Discussion Livre:Verne - Mathias Sandorf, Hetzel, 1885, tome 1.djvu/Diff

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Livre:Verne - Mathias Sandorf, Hetzel, 1885, tome 1.djvu

-Jules Verne. REPONSE DE
+À ALEXANDRE DUMAS Je vous dédie ce livre en le dédiant aussi à la mémoire du conteur de génie que fut Alexandre Dumas, votre père. Dans cet ouvrage, j’ai essayé de faire de Mathias Sandorf le Monte-Cristo des Voyages Extraordinaires. Je vous prie d’en accepter la dédicace comme un témoignage de ma profonde amitié. Jules Verne. {{—}} RÉPONSE DE
-A. DUMAS. 23 Juin 1885. » Cher Ami, Je
+A. DUMAS « 23 juin 1885. :::» Cher ami, Je
-vous ave% eue
+vous avez eue
-Vous avej eu
+Vous avez eu
-originales, entraînantes.’ Il
+originales, entraînantes. Il
-frère. y> Je
+frère. » Je
-fois déplus et
+fois de plus et
-mienne. A.
+mienne. » A.
-SANDORF PREMIÈRE PARTIE <center> LE PIGEON VOYAGEUR.</center> Trieste,
+SANDORF ---- PREMIÈRE PARTIE LE PIGEON VOYAGEUR.|I Trieste,
-de FIllyrie, se
+de l’Illyrie, se
-en deux. villes
+en deux villes
-riche, Thérésienstadt, correctement
+riche, Theresienstadt, correctement
-de cette, baie
+de cette baie
-l’homme à Conquis son
+l’homme a conquis son
-! Quelle
+! « Quelle
-pas. Eh
+pas. « Eh
-Quelle
+ce jeune homme. Nul œil n’aurait pu découvrir sur sa face, presque impassible, ces stigmates du mépris, du dégoût, qu’engendre un perpétuel état de révolte contre la société. Si les physionomistes prétendent, — et ils ont raison en la plupart des cas, — que tout trompeur témoigne contre lui-même en dépit de son habileté, Sarcany eût donné un démenti formel à cette proposition. À le voir, personne n’eût pu soupçonner ce qu’il était, ni ce qu’il avait été. Il ne provoquait pas cette irrésistible aversion qu’excitent les fripons et les fourbes. Il n’en était que plus dangereux. Quelle
-sans se. donner
+sans se donner
-l’italien Zirone. qu’on
+l’italien Zirone, qu’on
-s’essayant <per fas et nef as à
+s’essayant per fas et nefas à
-de jeu., dans
+de jeu, dans
-ne savaientils que
+ne savaient-ils que
-comme au delà du
+comme au-delà du
-à ïrieste, et
+à Trieste, et
-sait. D’oùUs sont
+sait. D’où ils sont
-d’où ia police
+d’où la police
-ils flanèrent un
+ils flânèrent un
-Bourse. La voilà vide... comme
+Bourse. « La voilà vide… comme
-dire le- Sicilien,
+dire le Sicilien,
-de SaintMarc, à
+de Saint-Marc, à
-Piazza delia Legna,
+Piazza della Legna,
-austro-hongrois. Il
+austro-hongrois. « Il
-cathédrale. Singulière
+cathédrale. « Singulière
-misère !, Zirone,
+misère ! Zirone,
-: Si
+: « Si
-proposait ?., répondit
+proposait ?… répondit
-Viens toujours, » répondit
+Viens toujours », répondit
-silencieux, —ce qui
+silencieux, — ce qui
-pas. Aussi,
+pas. « Aussi,
-: Sarcany,
+: « Sarcany,
-En est-tu sûr
+En es-tu sûr
-quoi reposaitil ?
+quoi reposait-il ?
-certaines affaires... délicates
+certaines affaires… délicates
-le menaçant... —
+le menaçant… —
-— Soit,
+maison sont maintenant quelque peu embarrassées, et ses fonds compromis dans des entreprises douteuses. Le contre-coup de plusieurs faillites en Allemagne, à Berlin, à Munich, s’est fait sentir jusqu’à Trieste, et, quoi qu’il ait pu dire, Silas Toronthal m’a paru inquiet lors de ma dernière visite ! Laissons se troubler l’eau… et quand elle sera trouble… – Soit,
-par Malte.... — Et
+par Malte… – Et
-? — Ça
+? – Ça
-pour qu’il.préfère te
+pour qu’il préfère te
-nomenclature ornithôlogique, appartenait
+nomenclature ornithologique, appartenait
-d’épuisement. Evidemment son
+d’épuisement. Évidemment son
-fourche. Là. il
+fourche. Là, il
-son aile... —
+son aile… —
-: Du
+: {| |- | ihnalz || zaemen || ruiopn |- | arnuro || trvree || mtqssl |- | odxhnp || estlev || eeuart |- | aeeeil || ennios || noupvg |- | spesdr || erssur || ouitse |- | eedgnc || toeedt || artuee |} Du
-devait le.croire, rien
+devait le croire, rien
-absolu. a Peut-être,
+absolu. « Peut-être,
-Sang Dieul moi
+Sang Dieu ! moi
-l’étrangler !... Après
+l’étrangler !… Après
-le messager... —
+le messager… —
-de connaîtra quel
+de connaître quel
-? Gela ne
+? Cela ne
-un fac-simile du
+un fac-similé du
-incident. Et
+incident. « Et
-qu’une demiheure après
+qu’une demi-heure après
-interrompu. S’il
+interrompu. « S’il
-est au delà de
+est au-delà de
-est contrebuttée d’une
+est contrebutée d’une
-élevé, -on aperçoit
+élevé, on aperçoit
-vieux cime
+vieux cime-
-de Saint-Just, —
+de Saint-Just —
-généreusement d’un^ dernière
+généreusement d’une dernière
-«Je le vois !... je
+« Je le vois !… je
-durent s’orienteV, afin
+durent s’orienter, afin
-et l’Acqùedotto, belle
+et l’Acquedotto, belle
-extrémité. La
+extrémité. « La
-» s’écria-enfin Zirone.
+» s’écria enfin Zirone.
-Zathmar. Qu’est-ce
+Zathmar. « Qu’est-ce
-interroger ?... —
+interroger ?… —
-auberge 1 • — Oui !... C’est
+auberge ! — Oui !… C’est
-qui ?... —
+qui ?… —
-réservée !... Une
+réservée !… Une
-: <t Voici
+: « Voici
-vous. Silas
+vous. « Silas
-» Vive
+» « Vive
-Trieste ?... —
+Trieste ?… —
-<center> II</center> <center> LE
+LE
-MATHIAS SANDORF.</center> Les
+MATHIAS SANDORF.|II Les
-Fagaras, , un
+Fagaras, un
-dans toule sa
+dans toute sa
-en minera de
+en minerai de
-de 1889 avait
+de 1859 avait
-de Ja maison.
+de la maison.
-labor illustrât, cette
+labor illustrat, cette
-de l’al
+de l’al-
-texte cryptographie la
+texte cryptographié la
-: Votre
+: « Votre
-Mathias ?... demanda-t-il
+Mathias ?… demanda-t-il
-une demijournée des
+une demi-journée des
-à Bude... reprit
+à Bude… reprit
-l’impossibilité d’agir... —
+l’impossibilité d’agir… —
-patriotisme. Mais
+patriotisme. « Mais
-rare [ou même
+rare ou même
-Il
+désormais, puisque les dernières mesures avaient été arrêtées. Aussi, par excès de précaution, avait-on pris le parti de leur fermer le refuge de la maison de Ladislas Zathmar. Il
-de florins l. Mais
+de florins. Mais
-la sodilité à
+la solidité à
-Silas Toronthal. afin
+Silas Toronthal, afin
-les sui
+les sui-
-à L’extrémité du
+à l’extrémité du
-de les. rejoindre.
+de les rejoindre.
-<center> III</center> <center> LA MAISON TORONTHAL.</center> À
+À
-extérieur, — dans
+extérieur, – dans
-équipages, — au
+équipages, – au
-toilettes
+toilettes et
-et la
+la
-bien au delà du
+bien au-delà du
-embarrassées, — du
+embarrassées, – du
-que ter
+que termina
-Et,
+le désastre de Sadowa, que la baisse des fonds publics, à celle époque, sur les principales places de l’Europe et plus particulièrement celles du royaume austro-hongrois, Vienne, Pesth, Trieste, l’eussent sérieusement éprouvé, cela devait être. Alors, sans doute, l’obligation de rembourser les sommes, déposées chez lui en comptes courants, lui eût créé de graves embarras. Mais il s’était certainement relevé après cette crise, et, si ce qu’avait dit Sarcany était vrai, il fallait que de nouvelles spéculations trop hasardeuses eussent récemment compromis la solidité de sa maison. Et,
-Toronthal, — moralement
+Toronthal, – moralement
-moins, — avait
+moins, – avait
-maison
+maison de
-de banque,
+banque,
-lui confierune somme
+lui confier une somme
-considérable, — somme
+considérable, – somme
-rapports quel
+rapports quelconques
-À cette époque. Silas
+eussent pu s’établir entre cette maison de banque, notée parmi les plus honorables, et un personnage tel que Sarcany. Il en était ainsi, pourtant, et ces rapports remontaient à deux ou trois ans déjà. À cette époque Silas
-toute natu relle de
+toute naturelle de
-Et, eu effet,
+Et, en effet,
-preuve maté
+preuve matérielle.
-rielle. Mais
+Mais
-qu’il
+qu’il ne
-ne reverrait
+reverrait
-deux jents florins,
+deux cents florins,
-introduit. <, , Vous
+introduit. « Vous
-venez-vous faiie ici
+venez-vous faire ici
-! — Que
+! – Que
-même
+même plus
-plus celle
+celle
-répondre. Eh
+répondre. « Eh
-? reprit
+? » reprit
-maîtriser. — J’attends
+maîtriser. « J’attends
-faudra. — Que
+faudra. – Que
-? — Silas
+? – Silas
-proposer. — Je
+proposer. – Je
-banquier. il n’y
+banquier. Il n’y
-! — Je
+! – Je
-Sarcany,
+Sarcany, mais
-— Vous acquitter ?... Vous ?... En
+je ne veux pas partir, avant de m’être acquitté envers votre maison ! – Vous acquitter ?… Vous ?… En
-? — En
+? – En
-bénéfices de... »
+bénéfices de… »
-Sarcany. Les
+Sarcany. « Les
-misères I — Et
+misères ! – Et
-me plait de
+me plaît de
-! — Et
+! – Et
-: Des
+: « Des
-affaire. — Aussi
+affaire. – Aussi
-? — Eh
+? – Eh
-pour traiter... — Des
+pour traiter… – Des
-— Et
+– Écoulez-moi, dit Sarcany, je serai bref. – Et
-bien. — Si
+bien. – Si
-proposer ne.vous convient
+proposer ne vous convient
-! — D’ici
+! – D’ici
-? — D’ici
+? – D’ici
-! — Dès
+! – Dès
-? — Dès
+? – Dès
-! — Parlez
+! – Parlez
-! — Voici
+! – Voici
-? — Vous
+? – Vous
-banquier. — Oui,
+banquier. – Oui,
-! — Vous,
+! – Vous,
-! — Jugez-en
+! – Jugez-en
-: Je
+: « Je
-d’une conspiration... — Si,
+d’une conspiration… – Si,
-! — Et
+! – Et
-? — En
+? – En
-! — Voyons,
+! – Voyons,
-! — Écoutez donc, » reprit
+! – Écoutez donc », reprit
-manière dont\in billet chiffré — il
+manière dont un billet chiffré – il
-le fac simile, — était
+le fac-similé, – était
-éveiller
+éveiller l’
-Silas
+attention de cet homme. Et encore craignaient-ils d’avoir provoqué ses soupçons depuis quelques jours. Silas
-eut été.achevé, lorsque
+eut été achevé, lorsque
-: Où
+: « Où
-? — Au
+? – Au
-d’Acquedotto. — Et
+d’Acquedotto. – Et
-? — À
+? – À
-hongrois. — Comment
+hongrois. – Comment
-? — Le
+? – Le
-Zathmar. — Et
+Zathmar. – Et
-? — Deux
+? – Deux
-hongroise. — L’une est ?.. — Un
+hongroise. – L’une est ?… – Un
-— Le
+– Et l’autre ? – Le
-» Â ce
+» À ce
-Delorme. Vous
+Delorme. « Vous
-au fin
+au plus fin
-! — Tout
+! – Tout
-s’engager. — Vague
+s’engager. – Vague
-Sarcany. — Eh
+Sarcany. – Eh
-sans doule !
+sans doute !
-! — Et
+! – Et
-de
+de nature
-Eh
+à l’intéresser, cela tenait, surtout, à ce qu’elle se rapportait au comte Sandorf, son client, dont la situation vis-à-vis de lui ne laissait pas de l’inquiéter, au cas où il exigerait un remboursement immédiat des fonds déposés dans sa maison. « Eh
-! — Rien
+! – Rien
-nullement. — Avez-vous
+nullement. – Avez-vous
-? — Non,
+? – Non,
-! — Et
+! – Et
-? — J’ai
+? – J’ai
-les mains bon
+les mains, bon
-s, unp est
+s, un p est
-C’était
+C’était le
-Soit,
+système qui avait été employé pour cette correspondance. On sait aussi qu’elle n’en était que plus indéchiffrable. « Soit,
-billet. — Evidemment. — - Et
+billet. – Évidemment. – Et
-? — Je
+? – Je
-! — Vraiment
+! – Vraiment
-! — Je
+! – Je
-faudra. — À
+faudra. – À
-billet. — Je
+billet. – Je
-C’est là dessus que
+C’est là-dessus que
-suspect. Trèsprobablement, Sarcany
+suspect. Très probablement, Sarcany
-ces
+ces circonstances.
-Et
+Mais le banquier, désireux d’en apprendre davantage, de connaître le fond de son jeu, ne voulait pas encore se rendre. Aussi, se contenta-t-il de répondre d’un air indifférent : « Et
-billet, — si
+billet, – si
-parvenez, — vous
+parvenez, – vous
-pour vous... ni
+pour vous… ni
-! — Non
+! – Non
-! — Enfin,
+! – Enfin,
-: Ce
+: « Ce
-veux, — et
+veux, – et
-mot, — le
+mot, – le
-: Je veux
+: je veux
-le plutôt possible
+le plus tôt possible
-— Parce
+– De nos intérêts ? répéta Silas Toronthal. Pourquoi tenez-vous à me mêler à cette affaire ? – Parce
-! — Eh
+! – Eh
-? — Non
+? – Non
-! — Expliquez-vous
+! – Expliquez-vous
-! — Pour
+! – Pour
-! — Votre
+! – Votre
-! — Soit
+! – Soit
-! — Et
+! – Et
-? — Ceci
+? – Ceci
-conspiration !... Vous
+conspiration !… Vous
-homme
+homme à
-— Eh
+se compromettre personnellement dans une affaire de cette nature ; mais il sentait que son agent, lui, serait homme à le faire pour tous les deux. S’il se décidait à prendre sa part de cette machination, il saurait bien le lier par un traité qui le mettrait à sa merci, tout en lui permettant de rester dans l’ombre… Il hésita, pourtant. Bon ! à tout prendre, que risquait-il ? Il ne paraîtrait pas dans cette odieuse affaire, et il en recueillerait les bénéfices, – bénéfices énormes, qui pouvaient rétablir la situation de sa maison de banque… « Eh bien ?… demanda Sarcany. – Eh
-! réponditSilasToronthal, effrayé
+! répondit Silas Toronthal, effrayé
-complice. — Vous
+complice. – Vous
-? — Oui !... Je refuse !... Au
+? – Oui !… Je refuse !… Au
-! — Prenez
+! – Prenez
-fois. — Prendre
+fois. – Prendre
-? — À
+? – À
-certaines affaires... — - Sortez,
+certaines affaires… – Sortez,
-Toronthal. — Je
+Toronthal. – Je
-vous forcer... — Sortez
+vous forcer… – Sortez
-la
+la porte
-Monsieur
+du bureau. Pendant que Sarcany se rangeait vivement du côté de la fenêtre, la porte s’était ouverte, et un huissier disait à haute voix : « Monsieur
-retirait. Le
+retirait. « Le
-comte. Eh
+comte. « Eh
-! — Sortirez-vous,
+! – Sortirez-vous,
-? — Je
+? – Je
-avancer. Monsieur
+avancer. « Monsieur
-recevoir. — Monsieur,
+recevoir. – Monsieur,
-moment. — Monsieur
+moment. – Monsieur
-oublier qu’il vous
+oublier qu’ils vous
-intérêt. — Je
+intérêt. – Je
-sais, monsieur... répondit
+sais, monsieur… répondit
-un place ment que
+un placement que
-— Mais
+– Soit, monsieur le comte, répondit Silas Toronthal. Cependant, l’argent est cher, en ce moment, et il ne serait que juste que le vôtre ne restât pas improductif. Une crise financière menace de s’étendre sur le pays tout entier. La situation est très difficile à l’intérieur. Les affaires sont paralysées. Quelques faillites de maisons importantes ont ébranlé le crédit public, et d’autres sont encore à craindre… – Mais
-? , »- Oh
+? – Oh
-pas. — Je
+pas. – Je
-Sandorf eut fait
+Sandorf eût fait
-question
+question sans
-Je
+paraître y attacher la moindre importance, Silas Toronthal l’observa avec un peu plus d’attention. Cela pouvait, en effet, se rapporter à ce que venait de lui apprendre Sarcany. « Je
-événement prochain... — Aucunement,
+événement prochain… – Aucunement,
-non. — Je
+non. – Je
-— Oui... dans
+– Ah ! vous partez, monsieur le comte ? demanda vivement Silas Toronthal. – Oui… dans
-tard. — Et
+tard. – Et
-? — Je
+? – Je
-Ne connaîtriezvous pas
+Ne connaîtriez-vous pas
-? — Rien
+? – Rien
-comte. — Je
+comte. – Je
-obligé. — Ft quand
+obligé. – Et quand
-? — Le
+? – Le
-possible. — Où
+possible. – Où
-? — Chez
+? – Chez
-l’Acquedotto. — C’est entendu. — Ce
+l’Acquedotto. – C’est entendu. – Ce
-Sandorf. A quelle
+Sandorf. « À quelle
-demanda-t-il. — Le
+demanda-t-il. – Le
-prochain. — Ils
+prochain. – Ils
-: Avant
+: « Avant
-comptable. — Il le faut, en
+comptable. – Il le faut en
-égales
+égales des
-Peut-être
+bénéfices prévus. En outre, Sarcany devait avoir à sa disposition tout l’argent nécessaire pour vivre convenablement à Trieste avec son compagnon Zirone, et pour subvenir aux dépenses que nécessiteraient ses pas et démarches. En échange et comme garantie, il avait dû remettre au banquier le fac-similé du billet, qui contenait, – il n’en doutait pas, – le secret de la conspiration. Peut-être
-jours, — et
+jours, – et
-pas, — certains
+pas, – certains
-dans
+dans l’
-Oui,
+avenue de l’Acquedotto, espions qui n’étaient autres que Sarcany et Zirone. La police de Trieste avait-elle donc l’œil ouvert sur ses amis et lui, sur leurs agissements ? Le comte Sandorf pouvait le croire, il devait le craindre. Si le lieu de réunion des conspirateurs, jusqu’alors obstinément fermé à tous, semblait être suspect, quel meilleur moyen de dérouter les soupçons que de l’ouvrir, d’y admettre un commis qui ne s’y occuperait que de comptabilité ? Quant à la présence de ce commis, pourrait-elle être un danger pour Ladislas Zathmar et ses hôtes ? Non, en aucun cas. Il n’y avait plus échange de correspondances chiffrées entre Trieste et d’autres villes du royaume hongrois. Tous les papiers relatifs au mouvement projeté étaient détruits. Il ne restait aucune trace écrite de la conspiration. Les mesures étaient prises, non plus à prendre. Le comte Sandorf n’avait qu’un signal à faire, lorsque le moment en serait venu. Donc, l’introduction d’un employé dans cette maison, au cas où le gouvernement aurait eu l’éveil, était plutôt de nature à écarter tout soupçon. Oui,
-deux amis, ne
+deux amis ne
-à Trieste. il
+à Trieste, il
-détruite. Gela ne
+détruite. Cela ne
-sa
+sa machination
-machination reposait
+reposait
-conspiration, — et
+conspiration, – et
-douter, — pouvait
+douter, – pouvait
-billet. — Oui
+billet. – Oui
-chiffré : une
+chiffré ; une
-que
+que Borik,
-La
+alors occupé dans une salle du rez-de-chaussée. Sarcany, ayant toute liberté pour agir, résolut de s’introduire dans la chambre du comte Zathmar, – ce qu’il n’avait pu faire jusqu’alors, – et de s’y livrer aux plus minutieuses recherches. La
-intérieure. C’était, la
+intérieure. C’était la
-attention. La
+attention. « La
-cette
+cette grille
-Bon
+pourrait attirer des soupçons, si le comte Zathmar venait à s’en apercevoir. « Bon
-de carlon, de
+de carton, de
-de Pylhagore qui
+de Pythagore qui
-vides, — c’est-à-dire
+vides, – c’est-à-dire
-au moyeif d’un
+au moyen d’un
-il
+il venait
-Voici,
+de tracer le contour de la carte, soit, – à la première ligne, trois vides occupant les places 2, 4, et 6 ; à la deuxième ligne, un vide occupant la place 5 ; à la troisième ligne, un vide occupant la place 3 ; à la quatrième ligne, deux vides occupant les places 2, et 5 ; à la cinquième ligne, un vide occupant la place 6 ; à la sixième ligne, un vide occupant la place 4. Voici,
-Silas Toronthal ’. Quelques
+Silas Toronthal. Quelques
-le fac-simile du
+le fac-similé du
-Toronthal. II remit
+Toronthal. Il remit
-si triom 1. Dans ce fac-simile, tous
+si triomphant Dans ce fac-similé, tous
-Eh
+qu’il ne put s’empêcher de s’écrier à pleine voix : « Eh
-laissant aller... — Trêve
+laissant aller… – Trêve
-! — Avant souper ?... — Avant.
+! – Avant souper ?… – Avant.
-Cela dit. Sarcany
+Cela dit, Sarcany
-de
+de manière
-manière à
+à
-correspondance. C’est
+correspondance. « C’est
-peut peutêtre tenir un million... — Et
+peut peut-être tenir un million… – Et
-! i> répondit
+! » répondit
-portefeuille. Demain, à
+portefeuille. « Demain à
-chez Toronthal. dit-il.
+chez Toronthal, dit-il.
-— S’il
+– Gare à sa caisse ! – S’il
-! — Et
+! – Et
-! — - Il
+! – Il
-! Alors
+! – Alors
-? On
+? – On
-peut. — Soupons
+peut. – Soupons
-lendemain, 1{{er}} juin,
+lendemain, 1er juin,
-cabinet. u Voilà la grille, » se
+cabinet. « Voilà la grille », se
-qu’il avait, découpé
+qu’il avait découpé
-associé. . Essayons
+associé. « Essayons
-Sarcany. — Essayons.
+Sarcany. – Essayons.
-le fac-simile du
+le fac-similé du
-qui Hait renfermé
+qui était renfermé
-et Je plaça
+et le plaça
-de dixhuit mots,
+de dix-huit mots,
-chacun, — mots
+chacun, – mots parfaitement
-En effet, — et
+inintelligibles, d’ailleurs. Il était évident, avant tout, que chaque lettre de ces mots devait correspondre aux six carrés, pleins ou vides, qui formaient chaque ligne de la grille. Par conséquent, on pouvait établir, de prime abord, que les six premiers mots du billet, composés de trente-six lettres, avaient été successivement obtenus au moyen des trente-six carrés. En effet, – et
-constater, — la
+constater, – la
-les cariés vides
+les carrés vides
-opérer
+opérer d’
-11 va
+abord sur les six premiers mots du billet, avec quatre applications successives de la grille. Il comptait ensuite recommencer cette opération sur les six autres mots, et une troisième fois sur les six derniers, – soit, en tout, les dix-huit mots dont se composait le cryptogramme. Il va
-établis cidessus avaient
+établis ci-dessus avaient
-: Tout
+: ihnalz zaemen ruiopn arnuro trvree mtqssl odxhnp estlev eeuart aeeeil ennios noupvg spesdr erssur ouitse eedgnc toeedt artnee Tout
-grille.
+grille. Cela donna la disposition suivante : i h n a l z a r n u r o o d x h n p a e e e i l s p e s d r e e d g n c
-suivantes, pen
+suivantes, pendant
-Sarcany
+que les vingt-sept autres restaient cachées par les pleins du carton. + Sarcany
-qui
+qui se
-mots
+formaient au fur et à mesure, ne présentaient aucun sens. Ils s’attendaient à les lire couramment, puisqu’ils avaient dû être obtenus par les applications successives de la grille, et cependant ces mots
-obscurité.
+obscurité. En
-hazrxeirq </center> nohaledec <center> nadnepedn </center> <center> ilruopess </center> ce
+effet, les quatre mots qui avaient été obtenus par les quatre applications étaient ceux-ci : hazrxeirg nohaledec nadnepedn ilruopess ce
-lui cau sait un
+lui causait un
-n’est peut- être pas cette grillelà que
+n’est peut-être pas cette grille-là que
-Sarcany. Continuons
+Sarcany. « Continuons
-s’écria-t-il. — Continuons
+s’écria-t-il. – Continuons
-: <center> amnetnore </center> <center> velessuot </center> <center> et seirted zerrevnes </center> Cette
+: amnetnore velessuot etseirted zerrevnes Cette
-pensif. Au
+pensif. « Au
-— Et
+– Si vous vous rasseyiez ! dit Silas Toronthal. – Me rasseoir ?… – Et
-uonsuoveu glangisre imerpuale Pas
+uonsuoveu qlangisre imerpuate rptsetuot Pas
-irrité au delà de
+irrité au-delà de
-l’arrêta. Du
+l’arrêta. « Du
-dit-il. — Eh
+dit-il. – Eh
-! — Écrivez
+! – Écrivez
-banquier. /
+banquier.
-— Pour
+– Et pourquoi faire ? – Pour
-: hazrxeirgnohaledecnadnepednilruopessamnetnorevel essuotetseirtedzerrevnesuonsuoveuqlangisreimerpuaterp tsetuot. À
+: hazrxeirgnohaledecnadnepednilruopessamnetnorevelessu otetseirtedzerrevnesuonsuoveuqlangisreimerpuaterptsetuot. À
-avait abandonné. Sarcany
+avait abandonné, Sarcany
-fou. Mais
+fou. « Mais
-! — Lire ?... — Eh
+! – Lire ?… – Eh
-ne voyez*vous pas
+ne voyez-vous pas
-: Tout
+: « Tout
-prêt. A u premier
+prêt. Au premier
-nous » enverrez
+nous enverrez
-pour » l’indépendance
+pour l’indépendance
-s’écria-t-il. — Une
+s’écria-t-il. – Une
-Toronthal. — Enfin,
+Toronthal. – Enfin,
-tenons !... —. Mais
+tenons !… – Mais
-! — Cela
+! – Cela
-! — Vous
+! – Vous
-? — C’est
+? – C’est
-paroles. Alors
+paroles. « Alors
-banquier. — De
+banquier. – De
-de loucher votre
+de toucher votre
-! — Quand ? — Quand
+! – Quand ? – Quand
-dit mêmet tout
+dit même, tout
-Sandorf, G
+Sandorf, d’
-d’accord avec
+accord avec
-d’ailleurs, etBorik, furent-ils
+d’ailleurs, et Borik, furent-ils
-<center> v</center> AVANT, PENDANT ET APRES LE JUGEMENT. L’Istrie,
+L’Istrie,
-royaume austrohongrois, est
+royaume austro-hongrois, est
-lutte
+lutte encore
-encore contre
+contre
-la CornaLunga ;
+la Corna-Lunga ;
-de lTstrie et
+de l’Istrie et
-autrichiens, — de
+autrichiens, – de
-l’Istrie, — y
+l’Istrie, – y
-donc
+donc interdit,
-interdit, pendant
+pendant
-fit G
+fit un
-À
+crochet qui la ramena obliquement vers la côte. Le comte Sandorf, au milieu du bruit produit par le pas des chevaux et le cliquetis des sabres, put alors entendre le murmure lointain du ressac contre les roches du littoral. Pendant un instant, quelques lumières brillèrent dans la nuit et s’éteignirent presque aussitôt. C’était le petit bourg de Muggia, que la chaise de poste venait de dépasser, mais sans y faire halte. Puis, le comte Sandorf crut remarquer que la route les ramenait dans la campagne. À
-l’intérieur, — car
+l’intérieur, – car
-Istrie, — il
+Istrie, – il
-rien
+rien distinguer,
-distinguer, même
+même
-Buje, cheMieu d’un
+Buje, chef-lieu d’un
-elle
+elle était
-Ni
+nord ou sud. Mais, à ce moment, les gendarmes baissèrent les mantelets des portières, et l’intérieur de la voiture fut plongé dans la plus complète obscurité. Ni
-résigner et’attendre. Une
+résigner et attendre. Une
-après, — il
+après, – il
-écoulé, — la
+écoulé, – la
-la
+la chaise
-chaise de
+de
-de PisTno. Bien
+de Pisino. Bien
-comprenant ving-cinq mille
+comprenant vingt-cinq mille
-de iTstrie a
+de l’Istrie a
-quelques établisse
+quelques établissements
-ments militaires
+militaires
-de quinzeheures. Le
+de quinze heures. Le
-découvert ?Était-ce le
+découvert ? Était-ce le
-anéantis.
+anéantis. On
-En somme, — ce
+aurait fouillé jusque dans les coins les plus secrets la maison de l’Acquedotto, qu’on n’y eût pas trouvé une note suspecte ! Et c’était même ce qui était arrivé. Les agents de la police n’avaient rien découvert, – si ce n’est la grille, que le comte Zathmar n’avait pas détruite, car il était possible qu’il eût encore besoin de s’en servir. Et, par malheur, cette grille allait devenir une pièce à conviction, dont il serait impossible d’expliquer l’emploi, autrement que pour les besoins d’une correspondance chiffrée. En somme, – ce
-encore, — tout
+encore, – tout
-Sarcany,
+Sarcany, et
-D’ailleurs,
+il devait le jouer avec l’aplomb qu’il apportait en toutes choses. D’ailleurs,
-fourbe, — et
+fourbe, – et
-? — était
+? – était
-accusation, — ce
+accusation, – ce
-le Gouvernement autrichien
+le gouvernement autrichien
-décidés àtout nier,
+décidés à tout nier,
-moins
+moins qu’
-qu’une preuve
+une preuve
-le Gouvernement avait
+le gouvernement avait
-Le Gouvernement dut
+Le gouvernement dut
-le Gouvernement avait
+le gouvernement avait
-à cettejuridiction exceptionnelle, combien sontrapides la
+à cette juridiction exceptionnelle, combien sont rapides la
-le fac-simile du
+le fac-similé du
-livré traitreusement à
+livré traîtreusement à
-leur lit demander
+leur fit demander
-billet cryptographie, c’est
+billet cryptographié, c’est
-reposait 1 accusation. À
+reposait l’accusation. À
-parla
+parla donc
-Le
+au nom de ses deux amis. Un mouvement, qui devait amener la séparation de la Hongrie et de l’Autriche, puis la reconstitution autonomique du royaume des anciens Magyars, avait été préparé par eux. Sans leur arrestation, il eût éclaté récemment, et la Hongrie aurait reconquis son indépendance. Mathias Sandorf, se donnant pour le chef de la conspiration, ne voulut laisser à ses coaccusés qu’un rôle secondaire. Mais ceux-ci protestèrent contre les paroles du comte, et revendiquèrent avec l’honneur d’avoir été ses complices l’honneur de partager son sort. Le
-l’être. Vous
+l’être. « Vous
-la conspiration Il avait
+la conspiration. Il avait été
-Vers
+le premier surpris d’apprendre que dans cette paisible demeure de l’Acquedotto se tramait un complot contre la sûreté de l’État. S’il n’avait pas protesté au moment de son arrestation, c’est qu’il ne savait même pas de quoi il s’agissait. Ni le comte Sandorf ni lui n’eurent de difficulté à établir cette situation, et il est probable que le Conseil de guerre avait son opinion faite à cet égard. Aussi, sur l’avis du rapporteur, l’accusation relevée contre Sarcany fut-elle presque aussitôt abandonnée. Vers
-prison jusqu à la
+prison jusqu’à la
-qu’après 1 exécution du
+qu’après l’exécution du
-comte Sandorf. et
+comte Sandorf et
-levé. Lés condamnés
+levé. Les condamnés
-se fît alors,
+se fit alors,
-pressèrent. Mes
+pressèrent. « Mes
-un
+un devoir
-— Mathias,
+de la défendre ! Ce sera un honneur de mourir pour elle ! – Mathias,
-ta vie.... — Comme
+ta vie… – Comme
-ou cinq, pieds
+ou cinq pieds
-et
+et un
-un fils
+fils
-! Use demandait
+! Il se demandait
-allait au delà de
+allait au-delà de
-! Non !... non !... je
+! « Non !… non !… je
-! répétait il. La
+! répétait-il. La
-la
+la forteresse
-Les
+où on l’avait enfermé. Mais, à cette question, le président du conseil de guerre n’avait pas cru devoir répondre, et, très certainement, le gardien, en vertu d’une consigne très sévère, n’y eût pas répondu davantage. Les
-affaire. Nous
+affaire. « Nous
-eu connaissance... — Oui,
+eu connaissance… – Oui,
-? — Et,
+? – Et,
-? — Il
+? – Il
-qu’un instant... dit
+qu’un instant… dit
-Sandorf. — Volée !.. Et
+Sandorf. – Volée !… Et
-dans
+dans le
-C’était,
+tiroir du bureau de ma chambre, puisque c’est là que les agents l’ont saisie ! » C’était,
-incompréhensible. Et
+incompréhensible. « Et
-! — Peu
+! – Peu
-Bathory. — Il
+Bathory. – Il
-un traître... ne pas savoir... »
+un traître… ne pas savoir… »
-d’inexplicable
+d’inexplicable en
-en cette
+cette
-prononcé. Pouvons-nous
+prononcé. « Pouvons-nous
-Sandorf. — Je
+Sandorf. – Je
-gouverneur. —, Nous
+gouverneur. – Nous
-bons soins...
+bons soins…
-Ce
+– Vos remerciements me suffisent, messieurs », répondit le gardien, qui ne cachait point son émotion. Ce
-dernier embràssement une
+dernier embrassement une
-Mais, , en
+Mais, en
-Mme Ba
+Mme Bathory
-Les
+ni son fils, ni l’intendant Lendek, auquel était confiée la petite fille du comte Sandorf, ne savaient où les prisonniers avaient été conduits, après leur arrestation, non plus que Borik, toujours détenu à la prison de Trieste. Sans doute aussi, tous ignoraient encore quel jugement avait frappé les chefs de la conspiration ? Aussi, les condamnés ne devaient-ils pas les revoir avant l’exécution de la sentence. Les
-leurs souvenirs Mathias
+leurs souvenirs, Mathias
-sans
+sans même
-Aussi,
+savoir qui l’avait trahi, c’était deux fois mourir. Ce billet auquel la police devait la découverte de la conspiration et l’arrestation des conspirateurs, qui l’avait surpris, qui s’était procuré les moyens de le lire, qui l’avait livré, vendu peut-être ?… En face de cet insoluble problème, le cerveau surexcité du comte Sandorf était en proie à une sorte de fièvre. Aussi,
-un noir qui
+un nom qui
-prononcé — le sien — lui
+prononcé – le sien – lui
-phénomène
+phénomène d’
-d’acoustique, semblable
+acoustique, semblable
-phénomène.
+phénomène. Et
-Demain,
+voici les mots qu’ils surprirent à divers intervalles : ………………… « Demain,
-serez libre.. — Et
+serez libre. ………………… – Et
-à deux.... — Sans
+à deux… ………………… – Sans
-ce billet.... — Et
+ce billet… ………………… – Et
-pigeon, •vous ne
+pigeon, vous ne
-les mains.... — Enfin,
+les mains… ………………… – Enfin,
-doit de.... — Et,
+doit de… ………………… – Et,
-quelque soupçon.... — Ni
+quelque soupçon… ………………… – Ni
-jusqu’à eux... — À demain, Sarcany... — À
+jusqu’à eux… ………………… À demain, Sarcany… À
-Silas Toronthal... »
+Silas Toronthal… » …………………
-entendre. Sarcany !... Silas
+entendre. « Sarcany !… Silas
-Eux !... Ce
+Eux !… Ce
-limites. Eux !., les misérables !., eux
+limites. « Eux !… les misérables !… eux
-cellule. Fuir !... Fuir !... criait-il.
+cellule. « Fuir !… Fuir !… criait-il.
-! Oui
+! « Oui
-Zathmar. — Se
+Zathmar. – Se
-Non !.. Faire
+Non !… Faire
+La forteresse de Pisino est un des plus curieux spécimens de ces formidables bâtisses, qui furent élevées au moyen âge. Elle a très bon air avec son aspect féodal. Il ne manque que des chevaliers à ses larges salles voûtées, des châtelaines, vêtues de longues robes ramagées et coiffées de bonnets pointus, à ses fenêtres en ogive, des archers ou des arbalétriers aux mâchicoulis de ses galeries crénelées, aux embrasures de ses mangonneaux, aux herses de ses ponts-levis. L’œuvre de pierre est encore intacte ; mais le gouverneur avec son uniforme autrichien, les soldats dans leur tenue moderne, les gardiens et porte-clefs, qui n’ont plus rien du costume mi-partie jaune et rouge du vieux temps, mettent
-mettent une
+une
-à cetégard !
+à cet égard !
-de l’istrie ne présente des. chances
+de l’Istrie ne présente des chances
-forteresse — et
+forteresse – et
-prisonniers, — jusqu’alors
+prisonniers, – jusqu’alors
-un gouflre large
+un gouffre large
-fond, où il
+fond, ou il
-Tel
+Cet abîme, c’est le Buco, comme on dit dans le pays. Il sert de récipient au trop plein d’une rivière qui s’appelle la Foïba. Cette rivière ne trouve d’issue que par une caverne qu’elle s’est creusée peu à peu à travers les roches, et dans laquelle elle s’engouffre avec l’impétuosité d’un raz ou d’un mascaret. Où va-t-elle ainsi en passant sous la ville ? On l’ignore. Où reparaît-elle ? On ne sait. De cette caverne, ou plutôt de ce canal, foré dans le schiste et l’argile, on ne connaît ni la longueur, ni la hauteur, ni la direction. Qui peut dire si les eaux ne s’y heurtent pas à quelques centaines d’angles, à quelque forêt de piliers, qui supportent avec l’énorme substruction la forteresse et la cité tout entière. Déjà, de hardis explorateurs, lorsque l’étiage ni trop haut ni trop bas permettait d’employer une embarcation légère, avaient tenté de descendre le cours de la Foïba à travers ce sombre boyau ; mais l’abaissement des voûtes leur avait bientôt opposé un infranchissable obstacle. En réalité, on ne savait rien de l’état de cette rivière souterraine. Peut-être s’abîmait-elle en quelque « perte », creusée au-dessous du niveau de l’Adriatique. Tel
-par l’unique.
+par l’unique fenêtre
-fenêtre de
+de
-comte Sandorf. prêts
+comte Sandorf, prêts
-sienne. Nous
+sienne. « Nous
-faire, — une
+faire, – une
-presque irrespirable» était
+presque irrespirable, était
-un
+un gouffre
-gouffre inconnu
+inconnu
-se dirigerà travers
+se diriger à travers
-inutile, puis
+inutile, puisque
-Mais
+la disposition de l’ouverture s’opposait à ce que le regard pût plonger dans le gouffre du Buco. Si donc on parvenait à arracher ou à déplacer ce croisillon, il serait facile de se glisser à travers cette fenêtre, qui ressemblait assez à une embrasure percée dans la muraille d’une forteresse. Mais
-grosses Coût vertes de
+grosses couvertes de
-faciliter l’évasion.. Ce
+faciliter l’évasion. Ce
-Buco. — «
+Buco. «
-évader. — Le
+évader. – Le
-— Il
+– Qu’importe ! répondit Étienne Bathory. Si la force nous manque, nous mourrons quelques heures plus tôt, voilà tout ! – Il
-! — Soit,
+! – Soit,
-Bathory. — À
+– Où aboutit cette chaîne ? demanda Étienne Bathory. – À
-la liberté... peut-être
+la liberté… peut-être
-» - Le comte-Sandorf ne
+» Le comte Sandorf ne
-! Mourir
+! « Mourir
-Sandorf,
+Sandorf, mourons,
-mourons, après
+après
-couteau. Le
+couteau. « Le
-une
+une sorte
-sorte d’état
+d’état
-ciel. Mais
+ciel. « Mais
-Zathmar. — Non
+Zathmar. – Non
-une lame... •> Cela
+une lame… » Cela
-la
+la vague
-Alors
+lueur que le couloir, faiblement éclairé, envoyait dans la cellule par l’imposte de la porte. De la main il tâtait les murs, auxquels il se pouvait qu’un clou eût été fiché. Il ne trouva rien. Alors
-avait cidé. Il
+avait cédé. Il
-rapidement.
+rapidement. Étienne Bathory
-Étienne Balhory et
+et
-« Chut..., s’échappant
+« Chut… » s’échappant
-soudain. Qu’y
+soudain. « Qu’y
-Bathory. — Écoutez, » répondit
+Bathory. – Écoutez », répondit
-: Demain.. mis... liberté... — Oui... écrou... lové... et... —... Après l’exécution... Puis... rejoindrai
+: « Demain… mis… liberté… ………………… – Oui… écrou… levé… et… ………………… – … Après l’exécution… Puis… rejoindrai
-en Sicile... — Vous n’auriez pas
+en Sicile… ………………… – Vous n’aurez pas
-donjon de... « C’était
+donjon de… » ………………… C’était
-causaient. Deplus, Sarcany
+causaient. De plus, Sarcany
-toute
+toute cette
-cette affaire, — nom queMathias Sandorf
+affaire, – nom que Mathias Sandorf
-s’échappèrent de" cette
+s’échappèrent de cette
-étaient renfermés, à
+étaient enfermés, à
-plus
+plus qu’
-Le
+à le repousser pour qu’il retombât en dehors de la muraille. C’est ce qui fut fait, dès que Ladislas Zathmar eut entendu la sentinelle s’éloigner vers le fond du couloir. Le
-disparut. > C’était
+disparut. C’était
-la tour* mente. Le
+la tourmente. Le
-en tom* bant sur
+en tombant sur
-rien. Le
+rien. « Le
-Bathory. — Peu
+Bathory. – Peu
-nous perr mettra de
+nous permettra de
-venu. Mes
+venu. « Mes
-d’essayer
+d’essayer le
-— Nous
+premier de descendre le long de ce câble de fer. Au cas où quelque obstacle, impossible à prévoir, m’empêcherait d’atteindre le sol, peut-être aurais-je la force de remonter jusqu’à la fenêtre. Deux minutes après moi, Étienne, tu te glisseras par cette embrasure et tu me rejoindras. Deux minutes après lui, Ladislas, vous prendrez le même chemin. Lorsque nous serons réunis tous les trois au pied du donjon, nous agirons selon les circonstances. – Nous
-toi seul... — Nos
+toi seul… – Nos
-Zathmar. — Elles
+Zathmar. – Elles
-Sandorf s’introdui
+Sandorf s’introduisit
-sit à
+à
-Leurs zig-zags se
+Leurs zigzags se
-possible
+possible par
-Le
+la réunion des deux courants, positif et négatif, même sans qu’il y eût éclat de la foudre, c’est-à-dire rien que par la tension du fluide accumulé dans l’appareil défectueux. Le
-braver. Il’descendait lentement,
+braver. Il descendait lentement,
-réalité, -=- ce
+réalité, – ce
-savoir, — c’était à 1. C’est
+savoir, – c’était à partir C’est
-conduite. -,
+conduite.
-partir de
+de
-deux pjeds reposaient
+deux pieds reposaient
-hauteur dominaitil la
+hauteur dominait-il la
-estimer. Cela
+estimer. « Cela
-être profond, » pensa-t-il.
+être profond », pensa-t-il.
-se fit entendre
+se fît entendre
-rejoindre
+rejoindre Mathias
-En quelques ipstants, tous
+Sandorf. Celui-ci l’attendait, les pieds solidement appuyés sur le rebord de pierre. Là, Étienne Bathory devait s’arrêter à son tour, pendant que son compagnon continuerait à descendre. En quelques instants, tous
-s’entendre. Et
+s’entendre. « Et
-Sandorf. — Il
+Sandorf. – Il
-minute. — Rien
+minute. – Rien
-? — Rien. — Bien
+? – Rien. – Bien
-place. — C’est
+place. – C’est
-foudroyés. Mathias !... Mathias
+foudroyés. « Mathias !… Mathias
-maître. — Du sang-froid !... Je descends !... Tu
+maître. – Du sang-froid !… Je descends !… Tu
-: Sauvez-vous
+: « Sauvez-vous
-penchant
+penchant au
-Le
+dehors de l’embrasure, leur avait donné l’alarme. « Le
-Étienne Bathory» L’abandonner !... Mathias !.. l’abandonner
+Étienne Bathory. L’abandonner !… Mathias !… l’abandonner
-roulements de.la foudre. Dieu
+roulements de la foudre. « Dieu
-faut fuir... ne
+faut fuir… ne
-venger !.. Viens,
+venger !… Viens,
-voix. Peutêtre les
+voix. Peut-être les
-mur, allaient ils couper là retraite
+mur, allaient-ils couper la retraite
-aussi, pouvait-ils être
+aussi, pouvaient-ils être
-? Viens
+? « Viens
-reprendre
+reprendre repos
-repos ou
+ou
-ils s’affalèrent ainsi,
+ils s’affalèrent, ainsi,
-ils s’engoufraient était
+ils s’engouffraient était
-leur eût manqué
+leur eut manqué
-<center> VII</center> <center> LE TORRENT DE LA FOIBA.</center> Il
+Il
-Le
+Le mugissement
-A moi !... »
+des eaux avait remplacé les éclats de la foudre. L’impénétrable caverne ne laissait plus rien passer des bruits ni des lueurs du dehors. « À moi !… »
-disparaître. Je suis là... Étienne !... Ne
+disparaître. « Je suis là… Étienne !… Ne
-quelle
+quelle mer
-mer il
+il
-vitesse, — ce qui leurrendait plus
+vitesse, – ce qui leur rendait plus
-qui l’atti
+qui l’attiraient
-Un demi-heure
+irrésistiblement par un effet de Maëlstrom. Enlacés alors dans un mouvement giratoire, puis rejetés à la périphérie du tourbillon, comme la pierre au bout d’une fronde, ils ne parvenaient à en sortir qu’au moment où le remous venait à se rompre. Une demi-heure
-à chaque’seconde. Mathias
+à chaque seconde. Mathias
-Et alors, ou
+Et alors ou
-l’abandonner, où il se
+l’abandonner, ou ils se
-au
+au milieu
-milieu de
+de
-le reprendre... Il
+le reprendre… Il
-perdu
+perdu connaissance.
-connaissance. Aussi,
+Aussi,
-premières
+premières atteintes
-atteintes de
+de
-: Ma femme !... Mon fils !... Mathias
+: « Ma femme !… Mon fils !… Mathias
-mots. Étienne, m’entends-tu ?... m’entends-tu
+mots. « Étienne, m’entends-tu ?… m’entends-tu
-Buco. — Oui... oui... ! Je t’entends !... Parle !...Parle !... Ta
+Buco. – Oui… oui… ! Je l’entends !… Parle !… Parle !… Ta
-! — Étienne,
+! – Étienne,
-nous emporte... Où ?... Je
+nous emporte… Où ?… Je
-! — Mathias,
+! – Mathias,
-donjon ?... — Nous
+donjon ?… – Nous
-et, certainement, on
+et, certainement on
-! Repose
+!
-— Et
+Repose encore et reprends les forces dont tu auras bientôt besoin ! Dans quelques heures, nous serons sauvés ! Nous serons libres ! – Et
-être éloi gnée.
+être éloignée. Mais,
-Ce
+en même temps, si les parois s’écartaient, la voûte tendait à s’abaisser. En levant la main, le comte Sandorf put effleurer les schistes irréguliers, qui plafonnaient au-dessus de sa tête. Parfois aussi, il entendait comme un bruit de frottement : c’était quelque racine de l’arbre, dressée verticalement, dont l’extrémité frôlait la voûte. De là, de violentes secousses imprimées au tronc, qui basculait et dont la direction se modifiait. Pris de travers, roulant sur lui-même, il tournoyait alors, et les fugitifs pouvaient craindre d’en être arrachés. Ce
-évité, — après
+évité, – après
-fois, — il
+fois, – il
-parviendrait-il àle soutenir
+parviendrait-il à le soutenir
-parcours, seraitil possible
+parcours, serait-il possible
-entier. Cependant,
+entier. « Cependant,
-lui. PeuU être la
+lui. Peut-être la
-l’espace au delà du
+l’espace au-delà du
-D’une main cramponné
+D’une main, cramponné
-il
+il maintint
-Gela dura
+son compagnon, au moment où il allait être emporté. Puis, il se laissa couler avec lui dans la masse des eaux, qui se brisaient alors contre la voûte. Cela dura
-sa poitrine.. Soudain,
+sa poitrine. Soudain,
-question, — question de vié ou
+question, – question de vie ou
-lui, audessus de
+lui, au-dessus de
-en
+en amont.
-amont. C’était
+C’était
-: Sauvés
+: « Sauvés
-: Sauvés
+: « Sauvés
-crête, ab
+crête, absolument
-D’ailleurs,
+sèche, indiquait que toutes les violences de ce cours d’eau n’étaient dues qu’à une crue momentanée, produite par les dernières pluies. En temps ordinaire, ce lit de la Foïba ne devait être qu’une ravine. D’ailleurs,
-de luU même, rien
+de lui-même, rien
-fil du. courant,
+fil du courant,
-Une
+« Qu’est cela ? se demanda Mathias Sandorf. Est-ce un coup de canon qui annonce l’ouverture d’un port ? Dans ce cas, nous ne serions pas éloignés du littoral ! Quel pourrait être ce port ? Trieste ? Non, puisque voici l’orient, de ce côté où va monter le soleil ! Serait-ce Pola, à l’extrémité sud de l’Istrie ? Mais alors… » Une
-troisième. ’, Trois
+troisième. « Trois
-littoral. Que
+littoral. « Que
-racines s’embarassèrentsi solidement
+racines s’embarrassèrent si solidement
-et Rovi
+et Rovigno,
-gno, sur
+sur
-partir. Nous
+partir. « Nous
-Bathory. — Te
+Bathory. – Te
-— : Essayons
+– Je suis surtout épuisé par la faim ! – Essayons
-vaste a mollière
+vaste « mollière
-sud, — direction
+sud, – direction
-leur
+leur permirent,
-permirent, sinon
+sinon
-compagnon el lui
+compagnon et lui
-les
+les bijoux,
-bijoux, médailles,
+médailles,
-conjectures. Puisque
+conjectures. « Puisque
-! — Cela
+! – Cela
-Étienne Ba
+Étienne Bathory,
-— Oui,
+que nous sommes déjà assez loin de la forteresse. Étant donnée la rapidité du torrent, qui nous a entraînés sous terre pendant plus de six heures, je n’en suis pas autrement surpris. – Oui,
-ville ?.., Ils
+ville ?… Ils
-recherche. Et
+recherche. « Et
-nous poursuivre... — On
+nous poursuivre… – On
-complète immobilité.. Une
+complète immobilité. Une
-la roule, en
+la route, en
-à
+à causer.
-Oui,
+Du fond du cellier, les fugitifs pouvaient entendre tout ce qu’ils disaient. « Oui,
-question qufe venait
+question que venait
-de Triesle. »
+de Trieste. »
-Sandorf. N’est-il
+Sandorf. « N’est-il
-? — Oui,
+? – Oui,
-qu’ici. — S’ils
+qu’ici. – S’ils
-rivage do l’Adriatique,
+rivage de l’Adriatique,
-jusqu’à Fiûme et
+jusqu’à Fiume et
-— Bah
+« Je pense qu’on fera aussi des recherches dans les salines de Pirano et de Capo d’Istria, reprit le brigadier. On peut s’y cacher plus facilement, puis s’emparer d’une barque et traverser l’Adriatique en se dirigeant sur Rimini ou sur Venise. – Bah
-gendarmes. — Oui,
+gendarmes. – Oui,
-! — Et
+! – Et
-fixé
+fixé sur
-sur ce
+ce
-savoir, — sauf, peutêtre, quelle
+savoir, – sauf, peut-être, quelle
-ses
+ses deux
-En
+hommes et lui, les tuer ou se faire tuer, c’est à cela qu’ils étaient résolus. En
-vers la, ville,
+vers la ville,
-présence au Drigadier, celui-ci
+présence du brigadier, celui-ci
-étrangers. Non,
+étrangers. « Non,
-Lème. — Deux
+Lème. – Deux
-brigadier. — Oui,
+brigadier. – Oui,
-que
+que l’exécution
-Du
+avait eu lieu ce matin au donjon de Pisino, et que la nouvelle de l’évasion ne s’était encore pas répandue, je n’ai pas fait autrement attention à ces deux hommes. Maintenant que je sais à quoi m’en tenir, je ne serais pas étonné que ce fussent les fugitifs. » Du
-aperçus. Comment
+aperçus. « Comment
-brigadier. — Carpena,
+brigadier. – Carpena,
-pays. — Reconnaîtrais-tu
+pays. – Reconnaîtrais-tu
-? — Oui... peut-être ! — Eh
+? – Oui… peut-être ! – Eh
-! — A vos ordres. — Sais-tu
+! – À vos ordres. – Sais-tu
-? — Cinq
+? – Cinq
-! — Et
+! – Et
-— Va, » dit
+– Vous me l’apprenez ! – Va », dit
-confins militaires, au delà de
+confins militaires au-delà de
-décider
+décider quelque
-quelque pêcheur
+pêcheur
-inconnue, n’étaitce pas
+inconnue, n’était-ce pas
-point
+point entrer
-entrer dans
+dans
-canal deLème, — ce
+canal de Lème, – ce
-porte entr’ouverte. Si
+porte entrouverte. Si
-homme, àl’intérieur, s’occupait
+homme, à l’intérieur, s’occupait
-bord. Mon
+bord. « Mon
-Sandorf, voulez- > vous me
+Sandorf, voulez-vous me
-? — Rovigno. — Chez
+? – Rovigno. – Chez
-? — Chez
+? – Chez
-Ferrato. — Le
+Ferrato. – Le
-à répondre... Entrez, » dit-il.
+à répondre… « Entrez », dit-il.
-pêcheur. Mon
+pêcheur. « Mon
-! — Je
+! – Je
-— Je
+– Il y a le bagne, ajouta le comte Sandorf, pour quiconque leur donnerait asile ! – Je
-sais. Vous
+sais. – Vous
-nous livrer... — Je
+nous livrer… – Je
-<center> VIII</center> LA MAISON DU PÊCHEUR FERRATO. Andréa
+Andréa
-le rangement continu
+le rongement continu
-En outre, — peut-être
+Vingt ans auparavant, il avait épousé une jeune fille de Sartène. Deux ans après, il en avait eu une fille, qui fut nommée Maria. Le métier de pêcheur est assez rude, surtout quand on joint à la pêche du poisson la pêche du corail, dont il faut aller chercher les bancs sous-marins au fond des plus mauvaises passes du détroit. Mais Andréa Ferrato était courageux, robuste, infatigable, habile aussi bien à se servir des filets que de la drague. Ses affaires prospéraient. Sa femme, active et intelligente, tenait à souhait la petite maison de Santa Manza. Tous deux, sachant lire, écrire, compter, étaient donc relativement instruits, si on les compare aux cent cinquante mille illettrés que la statistique relève encore aujourd’hui sur les deux cent soixante mille habitants de l’île. En outre, – peut-être
-instruction, — Andréa
+instruction, – Andréa
-au fopd, resté
+au fond, resté
-Sarde, — regrettable
+Sarde, – regrettable
-dont
+dont on
-on peut
+peut
-le menaçait ; et
+le menaçait, et
-peu su
+peu superstitieuses
-perstitieuses qui
+qui
-pêcheur, — ce
+pêcheur, – ce
-garçon
+garçon qui
-Mais
+allait atteindre sa huitième année. Et, sans le regret toujours poignant d’avoir perdu sa vaillante compagne, le pêcheur de Rovigno eût été aussi heureux qu’on peut l’être par le travail et la satisfaction du devoir accompli. Il était aimé de tous dans le pays, étant serviable et de bon conseil. On sait qu’il passait, à juste titre, pour habile à son métier. Au milieu de ces longues traînées de roches qui couvrent les rivages de l’Istrie, il n’eut pas à regretter ses pêches du golfe de Santa Manza et du détroit de Bonifacio. En outre, il était devenu un très bon pratique de ces parages, où se parlait la même langue qu’il avait parlée en Corse. Le profit des navires qu’il pilotait sur la côte depuis Pola jusqu’à Trieste, s’ajoutait encore à ceux que lui procurait l’exploitation de ces eaux poissonneuses. Aussi, en sa maison y avait-il toujours la part des pauvres gens, et sa fille Maria l’aidait de son mieux dans ses œuvres de charité. Mais
-n’avait-il
+n’avait-il pas
-Cependant,
+hésité à leur dire : « Entrez ! » ajoutant en lui-même : « Et que Dieu nous protège tous ! » Cependant,
-murs, au delà du
+murs, au-delà du
-grève. Au delà, à
+grève. Au-delà, à
-foc, — genre
+foc, – genre
-sur
+sur la
-Telle
+grève, permettait d’aller la rejoindre. Derrière la maison s’étendait un enclos d’un demi-arpent, dans lequel poussaient quelques légumes au milieu des mûriers, des oliviers et des vignes. Une haie le séparait d’un ruisseau, large de cinq à six pieds, et en formait la lisière sur la campagne. Telle
-ménagère. Avant
+ménagère. « Avant
-Ferrato. — Oui,
+Ferrato. – Oui,
-! — Tu
+! – Tu
-deux
+deux verres,
-Le
+deux assiettes, du linge blanc. Un « veglione », sorte de lampe à trois mèches alimentées d’huile, éclairait la salle. Le
-forces. Mais
+forces. « Mais
-pêcheur. — Nous avons soupe !
+pêcheur. – Nous avons soupé !
-dévorèrent, — c’est
+dévorèrent, – c’est
-mot, — les
+mot, – les
-Maria, — dont
+Maria, – dont
-femme, — était
+femme, – était
-en
+en raison
-Quant
+des devoirs qu’elle avait eus à remplir dès son jeune âge, ayant dans son attitude, dans ses mouvements, ce calme que donne une nature réfléchie, tout dénotait en cette jeune fille une énergie dont elle ne devait jamais se départir, quelles que fussent les circonstances où le sort la jetterait. Plusieurs fois, elle avait été recherchée par de jeunes pêcheurs de la contrée, sans rien vouloir entendre à ce sujet. Toute sa vie n’appartenait-elle pas à son père et à cet enfant, qui lui semblait être né de son cœur ? Quant
-du danger II aimait
+du danger. Il aimait
-: Allez
+: « Allez
-simplement.
+simplement. Personne
-— Non,
+ne vous sait ici. Demain nous aviserons. – Non,
-! — Oui,
+! – Oui,
-! — Allez
+! – Allez
-nuit. — Soit,
+nuit. – Soit,
-Sandorf. — Je
+Sandorf. – Je
-veux. — Un
+veux. – Un
-connue ?... — Depuis
+connue ?… – Depuis
-liberté, dit-on... — Sarcany
+liberté, dit-on… – Sarcany
-— Le
+– Et le quatrième ?… demanda Étienne Bathory, sans oser achever sa phrase. – Le
-l’exécution. —, Vivant
+l’exécution. – Vivant
-Bathory. — Oui
+Bathory. – Oui
-! — Maria,
+! – Maria,
-veillerons. — Oui,
+veillerons. – Oui,
-garçon. — Venez, messieurs, » dit
+garçon. – Venez, messieurs », dit
-ni au delà du
+ni au-delà du
-pas grand’chose. Rien
+pas grand-chose. Rien
-un
+un autre
-Bon
+point de l’Istrie, ou même s’enfuir au-delà de la frontière autrichienne ? Tout portait à le croire. « Bon
-trésor. — Un
+trésor. – Un
-! — Oui,
+! – Oui,
-! — S’échapper !... C’est
+! – S’échapper !… C’est
-allez !... Et
+allez !… Et
-condamnés, — du
+condamnés, – du
-Trieste. Lorsqu’Andréa Ferrato
+Trieste. Lorsque Andréa Ferrato
-fatigues. Eh
+fatigues. « Eh
-Ferrato. — Messieurs,
+Ferrato. – Messieurs,
-l’instant. — Mais
+l’instant. – Mais
-Bathory. — On
+Bathory. – On
-de Lème... et
+de Lème… et
-de vous... messieurs... — Il
+de vous… messieurs… – Il
-cachés. Et
+cachés. « Et
-insistant. — Nous
+insistant. – Nous
-— Oui,
+– C’est une circonstance fâcheuse, reprit Andréa Ferrato ; mais l’important est qu’on ait perdu vos traces, et, d’ailleurs, dans le cas où l’on soupçonnerait que vous vous êtes réfugiés dans ma maison, je pense que vous n’auriez aucune délation à craindre. Les vœux sont pour vous dans tout le pays de Rovigno ! – Oui,
-! — Ce
+! – Ce
-l’Adriatique. — Et
+l’Adriatique. – Et
-prière. — Cela
+prière. – Cela
-du Ciel... — Et
+du Ciel… – Et
-ne
+ne faut
-faut rien
+rien
-sable. Un
+sable. « Un
-d’eux. — Oui,
+d’eux. – Oui,
-l’orage d’avanthier a
+l’orage d’avant-hier a
-l’horizon. — Hum
+l’horizon. – Hum
-! — Bon
+! – Bon
-! — Il
+! – Il
-! — Iras-tu
+! – Iras-tu
-? — Sans
+? – Sans
-— Mais l’embargo ?... — L’embargo
+– Mais l’embargo ?… – L’embargo
-littoral. — Tant
+littoral. – Tant
-! — Bon
+! – Bon
-! — Eh
+! – Eh
-! — Non,
+! – Non,
-Parenzo. — A ton
+Parenzo. – À ton
-! — Comme
+! – Comme
-hôtes
+hôtes dans
-Monsieur
+leur chambre, pendant que Maria continuait à travailler devant la maison. « Monsieur
-que la. mer
+que la mer
-débarquer au delà de
+débarquer au-delà de
-Cattaro. — Et
+Cattaro. – Et
-? — Nous
+? – Nous
-Pô. — Votre
+Pô. – Votre
-Étienne Balhory ? — Oui
+Étienne Bathory. – Oui
-de
+de grands
-— Que
+mauvais temps. D’ailleurs, il faut bien courir quelques risques… – Que
-votre vie... — Cela
+votre vie… – Cela
-sauver. — Votre devoir ?... — Oui
+sauver. – Votre devoir ?… – Oui
-fait. Brave
+fait. « Brave
-: Mais,
+: « Mais,
-être arrêté... — Ne
+être arrêté… – Ne
-six
+six jours
-Il
+à la mer, à l’époque des grandes pêches, D’ailleurs, je vous le répète, cela me regarde. C’est ainsi qu’il faut faire : c’est ainsi que nous ferons ! » Il
-balancelle, — il
+balancelle, – il
-moins, — n’aurait
+moins, – n’aurait
-madragues sur. des
+madragues sur des
-pont. Et
+pont. « Et
-— Combien
+– Cinquante milles environ. – Combien
-? — Avec
+? – Avec
-corps. — Mon ami... dit
+corps. – Mon ami… dit
-Sandorf. — Vous
+Sandorf. – Vous
-plus lard, répliqua
+plus tard, répliqua
-jours abord de
+jours à bord de
-quitter la’maison, le
+quitter la maison, le
-l’Istrie, — bruit
+l’Istrie, – bruit
-de long-cours ou
+de long cours ou
-pas
+pas autrement.
-autrement. Il
+Il
-dans l’istrie. Là,
+dans l’Istrie. Là,
-occidentale, — métier
+occidentale, – métier
-de boule-dogue qui
+de bouledogue qui
-pourquoi
+pourquoi il
-il avait
+avait
-explique — et
+explique – et
-propos — pourquoi
+propos – pourquoi
-: Que
+: « Que
-? — Je
+? – Je
-entré. — Et
+entré. – Et
-? — Pour
+? – Pour
-voisin. — Vos
+voisin. – Vos
-plaisent pas. vous
+plaisent pas, vous
-! — Ordinairement,
+! – Ordinairement,
-énigmatiques,
+énigmatiques, signifiaient
-signifiaient dans
+dans
-porte. J’ai
+porte. « J’ai
-répéta-t-il. — Non !... Vous
+répéta-t-il. – Non !… Vous
-! — Si... il
+! – Si… il
-vous parle.i. en
+vous parle… en
-voix. — Venez donc, » répondit
+voix. – Venez donc », répondit
-: Que
+: « Que
-pêcheur. — Mon
+pêcheur. – Mon
-Carpena, -je viens
+Carpena, je viens
-amitié. — Et
+amitié. – Et
-? — À
+? – À
-fille. — Pas
+fille. – Pas
-! — Écoutez donc !... Vous
+! – Écoutez donc !… Vous
-rapport. Carpena,
+rapport. « Carpena,
-méchante. C’est
+méchante. « C’est
-Carpena. — C’est
+Carpena. – C’est
-— Elle,
+– Je la renouvellerai ! Oui ! je la renouvellerai, répéta Carpena, si Maria me dit de le faire ! – Elle,
-Andréa Ferrato. elle !.. Vous
+Andréa Ferrato, elle !… Vous
-! — Ses
+! – Ses
-Carpena. — Un
+Carpena. – Un
-? — Oui,
+? – Oui,
-parler. — Et
+parler. – Et
-? — Tout
+? – Tout
-suite !... Vous entendez... Il
+suite !… Vous entendez… Il
-parle !... Il le faut... ce
+parle !… Il le faut… ce
-! — Je
+! – Je
-! — Prenez
+! – Prenez
-! — Prendre garde ?... — Je
+! – Prendre garde ?… – Je
-! — Eh
+! – Eh
-: Cet
+: « Cet
-sommes perdus... et
+sommes perdus… et
-! Le
+! « Le
-— Vous
+« Monsieur le comte, dit enfin Andréa Ferrato, la police peut envahir ma maison d’un moment à l’autre. Oui ! ce gueux doit savoir ou tout au moins supposer que vous êtes ici ! C’est un marché qu’il est venu me proposer ! Ma fille pour prix de son silence ! Il vous perdra pour se venger de moi ! Or, si les agents viennent, il n’est pas possible de leur échapper, et vous serez découverts. Oui ! Il faut fuir à l’instant ! – Vous
-vouliez faire... — Ce
+vouliez faire… – Ce
-Ferrato. — Nous
+Ferrato. – Nous
-Bathory. — Oui,
+Bathory. – Oui,
-comte Sandort. Vous
+comte Sandorf. Vous
-Sandorf. Où
+Sandorf. « Où
-vous puis
+vous puissiez
-— Suivez
+vous embarquer, pas un sentier libre qui vous conduise à la frontière ! Partir sans moi, c’est aller à la mort ! – Suivez
-! — Bien,
+! – Bien,
-Maria, embrasse-moi. et
+Maria, embrasse-moi, et
-à l’instant^ pour
+à l’instant pour
-! Viens,
+! « Viens,
-précipitamment. Les
+précipitamment. « Les
-dit-il. — Adieu
+dit-il. – Adieu
-Ferrato. — C’est
+Ferrato. – C’est
-compagnon. Fuis,
+compagnon. « Fuis,
-! — Non,
+! – Non,
-— Fuis,
+– Fuis,
-trois, — à
+trois, – à
-! Adieu,
+! « Adieu,
-de Bovigno. Une
+de Rovigno. Une
-et
+et manœuvra
-Le
+de façon à ce que le comte Sandorf n’eût plus d’accès que vers le littoral. Mais là, à la lisière des récifs, que ferait-il ? Parviendrait-il à s’emparer d’un canot pour se lancer en pleine Adriatique ? Il n’en aurait pas le temps, et, avant d’avoir même pu le démarrer, il serait tombé sous les balles. Toutefois, il avait bien compris que la retraite allait lui être coupée dans la direction de l’est. L’éclat des coups de feu, les cris que jetaient les agents et les gendarmes en se rapprochant, lui indiquaient qu’il était déjà cerné en arrière de la grève. Il ne pouvait donc fuir que vers la mer et par la mer. C’était sans doute courir à une mort certaine ; mais mieux valait encore la trouver dans les flots que de l’attendre devant le peloton d’exécution sur la place d’armes de la forteresse de Pisino. Le
-tête. Au delà de
+tête. Au-delà de
-sable, — ceux-ci
+sable, – ceux-ci profonds
-profonds de
+de
-mort l’attendit au
+mort l’attendît au
-résolu, d’ailleurs, à
+résolu, d’ailleurs à
-des goëmons et
+des goémons et
-d’un demiquart d’heure.
+d’un demi-quart d’heure.
-échappa, —un cri
+échappa, – un cri
-Puis,
+Puis, au
-au moment
+moment
-baie jusqu’au delà du
+baie jusqu’au-delà du
-cette ver
+cette version,
-sion, la
+la
-Trieste, — trahison
+Trieste, – trahison
-l’Espagnol Garpena, auquel
+l’Espagnol Carpena, auquel
-importait, d’ail
+importait, d’ailleurs !
-leurs ! Il
+Il
-victimes, — Carpena excepté, peut être, — l’un
+victimes, – Carpena excepté, peut-être, – l’un
-répondre. FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE.
+répondre.
-DEUXIÈME PARTIE <center> PESCADE ET MATIFOU.</center> Quinze
+Quinze
-Alpes Dinariques. l’Herzégovine
+Alpes Dinariques, l’Herzégovine
-Adriatique. il y
+Adriatique. Il y
-aride, ou l’humus
+aride, où l’humus
-milieu
+milieu des
-des nombreuses
+nombreuses
-les ÏIscoques, Turcs
+les Uscoques, Turcs
-Venise, c’est à-dire dès
+Venise, c’est-à-dire dès
-1808
+1808 qu’
-Toutefois,
+un décret de Napoléon Ier le réunit, l’année suivante, au royaume d’Illyrie et en fit un duché pour le maréchal Marmont. Déjà, au neuvième siècle, les navires ragusains, qui couraient toutes les mers du Levant, avaient le monopole du commerce avec les infidèles, – monopole accordé par le Saint-Siège, – ce qui donnait à Raguse une grande importance au milieu de ces petites républiques de l’Europe méridionale ; mais Raguse se distinguait encore par de plus nobles qualités, et la réputation de ses savants, la renommée de ses littérateurs, le goût de ses artistes, lui avaient valu le nom d’Athènes slavonne. Toutefois,
-baie d’Ombla-Fumera, un
+baie d’Ombla Fumera, un
-côte
+côte dalmate.
-dalmate. Là,
+Là,
-à dix- sept mille
+à dix-sept mille
-par une belle avant-dîner
+par un bel avant-dîner
-faubourg — ne
+faubourg – ne
-? — il
+? – il
-nomades
+nomades étaient
-étaient accourus
+accourus
-d’argent, — véritable
+d’argent, – véritable
-Perse, — bonnet
+Perse, – bonnet
-non
+non plus
-plus la
+la
-des commissionnaires, — corporation privilégiée, — étaient
+des commissionnaires – corporation privilégiée – étaient
-talent
+talent ou
-ou d’adresse
+d’adresse
-chanteurs, — un
+chanteurs, – un
-maigri, — mimait
+maigri, – mimait
-Lorsque
+Si tu te liens loin d’elle, et si Le feu de son regard trop tendre Sous ses longs cils se voile ainsi, Tu peux la voir, tu peux l’entendre ! Lorsque
-en chaulant De
+en chantant De
-te regarde. Ton
+te regarde, Ton
-est pris... elle
+est pris… elle
-poétiques,
+poétiques, sa
-Mon
+bourse était restée fermée jusqu’alors. Il est vrai, ce n’était point la Zingare, qui venait de chanter « en le regardant de son grand œil noir », mais tout simplement le grand diable qui se faisait son interprète. Il allait donc quitter sa place, sans l’avoir payée, lorsqu’une jeune fille, qui l’accompagnait, l’arrêta en disant : « Mon
-d’autres barraques non
+d’autres baraques non
-« slivovitza, » violente
+« slivovitza », violente
-vent, ehan
+vent, chanteurs
-Aurdessus de
+ou saltimbanques, n’obtenaient pas également la faveur du public. Entre les plus délaissés, on pouvait remarquer deux acrobates, qui se démenaient en vain sur une estrade, sans spectateurs. Au-dessus de
-appliquer, — ce
+appliquer, – ce
-: <center> PESCADE
+: PESCADE
-MATIFOU, </center> <center> acrobates français. </center> Au
+MATIFOU, acrobates français. Au
-physique, — et
+physique, – et
-moral, — ces
+moral, – ces
-et
+et combattre «
-combattre « le
+le
-d’Alger, — le
+d’Alger, – le
-un l’orthos, un
+un Porthos, un
-Nicolas Cresteet autres
+Nicolas Creste et autres
-Cet athlète— «
+Cet athlète – «
-lui, — avait
+lui, – avait
-splendeur,
+splendeur, et,
-et, peut-être,
+peut-être,
-livres le. quart
+livres le quart
-pratique, —un vrai
+pratique, – un vrai
-méchanceté, — et
+méchanceté, – et
-J’ai
+Tous deux étaient acrobates de leur métier et couraient les foires. Matifou ou Cap Matifou, – on le nommait ainsi, – luttait dans les arènes, faisait tous les exercices de force, pliait des barres de fer sur son cubitus, enlevait à bras tendus les plus lourds de la société, jonglait avec son jeune compagnon comme il eût fait d’une bille de billard. Pescade ou Pointe Pescade, – comme on l’appelait communément, – paradait, chantait, « bouffonnait », amusait le public par ses saillies de pitre jamais à court, et l’étonnait par ses tours d’équilibriste dont il se tirait adroitement, quand il ne l’émerveillait pas par ses tours de cartes, dans lesquels il en eût remontré aux plus habiles prestidigitateurs, se chargeant de gagner les plus malins à n’importe quels jeux de calcul ou de hasard. « J’ai
-« baccaralauréat, » répétait-il
+« baccaralauréat », répétait-il
-» — une
+» – une
-Pescade — pourquoi,
+Pescade – pourquoi,
-autres barraques ?
+autres baraques ?
-langage, — un
+langage, – un
-mélange
+mélange de
-Et
+provençal et d’italien, – était plus que suffisant à les faire comprendre d’un public dalmate. Depuis leur départ du pays provençal, sans parents qu’ils ne s’étaient jamais connus, véritables produits d’une génération spontanée, ils étaient parvenus à se tirer d’affaire, recherchant les marchés et les foires, vivant plutôt mal que bien, mais vivant, et, s’ils ne déjeunaient pas tous les jours, soupant à peu près tous les soirs ; ce qui suffisait, car, – ainsi que le répétait Pointe Pescade, – « il ne faut pas demander l’impossible ! » Et
-ses coq à l’âne, qui
+ses coq-à-l’âne, qui
-perruque dr chiendent,
+perruque de chiendent,
-balayait l’étoffi rouge
+balayait l’étoffe rouge
-dignes dt Pulcinello
+dignes du Pulcinello
-à à Raguse,
+à Raguse,
-un
+un kreutzer
-Durs
+dans la caisse, – si l’on peut donner ce nom prétentieux au coin de foulard, dans lequel Pointe Pescade enfermait habituellement la fortune des deux associés. En vain s’escrimait-il sur ses tréteaux ! En vain lançait-il des appels désespérés à travers l’espace ! En vain Cap Matifou exhibait-il des biceps, dont les veines saillaient comme les ramifications d’un lierre autour d’un tronc noueux ! Aucun spectateur ne manifestait la pensée d’entrer dans l’enceinte de toile. « Durs
-Pescade. — Des
+Pescade. – Des
-Matifou. — Décidément,
+Matifou. – Décidément,
-! — Pour
+! – Pour
-géant. — Tu
+géant. – Tu
-Pescade. — Dis toujours. — Eh
+Pescade. – Dis toujours. – Eh
-? — Quel
+? – Quel
-Pescade ?’ — Ah
+Pescade ? – Ah
-très loin... et
+très loin… et
-! — Au
+! – Au
-? — La
+? – La
-répondit sentencieu
+répondit sentencieusement
-— Eh
+Pointe Pescade. Si elle avait un bout, elle ne serait pas ronde ! Si elle n’était pas ronde, elle ne tournerait pas ! Si elle ne tournait pas, elle serait immobile, et si elle était immobile… – Eh
-Matifou. — Eh
+Matifou. – Eh
-! — Et alors ?... — Et
+! – Et alors ?… – Et
-! — Ainsi,
+! – Ainsi,
-très haut... plus
+très haut… plus
-l’éloignement
+l’éloignement des
-Ce
+choses, l’avait vivement frappé. Puis, tout à coup, on le lâchait, et il tombait… dans son propre estomac, c’est-à-dire dans le vide ! Ce
-l’estrade. Eh
+l’estrade. « Eh
-arrière. — Moi... Moi... ce
+arrière. – Moi… Moi… ce
-? — Oui... toi ! — J’ai..., dit
+? – Oui… toi ! – J’ai…, dit
-idées, — opération
+idées, – opération
-considérable, — j’ai
+considérable, – j’ai
-! — Parle
+! – Parle
-! Evanoui, le
+! Évanoui, le
-Matifou. — Qu’est-ce
+Matifou. – Qu’est-ce
-Pescade. — Les
+Pescade. – Les
-? — Elles
+? – Elles
-! — Pescade ? — Matifou ! — Ne
+! – Pescade ? – Matifou ! – Ne
-! — Je
+! – Je
-! — Eh bien... tu
+! – Eh bien… tu
-quitter. — Qu’entends-tu
+quitter. – Qu’entends-tu
-quitter ?... Te
+quitter ?… Te
-Pescade.
+Pescade. – Oui !
-— Oui ! — Continue,
+– Continue,
-! — Oui... Je
+! – Oui… Je
-tirerais !.. Je
+tirerais !… Je
-moyen de.... — Dis
+moyen de… – Dis
-? — Oui ! — Et
+? – Oui ! – Et
-? — Oui ! — Eh
+? – Oui ! – Eh
-! — Et
+! – Et
-? — Parce
+? – Parce
-? — Avec quoi ?... — Qui
+? – Avec quoi ?… – Qui
-? — Je
+? – Je
-dis pas... — Ou
+dis pas… – Ou
-? — Dame !.. répondit
+? – Dame !… répondit
-— Un
+– Oui… en présence d’un public en délire… quand, par hasard, il y a un public ! – Un
-Matifou. — Donc,
+Matifou. – Donc,
-soir. — Je
+soir. – Je
-! — Tu
+! – Tu
-en entr’ouvrant à
+en entrouvrant à
-ses trente deux dents.
+ses trente-deux dents.
-de boule-dogue !
+de bouledogue !
-! — Mais
+! – Mais
-? — Moi ?... un
+? – Moi ?… un
-mon fils... Suis
+mon fils… Suis
-phénomène !... — Phénomène... oui ! — Moi,
+phénomène !… – Phénomène… oui ! – Moi,
-? — C’est
+? – C’est
-plus naïve
+plus naïvement
-— Comme
+du monde. Ainsi, dans mon intérêt, Pointe Pescade, il faut que je mange ! – Comme
-! — En
+! – En
-un ?... — Ce
+un ?… – Ce
-! — Mais
+! – Mais
-deux ?... — Ce
+deux ?… – Ce
-! — Quatre... six... dix !... »
+! – Quatre… six… dix !… »
-s’écraser euxmêmes en
+s’écraser eux-mêmes en
-épaules, pen
+épaules, pendant
-dant tout
+tout
-compagnon
+compagnon l’
-Il
+obligeait à manger, se privant pour lui, quand il n’y en avait que pour un et même pour deux. Cependant, ce soir-là, le souper, – même pour un, – n’apparaissait pas encore à l’horizon. « Il
-pieds, — ayant
+pieds, – ayant
-entendre. a Entrez,
+entendre. « Entrez,
-qu’en sortant... la
+qu’en sortant… la
-sur le ; toiles.
+sur les toiles.
-en
+en quelque
-quelque coin
+coin
-canon. La
+canon. « La
-: ’(Voyez !
+: « Voyez !
-: Voyez,
+: « Voyez,
-sables moment do la chfileur estropicale,
+sables brûlants du désert ! Au moment de la chaleur estropicale,
-perdues.
+perdues. Pointe
-Pointe Pescade
+Pescade
-lui. Entrez,
+lui. « Entrez,
-! — Est-ce
+! – Est-ce
-à de propos compromettre
+à propos de compromettre
-aurait lieu, entre
+aurait lieu entre
-» Entrez
+» « Entrez
-!
+! répétait
-Un
+en s’époumonant le pauvre Pescade. Vous verrez là ce que vous n’avez jamais vu ! Pointe Pescade et Cap Matifou aux prises ! Les deux jumeaux de la Provence ! Oui… deux jumeaux… mais pas du même âge… ni de la même mère !… Hein ! comme nous nous ressemblons… moi surtout ! » Un
-les trétaux. Il
+les tréteaux. Il
-la soufrance. Ses
+la souffrance. Ses
-Il écoulait, on
+Il écoutait, on
-Ayant
+Ayant souffert
-Ce
+lui-même, sans doute il ne pouvait être indifférent aux souffrances d’autrui. « Ce
-public, — un
+public, – un
-enceinte. Entrez,
+enceinte. « Entrez,
-! — Mais... je suis seul... fit
+! – Mais… je suis seul… fit
-ton re plus bienveillant. — Monsieur,
+ton le plus bienveillant. – Monsieur,
-! — Cependant,
+! – Cependant,
-me permettrez-bien ?.. »
+me permettrez bien ?… »
-l’estrade. ", Un
+l’estrade. « Un
-se retouanant vers
+se retournant vers
-: À
+: « À
-cette jpune fille,
+cette jeune fille,
-qu’il eut aperçu
+qu’il eût aperçu
-foule. Eh, monsieur !... monsieur !... cria
+foule. « Eh, monsieur !… monsieur !… cria
-argent ?... Nous
+argent ?… Nous
-diable !... Mais
+diable !… Mais
-est-il ?... Disparu !... Eh
+est-il ?… Disparu !… Eh
-monsieur ?... »
+monsieur ?… »
-ouverte. À
+ouverte. « À
-! — Commençons
+! – Commençons
-de même, » répondit Pointe
+de même », répondit Pointe Pescade,
-Pescade, en
+en
-banquettes, — il
+banquettes, – il
-! — ils
+! – ils
-: Le trabacolo !... Le
+: « Le trabacolo !… Le
-public, — en
+public, – en
-porte, — et pourquoi l’auraient ils fermée ? — puis,
+porte, – et pourquoi l’auraient-ils fermée ? – puis,
-d’une
+d’une pointe,
-pointe, en
+en
-l’arrière, — ainsi
+l’arrière, – ainsi
-genre, — que
+genre, – que
-glissement
+glissement commençât
-Déjà,
+à se produire ; puis, la vitesse s’accroissant par la masse mise en mouvement, le petit navire s’en irait de lui-même dans son élément naturel. Déjà,
-l’entrée du" port.
+l’entrée du port.
-Aussi,
+Aussi, dès
-Les
+qu’elle fut signalée, afin d’éviter tout accident, parut-il bon de suspendre l’opération. On ne la reprendrait qu’après son passage dans le chenal. Un abordage entre ces deux navires, l’un se présentant par le travers, l’autre l’abordant à grande vitesse, eût certainement causé quelque grave catastrophe à bord du yacht. Les
-la goelette arrivait
+la goélette arrivait
-sa trinquelte et
+sa trinquette et
-la goelette. Le
+la goélette. Le
-en s’arcboutant contre
+en s’arc-boutant contre
-sol
+sol au
-Alors
+risque d’être entraîné. Un canon de fer, qui sert de pieu d’attache, est là, fiché en terre. En un instant, l’amarre y est tournée et se déroule peu à peu, pendant que l’homme, au risque d’être saisi et broyé, la retient et résiste avec une force surhumaine, – cela durant dix secondes. Alors
-goélette, et, il
+goélette, et il
-cette manœuvre, avait
+cette manœuvre avait
-Matifou. Ah
+Matifou. « Ah
-bien !... très
+bien !… très
-s’écria PointePescade, en
+s’écria Pointe Pescade, en
-embrassait, — à
+embrassait, – à
-la goelette avait
+la goélette avait
-Son vêlement de
+Son vêtement de
-tirer
+tirer quelque
-quelque riche
+riche
-: Merci,
+: « Merci,
-! Oui !... c’est bien !... c’est
+! « Oui !… c’est bien !… c’est
-provençal. — Vous
+provençal. – Vous
-l’étranger. — Tout
+l’étranger. – Tout
-la goelette aurait
+la goélette aurait
-victimes. Venez
+victimes. « Venez
-dit-il. — Et
+dit-il. – Et
-Pointe Peseade, en
+Pointe Pescade, en
-salut. — Demain
+salut. – Demain
-heure. — À
+heure. – À
-! «répondit Pointe
+! » répondit Pointe
-: La
+: « La
-entrez !... On
+entrez !… On
-qu’en sortant... ou
+qu’en sortant… ou
-hautaine, — ce
+hautaine, – ce
-comme
+comme une
-une répulsion
+répulsion
-disait :, Vous
+disait : « Vous
-? — En effet, monsieur, » répondit
+? – En effet, monsieur », répondit
-? — A monsieur
+? – À monsieur
-? — Le docteur Antékirtt, » répondit
+? – Le docteur Antékirtt », répondit
-<center> III</center> <center> LE DOCTEUR ANTÉKIRTT.</center> Il
+Il
-voyageurs. Or ; il
+voyageurs. Or, il
-de
+de Suez,
-Suez, l’Afrique,
+l’Afrique,
-pas davan
+pas davantage.
-Mais,
+Où avait-il vécu et dans quelles conditions, nul n’aurait pu le dire. On affirmait seulement que ce docteur Antékirtt était pour ainsi dire adoré des populations dans ces contrées de l’Asie Mineure et de l’Afrique Orientale, qu’il passait pour un médecin hors ligne, que le bruit de ses cures extraordinaires était arrivé jusque dans les grands centres scientifiques de l’Europe, que ses soins, il ne les épargnait pas plus aux pauvres gens qu’aux riches seigneurs et pachas de ces provinces. Mais on ne l’avait jamais vu dans les pays d’Occident, et même, depuis quelques années, on ne connaissait pas le lieu de sa résidence. De là, cette propension à le faire sortir de quelque mystérieux avatar, de quelque incarnation hindoue, à en faire un être surnaturel, guérissant par des moyens surnaturels. Mais,
-voyageur, — un
+voyageur, – un
-Méditerranée, — son
+Méditerranée, – son
-Matifou,
+Matifou, aurait
-aurait suffi,
+suffi,
-centre, — ce
+centre, – ce
-la grand’voile, — la
+la grand-voile, – la
-pu ima
+pu imaginer
-Ce
+mieux. La blancheur du pont en sape du Canada, sans un seul nœud, le dedans des pavois finement amenuisés, les capots et les claires-voies de teck, dont les cuivres brillaient comme de l’or, l’ornementation de sa roue de gouvernail, la disposition de ses drômes sous leurs étuis éclatants de blancheur, le fini du pouliage, des drisses, écoutes pantoires et manœuvres courantes, tranchant par leur couleur avec le fer galvanisé des étais, haubans et galhaubans, la coupe de ses embarcations vernissées, suspendues gracieusement sur leurs portemanteaux, le noir brillant de toute sa coque, relevée d’un simple liston d’or de la proue à la poupe, la sobriété de ses ornements à l’arrière, tout en faisait un bâtiment d’un goût exquis et d’une élégance extrême. Ce
-cette goelette, le
+cette goélette, le
-la
+la salle
-salle à
+à
-divers pavil
+divers pavillons,
-Ions, qui
+qui
-port, et. sans
+port, et, sans
-Pointe Pescade. surtout,
+Pointe Pescade, surtout,
-représentation. ", Ah
+représentation. « Ah
-Matifou. — Oh
+Matifou. – Oh
-— Je
+– Hein, Pointe Pescade ! – Je
-Silas Toron thaï et
+Silas Toronthal et
-quai, pendant que
+quai, pendant, que
-d’Ombra,
+d’Ombra, cours
-C’était
+d’eau assez profond pour que les navires, même d’un fort tirant d’eau, puissent le remonter presque au pied des monts Vlastiza. Vers neuf heures, il revint sur le môle, il assista à l’arrivée d’un grand paquebot du Lloyd, qui venait de la mer des Indes ; enfin, il regagna son bord, descendit dans sa chambre, éclairée par deux lampes, et il y resta seul jusqu’au lendemain. C’était
-Savarèna — un
+Savarèna – un
-Narsos — avait
+Narsos – avait
-les dispo
+les dispositions
-sitions furent
+furent
-particulièrement peut-être se fut-on étonné
+particulièrement peut-être, se fût-on étonné
-: Quel
+: « Quel
-au
+au fond
-fond de
+de
-avaient soupe la
+avaient soupé la
-toute
+toute leur
-C’est
+recette ! Non ! Pointe Pescade était prudent, rangé, prévoyant, et la vie leur était assurée pour une dizaine de jours au moins. « C’est
-Matifou !.. — Oh
+Matifou ! – Oh
-! — Oui,
+! – Oui,
-homme !. — Eh bien, oui... À moi... puisque
+homme ! – Eh bien, oui… à moi… puisque
-». Des
+». « Des
-messieurs ?...... — Vous-mêmes,
+messieurs ? – Vous-mêmes,
-bord. — Bon
+bord. – Bon
-embarrassé. Quand
+embarrassé. « Quand
-le patron.. — Mais, nous voulons... nous
+le patron. – Mais, nous voulons… nous
-noir #
+noir à
-à lisière
+lisière
-sans dire.que, sous-le poids
+sans dire que, sous le poids
-de sifflet, les
+de sifflet les
-la goelette, et
+la goélette, et
-à ia coupée
+à la coupée
-tribord, —le côté
+tribord, – le côté
-Pescade
+Pescade et
-et Cap
+Cap
-leur imposait, Cependant,
+leur imposait. Cependant,
-cœur. Mes
+cœur. « Mes
-bord. — Monsieur
+bord. – Monsieur
-bas. Soit,
+bas. « Soit,
-! —Oh !
+! – Oh !
-la tête...
+la tête…
-— Monsieur, le docteur, réponditPointe Pescade,
+– Bien, mes amis, reprit le docteur Antékirtt, je vois que vous n’aimez guère les compliments ! Aussi, je n’insisterai pas. Cependant, puisque tout service mérite… – Monsieur le docteur, répondit Pointe Pescade,
-mais loute bonne
+mais toute bonne
-! — Déjà
+! – Déjà
-devancé. — Sans
+devancé. – Sans
-par luimême dans
+par lui-même dans
-! — Enorme ? — Oui !... sans
+! – Énorme ? – Oui !… sans
-acrobatiques. — Et
+acrobatiques. – Et
-? — Quarante-deux
+? – Quarante-deux
-! — Ah ! Vraiment !... Mais j’ignorais !... répondit
+! – Ah ! vraiment !… Mais j’ignorais !… répondit
-Si
+Si j’
-— Ce
+avais su que vous donniez une représentation, je me serais fait un devoir et un plaisir d’y assister ! Vous me permettrez donc de payer ma place… – Ce
-ce soir répondit
+ce soir, répondit
-la poussière, » comme
+la poussière », comme
-docteur Antékirtt vit
+docteur Antékirtt, vit
-acrobates, — du
+acrobates, – du
-confiance. Comment
+confiance. « Comment
-demanda-t-il. — Le
+demanda-t-il. – Le
-Pescade. — Et
+Pescade. – Et
-? — Matifou,
+? – Matifou,
-l’Hercule. — C’est-à-dire
+l’Hercule. – C’est-à-dire
-à pro
+à prononcer
-— Mais
+ce nom fameux dans toutes les arènes du Midi de la France. – Mais
-des surnoms... fit
+des surnoms… fit
-docteur. — Nous
+docteur. – Nous
-! — Et... des
+! – Et… des
-? — Des
+? – Des
-! — Vous
+! – Vous
-? — De
+? – De
-! — Vous
+! – Vous
-! — C’est
+! – C’est
-Vous figurezvous, monsieur
+Vous figurez-vous, monsieur
-— Et Gap Matifou ? — Oh
+– Et Cap Matifou ? – Oh
-fait à l’encolure
+fait a l’encolure
-toujours lutté... même
+toujours lutté… même
-docteur Anlékirtt écoutait
+docteur Antékirtt écoutait
-vie. Et
+vie. « Et
-lui demandat-il. — Devant
+lui demanda-t-il. – Devant
-d’abord, dît lui
+d’abord, dû lui
-Que
+Le docteur Antékirtt les observa tous deux pendant un instant. Puis, reprenant : « Que
-insistant. — Mais
+insistant. – Mais
-Pescade, rien... je vous assure... — N’auriez-vous
+Pescade, rien… je vous assure… – N’auriez-vous
-fois. Je
+fois. « Je
-docteur. — Ça,
+docteur. – Ça,
-retourner labàs ? — Oui... si
+retourner là-bas ? – Oui… si
-! — Mais
+! – Mais
-y vivronsnous ?
+y vivrons-nous ?
-embarrassants. Nous ferons... nous ferons... murmura-t-il. — Tu
+embarrassants. « Nous ferons… nous ferons… murmura-t-il. – Tu
-sais rien... ni
+sais rien… ni
-plus !... Mais
+plus !… Mais
-que des misérables,
+que de misérables,
-même
+même pas
-— Vous
+de parents, soient nés quelque part ! Cela m’a toujours paru inexplicable ! – Vous
-lui. Rester
+lui. « Rester
-quoi serionsnous bons
+quoi serions-nous bons
-! Et. À moins
+! Et, à moins
-votre pays... — Écoutez-moi,
+votre pays… – Écoutez-moi,
-là-bas. Voulezvous être
+là-bas. Voulez-vous être
-? — Mais
+? – Mais
-projets réalisés... dit Pointe Pescade — Vous
+projets réalisés… dit Pointe Pescade. – Vous
-vous plait, répondit
+vous plaît, répondit
-vous donnerez, des
+vous donnerez des
-pays,
+pays, vous
-— Oh
+le pourrez, et d’autant mieux que l’aisance vous y sera assurée pour la vie. – Oh
-! — Je
+! – Je
-! — Décidément,
+! – Décidément,
-! — Quelle
+! – Quelle
-? — Une
+? – Une
-Siamois-là !... Nous
+Siamois-là !… Nous
-Cap Matifou qui
+Cap Matifou, qui
-enfant. Mes
+enfant. « Mes
-— Si ? — Si
+– Alors, ça pourra aller, monsieur le docteur, si… – Si ? – Si
-consentement. — Dis
+consentement. – Dis
-! — Bien,
+! – Bien,
-! — Oh
+! – Oh
-! — Et
+! – Et
-? — C’est
+? – C’est
-! — Je
+! – Je
-! — Alors,
+! – Alors,
-! — On
+! – On
-! — Cependant, deux repas... trois
+! – Cependant, deux repas… trois
-par jour... — Cinq,
+par jour… – Cinq,
-! — Hein,
+! – Hein,
-! — Et
+! – Et
-Pescade. — Oh,
+Pescade. – Oh,
-! — Mais
+! – Mais
-vous
+vous demander,
-— Souvent,
+monsieur le docteur, si nous naviguerons ? – Souvent,
-visites ’. — Cela
+visites ! – Cela
-mains. — Vous
+mains. – Vous
-Antékirtt. — Nous
+Antékirtt. – Nous
-les traver-’
+les traversées,
-sées, de
+de
-baraque. Bien,
+baraque. « Bien,
-serait peutêtre donné
+serait peut-être donné
-jour. Monsieur
+jour. « Monsieur
-! — Et. dès
+! – Et, dès
-la Savaréna.
+la Savarèna.
-— Je
+– Jusqu’au moment où vous nous aurez conduits dans votre pays ! ajouta Pointe Pescade. – Je
-! — Allons,
+! – Allons,
-L’équipage
+Vers une heure après-midi, Pointe Pescade et Cap Matifou étaient de retour à bord de la Savarèna. Une grande cabine de l’avant avait été mise à leur disposition, – cabine confortable, pourvue « de tout ce qu’il fallait pour écrire », ainsi que le disait le joyeux garçon. L’équipage
-meilleur accueil, à
+meilleur accueil à
-leur ferait, pas
+leur ferait pas
-provençales. Vois-tu,
+provençales. « Vois-tu,
-estomac. Rien
+estomac. « Rien
-! y
+! »
-PREMIÈRE
+TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE
-Sandorf • 30
+Sandorf 30
-billet chiffré. 75
+billet chiffré 75
-Pisino •, . 127
+Pisino 127
-dernière lutte.... 212
+dernière lutte 212
-du trabacolo.., 2-il III.
+du trabacolo 241 III.