éléments Wikidata

Livre:Créquy - Souvenirs, tome 6.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Créquy - Souvenirs, tome 6.djvu
TitreSouvenirs de la Marquise de Créquy de 1710 à 1803 Voir et modifier les données sur Wikidata
VolumeTome 6
AuteurMarquise de Créquy Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionGarnier frères, libraires éditeurs
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1873
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider
Série1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10

Pages

TABLE

DES MATIÈRES CONTENUES DANS CE SIXIÈME VOLUME.

 
Pages
Chapitre I. Arrivée de Voltaire à Paris. — Son séjour chez M. de Villette. — Sa maladie. — Son couronnement au Théâtre-Français. — Sa profession de foi catholique. — Sa confession. — Sa correspondance avec le curé de St.-Sulpice. — Son hypocrisie, sa mort et ses funérailles. — Lettre de l’Impératrice Catherine à Mme Denys. — Mot d’une jeune personnes sur les rois philosophes. — Histoire de la princesse Charlotte, femme du Czar Alexis. — Sa mort supposée. — Son évasion de Russie. — Sa fuite en Amérique. — Croyance de son retour et de sa mort à Paris. — Autorités et témoignages en faveur de cette opinion. — Note composée par l’Impératrice Catherine pour la démentir. — Critique de cette note. — Documents qui la contredisent. — Incertitude.
Chap. II. Jean-Jacques Rousseau à Ermenonville. — Le Marquis de Girardin. — Cause de l’inimitié que lui portait M. de Créquy. — Lettre de J.-J. à Mme de Créquy. — Réponse de l’auteur. — Le châtelet de Jossigny. — Disposition religieuse de Rousseau. — Sa mort. — Ses confessions et leurs variantes. — Le tombeau de Jean-Jacques et son inscription. — Épigramme du Marquis de Créquy. — La curée du cerf, anecdote racontée par Louis XVIII.
Chap. III. Histoire du philosophe Paul Olavidez. — Roman de sa vie par Cagliostro. — Les négocians espagnols. — Singulier procès entre deux maisons de commerce. — L’Infante Ouraque de Castille. — Le Comte d’Aranda. Maxime de ce diplomate. — Générosité d’un stathouder. — La vérité sur l’inquisition. — Ses poursuites contre le Comte d’Olavidez. — Sentence de ce tribunal. — Condamnation par le Saint-Office et liste de ses familiers. — Le Cardinal de Brienne. — Les reliques en bracelet à la mode d’Espagne.
Chap. IV. Adrienne de Noailles, Comtesse de Tessé. — Son genre d’esprit. — Inconvéniens de son caractère. — Marie de Brancas, Comtesse de Rochefort et depuis Duchesse de Nivernais. — Son éloquence naturelle. — Son parallèle avec Mme de Tessé, par M. de Vaines. — Le soufflet de Mme de Forcalquier. — Le chevalier de Pougens. — Son origine présumée. — Engouement épidémique. — Étymologies curieuses. — Digression sur les bâtards. — Priviléges des bâtards issus des Princes. — Des économistes politiques. — M. Turgot. — Noblesse de sa naissance et simplicité de ses habitudes. — Lettre de M. de Maurepas et réponse de M. Turgot. — Le Vicomte de Choiseul. — Lettre pseudonyme écrite par lui. — Le fils de l’auteur est mis à la Bastilles. — Exil du Vicomte de Choiseul.
Chap. V. Le Duc de Chartres. — Mot sanglant qui lui est adressé par M. de Lamothe-Piquet. — Son infâme conduite à l’égard de sa mère et de sa sœur. — L’Abbé Delille. — Engagement pris par Mme de Créquy à son sujet. — Le Comte d’Estaing et le Comte de Grasse. — Injustice de l’opinion publique à l’égard de ce dernier. — Portrait de l’Abbé Delille. — Les bénéfices et l’Académie française. — Bonté de M. le Comte d’Artois pour l’Abbé Delille. — Projet de Monsieur, frère du Roi, sur le duché de Créquy. — Prérogative de cette terre. — Le Comte de Bonneval. — Son caractère et son apostasie. — Sa mort. — Audience et interrogatoire à l’Assemblée nationale. — Mot de l’Abbé Delille au citoyen Lamourette. — Son refus de composer un hymne républicain. — Prétexte allégué pour son émigration. — Le reliquaire grec et la charte du Bas-Empire. — Mention des familles de Pressac, de Coucy, et Hurault de Vibraye dans ladite charte.
Chap. VI. Desrues et son procès. — Querelles sur la musique. — Les Lullistes et les Ramistes. — Les Gluckistes et les Piccinistes. — Le Marquis de Jaucourt, surnommé Clair-de-Lune. — Remarque sur les sobriquets. — Aventure de M. de Jaucourt avec le Chevalier Gluck, et l’opinion qu’il avait des musiciens. — Système de l’ordre profond et de l’ordre mince. — Folies scientifiques. — M. Sage et son système de résurrection par l’emploi des alcalis. — M. Dufour et sa liqueur d’absynthe. — M. Mesmer et son système de guérison par l’influence des planètes. — Le magnétisme animal. — Le général Lafayette disciple de Mesmer. — Le baquet magnétique. — Procédés du mesmérisme et son système. — Négociation de Mesmer avec le gouvernement français. — Son départ et souscription qu’on ouvre à son profit. — Les adeptes. — M. de Puységur, M. Bergasse et M. Servan. — Le Marquis et la Marquise Lecamus. — Le docteur Deslon. — Sa mort. — Les cataleptiques. — Mlle de Bourgneuf. — La pensionnaire de Montmartre. — Système actuel du magnétisme et du somnambulisme.
Chap. VII. Voyage du Marquis de Créquy en Italie. — Vengeance du Chevalier Acton contre lui. — Dépêche diplomatique à ce sujet. — Scrupule de conscience. — Lettre de l’auteur au Cardinal de Bernis. — Affaire du Marquis de Créquy contre le Duc de Chartres (Égalité). — Duel du Prince de Condé avec M. d’Agoult. — Couplets de M. de Champcenets et opinion du Prince de Lambesc sur le Duc de Chartres. — Indisposition mentale et révélation pénible.
Chap. VIII. Légères contestations dans la famille royale. — La Reine et Madame. — Mot de M. le Comte d’Artois à ses deux belles-sœurs. — Explication de la Reine avec Monsieur. — Réplique de ce prince et embarras de la Reine. — Les enfants d’Orléans. — Le Duc de Valois, sa sœur et ses frères. — Leur éducation par M. Bonnard. — Leur éducation par Mme de Genlis. — Plaisanteries de Monsieur sur cette éducation. — Marque du jugement précoce de Louis-Philippe, alors duc de Valois. — La désapprobation qu’il fait d’un acte de l’Évangile. — Révélation de sa gouvernante au sujet de son caractère. — Son talent chirurgical et résultat d’une saignée qu’il avait opérée sur deux paysans. — Talent de Louis-Philippe pour la poésie française. — Remerciement poétique de sa composition (il est en vers celui-ci).
Chap. IX. Fortune du Prince de Guéménée. — Son désastre. — Insouciance de la haute noblesse et son inaptitude pour la régie des fortunes. — Billet écrit par la Princesse d’Hénin. — Réponse de l’auteur. — Expérience acquise en émigration. — Noble conduite de Mme de Guéménée. — Sacrifice de ses biens pour les créanciers de son mari. — Mot de la Comtesse de Béthisy au Baron de Staël. — Mot de Mme de Coislin sur les Rohan. — Quelle sorte de vengeance on en tire.
Chap. X. Scandales contemporains. — Beaumarchais. — Jugement de l’auteur sur cet écrivain. — Les tant pis et les tant mieux ! (l’auteur attribue cette diatribe à l’abbé Morellet). — Mot de Louis XVIII sur Beaumarchais. — Tanneguy du Châtel et ses descendans. — Mirabeau et sa famille. — Son pamphlet contre le Garde-des-Sceaux. — Lettre du chevalier d’Éon à M. de Maurepas. — Épigramme de ce ministre au lieu de réponse. — Remarque de Tronchin sur l’organisation des rieurs et sur les effets du rire.
Chap. XI. Inquiétudes sur les dispositions de la magistrature. — MM. d’Esprémesnil, Sabatier de Câbre et de Brunville. — Réquisitoire de ce dernier. — L’évêque de Carpentras et ses prévisions. — Défaveur du Baron de Breteuil auprès de Mme de Créquy. — Circulaire de ce ministre aux Évêques de France. — Persiflage de l’auteur à ce sujet. — L’abbaye de Saint-Maur et l’abbaye de Longchamps. — Origine de la coutume qui s’y rapporte. — Mme de Sainte-Aulaire et les Comtes Potoski. — Les financiers à Longchamps. — Le Marquis de Sainte-Aulaire en ambassade. — Le carrosse de Mlle Duthé. — Description de cette voiture. — Emprisonnement de cette demoiselle au Fort-l’Évêque, et réflexions de l’auteur sur cette exécution.
Chap. XII. Lacune au sujet du procès pour le collier. — Explication qu’on en donne au lecteur. — Lettre inédite de l’abbé Georgel à l’occasion de ce procès.
Chap. XIII. M. de Monthion. — Ses manies académiques. — Ses générosités à l’égard des inconnus et sa dureté pour ses proches. — Remarque de M. Royer-Collard sur les prix Monthion. — Prévision de Cazotte et chanson séditieuse. — Remarque de l’auteur sur deux chansons prophétiques parallèles contemporains avec certains ridicules. — Ridicules antérieurs. — Les modes de la régence et celles de 1788. — Étranges coiffures de Mmes de Luynes, de Laval et de Matignon. — Dondon-Picot et l’amour du simple. — La princesse de Broglie et Mme de Clermont-Tonnerre. — Nouvelle manière de procéder à table. — La famille du Marquis de Villiers. — Le chant du rossignol et M. Dupont (de Nemours). — Poésies de Mme de Staël. — La famille de Cossé. — Plusieurs anecdotes. — L’usage de faire pâtir les enfans. — Les bains à la Dauphine et les médecines noires. — Les enfans du Prince de Montbarrey. — Leur régime à Versailles et leur guérison chez l’auteur. — Le marquis de Laval et ses bons mots. — Le jardin de M. Mousseaux. M. de Bièvres et ses calembourgs. — Anecdotes.