éléments Wikidata

Livre:Taine - Les Philosophes classiques du XIXe siècle en France, 1868.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Taine - Les Philosophes classiques du XIXe siècle en France, 1868.djvu
TitreLes Philosophes classiques du XIXe siècle en France Voir et modifier les données sur Wikidata
AuteurHippolyte Taine Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionLibrairie de L. Hachette ET Cie
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1868 (3e éd. revue et corrigée)
Publication originale1857
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider

Pages

- - - - np np np np  i  ii  iii  iv  v  vi  vii  viii  ix  x - - 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 np np - - - - -

TABLE DES MATIÈRES.


CHAPITRE PREMIER.



I. Comment périt le sensualisme. — II. M. Laromiguière professeur ; sa politesse, sa grâce, son art. — III. M. Laromiguière philosophe ; sa doctrine sur l’attention active et sur l’origine des idées ; sa méthode. — Portée et limite de l’analyse française 
 1


CHAPITRE II.



I. Comment naquit le spiritualisme. — Le style de M. Royer-Colard ; son talent pour dominer et convaincre ; son penchant pour réprimer et discipliner. — II. Sa théorie de la perception extérieure. — Qu’il ne faut pas choisir les croyances d’après leur utilité. — Preuve par les découvertes des sciences positives. — Que nos idées sont représentatives. — La perception extérieure est une hallucination vraie 
 21


CHAPITRE III.



I. La première lecture. — Qu’on peut traduire M. de Biran. — II. La seconde lecture. — Puissance des méditatifs. — M. de
Biran amateur du style abstrait. — Selon lui, la volonté est l’âme ; selon lui, le monde est un système de monades. III. Réfutation. — Ni la résolution, ni la volonté, ni l’efficacité de la résolution ne sont des êtres. — Nature des forces. — Rapport de la résolution et de la contraction musculaire. — Suppression des êtres métaphysiques 
 49


CHAPITRE IV.



I. Style oratoire de M. Cousin. — Les vérités moyennes. — Noblesse et perfection de ses phrases. — Plan oratoire. — Imagination oratoire. — II. Style philosophique de M. Cousin. — Les fautes de langue produisent les fautes de doctrine. — Obscurités et équivoques. — M. Cousin orateur et poète en philosophie 
 79


CHAPITRE V.



I. Pourquoi M. Cousin s’est-il passionné pour le dix-septième siècle — Caractère et imperfections du dix-septième siècle. — Un panégyrique n’est pas un tableau. — II. Un panégyrique n’est pas un portrait. — Différence de l’orateur et du peintre. — M. Cousin amoureux et professeur. — Ses syllogismes numérotés. — Ses grands gestes dans le style. — Inconvénients d’un talent dépaysé 
 105


CHAPITRE VI.



I. Première philosophie de M. Cousin. — Abrégé du panthéisme, — M. Cousin panthéiste. — II. M. Cousin spiritualiste. — Différence de l’orateur et du philosophe. — Conversion de M. Cousin. — M. Cousin prédicateur et chef d’une croisade. —
Sa philosophie instrument de pédagogie et de gouvernement. — Construction du spiritualisme 
 129


CHAPITRE VII.



Définition de la raison par M. Cousin. — Ses arguments. — Dieu sujet des vérités nécessaires. — Réfutation. — Première pétition de principe. — Deuxième pétition de principe. — Première équivoque. — Deuxième équivoque. — II. Comment on découvre les vérités nécessaires en mathématiques. — Comment on découvre les vérités nécessaires en métaphysique. — Comment on découvre les infinis en mathématiques. — Comment on découvre les infinis en métaphysique 
 153


CHAPITRE VIII.



I. Les éditions de M. Cousin. — Documents ajoutés à l’histoire de la philosophie. — Pédanterie, lourdeur et froideur de l’esprit bibliophile. — Conquête des manuscrits rares. — Belles études sur Pascal et Rousseau. — Utilité et perfection des monographies. — L’éloquence dans l’érudition. — II. M. Cousin, né en 1640, théologien, prédicateur, homme du monde, orateur de Mme de Longueville et disciple de Bossuet 
 179


CHAPITRE IX.



I. En quoi M. Joufïroy diffère de M. Cousin. — Comment M. Joufïroy devint philosophe. — Passion, originalité, tristesse des hommes intérieurs. — II. Méthode de M. Jouffroy.
— Ses précautions. — Sa franchise. — Son demi-christianisme. — Son goût pour le style abstrait. — Ses faiblesses et sa force. — Comparaison des philosophes et des savants. 
 203


CHAPITRE X.



I. La psychologie est la philosophie des hommes intérieurs, — Travaux de M. Jouffroy pour organiser la psychologie. — Preuves qu’elle est utile et possible. — Découvertes en esthétique. — II. Notations vagues. — Erreurs qu’elles produisent. — Exemples. — Les facultés et le moi considérés comme des êtres réels et distincts. — Nature des facultés et du moi. — Comparaison de la psychologie et des sciences naturelles 
 229


CHAPITRE XI.



I. La morale est le but de la philosophie pour les hommes intérieurs. — Recherche de la destinée humaine. — II. Hypothèse et déductions de M. Jouffroy. — III. Réfutation. — Double sens du mot destinée. — Mécanisme des conceptions morales. — IV. M. Jouffroy né en 1680, Anglais, protestant, philosophe et bien portant 
 259


CHAPITRE XII.


(Conclusion.)


Résumé de l’éclectisme ; ses deux causes. — Esprit du dix-huitième siècle : la critique et la défiance. — Esprit du dix-neuvième siècle : le rêve et l’abstraction. — La philosophie poétique et la poésie philosophique. — M. Cousin soutenu par le patriotisme, le libéralisme et par la popularité de l’histoire. — M. Cou
sin servi par ses variations. — L’éclectisme devient le spiritualisme. — Forces qui le soutiennent ; forces qui le menacent. — Avenir des novateurs 
 289


CHAPITRE XIII.



Deux philosophes. — Un analyste. — I. L’analyse des mots. — Dans le monde physique. — Exemples ; la force vitale. — Dans le monde moral. — Exemples ; le génie et la destinée d’un peuple. — II. L’analyse des choses. — Dans le monde physique ; la digestion. — Dans le monde moral ; Rabelais ; Albert Durer. — Objet, procédés et prévisions de l’analyse des mots et de l’analyse des choses 
 317


CHAPITRE XIV.


(Suite.)


Un systématique. — Nature des causes. — De la déduction. — I. Dans le monde physique ; le corps vivant. — II. Dans le monde moral ; histoire de Rome. — Objet, procédés et prévisions de la déduction. — Idée de la Nature 
 345


FIN DE LA TABLE.