — on trouve le juge des Enfers à l’entrée de ce deuxième cercle, où sont punies les âmes que l’amour a perdues. — Description de leur supplice. — Aventure de François d’Arimino.
81
Chant vi. — Troisième cercle, où sont punis les Gourmands. — Cerbère, emblème de la gourmandise. — Prédiction sur les affaires du temps. — Entretien sur la vie future.
91
Chant vii. — Quatrième cercle, dans lequel Pluton ou Plutus, emblème des richesses, veille sur les avares et les prodigues. — Description de leurs supplices. — Entretien sur la Fortune. — Passage au cinquième cercle, où les Vindicatifs sont plongés dans le Styx.
99
Chant viii. — Suite du cinquième cercle, où on trouve Phlégias, emblème des vindicatifs. — Passage du Styx. — Première entrevue des démons.
107
Chant ix. — Les deux poëtes sont toujours en présence de la cité. — Apparition des Furies. — Un ange vient ouvrir les portes de la cité. — Sixième cercle, où sont punies les âmes infectées d’hérésies.
115
Chant x. — Suite du sixième cercle. — Dante apprend les malheurs dont il est menacé. — Entretien sur l’état des morts.
123
Chant xi. — Dernier coup d’œil sur les hérétiques. — Les deux poëtes marchent vers le septième cercle. — Division générale de tout l’Enfer, tant de ce qu’on a vu que des trois cercles qui restent à voir.
133
Chant xii. — Premier donjon du septième cercle, où sont punis les violents contre le prochain. — Le Minotaure qui se nourrissait de chair humaine, emblème des tyrans et des assassins. — Les Centaures.
141
Chant xiii. — Deuxième donjon, où sont punis les violents contre eux-mêmes, tant les suicidés que ceux qui se font tuer. — Description de leur supplice. — Les harpies et les chiennes noires, double emblème des peines qui donnent le dégoût de la vie.
149
Chant xiv. — Troisième donjon, dans lequel sont punies trois sortes de violences. — Celle contre Dieu, ou l’impiété ; celle contre nature, ou la sodomie ; et celle contre la société, ou bien l’usure. — Description du supplice des impies. — Allégorie sur le temps et sur les fleuves d’Enfer.
157
Chant xv. — Suite du troisième donjon. — Supplice des violents contre nature, c’est-à-dire des sodomistes. — Entretien de Dante et de son précepteur.
165
Chant xvi. — Suite du troisième donjon, et des violents contre nature. — On a vu dans le chant précédent les littérateurs : ce sont ici les militaires atteints du même vice. — Chute de Phlégéton dans le huitième cercle.
173
Chant xvii. — Description du monstre de la fraude, nommé Gérion. — Il porte les deux poëtes sur son dos au fond du huitième cercle : mais avant de quitter le septième, Dante jette un coup d’œil sur ce qui lui reste à voir dans le troisième donjon, et y trouve les usuriers, qu’il nomme violents contre la société.
181